Archives de catégorie : Mobilisation

Appel du Manifeste des Digital Humanities

Les 18 et 19 mai 2010, un Thatcamp (The Humanities and Technology Camp) a réuni 80 acteurs ou observateurs des digital humanities.  Le modèle Thatcamp, mettant en oeuvre des  « non-conférences », a permis des échanges riches et constructifs. 14 ateliers se sont ainsi tenus sur le même mode : une introduction au domaine par une personne  ou un groupe disposés à transmettre ses connaissances ou son savoir-faire, suivie de discussions, de retours d’expériences et de propositions de la part des participants.  L’objectif de ces ateliers était aussi de confirmer et d’affirmer la volonté de la communauté à travailler ensemble et d’exprimer les grandes lignes du Manifeste, rédigé collectivement lors de la réunion de clôture.

Les sources orales numériques font partie intégrante des Digital humanities et un atelier leur a été consacré en fin de journée le 18 mai (Pont supérieur, 17h) en écho à celui qui s’était tenu le matin sur les archives de chercheur (Pont supérieur, mené par Marin Dacos, 10h).  Vous trouverez le compte-rendu de l’ensemble des non-conférences sur le blog du Thatcamp. Celle sur la source orale a été fructueuse, même si peu d’expériences dans le domaine ont été confrontées, un véritable  intérêt a été manifesté par les chercheurs en SHS sur les sources audiovisuelles. Les questions ont porté principalement sur des innovations dans le domaine en termes d’exploitation et de réseaux sociaux mais aussi sur des questions de méthodologie. L’ouverture de ce type de source au grand public est une discussion qui doit encore être développée car la demande est forte du côté de la société civile. Au moment où les ethnologues s’interrogent sur le retour des archives de terrain dans les pays lointains, il semble légitime que les entretiens réalisés auprès des anonymes par les chercheurs sur le territoire  français puissent également être mis à disposition. Le compte-rendu in progress de l’atelier et les jalons qui étaient proposés en introduction sont accessibles sur le wiki du Thatcamp.  Une fois validés par les différents participants, les différents compte-rendus sont accessibles sur le blog TCP.

Ainsi, n’hésitez pas

– à signer le Manifeste des Digital Humanities (tout le monde peut le signer, il suffit de se préoccuper de la diffusion des savoirs sous forme numérique et de vouloir travailler en collectif) ;

– à soutenir le Manifeste en diffusant son texte ou en aidant financièrement le projet.

Crédits photographiques : une pause sur le pont inférieur, sur la baleine blanche, THAT Camp Paris 2010, Véronique Ginouvès, mai 2010.

THATCamp Paris 18 et 19 mai 2010. Non-conférence sur les Digital humanities = THATCamp Paris 2010. User-generated « unconference » on Digital humanities

THAtCamp Paris est une non-conférence sur les Digital humanities. La première en France. Elle se tiendra à Paris les 18 et 19 mai 2010.

La communauté des Digital humanities émerge de plus en plus nettement, en particulier en Angleterre et aux USA. Nous, français et européens du continent, sommes invités par les américains à nous positionner, à participer au développement de la discipline. Comment y contribuer ? Le Cléo propose donc plutôt une non-conférence. Une non-conférence « générée par l’utilisateur ». Nous souhaitons développer un THATCamp. The Humanities and Technology Camp a été inventé pour porter le modèle du Camp, de la non-conférence, dans le domaine des Digital humanities. Il aura lieu le 18 et 19 mai à Paris. L’événement doit être ouvert, très ouvert, communautaire. La modalité d’inscription et de création des ateliers est le wiki.  A noter parmi les ateliers proposés, celui sur Les archives orales et le Web.

Le lieu où se tiendra le Thatcamp est la péniche de la Balein blanche, dans le 13ème arrondissement de Paris. Pour s’y rendre : métro Quai de la gare (Ligne 6) ou Bibliothèque François Mitterrand (Ligne 14) . RER C ou D ; Bus 62, 64 et 89 mais aussi 83 (un peu plus loin).

