Archives pour la catégorie Corpus de la phonothèque

Cet été, partez écouter l’équipe de la phonothèque aux séminaires d’Ermoupoli

Dans le cadre de l’édition 2016 des séminaires d’Ermoupoli, l’équipe de la phonothèque de la MMSH présentera le travail réalisé sur le corpus sonore Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 dans une communication intitulée «Récits des réfugiés d’Asie Mineure à Syros : traitement et valorisation d’une collection de témoignages oraux en bilingue».

Les séminaires d’Ermoupoli, à Syros sont organisés par l’Institut de recherche historique (IHR/NHRF), au sein de la Fondation Hellénique de la recherche scientifique , en collaboration avec les Archives historiques des Cyclades. Ils ont lieu chaque année durant la première quinzaine du mois de juillet.

Depuis leur lancement en 1984, ces rencontres ont constitué une étape vers l’échange de différents regards sur des sujets qui concernent aujourd’hui les sciences humaines.

Des scientifiques, des chercheurs de toutes les disciplines, des critiques, des écrivains, des journalistes sont de passage dans la capitale des Cyclades à cette occasion.

Cette année, le séminaire se tiendra du 4 au 12 Juillet.
Au programme de cette édition :

Lundi 4 juillet (après midi) – Mardi 5 juillet (après midi)

CRISE GRECQUE : ASPECTS ET TENDANCES

Économie : évaluation, perspectives, réformes pour un nouveau modèle de production (coordinateur Manos Matsaganis, École Polytechnique de Milan)

Politique et idéologie (coordinateur V. Voulgaris, Université Panteion et Panagis Panagiotopoulos, Université nationale et capodistrienne d’Athènes)

Mercredi 6 juillet (matin)

FRAGMENTS DE L’HISTOIRE D’ERMOUPOLI

“Récits des réfugiés d’Asie Mineure à Syros : traitement et valorisation de témoignages oraux en bilingue” Loukou Eleni, Néroulidis Ariane

Pour mieux profiter de cette intervention n’hésitez pas à consulter :
les billets de valorisation sur les Carnets de la Phonothèque
les notices sur la base de données Ganoub
les notices sur le portail Europeana
Continuer la lecture de Cet été, partez écouter l’équipe de la phonothèque aux séminaires d’Ermoupoli

Les émissions culinaires dans les archives de l’Ina

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH , habituellement, le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain, ce mois-ci, en l’honneur de l’inauguration des PCM à la médiathèque de la MMSH, nous vous invitons à découvrir mais aussi à  voir les « émissions culinaires » des  archives de L’INA.

Aujourd’hui, 27 juin 2016, sont inaugurés à la médiathèque de la MMSH, les postes de consultation multimédia (PCM) où peuvent être désormais consultées les archives des collections de l’Ina. Une journée d’étude est organisée à la MMSH pour mettre en avant les recherches scientifiques qui ont été menées sur ces corpus.

 Nous vous invitons à visionner une recette de bouillabaisse de morue extraite d’une émission des archives en ligne  de l’ Ina.fr intitulée « la cuisine légère » et présentée par Anne-marie Peysson et Michel Guerard le 2 décembre 1978 :

deux minutes seulement sont librement accessible en ligne mais peu importe puisque vous pouvez la voir en totalité sur un des PCM installé à la médiathèque de la MMSH1. Continuer la lecture de Les émissions culinaires dans les archives de l’Ina

  1. Ou acheter l’émission en ligne sur le site de Ina.fr []

L’archèterie au féminin : un grand défi des années 1970

L'archetière Sylvie Masson à l'établi, Paris, 2016
L’archetière Sylvie Masson à l’établi, Paris, février 2016

Sylvie Masson débute sa formation d’archetière en 1973 à 15 ans. Elle fait partie des « nouveaux » luthiers et archetiers, venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes, mais par un concours de circonstances. Son père, musicien professionnel, l’amène un jour à Mirecourt.

Découverte de Mirecourt (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Un ami luthier leur fait visiter deux ateliers, l’un de lutherie et l’autre d’archèterie. Sylvie Masson qui a 14 ans est impressionnée par le métier d’archetier, capable de transformer une simple baguette de bois en archet raffiné.

Devenir archetière ? (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Continuer la lecture de L’archèterie au féminin : un grand défi des années 1970

Cloches de bovins dans le Haut-Jura

Pierre Laurence, ethnologue1 a déposé en 2013 à la phonothèque de la MMSH les sources orales de ses recherches. Au cours des mois d’avril et de mai 1991 sa collection sonore en lien avec un rapport réalisé en 1991 sur les cloches dans le Haut-Jura a été traitée.  Ces enquêtes avaient été enregistrées en vue de la préparation d’un film qui a été diffusé sous le tire  Petites histoires de cloches, d’hommes et de vaches, réalisé en 1993 par Georges Nivoix pour le Musée des techniques et cultures comtoises. Elle sont désormais accessibles en ligne sur la base Ganoub.

L’étude avait été effectuée à la demande du Musée des Techniques et Cultures Comptoises et du Parc Naturel du Haut-Jura. L’objet était mieux appréhender la culture des cloches pour bovins dans le Jura. Pierre Laurence avait été sollicité en tant qu’ethnologue, bon connaisseur du domaine campanaire en Languedoc-Roussillon2. dont il est originaire.  Dans ce cadre, il a mené entre le 2 et 8 mai 1991, une série d’entretiens auprès d’éleveurs et de fabricants de cloches de bovins.

