Archives pour la catégorie Archives en ligne

luthier geste pour carnet

Retour aux sources : le métier de luthier

luthier geste pour carnet

Au cours de l’année 2013, une série d’extraits sonores ont été publiés sur les Carnets de la Phonothèque pour présenter le corpus Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine). L’intégralité des enregistrements  – hormis les restrictions d’usage pour des raisons éthiques et juridiques – est désormais accessible en ligne sur Ganoub, la base de données de la phonothèque. Les fichiers son complet peuvent être consultés sur place, à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence, sur demande motivée. Bonne écoute, merci de vos retours !

Consulter le corpus en ligne.

 

Crédits photographiques : Les gestes de travail de luthier par Hélène Claudot-Hawad, 1982.

11336062245_51ff6ecb62

Les photographies de Costică Acsinte dans le domaine public

 

Né le 4 juillet 1897 dans le petit village de Perieti en Roumanie, Costică Acsinte avait été photographe de guerre pendant la première guerre mondiale. A son retour il avait ouvert un studio photographique “Foto Splendid C. Acsinte” dans la ville de Slobozia où il est mort à l’âge de 87 ans en 1984. Depuis le 23 juin 1991 l’ensemble de ses photographies appartient au domaine public suite au décret n°321/1956 et la loi n°8/1996.

En 1985 le musée d’histoire de la région de Ialomita a acquis plus de 5000 photographies du studio de Costică Acsinte, prises entre 1935 et 1945 et en 2007, 300 de ses clichés de la première guerre mondiale : 10% de ces photographies ont été numérisées et archivées avec le soutien du Musée Ialomița County History. Elles sont désormais  accessibles en ligne etFlickr the commons en valorise une partie sur son site en 21 sets depuis novembre 2013.

Costică Acsinte nous a laissé des traces d’une extrême beauté de la vie en Roumanie au cours du 20ème siècle, allez voir ces images qui font rêver, elles sont librement utilisables.

Crédits photographique : montage de la page Flickr The Commons qui présente les collections Costică Acsinte, domaine public.

(ré)Ecouter Claude Levi-Strauss

France-Culture met en ligne une série d’extraits d’émissions radiophoniques avec Claude Levi-Strauss :

Sur la ‘Pensée sauvage’ - Extrait d’”Enquêtes et commentaires” du 21 décembre 1962. Entretien avec Jacqueline Narcy (9’01″)

Sur ‘Le cru et le cuit’ - Extrait du magazine des sciences du 22 octobre 1964, avec Georges Charbonnier (5’47″)

Origine des manières de table - Les fausses questions de l’ethnologie, à l’exception de Georges Dumézil. Extrait des matinées de France Culture, avec Georges Charbonnier, le 12 septembre 1969 (5’47″)

A propos de l’origine des manières de table - Extrait des matinées de France Culture, avec Georges Charbonnier, le 12 septembre 1969 (22″)

La mise en structure - Extrait de l’émission “Réflexion faite”, avec Emile Noël, du 31 juillet 1974 (4’57″)

Quid du style ? ‘La voie des Masques’ - Extrait des après-midi de France Culture, du 15 décembre 1975, avec Pierre Descargues (9’10″).

Merci à France-Culture de cette initiative car pour le moment aucun des cours ou des conférences de Claude Levi-Strauss ne peuvent encore être écoutés en ligne. Pour ce qui est de ses archives, elles ne sont pas encore consultables sur Gallica (Claude Levi-Strauss a déposé ses archives à la BnF en 2007) ; rien non plus de très accessible sur le site du Musée du Quai Branly.

Bien sûr, il est possible d’écouter Claude Levi-Strauss sur les archives de l’INA qui mettent en ligne 53 émissions télévisées et 15 émission radiophoniques enregistrées entre 1971 et 1993. Il vous coûtera entre 0,99 et 2,99 euros pour écouter un entretien dans son intégralité. Nombreux sont les journalistes qui ont réalisé des émissions avec lui : Marcel Bluwal, Pierre DumayetFrançois de Closets, Michel FieldBernard PivotBernard Rapp,  ou Jacques Chancel à la radio.

Allez fureter également sur le site de la télé Suisse Romande où vous pourrez visionner deux captivants documentaires réalisés en 1965 par le journaliste Henri Stierlin. Le plus court (8min 16s) montre Claude Levi-Strauss, au Collège de France, expliquant le fonctionnement du fichier du laboratoire d’anthropologie et la méthodologie de la recherche en anthropologique. Dans le plus long (33 min 42s), on peut voir un Claude Levi-Strauss ravi de faire découvrir son “local plutôt misérable” et de poursuivre dans un magistral entretien sur l’ethnologie et le structuralisme.

