Archives pour la catégorie Corpus de la phonothèque

Billet illustration Catatalogue de Bromberger

Voyage dans des terrains ethnographiques : catalogue des sources orales du terrain de Christian Bromberger

En 1997, Christian Bromberger a été l’un des premiers anthropologues à déposer les archives sonores issues de son terrain dans une phonothèque de recherche, celle de l’UMR TELEMME qui allait ensuite intégrer la Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme1. Aujourd’hui, la phonothèque met à disposition plus de 100 heures d’enquêtes orales  issues  des différents dépôts réalisés par Christian Bromberger entre 1997 à 2008. Un catalogue documentaire vient d’être réalisé qui vous propose de découvrir ces corpus auxquels ont été ajouté les conférences déposées à phonothèque dans lesquelles Christian Bromberger est intervenu ainsi qu’un entretien réalisé par Cyril Isnart en 2006 sur le dépôt de ses archives. L’ensemble peut être interroger sur la base Ganoub de la phonothèque.

Télécharger le catalogue en cliquant ici.

Crédits photographiques : l’illustration du billet est composée des couvertures des livres suivants : Bromberger, Christian, Trichologiques: une anthropologie des cheveux et des poils, 1 vol., Montrouge, France, Bayard, 2010; Bromberger, Christian, Alain Hayot, Jean-Marc Mariottini, Le match de football: ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, 1 vol., Paris, France, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1995; Bromberger, Christian, Un autre Iran: un ethnologue au Gilân, 1 vol., Paris, France, A. Colin, DL 2013, 2013 ; Bromberger, Christian, «Les chansons ”populaires” : hétérogénéité et ambiguïtés d’un patrimoine», Gens du val Germanasca contribution a l’ethnologie d’une vallée vaudoise, vol. xiii, 1994. Photo Tussan, 1982, M-H Sibille.

  1. Pour suivre l’histoire des différents rattachements institutionnels de cette phonothèque créée en 1979 au sein du CREHOP – Centre de recherche sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux -, consultez le numéro spécial de Rives sur “Les 20 ans de l’UMR TELEMME” []

8 mars 2014 : récit de vie d’une femme née en 1914

femmes au travail

Profitez de la journée de la femme pour écouter des entretiens enregistrés auprès de femme anonymes qui ont traversé le 20ème siècle : l’équipe de la phonothèque a sélectionné pour la journée du 8 mars 2014 cet enregistrement issu du corpus sonore constitué par Michèle Bitton, “Témoignages de femmes engagées du Pays d’Aix“.

Une Aixoise née en 1914 raconte son parcours de femme résistante pendant la seconde guerre mondiale puis son engagement social et politique d’après guerre
Cote : D3099 - Enquête n°3409
Enquêtrice, Bitton, Michèle ; informatrice, Impens, Yvette
Enregistré à Aix-en-Provence le 21 juin 2001, 1 cass., 1h 35min

Ecouter l’entretien

L’informatrice, née en 1914, a été conseillère municipale d’Aix-en-Provence en 1977, sollicitée par le maire de l’époque, Félix Ciccolini. Elle était connue pour son engagement dans la Résistance durant la seconde guerre mondiale et pour son militantisme syndical et politique. L’informatrice était secrétaire médicale au centre hospitalier Montperrin d’Aix-en-Provence. Pendant la guerre, elle faisait partie du réseau de résistants MUR (Mouvements Unis de la Résistance). Elle cite des noms de résistants qu’elle a connus et elle parle des femmes qui étaient résistantes avec elle. Comme l’informatrice, ces femmes étaient agents de liaison. Les femmes étaient moins contrôlées que les hommes par les forces de l’ordre (police et gestapo). Leur travail consistait à fournir les hommes en divers matériel (nourriture, petites armes) et écouter les messages radio. Elle circulait à vélo et transportait constamment sa machine à écrire. Elle déposait sa marchandise dans des commerces et en récupérait une autre en retour, par l’intermédiaire d’un autre agent de liaison. L’informatrice s’était engagée dans la Résistance notamment parce que son père avait été tué par les Allemands lors de la première guerre mondiale. Si elle avait été un homme, elle aurait combattu. Il a été difficile pour elle d’entrer dans la Résistance car plus personne ne se faisait confiance. Elle déclare que, pendant la guerre, tous les représentants administratifs avaient été remplacés par des hommes du gouvernement de Pétain. Elle est officiellement intégrée à la Résistance en novembre 1943 et elle quitte son travail en avril 1944. La Résistance s’arrête au lendemain de la Libération d’Aix-en-Provence du 21 août 1944. Elle doit alors passer de nouveau son concours de secrétaire médicale qui n’était plus valable car il avait été passé sous le Régime de Vichy. Après la guerre, l’informatrice a toujours était militante syndicale et politiquement à gauche. Dès 1972, elle fait partie de la Ligue des Droits de l’Homme. Les anciens de la Résistance se sont ensuite regroupés en association, l’Union des groupements de la Résistance du Pays d’Aix, qui rassemble divers réseaux (ANACR, ORA, FFL, FFC, SAP). Elle avait des amies résistantes qui faisaient partie de ce groupe. Il est important pour l’informatrice de transmettre son expérience de la Résistance aux jeunes générations, se qu’elle fait notamment dans les écoles. Elle explique les démarches pour la création du Mémorial de la Déportation et de la Résistance du Camp des Milles. Après la guerre, l’informatrice s’est engagée dans plusieurs associations (LDH, Anciens Combattants, EFS, etc.) et au Parti Socialiste. Elle n’a pas vécu l’accession au droit de vote des femmes comme une révolution. A la fin de l’entretien, l’informatrice donne son point-de-vue sur la municipalité actuelle d’Aix-en-Provence et elle parle de sa vie personnelle, notamment son veuvage à 23 ans et son second mariage dans les années 1940.

