Archives de catégorie : Actualités

Le patrimoine oral en Bourgogne

Dans les années 1970, des associations du Morvan se sont mises en quête de répertoire musical et instrumental, de contes et de récits de tradition orale. Cette action s’est consolidée au fil du temps, professionnalisée, toujours dans le respect du témoin collecté. L’inauguration de la Maison du Patrimoine Oral en Bourgogne, le 20 septembre dernier à Anost, en est l’aboutissement. Elle est le fruit d’une concertation  entre les associations intéressées par le domaine, les collectivités territoriales (Parc, Région, Départements, Communautés de communes) et les services de l’Etat (DRAC, DIREN). L’oralité vient donc ainsi s’inscrire dans le patrimoine bourguignon, comme la 6ème maison à thème d’un  réseau bien ancré dans le territoire, après la maison du seigle (créée en 1989), celle des galvachers (1994), de Vauban (1996), de l’élevage et du charolais (1999) et des hommes et des paysages (2000).

Le pôle « archives sonores et audiovisuelles » de la Maison du Patrimoine Oral que dirige Mickaël O’Sullivan, numérise, documente et valorise des archives sonores sur l’ensemble du territoire bourguignon en collaboration avec les différents centres d’archives départementales, et régionales, le parc naturel du Morvan et l’association Musique Danse Bourgogne. Vous pouvez d’ores et déjà interroger la base de données et découvrir de nombreuses archives sonores et audiovisuelles.

Pour préparer cette maison du patrimoine oral, un colloque avait été organisé en septembre 2006 à Bibracte sur le thème « Le patrimoine immatériel : de la collecte à la restitution ». Il était déjà possible d’écouter les interventions et les débats mais, pour fêter cette nouvelle maison, les actes viennent de paraître. Ce petit ouvrage, joliment illustré, est une passionnante introduction au patrimoine immatériel. N’hésitez pas à vous le procurer, pour la modique somme de 15 euros, à la boutique du parc naturel régional du Morvan.

Et pour oublier l’hiver qui s’installe, faire revenir les beaux jours…, écoutez donc cette imitation de la mésange par Maurice Digoy.

Le patrimoine culturel immatériel vu du côté de la Bretagne

La convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO a été adoptée en 2003. C’est un évènement important car pour la première fois, le patrimoine vivant a fait son entrée par la grande porte dans les politiques culturelles. Jusqu’à présent, elle a été ratifiée par une centaine d’Etats (la France l’a fait en juillet 2006). Pour les archivistes du son et de l’audiovisuel, le texte de cette convention est central car il formalise des objets qui n’ont pas toujours été dessinés avec précision. Dans une société de l’écrit, il est essentiel de se poser la question de la conservation d’un patrimoine qui n’est transmis que par l’oralité. Une fois intégrée dans les collections des phonothèques sous hier sur un support aujourd’hui dans un format, cette oralité n’existe plus que sous une forme figée, le fichier numérique. Aux acteurs culturels et scientifiques de réfléchir aux modes d’utilisation de ces corpus que l’on écoute sans l’échange humain qui était à son origine. L’introduction de la convention de l’UNESCO insiste à juste titre sur l’aspect vivant de ce patrimoine, ce que les professionnels des archives oublient trop souvent.

On entend par « patrimoine culturel immatériel » les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.Le « patrimoine culturel immatériel », tel qu’il est défini au paragraphe 1 ci-dessus, se manifeste notamment dans les domaines suivants :

(a) les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ;

(b) les arts du spectacle ;

(c) les pratiques sociales, rituels et événements festifs ;

(d) les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ;

(e) les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

Quant au travail des archiviste, c’est celui de la « sauvegarde » mais ils ne doivent jamais oublier qu’ils travaillent sur du vivant.

On entend par « sauvegarde » les mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel, y compris l’identification, la documentation, la recherche, la préservation, la protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l’éducation formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine.

La Bretagne a décidé de faire le point sur cette question du patrimoine immatériel en organisant une formation les 12 et 13 décembre à Rennes sous le titre Rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne.  C’est l’association Dastum et l’institut régional du patrimoine qui se sont associés pour proposer ces deux journées, riches et denses, sur le sujet. Le programme complet est , la fiche pour les inscriptions ici (attention elle s’arrêtent le 28 novembre).

Si vous voulez préparer vos questions et réviser avant le stage, vous pouvez toujours lire le numéro spécial de Culture et Recherche sur le patrimoine culturel immatériel (printemps-été 2008, n°116-117). L’introduction de Rieks Smeets, secrétaire de la Convention à l’UNESCO, en précise tous les détails de son application en Europe et plus spécifiquement du travail du comité, organe exécutif de la convention.

La phonothèque de la MMSH sera présente pour un évènement qui lui tiend à coeur : l’inauguration du portail collectif du patrimoine oral réalisé dans le cadre du pôle associé de la BnF et de la FAMDT. Ce portail, bâti à partir de la plateforme PKP, utilise le protocole OAI-PMH et le format Dublin Core pour faire parler entre eux les catalogues de cinq centres d’archives sonores et audiovisuelles à travers la France: Dastum, le CREDO, le Centre Occitan des Musiques et Danses Traditionnelles Toulouse Midi-Pyrénées, l’association Mémoires Vives et la phonothèque de la MMSH. Du pain sur la planche d’ici ces premiers jours de décembre !

Crédit photographique : Jupes qui danses dans les rues de La-Paz (Bolivie), Photographie de Véronique Ginouvès, août 2005, CC.

Mise à jour du 13 avril 2009 : Christian Hottin et Sylvie Grenet (Ministère de la Culture) on mis en ligne sur HAL SHS leur intervention lors de ces journées  : http://halshs.archives-ouvertes.fr/index.php?view_this_doc=halshs-00189399&extended_view=1&version=0&halsid=tfmom5r2684a10p037atfffdk0

Pourquoi déposer sur HAL-SHS ?

L’internaute a accès aujourd’hui à plus de 16 000 documents en texte intégral sur HAL-SHS mais ce chiffre est largement en deçà de la production éditoriale en sciences humaines et sociales.  Alors pourquoi tous les chercheurs n’y déposent-ils pas leurs publications ? Est-ce de la méconnaissance pour cette plateforme ? De la crainte à propos des questions de droit ou de plagiat ? De la méfiance quant à la validation des données engrangées ? Ne serait-ce pas tout simplement de l’absence d’intérêt puisque, au bout du compte; les articles sont déjà publiés dans des revues à caractère scientifique ? Le 20 novembre 2008 à la maison méditerranéenne des sciences de l’homme, une journée sera consacré au dépôt dans HAL-SHS et à ses enjeux. N’hésitez pas à vous y inscrire !*

Si j’essaie de rassembler les arguments en faveur d’un dépôt – du point de vue individuel du chercheur -, il me semble qu’un élément essentiel est sans doute la forte lisibilité dont bénéficient les publications sur les réseaux académiques comme sur les moteurs spécialisés du Web. En effet, dès que le dépôt d’un chercheur est accepté dans HAL, il est aussitôt repris de façon mécanique sur les portails nationaux ou internationaux qui s’inscrivent dans le mouvement du libre accès comme Crevilles, Driver, Base ou OAIster, comme dans ceux dont l’objectif affiché est d’identifier les travaux du monde universitaire, tel Google Scholar.