Le wiki du Thatcamp pour s’inscrire : http://www.digitalhumanities.fr/wikis/tcp/index.php?title=Accueil

Le blog du Thatcamp pour se tenir au courant des évolutions de l’évènement : http://tcp.hypotheses.org/

L’affiche du Thatcamp à imprimer et diffuser : http://tcp.hypotheses.org/files/2010/04/THATCamp_A3DEF3op500t.jpg

Le programme : http://tcp.hypotheses.org/311

Les 14 ateliers prévus au cours de ces deux journées :

  • Les outils collaboratifs / Collaboration tools (Muriel Foulonneau, Frédéric Clavert)
  • Les archives de chercheurs : classification, archivage et dissémination… quelles méthodes pour promouvoir les formats ouverts et libres? / Researchers’ archives: classification, archiving and dissemination… how to promote free and open formats? (Richard Walter)
  • Le chercheur et la diffusion de ses sources : nécessités, risques, contraintes, reconnaissances? / The researcher and the distribution of his or her sources: necessities, risks, pressures, and acknowledgements (Marin Dacos)
  • Enseignement supérieur et Digital Humanities : questions de formation, définitions d’un socle commun transdisciplinaire et des applications propres aux disciplines / Higher education and Digital humanities: training issues, defining a transdiciplinary foundation, and applications proper to specific disciplines (Corinne Welger-Barboza).
  • Fouille de données et Sciences Humaines ou Fouille de données en Sciences Humaines / Data Mining and Human Sciences or Data Mining for Human Sciences? (Julien Velcin)
  • Les fonds iconographiques numériques / Digital image archives (Stéphane Pouyllau)
  • Les SIG géo-historiques / Historical GIS (Jean-Luc Pinol et Claire-Charlotte Butez)
  • Les archives orales et le web / Oral testimonies and the web (Frédéric Clavert)
  • Qualité de l’information, maintien collaboratif des ontologies, infrastructure mutualisée : quel socle technologique pour les digital humanities ? / Information quality [assurance], collaborative maintenance of ontologies, and shared infrastructure: technological foundations for work in digital humanities (Damien Roussat)
  • Le défi du stockage collaboratif et cumulatif de l’information historique. Quelle modélisation pour l’information historique ? / The challenge of collaboratively modeling and storing historical information. Réflexions et discussion à partir de l’expérience du projet SyMoGIH (Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) (Francesco Beretta et Pierre Vernus)
  • L’archivage numérique à long terme, défis et solutions / Digital archival challenges and solutions (Sarah Faraud et Gautier Poupeau)
  • L’encodage TEI peut-il être délégué à des ingénieurs ou techniciens ? / TEI encoding (Emmanuelle Morlock-Gerstenkorn)
  • Analyse de données en ligne : quels intérêts et avenir pour les SHS ? / Analysis of online data: the benefits and future for human and social sciences (Stéphane Lamassé, Philippe Rygiel)
  • Les enjeux du numérique pour les jeunes chercheurs en SHS: visibilité, citabilité, pérennité… (Karim Hammou, Émilie Bremond)

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques … Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

Après l’installation d’une borne de prêt automatique dans une bibliothèque parisienne du 12e arrondissement (bibliothèque Picpus), un tract a été diffusé à l’initiative du collectif  « Livre de papier », qui se retrouve un peu partout sur Internet (sans la photo jointe ici).

Pour écouter les archives sonores aussi, l’accès en ligne ne peut suffire : il faut pouvoir partager l’écoute avec d’autres, comprendre le contexte de la production de ces récits ou de ces chansons, rencontrer les collecteurs, danser sur les musiques ou les interpréter… Un bon sujet de discussion à aborder dans l’atelier « Besoin de mémoire ? » au cours des rencontres nationales des bibliothécaires musicaux jeudi 1er avril.

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques … Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

automatic

PLUS RAPIDE ?

PLUS PRATIQUE ?

MOINS CONTRAIGNANT ?

L’automatisation du prêt franchit une nouvelle étape avec l’instauration de bornes de prêt automatique, à Picpus et ailleurs. Grâce à ces bornes, finies les files d’attente (encore que…), finies les erreurs humaines (mais vive les bugs !) et finie l’obligation d’être aimable avec celles et ceux qui nous rendent service. Mais terminée aussi la chaleur du contact humain, envolés les conseils sympas des bibliothécaires qui nous renseignent sur nos emprunts, et très bientôt… terminé aussi avec les bibliothécaires, avant que la bibliothèque elle aussi ne ferme ses portes pour rouvrir sur googlebooks.fr ou toute autre plate-forme dont on ne cesse de vanter l’exhaustivité et l’efficacité (sans même parler de sa juteuse rentabilité !).