Crédits photographiques : Women workers install fixtures and assemblies to a tail fuselage section of a B-17F bomber at the Douglas Aircraft Company, Long Beach, Calif. Better known as the “Flying Fortress,” the B-17F is a later model of the B-17 which distinguished itself in action in the South Pacific, over Germany and elsewhere. It is a long range, high altitude heavy bomber, with a crew of seven to nine men, and with armament sufficient to defend itself on daylight missions, Alfred Palmer, octobre 1942, Repository: Library of Congress Prints and Photographs Division Washington, pas de restrictions de droit connues.

luthier geste pour carnet

Retour aux sources : le métier de luthier

luthier geste pour carnet

Au cours de l’année 2013, une série d’extraits sonores ont été publiés sur les Carnets de la Phonothèque pour présenter le corpus Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine). L’intégralité des enregistrements  – hormis les restrictions d’usage pour des raisons éthiques et juridiques – est désormais accessible en ligne sur Ganoub, la base de données de la phonothèque. Les fichiers son complet peuvent être consultés sur place, à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence, sur demande motivée. Bonne écoute, merci de vos retours !

Consulter le corpus en ligne.

 

Crédits photographiques : Les gestes de travail de luthier par Hélène Claudot-Hawad, 1982.

DIMANCHE – L’archive sonore de l’Open Access Week : Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 8000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante Cote : F 3354 – N°4155 – enquêteur Baude, Janine ; informateur A., Adrienne s.l., 1983.

Cette enquête a été enregistrée dans le cadre du corpus “Celles qui n’ont pas écrit”, réalisé par des étudiants à l’Université de Provence dans le cadre d’un cours de littérature axé sur le récit autobiographique. Anne Roche et Marie-Claude Taranger, responsables de cet enseignement, proposaient aux étudiants de réaliser une enquête auprès d’un témoin de leur choix sur des thématiques variants au cours des années (années 30, guerre de 1939-1945, guerre d’Algérie,…). Pour l’évaluation de ce travail étaient demandé la cassette originale ainsi qu’une transcription de l’enquête. Ces enregistrements sont donc à écouter dans la perspective d’un cours de littérature. Par exemple, les enquêtes et évaluations se concentrent moins sur les locuteurs (informateurs-enquêteurs) que sur le récit, ainsi, la date et le lieu d’enregistrement ne sont pas centrale et sont rarement précisées. La pièce centrale, notée par les enseignants (méthodologie d’enquête, contenu, qualité du témoin), est la transcription. Il peut arriver d’ailleurs que l’enregistrement n’ait pas été conservé et que seule demeure la transcription et l’évaluation de l’enseignant. A chaque enquête correspond un nouvel enquêteur, le corpus peut être considéré comme collectif, regroupant l’ensemble des étudiants de l’année universitaire. S’il arrive souvent que l’informateur choisi soit une “figure”, se démarquant par l’originalité de son parcours, c’est notamment par soucis de l’enquêteur de produire une enquête au contenu fort en vue de l’évaluation. La dynamique de ce corpus collectif est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre enquêteurs. Lorsque c’était possible, le résumé des professeurs a été utilisé pour établir le résumé de la notice. Les enregistrements ne sont pas les originaux mais des copies que les enseignants ont faites d’après les enregistrements des étudiants : en plus de la dégradation de la qualité sonore due à la copie, l’intégrité du support original n’est pas toujours respectée et n’a pas toujours pu être retrouvée. Le nom donné à ce corpus “Celles qui n’ont pas écrit” est celui du livre éponyme des deux enseignantes qui s’appuie sur tous les témoignages, ceux des hommes comme ceux des femmes.

Ecouter l’enquête en streaming

Résumé de l’enquête :