La rapidité de diffusion est également un élément intéressant. Depuis le moment où le chercheur dépose et celui où l’équipe de modération de HAL accepte le dépôt, il se passe entre une et quarante-huit heures : le temps nécessaire pour que l’équipe du CCSD valide le format du dépôt et vérifie l’exactitude du nom du chercheur et de son laboratoire. Le document en texte intégral est donc tout de suite accessible, avant même parfois sa publication en ligne ou sur papier.

HAL offre ensuite la possibilité de produire des bibliographies automatiques sur une page personnelle pour présenter la liste de ses publications. L’ANR a d’ailleurs interpellé la communauté scientifique dès novembre 2007 pour que les textes produits dans le cadre de son financement soient déposés au fur et à mesure de leur élaboration, c’est-à-dire dès soumission à une revue et, à nouveau, au moment de la publication effective.

L’autre argument qui pourrait, au fil des années, prendre plus d’importance est la fonction de datation des idées, au regard d’autres productions susceptibles de reprendre une ou des parties de ces textes sans les citer. En quelque sorte, HAL deviendrait une sorte de dépôt légal de la publication scientifique. De plus en plus, les universités utilisent des logiciels qui balaient le web à la recherche de parties de phrases susceptibles d’être plagiées. Il faut que ces logiciels puissent puiser dans la littérature scientifique publiée : avoir son article sur HAL apporte une preuve d’antériorité sans équivoque, d’autant plus que depuis peu le CCSD intègre l’identifiant et la référence de publication automatiquement sur les PDF déposés dans l’archive.

Les institutions bénéficient, elles aussi, de services qui ont été mis en place au fil des usages par le CCSD. Par exemple, il est très simple de créer une liste de publications d’un laboratoire, mise à jour automatiquement par HAL-SHS, avec une possibilité de certification par le directeur d’unité grâce à un « tampon » ou collection. Avantage efficace, cette liste peut s’exporter simplement et être intégrée dans le rapport d’activité quadriennal du laboratoire ou sur son site web. Un bel exemple de ce type de possibilité est le tampon réalisé par le SCD de l’Université de Provence qui offre l’accès à l’ensemble des publications déposées sur HAL (ici toutes disciplines confondues) des laboratoires du campus d’Aix-Marseille. Dans le cadre de programmes de recherche, ces tampons peuvent aussi correspondre à des thèmes de recherche et être ainsi utilisés comme outils de veille d’information. Ainsi, avec la collection Archives ouvertes de la Méditerranée l’équipe de Bibenligne réalise une veille régulière sur l’aire méditerranéenne. La collection peut être parcourue par ordre alphabétique de titre, par année de publication, par auteur, par laboratoire ou par type de documents.

Tous ces arguments seront abordés et pourront être discutés lors de la journée du 20 novembre 2008 organisée à la MMSH dans le cadre de la formation continue et à l’initiative du département SHS du CNRS. Daniel Charnay (directeur du CCSD) présentera HAL dans son contexte national et international tandis que Christine Berthaud (Institut des Sciences Humaines de Lyon) focalisera son intervention sur les SHS dans HAL. Deux expériences concrètes viendront illustrer ces interventions : Anne-Christine Girard du SCD nous montrera la collection de l’Université de Provence et Marin Dacos (directeur du CLEO) présentera son expérience de chercheur en insistant sur l’intérêt des archives ouvertes dans ce qu’il convient d’appeler « l’ego référencement ». L’après-midi sera consacré à la pratique et vous pourrez tester les fonctionnalités du dépôt : n’oubliez pas de vous munir du texte d’un de vos articles sous format électronique pour réaliser l’exercice.

* Inscription sur simple courriel auprès de Véronique Ginouvès ginouves[@]mmsh[point]univ[tiret]aix[point]fr

Ce texte est repris d’un article rédigé par Véronique Ginouvès dans le bulletin d’information TELEMME Infos, n°43, octobre 2008.

Crédits photographiques : George Eastman House Collection, Man with book sitting in chair, ca. 1915 (color plate, screen (Autochrome) process), Image: 7 x 6.7 cm Overall: 8.3 x 10.2 cm. Informations sur la collection photographique  : http://www.eastmanhouse.org/inc/collections/photography.php. Pas de restriction de droit connue.

Quel est ce bruit au fond de la bibliothèque ?

En ce moment se déroule à Fréjus, une école thématique du CNRS sur le thème de la  préservation et diffusion numériques des sources de la recherche en sciences humaines et sociales. Ce sont les Centres nationaux de ressources numériques du CNRS qui sont à l’origine de cette formation (TELMA, CRDO, CN2SV CRHST) soutenue par le TGE Adonis. Impossible de résumer en quelques lignes ce qui s’y passe, vous trouverez toutes les informations sur le wiki de l’école et sur les signets partagés développés au fil de la semaine. J’aimerais simplement vous faire partager l’intervention riche et originale de Lou Burnard qui a ouvert la réflexion sur les « humanités numériques » avec un très joli titre Getting over the page*.

Quel est ce bruit qu’on entend au fond de la bibliothèque ? s’interroge-t-il…  C’est le chuchotement des livres qui se parlent. Lou Burnard les a entendu dire que la numérisation n’est pas un simple acte technique (tiens, j’ai déjà lu ça quelque part il y a déjà longtemps) et que si elle permet de lire, annoter, faire des liens, elle encourage aussi les livres à se parler entre eux. Ils se parlent d’autant mieux que la numérisation est aujourd’hui irrévocable et que  l’infrastructure de connaissance est désormais largement numérisée. Lou Burnard a parcouru pour nous la brève histoire héroïque des digital humanities commencée à l’aube de ces temps improbables où le courriel n’existait pas et parcourue d’aventures les plus folles, de la carte perforée au XML. Pour nous faire comprendre tous les enjeux du text encoding initiative, il nous a présenté quelques projets dont il a suivi les évolutions, insistant sur le fait que pour encoder un texte il faut savoir, avant, le décoder. Le cas du Lexicon of greek personal names est assez exemplaire. Ce Who’s who de la Grèce antique a été créé au début des années 1970 pour tranquillement arriver au 21e siècle sans perte d’information, passant d’une application à une autre, toujours plus performante, intégrant au passage les travaux d’autres communautés comme Pleiades ou Aphrodidias. Sa réflexion sur les textes numériques devenus bien commun comme l’air qu’on respire et son appel à la convergence m’ont rappelé les idées d’Hervé le Crosnier, sans l’évocation inquiétante du contrôle de l’usage par les propriétaires des contenusSon appel – en conclusion- à la communauté scientifique de participer au web sémantique se voulait encourageant.

