Archives de catégorie : Corpus de la phonothèque

Le cinéma des années 1930 dans le midi de la France

En 1984 deux chercheuses, Anne Roche et Marie-Claude Taranger, décidèrent d’intégrer un cours sur le cinéma des années 1930  avec des entretiens faits par les étudiants en DEUG1 Cinéma à l’Université de Provence2 pendant l’année académique 1984-1985. Ces enregistrement ont été déposés à la phonothèque de la MMSH avec le corpus de Celles qui n’ont pas écrit, les cassettes étaient simplement scotchées entre elles et le titre « Le cinéma des années 1930 » inscrit sur leur jaquette sans plus d’information. A la différence des autres enquêtes de la collection, aucune transcription ne les accompagnait. Continuer la lecture de Le cinéma des années 1930 dans le midi de la France

  1. Diplôme d’études universitaires générales, supprimé en 2006. []
  2. Aujourd’hui Aix-Marseille Université. []

Adieu Ustadh Souheil

Il y a un an, le 11 septembre 2015, Souheil Chebat, professeur de langue arabe à l’Institut Français du Proche-Orient, nous quittait. En mai 2010, il avait accepté d’enregistrer un entretien1, sur son expérience au sein de l’Institut dans le cadre d’un projet de recherche sur les archives de l’Institut. Ce billet est l’occasion de l’écouter encore une fois, et de lui rendre hommage.

Continuer la lecture de Adieu Ustadh Souheil

  1. L’entretien mené par Véronique Ginouvès et François Siino est conservé à la phonothèque et diffusé, avec l’accord de Souheil Chebat en ligne sur la base de la phonothèque sous le numéro d’enquête n°4042 []

La Minoterie des Alpes-de-haute-Provence

En juillet 2016 est paru l’ouvrage : La Minoterie des Alpes, inventaire du patrimoine, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, par Géraud Buffa, Photographes : Marc Heller, Frédéric Pauvarel, cartes et schémas : Sarah Bossy, Collection Parcours du patrimoine n°403, Ed. Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Cet ouvrage, remarquablement illustré et documenté, est consultable à la bibliothèque de la MMSH (en cours de cotation). Conçu comme un guide, il  retrace le parcours de la Minoterie de La Mure-Argens située sur les bords de l’Issole et desservie par le « Canal du Moulin ». Elle était à l’origine une fabrique de draps qui fut rachetée à la fin du dix-neuvième siècle pour être transformée en minoterie. Parfaitement conservé, le moulin renferme une machinerie imposante qui servait à trier, broyer, extraire et ensacher le blé. La commune de La Mure-Argens a racheté ce moulin pour le transformer en musée qui fut inauguré le 18 juin 2016. Vous pouvez le visiter jusqu’au 18 septembre.

Géraud Buffa1 a publié à la fin de ce guide, une enquête de la phonothèque qui retrace l’histoire de la Minoterie, il s’agit de l’entretien n°4167, « Témoignage sur la minoterie de la Mure-Argens (04) et sur les différentes farines » réalisé en 2012 par Corinne Cassé, ethnologue, dans le cadre du projet Mémoires orales des industries du bord de l’eau en collaboration avec le pays A3V (Pays Asses Verdon Vaïre Var). Les extraits sonores issus de l’enquête reprenant les propos de la fille du dernier meunier peuvent être écoutés sur Les carnets de la phonothèque.

À découvrir également :
http://fr.calameo.com/accounts/4224234
http://www.secrets-de-fabriques.fr : Musée de la Minoterie des Alpes, moulins d’Entrevaux, draperies du Verdon, distillerie de lavande de Barème  à voir sur secrets de fabriques.

En image à la une, photo de couverture de l’ouvrage.

  1. Géraud Buffa est conservateur territorial du patrimoine au Service de l’Inventaire et du Patrimoine de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur []

Singing planting wheat

Rich of field recordings on agricultural and feeding practices of Sahara’s desert population in the years 1955-1975, the Ahaggar area corpus of the ethnologist Marceau Gast1 also contains a few songs and some instrumental pieces.

Some are parts of ceremonies like weddings, others are recorded during informal moments, most are in link with agricultural works. This call and response labour song is a pervasive pattern, with some verses in tamahaq (tuareg langage) and some in arabic. Continuer la lecture de Singing planting wheat

  1. Marceau Gast (1927-2010), ethnologist, is a food specialist in the Sahara, Yemen an Alps area []

Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Dans le cadre de mes études en master 1 « métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation visuelle », j’ai choisi de travailler sur huit témoignages d’appelés de la guerre d’Algérie. Dans la continuité des précédents articles sur les appelés d’Algérie issus du corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie et lui-même intégré au fonds Roche-Taranger, voici la dernière thématique abordée ici : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne, faisant suite à l’annonce de l’incorporation et à leurs relations avec les populations locales.

La majorité des appelés interrogés est favorable à cette indépendance : monsieur Morel, Michel Pietrogiorno, Bernard l’expriment clairement. D’autres comme Roger, Michel, Alain, l’expriment moins explicitement.

Indépendance_day-Algeria
Continuer la lecture de Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : le rapport avec les populations locales

Étudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ». L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

Tous les témoignages des appelés de ce corpus sonore évoquent ainsi leurs relations avec les populations locales en réponse aux questions des enquêteurs à ce sujet : globalement peu d’échanges. Certains appelés décrivent succinctement le mode de vie des Algériens dans les mechtas, maisons traditionnelles.

