Archives pour la catégorie Centre d'archives

Formation aux archives sonores en Martinique du 5 au 9 décembre 2011

Fabienne Zonzon, responsable des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de Martinique a mis en place un réseau de collecteurs qui arpentent la Martinique pour capturer la mémoire orale de leur île. En mars 2007 elle avait organisé une première formation sur le site des archives départementales, à Fort-de-France, où était intervenue Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l'EPHE. La formation programmée cette semaine a pour objectif de renforcer le réseau des partenaires qui organisent des projets de collecte depuis le terrain jusqu'à la valorisation des enregistrements et leur méthodologie.

Ainsi, depuis lundi 5 décembre, nous sommes une petite quinzaine à écouter, échanger, commenter les différentes expériences de chacun.  Les documents, filmés ou enregistrés et documentés, pourront être ensuite consultés sur les lieux des collectes mais aussi aux archives départementales ou encore, bientôt, sur le portail de la Banque numérique des patrimoines martiniquais qui vient d'être créée et qui permet déjà d'interroger de grands corpus de documents écrits, cartographiques et photographiques.

Programme 

La source orale : de la collecte à la valorisation

5 – 9 décembre 2011

Archives départementales de Martinique

Objectifs : A l'issue de la formation, les stagiaires auront pris conscience des enjeux relatifs à la création d'une collection sonore et audiovisuelle dans le contexte antillais. Ils pourront évaluer la nécessité de développer la collecte d'archives orales en Martinique et solliciter les partenaires à leur disposition. Ils auront en main tous les outils nécessaires à la mise en place d'un programme de collecte, de traitement, de conservation et de valorisation d'enquêtes orales. Ils pourront, s'ils le souhaitent, trouver les cadres collaboratifs susceptibles de les soutenir dans leurs projets.

Méthode : Les exposés théoriques s'appuieront sur des exemples concrets, exploités au fil de la session. Une enquête orale enregistrée de courte durée sera écoutée, traitée et valorisée par les stagiaires. Les stagiaires pourront manipuler et prendre en main une caméra numérique pour la réalisation d'enquêtes filmées.

Durée : 5 jours

8h 00- 8h 30 : Accueil des stagiaires, présentation des intervenants et du déroulement du stage

Lundi 5 décembre 2011

8h 30- 12h 00 Approche anthropologique des sociétés antillaises : permanences et mutations

Intervenant : Isabelle Dubost

14h 00- 16 h 30 Présentation du département son et audiovisuel des Archives départementale de la Martinique et des acteurs de l'archivage du son et de l'audiovisuel en Martinique

Intervenante : Fabienne Zonzon

Mardi 6 décembre 2011

8h00- 12h 00

Histoire et utilisation de la source orale en sciences humaines et sociales

14h00- 16h 30

Des méthodes d'enquête en sciences humaine et sociales : filmer et/ou enregistrer

Intervenante : Véronique Ginouvès

Mercredi 7 décembre 2011

8h00- 16h 30

La prise en main d'une caméra numérique

  • prise en main d’un caméscope
  • Technique de prise de vie
  • Esthétique de l’image
  • Approche de l’éclairage

Intervenant : Claude Rosalie

Jeudi 8 décembre 2011

8h00- 12h 00

La prise de son sur le terrain :

  • Choix du matériel et des supports
  • Les formats du son numérique
  • L'utilisation du micro et du haut parleur
  • Savoir spatialiser un entretien
  • Les logiciels de numérisation

14h – 16h 30

Mise en pratique : enregistrer une enquête orale.

Vendredi 9 décembre 2011

8h00- 12h 00

Les missions d'un centre d'archive sonores et audiovisuelles :

  • Collecte : prise de son, recherche des fonds, questions de droit
  • Conservation : formats analogiques et numériques
  • Analyse : le traitement documentaire du son
  • Valorisation : base de données et mises en ligne

Mise en pratique : Ecoute d'une enquête enregistrée : traitement documentaire du document sonore. Bilan de la mise en pratique du jeudi après-midi.

14h 00- 16h 00

Collaborer dans le domaine des archives sonores et audiovisuelles : catalogues collectifs, carnets de recherche, expositions, listes de diffusion.

Rédaction collective d'une charte de qualité d'une collection sonore et audiovisuelle.

