Archives de catégorie : tamahaq/tamasheq

Singing planting wheat

Rich of field recordings on agricultural and feeding practices of Sahara’s desert population in the years 1955-1975, the Ahaggar area corpus of the ethnologist Marceau Gast1 also contains a few songs and some instrumental pieces.

Some are parts of ceremonies like weddings, others are recorded during informal moments, most are in link with agricultural works. This call and response labour song is a pervasive pattern, with some verses in tamahaq (tuareg langage) and some in arabic. Continuer la lecture de Singing planting wheat

  1. Marceau Gast (1927-2010), ethnologist, is a food specialist in the Sahara, Yemen an Alps area []

Chanter pour planter le blé


Dans son ouvrage Alimentation des populations de l’Ahaggar. Etude ethnographique, Marceau Gast consacre un chapitre au blé (Partie II :  « Production, préparation et consommation des aliments »,  p. 78-101).  Ses archives sonores documentent en partie sa démonstration scientifique1. Une de ses enquêtes de terrain2  illustre en particulier un passage (page 79) qui décrit le défrichage collectif des jardins.

Chant agraire de l’Ahaggar (extrait de l’enquête n°4204)

L’enregistrement a été réalisé à Idélès, un village touareg au nord-est de Tamanghasset, en décembre 1964.

Marceau Gast décrit ainsi les activités liées à ce chant :

Le défrichage de la terre ou son défoncement, comme le transport des couffins de terre nouvelle, seront effectués souvent en association avec plusieurs jardiniers. (…). Ces travaux d’entraide collective rythmés par des chants qu’il est émouvant d’entendre au milieu des jardins. Les hommes, serrés côte à côte,  avancent en cadence, reprenant en coeur la ritournelle qui accompagne les couplets du meneur. Les houes s’entrechoquent, la poussière monte, l’enthousiasme et l’entrain sont de rigueur. A la fin de la matinée le bénéficiaire de l’entraide apporte un plat de nourriture, mangé au milieu du champ. Les voiles des visages sont déposés sur les talus avec les tuniques ; la plupart des hommes sont torse nu et tête nue. On mange des dattes pilées que l’on puise à la main dans un plat de bois, ou des crêpes de farine de blé, arrosées d’une sauce avec des légumes, ou du couscous à gros grains (tikhammzin), si ce n’est une bonne bouillie de mil bien compacte. Après ce repas en général rapide (10 minutes environ), on prépare le thé et chacun retourne ensuite à ses occupations. Les travaux collectifs durent autant de temps qu’il est nécessaire, une, deux, ou plusieurs demi-journées.

Marceau Gast rédige, à cette occasion, une longue note sur le terme “touiza” qu’il prête aux “Algériens du nord” sans faire le lien avec le terme « tiwsé » qui en tamahaq a le même sens de “travaux d’entraide collective” et a été également assimilé dans toute la littérature du début du XXe siècle à la notion de “tribut” ou de redevance3. Il note comme nom local de ce chant le terme “el barah” ou « el brih ».

Voilà la note de Marceau Gast spécifique au chant, transcrite de son ouvrage (toujours page 79) :

Brih : signifie en arabe algérien : l’annonce, le ban, le cri, la proclamation, la publication par un crieur ;

Cf.  Beaussier (M.) : Dictionnaire pratique arabe-français, Alger, Typo-litho, 1958, p.42. L’institution d’assistance se dit, dans le Nord de l’Algérie, taoussa ou touiza. « Institution d’assistance, la tawsa est en réalité un prêt en espèce ou en nature, à l’occasion d’une fête. La personne qui l’a reçue est tenue de la rendre au moins à valeur égale, à celui qui l’a versée. Voilà pourquoi on donne à la tawssa une large publicité par l’emploi d’un crieur. Ce détail est fondamental »

Cf.  M’Hamsadji (N.), Usages et rites alimentaires d’une contrée rurale d’Algérie, A.I.E.O, t. XIV, 1956, pp.314-316. Nous comprenons mieux pourquoi les agriculteurs de l’Ahaggar nomment leurs travaux collectifs rythmés par des chants elbrikh (déformation berbère de elbrih). Le chant lui-même s’appelle el barakh, « quand quelqu’un veut faire un travail très urgent, ou un travail difficile pour peu d’ouvriers mais facile pour un grand nombre, il convoque tous les travailleurs du lieu et leur demande de lui accorder, gratis, par l’amitié, ou moyennant salaire, tous ensemble à un moment déterminé, quelques heures, ou un jour, ou deux ou trois jours de travail. »

Cf Foucauld (P. de), Dictionnaire touareg-français, tome 3, p. 994. Cette assistance collective se termine en général par un petit repas ou un thé; elle n’a pas le caractère rigoureux de prêt en retour consacré dans le Tell. Cela se comprend très bien quand on sait combien les communautés paysannes forment des unités vouées au même sort et où la morale publique a force de loi.