Continuer la lecture de Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : le rapport avec les populations locales

Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

En stage à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, dans le cadre de mon Master 2 Archives et Images à l’université de Toulouse 2 Jean-Jaurès1, j’ai été chargée du traitement documentaire de la collection de témoignages des Français expatriés au Liban en 1975, rattachés au fonds d’archives orales Jean Métral.Celui-ci a rapidement induit pour des questions de droits d’utilisations et de diffusions, une recherche des témoins dont les voix avaient été enregistrées à Beyrouth dans le cadre de la recherche de Jean Métral, entièrement inédite. De fait, je suis devenue en tant qu’archiviste et grâce à des recherches croisées sur différents critères et sur les orientations de la veuve du chercheur, l’« archéologue » de biographies individuelles enregistrées en 1975. Continuer la lecture de Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

  1. Ce stage a été financé par l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) et s’est déroulé sur 3 mois, du 11 avril au 22 juillet 2016 []

Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

Etudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ».1. Ce titre faisait référence à leur volonté de mettre en avant des paroles de femmes, qui souvent écrivent mais sont très peu publiées. Cependant, au sein de ce corpus sonore beaucoup d’hommes ont été sollicités ne serait-ce que pour la période de la guerre d’Algérie2. L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

L’annonce du départ :
Dès 1954 jusqu’au début des années 1960, les jeunes gens savaient pertinemment qu’ils allaient effectuer leur service militaire en Algérie et qu’ils y risqueraient leur vie. C’est ce que nous dit Bernard, un appelé dauphinois qui a perdu plusieurs amis partis en Algérie.

La plupart d’entre eux ont été appelés l’année de leur vingt ans mais certains ont pu bénéficier d’un sursis temporaire : comme le disent M.Morel et M.Pietrogiorno.

Beaucoup d’entre eux ressentaient une forte appréhension à être éloignés de leurs proches, comme Alain qui était alors fiancé. Certains pouvaient bénéficier d’une dérogation en cas de situations particulières comme l’explique Michel.

Continuer la lecture de Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

  1. Ce fonds  a été déposé en 2009 à la phonothèque de la MMSH sous forme de cassettes audio et de transcriptions. Il est né des enquêtes orales réalisées au sein du cours de littérature enseigné par Anne Roche, professeure de littérature, entre 1977 et 1992, en collaboration avec Marie-Claude Taranger, professeure de cinéma, à l’Université de Provence []
  2. Dans le cadre de cet enseignement, les étudiants pouvaient enregistrer leurs entretiens avec des membres de leurs familles, des amis de leurs parents ou grands-parents. Pour en savoir plus au sujet de ce fonds et de son élaboration, l’article de Matthieu Andreani est assez éloquent :  à lire ici. Concernant la thématique de la guerre d’Algérie, c’est en tout trente-trois entretiens  qui ont été, pour la plupart, enregistrés au cours de l’été 1991 par les étudiants ayant suivi l’enseignement d’Anne Roche sur lesquels elle s’est appuyée pour publier un article en 1992 : Je vous le raconte volontiers parce qu’on ne me l’a jamais demandé : autobiographie d’appelés en Algérie. []

Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

Des enregistrements en 1975 à                        leur traitement documentaire en 2016

Le fonds des portraits des expatriés français au Liban en 1975, ne représente en réalité qu’un volet sur trois des recherches menées par Jean et France Métral. Le premier volet de leur recherche était une étude statistique menée à partir de 8000 fiches de Français expatriés détenues par l’ambassade de France à Beyrouth. Cette étude, rendue aux autorités libanaises en 1975, a disparu au moment du pillage et de l’incendie qui a détruit l’Administration centrale de la statistiques. Les chercheurs, rentrés en France en juillet 1975, apprirent leur disparition le mois de septembre suivant. Le deuxième volet de l’étude était constitué de témoignages des Français expatriés, enregistrés par le couple de chercheurs en collaboration avec Alain Battegay1. Interrompu par la Guerre civile du Liban survenue en mai 1975, les entretiens n’ont pu tous être menés sans que l’on puisse évaluer combien il en manquait. Quant au troisième volet, l’analyse des institutions françaises de Beyrouth, celui-ci n’a pas du tout pu être commencé. Continuer la lecture de Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

  1. Alain Battegay était alors en coopération militaire à l’Université Libanaise de Beyrouth, rattaché à l’Université de Lyon, il a été ensuite rattaché au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES) à Aix-en-Provence de septembre 2006 à juin 2016.  []

Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

Ils étaient coopérants militaires enseignants à l’École supérieure des lettres, homme d’affaires amené à voyager dans tout le Moyen-orient, cadre de la banque de l’Organisation des Nations Unies, ingénieur dans l’industrie des métaux chez Sidem, pères jésuites arabisants, chroniqueur sportif franco-libanais, avocat installé depuis plusieurs décennies au Liban…  En 1975, Jean Métral a enregistré 65 portraits de Français qui évoquent leur expatriation puis leur intégration au Liban, leurs loisirs, leur vie de famille, leurs amis Français et Libanais. Ce sont autant de regards posés sur une société libanaise où, à cette période, des tensions séparent de plus en plus les différentes communautés et où l’élite libanaise réclame une entière autonomie.



Continuer la lecture de Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975