Intervenante : Véronique Ginouvès

16h 00-16h 30

Bilan de la semaine, échanges et perspectives. Evaluation du stage

A propos des intervenantes :

Véronique Ginouvès est ingénieure de recherche CNRS, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme. Elle est l'auteure en collaboration d'un Guide d'analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (2001) et publie régulièrement sur Les Carnets de recherche de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org

Isabelle DUBOST est anthropologue, Maître de conférences à l'Université des Antilles et de la Guyane, Membre du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC). Elle travaille au sein de l'UMR CNRS n° 8053. Ses recherches en cours s’articulent autour de trois axes. Le premier porte sur les stratégies identitaires de groupes issus de l’immigration, les liens diasporiques et l’économie ethnique des « Chinois », des « Syriens » à la Martinique et des « Chinois » et des « Libanais » en Guyane. Le second interroge les processus d’ethnicisation et de différenciation et catégorisation sociales en cours à la Martinique. Le troisième porte sur la gestion sociale de l’environnement et la problématique de gouvernance à la Martinique (GIZC Baie du Robert). http://www2.univ-ag.fr/CRPLC

Fabienne ZONZON est archiviste, chargée de la collecte des archives orales et audiovisuelles aux Archives départementales de la Martinique.

Crédits photographiques : j'ai utilisé au tout début de ce billet une image prise sur Flickr the Commons. Il s'agit d'une photographie de WG. Cooper, issue des collections de la bibliothèque de SMU (Southern Methodist University) Central University, sous le titre "St. Pierre May. 14" (1902). La photographie est indiquée comme ne présentant pas de restrictions de copyright connues.  J'ai voulu utiliser une image de la Banque Numérique des Patrimoines Martiniquais mais les restrictions de diffusion sont trop sévères pour pouvoir utiliser les documents dans une publication, d'autant que le logiciel utilisé et l'affichage des images contraint toute capture d'image. Les autres photographies ont été prises sur le lieu de stage : bâtiment des AD, présentation de Fabienne Zonzon, cours de M. Rosalie, par Véronique Ginouvès (décembre 2011).

Polyphonies des archives sonores en Corse : chacun cherche sa voix

En 2004 a eu lieu à Corte une formation sur l'initiation à la collecte : il s'agissait d'une des premières actions du Centre musiques et danses traditionnelles de Corse en lien avec la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT). L'objectif affiché de ce nouveau centre était la promotion et de développement des pratiques des musiques, des danses et du chant traditionnel corse. Depuis, le CMT a grandi et Damien Delgrossi, son nouveau directeur1, vient d'inviter la FAMDT à tenir son assemblée générale à Corte. Cet évènement a été l'occasion d'organiser des tables rondes sur des sujets au coeur des questionnements des musiciens traditionnels. L'une d'entre elle portait sur le traitement et la valorisation des archives sonores.  Dastum et la phonothèque de la MMSH y ont présenté leurs archives ainsi que le portail du patrimoine oral et deux institutions corses exposaient leurs projets : l'association Voce et le musée régional d’Anthropologie de la Corse.

Le centre culturel Voce a été évoqué plusieurs fois sur Les carnets de la Phonothèque. Créée en 2099, la base de données Repertorium qu'il a développé, met en ligne plus de 100 heures de collectage2. Ecoutez par exemple, ce chant d'un bouvier enregistré en 1978 à Pigna, le lamentu di Guagnu inteprété par Anghjula Maria Leca née en 1910  à Ortu ou encore les paghjelles issues du répertoire de mesdames Luiggi et Volpei, deux merveilleuses chanteuses de Pioggiola. Originalité du projet, le centre fait directement appel aux corses pour documenter les enregistrements qui sont mal informés : dans la rubrique à analyser, vous pouvez écouter des enquêtes pour lesquelles le centre Voce posséde peu d'éléments et signaler les informations dont vous seriez détenteurs à Sarah Mallet, responsable du projet documentaire.

Le projet Estru paisanu3 a pour objectif de partager la mémoire des territoires sonores de la Corse à travers des séances d'écoute d'archives issues des collections de la phonothèque du musée régional d’Anthropologie de la Corse. Antoine Leonelli, du service de la médiation musique traditionnelle du musée, se déplace pour quadriller les différentes Pievi4 et restituer dans les villages les voix enregistrées des anciens paysans qui ont été capturées par les collecteurs. Mémoire et territoire se tissent ainsi dans des micro régions, sans mise en scène mais plutôt dans une dans une démarche intimiste, volontairement hors de la période touristique. Chaque année, de février à mai, sont prévues six séances. Chacune réunit une cinquantaine de personnes, souvent émue d'entendre une voix familière et joyeuse de retrouver le fil de sa culture.