Étudiante en DUT Information numérique dans les organisation  à l’IUT2 de Grenoble, j’ai eu pour mission pendant mes deux mois de stage au sein de la phonothèque de la MMSH, de faire le traitement documentaire de ce corpus. L’écoute de ces enquêtes m’a fait découvrir l’importance  des cloches de bovins en milieu rural. Certains informateurs, véritables passionnés de cloches, en détiennent un nombre conséquent et en parlent avec précision et érudition. L’enquêteur a su gagner la confiance des informateurs, qui confient volontiers leurs façons de travailler et de fabriquer leurs cloches, leurs astuces pour les choisir les cloches.

C’est à votre tour de découvrir maintenant les cloches du Jura ! Vous pouvez ainsi soit interroger les notices dans la base Ganoub et les écouter sonner, lire le rapport d’enquêtes réalisé par Pierre Laurence en 1991 qui a été déposé sur HAL SHS ou feuilleter le catalogue documentaire qui vous présente ce fonds intitulé Entretiens auprès d’éleveurs et de fabricants de cloches sur la culture des cloches de bovins dans le Haut-Jura.

Et si vous souhaitez écouter d’autres sons de cloches, vous pouvez écouter celles de trois laboratoires du CNRS le CREM, le CRESSON et la MMSH – réunies dans un article collectif publié sur le blog d’Europeana sounds en deux langues, anglaise et  française.

Crédits photographiques : Coulée à la fonderie Obertino de Labergement-Sainte-Marie (Doubs), mai 1991, Pierre Laurence, CC-BY-NC.

Billet rédigé par Aimée Randrianatoanina

  1. Après avoir longtemps travaillé à l’Office départemental d’action culturel dans l’Hérault (ODAC), Pierre Laurence est aujourd’hui chef du service patrimoine à la direction des publics de la culture au sein du Pôle Culture-pierres vives à la Direction Générale Adjointe Education jeunesse culture sport loisirs de l’Hérault. Il a déjà déposé à phonothèque de la MMSH les archives sonores en lien avec une étude sur les Cévennes :  Du paysage et des temps : la mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte, Rapport final de recherche (resp. scient. J.N. Pelen), DRAC Languedoc-Roussillon, Parc national des Cévennes, SIVOM des Hauts-Gardons, 1999. []
  2. En 1990, il avait publié à l’ODAC avec Dominique Dalga et Sylvie Groueff, un rapport de recherche sous le titre « Techniques de fabrication, usages et représentations des cloches, sonnailles et grelots » et dans la revue Terrain (n° 16, mars 1991, pp. 27-41) un article sur le thème : « Cloches, grelots et sonnailles : élaboration et représentation du sonore ». Plus tard, en 1994, il a publié deux chapitre d’ouvrages. Le premier sur la fonderie Granier à Saint-Gervais-sur-Mare, un village situé dans le département du Hérault, au nord de Béziers sous le titre « La fabrication des cloches à la fonderie Granier : une technique dans l’histoire », dans l’ouvrage Chants des cloches, voix de la terre. Carillons et traditions campanaires en Languedoc-Roussillon – (Montpellier, Presses du Languedoc, 2000, pp. 69-84). Le second, dans l’ouvrage sur le thème Homme, l’animal et la musique (Collection Modal, n° 4, Niort, U.P.C.P.-Geste Editions, 1994, pp. 10-19), plus orienté sur les cloches animales sous le titre « Les cloches et sonnailles du monde pastoral : une tradition utile ». []

Grandeur et déclin d’une fabrique de lutherie : le récit d’une descendante

Grand hall de la Maison Laberte-Humbert Frères (carte postale, extrait)
Grand hall de la Maison Laberte-Humbert Frères (carte postale, extrait)

Nicole LABERTE (soeur de Cécile Laberte avec laquelle un entretien avait été mené en 1982 ) est une descendante de la famille Laberte qui fut à la tête d’une grande manufacture d’instruments de musique à Mirecourt, pendant plusieurs générations. Son père Marc Laberte (1880-1963) fut lui-même directeur de l’entreprise. L’entretien débute par une discussion sur l’origine de la maison Laberte (les dates de fondation de la maison remontant au XVIIIe siècle correspondent en fait au rachat de marques d’ateliers anciens, comme l’a montré Roland Terrier).

Papier à entête Laberte et Magnié (archives N. Laberte)
Papier à entête Laberte et Magnié (archives N. Laberte)

Nicole Laberte évoque le premier Laberte qui était marchand de violons. Dans ses archives familiales, un acte daté du 27 septembre 1846 mentionne « Augustin François Laberthe, marchand d’instruments de musique, à Mirecourt », comme acquéreur d’une vigne située sur le territoire de Mirecourt, au canton du Neuf Moulin.

Acte daté de 1846 (Archives N. Laberte)
Acte daté de 1846 (Archives N. Laberte)

Parmi les trois fabriques d’instruments de Mirecourt, l’entreprise Laberte fut-elle la seule à ne faire que de la lutherie, comme le dit Nicole Laberte ? C’est certainement le cas pour la période la plus récente.

Seulement de la lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Mais des recherches montrent qu’en 1873, « à la suite de la faillite de la société REMY-GENIN, c’est la Maison LABERTE-HUMBERT qui reprend le stock et continue quelques temps la fabrication d’instruments de musique à vent » (Pierre René, « LABERTE, les derniers fabricants d’instruments de musique à vent de Mirecourt (1779-1972). Dans les collections du Musée de la lutherie de Mirecourt figurent par ailleurs une clarinette marquée au fer LABERTE-HUMBERT/ PARIS (vers 1900) et un Piano droit de la marque Laberte-Humbert Frères, Mirecourt/N° 12559 (vers 1910).