Le monde qu’on ne cesse de vouloir nous vendre, censé être plus pratique et plus rapide, obéit en réalité à une double volonté : créer de nouveaux marchés (comme lorsqu’une entreprise privée est payée par les pouvoirs publics pour installer du matériel électronique) et réduire la masse salariale (un vigile prendra la place de dix bibliothécaires avec des bornes de prêt efficaces). Et si pour chaque salarié-e remplacé-e par des machines, la pilule est déjà difficile à avaler, des pans entiers de personnels seront finalement dépossédés des savoir-faire qui les rendait utiles et compétents. Non seulement la machine ne vous fera jamais de sourire, mais c’est ainsi que chaque métier d’aujourd’hui en vient à devenir purement mécanique et répétitif, jusqu’à être vidé de son sens initial : les magasiniers ne sont désormais plus considérés que comme des manutentionnaires au service des machines gestionnaires des livres, et leur connaissance du fonds se perd, tout comme l’ancien savoir-faire des artisans a disparu avec les immenses chaînes de production des usines, véritables bagnes industriels modernes. Plus l’on intègre les savoir-faire professionnels dans des machines, plus les salarié-e-s deviennent remplaçables, c’est-à-dire délocalisables, jetables et donc corvéables à merci.

Enfin, la logique de la numérisation a besoin de chevaux de Troie (telles les bornes de cette bibliothèque ou les puces RFID servant à tracer chaque livre), pour s’insinuer au cœur de la chaîne du livre : les magnats de l’édition électronique (qui sont parfois aussi marchands d’armes) rêvent de profits colossaux grâce à la numérisation intégrale des fonds papier, sans se soucier des éditeurs et libraires, mais aussi correcteurs, imprimeurs, diffuseurs, etc. qu’ils fragiliseront puis démantèleront sans coup férir. Le livre électronique, que les industriels tentent de nous imposer depuis plusieurs années (pour l’instant sans réel succès), vise à transformer le monde de l’écrit en société du zapping numérique généralisé. Il suffit de se rendre au salon du livre pour y voir ces commerciaux en costard vendre leurs e-book comme s’ils étaient au salon de l’auto, tout en faisant croire que les profiteurs sont les éditeurs. Pourtant, une partie de ces derniers reste encore vaille que vaille passionnée, attachée à l’objet livre en tant qu’il est créateur de lieux d’échanges et d’espaces collectifs, au premier rang desquels figurent les librairies et les bibliothèques – ces dernières étant fréquentées par une personne sur deux en France en 2006. Ainsi, à l’inverse de la démagogie populiste faisant d’Internet le contrepoint populaire des librairies et bibliothèques élitistes, nous pensons que le livre est au cœur des possibilités d’émancipation collective et d’élévation culturelle : les bibliothèques, véritables lieux de mixité où se croisent des hommes et des femmes de tous âges, de toutes classes et de tous horizons, sont un des derniers outils de diffusion et de réappropriation collective des savoirs, là ou le numérique ne fournit que des contenus vidés de leur sens à des individus isolés devant leurs écrans. « Élitaire pour toutes et tous » pourrait être notre mot d’ordre, puisque nous persistons à préférer les savoirs, potentiellement émancipateurs, aux contenus, bien souvent interchangeables voire abêtissants.

Le mythe libéral de l’accès au savoir égal pour toutes et tous, sur lequel surfe la déferlante numérique, oblitère le fait que nul-le ne peut prétendre n’avoir pas accès à suffisamment de livres (il suffit de se rendre dans la moindre bibliothèque pour se convaincre qu’on n’aura jamais le temps d’en lire assez), alors que la question de la connaissance pose en réalité celle de la transmission, c’est-à-dire de l’éducation à l’écrit, revendiquée par tous les mouvements d’émancipation antérieurs à Internet : le réseau nous apprend en fin de compte davantage à glisser à la surface des idées qu’à les comprendre et à savoir s’en imprégner pour penser par soi-même. Le Web et le futur livre numérique permettraient d’accéder à tout !? Mais que lira-t-on alors ? Rien, ou plus probablement rien de ce qui s’apparente aujourd’hui au livre, dans lequel on s’immerge longuement, patiemment et tranquillement, en dehors de la société des flux incessants et tourbillonnants d’e-mail, messages msn et autres textos qui nous happent à chaque instant dans leur propre temporalité.

La télévision a contribué à détruire le lien social, et on nous fait croire que l’informatique, en nous simplifiant la vie, va le recréer ? Quand on s’apercevra que le numérique a encore appauvri les relations et échanges collectifs, qu’inventera-t-on pour « recréer » à nouveau du lien social et poursuivre toujours plus loin la spirale d’un monde en perpétuelle déshumanisation ?