Les archives sonores qui sont valorisées dans le cadre de ces séances d'écoute sont puisées dans le fonds de la phonothèque du musée, créée en 19965 et située au sommet de la citadelle de Corte. Bernardu Pazzoni est le responsable de cette phonothèque dont les missions principales sont à la fois le traitement documentaire du fonds sonore « historiques », sa mise à disposition auprès de tous les publics et l’enrichissement de la collection par des campagnes de collectages. Il faut noter que cette phonothèque est la seule en France, qui ait bénéficié d'une copie numérique d'une collection sonore importante de la part de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Il s'agit du fonds Félix Quilici, enregistré entre 1948 et 1963. L'objectif de la BnF était alors de mettre à disposition en région des enquêtes de terrain enregistrées et favoriser l’accessibilité de ces ressources. Dans le même démarche, le musée a également bénéficié d'une copie des collections enregistrées en Corse par les chercheurs de l'ancien musée national des arts et traditions populaires (aujourd'hui le MuCEM). L'intérêt du projet Estru paisanu au sein du musée est amplifié par le fait que, pour le moment, la phonothèque du musée ne permet pas encore d'accéder facilement à un inventaire ou d'écouter les archives en ligne ; étant donné que l'amplitude de ses horaires d'ouverture pour la consultation sur place est très limitée (la phonothèque est ouverte deux après-midi par semaine), l'attente de la population, des spécialistes ou tout simplement des curieux et des amoureux de la musique corse est grande. Bernardu Pazzoni constate d'ailleurs que la demande est telle qu'il existe aujourd'hui sur le web des dizaines de blogs de musique traditionnelle corse qui permettent l'écoute de collectes ou de groupes actuels. Pour ne pas être en reste, en attendant la consultation des archives du musée, le CMT a mis en place un "Youtube de la musique traditionnelle corse" qui permet d'entendre une quarantaine d'airs interprétées par des musiciens et des chanteurs issus de la tradition orale de Corse.

Crédits photographiques : Corte, 5 mai 2011, V. Ginouvès

  1. Il a pris ses fonctions en octobre 2009 []
  2. Pour les documentalistes, il peut être intéressant de noter que leur base de données est présentée sur le Joomla, une façon originale de détourner ce CMS très puissant qui finalement permet beaucoup de choses dans le domaine de l'IST puisque c'est aussi avec Joomla que le portail Crévilles.org s'est développé []
  3. L'expression pourrait être traduite par "l'esprit paysan" []
  4. La pieve correspond aux anciennes circonscriptions territoriales et religieuses dirigée par une église rurale avec un baptistère en Corse, calquée sur l'Italie du moyen-âge. Ethymologiquement, le mot « pieve » dérive du latin plebspeuple désignant une tribu, une peuplade. L'objectif est donc bien de passer sur les découpages administratifs pour retrouver des territoires plus anciens []
  5. Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article de Libération d'Annick Peigne-Giuly (18 novembre 1996), sous le titre "Une quatrième voix pour la Corse", qui réalise une sorte de synthèse sur les acteurs de la musique traditionnelle Corse à ce moment là et reprend plusieurs informations sur la collecte de Quilici []
British-Library-201102

Une après-midi à la British Library Sound Archive

L'installation de la Bristish Library dans un nouveau bâtiment à Saint-Pancras avait pour objectif de regrouper l'ensemble des collections éparpillé sur plusieurs sites londoniens.  Le bâtiment, dont la construction s'est terminée en 1998, été conçu comme évolutif ; le département des documents sonores l'a intégré en 2007. Les crédits alloués à cette bibliothèque nationale ne sont sans doute pas à la hauteur des exigences du projet initial mais les archives sonores ont réussi à y faire entendre leur voix.

La Bristish Libray Sound Archive conserve plus de 3 millions d'enregistrements dont plus d'un million de disques, 200 000 milles bandes magnétiques et 3000 cylindres. Le dépôt légal des documents sonores édités n'existe pas au Royaume Uni aussi les documents inédits occupent  naturellement une place importante dans les collections (10% environ de la totalité). Voilà un bref compte-rendu d'une visite professionnelle que j'ai pu faire le 4 février dernier où j'ai rencontré les responsable de quatre services différents  : la conservation, le catalogage, l'ethnomusicologie et l'histoire orale.

