Archives de catégorie : Archives en ligne

Une histoire orale des parcours d’historiens

Après avoir présenté la méthodologie de la constitution du fonds d’archives orales du programme Histinéraires1, Virginie Huynh-Van-Xuan, qui a catalogué une partie des entretiens dans le cadre de son Master, « Archives numériques » (ENSSIB) propose une synthèse ce ce que nous dévoilent ces sources orales.

Dans les entretiens enregistrés dans le cadre du programme Histinéraires2, les témoins reviennent sur leur parcours professionnel et parfois leur jeunesse pour évoquer les éléments qui les ont sensibilisés au passé et à l’histoire. Plusieurs citent l’histoire familiale, racontée parfois à travers le récit des anciens ou les objets du passé, il y a aussi les lectures, l’engagement politique des parents ou une intuition d’imbrication temporelle. D’autres paramètres comme un paysage marqué par les évènements, le territoire et sa culture s’ajoutent à cet inventaire. L’intérêt pour cette discipline et/ou son enseignement est souvent suscité, ou accentué par un enseignant rencontré au lycée ou à l’université. Continuer la lecture de Une histoire orale des parcours d’historiens

  1. HISTINÉRAIRES « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte », est un programme de recherche financé par l’Agence nationale de la recherche, porté par Patrick Garcia. Il se propose d’étudier les « Mémoires de synthèse des activités scientifiques » des habilitations à diriger des recherches soutenues en histoire depuis le début des années 1990 jusqu’à 2010. Ce corpus inexploité, distinct du « travail inédit » souvent objet de publication et du recueil d’articles, constitue un gisement d’informations sur la communauté historienne contemporaine. Il est susceptible de nourrir une véritable sociologie de la profession et une étude de l’historiographie et de ses évolutions non plus fondée sur les écrits de quelques chefs de file mais ancrée dans la masse des parcours de recherche d’une génération d’historiens. []
  2. Une partie de ce programme, menée par Anne-Marie Granet-Abisset et Véronique Ginouvès consiste à la réalisation d’entretiens sur les parcours professionnels d’historiens, avec un focus sur la question de l’habilitation. Dans ces entretiens, qu’elles ont réalisé ensemble ou séparément, elles suivent une grille d’enquête organisée sous forme de carte heuristique. []

Dive into Europeana to listen to the sea

In December, the Centre national de la recherche scientifique (CNRS) present music and sound archive collections, picked up from the following centres : Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM), the Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (CRESSON) and from the phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH). Continuer la lecture de Dive into Europeana to listen to the sea

Plongez dans Europeana pour écouter la mer

Au cours du mois de décembre, une sélection d’archives sonores du CNRS  – celles du Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM), du  Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (CRESSON) et de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) – sur la thématique de la mer sont mises en avant sur la plateforme Europeana à partir des fonds d’Europeana Music. Continuer la lecture de Plongez dans Europeana pour écouter la mer

Clôture et nouveaux horizons pour le fonds Roche-Taranger

Le fonds Roche-Taranger, constitué d’enquêtes orales menées par des étudiants de l’Université de Provence1 entre 1977 et 1998, est issu d’un cours de littérature et d’un cours de cinéma dirigés par Anne Roche et Marie-Claude Taranger.

Ce fonds est important, non seulement par sa volumétrie (183 cassettes analogiques numérisées, 217 fichiers numériques issus de ces supports, plus de 164 heures d’archives sonores et 2,74 mètres linéaires d’archives papier) mais aussi par son contenu2. Continuer la lecture de Clôture et nouveaux horizons pour le fonds Roche-Taranger

  1. Devenue Aix-Marseille Université depuis 2012. []
  2. Le fonds Roche-Taranger comprend 5 corpus d’archives : Le corpus « Celles qui n’ont pas écrit » est le plus important en nombre d’enquêtes. Il rassemble des récits d’hommes et de femmes à propos de leurs souvenirs et de leur vision de l’histoire avant 1945. Le corpus « « Je vous le raconte volontiers parce qu’on ne me l’a jamais demandé… » : récits autobiographiques de français en Algérie, au Maroc, en Tunisie dans les années 1930 à 1962 » regroupe les témoignages de Français qui ont vécu entre 1930 et 1962 dans un pays du Maghreb. La majorité des entretiens porte sur des récits d’appelés de la guerre d’Algérie et a été enregistrée durant l’année universitaire 1990-1991. Le corpus « Le cinéma des années 1930 dans le midi de la France » regroupe des témoignages de contemporains ayant vécu l’arrivée du cinéma en Provence. Le corpus « Archives orales annexes au fonds Roche-Taranger » est constitué par des enregistrements qui accompagnent les enquêtes orales réalisées en majorité par des étudiants. On y trouve des conférences ainsi que des séances de téléenseignement sur la thématique du récit autobiographique. Enfin, le corpus « Documentation d’accompagnement du fonds Roche-Taranger » présente les documents manuscrits et tapuscrits relatifs à ces enquêtes orales, principalement des transcriptions d’élèves et leurs analyses correspondantes ainsi que des documents liés aux différentes publications des enseignantes. []

Des images inédites du patrimoine yéménite désormais accessibles en ligne

Les premières images inédites du fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya sont en ligne : un premier regard offert sur un fonds unique, et une réponse à la volonté affirmée de la chercheuse de promouvoir la culture yéménite auprès du plus grand nombre.

 

Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : Rencontre sur la plage d’al-Mahrah avec deux femmes narratrices de contes fantastiques, en présence de la traductrice de l’enquêtrice et une accompagnatrice locale

Un projet de diffusion ancré dès le départ de la collecte Continuer la lecture de Des images inédites du patrimoine yéménite désormais accessibles en ligne

Les sons d’Istanbul

Soundscape of Istanbul : exposition du 24 juin au 23 juillet à Istanbul / Exhibition about the project Soundscape of Istanbul open between June 24th-July 23rd.

Le projet Soundscape of Istanbul a été créé par Pınar Çevikayak Yelmi dans le cadre de sa recherche doctorale à l’Université Koç sous la direction des professeurs Nina Ergin, Sertaç Käki et Asım Evren Yantaç.

Soundscape of Istanbul propose d’approcher la vie quotidienne urbaine, d’hier et d’aujourd’hui, du point de vue sonore. L’objectif est d’accroître la sensibilisation du public aux sons culturels à partir d’un site interactif ; non seulement parce que les sons sont partie prenante de notre vie quotidienne et de notre culture mais aussi parce qu’ils sont essentiels en termes de patrimoine culturel immatériel. Ce patrimoine culturel est en danger à cause des caractéristiques physiques du son lui-même mais aussi de la structure dynamique de la culture immatérielle. Les sons qui ne sont pas protégés ou archivés se perdent à jamais. Dans une ville dynamique comme Istanbul, la vie quotidienne et les sons urbains ne cessent de changer, à une vitesse ultra rapide. Il est donc nécessaire, si l’on veut protéger les repères sonores culturels de la ville, de les archiver aussi rapidement que possible pour maintenir l’identité culturelle et de la mémoire culturelle. Continuer la lecture de Les sons d’Istanbul

Cloches de bovins dans le Haut-Jura

Pierre Laurence, ethnologue1 a déposé en 2013 à la phonothèque de la MMSH les sources orales de ses recherches. Au cours des mois d’avril et de mai 1991 sa collection sonore en lien avec un rapport réalisé en 1991 sur les cloches dans le Haut-Jura a été traitée.  Ces enquêtes avaient été enregistrées en vue de la préparation d’un film qui a été diffusé sous le tire  Petites histoires de cloches, d’hommes et de vaches, réalisé en 1993 par Georges Nivoix pour le Musée des techniques et cultures comtoises. Elle sont désormais accessibles en ligne sur la base Ganoub.

L’étude avait été effectuée à la demande du Musée des Techniques et Cultures Comptoises et du Parc Naturel du Haut-Jura. L’objet était mieux appréhender la culture des cloches pour bovins dans le Jura. Pierre Laurence avait été sollicité en tant qu’ethnologue, bon connaisseur du domaine campanaire en Languedoc-Roussillon2. dont il est originaire.  Dans ce cadre, il a mené entre le 2 et 8 mai 1991, une série d’entretiens auprès d’éleveurs et de fabricants de cloches de bovins. Continuer la lecture de Cloches de bovins dans le Haut-Jura

  1. Après avoir longtemps travaillé à l’Office départemental d’action culturel dans l’Hérault (ODAC), Pierre Laurence est aujourd’hui chef du service patrimoine à la direction des publics de la culture au sein du Pôle Culture-pierres vives à la Direction Générale Adjointe Education jeunesse culture sport loisirs de l’Hérault. Il a déjà déposé à phonothèque de la MMSH les archives sonores en lien avec une étude sur les Cévennes :  Du paysage et des temps : la mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte, Rapport final de recherche (resp. scient. J.N. Pelen), DRAC Languedoc-Roussillon, Parc national des Cévennes, SIVOM des Hauts-Gardons, 1999. []
  2. En 1990, il avait publié à l’ODAC avec Dominique Dalga et Sylvie Groueff, un rapport de recherche sous le titre « Techniques de fabrication, usages et représentations des cloches, sonnailles et grelots » et dans la revue Terrain (n° 16, mars 1991, pp. 27-41) un article sur le thème : « Cloches, grelots et sonnailles : élaboration et représentation du sonore ». Plus tard, en 1994, il a publié deux chapitre d’ouvrages. Le premier sur la fonderie Granier à Saint-Gervais-sur-Mare, un village situé dans le département du Hérault, au nord de Béziers sous le titre « La fabrication des cloches à la fonderie Granier : une technique dans l’histoire », dans l’ouvrage Chants des cloches, voix de la terre. Carillons et traditions campanaires en Languedoc-Roussillon – (Montpellier, Presses du Languedoc, 2000, pp. 69-84). Le second, dans l’ouvrage sur le thème Homme, l’animal et la musique (Collection Modal, n° 4, Niort, U.P.C.P.-Geste Editions, 1994, pp. 10-19), plus orienté sur les cloches animales sous le titre « Les cloches et sonnailles du monde pastoral : une tradition utile ». []

Dosso à la période coloniale : nouveau dépôt d’archives sonores à la phonothèque

L’historien Jean-Paul Rothiot (né en 1947 à Mirecourt, Vosges) a mené, entre 1978 et 1979, des enquêtes sur le passé colonial de la région de Dosso (actuel Niger). Il était alors conseiller pédagogique à l’INDRAP (Institut national de documentation et d’animation pédagogique) de Niamey, poste qu’il a occupé de septembre 1973 à juin 1979, et préparait une thèse – soutenue en juin 1984 à l’université de Paris VII sous la direction de Catherine Coquery-Vidrovitch : Zarmakoy Aouta, les débuts de la domination coloniale dans le cercle de Dosso (1898-1913). Les enquêtes orales ont été menées en même temps que des dépouillements d’archives coloniales à Niamey et Dosso.

Archives de JP Rothiot : dossiers et cassettes
Archives de JP Rothiot : dossiers et cassettes

Le corpus sonore a fait l’objet d’un dépôt en novembre 2015 à la phonothèque. Il comprend 22 cassettes audio dont le son est assez mauvais dans l’ensemble et certains passages difficilement perceptibles. L’ensemble a été numérisé à la phonothèque. L’ensemble peut être écouté en ligne à partir de la notice du corpus ou par le formulaire de recherche.

Extraits de l’enquête menée à Dosso le 20/07/1979 (Casette 22, JP Rothiot)

Une présentation détaillée du contenu des cassettes, des thèmes abordés, du nom des informateurs, des villages, cantons et secteurs concernés documente ce corpus, accompagnée d’un entretien de 18 mn avec Jean-Paul Rothiot (réalisé par Hélène Claudot-Hawad le 22/11/2015 à Mirecourt), destiné à contextualiser l’élaboration de ces documents sonores. L’auteur explique sa méthode d’enquête.

Méthode d’enquête (Jean-Paul Rothiot, extrait entretien n° 4976)

Ali Seybou et Mounkaila Alpha, deux élèves de terminales du lycée Issa Korombe (dont Jean-Paul Rothiot avait été enseignant en 1973-75 au CEG 3 de Niamey) ont participé activement à ces enquêtes comme interprètes et aides.

Participants aux enquêtes (Jean-Paul Rothiot, extrait entretien n° 4976)

Les personnes interrogées ont souvent été les kwarakoy (chefs de village) entourés des anciens, qui s’exprimaient en langue zarma (djerma-songhay). Quelques informateurs, anciens fonctionnaires, se sont exprimés en français qu’ils possédaient parfaitement (Moumouni Saley, Wadibi Goubekoy, Mayaki Issa, Zaroumei Adamou…).

Informateurs à Guiwaye (Enquêtes orales de JP Rothiot), 1979
Informateurs à Guiwaye (Enquêtes orales de JP Rothiot), 1979

Cependant, pour rédiger sa thèse, l’historien est parti non des enquêtes audio, un matériau auquel il n’était pas habitué, mais des notes qu’il avait prises au cours des entretiens. L’enquête portait sur les origines de chaque village, les migrations, les questions de lignage, de chefferie (transformation de la chefferie sous l’impact colonial) et la réaction des populations face à la domination coloniale (perception des impôts, travail forcé, greniers de réserves, famines, aménagement rural, arachide, coton…) avec comme résultat l’acceptation ou les révoltes. Les notes ont été classées en fiches thématiques.

Archives Rothiot (fiches d'enquêtes), cliché HCH, 2015
Archives Rothiot (fiches d’enquêtes)
Archives Rothiot (Fiches thématiques)
Archives Rothiot (classement de diapositives sur la région de Dosso)

 

 

 

 

 

 

 

Fiches classées par thème (Jean-Paul Rothiot, extrait entretien n° 4976)

Comme l’écrit Jean-Paul Rothiot, ces informations orales ont été importantes car elles l’ont amené au cœur de sa thèse, avec le personnage du Zarmakoy (chef des Zarmas), Aouta, et ses relations complexes avec les autorités coloniales. D’autres enquêtes ont été menées en décembre 1982 et janvier 1983 au cours d’un bref séjour, alors que la rédaction de la thèse était commencée.

L'historien JP Rothiot et ses archives, 2015, Mirecourt (cliché HCH)
L’historien JP Rothiot et ses archives, 2015, Mirecourt (cliché HCH)

 

Crédits photographiques :Jean-Paul Rothiot (photo à la une : Sambara, 1979), sauf clichés 4 et 6 (Hélène Claudot-Hawad)

L’entretien intégral avec Jean-Paul Rothiot qui présente et contextualise la constitution de son fonds sonore sur la domination coloniale dans la région de Dosso est accessible en ligne : Contextualisation d’un fonds sonore enregistré à propos de la domination coloniale dans le cercle de Dosso (Niger) entre 1898 et 1913 (enquête n°4976)

 

Mise en ligne du fonds « La langue et la vigne dans le Gaillacois » aux Archives départementales du Tarn

Les Archives départementales du Tarn ont mis en ligne 18 témoignages oraux, soit près d’une vingtaine d’heures, autour de La langue et la vigne dans le Gaillacois.

Partant du constat qu’il ne semblait pas encore y avoir eu de travaux lexicologiques spécifiques sur la langue de la viticulture à Gaillac, mis à part les notices dans l’Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc occidental, Manon Serres, étudiante au département Science du langage de l’université Toulouse Jean Jaurès, a préparé en 2013-2014 un mémoire de master 1 en linguistique occitane sur La langue et la vigne dans le Gaillacois.

Les enquêtes qu’elle a réalisées et la transcription de certaines d’entre elles ont servi de base à son travail, le but étant de recueillir la langue dans laquelle le métier de viticulteur s’exerce et de montrer que l’occitan parlé aujourd’hui par les hommes et les femmes du Gaillacois est bien plus qu’une survivance lexicale. Pour cette raison, il lui a semblé important de ne pas en rester à une description linguistique mais d’intégrer à son étude un aspect ethnolinguistique, en s’attachant à la vie des viticulteurs et à sa complexité.

Extrait du témoignage d’Odette et Damien Dolle sur les variétés de raisin., enregistré à Carcariètge (Cahuzac-sur-Vère), le 26 novembre 2013 (Cote 19AV9)

Le travail d’enquête ayant été mené en partenariat avec le Département du Tarn, il a été convenu que les sources orales recueillies seraient déposées aux Archives départementales, avec l’accord des personnes enregistrées, afin de constituer un fonds d’archives sonores en langue occitane sur le thème de la vigne dans le Gaillacois.

vigne_1

La collecte s’est déroulée dans ce que l’on appelle le Gaillacois, zone viticole du département du Tarn située entre Saint-Sulpice, à l’ouest, Albi, à l’est, Cordes-sur-Ciel, au nord, et Graulhet, au sud. Elle porte sur le vocabulaire occitan du métier de viticulteur. Les dix-huit viticulteurs enregistrés ont été indiqués par l’association CORDAE/La Talvera, située à Cordes-sur-Ciel (Tarn), par la famille de l’étudiante, qui habite sur la commune de Cahuzac-sur-Vère, ou par les viticulteurs eux-mêmes qui ont activé leurs réseaux de connaissances. Sans que ce soit un choix initial délibéré, bon nombre de locuteurs sont des femmes, lesquelles sont traditionnellement peu présentes en qualité de témoin dans le domaine de la dialectologie.

Extrait d’un entretien avec Gérard Marroulle, enregistré à La Borie (Gaillac), le 20 mars 2014 (Cote 19AV15)

Les personnes enregistrées sont nées entre 1920 et les années 1950. Les entretiens ont été menés en conversation semi-dirigée selon les axes principaux suivants : présentation du témoin, description du métier de vigneron et d’une année de travail, termes occitans liés à l’outillage et au travail de la vigne, mécanisation et ses conséquences sur le métier. Un temps a été réservé à la conversation libre.

Consulter l’instrument de recherche et les témoignages en ligne.

Crédits photographiques : vendanges à Gaillac, Donatien Rousseau (photographe), 1988, fonds Archives départementales du Tarn. Tous droits réservés.

La recette du mois : rencontre entre une courge et un fromage

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain. La recette de la semaine est celle d’une méthode de  conservation du fromage de chèvre.

Dans les entretiens enregistrés en 1988 et en 1990 que nous vous proposons d’écouter ce lundi voici trois enquêtes  : la première , n°4100, est  réalisée auprès de Mesdames  Latil et Aillot, habitantes du Hameau de Saint-Martin (04200 Noyers-sur-Jabron) la seconde, n°4097, auprès de Monsieur Urbain Durand de la vallée du Jabron et la troisième enquête, n° 2429, a été réalisé par Annie-hélène Dufour, ethnologue, qui enregistre, en 1979,  Madame Portal de collobrières (Var) (accompagnée d’une deuxième dame qui a gardé l’anonymat).

Les informateurs indiquent à Jean-Pierre Joly différents procédés de conservation et de consommation du fromage  de chèvre :

Cette méthode est attestée dans d’autres enquêtes… et la voici :

Casser des morceaux de tomes de chèvre  bien secs, évidez une petite courge (pour l’expérience un potimarron a été utilisé ici  compte tenu de la quantité de fromage qu’il aurait fallu avec une courge) puis alterner une couche de dès de fromage, une couche de courge  également en morceaux, ainsi de suite dans la quantité désirée. Refermer ensuite à l’aide d’un couvercle découpé au sommet de la courge et entreposer environ  de 3 semaines à 1 mois au frais le temps suffisant pour que le fromage se réhydrate. Il prend alors une belle couleur orangé et une saveur au goût noisette.

Toujours dans le même esprit, voici la version à saveur forte :

Faites ramollir le fromage sec dans un peu de lait de chèvre chaud (cette recette est valable pour toutes sortes de  lait : vache, brebis, chèvre), laisser macérer en toupine (généralement une jarre de grès) et de temps à autre rajouter d’autre morceaux de tome. Le temps de macération est au goût de chacun, sachant que la préparation prend de la « puissance » au fur et à mesure, et nécessite parfois un arrêt de la fermentation avec de l’eau de vie. Cette « cachaille » ou « cassa » se tartinait ensuite sur des tranche de pain que l’on faisait griller à la flamme de la cheminée. Vous l’aurez compris… « palais sensibles s’abstenir, c’est rude » car, pour avoir tenté l’expérience, l’action purificatrice de la flamme est nécessaire…

la troisième recette  de fromage dit « broussin » dans le Var est tout aussi puissante en goût  :

Une autre variante de conservation, celle réputée  du fromage de Banon (04),  consiste à   poivrer des fromages de chèvres secs que l’on enveloppe ensuite dans des feuilles de châtaigniers préalablement trempées dans de l’eau de vie.

La recette complète, figure à la page 28 du livre de Anne-Marie Topalov,  La Vie des paysans bas-alpins à travers leur cuisine de 1850 à 1950, Aix-en-Provence, Édisud , 1986.

Vous la trouverez également dans le  rapport d’étude de Jean-Marc Mariottini , A la recherche d’un fromage, le banon : éléments d’histoire et d’ethnologie, 1992.

Crédits photographiques : Mathilde Bresc