La société en nom collectif Laberte-Humbert Frères est créée en 1876 par les frères Laberte  (Auguste et Maurice Emile), fils d’Augustin François Laberthe et de son épouse Rose née Humbert .

Acte Société Laberte, 1876, Mirecourt
Acte Société Laberte-Humbert Frères, 1876, Mirecourt

Pour Nicole Laberte, le grand homme de la famille est son père, Marc Laberte (fils d’Auguste). Celui-ci a une double formation : l’école de commerce à Nancy et l’apprentissage de la lutherie avec Camille Poirson. Les violons le passionnent.

Passionné par la lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Il connaît bien le bois et part le choisir lui-même en Bosnie-Herzégovine :

Choix du bois de lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Marc Laberte gère la fabrique sur un autre mode que son père, en utilisant tous les moyens de communication modernes. Il constitue par ailleurs une collection de très beaux violons anciens, dont il fait ensuite fabriquer des copies d’excellente qualité.

La collection d’instruments anciens (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Son associé, Fourier Magnié, a beaucoup de compétences techniques et conçoit des machines pour la fabrication des instruments ordinaires qui font tourner l’usine. Marc Laberte de son côté suit de très près les opérations de l’atelier de lutherie d’art.

L’atelier des seigneurs (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Atelier de vernissage, maison Laberte-Humbert Frères (carte postale)
Atelier de vernissage, maison Laberte-Humbert Frères (carte postale)

Il s’intéresse beaucoup à l’opération de vernissage.

Le vernissage (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Lui et le vernisseur sont les premiers à tester la sonorité des meilleurs violons fabriqués dans l’atelier d’art. Or, ils sont tous les deux sourds. Pourtant, leurs appréciations ont toujours coïncidé avec celles des plus grands violonistes invités ensuite à essayer les instruments.

Tester la sonorité des violons (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Marc Laberte avait du mal à se détacher des instruments fabriqués sous sa direction et ne les vendait qu’à contrecoeur.

Triste de vendre ses violons (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Il a donné de l’ampleur à l’usine de lutherie. Polyglotte, il était en contact direct avec la clientèle internationale. Son fils Philippe a eu également une formation internationale.

La dimension internationale  (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Stradivox mentionné sur le papier à entête de la maison Laberte et Magnié
Stradivox mentionné sur le papier à entête de la maison Laberte et Magnié

L’entreprise se diversifie dans les années 1930 en fabriquant des gramophones et des radios en bois de résonance. N. Laberte évoque notamment la correspondance entre son père et Louis Lumière au sujet du Stradivox et la visite de ce dernier dans les ateliers.

Le son du Stradivox (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Courrier de Louis Lumière à Marc Laberte
Courrier de Louis Lumière à Marc Laberte

Mais pendant la guerre de 40, les machines très onéreuses de l’usine (servant à la fabrication des radios) sont déménagées par les autorités allemandes. Marc Laberte de retour à Mirecourt tentera  de reprendre certaines activités de l’usine (la fabrication des violons) et devra pour cela vendre tous les beaux instruments de sa collection.

La guerre de 40 (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

L’époque est très difficile et les affaires périclitent. Marc Laberte décède en 1963. Son fils lui succède mais n’a pas la même passion pour le violon et pour le bois. Une passion que N. Laberte illustre par plusieurs anecdotes.
Le ton du vernis (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Le vernis blond est une caractéristique des violons Laberte.

Nicole Laberte évoque les rapports de son père avec les clients internationaux et les  grands musiciens.

Après la deuxième guerre mondiale, la grande crise liée à la mécanisation de la musique affecte très durement tous les fabricants d’instruments.

La grande crise (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)


La reprise s’est faite plus tard en commençant par une demande concernant les guitares.
La reprise (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Nicole Laberte dit sa surprise lorsqu’invitée au repas des luthiers à la Sainte-Cécile à Mirecourt dans les années 1990, elle rencontre des jeunes gens qui gagnent leur vie dans la lutherie.
Les nouveaux luthiers (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Elle revient sur la Ste Cécile, le grand jour de l’année à Mirecourt, et sur son organisation.

La Sainte-Cécile (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Elle souligne la différence qui existaient entre les luthiers de Mirecourt centrés sur la fabrication des instruments neufs et les luthiers installés dans les grandes villes qui avaient presque des activités d’antiquaires et restauraient les instruments anciens.

Bas de page du papier à entête Laberte et Magnié
Bas de page du papier à entête Laberte et Magnié

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt. Le corpus constitué de 1982 à 1990 puis complété par de nouveaux entretiens depuis 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : L’enquête a concerné les parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt jusqu’aux nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Laberte, Nicole  (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Grandeur et déclin d’une fabrique de lutherie : le récit d’une descendante . 18 mars 2014, Paris. Enregistrement numérique :  66 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4905.

Crédits photographiques : Cartes postales (début du XXe siècle) et H. Claudot-Hawad.

 

La recette du mois : les beignets de fleurs de sureau

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Pour le mois de mai nous vous proposons de découvrir une recette de beignets de fleurs de sureau.

Magali Ami, ethnobotaniste, interroge Pascale David au cours de l’enquête 4087 enregistrée en mars 1998.  Cette habitante de Simiane-la-Rotonde (04150),  néo-rurale, révèle son savoir-faire, et en particulier ses connaissances dans l’utilisation des plantes,  baies ou fleurs comestibles.

