Archives pour la catégorie Archives en ligne

SAMEDI-La semaine de l’Open Access Week : Emile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

La phonothèque vous propose de découvrir un extrait de l’enquête “Émile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur“.

En juin 2010, le petit fils  d’Émile Escalle avait retrouvé son grand père sur la base Ganoub et demandé une copie des enregistrements des différentes enquêtes avaient été déposées à la phonothèque. En février 2014, les ayants droits d’Émile Escalle (son fils et son petit-fils), heureux de diffuser la musique de tradition orale qu’il jouait, se sont rendu à la phonothèque de la MMSH et ont donné toutes les autorisations pour que les archives sonores puissent être diffusées en ligne.

L’enquête de ce corpus nous fait découvrir Émile Escalle violoneux1 et ses interprétations de divers rigodons, de mazurkas dont, de valses, des javas et des troïkas. Les airs issus de compositeurs qui ne sont pas dans le domaine public n’ont pas été mis en ligne. Emile Escalle  raconte la vie des violoneux dans la région de Molines en Champsaur et de l’intérêt des jeunes pour les instruments de musique et de la fabrication des violons dans cette région.

Nous vous proposons un extrait en ligne de cette enquête disponible également sur la base de données Ganoub .

Emile Escalle, violoneux à Moline-en-Champsaur, enquête n°  1532, Interprétation d’un air instrumental par Emile Escalle, n° item 1532-19, enregistré à Moline-en-Champsaur le 2 mai 1973, durée : 1 min45.

Crédit photographique: Watteau, Louis-Joseph, Français : Le violoneux (Palais des Beaux-Arts de Lille)., 1785. Own work. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lille_LJ_Watteau_violon.JPG. Domaine public.

  1. le terme de violoneux s’emploie pour un violoniste de village qui a appris la musique de bouche à oreille. []
Fox

VENDREDI – La semaine de l’Open Access Week : Le loup et le renard parrain

Pour indexer la littérature orale les phonothèques utilisent un référentiel essentiel pour retrouver les titres uniformes des contes. Il pourrait se nommer TUC, tout comme il on appelle TUM les titres uniforme musicaux, plus classiquement utilisé dans les discothèques. Il permet de retrouver dans la mouvance de l’oralité plusieurs versions interprétées à partir d’une même histoire. Le référentiel utilisé est la classification Aarne-Thompson qui malheureusement – peut-être par méconnaissance de l’outil ou des sources sonores – n’est pas en ligne sous forme d’outil documentaire directement utilisable1. Pourquoi ne pas imaginer intégrer le référentiel directement dans IdRef ? Certains titres y sont déjà entrés.

Les contes du renard occupent les numéros 1 à 69 dans cette classification Aarne et Thompson et le numéro 15 est l’histoire du renard parrain. The Theft of Butter – Honey – to Playing Godfather se retrouve largement à travers le monde avec d’autres animaux. Dans ce conte, le renard et le loup travaillent (aux champs, en tant que bûcheron…) et le renard prétexte un baptème pour manger le miel (ou le beurre, ou tout ce qui représente la paie promise pour le travail réalisé).

Neuf versions du conte du renard parrain dont la plupart sont cévenoles ont été collectées par différents chercheurs qui ont déposé leurs sources à la phonothèque de la MMSH. Le portail du patrimoine oral en propose 22 versions.

Pour les version déposées à la MMSH, la plus ancienne a été enregistrée par Jean-Noël Pelen en 1974 à Sainte-Cécile-d’Angorges auprès de Gabriel Teisser sous le titre Le loup et le renard bûcheron qui enregistrera une autre version du même conte en 1975 (n°1990). Jean-Noël Pelen collectera ensuite deux versions du renard parrain auprès de Paul Larguier en 1980 (enquête 1962) et 1989 (enquête 2060, celle-là même mise en écoute pour le vendredi de l’Open access week) à Saint-Andéol-de-Clerguemort.

Toujours en Cévennes, en 1979 et 1986 plusieurs enregistrements ont été réalisés auprès de Marcel Volpilière - enquêtes 661 et 429 (en ligne) – qui donnent à entendre un récit qui sera publié dans l’ouvrage La barque qui allait sur l’eau et sur la terre2. Enfin, les enquêtes 734 et 871 ont été enregistrée au Pompidou en 1997 et à Saint-André-de-Valborgne en 1998 par Pierre Laurence.

Parmi les collections sonores de la phonothèque, une seule version provient du Vaucluse, enregistrée en 1974 à Puyméras par Jean-Louis Ramel, elle a pour titre Lou reinart et lou loup.