Des lecteurs et lectrices, bibliothécaires, libraires, traducteurs et éditeurs.

Livres de papier

c/o Offensive,

21ter rue Voltaire 75011 Paris

livresdepapier@gmx.fr

Lu ici :

http://wwwlamare.blogspot.com/2009/04/hns-info-bornes-automatiques-puces-rfid.html

et là :

http://hns-info.net/spip.php?article18022

et aussi là, avec une annonce de réunion publique :

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article83292

Crédits photographiques : Farrington Automatic Address Reading Machine, A postal employee shows off the Department’s new automatic address reading machine. The « Farrington Automatic » machine was developed by Intelligent Machines Research Corporation. Postmaster General Arthur Summerfield tested and purchased a variety of machines to help speed up mail processing in large city post offices in the early 1950s. Photographe non identifié. Smthionian Museum. Pas de restriction de droit d’utilisation connue.  Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3400&q=A.2008-36

Où est donc passée l’Afrique ?

2548066769_2abae15538Le journaliste Chérif Faye a publié récemment sur le  Sud Quotidien (le 23 septembre 2009) un entretien avec Adama Aly Pam, président de l’Association des Bibliothécaires archivistes documentalistes du Sénégal.

Adama Aly Pam est paléographe de formation. Il interpelle dans cet article les pouvoirs publics sénégalais pour qu’ils arrêtent de penser « que l’accès à la culture est moins important que la construction de routes ». Il est désormais nécessaire de fournir les moyens aux centres d’archives et aux bibliothèques du Sénégal pour qu’ils puissent conserver le patrimoine culturel national.

Plusieurs questions sont abordées mais il est intéressant de noter que la toute première porte sur les archives sonores et sur ce qu’il est possible de faire pour les préserver. Selon Adama Aly Pam, les archives radiophoniques et télévisuelles du Sénégal pourraient valoriser des enregistrements historiques comme les discours de Lamine Guèye ou la musique traditionnelle de Samba Diabaré Samb, mais il n’en est rien. Les Africains ne peuvent accéder à leur culture patrimoniale orale. Pour écouter les discours de Senghor ou ses poèmes récités par lui-même, il faut que les Sénégalais se rendent à Paris, à la Bibliothèque nationale de France ou dans les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel. Le danger en Afrique est que non seulement les documents se trouvent dans des conditions de conservation déplorables mais en plus, ils appartiennent souvent à des institutions privées ou des personnes qui ne se préoccupent guère du patrimoine collectif.

Amada Ali Pam est bien conscient que l’Afrique est la grande absente du Web aujourd’hui , et qu’il faut que cela change : « La bataille aujourd’hui, ce n’est pas de faire des recherches sur Google et obtenir des informations requises, mais la bataille pour nous, c’est la présence de l’Afrique sur les réseaux. » A nous aussi d’aider l’Afrique à accéder aux ressources électroniques que nous produisons en évitant les sites en flash ou les PDF trop lourds que les bas débits ne peuvent ouvrir.

Cela m’a rappellé une réflexion faite dans une conférence par Douglas Merill ancien CIO chez Google (chief information officer) alors qu’il venait présenter Les secrets de la recherche de Google à la Faculty of electrical ingineering au sein de l’Université technique de Prague. Il démontrait à l’assemblée que l’Afrique n’existait pas : certes, il avait survolé en venant jusque là un continent nommé Afrique mais il suffisait de regarder les lumières des réseaux pour voir d’un seul coup d’oeil que l’espace qu’il aurait dû occuper était vide.

Adama Aly Pam fait confiance aux bibliothécaires : « C’est la présence de toutes nos ressources informationnelles, de toutes nos ressources culturelles que nous détenons dans nos musées, dans nos centres d’archives, dans nos bibliothèques, pour qu’on puisse faire de sorte que quelque Africain qu’il soit, quelque Sénégalais qu’il soit, là où il se trouve, qu’il puisse accéder à la documentation scientifique et technique, à l’histoire du Sénégal, à l’information. Car l’accès à l’information est un droit qui est consacré par les conventions internationales, et par nos constitutions. Par conséquent, les métiers de bibliothécaire, d’archiviste ou de documentaliste participent d’une manière ou d’une autre au renforcement de nos sociétés démocratiques. » A eux aussi, en Europe, de ne pas oublier l’Afrique sur le réseau. Tous ces sujets ont certainement été abordés lors de la semaine internationale des archives à Dakar qui a eu lieu du 19 au 23 octobre.  Si un archiviste peut nous signaler un compte-rendu, ce sera bienvenu !

