Archives pour la catégorie Corpus de la phonothèque

SAMEDI-La semaine de l’Open Access Week : Emile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

La phonothèque vous propose de découvrir un extrait de l’enquête “Émile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur“.

En juin 2010, le petit fils  d’Émile Escalle avait retrouvé son grand père sur la base Ganoub et demandé une copie des enregistrements des différentes enquêtes avaient été déposées à la phonothèque. En février 2014, les ayants droits d’Émile Escalle (son fils et son petit-fils), heureux de diffuser la musique de tradition orale qu’il jouait, se sont rendu à la phonothèque de la MMSH et ont donné toutes les autorisations pour que les archives sonores puissent être diffusées en ligne.

L’enquête de ce corpus nous fait découvrir Émile Escalle violoneux1 et ses interprétations de divers rigodons, de mazurkas dont, de valses, des javas et des troïkas. Les airs issus de compositeurs qui ne sont pas dans le domaine public n’ont pas été mis en ligne. Emile Escalle  raconte la vie des violoneux dans la région de Molines en Champsaur et de l’intérêt des jeunes pour les instruments de musique et de la fabrication des violons dans cette région.

Nous vous proposons un extrait en ligne de cette enquête disponible également sur la base de données Ganoub .

Emile Escalle, violoneux à Moline-en-Champsaur, enquête n°  1532, Interprétation d’un air instrumental par Emile Escalle, n° item 1532-19, enregistré à Moline-en-Champsaur le 2 mai 1973, durée : 1 min45.

Crédit photographique: Watteau, Louis-Joseph, Français : Le violoneux (Palais des Beaux-Arts de Lille)., 1785. Own work. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lille_LJ_Watteau_violon.JPG. Domaine public.

  1. le terme de violoneux s’emploie pour un violoniste de village qui a appris la musique de bouche à oreille. []
Fox

VENDREDI – La semaine de l’Open Access Week : Le loup et le renard parrain

Pour indexer la littérature orale les phonothèques utilisent un référentiel essentiel pour retrouver les titres uniformes des contes. Il pourrait se nommer TUC, tout comme il on appelle TUM les titres uniforme musicaux, plus classiquement utilisé dans les discothèques. Il permet de retrouver dans la mouvance de l’oralité plusieurs versions interprétées à partir d’une même histoire. Le référentiel utilisé est la classification Aarne-Thompson qui malheureusement – peut-être par méconnaissance de l’outil ou des sources sonores – n’est pas en ligne sous forme d’outil documentaire directement utilisable1. Pourquoi ne pas imaginer intégrer le référentiel directement dans IdRef ? Certains titres y sont déjà entrés.

Les contes du renard occupent les numéros 1 à 69 dans cette classification Aarne et Thompson et le numéro 15 est l’histoire du renard parrain. The Theft of Butter – Honey – to Playing Godfather se retrouve largement à travers le monde avec d’autres animaux. Dans ce conte, le renard et le loup travaillent (aux champs, en tant que bûcheron…) et le renard prétexte un baptème pour manger le miel (ou le beurre, ou tout ce qui représente la paie promise pour le travail réalisé).

Neuf versions du conte du renard parrain dont la plupart sont cévenoles ont été collectées par différents chercheurs qui ont déposé leurs sources à la phonothèque de la MMSH. Le portail du patrimoine oral en propose 22 versions.

Pour les version déposées à la MMSH, la plus ancienne a été enregistrée par Jean-Noël Pelen en 1974 à Sainte-Cécile-d’Angorges auprès de Gabriel Teisser sous le titre Le loup et le renard bûcheron qui enregistrera une autre version du même conte en 1975 (n°1990). Jean-Noël Pelen collectera ensuite deux versions du renard parrain auprès de Paul Larguier en 1980 (enquête 1962) et 1989 (enquête 2060, celle-là même mise en écoute pour le vendredi de l’Open access week) à Saint-Andéol-de-Clerguemort.

Toujours en Cévennes, en 1979 et 1986 plusieurs enregistrements ont été réalisés auprès de Marcel Volpilière - enquêtes 661 et 429 (en ligne) – qui donnent à entendre un récit qui sera publié dans l’ouvrage La barque qui allait sur l’eau et sur la terre2. Enfin, les enquêtes 734 et 871 ont été enregistrée au Pompidou en 1997 et à Saint-André-de-Valborgne en 1998 par Pierre Laurence.

Parmi les collections sonores de la phonothèque, une seule version provient du Vaucluse, enregistrée en 1974 à Puyméras par Jean-Louis Ramel, elle a pour titre Lou reinart et lou loup.

Nous vous proposons d’écouter en ligne,  sur la nouvelle base de données de la phonothèque, la version enregistrée par Jean-Noël Pelen, en avril 1989 auprès de Paul Larguier à Paul Saint-Andéol-de-Clerguemort au coeur des Cévennes (n°2060).