* Définition sur le dictionnaire en ligne Worldreference du verbe « to get over » : http://www.wordreference.com/enfr/to+Get+over

  1. traverser (stream, bridge); passer au-dessus de (wall);
  2. se remettre de (illness, shock); I can’t ~ over it (amazed) je n’en reviens pas;
  3. surmonter (problem);to ~ sth over with en finir avec qch.
Crédits photographiques :
Collection Adolph B. Rice Studio, février 1956, issu de la . Library of VirginiaNo known restrictions on publication. http://flickr.com/photos/library_of_virginia/2899334394/

Les outils du web 2.0 au service des documentalistes

Ouvrir un carnet sur Hypotheses.org c’était -entre autre- un moyen pour l’équipe de la phonothèque de la MMSH d’utiliser les outils du Web 2.O. En effet, la base de données en ligne de la phonothèque ne permet pas vraiment d’ouvrir un dialogue avec ses utilisateurs. Même si nombre d’internautes nous écrivent des courriels pour avoir des informations sur les archives sonores repérées dans la base (et certains mériteraient d’être publiés), il s’agit d’échanges privés.

Je m’égare… tout ça pour dire que pour gérer un fonds d’archives sonores il est utile de connaitre les outils du Web 2.0. Ces jours derniers, se sont déroulées à Sète les journées des professionnels de l’information scientifique et technique du CNRS, les FREDOC. Elles portaient sur « Le web collaboratif au service des documentalistes ». J’y suis intervenue dans un atelier sur la syndication de contenu et les outils de travail collaboratifs. Voilà le programme et le diaporama diffusé lors de cet atelier.

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, Port de Sète depuis le cimetière marin (CC)

Une note en bas de la page :

La ville de Sète (Cette) est émouvante. D’abord à cause du poète Paul Valéry qui plane sur le cimetière marin :

« Le vent se lève! . . . il faut tenter de vivre!
L’air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs!
Envolez-vous, pages tout éblouies!
Rompez, vagues! Rompez d’eaux réjouies
Ce toit tranquille où picoraient des focs! »

Et puis à cause de son nom, longtemps resté sous forme d’adjectif démonstratif, comme l’a chanté Georges Brassens, amoureux un temps de Jeanne Martin, « patronyme qui fait pas tellement d’effet dans le bottin mondain. »

Compte-rendu d’une journée d’étude sur les archives orales en sciences humaines et sociales

 

Conrad & Deans, Puss 'n Boots display
Conrad & Deans, Puss

Les textes des journées des 18 et 19 septembre sur les archives scientifiques en sciences humaines et sociales commencent à être mis en ligne sur le site du Pôle images, sons, recherches en sciences humaines de la MMSH. La phonothèque se devait de proposer un compte-rendu de la journée du 19 qui était spécifiquement consacrée aux archives sonores et audiovisuelles : le voici.

Les travaux de la matinée ont permis d‘apprécier combien l’exploitation des corpus oraux exige une collaboration étroite, d‘une part  entre chercheurs des différentes SHS et d‘autre part entre chercheurs et professionnels de l’archive sonore ou audiovisuelle.

Il s’agit d‘abord en effet de commencer par repérer et identifier les collections  sonores issues des SHS existantes, et susceptibles d ‘être revisitées par les chercheurs après leur constitution et leur dépôt dans des institutions patrimoniales. Le caractère urgent et nécessaire de ce travail de recensement a été souligné par Pascal Cordereix pour les collections folkloriques et ethnographiques constituées depuis les années 1930 au MNATP, à la BnF, au Musée de l’Homme et au Musée Guimet, trop souvent ignorées des chercheurs en SHS et très peu consultées. Cet « inventaire des inventaires », qui révèle dès maintenant une grande hétérogénéité dans la « documentation » des collections et le traitement des documents  (inventaire minutieux pièce à pièce d‘un côté, enregistrements non datés non légendés ou non traduits de l’autre, fiches manuscrites ou interrogation informatique etc.), se révélera un instrument de travail précieux pour les chercheurs en SHS, pour revisiter certains « terrains », pour faire l’histoire de la recherche en ethnologie ou en ethnomusicologie ou pour faire la biographie de tel ou tel chercheur.

Ensuite, la nécessité de « documenter » les corpus oraux et audiovisuels a été réaffirmée par tous les intervenants et un véritable consensus s’est dégagé pour lister d’un commun accord « les bonnes pratiques » en la matière (C. Cassé, L. Nicolas, C. Isnart, S. Combe) :

1° rédiger une « annexe méthodologique » générale exposant les circonstances du lancement de l’enquête ou de la constitution du corpus (commande  publique, contexte associatif, recherche collective ou individuelle, thèse etc.) et explicitant les hypothèses de recherche  ou les décisions prises en matière de collecte (méthodes d‘entretien, sources utilisées, définition du corpus des informateurs, lieu, durée, choix des intervieweurs, choix de filmer les entretiens, contexte social ou historico-politique etc.) ;

2° élaborer les instruments de travail accompagnant le corpus des enregistrements (identification de chaque document [lieu, date, auteur],  rédaction des fiches d‘entretien, séquençage et indexation des enregistrements, transcriptions éventuelles, inventaire analytique ou chronothématique, résumés des entretiens, biographies des interviewés etc.) ; établissement des méta-données et conservation des archives de l’enquête (carnets ou journaux de terrain, questionnaires, guides d‘entretien, bibliographie, voire mise en ligne en même temps que les entretiens eux-mêmes)…

C’est cette contextualisation et cette explicitation des conditions de production qui permettent la « revisitation » et la réutilisation  des corpus par d‘autres personnes que les auteurs originels ; ce sont elles en particulier qui permettent de fonder une étude sur le travail de mémoire ou sur la manière dont on écrit l’histoire au sein d‘un même groupe social ou à travers des générations différentes (S . Combe, H. Bracco).