Will Prentice, qui dirige  le Technical Services, Sound & Vision1 a présenté  les installations techniques. Ce département a largement bénéficié de l'installation dans le nouveau bâtiment de Saint-Pancras avec la création de 3 studios de numérisation, l'acquisition de serveurs, de  logiciels et  de machines de numérisation et le matériel de nettoyage des différents supports sonores source. Plus de 4000 heures ont ainsi été numérisées entre 2008 et 2011 (format wave 96khz/32bits) avec le logiciel Wavelab.

Le cataloge est déployé sur le logiciel Dynix (Symphony). Il n'est pas encore intégré à l'ensemble du catalogue de la British Library qui, lui, l'est sur Aleph. Antony Gordon, Senior Cataloguer, en est l'administrateur système. Les recherches sur le catalogue se font donc de façon indépendante soit sur l'ensemble des enregistrements organisés en 8 grandes thématiques2 soit sur les enregistrements accessibles en ligne (23 200 items) organisé suivant 32 corpus.

Le département d'ethnomusicologie que dirige Janet Topp Fargion a analysé et mis en ligne de nombreux documents de terrain. Parmi les 244 cylindres enregistrés entre 1898 et 1915 vous pouvez écouter en ligne des musiques traditionnelles d'Angleterre, d'Ecosse et d'Irlande mais aussi d'Australie, d'Inde et du Pakistan : Inanim na pina est une belle interprétation de Kripa Ram Bali enregistré par un aristocrate anglais  Arthur Fox Strangways (1859-1948) en 1911 dans le Hindostan.  Plus récents, les enregistrements réalisés par Klaus Wachsmann (1907-1984) en Ouganda, où on peut entendre par exemple ce chant à boire très joyeux (1954) ou, plus près de nous encore, ce Réel entrainant3 Les questions de droit et d'éthiques sont au centre des problématiques de ce service qui réfléchit à la façon dont les archives vont pouvoir être diffusées en ligne en s'appuyant sur les démarches proposées par la WIPO4. L'onglet Legal and ethical usage explicite la démarche de la Bristish Libray Sound Archives.

En Grande-Bretagne - comme en France5 - la pression des financeurs est forte pour que les documents sonores soient mis en ligne. Il est ainsi toujours difficile pour les phonothèques de traiter les documents anciens qui ne peuvent être diffusés librement faute de  pouvoir retrouver les témoins pour leur demander leur accord. Le département d'histoire orale dirigé par Robert Perks6 a développé une stratégie très intéressante afin de bénéficier de financements substantiels dans l'objectif de constituer des archives d'histoire orale conséquentes.  Il a créé en 1987 la National Life Stories qui finance des chercheurs pour la collecte de récits de vie pour lesquels l'ensemble des questions de droit sont réglées. Le département d'histoire orale de la bibliothèque nationale  présentait d'ailleurs en ce début d'année 2011 une grande exposition sur les langues et les dialectes dans le Royaume-Uni.

Le dynamisme de ce département est aussi lié aux différentes associations internationales auxquelles les professionnels de l'information participent activement : IASA (International Association of Sound and Audiovisual Archives), IAML ou AIBM (international association of music libraries and documentation) et IOHA 5International Oral History Association). Les archives sonores inédites trouvent leur place dans les institutions nationales et peu à peu les masses critiques des collections augmentent intéressant un public toujours plus nombreux, et c'est tant mieux.

Crédits photographiques : entrée de la British Library - Saint-Pancras, département des archives sonores de la BL, par Véronique Ginouvès, 4 février 2011.


  1. Sur cette couverture de Playback (n°43), la revue que la Bristish Library Sound Archive a publié jusqu'en 2010, vous pouvez voir Will Prentice en train de donner une formation []
  2. Langues et dialectes, Art - littérature et théâtre, Musique classique, Environnement et nature, Jazz et musique populaire, Histoire orale, Documents historiques, Musique traditionnelle []
  3. Interprété par "Big John" (bodhran). Blaney, Frank (banjo). Hall, Reg (piano). Malynn, Paddy (accordion). O'Neill, Kathleen (fiddle). Power, Jimmy, 1918- (fiddle). Sheridan, Tommy (uilleann pipes). Waldren, Kathrine (flute). []
  4. The World Intellectual Property Organization []
  5. Voir le point 4 de l'introduction de Florence Descamps à la journée du 30 novembre 2010, "Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles" []
  6. Robert Perk dirige le Oral History Society Journal []

Mise en ligne. Corpus d’enquêtes orales réalisées auprès d’anciens mineurs du Carmausin.