 

Crédits photographiques : On the upper Amazon, vers 1915, Archives de l’université de l’Oregon, pas de restrictions de droit connues.

Déposer en ligne ses enquêtes de terrain : appel aux chercheurs de sciences humaines et sociales

Depuis plus d’une année maintenant, l’université de Pise propose en ligne des ressources sous forme de vidéo et de postcasts utilisant les plateformes grand public Youtube et Itunes. Sur la chaîne Youtube de l’université, Rassegna Stampa SUP, sont accessibles 450 vidéos issues de journaux télévisés, de films, de prises de vues ou de documentaires sur l’activité scientifique des différentes institutions de la recherche et de l’enseignement supérieur de la ville de Pise. La plateforme Itunes, un peu plus difficile à repérer formellement, propose principalement des cours en ligne dans toutes les disciplines. Pour l’area umanistica, 33 cours sont disponibles aussi bien en histoire médiévale1, qu’en littérature ou en linguistique2.

La dernière mise en ligne intéresse les archives sonores du monde rural puisque, sous le titre de Testimonianze dal Territorio (Témoignages du territoire), elle propose de constituer une archive sur la société paysanne italienne. Pour le moment il s’agit uniquement du dépôt des films du documentariste et photographe Arturo Izzo mais le projet pourrait s’ouvrir à d’autres archives de terrain des chercheurs. En effet, le responsable du projet de l’Ateneo di iTunes, Enrica Salvatori, professeure d’histoire médiévale, introduit ainsi cette collection :

Le laboratoire de culture numérique de l’université de Pise invite les sociologues, les historiens, les linguistes qui ont collecté des témoignages de la vie rurale italienne du siècle dernier à mettre à disposition ces matériaux pour constituer une archive sur la société paysanne et la culture du territoire. L’espace qui vient d’être créé héberge des films documentaires et des entretiens enregistrés avec des témoignages qui racontent, à la première personne, la vie quotidienne, les expériences de chacun, les habitudes du passé. Notre ambition est de construire une archive de témoignages en récupérant aussi les matériaux que les chercheurs pourraient avoir dans leurs tiroirs3.

Les premiers dépôts sont peu documentés, il manque à l’internaute les éléments du contexte de la recherche et les droits d’utilisation et de diffusion sont limités à un copyright mais peu importe, l’initiative est originale, il sera intéressant d’étudier ce qu’en feront les chercheurs… A suivre !

Crédits photographiques : The Leaning Tower, Pise, Italie, prise de vue entre 1890-1900, bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues, permalien http://www.loc.gov/pictures/resource/ppmsc.06581

  1. Vous pouvez par exemple écouter la Professeure Enrica Salvatori, responsable de la plateforme numérique, sur le thème “Musulmani e Cristiani nel Mediterraneo medievale alla luce dell’economia e degli scambi” = Musulmans et chrétiens en Méditerranée médiévale à la lumière de l’économie et des échanges. []
  2. avec en particulier un cours de langue Amharic, audioclips illustrés d’images créés par Nadia M. Yimer and José C. Rodriguez []
  3. “Il Laboratorio di cultura digitale dell’Università di Pisa invita sociologi, storici, linguisti che hanno raccolto testimonianze della vita rurale italiana del secolo scorso a mettere a disposizione il proprio materiale per costituire un archivio sulla società contadina e sulla cultura del territorio. Lo spazio appena creato ospita infatti documentari e interviste d’archivio in cui testimoni raccontano in prima persona la vita quotidiana, le esperienze e le abitudini del passato e la nostra ambizione sarebbe costruire un archivio di testimonianze recuperando anche materiali che i docenti potrebbero avere nei loro cassetti”. []

Les collectages d’Alan Lomax accessibles en ligne

L’association nord américaine Association for Cultural Equity (ACE) met à disposition sur son site internet une partie des archives d’Alan Lomax. Images, enregistrements, photographies, vidéos : vous pouvez vous promener sur une carte du monde à travers plus d’un demi siècle1 et découvrir ses collectes : chant de Galice ou du Turkmenistan, ambiance sonore dans les souks d’Errachidia et Meknès au Maroc, entretiens avec des musiciens de République Dominicaine ou avec d’anciens prisonniers qui évoquent les chants en prison et les interprètent…