A lire : Préservation du patrimoine culturel : Adama Aly Pam interpelle les pouvoirs publics.  Publié par Chérif Faye le 23 septembre 2009,  rubrique  Culture,  Sud Online [En ligne ] http://www.sudonline.sn/spip.php?article20470


Crédits photographiques : A woman potter from Senegal hand shapes a pot in the Roots of Virginia Culture program at the 2007 Smithsonian Folklife Festival on the National Mall, Washington, D.C. par Ken Rahaim. Aucune restriction de copyright connue. Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3419&q=SFF2007_Rahaim_6-27_0143

Nouveaux usages en bibliothèques universitaires : il faut commencer par le CDI !

ecole-hollande-1946

L’Université d’été de l’édition électronique ouverte s’est terminée mardi 15 septembre par une table ronde à la MMSH à propos des changements de paradigmes auxquels on assiste aujourd’hui dans ce domaine. Vous pouvez écouter, sur le wiki créé pour l’occasion, la totalité des conférences déposées sur Internet Archives. Une université d’été riche en enseignements et foisonnante de propositions pour l’avenir du livre : quelle chance de pouvoir ainsi vivre ou revivre ces échanges ! Ce soir, j’aimerais vous renvoyer vers celle de Daniel Bourrion, sur les nouveaux usages en bibliothèques universitaires ; une belle intervention, précise et joyeuse, qui rappelait certains accents du De biblioteca d’Umberto Eco.

Pourquoi celle-là particulièrement, ce soir ?  Je vous raconte. Mon fils a fait sa rentrée en 6ème pendant, qu’assidument, je suivais cette université d’été. Il a fait une visite du CDI de son collège. il en est revenu ravi, avec un plan très précis sur une feuille volante (à la chaise près) et des propositions de lecture. Mais voilà, ce soir il avait une observation de la responsable du CDI  sur son carnet de correspondance : « A continué délibérément à se promener dans le CDI malgré plusieurs mises en garde ». Il a dû aussi copier, en punition de ses promenades délibérées, l’introduction d’un manuel de géologie. Il n’a pas compris pourquoi. « Tu sais, ce CDI c’est comme une bibliothèque maman, pourquoi cette dame ne veut-elle pas qu’on se lève pour prendre des livres ? » . Il est désormais déterminé à ne plus y remettre un  pied jusqu’à la fin de sa 3e. Que disait Daniel Bourrion ? Qu’on devrait pouvoir manger des sandwichs en travaillant en bibliothèque ? Laisser des miettes entre les pages ? De quoi ? Vous me copierez trois fois, le premier chapitre du Château de Kafka !

Crédit photographique : Nationaal Archief / Spaarnestad Photo / Henk Blansjaar, SFA001003029. Une classe aux Pays-Bas en septembre 1946. Pas de restriction de droits connus  http://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/3895373807

Fracture téléphonique

Dans un récent billet d’Homo-Numericus, Pierre Mounier se demande si le téléphone ne serait pas l’avenir du numérique et liste un à un, bibliographie à l’appui, les nouveaux usages qui apparaissent sans cesse. Pendant ce temps, France Telecom essaie de se débarrasser des 153 000 cabines téléphoniques qui restent encore debout sur le territoire français. Dans le même temps, la moindre démarche administrative à la mairie de son quartier est coupée de toute communication vers l’extérieur. J’ai dû cette semaine faire un dossier d’accueil pour une collègue colombienne. Après avoir pris les informations sur le site de la mairie de l’arrondissement correspondant à mon lieu d’habitation, je me suis rendue au service des attestations d’accueil. Evidemment, il manquait quelques pièces et voilà qu’on m’explique « Ah non, il ne faut surtout pas regarder sur internet parce que ça change tout le temps les papiers à apporter et Internet c’est jamais à jour. Non, voilà ce qu’il faut faire : vous venez d’abord sur place, retirer la liste des documents parce que je ne la donne pas par téléphone puis vous venez à la mairie entre 8h30 et 11h30 du lundi au vendredi ». Je me suis souvenue soudain du temps des télégrammes…

Crédits photographiques : City, telephone room / Adolph B. Rice Studio. 17 août 1955 (Cote : Rice Collection 716A). Library of Virginia, Prints and Photographs, 800 E. Broad St., Richmond, VA, 23219, USA, digitool1.lva.lib.va.us:8881/R / http://www.flickr.com/photos/library_of_virginia/289849049 Pas de restriction de droit connues.