Pour rappel un billet avait déjà été publié sur le Renard Parrain sur Les Carnets de la phonothèque et le carnet Biblioweb a consacré un billet à la classification Aarne et Thompson en 2011. Enfin un article très complet de Josiane Bru sur le Bulletin de l’AFAS (1999) précise l’intérêt de ce référentiel dans les SHS et pour le traitement des archives.

Crédits photographiques : A Young Female Fox near Galbraith Lake Camp (Alaska), 08/1973, National Archives’ Local Identifier: 412-DA-7945. Pas de restrictions de droits connues.

  1. Une bibliographie de cette classification est accessible en ligne ici : https://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI []
  2. Claudette Castell et Nicole Coulomb, GARAE, 1986 []
jeunehommeetpigeon

MERCREDI – La semaine de l’Open Access Week : L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

homme et pigeon

L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans, enquête n°4473, issue de la collection du Musée départemental ethnologique de Haute Provence (Salagon) déposée à la phonothèque de la MMSH, enregistrée par Laurence Miceli-Nicolas auprès de Marie-Louise Caton à Limans en 1991.

Résumé de l’enquête : L’informatrice, fille d’agriculteur, possédait une ferme à Limans avec son mari dans laquelle se trouvait un pigeonnier. Il était “ordinaire” selon elle, contrairement à certains que l’on peut trouver à Limans comme le grand pigeonnier du Curé-Martin, bâtiment aujourd’hui classé. Après avoir évoqué sa jeunesse, elle décrit le pigeonnier dans lequel les pigeons entraient et sortaient librement. Les nids étaient creusés directement dans le mur et orientées vers le sud. Un autre pigeonnier à Simiane-la-Rotonde possédait des niches pouvant se fermer à l’aide de trappes. Ces dernières étaient fermées durant les semailles afin d’éviter aux oiseaux de manger les graines. Elle et son mari s’en occupaient très peu et les oiseaux se nourrissaient tout seul. Ils n’intervenaient que l’hiver quand la terre était gelée et qu’ils avaient du mal à s’alimenter. Ils mangeaient des graines avec les poules et profitaient de l’eau des nombreuses fontaines de la région. Il fallait une échelle pour accéder à la plupart des nids où nichaient une bonne partie de l’année des pigeons “voyageurs”. Les niches (“boulins”) étaient nettoyées chaque année à la fin de l’hiver, avant la période de reproduction. Elle ne pratiquait pas l’élevage, mais elle pouvait revendre quelques pigeonneaux pour gagner un peu d’argent. Pour cela, elle leur coupait le bout de l’aile afin qu’ils ne s’envolent pas, et elle les mettait dans une volière aménagée. Les pigeonniers de Limans ont été construits il y a longtemps, certains datent même du 16e siècle. Il fallait autrefois payer une taxe sur les pigeonniers, taxe abolit à la Révolution. Ils étaient donc réservés à une certaine élite possédant des terres, symbole de richesse. Marie-Louise Caton utilisait la colombine de pigeons comme engrais, préalablement mélangée avec d’autres fumiers (mouton, cheval). Parfois elle tuait un pigeon pour le cuisiner, mais elle n’aimait pas le faire. Elle lui donnait une goutte d’alcool afin qu’il “souffre moins”. Elle les cuisinait soit rôtis au four, soit en “salmis”. Elle prépare pour cela une sauce avec les abats et les parties non consommées du pigeon, et y ajoute de l’ail, des oignons et du poivre. Le foie est écrasé dans la sauce afin de lier l’ensemble. Plusieurs membres de sa famille ont possédé des pigeonniers. Ils n’étaient pas un moyen de subsistance pour les propriétaires. Les pigeonniers ont pour la plupart disparu, le phénomène est pour elle lié à la disparition progressive de la petite paysannerie. Ils n’arrivent plus à survivre et ce sont eux qui possédaient souvent sur leurs terres des pigeonniers. Tout en regardant des revues “Alpes de Lumière”, l’enquêtrice et l’informatrice commentent plusieurs pigeonniers de la région. L’enquêtrice lui pose plusieurs questions relatives aux pratiques et aux traditions opérées dans les pigeonniers. Un problème de batterie de l’appareil d’enregistrement coupe l’enregistrement avant la fin.

Crédits photographiques :
Franco-British carrier pigeon which makes long distance flights, circa 1918, National Library of Scotland.
– Image à la une : Boy with pigeons at [Circular] Quay, Sydney, 22/6/1935, by Sam Hood, State Library of New South Wales.
Pas de restrictions de droits connues.

MARDI – La semaine de l’Open Access Week : Souvenir familiaux et commentaires de deux générations de marseillais, descendants d’arméniens

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

L’enquête que nous vous proposons aujourd’hui est issue du corpus : mémoires orales des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône. Ce corpus est composé de 106 enquêtes recueillies auprès de 126 personnes. Le collectage de ce corpus se déroula entre fin 2006 et fin 2007, il fut piloté par un comité composé d’anthropologues et d’historiens spécialistes de Marseille et de la diaspora arménienne, de François Gasnault, directeur des archives départementales des Bouches-du-Rhône et de Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH.1

L’enquête choisie va vous faire découvrir les souvenirs d’une famille descendant d’Arméniens à Marseille et de la transmission des éléments de la culture arménienne sur deux générations.

Souvenir familiaux et commentaires de deux générations de marseillais, descendants d’arméniens, D2315-1, D2315-2, n°2077, enregistrée à Marseille le 23 novembre 2006, durée : 1h 58min.

Crédit photographique: Service, Bain News, Armenians, 1899. http://www.loc.gov/pictures/collection/ggbain/item/ggb2006002495/. Pas de restriction de copyright connue.

  1. L’ensemble du corpus est également consultable dans les locaux des archives départementales des Bouches-du-Rhône. Le projet a été mené par l’association Paroles Vives en collaboration avec la phonothèque de la MMSH. []

LUNDI – La semaine de l’Open Access Week : Ambiance de match

World cup_Netherlands - Czechoslovakia_1938

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Nous vous proposons d’écouter deux extraits d’ambiance sonore de stade lors de matchs de football issus du corpus le match de football1 Ce corpus est composé d’enquêtes de terrain réalisées par trois enquêteurs : Christian Bromberger, Alain Hayot et Jean-Marc Marriotini, en France et en Italie, qui rendent comptent de la passion du football et des activités des supporteurs, des joueurs et des entraîneurs des équipes de l’Olympique de Marseille, de la Juventus de Turin et de la San Paolo de Naples dans les années 1980.

Ambiance de stade lors d’un match Toro-Bari, enquête n°1335, enregistrée à Turin en 1985, 9min.

Crédits photographiques : Lagendaal schiet naast / Dutch player shoots on goal but misses, aprile 17, 1932. Nationaal Archief – Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681461103/.

 

Ambiance sonore  de stade lors d’un match OM-Lille, enquête n° 1334, enregistrée à Marseille  en 1985, 15min.

Crédits photographiques : Nederlands elftal, WK 1938- Dutch national team, 1938 World Cup, 5 juin 1938. Nationaal Archief-Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681265073/.

Crédits photographiques : Wedstrijd Nederland-Tsjechoslowakije, WK 1938 / Netherlands – Czechoslovakia match in het Stade Municipal in Le Havre (France), 1938 World Cup, 5 juin 1938. Nationaal Archief-Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681265127/.

 

  1. Voir l’ouvrage suivant : Bromberger, Christian, Alain Hayot, Jean-Marc Mariottini, Le match de football: ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, France, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1995. []

« In Tayent, l’ami du bout du monde » : Marceau Gast, Pierre Guérin et les documents sonores pédagogiques

BT sonore "Au hoggar"Couverture du BT sonore n°803, “Au Hoggar” (1961).

Les méthodes d’apprentissage sur support sonore sont aujourd’hui familières et d’un usage répandu. A l’heure où se démocratisait les appareils de lecture de disques 78 tours1, la célèbre maison d’édition française d’enseignement des langues Assimil, accompagnait déjà ses publications d’enregistrements sonores. Dans la majorité des manuels scolaires de langue vivante, un support sonore accompagne le texte écrit. Ainsi, pour le grand public, ce type de documents couvre presque exclusivement l’apprentissage des langues vivantes. En comparaison, les documents sonores pédagogiques œuvrant pour la compréhension d’une culture ou la découverte d’un métier sont discrets, sinon rares. En France, le mouvement pédagogique initié par Célestin Freinet fait figure de « pionnier » dans l’édition de documents sonores pédagogiques.

Le mouvement Freinet pionnier de l’audiovisuel éducatif

La pédagogie Freinet recouvre un ensemble de principes et techniques de pédagogie « alternatifs » fondés sur l’expression libre des enfants via la réalisation de projets (texte, dessin, imprimerie, journal). L’audiovisuel en tant qu’outil pédagogique est considéré très tôt par l’initiateur du mouvement, Célestin Freinet. Selon certains, le mouvement Freinet est même « né avec le cinéma »2. En 1927, sous l’impulsion d’un groupe d’instituteurs girondins mené par Rémy Boyau est fondée la Cinémathèque coopérative de l’Enseignement Laïc ayant pour objet l’acquisition, la fabrication et la mise en circulation parmi le personnel enseignant de films cinématographiques présentant « le maximum de valeur pédagogique »3.

Dans ce petit film de 1927 tourné en 9,5 mm à l’aide d’une caméra Pathé Baby, René Daniel4, instituteur et ami de Freinet, met en scène ses jeunes élèves et les enseignants de l’école de Saint-Philibert-en-Trégunc (Finistère) dans les rues dynamisées par les charrettes ou sur le bord de mer animé par la pêche5.


Cinémathèque coopérative de l’enseignement laïc diffusé par les Archives départementales du CG 06

La radiodiffusion, le phonographe puis le magnétophone comptent également parmi les techniques expérimentées. Mais l’histoire de l’apparition de ces supports dans les écoles mettant en œuvre la pédagogie Freinet est plus difficile à tracer, en particulier à partir de la fin des années 1930.  Après la guerre, un homme en particulier va offrir à l’enregistrement sonore une place de choix dans l’attirail pédagogique de l’instituteur freinetien.

Les premières expériences de Pierre Guérin, instituteur freinetien

A la fin des années 1940, Pierre Guérin exerce son métier d’instituteur à l’école en plein air de Sainte-Savine (Aube). Poussé par un vif intérêt pour les méthodes de pédagogies « modernes », il s’inspire des préceptes de Freinet via les méthodes de la CEL. Au contact du mouvement, il découvre successivement l’enregistrement sur disque de cire et le magnétophone à fil. L’enseignant perçoit alors dans le magnétophone un nouveau moyen de correspondance interscolaire avant de donner à ses élèves l’occasion de réaliser des reportages sonores, récoltant tour à tour les « paroles sur le vif d’un rémouleur et d’un matelassier, artisans ambulants », « interrogeant leurs parents, leur grand-mère, le rétameur ambulant arrivé dans le village…»6. A cette occasion, les anciens font le récit de leur vie quotidienne d’autrefois : « comment on faisait la lessive, comment on s’habillait, comment on se chauffait, comment on s’éclairait »7.

freinetPhotographies extraites d’un dossier de l’ICEM portant sur les activités audiovisuelles (1984).

Soucieux d’accompagner cette production jusqu’à sa diffusion, Pierre Guérin soumet le travail de ses écoliers à l’appréciation de Jean Thévenot, producteur d’émissions radiophoniques à l’ORTF, qui diffuse régulièrement des reportages sonores amateurs. Ainsi, les petits reportages sont diffusés au cours des émissions « Aux quatre vents » puis « Chasseurs de son », sur France culture8.

Marceau Gast et Pierre Guérin : les prémisses d’une collaboration

Parallèlement à ces réalisations, Pierre Guérin envisage de faire appel à des savants, pour le tournage d’enregistrements pédagogiques. Il sympathise avec Marceau Gast au début des années 1950, à l’occasion d’un congrès annuel organisé par Célestin Freinet. A cette époque, Marceau Gast est instituteur chez les Touaregs du Hoggar, puis à l’école de Tamanrasset9. C’est donc naturellement les conditions de vie dans le désert qu’il choisit de porter à la connaissance des jeunes élèves. L’enregistrement consiste en une série de questions posées à Marceau Gast par les élèves de l’Ecole en Plein-Air de Chanteloup à Sainte-Savine (Aube) ou par Pierre Guérin lui-même. Les thèmes successivement abordés sont : la circulation au Sahara, le chameau, l’oued, la gazelle, l’orientation dans le désert.

Le montage présenté ici, réalisé par François Borel à partir des épreuves de tournages, fait de plus entendre un chant soliste interprété par un enfant du Hoggar, et se conclu par des chants d’enfants enregistrés par Marceau Gast auprès des élèves de sa propre classe à Tamanrasset. Selon François Borel10, ce document jusqu’ici inédit préfigure la collaboration des deux hommes pour le n°803 des BT sonores de l’ICEM11 :

Voir la notice en ligne sur la base de données, n° d’inventaire : 4197

Création de la collection Bibliothèque de Travail Sonore

couvarctiqueMais l’édition de ces reportages sur bande magnétique pose des problèmes de diffusion : dépourvus de magnétophones, certains maîtres ne peuvent les faire écouter à leurs propres élèves, et réclament de ce fait leur gravure sur disque. La demande est entendue par Pierre Guérin, qui entreprend un projet d’édition dépassant largement le simple changement de support. Il prends pour modèle la collection documentaire « Bibliothèque de Travail » déjà éditée par l’ICEM afin de réaliser un ensemble documentaire complet centré autour de l’enregistrement sonore.

Edités pour la premiere fois en 1960 et récompensés par l’Académie Charles Cros en 1962, les BT sonores sont constitués d’un disque 45t, de 12 diapositives en couleur et d’un livret de travail. Dans un article de 1966, Pierre Guérin distingue cinq sous- collections12 :

- les « documentaires sur une activité humaine » ;
- les « grands reportages » ;
- les « histoires par récits illustrés de clichés d’époque » ;
- la série « littérature : une œuvre et son paysage » ;
- et une série « Amis du bout du monde », « plus particulièrement destinée, explique Pierre Guérin, aux petites classes : création d’une ambiance, prise de contact avec le milieu quotidien d’un enfant étranger ou d’une province de France ».

Couvertures BT sonore

Pierre Guérin invitera notamment Paul-Emile Victor pour présenter l’Arctique (voir plus haut la couverture de ce numéro), Yves Coppens sur le thème de la vie préhistorique, ou encore Henri Laborit pour un entretien sur le système nerveux.

Marceau Gast et Pierre Guérin : la collaboration pour les BTsonores

La série « Amis du bout du monde » débute officiellement avec le n°804 où l’ami en question habite l’île de la Réunion. Il est suivi d’autres lointains amis originaires du Dahomey13 (n°820) ou encore vivant au Cambodge (824). Mais cette série a véritablement été inaugurée en 1961 par la face I du n°803 intitulé « Au Hoggar »14.

Sur la face 1 de ce disque, édité en 196115, Marceau Gast décrit avec soin le quotidien d’In Tayent, enfant nomade du Hoggar. Sur la face 2, qui débute à 5’15”, il décrit un jour de fête à Tamanrasset à l’aide d’ambiances sonores :

Marceau Gast et Pierre Guérin poursuivent leur collaboration à l’occasion de deux autres BT sonores publiés successivement. Tout d’abord, Marceau Gast intervient16 sur le thème de la faim dans le monde pour le BT sonore n°882 (écouter directement l’intervention de Marceau Gast) :

Puis, il est présent sur l’enregistrement portant sur le sous-développement et l’économie mondiale17, où il est notamment interrogé sur l’importance économique du pétrole et l’interdépendance des pays (écouter directement l’intervention de Marceau Gast)  :

Le fonds Marceau Gast conservé à la phonothèque contient une archive qui présente les mêmes caractéristiques que les BT sonores, et qui semble être issue du n°814 publié en 1964. Sur un ton similaire à celui qu’il a choisi pour le n°803, Marceau Gast présente brièvement sa classe nomade de Tamanrasset, et l’enfant Tebbi du Tamesna :

Enregistrements sonores et pédagogie à la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH conserve d’autres enregistrements sonores produits dans un cadre pédagogique. Le fonds Anne Roche et Marie-Claude Taranger renferme des enquêtes orales réalisées par des étudiants auprès d’informateurs de leur choix. Ces documents ont ensuite été exploités dans l’ouvrage Celles qui n’ont pas écrit (voir l’article de présentation du corpus et écouter des extraits thématiques).

Suivant un modèle proche, les étudiants du Master du Master Sciences Arts et Techniques de l’Image et du Son (SATIS-Université d’Aix-Marseille à Aubagne) ont constitué, sur une idée originale de Maryline Crivello (UMR Telemme) et dans le cadre de l’ANR IMASUD, le corpus Je me souviens… de la Méditerranée, ensemble d’entretiens vidéos que l’on peut visionner sur le site de Medmem. Les entretiens sonores préparatoires sont quant à eux conservés à la phonothèque et décrit dans la base de données en ligne.

Dans le cadre d’une Maîtrise d’histoire dirigée par Jean-Marie Guillon, Julien Teisseire a enregistré un témoignage d’un instituteur varois ayant appliqué les méthodes de la pédagogie Freinet au cours de sa carrière.