C’est une merveille de pouvoir parcourir le monde avec Alan Lomax. Il manque certes certains voyages, comme l’Italie ou les premiers enregistrements réalisés pour la Bibliothèque du Congrès entre 1933 et 1942, mais quelques 17 000 fichiers sonores sont accessibles mais aussi les photographies, les émissions radiophoniques et les vidéos. D’autres ressources pédagogiques sont proposées en ligne. Il faut fouiller dans le site car il n’est pas toujours simple à utiliser, mais les découvertes sont nombreuses et belles. Les documents sont citables mais pour toute diffusion il faut prendre contact avec l’association (pour l’utilisation de ces images j’ai eu un retour dans la journée).

 

Crédits photographiques : Musiciens aux tambours lors d’une cérémonie dédiée à Kali à Capesterre Belle-Eau, Basse-Terre (Guadeloupe) en 1962 ; Pêcheur de Sciacca (Agrigento), Sicile (Italie) en 1954 ; Danseurs de sévillane à Sangonera la Verde (Murcia), Espagne en 1952. Photos by Alan Lomax, Courtesy of the Association for Cultural Equity, http://www.culturalequity.org 

  1. Le site donne accès aux archives enregistrées de 1946 à 1990. Les disques d’acetate et d’aluminium gravés entre 1933 et 1942 en collaboration avec la Library of Congress ne sont pas accessibles ici. []

Le plus grand Jukeboxe du monde

La bibliothèque du Congrès vient de recevoir en don une extraordinaire collection de disques produite entre 1930 et 1950 par Universal Music Group. C’est la première fois qu’un grand label dépose dans une bibliothèque publique la totalité de sa production : 200 000 masters métalliques, 8 à 10 000 bandes magnétiques et 15 000 78 tours vont ainsi venir enrichir les collections de la Library of Congress.  Ils seront stockés sous une colline à Culpepper, en Virginie, dans des bâtiments conçus pour résister à une attaque nucléaire, “Le Packard” (d’après le nom du donateur du site). The Library of Congress Packard Campus for Audio Visual Conservation ou Campus du centre national de conservation de l’audiovisuel est désormais le plus grand musée sonore du monde. Il semble que ce soit un incendie qui a détruit, il y a deux ans, une partie des collections de films et de vidéos de ses studios d’Hollywood qui ait fini par décider Universal Music de confier à une bibliothèque publique cette collection unique. Le temps qui détruit sans relâche les fragiles supports sonores leur a fait accélérer les choses. Universal n’avait pas la capacité de mettre en oeuvre la numérisation et le traitement de tous ces documents : les archives pourront être traitée par des professionnels de la musique et mise à la disposition du public.

Gene DeAnna, directeur du de la section “Recorded Sound” ne cache pas sa joie et raconte volontiers l’histoire magique de ce dépôt qui a nécessité plus de deux ans de négociations. Il est heureux d’imaginer tout ce qu’il a encore à découvrir : d’après une étude seule 14% de la musique enregistrée entre 1890 et 1960 est disponible dans le commerce !

Universal recevra une copie numérique de l’ensemble du fonds et conservera ses droits pour éditer ou rééditer certains titres mais elle abandonne les droits d’écoute sur le site de la Bibliothèque du Congrès. Celle-ci a déjà signé un accord avec une autre grande maison de disques, Sony BMG et dès le printemps elle promet de mettre en ligne en streaming les enregistrements qui auront été traités pour créer le plus grand Jukebox du monde, the Library of Congress National Jukebox.

Crédits photograhiques : Portrait de Louis Armstrong, Carnegie Hall, New York, ca. avril 1947. Photographie de William Gottlieb. Collection de la Bibliothèque du Congrès.  William Gottlieb a cédé cette photographie au domaine public.

Mise en ligne des enquêtes sonores du répertoire musical de la Vésubie autour de Zéphirin Castellon, corpus déposé par Patrick Vaillant

Zéphirin Castellon au fifre

Depuis quelques mois déjà, les notices du corpus d’archives sonores du répertoire musical de la Vésubie autour du musicien Zéphirin Castellon réalisées en 1989 et 1990 sont visibles sur Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH.

Désormais, les fichiers sonores des enquêtes sont en ligne et consultables en lien avec les notices. Les internautes peuvent écouter les enregistrements dans leur ensemble ou chaque morceau séparément, en cliquant sur le lien au-dessus du résumé. Si certains airs ne peuvent pas être écoutés, c’est parce que la phonothèque de la MMSH ne détient pas les droits ou que la qualité du son est trop mauvaise.