La complexité de ces tâches et leur caractère chronophage exigent  une collaboration étroite entre ceux qui ont produit et déposé les corpus (mettre au point les données les plus précises et exhaustives possibles), ceux qui les réécoutent pour les documenter   (faut-il être anthropologue pour écouter et mettre en fiche des entretiens d‘anthropologues [L. Nicolas] ?), ceux qui les mettent en fiches et cataloguent (établir des instruments de travail les plus restitutifs possibles), ceux qui les transcrivent ou qui les traduisent, ceux qui les perfectionnent (traitement sonore), ceux qui les mettent en ligne ou les publient (informaticiens, techniciens du numérique, éditeurs, juristes) et ceux qui les diffusent en direction de publics variés (associations, institutions ou acteurs culturels, éditeurs, arts du spectacle, conteurs, musiciens ou chanteurs, interprètes etc.[C. Cassé, C. Isnart])…

Les chercheurs eux-mêmes, ceux qui viendront utiliser ces corpus, devront à leur tour faire l’effort d‘intégrer ces données pour faire la comparaison et la critique des documents (H. Bracco, S. Combe). De fait, le dépôt des corpus et leur réécoute par d‘autres chercheurs offrent la possibilité d‘un croisement des sources, d’une vérification des informations et des affirmations et d‘une mise en résonance croisée des témoignages (H. Bracco, S. Combe).Ils permettent aussi le rebond sur de nouvelles pistes de recherche et une véritable « circularité » de la recherche et des savoirs, entre la première enquête, sa revisitation, sa réception, ses prolongements sociaux ou culturels et la constitution de l’ensemble en nouvel objet de recherche (C. Isnart).

Il y a une véritable chaîne professionnelle depuis la production de l’entretien jusqu’à son interprétation, sa valorisation et sa réception. Où l’on voit que la conservation et

L’après midi avait pour objectif de montrer les outils collaboratifs existants ou en cours de construction pour les archives sonores et audiovisuelles. Ce qui apparaît clairement c’est que le document numérique a complexifié la gestion des archives sonores. En effet, lors de ces deux journées ont été présentés pas moins de trois projets qui mettaient en avant les mêmes types de besoins. Le premier avait été présenté la veille par Laurent Dousset, directeur du CREDO à la Maison Asie Pacifique. Il portait plus largement sur tous les types d’archives de la recherche mais posait à plusieurs titres à la question de la pérennité des documents numérisés et de leur accès.

Les deux projets présentés l’après-midi du 19 septembre étaient entièrement accès sur les documents sonores. Le premier, TELEMETA, a été mis en place par le Centre de Recherche en Ethnomusicologie – LESC et le Laboratoire d’Acoustique Musicale auxquels se sont associés le MuCEM, le Muséum National d’Histoire Naturelle et la Phonothèque de la MMSH d’Aix-en Provence. TELEMETA s’intéresse avant tout aux archives provoquées par les chercheurs en anthropologie, en histoire ou en musicologie. Cet outil souhaiterait proposer une facilitation de l’accès aux sources orales par les chercheurs, à leur diffusion, à leur édition et à leur éventuelle réutilisation. L’objectif est aussi d’offrir un système de conservation à long terme en créant un système de sauvegarde intégré. Le second projet a été développé dans le cadre d’un centre de ressource national le CRDO (centre de ressources pour la description de l’oral). Il s’adresse avant tout à la communauté des linguistes à qui il propose de partager et d’échanger leurs données. La plate-forme met en ligne non seulement des corpus sonores et filmés mais aussi des outils dédiés à la linguistique et des ressources (lexiques, bases de référence, systèmes de représentation, grammaires, …) et gère les droits en fonction des profils des utilisateurs.

L’intervention de Sonia Zilhart a permis de prendre connaissance des partenariats que propose le Ministère de la culture à travers le programme du plan national de numérisation. Ce dernier souhaite augmenter significativement l’offre de ressources numériques culturelles en proposant des ensembles cohérents et de taille critique accessibles librement afin de permettre l’accès de fonds patrimoniaux à un large public. Les projets de numérisation d’archives sonores qui ont pu entrer dans ce cadre sont nombreux, au cours de ces deux journées deux projets ont été d’ailleurs financés dans ce cadre : la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône présenté par l’association Paroles Vives et l’enquête ethnomusicologique de Bernard Lortat-Jacob, présentée par Cyril Isnart. Mais voilà qui rend tout aussi essentielle la réalisation de projets tels que TELEMETA car au bout du compte, une fois tout ce patrimoine numérisé, comment y accédera-t-on et pourra-t-il être conservé de façon pérenne ? La question reste entière car l’objectif premier du ministère de la culture est avant tout d’offrir une mise en ligne de masses critiques importantes pour un large public. D’autant que l’analyse documentaire des fonds sonore est centrale : une archive sonore non documenté et diffusée hors de son contexte est muette.

Pour terminer, Marie-Christine Hélias a présenté les procédures mises en place par l’institut national de l’audiovisuel (INA) pour permettre aux chercheurs de consulter les fonds radio et télédiffusés. L’INA s’appuie sur le dépôt légal de la radio et de la télévision  (loi du 20 juin 1992) pour mettre en place son programme de conservation patrimoniale et offrir une  consultation gratuite de ses fonds dans les cadres académiques. Ces accès sont toujours difficiles car la base « professionnelle » n’est accessible aux chercheurs uniquement sur les sites INA. La base en ligne du dépôt légal ne permet pas d’effectuer de requêtes précises.

En conclusion, l’échange entre les différents professionnels qui gèrent ou valorisent les archives sonores est essentiel et il faudrait pouvoir le renouveler régulièrement. Un lieu commun s’écroule : le document sonore numérisé est tout aussi, et même encore plus, complexe à appréhender que sous forme analogique… Son analyse, sa conservation, sa pérennisation, sa valorisation atteignent des coûts difficiles à prendre en compte par des centres isolés. Ces interventions ont démontré que seule la collaboration permettra de mettre en place des projets pérennes et proches des usages des chercheurs et des utilisateurs.

Merci à Florence Descamps qui a rédigé le compte-rendu de la matinée dont elle était modératrice.

Crédit photographiques :

Conrad & Deans, Puss ‘n Boots display / Adolph B. Rice Studio (1954)
No known restrictions on publication.
Library of Virginia, Prints and Photographs, 800 E. Broad St., Richmond, VA, 23219, USA, digitool1.lva.lib.va.us:8881/R

L’ethnologue et l’enquête de terrain enregistrée

Anges sur la place de la Comédie, Montpellier
Anges sur la place de la Comédie, Montpellier

Les interventions des journées organisées par l’association des archivistes français à Montpellier du 24 au 26 septembre dernier ont permis de prendre connaissance de nombreuses expériences de valorisation menées à partir d’archives sonores au sein de services d’archives communales et départementales. La matinée du vendredi portait sur la valorisation scientifique et, inévitablement, est apparue la nécessité de définir avec précision non seulement le témoin, mais aussi celui qui enquête, si on veut pouvoir revenir vers les entretiens enregistrés. Géographes, ethnologues, sociologues, historiens, archivistes, psychanalystes, militants… Les figures se sont succédées au cours de ces trois jours pour évoquer des entreprises autour de l’enquête enregistrée qui auraient pu, chacune, être racontée différemment en fonction des postures des enquêteurs. Christian Hottin a abordé celle de l’ethnologue en s’appuyant sur son expérience de chef de la mission ethnologie au ministère de la culture qu’il occupe depuis 2006. La réflexion était riche et il m’a semblé important d’essayer de restituer ses idées aux lecteurs de ce carnet qui s’intéressent à la constitution des archives sonores en ethnologie. En particulier parce que cette expérience s’inscrit en écho à la réflexion menée par Corinne Cassé de l’association Paroles Vives dans le texte qu’elle propose sur la mémoire arménienne des Bouches-du-Rhône et à l’histoire de la constitution du fonds sonores de la phonothèque de la MMSH.