Vous pouvez écouter ci-dessous un  court extrait de cet entretien où il est question de beignets de fleurs de sureau  :

La recette n’est pas indiquée avec précision,  mais en voici une version :
Ingrédients :
Fleurs de sureau  (attention il faut utiliser du sureau noir à ne pas confondre avec le sureau Yèble, toxique !)
200 g de farine
2 œufs
½ sachet de levure
1 pincée de sel
40 cl de lait (ou lait de soja ou d’amandes)
2 cuillères à soupe de miel
Huile de friture

Préparation :
Laver doucement les fleurs. Rincer, égoutter et sécher sur du papier absorbant, (attention,  l’utilisation de fleurs encore humides risque de provoquer des projections en les plongeant dans la friture brûlante).
Dans un saladier, versez la farine, la levure, ajouter les jaunes d’œufs, les blancs battus en neige, une pincée de sel,  le miel1. A l’aide d’un fouet, mélanger le tout en ajoutant  progressivement  le lait, afin d’obtenir une pâte homogène.
Tremper les fleurs dans la pâte, puis plonger ensuite dans l’huile bien chaude Lorsque les beignets sont bien dorés, les  retirer, les saupoudrer avec un peu de sucre à votre goût2.
Servir aussitôt.

Les  vertus et usages du sureau sont multiples : les baies peuvent tout aussi bien être  employées pour fabriquer de la teinture, confectionner des boissons ou de la confiture. Les fleurs séchées  sont utilisées en décoction comme collyre,  le bois servait à confectionner des flûtes, et des pouvoirs mystérieux étaient attribués à cet arbre que l’on retrouve dans dans de nombreux jardins de Provence3. Vous pourrez consulter toutes ces pratiques dans l’ouvrage de Pierre Lieutaghi, la plante compagne, pratique et imaginaire de la flore sauvage en Europe Occidentale, Genève, Conservatoire et Jardin botanique de la ville de Genève , 1991, consultable à la Médiathèque de la MMSH sous la cote 500 LIE.

À lire également, le livre accessible en ligne : Sureau gourmand 2 : 50 nouvelles recettes à base de baies et fleurs de sureau, compilées et proposées par  Les Délices du Maine : La Maison du Sureau, Blandine Falk, Bernard Bouflet, 2012.
Crédit photographique : Mathilde Bresc.

  1. Ici j’ai utilisé le miel de chêne de la montagne Lure, il est délicieux ! []
  2. Par choix personnel j’ai utilisé du sucre roux biologique. []
  3. En provençal, le sureau se nomme Sambu ou Sambuc. []

La liberté en créant : parcours d’un archetier épris de son métier

Portrait de l'archetier Jean-Pascal Nehr, par Patrice Terraz (2010, Marseille)
Portrait de l’archetier Jean-Pascal Nehr, par Patrice Terraz (2010, Marseille)

Jean-Pascal Nehr débute sa formation d’archetier en 1974 à 16 ans. Il fait partie des « nouveaux » luthiers et archetiers, venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes, mais par goût pour les activités d’art et d’artisanat. Très tôt, il participe aux divers ateliers créatifs organisés dans la Maison des Jeunes et de la Culture dont son père est directeur. Dès le début de son année scolaire de 2e, il envoie son dossier à l’école Boulle d’Arts appliqués à Paris et à l’Ecole nationale de lutherie et d’archèterie de Mirecourt où il est retenu pour passer les tests d’admission.

Les tests d’admission à Mirecourt (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Dans la ville où il habite, à Aix-en-Provence, il rend visite à un luthier qui lui déconseille d’aller se former à Mirecourt.

Un avis négatif sur Mirecourt (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Sélectionné en archèterie, il fait son apprentissage avec Bernard Ouchard et évoque les étapes de la formation.

La formation (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

L’emprise du maître est forte. Jean-Pascal Nehr raconte l’exigence de son enseignement et une certaine forme d’intolérance à l’égard de tout ce qui lui paraît original.

Le maître (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Atelier de l’archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)

Le poids et la longueur règlementaires de l’archet n’empêchent pas une marge d’invention qui, bien qu’étroite, fait tout l’intérêt du métier et permet d’identifier le style et l’auteur d’un archet.

Le style (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

L’outillage des archetiers n’a pas changé, mais certains archetiers utilisent aujourd’hui des machines pour effectuer une partie de la fabrication.

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Crin pour les mèches d’archets. Atelier de Jean-Pascal Nehr à Marseille

Après son diplôme, Jean-Pascal Nehr fait ses débuts professionnels  en fabriquant des archets qu’il vend aux luthiers parisiens de la Rue de Rome. De1980 à 84, il s’installe dans le 18e arrondissement de Paris avec un luthier et fait de la restauration et de la réparation d’archets.

Fabrication et restauration (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il part ensuite à Marseille et travaille dans l’atelier du luthier Charles-Luc Hommel. Il restaure et fabrique des archets et a l’opportunité d’exposer dans des salons professionnels internationaux.

Salons suivis de commandes (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Baguettes pour archets
Baguettes pour archets

En 1990, il s’établit à son compte à Marseille et, de plus à plus, souhaite ne faire que du neuf.

Seulement du neuf (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Ce qui l’intéresse dans les salons, c’est le rapport avec les musiciens et avec les collègues.

Le rapport avec le musicien (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il regrette la fermeture de la section d’archèterie jamais rouverte à cause de la peur de la concurrence éprouvée par la corporation.

La fermeture de l’école d’archèterie (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il forme à l’archèterie son cousin puis son frère, reconstituant ainsi une dynastie de nouveaux archetiers.