La loi Hadopi se pointe à l’horizon de l’Assemblée nationale… ou pourquoi j’ai signé la pétition du réseau des pirates

A la phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l’homme, nombre d’enquêtes de terrain enregistrées proposent du répertoire chanté ou conté en langue française ou occitane. Pour chaque chanson ou chaque conte, nous indiquons systématiquement leur titre uniforme. En effet, l’oralité est mouvante : contes et chansons passent de bouches à oreilles et sont interprétées sous des titres multiples même si ils racontent la même histoire. Ainsi, au fil des dépôts, nous découvrons de multiples versions des oeuvres orales enregistrées sur des aires géographiques parfois très éloignées.

Pour les contes, c’est la classification Aarne et Thompson qui sert de référence internationale. Elle est reprise et adaptée au domaine français par Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze, accompagnés par Josiane Bru. Ce sont des outils indispensables pour l’indexation des oeuvres orales. Ces catalogues fournissent pour chaque conte une version type et un schéma détaillé du récit, des informations sur les aires culturelles où il a été recueilli, les différentes versions et éventuellement des attestations littéraires anciennes des thèmes ou tous autres éléments utiles à sa com­préhension. Prenons l’exemple du conte du Renard parrain (n°15 dans la classification Aarne-Thompson, dans la série « animaux sauvages »). A travers le portail du patrimoine oral on retrouve sept versions de ce conte dans le catalogue de la phonothèque de la MMSH et sept autres dans celui du Conservatoire occitan, centre de musiques et danses traditionnelles Toulouse/Midi-Pyrénées.

Pour le chant traditionnel francophone et occitan, les deux outils qui dominent sont les catalogues de Patrice Coirault et de Conrad Laforte. Là encore, les chansons sont présentées suivant une classification thématique et accompagnées d’informations sur leur contenu, leur forme, les aires géographiques de leur interprétation et d’une bibliographie. Il est par exemple possible de retrouver, à partir d’un titre, plusieurs versions interprétée. Patrice Coirault, par exemple, classe la chanson « Rossignolet du bois » dans les chansons d’amour poétiques, lyriques (n° 122). La recherche dans le portail du patrimoine oral de ce titre uniforme fournit plusieurs versions en Bretagne, en Provence et dans le Sud-Ouest de la France. Ainsi suivant les interprètes, les amoureux apprennent à s’aimer ou d’autrefois, le galant est accusé de tromperie et la belle imagine une vengeance à sa manière.

Il ne reste rien des noms de ceux qui ont écrit les contes ou les textes et les musiques des chansons traditionnelles. Sans auteur, compositeur ou parolier attitré, les oeuvres orales des enregistrements de terrain engagent uniquement les droits de l’interprète. Les choses se compliquent quand, lors d’une enquête, il prend l’envie soudaine à un témoin de chanter une chanson entendue au hasard de sa vie… car la culture est vivante : elle est faite de rencontres, d’émotions et d’appropriations.

Soyons plus précis et prenons l’exemple de deux collections enregistrées à trente ans de différence en Vésubie (Alpes-Maritimes). La première a été réalisée dans les années 1967 et 1968 par Bernard Lortat-Jacob qui s’intéressait à la façon dont se construit un répertoire chanté dans une commnunauté.  Au milieu des polyphonies piémontaises et nissardes l’ethnomusicologue questionne une petite fille sur les chansons qu’elle aime chanter et elle entonne, entre deux comptines, « Petit papa Noël ». Tino Rossi apprécierait peut-être mais pas la SACEM. La seconde collecte a été enregistrée dans les années 1990. Patrick Vaillant s’intéressait alors au répertoire de Zéphirin Castellon. Ce musicien et compositeur traditionnel a intégré dans son répertoire des chansons qu’il a aimé entendre. Avec ses compagnons il propose une interprétation polyphonique dans la plus pure tradition des Vallées occitanes d’Italie de « Je veux t’aimer » de Frédéric François… Impossible pour la phonothèque de mettre en ligne de tels enregistrements pour des questions de droit d’auteur, nous le savons. Mais avons nous même le droit aujourd’hui de citer dans la base de données les titres des oeuvres d’auteurs ? C’est la question que l’on pourrait se poser en observant l’évolution du site Paroles.net, un site que l’équipe de la phonothèque a souvent utilisé pour repéré des oeuvres musicales de type « variétés ». Depuis quelques temps déjà le site n’affichait plus les paroles des chansons mais signalait à l’internaute dans un encadré que « L’accès aux Paroles de Chansons est provisoirement suspendu pour une question d’autorisations ». Plus récemment encore, un nouvel encadré est venu s’ajouter informant que le site n’affichait plus d’indiquer les noms des interprètes, des paroliers ou des compositeurs « pour les mêmes raisons »