3/25_Dictionnaire touareg-français (Dialecte de l’Ahaggar) – Charles de Foucauld__CH /c/ (120-137)

 

Merci à Hélène Claudot-Hawad pour ses conseils et sa relecture.

 

Crédits photographiques : photographies de Marceau Gast, issues de son livre « Alimentation des populations de l’Ahaggar » (1968) : planche XI, les semailles, le travail collectif. 

  1. Marceau Gast a déposé ses enquêtes de terrain à la phonothèque de la MMSH. Les collections du Queyras et du Yémen ont été traitées, celles sur le Sud du Sahara sont en cours de traitement avec le soutien de la TGIR Corpus. []
  2. Cette enquête est déposée à la phonothèque de la MMSH sous le numéro 4204 []
  3. Voir H. Claudot-Hawad, « Iseqqemâren », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 14 novembre 2012. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org1450 – Paragraphes 8 à 15 []

Hommage à Marceau Gast, portrait d’un honnête homme du 21e siècle

Les 14 et 15 mars 2011 ont contribué à garder vivante la mémoire de Marceau Gast mais ont aussi permis d’éclairer et de mieux faire connaître son travail scientifique comme son engagement social et éducatif. En réunissant les chercheurs et enseignants, anciens collaborateurs, de Marceau Gast mais aussi ses parents, ses amis, ses lecteurs ou des curieux, il s’agissait de donner corps à son œuvre. L’ambition était aussi d’ouvrir des pistes pour prolonger ses axes de recherche et conjurer l’embaumement patrimonial qui menace souvent après une journée d’hommage. Bien au contraire, la présence attentive et bienveillante de Madame Gast, avec celles de ses enfants et de son neveu, leur ont donné une force et une densité particulières. Hélène Claudot-Hawad et Salem Chaker ont réussi leur pari de permserraettre non seulement de (re)découvrir un chercheur, un homme et ses actions mais aussi d’envisager des projets sur le long terme autour de son oeuvre.

C’est avec une ferveur communicative que Luigi Serraont a ouvert les journées en évoquant le contexte intellectuel dans lequel Marceau Gast a développé ses recherches. Avec nous, il a retraversé les années et le désert du Sahara où il a souvent accompagné Marceau Gast. Il s’est souvenu des débuts de leur complicité scientifique et culturelle, liée à une discussion scientifique sur les gravures rupestres du Sud du Sahara. Une collaboration interdisciplinaire et internationale s’est alors mise en route, avec, dès le départ, la volonté de lutter contre les assauts violents portés à la culture de cette zone encore mal connue à cette époque. Le premier congrès international des civilisations méditerranéennes à Amalfi (1983) fut la réussite scientifique qui les souda pour les années à venir et régulièrement d’autres journées continuèrent d’être organisées, toujours dans cette dynamique. Il y eut ensuite un autre congrès sur la cité méditerranéenne – interrogeant la naissance et la vie d’une communauté saharienne – (Bari, 1988) puis un autre encore sur le multiculturalisme et le plurilinguisme dans le Maghreb arabe et berbère (Amalfi, 1995). Les intellectuels de la culture méditerranéenne y étaient toujours tous présents : Marc Bloch, Fernand Braudel, Gabriel Camps, Bruno Etienne, Pierre Galand… et Marceau Gast avec sa délicatesse, son enthousiasme et sa sagesse. C’est lui qui a permis, par ses échanges stimulants et toujours fructueux, de créer les différents programmes d’enseignement à l’université de Naples, L’Orientale où avait été ouverte la première chaire de berbère en 1917. Ainsi, afin de contextualiser au mieux l’étude des langues berbères a été créé une série d’enseignements comme « Epigraphique libyque berbère », « Dialectes berbères », « Civilisation antéislamique », « Histoire contemporaine de l’Afrique du nord berbère »., « Histoire et culture des peuples berbères », « Littérature orale et traditions populaires de l’Afrique du Nord ». Dans cet hommage où l’émotion lui donnait une éloquence inouïe, Luigi Serra s’est adressé à son collègue fidèle, curieux, stimulant, cet ami « terriblement moderne » qui n’allait plus nous quitter pendant deux jours.

Presque par hasard, Evelyne Simonin s’est passionnée de désert et plus précisément du Sahara, puis du personnage de Marceau Gast. Elle a voulu rencontrer cet homme dont elle entendait si souvent parler et décidé d’en écrire la biographie à partir d’entretiens enregistrés. Dans son intervention, elle a traduit pour l’occasion l’itinéraire de Marceau Gast en images depuis le domaine agricole de la Trappe jusqu’à son retour en France et ses terrains yéménites. Au-delà des informations biographiques cette intervention a suscité des questions archivistiques très intéressantes. Par exemple, les dessins des élèves de la « tente hutte école » que lui a confiés Marceau Gast et les textes des enfants, rédigés dans la mouvance de la pédagogie Freinet sont apparus comme de véritables archives ethnographiques qui mériteraient une conservation et une valorisation à part entière. Ensuite, les entretiens qu’Evelyne Simonin a enregistrés auprès du chercheur dans les années 2006-2009 sont également précieux parce qu’ils viennent croiser ceux d’Hélène Claudot-Hawad enregistrés en 1997-1998. Ils viennent aussi compléter notre compréhension de la construction de son histoire intellectuelle. Par ailleurs, les photographies qu’elle a montrées sont souvent venues en écho à l’intervention qui clôtura la journée. Là, Hélène Claudot-Hawad a insisté sur la place centrale de l’image dans la recherche de Marceau Gast qui, au-delà de la simple information, lui donnait toujours une fonction d’éclairage sur le geste, le procédé de fabrication, l’usage de l’objet.

Deux chercheurs algériens de l’ex CRAPE [Centre de recherches archéologiques, préhistoriques et ethnographiques] ont ensuite témoigné de la vitalité de la recherche scientifique dans ce laboratoire où a longtemps travaillé Marceau Gast. Slimane Hachi, directeur de l’actuel CNRPAH [Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques] a rappelé que son laboratoire avait publié tout récemment (2009) l’édition algérienne de Tikatoûtîn et il a présenté un documentaire restituant l’ambiance de la remise d’une partie de la bibliothèque scientifique de Marceau Gast à l’Algérie. Il a signalé que le CNRPAH vient de rassembler un mélange de ses articles, paru dans un ouvrage tiré à 1500 exemplaires tout en regrettant le manque de distributeur en France pour les livres publiés en Algérie. Malika Hachid a, elle, raconté une histoire qui aurait passionné Marceau Gast à qui elle a dédié son intervention, y associant ses professeurs disparus. Elle suggère que les petits hommes que l’on retrouve sur les peintures rupestres du Sahara central appartiennent au peuplement “assabat”, auquel se serait joint un flux de population plus tardif, chassé par la conquête ottomane. Sa recherche s’appuie sur la méthodologie que Gabriel Camps et Marceau Gast ont impulsée : une comparaison des gravures, des objets ethnologiques, des dessins et des récits des voyageurs du 19e siècle.

Plusieurs chercheurs se sont ensuite succédé, présentant les démarches et les collaborations tissées avec Marceau Gast au fil du temps. Philippe Lefevbre-Witier, médecin anthropologue généticien, a rencontré Marceau Gast dès 1965. Une collaboration amicale et fidèle en est issue, en particulier sur les programmes de recherche sur la parenté dans les communautés pastorales et rurales touarègues du Sahara central. Tatiana Ben Fougal a présenté, à partir de l’exemple des nattes de paille, l’intérêt du travail de Marceau Gast concernant la culture matérielle. Elle est revenue sur son travail de rédaction de notices pour le Musée du Bardo à Alger dès 1959 puis son entrée au Musée de l’Homme à Paris auquel il sera lié pendant 40 ans en démontrant combien les objets ethnographiques étaient pour lui des médiateurs entre la société et les hommes qui lui permettaient de remonter dans le temps. Ce fut aussi l’occasion de revenir sur la longue collaboration que Marceau Gast eut avec Dominique Champeau, chercheure qui marqua son parcours et pour laquelle il rédigea un livret d’hommage à sa mort. Narjys El Alaoui partit, elle, d’une anecdote d’un lézard prisonnier sous un couscoussier, pour évoquer cet animal en un hommage à l’ethnologue si attentif au milieu naturel. Sophie Ferchiou raconta combien la présence de Marceau Gast avait été importante pour elle quand, venue de Tunisie en 1970 pour écrire sa thèse, il s’est intéressé à son sujet, l’a réconfortée et soutenue avec une grande générosité. Hélène Claudot-Hawad clôtura la journée en évoquant les recherches menées sur la parenté chez les Touaregs et le déroulement des enquêtes sur les généalogies, les alliances et la transmission des biens et des pouvoirs. A ce moment, l’assemblée avait l’impression de bien connaître ce savant enthousiaste et curieux, et d’avoir partagé ces moments de convivialité avec ses étudiants à qui il transmettait son désir d’apprendre et de transmettre.

Jorge Onrubia Pintado, préhistorien à l’université de Castille–La-Manche, présidait la matinée du 15 mars, redoutablement émouvante. En effet, Madame Camps, accompagnée de sa fille, a rejoint l’assemblée et la famille Gast dans la matinée pour écouter les conférenciers,   en souvenir de cette amitié scientifique qui a si longtemps lié Marcau Gast et Gabriel Camps. Un lien qui explique certainement le fort tropisme préhistorique que l’on a retrouvé dans les interventions de cet hommage.

Pierre Augier a tout d’abord présenté une nouvelle facette de Marceau Gast, celle de l’ethnomusicologue. Au-delà de son récit de leur étude de la musique touarègue, riche en anecdotes depuis leur rencontre à Alger en 1967, il a évoqué l’intuition scientifique de son ami en rappelant le Colloque international d’imzad de 2005 où Marceau Gast avait fait une communication brève mais très importante (Sauver l’imzad et son contexte en pays touareg) dans laquelle il traçait un véritable programme de recherche sur cet instrument. François Borel, nous a fait la surprise de nous permettre d’entendre Marceau Gast parler du Sahara à des élèves d’une classe d’enfants en Suisse. Je remercie au passage François Borel d’avoir déposé à la phonothèque de la MMSH une copie numérique de cette bande de 40 minutes qui viendra compléter les archives sonores de Marceau Gast. L’enregistrement a été réalisé par son ami Pierre Guérin dans le cadre de l’Ecole de Plein Air à Chanteloup où se pratiquait la pédagogie Freinet. On y entend l’ethnologue qui répond aux questions des enfants sur les marques des voitures qui roulent dans le désert, les chameaux, l’oued ou les gazelles… Thierry Tillet, préhistorien à l’université de Grenoble, a rappelé les missions Berliet « Ténéré Tchad » et leur impact archéologique.

Puis l’équipe de la phonothèque de la MMSH a présenté le fonds sonore de Marceau Gast. Celui-ci avait choisi d’y déposer la totalité de ses enregistrements de terrain, après avoir longuement discuté de la méthodologie mise en œuvre par la phonothèque. Soucieux de la transmission de ses enregistrements il avait signé au moment de son dépôt un contrat précisant les droits d’utilisation et de diffusion de ces archives. Ce fonds est désormais entièrement numérisé et en partie traité (pour ce qui concerne le Yémen, le Queyras et les enregistrements de colloques) et intégré à la base de données d’archives scientifiques de la phonothèque accessible en ligne (http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr). Il reste encore à réaliser l’analyse des enquêtes de terrain de la partie sur le Sud du Sahara. Pour cela il est nécessaire que la MMSH trouve des financements propres permettant en particulier d’engager un catalogueur formé aux méthodes des sciences humaine et sociales et capable de comprendre à la fois l’arabe et le tamahaq.