Nous vous proposons d’écouter en ligne,  sur la nouvelle base de données de la phonothèque, la version enregistrée par Jean-Noël Pelen, en avril 1989 auprès de Paul Larguier à Paul Saint-Andéol-de-Clerguemort au coeur des Cévennes (n°2060).

Pour rappel un billet avait déjà été publié sur le Renard Parrain sur Les Carnets de la phonothèque et le carnet Biblioweb a consacré un billet à la classification Aarne et Thompson en 2011. Enfin un article très complet de Josiane Bru sur le Bulletin de l’AFAS (1999) précise l’intérêt de ce référentiel dans les SHS et pour le traitement des archives.

Crédits photographiques : A Young Female Fox near Galbraith Lake Camp (Alaska), 08/1973, National Archives’ Local Identifier: 412-DA-7945. Pas de restrictions de droits connues.

  1. Une bibliographie de cette classification est accessible en ligne ici : https://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI []
  2. Claudette Castell et Nicole Coulomb, GARAE, 1986 []
jeunehommeetpigeon

MERCREDI – La semaine de l’Open Access Week : L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

homme et pigeon

L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans, enquête n°4473, issue de la collection du Musée départemental ethnologique de Haute Provence (Salagon) déposée à la phonothèque de la MMSH, enregistrée par Laurence Miceli-Nicolas auprès de Marie-Louise Caton à Limans en 1991.

Résumé de l’enquête : L’informatrice, fille d’agriculteur, possédait une ferme à Limans avec son mari dans laquelle se trouvait un pigeonnier. Il était “ordinaire” selon elle, contrairement à certains que l’on peut trouver à Limans comme le grand pigeonnier du Curé-Martin, bâtiment aujourd’hui classé. Après avoir évoqué sa jeunesse, elle décrit le pigeonnier dans lequel les pigeons entraient et sortaient librement. Les nids étaient creusés directement dans le mur et orientées vers le sud. Un autre pigeonnier à Simiane-la-Rotonde possédait des niches pouvant se fermer à l’aide de trappes. Ces dernières étaient fermées durant les semailles afin d’éviter aux oiseaux de manger les graines. Elle et son mari s’en occupaient très peu et les oiseaux se nourrissaient tout seul. Ils n’intervenaient que l’hiver quand la terre était gelée et qu’ils avaient du mal à s’alimenter. Ils mangeaient des graines avec les poules et profitaient de l’eau des nombreuses fontaines de la région. Il fallait une échelle pour accéder à la plupart des nids où nichaient une bonne partie de l’année des pigeons “voyageurs”. Les niches (“boulins”) étaient nettoyées chaque année à la fin de l’hiver, avant la période de reproduction. Elle ne pratiquait pas l’élevage, mais elle pouvait revendre quelques pigeonneaux pour gagner un peu d’argent. Pour cela, elle leur coupait le bout de l’aile afin qu’ils ne s’envolent pas, et elle les mettait dans une volière aménagée. Les pigeonniers de Limans ont été construits il y a longtemps, certains datent même du 16e siècle. Il fallait autrefois payer une taxe sur les pigeonniers, taxe abolit à la Révolution. Ils étaient donc réservés à une certaine élite possédant des terres, symbole de richesse. Marie-Louise Caton utilisait la colombine de pigeons comme engrais, préalablement mélangée avec d’autres fumiers (mouton, cheval). Parfois elle tuait un pigeon pour le cuisiner, mais elle n’aimait pas le faire. Elle lui donnait une goutte d’alcool afin qu’il “souffre moins”. Elle les cuisinait soit rôtis au four, soit en “salmis”. Elle prépare pour cela une sauce avec les abats et les parties non consommées du pigeon, et y ajoute de l’ail, des oignons et du poivre. Le foie est écrasé dans la sauce afin de lier l’ensemble. Plusieurs membres de sa famille ont possédé des pigeonniers. Ils n’étaient pas un moyen de subsistance pour les propriétaires. Les pigeonniers ont pour la plupart disparu, le phénomène est pour elle lié à la disparition progressive de la petite paysannerie. Ils n’arrivent plus à survivre et ce sont eux qui possédaient souvent sur leurs terres des pigeonniers. Tout en regardant des revues “Alpes de Lumière”, l’enquêtrice et l’informatrice commentent plusieurs pigeonniers de la région. L’enquêtrice lui pose plusieurs questions relatives aux pratiques et aux traditions opérées dans les pigeonniers. Un problème de batterie de l’appareil d’enregistrement coupe l’enregistrement avant la fin.