  1. Voir à ce sujet l’article de Véronique Ginouvès sur l’évolution des supports. []
  2. Henri Portier, « De l’utilisation du film comme outil pédagogique à l’appropriation du cinéma par les élèves comme outil de création », Cinéma-école, aller-retour : actes du colloque de Saint-Etienne, novembre 2000. []
  3. Dépôt à la préfecture de Bordeaux le 27 octobre 1927 http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/24963. []
  4. Voir “René Daniel, premier correspondant de Freinet”, Le nouvel Éducateur, n°56, février 1994. []
  5. En novembre 2008 sont déposés aux archives départementales des Alpes-Maritimes quelques uns de ces premiers films, voir http://www.basesdocumentaires-cg06.fr/os-html/film/home.html. []
  6. Gilbert Paris, « Compagnon de route de Pierre Guérin », dans Sur les pas de Freinet, Pierre Guérin, Marceau Gast, Madeleine Guérin, Claudie Guérin (dir.), Paris, Ibis Press, 2008, p. 43. []
  7. Pierre Guérin, « A Chanteloup », dans Sur les pas de Freinet, Pierre Guérin, Marceau Gast, Madeleine Guérin, Claudie Guérin (dir.), Paris, Ibis Press, 2008, p. 25. []
  8. Plus de 650 enregistrements sont envoyés pour des émissions de radio. []
  9. cf. Tikatoutin. []
  10. François Borel, « La voix de Marceau », dans Un ethnologue entre Sahara, Kabylie, Yémen et Queyras. Hommage à Marceau Gast, S. Chaker, H. Claudot-Hawad (dir.), Peeters, 2014, p. 229. []
  11. Ce document a été déposé à la phonothèque de la MMSH en août 2011 par François Borel. Il s’agit de la copie numérique d’une bande magnétique déposée au Musée d’ethnographie de Neuchâtel. Ce document a été présenté publiquement pour la première fois lors de la rencontre hommage à Marceau Gast organisée par Salem Chaker et Hélène Claudot-Hawad les 14 et 15 mars 2011. []
  12. Pierre Guérin, “Que sont les BT Sonores ?”, Dossier pédagogique de l’Ecole Moderne, n°21, 15 novembre 1966. Accessible en ligne via  http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/15801, consulté en mars 2014. []
  13. actuel Bénin []
  14. Si l’on excepte la face B du numéro prototype des BT son, où Marceau Gast présente déjà In Tayent. La face A étant occupée par le récit d’un facteur savoyard. []
  15. les prises de sons sont réalisés par Marceau Gast, Marc Richaud et Louis Pilate, la réalisation est de Marceau Gast. Pierre Guérin s’est chargé, avec Marcel Daoust, de l’adaptation pédagogique. []
  16. avec Suzy Bernus, ethnologue, Edmond Bernus, géographe et Michel Chatelus, ethnologue. []
  17. avec  l’ethnologue Michel Chatelus. []
Billet illustration Catatalogue de Bromberger

Voyage dans des terrains ethnographiques : catalogue des sources orales du terrain de Christian Bromberger

En 1997, Christian Bromberger a été l’un des premiers anthropologues à déposer les archives sonores issues de son terrain dans une phonothèque de recherche, celle de l’UMR TELEMME qui allait ensuite intégrer la Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme1. Aujourd’hui, la phonothèque met à disposition plus de 100 heures d’enquêtes orales  issues  des différents dépôts réalisés par Christian Bromberger entre 1997 à 2008. Un catalogue documentaire vient d’être réalisé qui vous propose de découvrir ces corpus auxquels ont été ajouté les conférences déposées à phonothèque dans lesquelles Christian Bromberger est intervenu ainsi qu’un entretien réalisé par Cyril Isnart en 2006 sur le dépôt de ses archives. L’ensemble peut être interroger sur la base Ganoub de la phonothèque.

Télécharger le catalogue en cliquant ici.

Crédits photographiques : l’illustration du billet est composée des couvertures des livres suivants : Bromberger, Christian, Trichologiques: une anthropologie des cheveux et des poils, 1 vol., Montrouge, France, Bayard, 2010; Bromberger, Christian, Alain Hayot, Jean-Marc Mariottini, Le match de football: ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, 1 vol., Paris, France, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1995; Bromberger, Christian, Un autre Iran: un ethnologue au Gilân, 1 vol., Paris, France, A. Colin, DL 2013, 2013 ; Bromberger, Christian, «Les chansons ”populaires” : hétérogénéité et ambiguïtés d’un patrimoine», Gens du val Germanasca contribution a l’ethnologie d’une vallée vaudoise, vol. xiii, 1994. Photo Tussan, 1982, M-H Sibille.

  1. Pour suivre l’histoire des différents rattachements institutionnels de cette phonothèque créée en 1979 au sein du CREHOP – Centre de recherche sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux -, consultez le numéro spécial de Rives sur “Les 20 ans de l’UMR TELEMME” []

8 mars 2014 : récit de vie d’une femme née en 1914

femmes au travail

Profitez de la journée de la femme pour écouter des entretiens enregistrés auprès de femme anonymes qui ont traversé le 20ème siècle : l’équipe de la phonothèque a sélectionné pour la journée du 8 mars 2014 cet enregistrement issu du corpus sonore constitué par Michèle Bitton, “Témoignages de femmes engagées du Pays d’Aix“.