Nota bene : Pour ne pas que la lecture de la synthèse de Christian Hottin ne soit troublée par celle de mes commentaires, j’ai choisi de les signaler en italique.

Christian Hottin constate tout d’abord que la mission de l’ethnologie elle-même, créée au début des années 1980, a généré très peu d’archives consultables. Cela ne faisait d’ailleurs pas partie de ses objectifs : elle se voulait plutôt un levier pour la production de la recherche en ethnologie et la conservation n’était pas inscrite dans ses problématiques. Elle y a certes réussi, lorsqu’on regarde la variété des titres de rapports de recherche qui ont été financés par la mission depuis sa création. La mission de l’ethnologie a eu une action importante dans le développement d’une « ethnologie de la France » alors que les anthropologues se tournaient presque uniquement vers les sociétés « exotiques ». Quoiqu’il en soit, cette absence d’accès aux archives des ethnologues est plutôt emblématique. Une partie des sources créées par ces appels d’offre sont aujourd’hui en ligne soit tout simplement en proposant le PDF du rapport soit en mettant en ligne des extraits audiovisuels de 118 films réalisés sur des financements de la mission. La mission a également créé PORTETHNO, un répertoire qui recense les recherches et les ressources en ethnologie de la France. Christian Hottin a rappelé aussi que de nombreux partenaires du ministère de la culture avaient pour charges, entre autres, la conservation des sources comme le MuCEM, ancien MNATP, le conservatoire ethnologique de Salagon ou l’écomusée de la Roudoule. Il a rappelé l’importance du plan national de numérisation et a renvoyé l’assemblée vers le portail du patrimoine numérique du ministère de la culture qui permet de repérer rapidement les projets de numérisation de documents sonores et audiovisuels.

 J’aurais voulu ajouter qu’il ne faut pas oublier que les archives sonores à la source de la rédaction de ces rapports d’étude de la mission ethnologie sont parfois conservées dans des institutions auxquels appartiennent, ou ont appartenu, les chercheurs enquêteurs. Par exemple, à la phonothèque de la MMSH, sont déposées plus de 350 heures issues des rapports de Jean-Luc Bonniol sur Les passés du Larzac (2001), de Pierre Laurence sur La mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte (1998), Nicole Coulomb sur les Jeux et jouets en Cévennes (1989) ou de Jean-Noël Pelen sur Le pays d’Arles (1987). Les enregistrements sonores peuvent ainsi être consultés en même temps que les rapports.

En consultant l’ouvrage d’Agnès Calu et Hervé Lemoine, un répertoire sur le patrimoine sonore et audiovisuel, Christian Hottin n’a trouvé que peu d’institutions qui gèrent des archives sonores. L’EHESS, le CNRS ou l’ENS détiennent quelques entretiens de l’histoire de leurs institutions mais rien n’est organisé. Il s’interroge donc : où se trouvent donc les archives issues de la pratique des chercheurs en ethnologie ? Pour analyser ce phénomène, il développe deux arguments. Le premier tiendrait dans la faiblesse de l’implantation de l’archivistique dans l’espace universitaire. Le chercheur français aurait un rapport à son institution très distancié. Il serait peu enclin à déposer car il n’existe pas de service d’archives digne de ce nom dans les laboratoires et les universités françaises. Pour preuve, il renvoie l’assemblée au réseau AURORE (voir sa liste de diffusion : aurore@ac-poitiers.fr) dont l’un des objectifs est de consolider la place des archives au sein des universités. Autre raison évoquée, la constitution volontariste d’entretiens destinés à l’histoire des établissements : les ethnologues s’intéressent peu à ce type de corpus le plus souvent organisés par des historiens.

Comme le souligne Christian Hottin au début de son intervention, les bases de données qui permettent d’accéder aux corpus sonores sont éparpillées et les fonds sonores sont mal cartographiés. Le travail mené par PORTETHNO ou celui de Patrimoine numérique, référencé par le portail européen Michael, est en ce sens essentiel. Cependant, repérer des fonds sonores à partir du seul ouvrage d’A. Calu et H. Lemoine revient à limiter sa recherche aux archives historiques et administratives. En effet, c’est sur ce domaine que le recensement s’est focalisé. L’ethnologie n’était pas au centre de l’enquête. La musique, en particulier, en a été exclue et, avec elle, une grande partie des grands corpus ethnomusicologiques. Et puis, à la différence des bases en ligne, l’ouvrage papier est déjà obsolète puisque l’enquête s’est terminée en 2003.

De façon plus structurelle, les documents sonores de la pratique ethnologique ne seraient pas abordés comme des archives mais relèveraient de la source personnelle. Christian Hottin renvoie, en exemple, à un numéro de Genèse reprenant un débat de 2005 entre Florence Descamps et Florence Weber (« Un débat entre Florence Descamps et Florence Weber, animé par Bertrand Müller », Genèses n° 62, mars, p. 93-109). Dans cet article apparait dans le débat entre l’historienne et l’ethnologue, une différence de statut des archives sonores ; en particulier, chez l’ethnologue où prime l’observation de la société et la prise de note qui va croiser les entretiens. L’historien aurait un objectif quantitatif lors de la réalisation de ses enquêtes, tandis que l’ethnologue n’a pas besoin de « faire nombre » : lorsque de nouveaux entretiens n’apportent plus rien à sa recherche il cesse d’enregistrer. Le statut du témoin, lui aussi, est différent dans les deux disciplines. En histoire, le témoin est de plus en plus valorisé, voire sacralisé, tandis qu’en ethnologie, la notion de témoin n’est pas essentielle ; l’exemple est celui de Florence Weber qui évoque le « témoin malgré lui ». Enfin il revient sur la place de l’observation pendant l’entretien et sur l’importance de la prise en compte du contexte pour l’ethnologue. Il vient tempérer cette remarque en citant Florence Descamps qui rappelle les recherches de nombreux historiens qui prennent en compte le contexte de leur enquête. Pour exemple les recherches de Marc Gillet qui, étudiant la mine au 19e siècle, a interrogé des mineurs qui ont travaillé durant les années 1950. La question de la patrimonialisation elle-même n’est pas envisagée de la même manière dans les deux disciplines. Pour terminer, C. Hottin a évoqué le problème de l’anonymisation, thème central chez Florence Weber. Pour elle, la relation avec le témoin est avant tout une relation de l’ordre de l’intimité : l’ethnologue est un confident discret qui ne peut dévoiler les informations personnelles. L’usage public qu’il réalisera de ces entretiens ne pourra se faire qu’au terme d’un processus d’anonymisation. Il donne comme exemple ultime celui de Bruno Latour qui, dans « La fabrique du droit », recrée des dialogues à partir de ses notes et anonymise ainsi les discours eux-mêmes.

C’est cette partie de l’intervention, particulièrement riche, qui a donné lieu à un débat avec les participants. Florence Descamps a signalé à cette occasion que Florence Weber avait, depuis, accepté l’idée que les historiens eux aussi pouvaient à la fois enregistrer et observer les témoins et la société. Il me semble que ces remarques sont ici l’écho du texte de Corinne Cassé présenté lors du même colloque. Elles sont incontestables, mais l’attitude de l’ethnologue évolue rapidement. A la phonothèque de la MMSH plus de 60% des dépôts émanent de chercheurs de cette discipline et chaque année de nouveaux enregistrements sonores d’ethnologues affluent à la phonothèque (environ 200 heures par an). En 2008, nous avons ainsi reçu les dépôts (nouveaux ou complémentaires) de Christian Bromberger et d’Annie-Hélène Dufour.

Pour conclure, Christian Hottin revient sur la nécessité d’avoir accès à l’ensemble des sources dans le contexte de la revisite des terrains. Dans cette nouvelle exploration d’un terrain par un nouveau chercheur, les entretiens sont alors réutilisés comme le ferait un historien. Il donne l’exemple de Gilles Laferté qui revisite actuellement les archives de Minot. Une nouvelle question se pose alors, au-delà de la place des archives orales en anthropologie, de la place de l’archive dans l’écriture.

Crédit photographiques : Véronique Ginouvès, CC

Deux journées sur les archives scientifiques des sciences de l’homme

Jeudi 18 et vendredi 19 septembre ont eu lieu deux journées sur les archives scientifiques des sciences de l’homme organisées sous le thème de la coopération. Plus de 80 personnes ont assisté aux conférences riches en réflexion et en partage d’expériences. Nous publierons les textes des interventions au fur et à mesure de leur réception sur le site du Pôle image, son, recherche en SHS. En attendant, voilà quelques images de ces deux journées fort studieuses mais très chaleureuses. Florence Descamps, co-organisatrice des journées, et l’équipe de la phonothèque en profitent pour remercier tous les participants et les intervenants.

Introduction aux journées par Brigitte Marin (TELEMME - MMSH) aux côté de François Gasnault (AD13)
Introduction aux journées par Brigitte Marin (TELEMME – MMSH) aux côté de François Gasnault (AD13)
La salle Paul-Albert Février, le 18 septembre 2008
Salle Paul-Albert Février – MMSH
Danielle Musset (Musée de Salagon), Corinne Cassé (association Paroles Vives) et Stéphanie Méchine (Archives de l'Université de Paris)
Danielle Musset (Musée de Salagon), Corinne Cassé (association Paroles Vives) et Stéphanie Méchine (Archives de l’Université de Paris)
Serge Wolikow (MSH Dijon) et Bertrand Müller (MSH Dijon)
Serge Wolikow (MSH Dijon) et Bertrand Müller (MSH Dijon)
Marie-Dominique Mouton (MAE) et Marion Abeles (Collège de France)
Marie-Dominique Mouton (MAE) et Marion Abeles (Collège de France)
Laurent Dousset (CREDO), Bertrand Müller (MSH Dijon) et Florence Descamps (EPHE)
Laurent Dousset (CREDO), Bertrand Müller (MSH Dijon) et Florence Descamps (EPHE)
Laurent Dousset (CREDO), Louise Pichard-Bertaux (MAP) et Barbara Bonazzi (Ecole française d'extrême orient)
Laurent Dousset (CREDO), Louise Pichard-Bertaux (MAP) et Barbara Bonazzi (Ecole française d’extrême orient)
Sonia Combes (BDIC), Pascal Cordereix (BnF), Florence Descamps (EPHE), Hélène Bracco
Sonia Combes (BDIC), Pascal Cordereix (BnF), Florence Descamps (EPHE), Hélène Bracco
Elizabeth Bellon (MAE), Fabienne Heulland et Blandine Nouvel (CCJ)
Véronique Blanc-Bijon (CCJ), Elizabeth Bellon (MAE) et Fabienne Heulland (CCJ)
Fabienne Heulland (CCJ) et Blandine Nouvel (CCJ)
Fabienne Heulland (CCJ) et Blandine Nouvel (CCJ)

Isnard-DescampsCyril Isnart (IDEMEC), Florence Descamps (EPHE) 

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès CC

Quand l’ethnologue crée une source pour la mettre à disposition du public dans une phonothèque de recherche

Sevan Highway sign in Armenia par Thomas Frederick Martinez (CC 2.0)Du 24 au 26 septembre 2008, se tiendra à Montpellier le huitième congrès de l’association des archivistes français. C’est la section « archives communales et intercommunales » qui a été chargée de l’organisation et a choisi d’aborder la question des archives sonores. A cette occasion sera présenté un projet sur la mémoire orale des Arméniens des Bouches-du-Rhône mené en collaboration avec l’association Paroles Vives, les archives départementales des Bouches-du-Rhône et la phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) . Vous trouverez ci-dessous le texte de l’intervention conjointe de Corinne Cassé (responsable de l’association Paroles Vives) et de Véronique Ginouvès (MMSH).

Le projet Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône initié en avril 2005 avait comme objectif de départ la création d’un outil pédagogique sur l’histoire de la diaspora arménienne à destination des collégiens et lycéens, basé sur une méthodologie ethno historique. L’évolution de nos partenariats institutionnels a abouti à la production d’un corpus d’entretiens ethnographiques. En avril 2008, l’association Paroles Vives a déposé auprès des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, une collection numérique d’archives sonores inédites comprenant des entretiens avec les familles de descendants d’Arméniens résidant dans 18 communes des Bouches-du-Rhône depuis les années 1920. Le projet a obtenu le label Arménie mon amie des commissariats français et arménien pour l’année de l’Arménie. Il a été réalisé grâce au financement du conseil général des Bouches-du-Rhône, de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances et de la Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture dans le cadre du plan national de numérisation. Une convention tripartite engageant les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, la MMSH et l’association Paroles Vives a été signée dès le début du projet pour attribuer les fonctions de chacun des partenaires.

La collection numérique a été collectée et traitée sur une période totale de huit mois en deux phases : fin 2006 et fin 2007. Le corpus se compose de 106 enquêtes soit 162 heures d’entretiens recueillis auprès de 126 personnes. Un comité de pilotage a encadré ce collectage. Il était composé d’anthropologues et historiens spécialistes de Marseille et de la diaspora arménienne, de François Gasnault, directeur des archives départementales des Bouches-du-Rhône et de Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH. Pour l’équipe des sept ethnologues chargées du collectage, cette expérience fut la première du genre et fut souvent en contradiction avec leurs méthodes habituelles sur des points précis que je vais exposer ici. C’est pourquoi, par commodité, lorsque j’emploierai le pronom « nous » ce sera au groupe d’ethnologues que nous avons constitué durant le projet auquel je ferai allusion. Ainsi, nous avons considéré que l’intérêt d’une telle collection, notamment au sein d’une bibliothèque scientifique, peut dépasser la parole recueillie de nos informateurs, dans la mesure où nous avons désiré communiquer sur nos difficultés épistémologiques, les solutions choisies et les conditions de production scientifique de nos données.

Une démarche inédite pour des ethnologues

Quel est l’objet « parole » ? La parole demandée, provoquée ou simplement entendue, captée de façon informelle est un objet, un centre d’intérêt classique en ethnologie parmi d’autres. Nous avons appris à valoriser le discours de l’informateur comme une des sources principales d’informations. Souvent les personnes interviewées sont surprises de l’intérêt que l’on porte à leurs propos sur certaines thématiques (ce qui peut être différent pour le collectage de littérature orale où la dimension nostalgique est forte). Mais la parole n’a pas vraiment de valeur en soi hors du contexte qui l’a produite. Je veux dire qu’il est rare que notre analyse ethnologique se base exclusivement sur des discours. L’analyse ethnologique est le produit de tous nos objets recueillis sur le terrain :

  • recherche bibliographique thématique ;
  • observations de pratiques et comportements, observation participante ou non ;
  • collecte d’objets divers (vêtements, ustensiles) ;
  • observation de l’organisation des espaces ;
  • interrogation de notre propre rapport au terrain et de notre démarche de construction de l’altérité. Ces différents objets se croisent et s’interrogent sans cesse tout le long du terrain.

Quelles sont les conditions de production de l’objet « parole » ?

Le premier outil d’un terrain ethnographique est la présence prolongée sur le terrain qui permet une certaine relation entre l’enquêteur et ses informateurs, basée sur la confiance et l’échange mutuel. L’ethnologue aborde et utilise différemment l’objet parole au cours de son travail. Il peut s’agir :

  • d’une parole captée de manière informelle qui donne lieu à des prises de notes ;
  • d’une parole provoquée par l’engagement d’une discussion informelle ;
  • d’une parole provoquée et archivée par un entretien formel enregistré.

La parole, dans quasiment chacun de ces cas, est destinée au seul chercheur au cours d’une relation interpersonnelle de confiance. Ceci est d’autant plus vrai lorsque l’entretien est enregistré par le chercheur. Il n’y a alors qu’un contrat moral. D’autre part l’informateur attend que le chercheur ait certaines connaissances du sujet et se basera sur ces connaissances pour se faire comprendre. Le chercheur, en tant qu’initié, placera cette parole dans un ensemble sémantique complexe. En tant que chercheur nous nous accommodons des conditions de production de cette parole : ces conditions dépendent de nos besoins d’informations et du seuil de précision attendu, de notre capacité relationnelle et de celle de nos informateurs. Notre intégration au terrain et la durée de notre présence nous permettent de renouveler la prospection et de palier d’éventuelles lacunes.

La parole nous est destinée, elle reste notre propriété, nous sommes maîtres des conditions de production et de son avenir. Elle n’est pas conservée telle quelle et n’est pas considérée comme une archive. D’ailleurs la plupart des entretiens enregistrés au cours de notre carrière et de notre cursus ont été détruits ou perdus. La parole peut être retranscrite (avec tous les filtres que cela induit) mais rares sont les rapports d’analyses ethnologiques communiquant en annexe l’intégralité de la parole recueillie. Seuls certains passages sélectionnés sont disponibles au public, sortis de leur contexte d’énonciation et insérés dans le développement de la pensée du chercheur, en quelque sorte manipulés. Il n’est pas question pour nous ici de faire le procès de cette pratique. Nous sommes convaincues de la richesse que représente l’analyse d’un chercheur investit longtemps sur le terrain. Nous sommes d’autant plus convaincues de la richesse que représentent les variations d’analyses de chercheurs différents à des époques différentes sur un même contexte. D’où l’intérêt évident de soumettre tout ou partie des objets qui ont servi notre propre analyse au regard, à la critique et à l’analyse de nos pairs, des disciplines voisines et du grand public.

La mise à disposition du corpus

Cette collection est désormais accessible à tous les publics depuis la base de données de la phonothèque de la MMSH qui a pris pour nom Ganoub (le Sud en arabe). Cela n’a été possible que parce que les questions de droit ont été réglées par l’association Paroles Vives au fil des enquêtes. La commande impliquait d’agir dans un cadre précis de réalisation en terme de budget, de temps et de restitution. L’objet produit devait être de la parole enregistrée.

Chaque entretien était unique car il n’était pas possible de retourner voir les informateurs. La durée prévue allait de une à trois heures, le cours de la discussion devait être aussi complet et cohérent que possible. Cette étape a obligé les ethnologues enquêteurs à les focaliser sur la production de cet objet unique, la parole enregistrée, et donc d’opérer un déplacement, une concentration d’attention sur la parole et sur sa source : l’informateur. L’informateur devenait producteur principal du sens, source principale d’informations même si la relation avec l’enquêteur et les interventions de celui-ci avaient leur importance.

La relation étant clairement basée sur la démarche volontaire de dépôt aux archives départementales des Bouches-du-Rhône. La production d’informations a été sollicitée volontairement dans une visée de conservation et de communication au public. Les personnes savaient que le public pourrait faire une copie de ce qu’elles allaient dire. Dans le suivi et l’encadrement du chantier il était souvent rappelé aux enquêteurs : « Soyez attentifs à ce que les personnes n’oublient pas le micro ». Une autre divergence par rapport aux terrains ordinaires où il est préférable que la personne fasse abstraction du micro.

La grille d’enquête a été aussi un élément structurant de l’ensemble de la collection qui pose des questions essentielles pour un fonds destiné au dépôt : l’entretien formel était-il une injonction de parole, une archive provoquée ? La grille d’enquête permettait de répondre à plusieurs objectifs :

  • assurer la cohésion d’ensemble du corpus, réalisé par 7 enquêtrices ;
  • assurer la couverture durant l’entretien d’un certain nombre de thématiques ;
  • proposer un support de discussion dans la relation établie entre l’enquêteur et l’informateur ;
  • permettre aux auditeurs de comprendre notre méthode d’investigation ;
  • permettre une éventuelle mise en parallèle de plusieurs entretiens.

De part cette position centrale de l’informateur et de sa parole, un contrat de cession de droits pour la conservation et l’utilisation des enregistrements était indispensable. Ils ont été obtenus pour tous les enregistrements. Ces signatures ont permis à la phonothèque de la MMSH de mettre en ligne l’ensemble des entretiens puisque la totalité des informateurs avaient signé un contrat d’utilisation et de diffusion mais aussi de contextualiser les différents entretiens avec précision avec le lien constant avec la méthodologie de l’enquête. La collection, une fois analysée et saisie dans la base de données de la MMSH, a été également décrite dans plusieurs catalogues :

  • Une copie de la totalité du traitement documentaire a été exporté en format texte et intégré à la base de données Clara-Loris des archives départementales des Bouches-du-Rhône.
  • Une notice descriptive de la collection a été rédigée sur la base Patrimoine numérique du Ministère de la Culture.
  • Cette base est interopérable avec le moteur MICHAEL qui explore les collections numériques des musées, services d’archives, bibliothèques et de nombreuses institutions culturelles européennes ; par conséquent, la notice de la collection y est accessible ;
  • Une notice descriptive de la collection est également accessible sur le catalogue collectif de France de la bibliothèque nationale de France.
  • A la fin de l’année 2008 les références de ces notices et leurs fichiers numériques seront également mises en ligne sur un catalogue collectif d’archives sonores réalisé dans le cadre du pôle associé de la BnF de la fédération des associations de musiques et danses traditionnelles.

[Télécharger l’annexe méthodologique au corpus réalisé par Paroles-Vives, 2007]

Ce catalogue est basé sur le principe du moissonnage des métadonnées (harvesting) d’après les spécifications du protocole OAI PMH (Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting).

Les bases de données sonores des cinq centres de documentation composant, sous l’égide de la FAMDT sont accessibles par une interface unique. Les bases de données en ligne sont toutes structurées de la même façon et utilisent les mêmes métadonnées, facilitant ainsi l’interopérabilité. Les cinq centres pôles associés ont tous des catalogues en ligne qui présentent leurs fonds sonores :

Le principe est d’alimenter un dépôt avec les notices de chaque base de données sonores et audiovisuelles. Ce dépôt sera créé à partir d’un réservoir alimenté régulièrement par les centres qui effectuent un tri sur les notices déversées. Seules les notices des enregistrements sonores et audiovisuels inédits seront exportées, les documents texte, documents sonores édités et les émissions de radio n’y sont pas intégrés. Le format adopté est celui des 15 éléments du Dublin Core (DC). Le résultat des requêtes posées au catalogue collectif sur le méta portail renvoie vers le catalogue d’origine par l’URL, permettant la lecture de la notice complète ainsi que l’écoute du fichier son mis en ligne sur les bases locales. L’interface d’accès au dépôt sera publique proche de la proposition de la Fondation Knowledge Project (PKP).

Pour conclure,

Les archives sonores sont encore trop mal perçues dans les disciplines des sciences humaines et sociales pour de multiples raisons. Ce projet de collection sonore de la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône va à l’encontre des idées reçues :

– les collections sonores sont mal enregistrées car le plus souvent le chercheur s’intéresse plus au contenu qu’à la restitution sonore : les enquêtes auprès des Arméniens des Bouches-du-Rhône ont été réalisées dans d’excellentes conditions. D’abord sur minidisque couplé avec un micro externe, les enregistrements ont ensuite été réalisés directement en format WAVE 44.1khz/16bits en utilisant toujours un micro externe.

– les collections sonores ne sont jamais accessibles parce que les informateurs ne signent pas de contrat d’utilisation. Le collecteur a souvent l’impression que la signature du contrat va limiter la parole de l’informateur et l’inquiéter : la totalité des informateurs enregistrés dans le cadre de ce corpus ont signé des autorisations de diffusion et d’utilisation qui permettent la mise en ligne des entretiens.

– les collections sonores sont mal documentées : les ethnologues enquêteurs ont tenu à jour un carnet de terrain et on rédigé un texte qui décrit avec précision les méthodes d’enquête et donne accès à la grille du questionnaire. Attachée à la notice corpus de la base de données de la phonothèque ce document intègre l’ensemble de nos réflexions et les outils utilisés pour la constitution du réseau d’informateurs, la réalisation des entretiens, les carnets de terrain des enquêtrices et des informations sur la façon dont les documents ont été numérisés et analysés.

– les collections sonores sont mal cataloguées : le catalogage de ces enquêtes suit un système d’analyse qui a été rédigé par un groupe de phonothèques en France et traduit en 2007 en langue espagnole, il est utilisé dans de nombreux centre d’archives sonores. Ce sont des ethnologues documentalistes qui ont saisi les données et se sont attachées à comprendre la méthodologie de l’enquête et à documenter les termes du domaine de l’arménité.

– les collections sonores sont mal indexées : il n’existe pas de thesaurus propre aux archives sonores inédites sur le domaine de l’anthropologie de la France. Le thesaurus de la phonothèque de la MMSH utilisé pour l’indexation de la collection a été réalisé dans le cadre d’un réseau de phonothèque (celui des pôles associés) qui s’appuyait sur d’autres thesaurus comme Ethnophoto publié par une équipe du MNATP/MuCEM. Mais l’association Paroles Vives, qui a réalisé le traitement elle-même, a créé et documenté de nouveaux mots clefs, noms de personnes, de collectivités, de périodes et de lieux cités sur le domaine de l’Arménie et de l’arménité, validés par la Phonothèque de la MMSH.

– les collections sonores ne valorisent pas les informateurs : dans le cas de ce corpus chaque informateur a été tenu au courant de l’évolution du projet. Ceux qui voulaient avoir des copies de leurs enregistrements en ont obtenu. Au moment de la signature du contrat, l’anonymat a été proposé à tous les informateurs. La grande majorité des personnes interviewées ont choisi de communiquer leur identité. Cette particularité peut permettre le prolongement du travail entrepris dans le cadre d’autres études ou restitutions culturelles.

– les collections sonores ne sont pas citables : la mise en ligne des sources offre la possibilité de citer la ressource documentaire au cours de la rédaction d’un texte scientifique, qu’il s’agisse de la notice ou directement du fichier son.

– les collections sonores sont mal cartographiées, inconnues des chercheurs comme du grand public : la collection est repérée sur les grands outils de recherche internationaux et francophones.

Voilà donc un projet pilote qui pourrait faire évoluer les usages et les pratiques que l’on a pu avoir jusqu’ici des collections d’archives sonores. Nous pourrions pour conclure, enrichir l’injonction lancée dans les années 1970 par Philippe Joutard (L’Histoire, n°12, mai 1979, p.106-112) toujours passionné par les enquêtes orales aujourd’hui : « Historiens mais aussi ethnologues, sociologues… à vos micros, archivistes à vos catalogues ! ».

Crédit photographique : Sevan Highway sign in Armenia par Thomas Frederick Martinez (CC 2.0) http://flickr.com/photos/thomasfrederick/206227407/