Crédits photographiques :
Franco-British carrier pigeon which makes long distance flights, circa 1918, National Library of Scotland.
– Image à la une : Boy with pigeons at [Circular] Quay, Sydney, 22/6/1935, by Sam Hood, State Library of New South Wales.
Pas de restrictions de droits connues.

MARDI – La semaine de l’Open Access Week : Souvenir familiaux et commentaires de deux générations de marseillais, descendants d’arméniens

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

L’enquête que nous vous proposons aujourd’hui est issue du corpus : mémoires orales des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône. Ce corpus est composé de 106 enquêtes recueillies auprès de 126 personnes. Le collectage de ce corpus se déroula entre fin 2006 et fin 2007, il fut piloté par un comité composé d’anthropologues et d’historiens spécialistes de Marseille et de la diaspora arménienne, de François Gasnault, directeur des archives départementales des Bouches-du-Rhône et de Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH.1

L’enquête choisie va vous faire découvrir les souvenirs d’une famille descendant d’Arméniens à Marseille et de la transmission des éléments de la culture arménienne sur deux générations.

Souvenir familiaux et commentaires de deux générations de marseillais, descendants d’arméniens, D2315-1, D2315-2, n°2077, enregistrée à Marseille le 23 novembre 2006, durée : 1h 58min.

Crédit photographique: Service, Bain News, Armenians, 1899. http://www.loc.gov/pictures/collection/ggbain/item/ggb2006002495/. Pas de restriction de copyright connue.

  1. L’ensemble du corpus est également consultable dans les locaux des archives départementales des Bouches-du-Rhône. Le projet a été mené par l’association Paroles Vives en collaboration avec la phonothèque de la MMSH. []

LUNDI – La semaine de l’Open Access Week : Ambiance de match

World cup_Netherlands - Czechoslovakia_1938

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Nous vous proposons d’écouter deux extraits d’ambiance sonore de stade lors de matchs de football issus du corpus le match de football1 Ce corpus est composé d’enquêtes de terrain réalisées par trois enquêteurs : Christian Bromberger, Alain Hayot et Jean-Marc Marriotini, en France et en Italie, qui rendent comptent de la passion du football et des activités des supporteurs, des joueurs et des entraîneurs des équipes de l’Olympique de Marseille, de la Juventus de Turin et de la San Paolo de Naples dans les années 1980.

Ambiance de stade lors d’un match Toro-Bari, enquête n°1335, enregistrée à Turin en 1985, 9min.

Crédits photographiques : Lagendaal schiet naast / Dutch player shoots on goal but misses, aprile 17, 1932. Nationaal Archief – Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681461103/.

 

Ambiance sonore  de stade lors d’un match OM-Lille, enquête n° 1334, enregistrée à Marseille  en 1985, 15min.

Crédits photographiques : Nederlands elftal, WK 1938- Dutch national team, 1938 World Cup, 5 juin 1938. Nationaal Archief-Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681265073/.

Crédits photographiques : Wedstrijd Nederland-Tsjechoslowakije, WK 1938 / Netherlands – Czechoslovakia match in het Stade Municipal in Le Havre (France), 1938 World Cup, 5 juin 1938. Nationaal Archief-Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681265127/.

 

  1. Voir l’ouvrage suivant : Bromberger, Christian, Alain Hayot, Jean-Marc Mariottini, Le match de football: ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, France, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1995. []
luthier geste pour carnet

Retour aux sources : le métier de luthier

luthier geste pour carnet

Au cours de l’année 2013, une série d’extraits sonores ont été publiés sur les Carnets de la Phonothèque pour présenter le corpus Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine). L’intégralité des enregistrements  – hormis les restrictions d’usage pour des raisons éthiques et juridiques – est désormais accessible en ligne sur Ganoub, la base de données de la phonothèque. Les fichiers son complet peuvent être consultés sur place, à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence, sur demande motivée. Bonne écoute, merci de vos retours !

Consulter le corpus en ligne.

 

Crédits photographiques : Les gestes de travail de luthier par Hélène Claudot-Hawad, 1982.

11336062245_51ff6ecb62

Les photographies de Costică Acsinte dans le domaine public

 

Né le 4 juillet 1897 dans le petit village de Perieti en Roumanie, Costică Acsinte avait été photographe de guerre pendant la première guerre mondiale. A son retour il avait ouvert un studio photographique “Foto Splendid C. Acsinte” dans la ville de Slobozia où il est mort à l’âge de 87 ans en 1984. Depuis le 23 juin 1991 l’ensemble de ses photographies appartient au domaine public suite au décret n°321/1956 et la loi n°8/1996.