L’informatrice est issue d’une famille paysanne qui cultive le blé. Vers l’âge de 15 ans elle est placée dans une maison bourgeoise à Avignon. Le travail de domestique est difficile, elle se rend à Marseille pour y échapper et connaît une période de chômage. Elle trouve plus tard du travail dans une entreprise traitant les dattes, avenue Arenc. Ce travail lui convient mieux que celui de domestique. Elle trouve ensuite une place de serveuse au “Boeuf à la mode”, cours Belsunce, où elle est payée au pourboire. Pour chacun de ses emplois, elle fournit à l’enquêtrice ses horaires et son salaire avec précision. Après sa journée de travail, elle fréquente la salle de spectacle l’Alcazar où elle voit se produire de nombreuses vedettes. Elle se souvient d’une ville marquée par le chômage. Elle évoque la crainte du proxénétisme à Marseille, le soir, activité qu’elle associe à la famille Guerini. En revanche, elle ne craint pas le vol et les “bandits” qui sont rares. A l’époque du Front populaire, elle parle d’un “délire” à Marseille auquel elle ne prend pas part. L’informatrice relate ensuite son parcours durant la guerre de 1939-1945. Ayant fait des économies, elle devient propriétaire d’un café à Avignon. Là, elle est contactée par des résistants et collabore avec eux. Elle déclare qu’elle cachait des personnes juives chez elle et son inquiétude à l’époque. L’informatrice n’appuie pas l’épisode de son entrée en résistance qu’elle semble considérer comme naturel ou de bon sens. Elle fait le récit de son transport de cartes d’identités falsifiées à Toulouse où elle est suivie et arrêtée. Elle parle de la délation à cette époque, dont elle a été victime. Elle raconte son parcours en déportation (camp de Ravensbrück puis de Litomerice), la dureté des conditions de vie (atteinte du typhus, elle s’efforce de masquer sa maladie). L’informatrice revient à plusieurs reprises et avec de nombreuses précisions à la demande de l’enquêtrice sur son expérience dans les camps (traitant ainsi du contact avec l’extérieur, du peu de solidarité, de ses relations avec ses camarades ou ses surveillants, du travail – assèchement de marais, déchargement de wagons -, évoquant la dureté du traitement – le défilé des prisonnières nues dans le froid, les fusillés creusant leur propre tombe – et parfois le contraire – bon traitement de certains surveillants). Certaines images et certains épisodes vécus persistent dans son esprit après la guerre. Lors de la Libération, elle est incapable de se réjouir. L’entretien se termine sur sa vision du statut de la femme dans les années 1930, de son départ de chez elle et de son placement, de sa relation avec ses patrons en tant que domestique, et du syndicalisme à son époque.

Crédits photographiques : Free coffee wagon, Lotzen [between ca. 1910 and ca. 1915], Bain News Service publisher, 1 negative : glass ; 5 x 7 in. Pas de restrictions de droit connues.

VENDREDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Le jardin musical de Bijan Chemirani

Isfahan_Lotfollah_mosque_ceiling_symmetric

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 8000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Le jardin musical de Bijan Chemirani - cote D1109, N°1163, Enregistré dans le cadre des Rencontre avec les musiciens et danseurs de la Méditerranée – ARCADE, le 11 mai 2001 à Aix-en-Provence, 56min.

Cette intervention de Bijan Chemirani s’est déroulée en mai 2001 au sein des Rencontres organisées de 2000 à 2004 par l’ARCADE (Agence des arts du spectacle en PACA). Les Rencontres avaient pour but la découverte du parcours biographique et artistique de musiciens et danseurs méditerranéens.

Le Manosquin présente quelques spécificités de la tradition musicale perse (métrique, rythmique et instrumentarium) et illustre ses propos au daf (tambour sur cadre) puis au zarb (tambour-gobelets à exécution digitale, aussi appelé tombak). En fin d’enregistrement, Manu Théron (Lo Còr de la Plana) se joint à Bijan Chemirani pour l’interprétation de Maria, chant à décompte1 de tradition chrétienne.

Ecouter l’extrait musical en ligne

Ecouter l’intégralité en ligne

Crédits photographiques : Le plafond de la mosquée du Sheikh Lutfallah à Isfahan, Iran, 27 août 2008, Phillip Maiwald. Photographie sous licence CC-BY-SA 3.0.

  1. chaque nouveau vers porte en son texte le chiffre correspondant à son ordre d’apparition et reprend les textes et chiffres des vers précédents []

JEUDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : La tradition de la barre fleurie dans les Alpes-de-Haute-Provence (2010)

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 8000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Dans la région de Manosque, une femme évoque la tradition de la barre fleurie offerte à la mariée lors de son mariage (cote SF238, N°4418. Enregistré le 24 février 2010 à Saint-Michel-l’Observatoire (04) par Danielle Musset. Durée 26min).

Ecouter l’enquête en ligne

Entretien à Saint-Michel-l’Observatoire sur la tradition de la barre fleurie perpétrée dans certaines villes des Alpes-de-Haute-Provence. L’enregistrement a été fait en 2010 par Danielle Musset, ethnologue et directrice du Musée de Salagon.

Crédits photographiques : Two women seated on bench, interior, photographiée en 1915 par B.J. Falk (1853-1925), collections de la George Eastman House. Pas de restrictions de droits connues.

MERCREDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Paysage sonore d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse (1986)

 

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 8000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Paysage sonore enregistré lors d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse (cote F3571, N°4512. Enregistré en juin 1986 entre Fréjus et Thorame-Basse (83 et 04) par Jean-Luc Bardyn. Durée 32min x2.

Ecouter l’enquête en ligne

Paysage sonore enregistré lors d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse en 1986. L’enregistrement original 4 pistes était diffusé dans une exposition au Musée de Salagon sur le thème de la transhumance.

 

Crédits photographiques : Troupeau de brebis en hiver, Luchon, photographiée entre 1859 et 1910 par Eugène Trutat, collections de la bibliothèque de Toulouse – fonds Trutat. Pas de restrictions de droits connues.

MARDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Entretien biographique avec Marceau Gast, ethnologue

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 8000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Entre 1997 et 1998, Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, a enregistré une série de neuf entretiens biographiques préparatoires auprès de l’ethnologue Marceau Gast (1927-2010), à son domicile à Aix-en-Provence, en vue de la rédaction d’un ouvrage biographique. Celui-ci est paru sous la référence suivante: Gast, Marceau, Tikatoûtîn. Un instituteur chez les touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Paris: La Boussole, 2004. Cette série d’entretiens retrace la jeunesse et la formation de Marceau Gast en Algérie (années 1930-1940), son expérience d’instituteur auprès des populations touarègues du Hoggar (1951-1955), son activité dans les Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) et enfin son entrée dans le monde de la recherche en ethnologie. Ces entretiens sont l’occasion pour le chercheur de poser un regard précis, curieux, amusé parfois, critique aussi sur son parcours, la société touarègue, la société coloniale, l’Algérie durant la guerre d’indépendance ou encore sur le milieu de la recherche. Marceau Gast a disparu le 26 juillet 2010, un ouvrage collectif en son hommage dirigé par Hélène Claudot-Hawad et Salem Chaker va paraître incessamment.

Durée de la totalité du corpus : 6h30

Ahaggar 1974007

 

L’enfance, la formation professionnelle et la découverte du désert saharien de Marceau Gast, institut

Pour retracer l’émergence de sa vocation saharienne, Marceau Gast revient sur son enfance, son environnement familial, social et naturel qui ont forgé sa sensibilité et sa vie imaginative. La solitude et une certaine marginalité revendiquée ont marqué son apprentissage mais aussi le choix de la carrière d’instituteur qu’il inscrit dans la recherche d’une liberté sociale et intellectuelle. En filigrane de ce récit de l’enfance et de l’adolescence, c’est un regard critique qu’il transmet sur les structures de la société coloniale française en Algérie. Marceau Gast revient ensuite sur son apprentissage entre “vie de Robinson” qui lui enseigne sens de l’observation et sens pratique, et parcours institutionnel de l’école communale à la formation professionelle, dont il souligne les dysfonctionnements autant pratiques que moraux. En 1948, Marceau Gast est nommé à Laghouat où il poursuit son expérience d’instituteur mais vit surtout son premier contact avec le désert. Après le récit de son expérience du service militaire, Marceau Gast explique pourquoi il était alors fasciné par le désert, et plus particulièrement par le Hoggar et le peuple touareg. A la suite d’autres expériences, Marceau Gast obtient enfin une nomination dans le Hoggar où il intègre le projet des écoles nomades. Il raconte le “choc” qu’il éprouve à son arrivée à Tamanrasset puis dans le camp de l’Aménokal, la perte de repères spatiaux et sociaux. Il évoque en particulier l’attitude libre des femmes touaregues et la transformation de leur statut imposée par le regard d’une société coloniale ici vivement critiquée. Il décrit ensuite les conditions d’arrivée dans le camp de l’Aménokal en tant qu’instituteur, ses premières observations et difficultés. Il souligne l’importance dans ce contexte qu’a eu pour lui la découverte de la pédagogie de Célestin Freinet et ses efforts pour mettre en place cette dynamique auprès des enfants. Ce premier entretien se termine par l’évocation de plusieurs figures du camp de l’Aménokal et de l’ambiance particulière, austère et crispée, de ce groupe, très éloigné du fonctionnement des autres groupes touaregues de la région.eur et futur ethnologue : écouter l’enquête n °3377

L’arrivée de Marceau Gast, instituteur et futur ethnologue, au camp de l’Aménokal (1951) dans le Hoggar et son expérience de l’école nomade : écouter l’enquête 3378

Ce deuxième entretien revient sur l’arrivée de Marceau Gast dans le camp de l’Aménokal près d’Abalessa et sur ses premières impressions (étrangeté, solitude, hostilité). Le récit de la première journée est émaillé d’anecdotes et de réflexions sur l’autorité de l’Aménokal Bey ag Akhamouk, sur son entourage et l’accueil qui est fait au nouvel instituteur. Marceau Gast évoque sa découverte de l’étiquette à respecter en présence de l’Aménokal. De même, il apprend peu à peu, avec l’aide de son cuisinier, à décrypter les rites, les interdits et les modes de relation qui structurent la vie du camp. Il rappelle les raisons qui expliquent l’adhésion de l’Aménokal au projet des écoles nomades. Au vu de l’échec qu’a été cette expérience des écoles nomades jusqu’alors, Marceau Gast évoque ses objectifs: convaincre les Touaregs de l’intérêt de cet enseignement, gagner leur confiance sans tomber dans la complaisance et obtenir des résultats auprès des enfants en six mois, durée de l’année scolaire. Marceau Gast poursuit en se remémorant la première journée de classe, la composition du groupe d’élèves, ses difficultés à gérer les enfants de cette aristocratie touarègue, enfants gâtés et susceptibles dont faisait partie le fils de l’Aménokal. Dans ce contexte relationnel difficile, Marceau Gast rappelle l’importance qu’eut la pédagogie Freinet: par la pratique du dessin et des dialogues, en se basant sur le réel, il parvient à capter l’attention de ces enfants et à les amener peu à peu sur le chemin de l’apprentissage. Ce deuxième entretien se termine par l’évocation des petits cadeaux attendus en silence autant par les enfants que par les adultes du camp de la part de l’instituteur: la gestion de ces dons est l’objet pour l’instituteur d’un long et difficile apprentissage. Il doit y faire démonstration de sa subtilité, de sa connaissance de la société touarègue, de ses hiérarchies et de ses codes.

L’expérience d’une école nomade par Marceau Gast, instituteur dans le Hoggar (1951-1952) et futur ethnologue, et sa critique du colonialisme : écouter l’enquête 3379

Dans ce troisième entretien, Marceau Gast évoque l’hostilité première qu’a suscité dans le camp de l’Aménokal la figure de l’instituteur. Il parle de ses difficultés et de ses doutes. A propos de l’enseignement, il fait la critique de la pédagogie traditionnelle dans le contexte des écoles nomades et souligne les apports de la méthode Freinet. Il évoque les dons de ses élèves pour le calcul et fait le récit de sorties pédagogiques autour du camp. Il raconte notamment les similitudes qu’il observa entre les éléments iconographiques spontanément employés par ses élèves et les peintures rupestres néolithiques qu’il leur fit découvrir dans la région. Marceau Gast revient ensuite sur les règles de vie dans le camp de l’Aménokal et plus particulièrement sur les règles régissant l’accueil des visiteurs. Il décrit l’importance à l’époque du rôle de l’Aménokal (recevoir, écouter, aider, arbitrer) au sein des tribus de la région. Etonnée des conditions favorables faites à l’Aménokal par les Français dans cette région, l’enquêtrice évoque la situation de l’Aïr et d’autres régions marquées elles par la répression. Marceau Gast confirme les différences qui ont existées, avance quelques éléments d’explication. Il critique la mentalité d’une partie des coloniaux, notamment au sud du Sahara, et la violence que leur attitude a engendrée. Il évoque également des continuités entre période de la colonisation et période de la coopération sur le plan des mentalités françaises. Ces considérations politiques l’amènent à revenir sur la pensée humaniste de Freinet et sur son propre regret d’avoir manqué de formation politique dans sa jeunesse. L’entretien se termine sur l’application de la méthode Freinet dans sa classe dont il nomme les élèves. Il finit sur les tensions qui ont émaillé sa vie dans le camp et sur la finesse des observations psychologiques des Touaregs.

Observation de la vie et des structures de la société touarègue du Hoggar, par Marceau Gast, instituteur au camp de l’Aménokal (1951-1952) et futur ethnologue : écouter l’enquête 3380

Marceau Gast évoque les rythmes quotidiens du camp de l’Aménokal et souligne le peu de documents existant sur cette société au début des années 1950. La vie au campement était réglée: l’accueil des visiteurs et les discussions suivaient une procédure précise que s’emploie à décrire Marceau Gast. Il souligne également le rôle économique de l’Aménokal dans la région et la gestion de son troupeau de chamelles. L’ancien instituteur revient ensuite sur sa progressive et laborieuse compréhension des codes, des hiérarchies, des règles de bienséance et de politesse qui structurent la vie du camp de l’Aménokal. Il raconte notamment comment se déroulaient certains moments forts de la vie du camp: le retour de voyage de l’Aménokal et l’expérience du deuil. Il revient aussi sur l’interdiction de la musique par l’Aménokal et les comportements qui en découlaient dans le camp en sa présence ou en son absence. Marceau Gast évoque ensuite les connaissances précises qu’avaient l’Aménokal et son entourage sur les populations de la région (sur chaque individu, sa généalogie, ses actions), informations sans cesse actualisées grâce aux visiteurs quotidiens. Ici, Marceau Gast fait la comparaison avec un système équivalent qu’il rencontra plus tard au Yémen du nord. Sur ce thème de la circulation de l’information, Marceau Gast évoque l’importance des pelotons méharistes comme sources d’informations précises pour les Français. Il souligne également les limites des connaissances de l’Aménokal une fois sorti de la région proche et surtout à partir de la progressive entrée en désuétude des grandes voies caravanières et dans le contexte de mutations sociales importantes. L’entretien se termine sur la notion de pauvreté dans la société touarègue et la pratique de l’offrande alimentaire (tabühak).

Kel Ahaggar, Issendan et société coloniale de Tamanrasset (1951-1953), le regard de Marceau Gast, instituteur et futur ethnologue, sur le Hoggar : écouter l’enquête 3381

Marceau Gast précise, dans cette partie de l’entretien, les relations entre l’Aménokal et l’administration française, notamment à travers la question des impôts. Par l’évocation des travaux quotidiens et des troupeaux de chamelles et de chèvres, Marceau Gast aborde ensuite la situation particulière des esclaves dans la société touarègue et en particulier dans le camp de l’Aménokal. Il s’arrête en effet sur leur statut, leurs activités, leur importance dans la vie quotidienne du camp, la formation des jeunes touarègues (caravanes) et la circulation des informations. Loin d’une situation d’oppression, il relève au contraire la conscience qu’ils et elles ont de leurs connaissances, de leurs savoirs-faire et par là de leur importance dans le camp. Marceau Gast revient ensuite sur les différentes sources de revenus de l’Aménokal (caravanes, impôts) et sur la circulation des biens dans la société touarègue. Une autre partie de cet entretien est consacrée à l’alimentation et aux repas de l’instituteur. Marceau Gast détaille les conditions d’alimentation, de ravitaillement et de gestion de la ration alimentaire. Il souligne l’ingéniosité de son cuisinier. Il s’arrête ensuite sur ses relations avec les militaires et la société de Tamanrasset ainsi que sur le rapport annuel du chef d’annexe et son pouvoir. La fin de cet entretien est consacrée à la nouvelle école nomade qu’intègre Marceau Gast en 1952-1953, dans l’Atakor auprès des Issendan. Il décrit les conditions de vie difficiles de cette population (froid, faim, maladie). Il souligne également la curiosité des enfants et la richesse des histoires et légendes du lieu dont il cite deux exemples.

De la vie auprès des populations du Hoggar et du Tamesna à la recherche scientifique à Alger, Marceau Gast, instituteur et ethnologue, évoque l’Algérie à la veille de l’indépendance : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3382

En amorce de cet entretien, Marceau Gast dresse un tableau général de la situation des Touaregs du Hoggar au début des années 1950, celui d’une société figée dont la maîtrise des savoirs et des techniques se délite. Résultat de la colonisation française, une sorte d’atonie semble, pour Marceau Gast, toucher cette population (diminution des échanges avec l’extérieur, crispation identitaire, appauvrissement culturel). Marceau Gast, dans cet enregistrement, évoque son départ du camp de l’Aménokal et son arrivée au Tamesna, territoire peuplé en grande partie par les Irreguenaten et les Isséquamarenes. Avec l’enquêtrice, il revient sur l’histoire du Tamesna et sur les conditions de vie des populations. Il décrit les pâturages, la construction de puits et les divers trafics existants au Tamesna. Le jeune instituteur avait été alors frappé par la liberté, la gaieté et le dynamisme culturel qu’il rencontre dans cette région et qui contrastent avec son vécu dans le camp de l’Aménokal. Il raconte son arrivée, la question du sens de son activité, ses conditions de vie. Il souligne la liberté et l’autorité des femmes du Tamesna, et tisse des liens avec le fonctionnement des anciennes sociétés arabes. Marceau Gast revient ensuite sur les Kel Ahaggar, l’influence islamique auprès de ces populations puis fait un point sur la relation qu’il a observée des Kel Ahaggar avec les membres âgés du groupe. Il évoque ensuite les contacts futurs qu’il eut, au moment de l’indépendance, avec l’Aménokal, Bey ag Akhamouk, et son entourage, les relations entre Berbères et Arabes et leur évolution dans l’Algérie indépendante. Il souligne le fort développement de la ville de Tamanrasset dans ce nouveau contexte politique. Marceau Gast fait enfin un retour sur les raisons de son départ du Tamesna puis du Hoggar. Il fait le récit de son intégration et son investissement dans l’équipe des Centres Sociaux Educatifs d’Alger dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne. Il rappelle enfin sa nomination en 1960 au CNRS qui marque le début de sa carrière d’ethnologue. L’entretien se termine sur l’évocation de la répression des “libéraux” en Algérie à la fois par le FLN et les Français (l’OAS en particulier). Marceau Gast évoque les violences et notamment la torture dont ont été victimes certains de ses collègues et amis.

Marceau Gast, ethnologue, évoque l’expérience des Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3383

Dans cet entretien, Marceau Gast revient sur l’expérience des Centres Sociaux Educatifs d’Algérie de leur création en 1955 à l’indépendance algérienne. Il rappelle les objectifs de ces institutions (proposer un rattrapage d’urgence aux populations délaissées des bidonvilles: alphabétisation, ateliers professionnels, soins de base etc…), et la diversité des équipes qui les animaient. Marceau Gast dirigeait lui le centre audiovisuel dont le but était de produire des documents pédagogiques (émissions de radio, disques, films fixes). Le chercheur évoque ensuite les conditions politiques tumultueuses d’une Algérie en pleine guerre et le fait que les Centres Sociaux Educatifs ont été pris pour cibles à la fois par le FLN et par une armée française dont il fait une vive critique (concussion, prévarication, violence arbitraire, usage de la torture, exactions diverses). Marceau Gast présente avec le recul de quelques décennies, “l’utopie généreuse” qui formait la base du projet des Centres sociaux: idéalisme, générosité d’un personnel passionné, promotion d’une société algérienne démocratique, multiculturelle et multiconfessionnelle. Il rappelle également le fonctionnement des centres et le succès de leurs actions sur le terrain. Marceau Gast fait part de ses critiques envers le gouvernement français d’alors et en particulier envers l’action de Michel Debré. Le rappel de l’assassinat par l’OAS de six responsables des centres sociaux le 15 mars 1962 (“assassinat du Chateau-Royal”) permet à Marceau Gast d’évoquer la douleur d’une illusion perdue ainsi que l’espoir puis la nouvelle désillusion qu’apportera la politique de l’Algérie indépendante. Il évoque également la disparition de toutes les archives des centres, le silence politique autour de ce projet et de là son obsession personnelle pour les archives et la conservation de traces. Marceau Gast revient ensuite sur la figure de Germaine Tillion. Enfin, il fait part de son regard sur la France en cette fin de XXè siècle et fait partager ses doutes, son pessimisme. L’entretien se clôt sur l’annonce du sujet du prochain enregistrement: les années de formation et de recherche en ethnographie de Marceau Gast à Alger.

L’entrée de Marceau Gast dans le milieu de la recherche en ethnologie: un regard sur les débuts de l’ethnologie française dans les années 1960 : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3384

Dans cet entretien, Marceau Gast raconte son arrivée au CNRS et ses débuts dans le milieu de la recherche. Il dresse un tableau critique de la situation de l’ethnologie en France à la fin des années 1960: l’importance de la muséographie, les limites de l’enseignement de l’ethnologie dans les universités françaises, et la fermeture du milieu de l’ethnologie parisienne (autour du Musée de l’Homme et de grandes figures comme André Leroi-Gourhand et Claude Levy-Strauss). Marceau Gast revient sur ses difficultés à intégrer ce milieu parisien. Le jeune chercheur du C.A.R.A.P.E. ne se rend pas tout de suite compte de ces difficultés et rattrape par tous les moyens à sa disposition son retard de formation. Il souligne la qualité de certains cours et de la bibliothèque du centre de recherche du C.A.R.A.P.E et du musée du Bardo à Alger, l’énergie également de chercheurs comme Gabriel et Henriette Camps, Lionel Balout ou Robert Capot-Rey. Marceau Gast s’intéresse à la relation entre la vie des hommes et les structures globales qui les dominent dans les systèmes régionaux, nationaux et internationaux. Sur cette ligne directrice, il oriente peu à peu ses recherches vers la question de l’alimentation, sa vie saharienne l’ayant particulièrement sensibilisé au problème de la faim.

Marceau Gast, ethnologue, évoque le déclin de la recherche ethnographique en Algérie à partir des années 1970 et la question du nucléaire au Sahara : écouter l’enquête 3385

Dans ce dernier entretien, Marceau Gast porte un regard critique sur l’évolution de la recherche dans l’Algérie nouvellement indépendante. Il décrit la transition, souhaitée au moment de l’indépendance, visant à créer des centres de recherche dans plusieurs secteurs fondamentaux et à passer progressivement la main aux Algériens. Ainsi, jusqu’à la fin des années 1960, Marceau Gast est optimiste quant à ce projet et croie en l’importance de la recherche ethnographique pour la définition de l’identité du peuple algérien. Mouloud Mammeri dirige désormais le C.R.A.P.E et propose plusieurs projets dans ce sens. Cependant, ce centre de recherche, de même que la dynamique Maison de l’Artisanat, connaissent leur déclin au fur et à mesure de l’installation du pouvoir de Houari Boumédiene. Marceau Gast émet des critiques quant à la médiocrité des nouveaux responsables politiques et au fossé qu’ils ont creusé entre le pouvoir et les élites intellectuelles de l’Algérie, contribuant à faire de l’Algérie un pays, pour lui, sans identité. Marceau Gast, avec Gabriel Camps, poursuit à partir de là ses recherches à Aix-en-Provence mais le contexte politique algérien rend très difficiles de nouvelles missions de recherche dans le pays à partir de 1974. Il évoque sa dernière mission en 1971 sur le coffre kabyle et les développements qu’il aurait souhaité lui donner. La dernière partie de cet entretien est consacrée à la question du nucléaire dans le Sahara algérien. Marceau Gast évoque les centres de Reganne et d’In Eker. Il décrit le recrutement de ce dernier notamment auprès des anciens esclaves des campements touarègues et souligne l’importance de ce fait dans l’évolution des structures sociales du Hoggar. Il expose également ses doutes quant aux réelles conséquences des essais nucléaires français dans la région et souligne le manque d’études significatives en ce sens.

Crédits photographiques :

- A caravan of Tuareg singers in Algeria. 1960s? Mennonite Board of Missions. Photographs. Algeria Pax, 1955-1963. IV-10-7.2 Box 1 folder 27, photo #22. Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restriction de droits connues.

- Marceau Gast avec des amis touarègues dans le Sud du Sahara en 1974, photographie d’Hélène Claudot-Hawad, diffusée avec son aimable autorisation.

LUNDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Une Arménienne venue à Marseille à l’âge de 4 ans raconte son parcours et celui de sa famille

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 8000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Une Arménienne venue à Marseille à l’âge de 4 ans raconte son parcours et celui de sa famille (Cote D2364 – N°2126. Enregistré le 19 octobre 2007 à Marseille  par Johana Lees. Durée : 2h).

Ecouter l’enquête en ligne

Cette enquête a été réalisée dans le cadre d’un projet de recherche réalisé en 2006 et 2007 avec l’objectif de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 1920. Plus de 160 heures sont ainsi accessibles en ligne, soit un corpus de 106 enquêtes. Dans l’entretien présenté ici à l’écoute, l’informatrice, âgée de 81 ans, raconte l’histoire de sa famille et de celle de son époux de la fin des années 1920 jusqu’à sa retraite. Elle raconte l’exode et les longues marches subies, l’arrivée en France en 1930 avec un contrat de travail en Ardèche dans les filatures de soie, leur installation à Marseille et les déménagements fréquents, les difficultés pour obtenir des papiers et la vie dans la clandestinité. Elle raconte également comment sa famille est devenue française tout en transmettant aux générations suivantes les racines de leur culture arménienne. Dans sa famille, personne n’a jamais participé à la vie associative arménienne en France : ils se disent non ”arménophile” mais fier ”d’être arméniens”.