Nous qui documentons les enquêtes de terrain avons nous le droit de signaler les titres de ces chansons, leurs interprètes et leurs auteurs dans nos base de données d’archives sonores ? Devrions-nous sélectionner dans nos fonds uniquement les interprétations d’un monde dévolu où la chanson n’avait pas de propriétaire ? Les anthropologues s’intéressent au contexte de l’interprétation et aux pratiques collectives bien avant le répertoire lui même. Un agriculteur des Cévennes à qui on demandera de chanter ses chansons préférées ne pourra-t-il choisir d’intégrer dans son répertoire « Alexandrie, Alexandra » ? Comment comprendre les pratiques culturelles si on doit passer sous silence les titres des oeuvres interprétées ? Et que faire aussi de la pratique des timbres qui consiste à écrire des paroles sur un air que l’on aime fredonner ? J’ai le souvenir d’une enquête enregistrée dans les Hautes-Alpes auprès d’une bergère qui aimait créer des chansons sur sa communauté en s’inspirant de mélodies de Michel Sardou. Et si à un moment il devenait possible de réclamer des droits rétroactifs à tous ces anonymes ?

La rédaction des lois a parfois des conséquences très concrètes sur le travail des archivistes et risque des blocages à la diffusion des connaissances que nous sommes encore loin d’imaginer. Voilà pourquoi, en tant que diffuseur de contenus culturels, j’ai signé la pétition du réseau des pirates dont je vous restitue ci-dessous la lettre diffusée actuellement sur le réseau.

Vous avez déjà échangé des œuvres? Vous avez déjà téléchargé des films, des tubes, mais aussi des œuvres rares, oubliées ou tombées dans le domaine public? Si tel est le cas, la loi Hadopi va bientôt faire de vous un PIRATE.

Mais si, comme nous, et comme des millions d’autres citoyens en France, vous pensez qu’il est grand temps de reconnaître ces pratiques d’échange comme inscrites dans la révolution numérique, si vous partagez la conviction qu’Internet nous offre de nouveaux espaces de liberté, et qu’il faut les protéger, nous vous invitons à découvrir et signer le Pacte pour les Libertés numériques en cliquant ici : http://reseaudespirates.net/

Pourquoi signer dès aujourd’hui et rejoindre la communauté des pirates? Parce que, dans moins de 4 jours, le débat sur la loi Création & Internet (Hadopi) reprend à l’Assemblée. Le Pacte totalise à ce jour 8000 signatures. Nous pouvons faire mieux, et atteindre 100 000 signataires dans le week-end! Cliquez ici : http://reseaudespirates.net/?q=/user/register

Au delà de l’actualité  de la loi Hadopi, l’ambition du Pacte est de faire des libertés numériques un élément clé de la campagne des élections européennes de juin prochain… et, plus largement, du débat public, comme Nicolas Hulot l’avait fait pour l’écologie. 

Défendons les libertés numériques : prenez le parti des pirates! http://reseaudespirates.net/?q=/user/register

Le réseau des pirates

Et si vous voulez d’autres arguments, allez lire cette très belle explication d’un signataire sur Blogo Numericus : http://blog.homo-numericus.net/article189.html

Crédit photographique : Men of Fort Story operate an azimuth instrument, to measure the angle of splash in sea-target practice, Fort Story, Va., mars 1942, photographie couleur (titre fourni par FSA or OWI agency caption), pas de restriction de diffusion connue. Propriétaire du fonds : Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/cph.3j00108 (n°LC-USW36-963)

Menaces sur la mise en ligne des archives sonores

Les responsables des phonothèques de l’oral suivent de près l’évolution de la législation sur les modifications éventuelles de la durée des droits d’auteurs. En effet, le vote d’un amendement à la directive 2006/116/EC en réunion plénière du parlement européen en mars 2009 pourrait avoir de lourdes conséquences sur les nouveaux projets de mise en ligne des archives sonores.