En 1985 le musée d’histoire de la région de Ialomita a acquis plus de 5000 photographies du studio de Costică Acsinte, prises entre 1935 et 1945 et en 2007, 300 de ses clichés de la première guerre mondiale : 10% de ces photographies ont été numérisées et archivées avec le soutien du Musée Ialomița County History. Elles sont désormais  accessibles en ligne etFlickr the commons en valorise une partie sur son site en 21 sets depuis novembre 2013.

Costică Acsinte nous a laissé des traces d’une extrême beauté de la vie en Roumanie au cours du 20ème siècle, allez voir ces images qui font rêver, elles sont librement utilisables.

Crédits photographique : montage de la page Flickr The Commons qui présente les collections Costică Acsinte, domaine public.

(ré)Ecouter Claude Levi-Strauss

France-Culture met en ligne une série d’extraits d’émissions radiophoniques avec Claude Levi-Strauss :

Sur la ‘Pensée sauvage’ - Extrait d’”Enquêtes et commentaires” du 21 décembre 1962. Entretien avec Jacqueline Narcy (9’01″)

Sur ‘Le cru et le cuit’ - Extrait du magazine des sciences du 22 octobre 1964, avec Georges Charbonnier (5’47″)

Origine des manières de table - Les fausses questions de l’ethnologie, à l’exception de Georges Dumézil. Extrait des matinées de France Culture, avec Georges Charbonnier, le 12 septembre 1969 (5’47″)

A propos de l’origine des manières de table - Extrait des matinées de France Culture, avec Georges Charbonnier, le 12 septembre 1969 (22″)

La mise en structure - Extrait de l’émission “Réflexion faite”, avec Emile Noël, du 31 juillet 1974 (4’57″)

Quid du style ? ‘La voie des Masques’ - Extrait des après-midi de France Culture, du 15 décembre 1975, avec Pierre Descargues (9’10″).

Merci à France-Culture de cette initiative car pour le moment aucun des cours ou des conférences de Claude Levi-Strauss ne peuvent encore être écoutés en ligne. Pour ce qui est de ses archives, elles ne sont pas encore consultables sur Gallica (Claude Levi-Strauss a déposé ses archives à la BnF en 2007) ; rien non plus de très accessible sur le site du Musée du Quai Branly.

Bien sûr, il est possible d’écouter Claude Levi-Strauss sur les archives de l’INA qui mettent en ligne 53 émissions télévisées et 15 émission radiophoniques enregistrées entre 1971 et 1993. Il vous coûtera entre 0,99 et 2,99 euros pour écouter un entretien dans son intégralité. Nombreux sont les journalistes qui ont réalisé des émissions avec lui : Marcel Bluwal, Pierre DumayetFrançois de Closets, Michel FieldBernard PivotBernard Rapp,  ou Jacques Chancel à la radio.

Allez fureter également sur le site de la télé Suisse Romande où vous pourrez visionner deux captivants documentaires réalisés en 1965 par le journaliste Henri Stierlin. Le plus court (8min 16s) montre Claude Levi-Strauss, au Collège de France, expliquant le fonctionnement du fichier du laboratoire d’anthropologie et la méthodologie de la recherche en anthropologique. Dans le plus long (33 min 42s), on peut voir un Claude Levi-Strauss ravi de faire découvrir son “local plutôt misérable” et de poursuivre dans un magistral entretien sur l’ethnologie et le structuralisme.

 

Crédits photographiques : On the upper Amazon, vers 1915, Archives de l’université de l’Oregon, pas de restrictions de droit connues.

Déposer en ligne ses enquêtes de terrain : appel aux chercheurs de sciences humaines et sociales

Depuis plus d’une année maintenant, l’université de Pise propose en ligne des ressources sous forme de vidéo et de postcasts utilisant les plateformes grand public Youtube et Itunes. Sur la chaîne Youtube de l’université, Rassegna Stampa SUP, sont accessibles 450 vidéos issues de journaux télévisés, de films, de prises de vues ou de documentaires sur l’activité scientifique des différentes institutions de la recherche et de l’enseignement supérieur de la ville de Pise. La plateforme Itunes, un peu plus difficile à repérer formellement, propose principalement des cours en ligne dans toutes les disciplines. Pour l’area umanistica, 33 cours sont disponibles aussi bien en histoire médiévale1, qu’en littérature ou en linguistique2.