Une nouvelle famille d’archetiers (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Atelier de l’archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)

Il explique l’importance de fréquenter divers ateliers. Voir beaucoup de beaux archets anciens est pour lui une source d’inspiration. Il a plusieurs fois changé de styles.

Voir de belles pièces (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il définit sa recherche actuelle dans la fabrication de ses archets : il faut parvenir à faire sentir le geste.

Faire sentir le geste (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Pendant 10 ans, il part régulièrement travailler à Barcelone où il n’y avait pas d’archetier.

Barcelone (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il évoque également son expérience de trois mois à Cuba avec l’association « Luthiers sans frontière ». Se concentrer sur son travail et pouvoir le réaliser sans avoir besoin de son cadre habituel lui procurent un sentiment de grande liberté.

Concentration et liberté (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Ebène, corne, ivoire, copeaux de pernambouc et autres matériaux (atelier de l’archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille), fév. 2016

Le problème des matières brutes que travaille l’archetier se pose car aujourd’hui la majorité d’entre elles est interdite (comme le bois de pernambouc, l’ivoire, la tortue, l’ébène, etc). La qualité actuelle des bois d’archèterie est supérieure à celle utilisée autrefois. Les archets contemporains peuvent rivaliser avec les grands archets anciens.

Qualité des archets contemporains (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Comment savoir ce que va donner un archet ? Jean-Pascal Nehr l’évalue par rapport aux réactions et vibrations de la matière.

Vibrations de la matière (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Jean-Pascal Nehr est épris de son métier et, après 40 ans de pratique, ne peut envisager de s’arrêter. Il ne l’a pas fait, même après un grave accident de scooter. Il poursuit la voie qui l’intéresse : créer de nouveaux archets.

Continuer à créer (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

L'archetier Jean-Pascal Nehr, 2010 (photo Patrice Terraz)
Portrait de l’archetier Jean-Pascal Nehr, par le photographe Patrice Terraz (2010, Marseille)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers et archetiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Nehr, Jean-Pascal (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). La liberté en créant : parcours d’un archetier épris de son métier, Marseille, 3 février 2016. Enregistrement numérique :  43 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4970.

Crédits photographiques : Portraits de l »archetier Jean-Pascal Nehr  (2010, Marseille)  : avec l’aimable autorisation du photographe Patrice Terraz  ; autres : H. Claudot-Hawad.

La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile

Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris
Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris

Pierre Caradot débute sa formation de luthier en 1980 à 14 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Un goût que des circonstances familiales provoquent en faisant de lui l’héritier du prénom, des outils et du violon de son grand-père.

L’héritage du grand-père (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il commence à étudier le solfège et fait du violon pendant sept ans, sans autre expérience de la lutherie que l’entrée dans un atelier de luthier pour faire monter le violon de son grand-père et la rencontre avec un altiste luthier amateur. Il connaît cependant le bois à travers le métier de son père, ingénieur dans l’industrie du bois, passionné par ce matériau. C’est ce dernier qui, revenant d’une foire du bois à Epinal, lui ramène les prospectus de l’Ecole nationale de lutherie de Mirecourt.

Compétences requises pour l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot se décide à envoyer un dossier, qui est accepté. Il part en mai 1980 pour passer les tests d’admission à Mirecourt où il découvre, parmi les élèves venus de toute la France, des passionnés de lutherie.

Les tests d’admission à l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Un peu surpris par la rapidité des événements, il se renseigne avec sa famille auprès de différents luthiers qui presque tous l’encouragent dans cette voie.

Les conseils des luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il arrive à Mirecourt à 14 ans et demi et découvre un « métier incroyable » le confirmant dans son choix. L’enseignement de la lutherie se fait à l’ancienne avec Maître René Morizot dans une structure cependant nouvelle et plus ouverte qui est celle  de l’éducation nationale, attirant ainsi des élèves d’origines régionales  et sociales très variées. Il décrit les locaux et l’organisation spatiale de l’école.

Les locaux (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Sur la disparition de la section d’archèterie suite au décès de Maître Bernard Ouchard, P. Caradot s’interroge, y décelant une certaine peur de la concurrence éprouvée par la corporation.

L’archèterie française en train de se dissoudre (P.  Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’enseignement en lutherie débute par la fabrication des outils comme les canifs. L’école est pauvre en matériel et les outils sont rares et onéreux.

Rareté des outils (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Les outils du luthiers (au centre, la meule à affûter), atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

P. Caradot décrit les différentes étapes de l’apprentissage.

Etapes de l’apprentissage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La vitesse d’exécution était alors privilégiée à Mirecourt avec l’idée que la qualité viendrait ensuite, une option qui s’est aujourd’hui inversée.

Rapidité d’exécution (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La méthode enseignée est d’exécuter en répétant sans chercher à comprendre.

Faire sans chercher à comprendre (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Mais ce qu’on appelle la « tradition » transmet un certain nombre d’erreurs dont il faut ensuite s’affranchir. P. Caradot en donne des exemples.

Les erreurs transmises (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Canifs anciens de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse)
Canifs de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse), cliché HCH

L’ambiance à l’école est sympathique même si les élèves savent que la sélection de fin de 1e année éliminera une partie d’entre eux (5 élèves sur 8 passeront en 2e année). Il n’y a dans la classe qu’une fille pour qui c’est très dur, dit P. Caradot, dans un milieu qu’il qualifie de misogyne. Les élèves sont logés à l’internat dans des conditions assez austères mais propices à la naissance d’amitiés solides et à la concentration sur un métier qui va devenir rapidement une passion.

Les conditions de vie mirecurtiennes (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’école dispense des cours de musique qui font partie de la formation.