Lorsqu’au cours d’une enquête de terrain un témoin est enregistré, il est informé de la problématique du chercheur. En général, si il accepte de témoigner, c’est qu’il a aussi conscience de transmettre, à travers cette recherche, son point de vue ou celui de la communauté à laquelle il appartient. Les collections de la phonothèque de la MMSH fourmillent d’exemples significatifs. Le plus récent est celui de l’enquête menée par l’association Paroles Vives sur la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône où les 170 informateurs ont tous accepté que leur témoignage puisse être diffusé librement en ligne. Autre exemple, les enquêtes d’Hélène Bracco sur les actes de refus civils et militaires pendant la guerre d’Algérie réalisées en 2008, là encore tous les témoins ont souhaité que leur parole puisse être écouté par tous. Mais il s’agit là de corpus créés récemment et réalisés par des chercheurs préoccupés par la restitution des enregistrements. Ils ont fait signer à leurs informateurs des contrats de diffusion et d’utilisation qui permettent aujourd’hui à la phonothèque de la MMSH de les mettre en ligne. Pour les corpus plus anciens que faire ? Ils ont été créés à un moment où la question du droit de la personne enregistrée, et plus particulièrement de l’artiste interprète n’était pas aussi draconienne. Dans les années 1970, ceux qui parcouraient les campagnes françaises à la recherche d’une culture populaire en train de disparaître enregistraient des personnes anonymes, qui souhaitaient transmettre le « bien commun » qu’elles avaient engrangé par la transmission orale : leur savoir-faire, leur répertoire conté ou chanté, leurs récits…

Aujourd’hui, poussée par les lobbys de l’industrie du disque, la législation européenne risque d’interdire ou, en tout cas d’étouffer dans l’oeuf, la diffusion du patrimoine oral auprès du grand public. En effet, après la commission culture en décembre 2008, la commission des affaires juridiques du Parlement européen a adopté jeudi 12 février 2009 le rapport Crowley qui modifie la législation européenne pour étendre à 95 ans la durée de protection des droits des artistes-interprètes et des producteurs de chansons.  Qui pourra s’opposer au vote de cet amendement à la réunion plénière de mars 2009 ?  Pour le moment, on sait que Monica Frassoni, coordonnatrice des verts à la commission juridique européenne a rejeté ce vote. Elle l’a commenté ainsi : Avec le vote d’aujourd’hui la musique ira désormais uniquement dans les oreilles des grandes maisons de disques et dans celles d’une élite de stars de la musique. Ils tireront les bénéfices des mofications proposées à la législation sur le droit d’auteur tandis que les artistes mons connus et les consommateurs paieront le prix fort. L’ère numérique demande une révision innovante de la législation sur le droit d’auteur. Une nouvelle approche pourrait permettre de trouver une meilleur accord pour les artistes-interprètes mais aussi pour développer autrement la consommation des contenus créatifs de la part du public. (trad. V. Ginouvès). Cette législation obsolète ne se préoccupe en rien des questions de diffusion du patrimoine oral qui participe de plus en plus activement à la construction de ce qui est appelé aujourd’hui sur l’Internet le « bien commun« . Les phonothèques de l’oral mettent en ligne des fichiers son créés à partir de la parole de ceux qui ont souhaité témoigner, volontairement et sans rétribution, de leur histoire, de leur culture, de leur identité et partager ce savoir avec le reste du monde.

Ce texte de loi est d’autant plus aberrant que nombre d’articles et de témoignanges vont à l’encontre de ce type de solution. Un des plus intéressant est sans doute le rapport de Rufus Pollock paru en 2007 sous le titre Forever minus a day ? Some theory and empirics of optimal copyrigth. Il démontre, formules de mathématiques à l’appui, que la durée optimale de protection d’une oeuvre devrait être de 15 ans après sa création car la durée de protection devrait baisser à mesure que le stock d’oeuvres disponibles augmente. Malheureusement, l’auteur est conscient du fait que le niveau de protection n’est en général pas déterminé par un législateur bienveillant et rationnel, mais plutôt par le lobbying*. En mars prochain, face aux lobbysites intéressés par une protection forte (maison de disques, presse écrite, éditeurs, studios de cinémas, dessinateurs, compositeurs, artistes interprètes…) comment les phonothèques de l’oral pourraient-elles exprimer leurs revendications ?

* p.16 du rapport : « The obvious answer to this conundrum is that the level of protection is not usually determined by a benevolent and rational policy-maker but rather by lobbying ».

Crédit photographique : David De Maus (photographe), Ship Garthsnaid, ca 1920s (plaque de verre) – Reference No. 1/2-014494-G / De Maus Collection, Alexander Turnbull Library, National Library of New Zealand – Aucune restriction de copyrigth connue – http://flickr.com/photos/nationallibrarynz_commons/3057385436