La dernière mise en ligne intéresse les archives sonores du monde rural puisque, sous le titre de Testimonianze dal Territorio (Témoignages du territoire), elle propose de constituer une archive sur la société paysanne italienne. Pour le moment il s’agit uniquement du dépôt des films du documentariste et photographe Arturo Izzo mais le projet pourrait s’ouvrir à d’autres archives de terrain des chercheurs. En effet, le responsable du projet de l’Ateneo di iTunes, Enrica Salvatori, professeure d’histoire médiévale, introduit ainsi cette collection :

Le laboratoire de culture numérique de l’université de Pise invite les sociologues, les historiens, les linguistes qui ont collecté des témoignages de la vie rurale italienne du siècle dernier à mettre à disposition ces matériaux pour constituer une archive sur la société paysanne et la culture du territoire. L’espace qui vient d’être créé héberge des films documentaires et des entretiens enregistrés avec des témoignages qui racontent, à la première personne, la vie quotidienne, les expériences de chacun, les habitudes du passé. Notre ambition est de construire une archive de témoignages en récupérant aussi les matériaux que les chercheurs pourraient avoir dans leurs tiroirs3.

Les premiers dépôts sont peu documentés, il manque à l’internaute les éléments du contexte de la recherche et les droits d’utilisation et de diffusion sont limités à un copyright mais peu importe, l’initiative est originale, il sera intéressant d’étudier ce qu’en feront les chercheurs… A suivre !

Crédits photographiques : The Leaning Tower, Pise, Italie, prise de vue entre 1890-1900, bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues, permalien http://www.loc.gov/pictures/resource/ppmsc.06581

  1. Vous pouvez par exemple écouter la Professeure Enrica Salvatori, responsable de la plateforme numérique, sur le thème “Musulmani e Cristiani nel Mediterraneo medievale alla luce dell’economia e degli scambi” = Musulmans et chrétiens en Méditerranée médiévale à la lumière de l’économie et des échanges. []
  2. avec en particulier un cours de langue Amharic, audioclips illustrés d’images créés par Nadia M. Yimer and José C. Rodriguez []
  3. “Il Laboratorio di cultura digitale dell’Università di Pisa invita sociologi, storici, linguisti che hanno raccolto testimonianze della vita rurale italiana del secolo scorso a mettere a disposizione il proprio materiale per costituire un archivio sulla società contadina e sulla cultura del territorio. Lo spazio appena creato ospita infatti documentari e interviste d’archivio in cui testimoni raccontano in prima persona la vita quotidiana, le esperienze e le abitudini del passato e la nostra ambizione sarebbe costruire un archivio di testimonianze recuperando anche materiali che i docenti potrebbero avere nei loro cassetti”. []

Les collectages d’Alan Lomax accessibles en ligne

L’association nord américaine Association for Cultural Equity (ACE) met à disposition sur son site internet une partie des archives d’Alan Lomax. Images, enregistrements, photographies, vidéos : vous pouvez vous promener sur une carte du monde à travers plus d’un demi siècle1 et découvrir ses collectes : chant de Galice ou du Turkmenistan, ambiance sonore dans les souks d’Errachidia et Meknès au Maroc, entretiens avec des musiciens de République Dominicaine ou avec d’anciens prisonniers qui évoquent les chants en prison et les interprètent…

C’est une merveille de pouvoir parcourir le monde avec Alan Lomax. Il manque certes certains voyages, comme l’Italie ou les premiers enregistrements réalisés pour la Bibliothèque du Congrès entre 1933 et 1942, mais quelques 17 000 fichiers sonores sont accessibles mais aussi les photographies, les émissions radiophoniques et les vidéos. D’autres ressources pédagogiques sont proposées en ligne. Il faut fouiller dans le site car il n’est pas toujours simple à utiliser, mais les découvertes sont nombreuses et belles. Les documents sont citables mais pour toute diffusion il faut prendre contact avec l’association (pour l’utilisation de ces images j’ai eu un retour dans la journée).

 

Crédits photographiques : Musiciens aux tambours lors d’une cérémonie dédiée à Kali à Capesterre Belle-Eau, Basse-Terre (Guadeloupe) en 1962 ; Pêcheur de Sciacca (Agrigento), Sicile (Italie) en 1954 ; Danseurs de sévillane à Sangonera la Verde (Murcia), Espagne en 1952. Photos by Alan Lomax, Courtesy of the Association for Cultural Equity, http://www.culturalequity.org 

  1. Le site donne accès aux archives enregistrées de 1946 à 1990. Les disques d’acetate et d’aluminium gravés entre 1933 et 1942 en collaboration avec la Library of Congress ne sont pas accessibles ici. []