Musée-mine départemental, Cagnac-les-Mines

Les Archives départementales du Tarn expérimentent la mise en ligne d'archives sonores sur leur site.

Les entretiens et les notices du corpus Mémoires de mineurs du carmausin sont désormais accessibles à partir de la rubrique accès aux fonds, documents en ligne puis archives sonores.

La diffusion a été possible grâce à la signature d'un contrat par le témoin ou ses ayants droit. Les témoignages sont restitués dans leur totalité, de la présentation du témoin à la demande d'autorisation orale adressée par l'enquêteur, pour préserver l'intégrité de l'enquête. En revanche, lorsque des témoins ont souhaité garder l'anonymat et nous ont demandé que les noms cités soient masqués, des "silences" ont été insérés volontairement sur les fichiers de consultation. Les autres interventions consistent uniquement en la suppression de sons parasitaires. Le fichier de conservation est une copie fidèle de l'original.

Le corpus collecté par le Musée-Mine de Cagnac-les-Mines compte une trentaine de témoignages soit près d'une quarantaine d'heures qui éclairent plusieurs pans de l’histoire de la mine. Chaque enquête s’articule autour de trois grandes thématiques : une présentation du mineur, le travail à proprement dit, la vie quotidienne en dehors de la mine.  La première renseigne sur l’état civil du mineur, la durée de l’exercice de son activité. La seconde précise l’origine de la famille du mineur, ses débuts à la mine, ses souvenirs du premier jour et du dernier, l’évolution de la situation professionnelle, les effets de la mécanisation sur le travail, l’action syndicale, les mouvements revendicatifs, la fermeture des puits, la fermeture des puits. Enfin, le troisième volet insiste sur le(s) lieu(x) d’habitation, l’organisation de la vie familiale à l’intérieur du foyer, les activités extra-professionnelles du mineur et de sa famille, les rencontres des collègues en dehors du travail, les fêtes corporatives (Sainte-Barbe) et populaires (Saint-Privat), les traditions paysannes et les croyances populaires.

Entretiens : Myriam Devalette, 2000-2001
Enregistrements : Christian Marc, 2000-2001

Ce billet est en lien avec Ecouter la mine publié dans les Carnets de la phonothèque en octobre 2009.

Contact secteur archives audiovisuelles et sonores des Archives départementales du  Tarn : celine.dellasavia@cg81.fr

Crédits photographiques: Donatien Rousseau, Mission photographique du Conseil général du Tarn.

Vamos a hacer memoria : Archivo General de la Nación (Colombia)

img_0782

Dans le cadre du symposium Vamos a hacer memoria, j'ai eu la chance de visiter les archives nationales de Colombie (Archivo General de la Nación) situées en plein centre de la ville de Bogotá. Rogelio Salmona, architecte franco-colombien (1929-2007), a imaginé un bâtiment intelligent afin que les archivistes conservent leurs documents sans avoir à surveiller sans cesse les tableaux d'hygrométrie ou de température des salles !

Bogotá se situe à 2640 mètres au dessus du niveau de la mer avec un climat  tempéré et des précipitations importantes (environ 960 mm par an). L'architecte a réussi le tour de force de faire varier les températures à l'intérieur des salles de dépôt de moins de  0,5°C par jour, l'humidité peut, elle, varier au maximum de 2,5%. Ainsi, le système de climatisation naturelle permet d'obtenir une température constante de 17°C  et une humidité relative de  60%. Cela est permis par un système ingénieux de circulation de l'air imaginé par Rogelio Salmona. Ingénieux mais aussi esthétique. La brique rouge ne cesse de courir en courbes, volutes et figures géométriques radiales.

img_0769

briques

Après quelques années de pratique, les archivistes de l’Archivo General de la Nación sont ravis de leurs 2 600m²,... ce n’est pas si courant que les utilisateurs plébiscitent l’architecte qui a construit le lieu de leur vie professionnelle. Il faut dire que Rogelio Salmona a su construire des hâvres de paix, au milieu d'une ville en bataille.

Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)

Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)

Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)

Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)

Bibliothèque Valerio Barco (Bogotá)

Bibliothèque Valerio Barco (Bogotá)

Visitez ses bâtiments et prenez le temps de recherche ses "résonateurs" : pour chacun d'eux Rogelio Salmona a créé un espace où soudain la voix s'envole dans des spirales sonores.

Torres del Parque; à côté des arènes de Santa María

Torres del Parque; à côté des arènes de Santa María

Quelques images de la visite de l'Archivo General de la Nación :

img_0830

Archivistes de l'Archivo General de la Nación (à droite, Clara Casilimas, chargée des archives sonores aux archives nationales de Colombie)

Sara González, directrice des archives nationales de Colombie

Sara González, directrice des archives nationales de Colombie

Sur la terrasse des archives nationales de Colombie

Sur la terrasse des archives nationales de Colombie

Dans les salles de dépôt de l'Archivo General de la Nación

Dans les salles de dépôt de l'Archivo General de la Nación

A lire sur le bâtiment de Rogelio Salmona : El Archivo General de la Nación de Colombia : diseño y funcionalidad. Archivo General de la Nación (Colombia), 2001. 20p.

A noter :  ce sont les archives nationales de Colombie qui ont imprimé le guide d'analyse documentaire du son inédit traduit en langue espagnole (Guía de análisis documental del sonido inédito, 2007). Ce guide est accessible librement sur Internet mais vous pouvez aussi en recevoir un exemplaire (gratuitement) en écrivant à Clara Inés Casilimas (clarainescasilimas<at>yahoo.es) responsable des archives sonores aux archives nationales de Colombie.

Le site de l'Archivo General de la Nación : http://www.archivogeneral.gov.co

Dossier numérique : Noirs et esclaves http://negrosyesclavos.archivogeneral.gov.co/portal/apps/php/indexes.kwe

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, septembre 2009.


Ecouter la mine. Corpus d'enquêtes orales réalisées auprès d'anciens mineurs du Carmausin.

Musée départemental de la mine

Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines

Alors que le charbon de bois est exploité en forêt par des charbonniers, une autre proto-industrie apparaît au Moyen-âge, lorsque les paysans découvrent à Carmaux le « carbo de pèira » dans leurs champs, la pierre qui brûle, et l’exploitent. Ce charbon de terre supplante peu à peu le charbon de bois comme combustible mais son véritable essor en Carmausin date du milieu du XVIIIe avec l’arrivée de la famille de Solages et  de la Révolution Industrielle au XIXe siècle. Il est alors exploité par deux sociétés concurrentes, la S.M.C. (Société des mines de Carmaux) créée en 1865 et la S.M.A. (Société des mines d’Albi) à partir de 1890. Elles sont ensuite nationalisées en 1946 et regroupées sous une même entité, les H.B.A. (Houillères du Bassin d’Aquitaine), elle-même fondue sous l’entité H.B.C.M. (Houillères du Bassin du Centre et du Midi) en 1969. De la période moyenâgeuse jusqu’en 1987, le charbon tarnais est exploité par le biais de galeries de mine : c’est l’exploitation par le fond où quelques 106 millions de tonnes sont extraites du sous-sol. Ce mode sera remplacé en 1987 par une exploitation en découverte, définitivement arrêtée en 1997.
Les techniques d’exploitation et d’extraction du charbon ne cessent d’évoluer au cours des siècles, rythmant ainsi une production en constante augmentation. Le métier de mineur suit cette évolution, qui connaîtra pour le XXe siècle un profond changement avec l’arrivée de la mécanisation au fond de la mine à partir des années 1960.

En 2000-2001 le Musée-Mine de Cagnac-les-Mines, créé en 1989 et désormais musée départemental du Tarn, a conduit une série d'enquêtes orales auprès d'anciens mineurs du Carmausin ayant connu la période antérieure à la mécanisation et celle-ci. Ce projet a été réalisé en partenariat avec les Archives départementales du Tarn qui conservent les exemplaires originaux des enregistrements. Ce fonds compte une trentaine de témoignages soit près d'une quarantaine d'heures qui éclairent plusieurs pans de l'histoire de la mine. Chaque enquête s'articule autour de trois grands axes : une présentation du mineur, le travail à proprement dit, la vie quotidienne en dehors de la mine.  Le premier axe renseigne sur l'état civil du mineur, la durée de l’exercice de son activité. Le second porte sur l'origine de la famille du mineur, ses débuts à la mine, ses souvenirs du premier jour et du dernier, l'évolution de la situation professionnelle, les effets de la mécanisation sur le travail, l'action syndicale, les mouvements revendicatifs, la fermeture des puits, le dernier jour. Le troisième volet insiste sur le(s) lieu(x) d'habitation, l'organisation de la vie familiale à l'intérieur du foyer, les activités extra-professionnelles du mineur et de sa famille, les rencontres des collègues en dehors du travail, les fêtes corporatives (Sainte-Barbe) et populaires (Saint-Privat), les traditions paysannes et les croyances populaires.