Nicole Gast-Fabregas sa fille et Jean-Marie Jacono son neveu, ont réalisé un exercice difficile, celui d’évoquer la relation entre espace familial et espace de recherche. S’appuyant sur une méthodologie académique en trois points, Jean-Marie Jacono a su entrer dans le monde de l’intime avec légèreté et précision. Selon lui, l’ancrage de cette vie familiale imbriquée dans la vie du chercheur prend naissance dans cette enfance au cœur du système colonial, dans une famille qui avait la volonté de sortir du cadre figé du colonialisme. C’est ainsi que Marceau Gast apprit très tôt l’arabe à l’école coranique et que dans sa maison familiale, les invités étaient aussi des Algériens. Il a ensuite analysé l’imbrication entre espace public et familial que vivait Marceau Gast, créant un cadre de sociabilité semblable à celui du Maghreb. Sa maison était ouverte à tous parents et amis, de façon non hiérarchisée et toujours avec les acteurs de la recherche, en lien avec les activités de la recherche. Sa conception du cadre familial était à l’image du campement saharien où les visiteurs sont toujours bienvenus : parents et amis sur le même plan. Cette façon de vivre, cette auberge où tout est huilé, ne fonctionne que grâce à son épouse qui est le pilier dans la durée de cette vie familiale. C’est elle qui propose à tous, et sans relâche, une cuisine mixte, maghrébine et européenne : Jean-Marie Janono dans un clin œil utilise le terme de  « Gasthaus »1.

Car enfin, l’espace familial est complètement imbriqué au terrain de sa recherche. La maison est à la fois un espace de travail, un lieu d’expérimentation, un espace de convivialité où des chercheurs d’origines différentes se retrouvent avec la famille, un espace de transit et d’accueil de ceux qui circulent vers le Sud. Jean-Marie Jacono laisse aussi deviner que la dimension patriarcale devait être très forte. Sa fille, non sans humour, rappelle la réalité de cette façon de vivre qui mêlait si étroitement vie familiale et recherche car de retour du terrain, le père faisait expérimenter à la famille les goûts, les gestes, les usages. Il fallait moudre le blé sur les meules sahariennes, manger de l’orge perlé, du fenouil grec ou du blé concassé, de la chèvre et de la bouillie de mil.

Salem Chaker a clos cette matinée en rappelant l’apport de Marceau Gast pour L’Encyclopédie berbère et plus largement pour la connaissance des mondes berbères. A lui seul, il représente 5% de l’écriture de l’encyclopédie à travers 30 articles sur les 32 fascicules qui ont été édités depuis décembre 1984. Un engagement continu mais aussi une qualité scientifique toujours égale dans une volonté de complétude et d’insertion pluridisciplinaire des objets qu’il décrivait en valorisant leur statut culturel et social.

Les institutions ont été sensibles à la nécessité de valoriser la mémoire de Marceau Gast : la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et l’université de Provence ont largement soutenu l’organisation de cette journée (Denis Bertin, VP Recherche de l’université était présent). Les textes de cette journée et demie seront également bientôt publiés.  Mais au-delà, se sont dessinés des axes de recherche qui laissent imaginer la poursuite de ses travaux. La mise à disposition de ses archives et la revisite de ses terrains, en particulier, permettent d’envisager de nombreux projets. Et puis son expérience de pédagogue domine, laissant les traces d’un homme capable de dialoguer avec tous efficacement. Une façon d’être qui a de nombreuses fois été reliée par les participants à son implication dans la pédagogie Freinet et à une question qu’il posait sans cesse, et qu’on oublie trop souvent de poser : à quoi ça sert ?

Lors des journées dédiées à Marceau Gast, Gisèle Seimandi a lu une poésie écrite en son hommage qu’elle m’a aimablement autorisée à reproduire ici.


Merci pour leurs relectures et leurs corrections à Pierre Augier, François Borel, Hélène Claudot-Hawad et Laure Principaud, Gisèle Seimandi. Merci également à Pierre Augier d’avoir retravaillé qualitativement une partie des photographies affichées dans ce billet.

Crédits photographiques : portrait de Marceau Gast : photographie de famille – Images de la journée : Véronique Ginouvès.



  1. En langue allemande, Gasthaus signifie « auberge », le terme est construit sur « la maison (Haus) des hôtes (Gast) » http://en.wikipedia.org/wiki/Gasthaus []

Anticiper la gestion des sources orales de sa recherche : les enseignements du traitement du fonds Marceau Gast à la phonothèque de la MMSH

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO*, membre actif de l’IREMAM**, aujourd’hui retraité, Marceau Gast a laissé à la phonothèque des cartons de bandes et de cassettes : les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

La phonothèque, dans le traitement de ce fonds, se heurte à plusieurs difficultés. Tout d’abord, la qualité des supports conservés est très inégale : bandes et cassettes sont des supports anciens, parfois endommagés ou de mauvaise qualité, le tout restant cependant globalement audible. D’autre part (et surtout), la documentation transmise à la phonothèque par le chercheur est éparse, fragmentée, lacunaire. La contextualisation de chaque enregistrement s’avère être particulièrement difficile, d’autant plus que, dernière difficulté, les langues parlées, la tamahaq (touareg), l’arabe algérien et l’arabe yéménite, exigent que la phonothèque trouve des locuteurs pour comprendre le contenu des enquêtes.

Ce fonds est par conséquent un peu casse-tête mais c’est justement la raison qui en fait un bon support pour mesurer les enjeux et questions que peut soulever le traitement des sources orales de la recherche : pourquoi et comment la phonothèque appréhende-t-elle le traitement et la valorisation d’un fonds « hérité » comme l’est le fonds Marceau Gast ? Et quels enseignements en tirer quant à la manière dont un chercheur peut penser et anticiper l’usage d’une phonothèque dans la démarche de sa recherche en sciences humaines et sociales ?

Pourquoi traiter et valoriser le fonds Marceau Gast ?

Fonds Gast
Le fonds Gast : des supports hétéroclites

Marceau Gast a déposé entre 2004 et 2007 des cartons de bandes et de cassettes à la phonothèque. Ses attentes quant au traitement de son fonds de sources orales nous ont été plus ou moins clairement formulées. Marceau Gast a déposé afin tout d’abord d’assurer la pérennité de ces supports anciens et fragiles par une conservation dans un lieu adapté et proposant la sauvegarde numérique de ces sources. Au-delà de cet aspect matériel, il s’agit pour le chercheur de garder une trace visible de sa recherche voire de patrimonialiser ses sources à l’instar d’autres ethnologues comme Christian Bromberger qui a déposé son fonds sonore à la phonothèque. De manière plus ou moins consciente ou formulée, le chercheur dépose en effet des sources qui avaient jusque là le statut d’éléments informatifs dans le cadre de sa recherche afin qu’elles acquièrent presque la valeur de « documents-témoins » d’un patrimoine, avec le risque bien présent ici de décontextualiser ces archives et de perdre de vue le caractère construit de ces sources. Ainsi, au-delà de cette simple volonté de « garder une trace » ou de « faire trace », on peut se demander si Marceau Gast, en déposant ses sources, a envisagé de les voir écoutées, réétudiées, revisitées (donc son travail soumis à la critique) par d’autres chercheurs. L’ambivalence est bien présente pour ce fonds, comme pour d’autres issus de la recherche en sciences humaines et sociales.

Or, le traitement de ce fonds inédit pourrait présenter un réel intérêt scientifique. Dans la mesure tout d’abord où le terrain de Marceau Gast peut être revisité par d’autres chercheurs. Par ses thématiques, ce fonds peut intéresser en effet plusieurs disciplines. Dans une démarche comparatiste (diachronique), il peut intéresser l’ethnologue qui étudie aujourd’hui les sociétés berbère ou yéménite ; de même le géographe qui étudie systèmes agricoles et économies rurales ou qui travaille la question des calendriers agraires ou de l’alimentation dans la perspective de la géographie culturelle. Il peut interpeller l’historien qui travaille sur les techniques et savoir-faire agricoles ou encore sur l’histoire de la discipline ethnographique elle-même (l’évolution de ses pratiques, des manières de construire son terrain et ses sources..). Enfin la langue, les chants et traditions orales peuvent être une mine pour le linguiste, l’ethnomusicologue etc… Les possibilités de revisites sont donc nombreuses, dans la mesure notamment où ce fonds est assez riche (environ 150 heures en tout), cohérent dans ses thématiques et étalé dans le temps (enregistrements des années 1960 à 1980).

Le traitement numérique et la documentation de ce fonds présentent l’intérêt également de donner la possibilité à la communauté scientifique de retourner à la source des argumentations de Marceau Gast dans une démarche de vérification et de validation critique (comme il est courant de le faire pour des sources textuelles par exemple).

Dans un autre ordre d’idée, la praticabilité des outils numériques rend aujourd’hui l’usage et la découverte de ces sources orales beaucoup plus accessibles au grand public. La communauté scientifique en sciences humaines et sociales a donc intérêt à utiliser ces nouveaux outils, d’autant plus que la valorisation du « patrimoine culturel immatériel » (qui englobe les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » ou encore les « savoirs-faire liés à l’artisanat traditionnel ») est encouragée par l’UNESCO (dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003).

Les intérêts et objectifs du traitement du fonds sont de plusieurs ordres et doivent être définis. La procédure technique n’est alors pas compliquée à mettre en œuvre.

La procédure établie par la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH a mis en place une procédure maintenant bien rodée pour traiter un fonds d’archives sonores. Toutes les étapes sont reprises dans un ouvrage, le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (par Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou, en co-édition avec Modal. 2001) qui constitue aujourd’hui un document de référence. Le novice n’a donc pas à se poser de questions sur la procédure technique. Elle est établie et comporte plusieurs grandes étapes :

  • Réception et stockage du fonds : évaluation de l’état des enregistrements, signature des contrats avec le déposant,
  • Classement, numérisation (si besoin) à partir des supports originaux ; éventuellement traitement du son,
  • Documentation des enregistrements : une écoute précise doit permettre de dégager le sens principal, de repérer un certain nombre d’éléments thématiques et de dégager différents « temps » dans l’enquête (création de plages permettant de « feuilleter » le son). Des notices sont alors créées dans une base de données prenant en compte les standards internationaux d’indexation. Il est important à cette étape de trouver des locuteurs afin de renseigner les enregistrements en arabe et en tamahaq,
  • Gravure des cédés (d’archivage et de consultation),
  • Recherche des éléments de mise en contexte des enregistrements et de tout document pouvant « aider » la compréhension et la revisite de ce fonds. La difficulté documentaire est sans doute le principal « écueil » du fonds Gast.
  • Valorisation : édition d’un catalogue et mise en ligne des notices (accessibilité), travail avec les outils Web.
villages du djebel Harraz, Yémen
Villages du djebel Harraz, Yémen

La potentielle inquiétude des chercheurs vis-à-vis de ces données techniques et juridiques n’est donc pas fondée. La procédure est bien établie et le rôle de la phonothèque est justement de proposer des outils et un accompagnement technique au chercheur à toutes les étapes : depuis des conseils pour optimiser l’enregistrement des enquêtes et entretiens jusqu’à la valorisation ultérieure de ses sources. Par contre, comme le montrent les difficultés posées par certains fonds anciens comme le fonds Gast, il est bon que le chercheur pratiquant la source orale anticipe les questions de conservation et de valorisation futures. La procédure sera en effet plus simple, rapide et scientifiquement valable si le chercheur a pris soin de :

  • faire des enregistrements de bonne qualité (technique/méthodologique)
  • bien référencer, identifier au fur-et-à-mesure chaque enregistrement
  • garder tous les éléments qui ont permis de construire son terrain et ses sources (méthodes, problématique, contacts, notes de terrain…)

Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de sa propre recherche, d’oser le regard critique de la communauté scientifique. Il s’agit d’envisager l’intérêt que peuvent présenter ses enregistrements pour d’autres et d’appréhender l’enrichissement que supposent la revisite de son terrain, le dialogue, l’intertextualité. La technique n’est donc pas ici la difficulté. Celle-ci réside avant tout dans les choix scientifiques du chercheur et le travail éditorial de la phonothèque tout au long de la démarche de traitement et de valorisation.

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est d’abord s’interroger sur que conserver et comment le valoriser ?

Faut-il en effet tout garder et, si non, quels critères appliquer à cette sélection ? Répondre à cette question suppose, au-delà d’une évaluation de l’état matériel du fonds, de s’interroger sur le projet qui sous-tend la numérisation : quels sont ses buts scientifiques et éditoriaux ? Car il existe toujours une tension entre recherche d’exhaustivité (tout conserver) et approche sélective (mais partielle) d’un fonds. L’essentiel est, somme toute, de justifier ses choix. Dans ce but, une fiche d’évaluation a été établie pour le fonds Marceau Gast. Elle reprend dans sa structure les différents points suivants :

  • Supports: type, nombre, qualité, durée
  • Cotes et numéros d’enquête
  • Type de contrat passé avec l’informateur et le déposant
  • Description des enregistrements (localisation, date, thèmes)
  • Observations sur l’intérêt de la diffusion
  • Décision de numérisation et justification
  • Décision d’analyse et justification
« In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915)

La démarche de la phonothèque consiste en effet à traiter un fonds dans sa globalité en essayant de comprendre sa cohérence. Cela passe par l’écoute attentive des enregistrements, la compréhension des documents, afin de pouvoir dégager des corpus (géographique, thématique), de sélectionner les documents selon leur qualité technique (sont-ils audibles ?), la qualité de leur contenu (s’agit-il d’enquêtes qui vont en profondeur ou d’une simple succession d’assertions ?), la cohérence du corpus etc…Ce travail n’a donc que peu à voir avec l’archivage d’un livre. Il ne se résume pas à la numérisation : du temps est nécessaire pour traiter un fonds. La fiche d’évaluation du fonds Gast est destinée à être lue par toute personne intéressée par ce fonds. Elle consigne et justifie l’ensemble des choix faits lors du traitement et de la valorisation du fonds, choix éditoriaux qui peuvent « forcer la lecture » du fonds et dont il faut garder trace.  Pour chaque fonds les questions vont être différentes et les réponses varier en fonction des caractéristiques scientifiques du fonds, de sa qualité, de sa cohérence, des attentes du déposant etc…

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est également se questionner sur le choix des bons outils. En effet, le paysage de la communication scientifique aujourd’hui s’enrichit de nouveaux espaces numériques. L’enjeu pour le chercheur est la visibilité de sa recherche au sein de réseaux autres que ceux des publications papier traditionnelles. Les outils étant nouveaux, il s’agit d’adopter plus massivement de nouveaux réflexes dans la gestion des sources de sa recherche (formats choisis, modes de conservation et de mise à disposition, citation…). Pour aider la communauté scientifique dans ses choix, s’est développée une nouvelle discipline, les digital humanities (ou « humanités numériques »), bien implantée dans la sphère anglo-saxonne, mais encore trop peu connue dans le milieu français de la recherche. Se situant à l’intersection de l’informatique et des sciences humaines et sociales, cette discipline regroupe informaticiens, éditeurs, documentalistes, webmasters etc… Son objet consiste à mettre en place de nouveaux outils numériques : des plateformes d’échanges, des bases de données ou encore de nouveaux formats d’édition etc.… dans le but d’accompagner la communauté scientifique dans la pratique de ces nouveaux espaces de communication. Le but général est de garantir l’interopérabilité et la pérennité des données numérique (choix des standards et formats). Le chercheur, en inscrivant son projet de recherche dans ces nouvelles pratiques numériques, s’ouvre ainsi à la mutualisation et au dialogue interdisciplinaire, dans le cadre d’un vaste réseau.

Penser l’usage d’une phonothèque dans la démarche de la recherche ce n’est pas s’arrêter à de possibles difficultés techniques ou juridiques : celles-ci sont à fortement relativiser. C’est avant tout faire des choix en fonction de la visibilité que l’on veut donner à sa recherche et de l’accessibilité que l’on veut donner aux sources de sa recherche. Cela pose la question au final de la conception que l’on a de la communauté scientifique et des outils de sa communication.  Dans ce processus scientifique, des structures comme la phonothèque de la MMSH sont là pour proposer avant tout un accompagnement technique et éditorial à toutes les étapes où le chercheur est aux prises avec ses sources orales. Les difficultés que pose la reprise du fonds de Marceau Gast montrent l’importance d’anticiper ces questions de conservation et de valorisation. Celles-ci peuvent paraître accessoires ou secondaires au moment où se fait la recherche mais, de cette anticipation, dépend cependant une part de la validité scientifique ultérieure que devra acquérir cette recherche au moment de sa communication.

* Pour des éléments d’historique du LAPMO (Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), on peut lire la nécrologie de Gabriel Camps rédigée par Marceau Gast: Marceau Gast, « Gabriel Camps », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 12 février 2010. URL : http://pm.revues.org/index288.html

** Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Ce billet est une synthèse de la conférence donnée par Laure Principaud lors de la journée qui a eut lieu à Grenoble le 27 janvier 2010 sous le titre L’histoire orale : regards croisés et décalés – France, Brésil, Europe, programme : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html ; à propos de cette conférence, lire aussi Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010 (billet du 7 janvier 2010) : http://phonotheque.hypotheses.org/2541

Crédits photographiques: cartons du fonds Marceau Gast et vue du djebel Harraz, Yémen (2006): Laure Principaud ; « In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915), George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restrictions de copyright connues:http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2349964682/

l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.