La musique à l’école (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pendant les vacances d’été, P. Caradot fait un stage chez les luthiers de Besançon, Philippe Bodart et Jérôme Dariel. Il découvre d’autres aspects du métier et des méthodes différentes de celles de Mirecourt.

Le premier stage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Au cours de la 2e année, les élèves luthiers – plus sereins car ils ne craignent plus d’être éliminés – fabriquent des violons complets, sauf le montage et le vernissage.

La 2e année (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

P. Caradot continue à faire des stages pendant les vacances mais évite d’utiliser à Mirecourt les techniques apprises ailleurs, car s’écarter de la méthode mirecurtienne est mal vu.

Exclusivement la méthode mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le contact avec les anciens luthiers de Mirecourt n’est pas très aisé. Pierre Caradot avec un camarade de promotion parvient à faire la connaissance du luthier Gustave Villaume qui leur parle un peu du passé.

La lutherie partout mais nulle part (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

C’est plutôt en fréquentant les ateliers des jeunes luthiers installés à Mirecourt que P. Caradot peut se faire une idée plus précise du rôle qu’a joué la lutherie dans cette ville. Il rapporte le silence des Mirecurtiens au sujet de leur passé à une souffrance collective et aux frustrations endurées par les luthiers mirecurtiens exploités et privés de reconnaissance. Immergés dans la mentalité mirecurtienne, les élèves commencent à s’en imprégner et à se distinguer des élèves luthiers formés ailleurs, comme à Crémone.

Attraper la mentalité mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La 3e année est marquée par le passage du Brevet de technicien, obtenu par les 5 élèves de la promotion.

Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)
Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)

A l’école, chaque année, un événement important avait lieu lors de la Sainte Cécile (patronne des luthiers): la visite des membres du GLAAF (Groupement des Luthiers et Archetiers d’Art de France) qui, à l’occasion de leur congrès, venaient rencontrer les élèves, examiner leurs travaux et leur donner des avis et des conseils. Pierre Caradot décrit ces moments marquants et les contacts précieux qu’ils permettaient de nouer avec le milieu professionnel.

Contacts avec les luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le réseau professionnel des élèves sortant de Mirecourt était à l’époque quasi exclusivement français, contrairement à aujourd’hui. Après l’obtention de son diplôme (Brevet de Technicien) en 1983, P. Caradot va travailler dans différents ateliers : un an chez Bodart & Dariel à Besançon, puis 3 mois chez J. Dariel qui s’est installé à Paris, ensuite 4 mois chez R. Garmy à Aix-en-Provence. Il énumère les différents maîtres luthiers qui lui ont transmis chacun quelque chose d’important. Finalement, il est embauché à Paris par Etienne Vatelot en septembre 1985.

L’embauche chez Etienne Vatelot (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans cet atelier qui compte 5 ouvriers, il fait de la restauration, un peu de neuf sous la direction d’E. Vatelot ; il voit de très beaux instruments et rencontre de grands musiciens. Selon ses termes, c’est « un paradis pour un jeune luthier ». Il y restera 15 ans, devenant en 1988 chef d’atelier. Il décrit la méthode de restauration d’Etienne Vatelot, la plus légère possible, contrairement à l’option choisie par d’autres ateliers.

Deux théories pour la restauration (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans la Maison Vatelot, il a la chance de voir une grande variété d’instruments et d’acquérir une connaissance experte des divers styles et écoles de lutherie, ce qui le passionne.

Apprendre les instruments (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Après le départ à la retraite d’Etienne Vatelot auquel succède Jean-Jacques Rampal en 1998, Pierre Caradot travaille à mi-temps pour se rapprocher de son foyer. En 2000, il rencontre Philippe Dupuy qui cherchait un successeur. Avec l’archetier Christophe Schaeffer, ils s’associent avec Philippe Dupuy dont ils reprendront l’atelier, après six ans de travail convivial, en 2006. Pierre Caradot cite d’ailleurs ses maîtres luthiers comme des seconds « pères » qui lui ont transmis un savoir qui n’est pas seulement technique mais de l’ordre du sensible.

Des maîtres et des pères (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

A l’atelier, il a deux assistants (un Japonais, une Canadienne). Mais lui n’a plus le temps de faire du neuf. Il est devenu un luthier relationnel et administratif, rôle qui lui pèse. Finalement il parvient à recentrer son activité en travaillant seul et en dégageant du temps pour faire du neuf. Il décrit ses différentes sources d’inspiration.

Faire du neuf (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pour conclure, il se trouve chanceux dans son parcours jalonné de rencontres essentielles pour un métier qui le passionne.

Une bonne étoile (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016
Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Caradot, Pierre (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile. Paris, 17 février 2016. Enregistrement numérique : 69 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4971.

Crédits photographiques : Le luthier Gustave Villaume ; L’atelier de Jean Villaume : clichés B. Lesaing , Mirecourt, 1982  ; autres : H. Claudot-Hawad.

 

Choisir d’être archetière : un parcours entre différents métiers du bois

L'archetière Cathy Baroin exarçant dans l'ancien atelier de René Morizot à Mirecourt
Cathy Baroin établie dans l’ancien atelier de R. Morizot à Mirecourt, début des années 2000 (coll. part.)