En 2009, l'ensemble du fonds, enregistré sur cassettes DAT, a été entièrement numérisé par le secteur d’archives audiovisuelles et sonores des Archives départementales. En 2008, un contrat de cession de droit et d'utilisation a été adressé a posteriori à chacun des témoins afin d'être en mesure de communiquer le contenu des enregistrements en salle de lecture et de le diffuser sur Internet. L'autorisation de communication et de diffusion a été accordée par la majeure partie d’entre eux.
Ces entretiens sont à l'heure actuelle en cours de catalogage et les Archives départementales espèrent bien les rendre accessibles avant la fin de l'année. Dans l’attente de leur communication voici un court extrait audio. En espérant que vous suivrez l'aventure sonore...

Entretiens : Myriam Devalette, 2000-2001
Enregistrements : Christian Marc, 2000-2001
Numérisation et analyse archivistique : Céline Della Savia, 2009

Contact secteur archives sonores et audiovisuelles des Archives départementales du  Tarn : celine.dellasavia@cg81.fr

Crédits photographiques: Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines. Extrait sonore: Guy Batista. Cote : 8AV03.

De la bande collante au flux binaire : vers des zéros et des uns. Récit d’expérience pour la mise en place d'un secteur audiovisuel aux Archives départementales du Tarn

Lorsque l’on lance une recherche sur un moteur généraliste en associant les termes « archives-départementales archives-sonores » le résultat est très hétérogène et peu représentatif. Au mieux, vous pouvez être aiguillés vers des états des fonds audiovisuels de services d'archives départementales (AD).  Certaines AD commencent à proposer des fichiers sonores impliquant en amont des choix, en termes de protocole et de formats d’archivage ainsi qu’un équipement. En lisant les listes de diffusion spécialisées on se rend compte que de plus en plus les AD tentent d’enclencher un travail dans cette voie. Pourtant, rares sont les récits d’expérience autour de la mise en place d’un secteur sonore et visuel et de mise en ligne des collections. Il serait intéressant de constituer un espace qui rendrait compte du travail accompli en matière de traitement d’archives sonores et visuelles sur l’ensemble des services d’AD. Responsable de la réorganisation d'un département audiovisuel aux Archives départementales du Tarn, il m'est paru important de présenter mon travail et de partager mes questionnements. J'ouvre donc sur les Carnets de la Phonothèque, en accord avec Véronique Ginouvès, une nouvelle catégorie "Le son du Tarn", en espérant qu'il suscite des retours d'expériences similaires et engage un espace de dialogue avec des commentaires.

Le secteur dédié aux archives sonores des Archives départementales du Tarn a été créé en 1989. Depuis sa création il a pour vocation de collecter, documenter, conserver et valoriser le patrimoine immatériel, fixé sur tout type de support audio, ayant valeur d'information historique et patrimoniale sur le département du Tarn.

Les fonds portent principalement sur des répertoires de chants et de musique instrumentale traditionnelle, des répertoires de contes, légendes, des traditions et expressions orales, des témoignages historiques locaux ou nationaux, des témoignages ethnographiques (coutumes, savoir-faire), des récits de vie.

Les AD disposent à ce jour d’un fonds audio constitué de près de 500 heures d’enregistrements. A ce fonds audio est venu s’adjoindre en 2003, un fonds audiovisuel constitué d’environ 1200 heures, cassettes montées et rushes confondus.

Les fonds sonores et plus particulièrement les fonds audiovisuels des AD81 se trouvent fixés sur des supports variés et dans de multiples formats. Les AD sont confrontées aux dégradations, inéluctables, de support et de signal qui peuvent intervenir naturellement en fonction de la nature physico-chimique des documents. Ainsi, il devenait urgent de passer aux zéros et aux uns, en transférant par un procédé de numérisation le contenu de ces documents sur un support pérenne et d’enclencher un processus régulier de réactualisation de format. Conserver les collections par le procédé de la numérisation permettra, outre la préservation de l’intelligibilité du document, la mise en place cohérente de leur communication au public et de leur valorisation.

En octobre 2008 nous avons actualisé l’équipement audio, en partie existant depuis 1989, et nous nous sommes dotés d’une station de transfert vidéo à partir d'un cahier des charges. Par chance, l’entrée d’un fonds audiovisuel en 2003 avait été accompagnée du matériel de lecture correspondant aux différents formats vidéo contenus dans ce fonds ; un point non négligeable quand on sait qu’une des difficultés pour la conservation de ces documents vient de la difficulté d’acquérir les lecteurs d’ancienne génération.

La difficulté dans le choix des formats de conservation et les supports de stockage est venue essentiellement des diverses propositions qui sont faites dans ce domaine et dans notre volonté d’opter pour un archivage pérenne. Nous avons préalablement prospecté auprès d’institutions qui ont fait leur preuve en matière d’archivage pérenne tout en rapportant leurs préconisations à l’échelle d’un service d’AD et au budget d’investissement qui nous a été alloué. Le plus délicat a été d’arrêter des choix en acceptant l’approche par le risque mesuré. De manière à se prémunir de la dégradation et le vieillissement des médias nous avons choisi de diversifier les technologies de stockage. Deux copies d’archivage vont être réalisées. L’une sur bande magnétique LTO 3 et l’autre sur un espace de stockage de masse sécurisation Raid 5. Les fichiers destinés à l’archivage seront encodés dans des formats durables et largement ventilés pour ne pas tomber dans l’impasse de leur disparition et afin de permettre au mieux leur lisibilité au plan technique ainsi que leur échange : wave pour le son et mpeg2 pour la vidéo. Les métadonnées relatives à la constitution technique des fichiers et à leur contenu intellectuel seront renseignées afin de les rendre intelligibles dans l’avenir. Les fichiers de consultation seront compressés au format mp3 pour l’audio et mpeg4 pour la vidéo et hébergés sur un serveur dédié. Ces fichiers de consultation au format compressé seront reliés à leur notice documentaire correspondante afin que les utilisateurs puissent y accéder en salle de lecture sur un poste informatique en écoute individuelle. Dans un premier temps, pour des questions essentiellement juridiques, les documents ne seront pas accessibles sur Internet.

L’environnement informatique choisi pour les deux stations est un environnement Macintosh. Le service des AD possédait différents lecteurs à connecter à la station audio qui est dotée d’une carte son externe mbox2 de la marque Digidesign fournie avec le logiciel d’édition Pro Tools 7 LE. Cette version « Light » du logiciel permet très largement de couvrir les besoins de transfert des fonds détenus par les AD. Il permet d’encoder les fichiers audio aux formats wave et mp3.

Pour ce qui est de la vidéo, un patch bretelles BNC et à des patchs RS-422 fabriqués sur mesure sur site permettent la connexion audio/vidéo, et le pilotage, entre la station, et les différents magnétoscopes existants aux Archives. Nous avons choisi le logiciel de montage vidéo Final Cut studio pro2 qui permet l’encodage des fichiers vidéo aux formats mpeg2 et mpeg4.

Avant de poursuivre l’analyse documentaire des archives sonores et d’initier celle des archives vidéo, un travail de réactualisation des bases de données doit être fait. Le traitement archivistique s’effectuera au fur et à mesure de l’avancée du travail de numérisation des documents et progressivement, les documents seront accessibles en écoute individuelle sur poste informatique dans l’enceinte des Archives départementales. Le moteur de recherche Pleade permettra d’optimiser la recherche en moissonnant la base de données et faire émerger les notices documentaires souhaitées par l’utilisateur.

Dans l’immédiat, les personnes souhaitant écouter ou visionner des documents doivent encore me rendre une petite visite en passant un coup de fil préalable ! La consultation de l’état des fonds détaillé dans sa version papier et des contenus eux-mêmes nécessite pour quelques temps encore un rendez-vous.

Céline Della Savia,
Responsable des archives sonores et audiovisuelles
Archives départementales du Tarn - Courriel : celine.dellasavia<@>cg81.fr

Crédit photographique : Céline Della Savia, Zéro et un.