Cette enquête (comme l’ensemble du corpus sur la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône) est également consultable dans les locaux des archives départementales des Bouches-du-Rhône. Le projet a été mené par l’association Paroles Vives en collaboration avec la phonothèque de la MMSH.

 

Crédits photographiques : Jeune femme en costume traditionnel arménien à Artin [Armenian woman in national costume, Artvin], photographiée entre 1905 et 1915 par Sergeĭ Mikhaĭlovich (1863-1944), collections de la bibliothèque du Congrès. Pas de restrictions de droits connues.

Tradition orale et identite culturelle

Méthodologie de l’histoire orale à Aix-en-Provence : une conférence sur les « ethnotextes » de Jean-Claude Bouvier en 1981

 Jean-Claude Bouvier a été professeur de dialectologie et de langue occitane à l’Université d’Aix-en-Provence où il a fondé et dirigé le CREHOP1. Spécialiste de dialectologie, d’ethnolinguistique et d’onomastique, il est aussi le co-fondateur, avec Philippe Joutard (historien moderniste), de la Phonothèque d’Aix-en-Provence, actuellement implantée à la MMSH. Enfin, il est l’un des fondateurs de l’Association Française d’Archives Sonores (AFAS),  en 1979, qui a pour objectif de “réunir institutions et personnes qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités”.

Lors de la numérisation de bandes magnétiques déposées par le Musée ethnologique de Salagon, j’ai écouté un enregistrement que l’on peut désormais qualifier d’”historique” : Jean-Claude Bouvier, lors d’un stage d’ethnologie à Saint-Michel-l’Observatoire en 1981, présente ce qu’il appelle les “ethnotextes”, ou “textes oraux”. Nous sommes alors dans une période de fort intérêt chez les chercheurs de sciences humaines et sociales de l’université d’Aix-en-Provence pour les archives orales et l’histoire orale, longtemps ignorées dans le monde de la recherche française. Il présente devant l’auditoire une méthodologie d’enquête orale puis développe quelques exemples avant de terminer sur la préservation des supports physiques.

Dans une première partie, Jean-Claude Bouvier définit le concept d’ethnotextes2 et présente une méthodologie qui passe par un plan d’enquête, donc d’une bonne connaissance du sujet. Toutefois, ce plan doit être flexible, en évolution permanente. Il conseille de limiter les interventions de l’enquêteur lors de l’entretien, de laisser parler librement l’informateur, et de revenir ensuite sur certains points qui mériteraient d’être éclairer:

 

Pour Jean-Claude Bouvier, le texte oral qui découle de l’entretien doit être étudié au même titre que n’importe quel autre texte écrit :

 

Ce texte oral contient la représentation que se font les informateurs de leur propre culture :

 

Il donne alors l’exemple d’enquêtes réalisées sur le thème du baptême :

 

Puis il insiste sur l’importance lors de l’entretien des non-dits :

 

Jean-Claude Bouvier insiste sur l’importance de passer par des intermédiaires afin de trouver des informateurs pouvant renseigner sur le sujet étudié, mais il ne faut pas rester prisonnier de leur “réseau”. Il est aussi important de travailler avec différents types d’informateurs, aux âges, sexes et lieux d’habitation différents à l’intérieur d’une zone définit :

 

Les enquêtes doivent être renseignées par le biais d’une fiche de renseignement, nécessaire dans le travail de recherche de l’enquêteur :

 

Il enjoint ensuite à croiser source orale et source écrite :

 

Car l’enquête orale ne se suffit pas en elle-même, elle doit être croisée avec d’autres formes de sources car elle n’est qu’une représentation de la culture :

 

Pour conclure sur l’apport de l’ethnotexte dans la recherche, je vous renvoie vers plusieurs articles publiés jusqu’au début des années 1990 par les chercheurs du CREHOP. Jean-Noël Pelen en a rédigés plusieurs portant sur la naissance et l’utilisation de l’ethnotexte en 1992, La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement,3 ou plus largement sur le dépôt des sources orales et les phonothèques de recherche. Clairvoyant sur l’avenir de la méthode en science humaine et sociale, il insiste sur l’intérêt du travail pluridisciplinaire dans le domaine de la source orale. Philippe Joutard, toujours inspiré par l’oralité, vient de publier un nouvel ouvrage sur le thème  Histoire et mémoires, conflits et alliance paru en 20134 que je vous invite à découvrir, comme en symétrie à cette conférence, plus de trente ans plus tard. 

 

Crédits photographiques : Couverture de l’ouvrage ”Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes”, BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 

  1. Centre de Recherche et d’Etude sur l’Histoire Orale et les Parlers régionaux []
  2. On trouvera plus d’informations sur le sujet dans le livre collectif Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes, BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 []
  3. “La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement” in Actes du Congrès international de dialectologie, Iker 7, Bilbao, 1992 []
  4. Histoire et mémoire, conflits et alliance, La Découverts, 2013 []