Catherine (appelée Cathy) Baroin est mirecurtienne. Elle se forme à l’archèterie à 29 ans, après avoir exercé d’autres métiers du bois où elle a acquis une connaissance des outils, des gestes et de la matière. En effet, en 1974, à 16 ans, elle entre à l’école de sculpture sur bois au LEP (Lycée d’enseignement technique) de Neufchâteau. Elle obtient son Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) de sculpture en 1978 et travaille dans l’entreprise de menuiserie de son oncle pour sculpter des ornements sur meubles. En 1979, à 21 ans, elle est embauchée pour sculpter des têtes de violons à la SOFRALUTH (Société française de lutherie), entreprise de Mirecourt qui fabrique des instruments de musique à cordes destinés à l’étude. Elle apprend également, dans ce contexte, à fabriquer un instrument complet.

Sculpter des têtes de violon (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

 

Lutherie, bois pour tête de violon (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1990)
Bois pour têtes de violon (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, vers 1990)

Après le travail à la gouge qu’elle connaissait, elle se forme au maniement précis des petits rabots et du canif de luthier, ainsi qu’à certaines opérations spécifiques à la lutherie.

Opérations spécifiques à la lutherie (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Le métier de luthier et le pourquoi des opérations de fabrication se transmettent selon la tradition sans discussion sur leur bien-fondé.

Faire selon la tradition (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Atelier de la Sofraluth à Mirecourt, 1982 (cliché de Jacques D. Braconnier)
Atelier de la Sofraluth à Mirecourt, 1982 (cliché J. D. Braconnier).  Sur la photo, sont présents (du 1er plan à G en boucle jusqu’au 1er plan à D) : Yves Morizot, Yan Strick, Jean-Pierre Voinson, Cathy Baroin, Didier Beaujard, Dominique Galand, Michel Cune et Isabelle Fleche-Duval.

C. Baroin reste pendant six ans à la SOFRALUTH jusqu’à la fermeture de l’entreprise en 1985, à laquelle succède la SOMIFI (Société mirecurtienne de facture instrumentale) où elle travaille deux ans. Puis la fabrique de violons est reprise par une nouvelle direction. Craignant la tendance à mécaniser et à diviser les tâches, C. Baroin cherche d’autres débouchés.

Eviter la mécanisation des tâches (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Outils d'archèterie (atelier de Cathy Baroin), Mirecourt
Outils et matériaux d’archèterie (cliché C. Baroin)

Elle se forme pendant un an dans l’atelier de l’archetier Gilles Duhaut à Mirecourt et y travaillera plus de trois ans, d’octobre 1987 à janvier 1991.

Elle commence par fabriquer ses outils (mandrin à passant, rabots) :

 

Fabrication des outils d’archèterie (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Rabotage (atelier de Cathy Baroin)
Rabotage (auto-cliché C. Baroin)

Elle raconte le façonnage de sa première baguette d’archet une fois qu’on lui a montré les gestes nécessaires.

La 1e baguette (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Les opérations de fabrication d’un archet sont diversifiées et le travail de matériaux variés (comme le bois, la nacre, le métal, le cuir, l’ivoire) l’intéresse.

Matériaux variés (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Matériaux pour fabriquer un archet (atelier de Cathy Baroin, Mirecourt)
Matériaux pour la fabrication de l’archet (cliché C. Baroin)

Elle forme plusieurs apprentis au sein de cet atelier. Certains se découragent face à des techniques qu’ils n’arrivent pas à reproduire.

Le nœud (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

En 1991, elle rejoint l’entreprise Moinier qui veut mettre en place une section d’archèterie. Elle y travaille pendant six ans jusqu’en 1997. Poussée à produire beaucoup, elle doit mécaniser une partie de son travail en dépit de ses réticences.

La mécanisation (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Ces techniques industrielles la contrarient d’autant plus qu’elle a le sentiment qu’elles ne respectent pas le bois en lui enlevant ses propriétés.

Des techniques néfastes (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Perturbée par la pression exercée par le secteur commercial de l’entreprise, elle en vient à perdre les bases du métier. Pour gérer ces changements, elle part travailler une fois par semaine à Lyon dans l’atelier de l’archetier Franck Daguin .

Atelier Alain Monier (successeur de la Somifi qui a succédé à la Sofraluth) à Mirecourt, vers 1995 (cliché J. D. Braconnier)
Atelier Alain Moinier (successeur de la Somifi qui a succédé à la Sofraluth) à Mirecourt, vers 1995 (cliché J. D. Braconnier)

Quand l’entreprise ferme, elle décide de s’établir à son compte. Au préalable, elle obtient une aide de l’ANPE (Agence Nationale pour l’Emploi) pour une formation à la réparation et à la restauration d’archets dans l’atelier de Pierre Guillaume à Bruxelles.

La réparation des archets (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

En février 1998, elle ouvre son propre atelier chez elle. Après la vente de la maison familiale, elle s’installe dans l’atelier de René Morizot dont elle partage la location avec un luthier – d’abord Jean-Pierre Voinson jusqu’en 2004, puis Anne Sophie Benoit (aujourd’hui Trivin).

La location de l’atelier Morizot (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Cathy Baroin exerçant dans l'ancien atelier de René Morizot
Cathy Baroin exerçant dans l’ancien atelier de René Morizot (coll. C. Baroin)

Le binôme archetier/luthier est une formule intéressante pour l’atelier.

Un binôme intéressant (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

En 2007, suite à une inondation qui endommage son stock de bois, sa co-équipière Anne Sophie Trivin abandonne. En 2009, après des cambriolages et un accident, Cathy Baroin dénonce son bail et se réinstalle chez elle. Elle commence à travailler aussi pour d’autres ateliers dans le Massif central, mais l’opération n’est pas rentable.