Farandole dans une rue de Belvédère accompagnée de musiciens dont Zéphirin Castellon au fifre

Zéphirin Castellon sonneur de cloches

Les amateurs de musiques traditionnelles occitanes pourront entendre plusieurs chants polyphoniques, airs de conscrits ou farandoles. Ils découvriront également des morceaux instrumentaux joués lors d’une séance d’improvisation chez Zéphirin Castellon en 1990, interprétés par Zéphirin Castellon à l’harmonica, Thierry Cornillon au fifre et Patrick Vaillant à la mandoline. Comme exemple de cette session musicale, je vous propose d’écouter un extrait de l’enquête : il s’agit d’une polka improvisée par ces trois musiciens. Le fifre joue la mélodie, l’harmonica et la mandoline l’accompagnent. Malheureusement, nous ne connaissons pas le nom de cette polca :  dans la musique traditionnelle, les airs musicaux n’ont pas toujours de titre et c’est le plus souvent la typologie de la danse qui prime. Mais si un jour vous avez entendu nommer cette polca, alors signalez le nous, nous l’ajouterons à ses métadonnées !

Daniel Fresquet, photographe, a participé à différents collectages de mémoire populaire. Il a réalisé dans le cadre des enquêtes auprès de Zéphirin Castellon des travaux photographiques qui ont capté l’émotion des instants musicaux que vous pouvez entendre en ligne. Nous le remercions de nous avoir autoriser d’en diffuser quelques unes. Vous pourrez voir d’autres images sur l’ouvrage collectif  signalé ci-dessous.

Sorti en 1990, le CD Zéphirin Castellon. Siblar e cantar en Vesubia a été réédité accompagné d’un livret conséquent en 2003. Des textes des participants au projet, dont Daniel Fresquet et Patrick Vaillant, y sont inclus.

Crédits photographiques : Daniel FRESQUET. Contact : dfresquet[at]yahoo[point]fr

Mise en ligne. Corpus d’enquêtes orales réalisées auprès d’anciens mineurs du Carmausin.

Musée-mine départemental, Cagnac-les-Mines

Les Archives départementales du Tarn expérimentent la mise en ligne d’archives sonores sur leur site.

Les entretiens et les notices du corpus Mémoires de mineurs du carmausin sont désormais accessibles à partir de la rubrique accès aux fonds, documents en ligne puis archives sonores.

La diffusion a été possible grâce à la signature d’un contrat par le témoin ou ses ayants droit. Les témoignages sont restitués dans leur totalité, de la présentation du témoin à la demande d’autorisation orale adressée par l’enquêteur, pour préserver l’intégrité de l’enquête. En revanche, lorsque des témoins ont souhaité garder l’anonymat et nous ont demandé que les noms cités soient masqués, des “silences” ont été insérés volontairement sur les fichiers de consultation. Les autres interventions consistent uniquement en la suppression de sons parasitaires. Le fichier de conservation est une copie fidèle de l’original.

Le corpus collecté par le Musée-Mine de Cagnac-les-Mines compte une trentaine de témoignages soit près d’une quarantaine d’heures qui éclairent plusieurs pans de l’histoire de la mine. Chaque enquête s’articule autour de trois grandes thématiques : une présentation du mineur, le travail à proprement dit, la vie quotidienne en dehors de la mine.  La première renseigne sur l’état civil du mineur, la durée de l’exercice de son activité. La seconde précise l’origine de la famille du mineur, ses débuts à la mine, ses souvenirs du premier jour et du dernier, l’évolution de la situation professionnelle, les effets de la mécanisation sur le travail, l’action syndicale, les mouvements revendicatifs, la fermeture des puits, la fermeture des puits. Enfin, le troisième volet insiste sur le(s) lieu(x) d’habitation, l’organisation de la vie familiale à l’intérieur du foyer, les activités extra-professionnelles du mineur et de sa famille, les rencontres des collègues en dehors du travail, les fêtes corporatives (Sainte-Barbe) et populaires (Saint-Privat), les traditions paysannes et les croyances populaires.

Entretiens : Myriam Devalette, 2000-2001
Enregistrements : Christian Marc, 2000-2001

Ce billet est en lien avec Ecouter la mine publié dans les Carnets de la phonothèque en octobre 2009.

Contact secteur archives audiovisuelles et sonores des Archives départementales du  Tarn : celine.dellasavia@cg81.fr

Crédits photographiques: Donatien Rousseau, Mission photographique du Conseil général du Tarn.

Un documentaire sur les Mamutones de Mamoiada (Nuoro, Sardaigne) : à la recherche d’informations

Le défilé des Mamutones du village de Mamoiada (Nuoro, Sardaigne) se pratique encore et on trouve sur YouTube plusieurs dizaines de films sur ce rituel très ancien. Parmi eux, j’ai découvert ce documentaire qui couvre la journée de carnaval. Il nous transporte dans ce petit village de la province de Nuoro où nous allons pouvoir observer tous les habitants au coeur de la fête. Les Mamutones défilent sur leurs pas de danse boiteux, faisant sonner leurs cloches sur leur dos, tandis que les Issocadores les encadrent et lancent en riant et en plaisantant, leur lasso (soca) pour tenter d’attraper quelqu’un dans le public. Les mamutones parcourent le village, s’arrêtent parfois pour boire un verre, toujours silencieux. Ils traversent à plusieurs reprises la grande place du village où les attendent les habitants en déroulant les chaînes du ballu tundu et que joue l’accordéon. Un carnaval triste qualifié “de miel amer” par le commentateur. Daté approximativement des années 1950 par le déposant sur YouTube, il n’y a aucun nom de réalisateur – ou autre auteur – indiqué dans le générique sur le support. La seule information est le titre : “I Mamuthones”. Peut-être qu’un internaute pourra m’indiquer d’autres informations ? Merci par avance.

Vamos a hacer mémoria : el Centro de Documentación Musical de la Biblioteca Nacional de Colombia

Le centre de documentation musical de la bibliothèque nationale de Colombie est un petit frère des centres d’archives sonores que l’on retrouve en France. Il a été créé dans ce même mouvement mondial de revivalisme de la fin des années 1970 et ses objectifs sont bien sûr de conserver mais aussi de mettre à la disposition du public des enregistrements sonores, des films et des images et des partitions sur le patrimoine oral de la Colombie. Jaime Quevedo qui le dirige, est aussi le responsable éditorial de la revue A contratiempo, dont les 13 numéros sont en ligne. La revue est en texte intégral (format PDF), et renvoie à des partitions, des images, des illustrations sonores et vidéos.

providenciaCette année, el Centro de Documentación Musical a mis en place une carte électronique musicale de la Colombie et vous allez pouvoir voyager sans décalage horaire ! Il vous est possible de découvrir ainsi les différents instruments de musique  joués dans la région Pacifique nord de la Colombie et le contexte de leur interprétation avec des images, parfois des schémas et toujours des archives sonores qui viennent illustrer les informations.  Vous pouvez par exemple tout savoir sur la Chirimía Chocoana un quintet (parfois sextet) de clarinette, euphonium et percussions (cymbales et tambours). Si vous partez vers la Caraïbe, visualisez les images magnifiques de musiciens de la minuscule et paradisiaque isla Providencia en écoutant des extraits sonores de la Calypso-Bolero. Si, au contraire, vous vous décidez pour la cordillère, en direction de l’Equateur écoutez une merengue andine, ou le chant de Pedro Bernal.

Une autre “carte musicale” est en cours de réalisation : il s’agit de localiser les festivals de musique colombiens et d’en décrire toutes les caractéristiques (genre musical, période, localisation, organisation, contexte…).  Des images et des extraits sonores viennent compléter les fiches qui sont renseignées par les organisateurs des festivals eux-mêmes. Une trentaine d’évènements sont déjà décrits : de quoi organiser votre futur voyage en Colombie !

Dernier outil, le thesaurus de la musique colombienne et des instruments de musique. Cette liste hiérarchisée est documentée avec en lien des références bibliographiques qui permettent de se repérer dans le temps et l’espace.  Les instruments sont liés systématiquement à classification Sachs Hornbostel.

Actuellement les trois outils sont indépendants mais la volonté du Centre de documentation musical est bien sûr de les réunir et offrir une recherche globale, incluant toutes les références bibliographiques, sonores, iconiques du centre documentaire.  Le site doit encore évoluer car une grande partie est encore encapsulé dans du Flash et des frames qui interdisent toute citabilité. Profitez de le découvrir avec ce billet car il est très mal référencé par notre moteur généraliste dominant, et c’est dommage.

Crédit photographique : Ile de Providencia, Véronique Ginouvès, septembre 2009.