Une Aixoise née en 1914 raconte son parcours de femme résistante pendant la seconde guerre mondiale puis son engagement social et politique d’après guerre
Cote : D3099 - Enquête n°3409
Enquêtrice, Bitton, Michèle ; informatrice, Impens, Yvette
Enregistré à Aix-en-Provence le 21 juin 2001, 1 cass., 1h 35min

Ecouter l’entretien

L’informatrice, née en 1914, a été conseillère municipale d’Aix-en-Provence en 1977, sollicitée par le maire de l’époque, Félix Ciccolini. Elle était connue pour son engagement dans la Résistance durant la seconde guerre mondiale et pour son militantisme syndical et politique. L’informatrice était secrétaire médicale au centre hospitalier Montperrin d’Aix-en-Provence. Pendant la guerre, elle faisait partie du réseau de résistants MUR (Mouvements Unis de la Résistance). Elle cite des noms de résistants qu’elle a connus et elle parle des femmes qui étaient résistantes avec elle. Comme l’informatrice, ces femmes étaient agents de liaison. Les femmes étaient moins contrôlées que les hommes par les forces de l’ordre (police et gestapo). Leur travail consistait à fournir les hommes en divers matériel (nourriture, petites armes) et écouter les messages radio. Elle circulait à vélo et transportait constamment sa machine à écrire. Elle déposait sa marchandise dans des commerces et en récupérait une autre en retour, par l’intermédiaire d’un autre agent de liaison. L’informatrice s’était engagée dans la Résistance notamment parce que son père avait été tué par les Allemands lors de la première guerre mondiale. Si elle avait été un homme, elle aurait combattu. Il a été difficile pour elle d’entrer dans la Résistance car plus personne ne se faisait confiance. Elle déclare que, pendant la guerre, tous les représentants administratifs avaient été remplacés par des hommes du gouvernement de Pétain. Elle est officiellement intégrée à la Résistance en novembre 1943 et elle quitte son travail en avril 1944. La Résistance s’arrête au lendemain de la Libération d’Aix-en-Provence du 21 août 1944. Elle doit alors passer de nouveau son concours de secrétaire médicale qui n’était plus valable car il avait été passé sous le Régime de Vichy. Après la guerre, l’informatrice a toujours était militante syndicale et politiquement à gauche. Dès 1972, elle fait partie de la Ligue des Droits de l’Homme. Les anciens de la Résistance se sont ensuite regroupés en association, l’Union des groupements de la Résistance du Pays d’Aix, qui rassemble divers réseaux (ANACR, ORA, FFL, FFC, SAP). Elle avait des amies résistantes qui faisaient partie de ce groupe. Il est important pour l’informatrice de transmettre son expérience de la Résistance aux jeunes générations, se qu’elle fait notamment dans les écoles. Elle explique les démarches pour la création du Mémorial de la Déportation et de la Résistance du Camp des Milles. Après la guerre, l’informatrice s’est engagée dans plusieurs associations (LDH, Anciens Combattants, EFS, etc.) et au Parti Socialiste. Elle n’a pas vécu l’accession au droit de vote des femmes comme une révolution. A la fin de l’entretien, l’informatrice donne son point-de-vue sur la municipalité actuelle d’Aix-en-Provence et elle parle de sa vie personnelle, notamment son veuvage à 23 ans et son second mariage dans les années 1940.

Crédits photographiques : Women workers install fixtures and assemblies to a tail fuselage section of a B-17F bomber at the Douglas Aircraft Company, Long Beach, Calif. Better known as the “Flying Fortress,” the B-17F is a later model of the B-17 which distinguished itself in action in the South Pacific, over Germany and elsewhere. It is a long range, high altitude heavy bomber, with a crew of seven to nine men, and with armament sufficient to defend itself on daylight missions, Alfred Palmer, octobre 1942, Repository: Library of Congress Prints and Photographs Division Washington, pas de restrictions de droit connues.

luthier geste pour carnet

Retour aux sources : le métier de luthier

luthier geste pour carnet

Au cours de l’année 2013, une série d’extraits sonores ont été publiés sur les Carnets de la Phonothèque pour présenter le corpus Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine). L’intégralité des enregistrements  – hormis les restrictions d’usage pour des raisons éthiques et juridiques – est désormais accessible en ligne sur Ganoub, la base de données de la phonothèque. Les fichiers son complet peuvent être consultés sur place, à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence, sur demande motivée. Bonne écoute, merci de vos retours !

Consulter le corpus en ligne.

 

Crédits photographiques : Les gestes de travail de luthier par Hélène Claudot-Hawad, 1982.

DIMANCHE – L’archive sonore de l’Open Access Week : Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante Cote : F 3354 – N°4155 – enquêteur Baude, Janine ; informateur A., Adrienne s.l., 1983.

Cette enquête a été enregistrée dans le cadre du corpus “Celles qui n’ont pas écrit”, réalisé par des étudiants à l’Université de Provence dans le cadre d’un cours de littérature axé sur le récit autobiographique. Anne Roche et Marie-Claude Taranger, responsables de cet enseignement, proposaient aux étudiants de réaliser une enquête auprès d’un témoin de leur choix sur des thématiques variants au cours des années (années 30, guerre de 1939-1945, guerre d’Algérie,…). Pour l’évaluation de ce travail étaient demandé la cassette originale ainsi qu’une transcription de l’enquête. Ces enregistrements sont donc à écouter dans la perspective d’un cours de littérature. Par exemple, les enquêtes et évaluations se concentrent moins sur les locuteurs (informateurs-enquêteurs) que sur le récit, ainsi, la date et le lieu d’enregistrement ne sont pas centrale et sont rarement précisées. La pièce centrale, notée par les enseignants (méthodologie d’enquête, contenu, qualité du témoin), est la transcription. Il peut arriver d’ailleurs que l’enregistrement n’ait pas été conservé et que seule demeure la transcription et l’évaluation de l’enseignant. A chaque enquête correspond un nouvel enquêteur, le corpus peut être considéré comme collectif, regroupant l’ensemble des étudiants de l’année universitaire. S’il arrive souvent que l’informateur choisi soit une “figure”, se démarquant par l’originalité de son parcours, c’est notamment par soucis de l’enquêteur de produire une enquête au contenu fort en vue de l’évaluation. La dynamique de ce corpus collectif est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre enquêteurs. Lorsque c’était possible, le résumé des professeurs a été utilisé pour établir le résumé de la notice. Les enregistrements ne sont pas les originaux mais des copies que les enseignants ont faites d’après les enregistrements des étudiants : en plus de la dégradation de la qualité sonore due à la copie, l’intégrité du support original n’est pas toujours respectée et n’a pas toujours pu être retrouvée. Le nom donné à ce corpus “Celles qui n’ont pas écrit” est celui du livre éponyme des deux enseignantes qui s’appuie sur tous les témoignages, ceux des hommes comme ceux des femmes.

Ecouter l’enquête en streaming

Résumé de l’enquête :

L’informatrice est issue d’une famille paysanne qui cultive le blé. Vers l’âge de 15 ans elle est placée dans une maison bourgeoise à Avignon. Le travail de domestique est difficile, elle se rend à Marseille pour y échapper et connaît une période de chômage. Elle trouve plus tard du travail dans une entreprise traitant les dattes, avenue Arenc. Ce travail lui convient mieux que celui de domestique. Elle trouve ensuite une place de serveuse au “Boeuf à la mode”, cours Belsunce, où elle est payée au pourboire. Pour chacun de ses emplois, elle fournit à l’enquêtrice ses horaires et son salaire avec précision. Après sa journée de travail, elle fréquente la salle de spectacle l’Alcazar où elle voit se produire de nombreuses vedettes. Elle se souvient d’une ville marquée par le chômage. Elle évoque la crainte du proxénétisme à Marseille, le soir, activité qu’elle associe à la famille Guerini. En revanche, elle ne craint pas le vol et les “bandits” qui sont rares. A l’époque du Front populaire, elle parle d’un “délire” à Marseille auquel elle ne prend pas part. L’informatrice relate ensuite son parcours durant la guerre de 1939-1945. Ayant fait des économies, elle devient propriétaire d’un café à Avignon. Là, elle est contactée par des résistants et collabore avec eux. Elle déclare qu’elle cachait des personnes juives chez elle et son inquiétude à l’époque. L’informatrice n’appuie pas l’épisode de son entrée en résistance qu’elle semble considérer comme naturel ou de bon sens. Elle fait le récit de son transport de cartes d’identités falsifiées à Toulouse où elle est suivie et arrêtée. Elle parle de la délation à cette époque, dont elle a été victime. Elle raconte son parcours en déportation (camp de Ravensbrück puis de Litomerice), la dureté des conditions de vie (atteinte du typhus, elle s’efforce de masquer sa maladie). L’informatrice revient à plusieurs reprises et avec de nombreuses précisions à la demande de l’enquêtrice sur son expérience dans les camps (traitant ainsi du contact avec l’extérieur, du peu de solidarité, de ses relations avec ses camarades ou ses surveillants, du travail – assèchement de marais, déchargement de wagons -, évoquant la dureté du traitement – le défilé des prisonnières nues dans le froid, les fusillés creusant leur propre tombe – et parfois le contraire – bon traitement de certains surveillants). Certaines images et certains épisodes vécus persistent dans son esprit après la guerre. Lors de la Libération, elle est incapable de se réjouir. L’entretien se termine sur sa vision du statut de la femme dans les années 1930, de son départ de chez elle et de son placement, de sa relation avec ses patrons en tant que domestique, et du syndicalisme à son époque.

Crédits photographiques : Free coffee wagon, Lotzen [between ca. 1910 and ca. 1915], Bain News Service publisher, 1 negative : glass ; 5 x 7 in. Pas de restrictions de droit connues.