Travailler dans le Massif Central (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Pourquoi avoir choisi l’archèterie ? Cathy Baroin est certes mirecurtienne, mais sans tradition familiale connue dans cet artisanat , avec quelques présomptions cependant puisque sa grand-mère paternelle porte le nom d’une lignée de luthiers de Mirecourt, les Cabasse. Elle revient sur son attirance pour le travail manuel en général et pour la lutherie en particulier. Petite, elle habitait en face de la fabrique de lutherie Laberte. Avec son ami d’enfance, le fils du directeur Philippe Laberte, elle visitait en cachette les ateliers, fascinée par le travail des ouvriers luthiers. Elle raconte plusieurs anecdotes à ce sujet.

Maison Humbert-Laberte Frères à Mirecourt (carte postale)
Un atelier de la Maison Humbert-Laberte Frères à Mirecourt (début XXe siècle), carte postale

A 12 ans, elle fabrique une guitare et à cette occasion entre pour la première fois dans l’atelier Gérôme à Mirecourt.

La 1e guitare (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Intéressée par l’archèterie, elle allait voir Charles Bazin dans son atelier, qui avait une forte personnalité.

Charles Bazin (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

A partir de 2006, elle observe une chute du pouvoir d’achat de ses clients.

Payer en quatre fois (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Face à la crise qui s’esquisse, elle change de statut pour diminuer ses charges.

Esquisse de crise (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

La concurrence chinoise ne lui paraît pas décisive. Il s’agit d’une crise plus générale, qui relève aussi de la pratique musicale en déclin dans les familles et dans l’enseignement général.

L'archetière Cathy Baroin dans son atelier à Mirecourt
L’archetière Cathy Baroin dans son atelier à Mirecourt, 2016 (cliché A.S. Trivin)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Baroin, Catherine (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). Choisir d’être archetière : un parcours entre différents métiers du bois. Mirecourt, novembre 2015. Enregistrement numérique : 59 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°17805.

Crédits photographiques :  Photos 1 et 8 : coll. C. Baroin ; photo 2 : H. Claudot-Hawad ; photos 4, 5, 6 : C. Baroin ; photo 3 (Sofraluth) et 7 (Atelier Alain Moinier) : J. D. Braconnier ; photo 9 : carte postale du début du siècle ; photo 10  : A. S. Trivin.  

entretien avec Anastasia Onasoglou= ΣΥΝΕΝΤΕΥΞΗ ΜΕ ΤΗΝ ΑΝΑΣΤΑΣΙΑ ΟΝΑΣΟΓΛΟΥ

En 2013, le corpus sonore Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et de la phonothèque de la MMSH. Il a été traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française: Souvenirs de jeunesse d’Anastasia Onasoglou en 1922 à Kayseri en Asie-Mineure = Αναμνήσεις της Αναστασίας Ονάσογλου από τα νεανικά της χρόνια στην Καισάρεια

Ηχογραφήθηκε στις 4 Αυγούστου του 2001 στη Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάτου για την συλλογή προφορικών μαρτυριών « Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο« 1

 

Οίκος ευγηρίας Αγίου Ιωάννου Ταλάντων συνομιλία με την κυρία Αναστασία Ονάσογλου. Τη στιγμή της συνέντευξης η Αναστασία είναι 95 χρονών, άρρωστη στην υγεία της, με μνήμη ισχνή που δεν βοηθάει στην ανάκληση των γεγονότων του παρελθόντος. Σύμφωνα με την ίδια, έζησε τη Μικρασιατική Καταστροφή στην ηλικία των δεκαέξι χρονών. To πατρικό της όνομα είναι Μουτάκογλου και κατάγεται από την Καισάρεια. Τη μητέρα της την έλεγαν Αναστασία και τον πατέρα της Στρατή, οι οποίοι μαζί με την Αναστασία είχαν επτά παιδιά. Η Αναστασία έχει ευχάριστες αναμνήσεις από  τα παιδικά και εφηβικά της χρόνια στην Καισάρεια, θυμάται πως είχε πολλούς φίλους Τούρκους που  παίζανε μαζί και συμβίωναν αρμονικά. Οι μνήμες από τη φυγή είναι θολές αλλά είναι σίγουρη πως έφυγε όλη η οικογένεια από εκεί, ακόμα και οι γιαγιάδες της και οι παππούδες της. Kαθ’ όλη τη διάρκεια της συνέντευξης επαναλαμβάνει συχνά το παράπονό της για τη ζωή της στην Ελλάδα και τη σκληρότητα των ντόπιων.  Η εγκατάστασή τους ήταν δύσκολη, το ελληνικό κράτος δεν τους βοηθούσε, ζούσαν με νοίκι και ο πατέρας της εργαζόταν σκληρά για να το πληρώσει. Η ίδια παντρεύτηκε δύο φορές, ο πρώτος της άντρας πέθανε σύντομα, ενώ ο δεύτερος, ο Ονάσογλου, ήταν και αυτός πρόσφυγας. Η Αναστασία νοσταλγεί τα παιδικά της χρόνια στην Καισάρεια, τους Τούρκους φίλους της με τους οποίους  διασκέδαζαν συχνά, έπαιζαν ντέφι, μαντολίνο, χόρευαν και οργάνωναν βραδιές πόλκα.

Crédits photographiques : Image à la une, « Portrait d’une petite fille à  l’Orphelinat Américain de Syros en 1922 ». La photographie a été déposée à la phonothèque de la MMSH. Toutes les photographies de cette collection sont diffusées avec l’autorisation des témoins, elles sont déposées à la phonothèque de la MMSH et aux archives des Cyclades.(CC BY-NC).

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []