Archives pour la catégorie Corpus de la phonothèque

La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile

Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris
Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris

Pierre Caradot débute sa formation de luthier en 1980 à 14 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Un goût que des circonstances familiales provoquent en faisant de lui l’héritier du prénom, des outils et du violon de son grand-père.

L’héritage du grand-père (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il commence à étudier le solfège et fait du violon pendant sept ans, sans autre expérience de la lutherie que l’entrée dans un atelier de luthier pour faire monter le violon de son grand-père et la rencontre avec un altiste luthier amateur. Il connaît cependant le bois à travers le métier de son père, ingénieur dans l’industrie du bois, passionné par ce matériau. C’est ce dernier qui, revenant d’une foire du bois à Epinal, lui ramène les prospectus de l’Ecole nationale de lutherie de Mirecourt.

Compétences requises pour l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot se décide à envoyer un dossier, qui est accepté. Il part en mai 1980 pour passer les tests d’admission à Mirecourt où il découvre, parmi les élèves venus de toute la France, des passionnés de lutherie.

Les tests d’admission à l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Un peu surpris par la rapidité des événements, il se renseigne avec sa famille auprès de différents luthiers qui presque tous l’encouragent dans cette voie.

Les conseils des luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il arrive à Mirecourt à 14 ans et demi et découvre un « métier incroyable » le confirmant dans son choix. L’enseignement de la lutherie se fait à l’ancienne avec Maître René Morizot dans une structure cependant nouvelle et plus ouverte qui est celle  de l’éducation nationale, attirant ainsi des élèves d’origines régionales  et sociales très variées. Il décrit les locaux et l’organisation spatiale de l’école.

Les locaux (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Sur la disparition de la section d’archèterie suite au décès de Maître Bernard Ouchard, P. Caradot s’interroge, y décelant une certaine peur de la concurrence éprouvée par la corporation.

L’archèterie française en train de se dissoudre (P.  Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’enseignement en lutherie débute par la fabrication des outils comme les canifs. L’école est pauvre en matériel et les outils sont rares et onéreux.

Rareté des outils (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Les outils du luthiers (au centre, la meule à affûter), atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

P. Caradot décrit les différentes étapes de l’apprentissage.

Etapes de l’apprentissage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La vitesse d’exécution était alors privilégiée à Mirecourt avec l’idée que la qualité viendrait ensuite, une option qui s’est aujourd’hui inversée.

Rapidité d’exécution (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La méthode enseignée est d’exécuter en répétant sans chercher à comprendre.

Faire sans chercher à comprendre (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Mais ce qu’on appelle la « tradition » transmet un certain nombre d’erreurs dont il faut ensuite s’affranchir. P. Caradot en donne des exemples.

Les erreurs transmises (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Canifs anciens de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse)
Canifs de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse), cliché HCH

L’ambiance à l’école est sympathique même si les élèves savent que la sélection de fin de 1e année éliminera une partie d’entre eux (5 élèves sur 8 passeront en 2e année). Il n’y a dans la classe qu’une fille pour qui c’est très dur, dit P. Caradot, dans un milieu qu’il qualifie de misogyne. Les élèves sont logés à l’internat dans des conditions assez austères mais propices à la naissance d’amitiés solides et à la concentration sur un métier qui va devenir rapidement une passion.

Les conditions de vie mirecurtiennes (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’école dispense des cours de musique qui font partie de la formation.

La musique à l’école (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pendant les vacances d’été, P. Caradot fait un stage chez les luthiers de Besançon, Philippe Bodart et Jérôme Dariel. Il découvre d’autres aspects du métier et des méthodes différentes de celles de Mirecourt.

Le premier stage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Au cours de la 2e année, les élèves luthiers – plus sereins car ils ne craignent plus d’être éliminés – fabriquent des violons complets, sauf le montage et le vernissage.

La 2e année (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

P. Caradot continue à faire des stages pendant les vacances mais évite d’utiliser à Mirecourt les techniques apprises ailleurs, car s’écarter de la méthode mirecurtienne est mal vu.

Exclusivement la méthode mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le contact avec les anciens luthiers de Mirecourt n’est pas très aisé. Pierre Caradot avec un camarade de promotion parvient à faire la connaissance du luthier Gustave Villaume qui leur parle un peu du passé.

La lutherie partout mais nulle part (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

C’est plutôt en fréquentant les ateliers des jeunes luthiers installés à Mirecourt que P. Caradot peut se faire une idée plus précise du rôle qu’a joué la lutherie dans cette ville. Il rapporte le silence des Mirecurtiens au sujet de leur passé à une souffrance collective et aux frustrations endurées par les luthiers mirecurtiens exploités et privés de reconnaissance. Immergés dans la mentalité mirecurtienne, les élèves commencent à s’en imprégner et à se distinguer des élèves luthiers formés ailleurs, comme à Crémone.

Attraper la mentalité mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La 3e année est marquée par le passage du Brevet de technicien, obtenu par les 5 élèves de la promotion.

Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)
Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)

A l’école, chaque année, un événement important avait lieu lors de la Sainte Cécile (patronne des luthiers): la visite des membres du GLAAF (Groupement des Luthiers et Archetiers d’Art de France) qui, à l’occasion de leur congrès, venaient rencontrer les élèves, examiner leurs travaux et leur donner des avis et des conseils. Pierre Caradot décrit ces moments marquants et les contacts précieux qu’ils permettaient de nouer avec le milieu professionnel.

Contacts avec les luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le réseau professionnel des élèves sortant de Mirecourt était à l’époque quasi exclusivement français, contrairement à aujourd’hui. Après l’obtention de son diplôme (Brevet de Technicien) en 1983, P. Caradot va travailler dans différents ateliers : un an chez Bodart & Dariel à Besançon, puis 3 mois chez J. Dariel qui s’est installé à Paris, ensuite 4 mois chez R. Garmy à Aix-en-Provence. Il énumère les différents maîtres luthiers qui lui ont transmis chacun quelque chose d’important. Finalement, il est embauché à Paris par Etienne Vatelot en septembre 1985.

L’embauche chez Etienne Vatelot (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans cet atelier qui compte 5 ouvriers, il fait de la restauration, un peu de neuf sous la direction d’E. Vatelot ; il voit de très beaux instruments et rencontre de grands musiciens. Selon ses termes, c’est « un paradis pour un jeune luthier ». Il y restera 15 ans, devenant en 1988 chef d’atelier. Il décrit la méthode de restauration d’Etienne Vatelot, la plus légère possible, contrairement à l’option choisie par d’autres ateliers.

Deux théories pour la restauration (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans la Maison Vatelot, il a la chance de voir une grande variété d’instruments et d’acquérir une connaissance experte des divers styles et écoles de lutherie, ce qui le passionne.

Apprendre les instruments (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Après le départ à la retraite d’Etienne Vatelot auquel succède Jean-Jacques Rampal en 1998, Pierre Caradot travaille à mi-temps pour se rapprocher de son foyer. En 2000, il rencontre Philippe Dupuy qui cherchait un successeur. Avec l’archetier Christophe Schaeffer, ils s’associent avec Philippe Dupuy dont ils reprendront l’atelier, après six ans de travail convivial, en 2006. Pierre Caradot cite d’ailleurs ses maîtres luthiers comme des seconds « pères » qui lui ont transmis un savoir qui n’est pas seulement technique mais de l’ordre du sensible.

Des maîtres et des pères (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

A l’atelier, il a deux assistants (un Japonais, une Canadienne). Mais lui n’a plus le temps de faire du neuf. Il est devenu un luthier relationnel et administratif, rôle qui lui pèse. Finalement il parvient à recentrer son activité en travaillant seul et en dégageant du temps pour faire du neuf. Il décrit ses différentes sources d’inspiration.

Faire du neuf (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pour conclure, il se trouve chanceux dans son parcours jalonné de rencontres essentielles pour un métier qui le passionne.

Une bonne étoile (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016
Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Caradot, Pierre (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile. Paris, 17 février 2016. Enregistrement numérique : 69 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4971.

Crédits photographiques : Le luthier Gustave Villaume ; L’atelier de Jean Villaume : clichés B. Lesaing , Mirecourt, 1982  ; autres : H. Claudot-Hawad.

 

Choisir d’être archetière : un parcours entre différents métiers du bois

L'archetière Cathy Baroin exarçant dans l'ancien atelier de René Morizot à Mirecourt
Cathy Baroin établie dans l’ancien atelier de R. Morizot à Mirecourt, début des années 2000 (coll. part.)

Catherine (appelée Cathy) Baroin est mirecurtienne. Elle se forme à l’archèterie à 29 ans, après avoir exercé d’autres métiers du bois où elle a acquis une connaissance des outils, des gestes et de la matière. En effet, en 1974, à 16 ans, elle entre à l’école de sculpture sur bois au LEP (Lycée d’enseignement technique) de Neufchâteau. Elle obtient son Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) de sculpture en 1978 et travaille dans l’entreprise de menuiserie de son oncle pour sculpter des ornements sur meubles. En 1979, à 21 ans, elle est embauchée pour sculpter des têtes de violons à la SOFRALUTH (Société française de lutherie), entreprise de Mirecourt qui fabrique des instruments de musique à cordes destinés à l’étude. Elle apprend également, dans ce contexte, à fabriquer un instrument complet.

Sculpter des têtes de violon (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

 

Lutherie, bois pour tête de violon (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1990)
Bois pour têtes de violon (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, vers 1990)

Après le travail à la gouge qu’elle connaissait, elle se forme au maniement précis des petits rabots et du canif de luthier, ainsi qu’à certaines opérations spécifiques à la lutherie.

Opérations spécifiques à la lutherie (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Le métier de luthier et le pourquoi des opérations de fabrication se transmettent selon la tradition sans discussion sur leur bien-fondé.

Faire selon la tradition (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Atelier de la Sofraluth à Mirecourt, 1982 (cliché de Jacques D. Braconnier)
Atelier de la Sofraluth à Mirecourt, 1982 (cliché J. D. Braconnier).  Sur la photo, sont présents (du 1er plan à G en boucle jusqu’au 1er plan à D) : Yves Morizot, Yan Strick, Jean-Pierre Voinson, Cathy Baroin, Didier Beaujard, Dominique Galand, Michel Cune et Isabelle Fleche-Duval.

C. Baroin reste pendant six ans à la SOFRALUTH jusqu’à la fermeture de l’entreprise en 1985, à laquelle succède la SOMIFI (Société mirecurtienne de facture instrumentale) où elle travaille deux ans. Puis la fabrique de violons est reprise par une nouvelle direction. Craignant la tendance à mécaniser et à diviser les tâches, C. Baroin cherche d’autres débouchés.

Eviter la mécanisation des tâches (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Outils d'archèterie (atelier de Cathy Baroin), Mirecourt
Outils et matériaux d’archèterie (cliché C. Baroin)

Elle se forme pendant un an dans l’atelier de l’archetier Gilles Duhaut à Mirecourt et y travaillera plus de trois ans, d’octobre 1987 à janvier 1991.

Elle commence par fabriquer ses outils (mandrin à passant, rabots) :

 

Fabrication des outils d’archèterie (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Rabotage (atelier de Cathy Baroin)
Rabotage (auto-cliché C. Baroin)

Elle raconte le façonnage de sa première baguette d’archet une fois qu’on lui a montré les gestes nécessaires.

La 1e baguette (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Les opérations de fabrication d’un archet sont diversifiées et le travail de matériaux variés (comme le bois, la nacre, le métal, le cuir, l’ivoire) l’intéresse.

Matériaux variés (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Matériaux pour fabriquer un archet (atelier de Cathy Baroin, Mirecourt)
Matériaux pour la fabrication de l’archet (cliché C. Baroin)

Elle forme plusieurs apprentis au sein de cet atelier. Certains se découragent face à des techniques qu’ils n’arrivent pas à reproduire.

Le nœud (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

En 1991, elle rejoint l’entreprise Moinier qui veut mettre en place une section d’archèterie. Elle y travaille pendant six ans jusqu’en 1997. Poussée à produire beaucoup, elle doit mécaniser une partie de son travail en dépit de ses réticences.

La mécanisation (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Ces techniques industrielles la contrarient d’autant plus qu’elle a le sentiment qu’elles ne respectent pas le bois en lui enlevant ses propriétés.

Des techniques néfastes (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Perturbée par la pression exercée par le secteur commercial de l’entreprise, elle en vient à perdre les bases du métier. Pour gérer ces changements, elle part travailler une fois par semaine à Lyon dans l’atelier de l’archetier Franck Daguin .

Atelier Alain Monier (successeur de la Somifi qui a succédé à la Sofraluth) à Mirecourt, vers 1995 (cliché J. D. Braconnier)
Atelier Alain Moinier (successeur de la Somifi qui a succédé à la Sofraluth) à Mirecourt, vers 1995 (cliché J. D. Braconnier)

Quand l’entreprise ferme, elle décide de s’établir à son compte. Au préalable, elle obtient une aide de l’ANPE (Agence Nationale pour l’Emploi) pour une formation à la réparation et à la restauration d’archets dans l’atelier de Pierre Guillaume à Bruxelles.

La réparation des archets (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

En février 1998, elle ouvre son propre atelier chez elle. Après la vente de la maison familiale, elle s’installe dans l’atelier de René Morizot dont elle partage la location avec un luthier – d’abord Jean-Pierre Voinson jusqu’en 2004, puis Anne Sophie Benoit (aujourd’hui Trivin).

La location de l’atelier Morizot (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Cathy Baroin exerçant dans l'ancien atelier de René Morizot
Cathy Baroin exerçant dans l’ancien atelier de René Morizot (coll. C. Baroin)

Le binôme archetier/luthier est une formule intéressante pour l’atelier.

Un binôme intéressant (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

En 2007, suite à une inondation qui endommage son stock de bois, sa co-équipière Anne Sophie Trivin abandonne. En 2009, après des cambriolages et un accident, Cathy Baroin dénonce son bail et se réinstalle chez elle. Elle commence à travailler aussi pour d’autres ateliers dans le Massif central, mais l’opération n’est pas rentable.

Travailler dans le Massif Central (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Pourquoi avoir choisi l’archèterie ? Cathy Baroin est certes mirecurtienne, mais sans tradition familiale connue dans cet artisanat , avec quelques présomptions cependant puisque sa grand-mère paternelle porte le nom d’une lignée de luthiers de Mirecourt, les Cabasse. Elle revient sur son attirance pour le travail manuel en général et pour la lutherie en particulier. Petite, elle habitait en face de la fabrique de lutherie Laberte. Avec son ami d’enfance, le fils du directeur Philippe Laberte, elle visitait en cachette les ateliers, fascinée par le travail des ouvriers luthiers. Elle raconte plusieurs anecdotes à ce sujet.

Maison Humbert-Laberte Frères à Mirecourt (carte postale)
Un atelier de la Maison Humbert-Laberte Frères à Mirecourt (début XXe siècle), carte postale

A 12 ans, elle fabrique une guitare et à cette occasion entre pour la première fois dans l’atelier Gérôme à Mirecourt.

La 1e guitare (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Intéressée par l’archèterie, elle allait voir Charles Bazin dans son atelier, qui avait une forte personnalité.

Charles Bazin (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

A partir de 2006, elle observe une chute du pouvoir d’achat de ses clients.

Payer en quatre fois (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Face à la crise qui s’esquisse, elle change de statut pour diminuer ses charges.

Esquisse de crise (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

La concurrence chinoise ne lui paraît pas décisive. Il s’agit d’une crise plus générale, qui relève aussi de la pratique musicale en déclin dans les familles et dans l’enseignement général.

L'archetière Cathy Baroin dans son atelier à Mirecourt
L’archetière Cathy Baroin dans son atelier à Mirecourt, 2016 (cliché A.S. Trivin)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Baroin, Catherine (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). Choisir d’être archetière : un parcours entre différents métiers du bois. Mirecourt, novembre 2015. Enregistrement numérique : 59 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°17805.

Crédits photographiques :  Photos 1 et 8 : coll. C. Baroin ; photo 2 : H. Claudot-Hawad ; photos 4, 5, 6 : C. Baroin ; photo 3 (Sofraluth) et 7 (Atelier Alain Moinier) : J. D. Braconnier ; photo 9 : carte postale du début du siècle ; photo 10  : A. S. Trivin.  

entretien avec Anastasia Onasoglou= ΣΥΝΕΝΤΕΥΞΗ ΜΕ ΤΗΝ ΑΝΑΣΤΑΣΙΑ ΟΝΑΣΟΓΛΟΥ

En 2013, le corpus sonore Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et de la phonothèque de la MMSH. Il a été traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française: Souvenirs de jeunesse d’Anastasia Onasoglou en 1922 à Kayseri en Asie-Mineure = Αναμνήσεις της Αναστασίας Ονάσογλου από τα νεανικά της χρόνια στην Καισάρεια

Ηχογραφήθηκε στις 4 Αυγούστου του 2001 στη Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάτου για την συλλογή προφορικών μαρτυριών « Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο« 1

 

Οίκος ευγηρίας Αγίου Ιωάννου Ταλάντων συνομιλία με την κυρία Αναστασία Ονάσογλου. Τη στιγμή της συνέντευξης η Αναστασία είναι 95 χρονών, άρρωστη στην υγεία της, με μνήμη ισχνή που δεν βοηθάει στην ανάκληση των γεγονότων του παρελθόντος. Σύμφωνα με την ίδια, έζησε τη Μικρασιατική Καταστροφή στην ηλικία των δεκαέξι χρονών. To πατρικό της όνομα είναι Μουτάκογλου και κατάγεται από την Καισάρεια. Τη μητέρα της την έλεγαν Αναστασία και τον πατέρα της Στρατή, οι οποίοι μαζί με την Αναστασία είχαν επτά παιδιά. Η Αναστασία έχει ευχάριστες αναμνήσεις από  τα παιδικά και εφηβικά της χρόνια στην Καισάρεια, θυμάται πως είχε πολλούς φίλους Τούρκους που  παίζανε μαζί και συμβίωναν αρμονικά. Οι μνήμες από τη φυγή είναι θολές αλλά είναι σίγουρη πως έφυγε όλη η οικογένεια από εκεί, ακόμα και οι γιαγιάδες της και οι παππούδες της. Kαθ’ όλη τη διάρκεια της συνέντευξης επαναλαμβάνει συχνά το παράπονό της για τη ζωή της στην Ελλάδα και τη σκληρότητα των ντόπιων.  Η εγκατάστασή τους ήταν δύσκολη, το ελληνικό κράτος δεν τους βοηθούσε, ζούσαν με νοίκι και ο πατέρας της εργαζόταν σκληρά για να το πληρώσει. Η ίδια παντρεύτηκε δύο φορές, ο πρώτος της άντρας πέθανε σύντομα, ενώ ο δεύτερος, ο Ονάσογλου, ήταν και αυτός πρόσφυγας. Η Αναστασία νοσταλγεί τα παιδικά της χρόνια στην Καισάρεια, τους Τούρκους φίλους της με τους οποίους  διασκέδαζαν συχνά, έπαιζαν ντέφι, μαντολίνο, χόρευαν και οργάνωναν βραδιές πόλκα.

Crédits photographiques : Image à la une, « Portrait d’une petite fille à  l’Orphelinat Américain de Syros en 1922 ». La photographie a été déposée à la phonothèque de la MMSH. Toutes les photographies de cette collection sont diffusées avec l’autorisation des témoins, elles sont déposées à la phonothèque de la MMSH et aux archives des Cyclades.(CC BY-NC).

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []

Récit de vie d’Achille Mavromoustakis = Η ΙΣΤΟΡΙΑ ΤΟΥ ΑΧΙΛΛΕΑ ΜΑΥΡΟΜΟΥΣΤΑΚΗ

En 2013, le corpus sonore Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et de la phonothèque de la MMSH. Il a été traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française: Antonis Mavromoustakis, réfugié de la deuxième génération, évoque les récits de son père Achille Mavromoustakis et de sa mère Styliani-Lilika Katolia qui habitaient à Dardanelles-Çanakkale, au moment des événements de 1922 = Ο Αντώνης Μαυρομουστάκης, πρόσφυγας δεύτερης γενιάς αφηγείται την ζωή του πατέρα του Αχιλλέα Μαυρομουστάκη και της μητέρας του Στυλιανής-Λιλίκας Κατολία που κατοικούσαν στην περιοχή Δαρδανέλια (Τσανάκκαλε)

Ηχογραφήθηκε στις 7 Αυγούστου του 2001 στη Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάτου για την συλλογή προφορικών μαρτυριών « Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο« 1

 

 O Αντώνης Μαυρομουστάκης γεννήθηκε το 1935 στη Σύρο και ήταν  οδοντίατρος στην Ερμούπολη.  Μιλάει για την ζωή του πατέρα του Αχιλλέα Μαυρομουστάκη και της μητέρας του Στυλιανής – Λιλίκα το γένος Κατολία. Ο Αχιλλέας γεννήθηκε το 1896 στην Κωσταντινούπολη, όπου σπούδασε δάσκαλος και έμαθε βυζαντινή μουσική. Είχε έναν αδελφό και δυο αδελφές οι οποίες παρέμειναν εκεί και ήρθαν στην Ελλάδα, μετά από τα Σεπτεμβριανά το 1955.2 Η Στυλιανή γεννήθηκε το 1902 στα Δαρδανέλια (Τσανάκκαλε), ο πατέρας της ήταν μεγαλέμπορος ξυλείας, έφερνε ξύλα από την Μικρά Ασία στη Σύρο. Μετά τα γεγονότα του 19143 είχαν αυτο-εξοριστεί στη Σύρο και  κατά την διαμονή τους αγοράσανε ένα σπίτι μέσα στην Ερμούπολη. Αργότερα, όταν εκτονώθηκε η ένταση και οι σχέσεις Τούρκων και Ελλήνων αποκαταστάθηκαν, ξαναγύρισαν με την οικογένειά της στον Ελλήσποντο στα Δαρδανέλια όπου εκεί η Στυλιανή παντρεύτηκε τον Αχιλλέα Μαυρομουστάκη.

Achilles Mauromoustakis

Λίγο πριν την μαζική έξοδο των ελλήνων το 1922, οι τούρκικες αρχές κατάσχεσαν το σπίτι  που ζούσαν και τα κτημάτά τους. Όλη η οικογένεια της Στυλιανής μετανάστευσε στην Ελλάδα κουβαλόντας μαζί τους λίγα τιμαλφή αντικείμενα ενω από την οικογένεια του Αχιλλέα έφυγε μόνον ο ίδιος. Όταν εγκαταστάθηκαν στη Σύρο, κατοικούσαν στην αρχή στο σπίτι που είχε αγοράσει ο πατέρας της Στυλιανής, το 1914. Ο Αχιλλέας, τα πρώτα χρόνια, δούλευε σαν δάσκαλος στο Αμερικανικό Ορφανοτροφείο, αργότερα διορίστηκε στη δημαρχία ληξίαρχος και κατάφερε να εκλεγεί δύο φορές δημοτικός σύμβουλος. Στον ελεύθερο του χρόνο, έψελνε  στον Άγιο Γεώργιο και ήξερε πολλούς βυζαντινούς στίχους και σκοπούς, είχε διασώσει κάποια βιβλία βυζαντινής μουσικής από την Τουρκία, τα οποία όταν πέθανε δωρήθηκαν στη μονή Κεχροβουνίου της Τήνου. Αλληλογραφούσε με τον πατριάρχη Κωνσταντινουπόλεως και τον αρχιεπίσκοπο Μακάριο Κύπρου. Μαζί με τη Στυλιανή έκαναν δύο παιδιά, το πρώτο γεννήθηκε το 1924 και σε ηλικία 21 ετών, όντας στρατιώτης του ελληνικού στρατού, σκοτώθηκε στην μάχη του Γράμμου κατά την διάρκεια του εμφυλίου πολέμου. Ο Αντώνης υποστηρίζει πως η Σύρος ήταν, ανέκαθεν, μια πόλη προσφύγων και ο ντόπιος πληθυσμός ήταν σχετικά καλοπροαίρετος απέναντί τους. Το 1923 ίδρυσαν μαζί με άλλους πρόσφυγες τον “Πανπροσφυγικό Σύλλογο” που είχε σαν έργο του να περιθάλψει τους πρόσφυγες της Μικρασιατικής Καταστροφής και να διεκδικήσει για αυτούς καλύτερες συνθήκες ζωής. Με τις ενέργειες του συλλόγου έχτισαν τον πρώτο προσφυγικό συνοικισμό στον Ξηρόκαμπο, στους πρόποδες της Άνω Σύρου. Ο Αχιλλέας έγραφε στην καθαρεύουσα και δημοσίευε κείμενα στην προσφυγική εφημερίδα ο “Προσφυγικός Κόσμος” που εκδιδόταν στην Αθήνα. Επιπλέον έκανε ανταποκρίσεις για κυκλαδικά θέματα στο “Κυκλαδικό Φως”, την εφημερίδα των Κυκλάδων. Ήταν θρησκευόμενος και θερμός υποστηρικτής του Βενιζέλου. Πέθανε το 1974.

Ο Αντώνης θυμάται πως η μητέρα του έπαιζε μαντολίνο, ζωγράφιζε και ήταν η πρώτη οικογένεια στη Σύρο που στόλισε χριστουγεννιάτικο δέντρο! Όλη η γειτονιά ερχόταν να το θαυμάσει γιατί είχε όμορφα στολίδια. Συχνά ντυνόντουσαν μασκαράδες, κάνανε γιορτές και παίζανε μουσική. O Αντώνης καταλήγει πως οι πρόσφυγες ήταν ανοιχτόκαρδοι και ξέραν πως να διασκεδάζουν και να περνούν καλά.

Image à la une :  Achille Mavromoustakis en train d’enseigner à l’Orphelinat Américain
Image insérée dans le texte : portrait d’Achille Mavromoustakis
Les photographies ont été déposée à la phonothèque de la MMSH. Toutes les photographies de cette collection sont diffusées avec l’autorisation des témoins, elles sont déposées à la phonothèque de la MMSH et aux archives des Cyclades (CC BY-NC).

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []
  2.  Με την ονομασία «Σεπτεμβριανά» έμεινε στην ιστορία το οργανωμένο πογκρόμ της νύκτας της 6ης Σεπτεμβρίου 1955, εξ ου και η ονομασία, που συνέβη στη Κωνσταντινούπολη, όπου καθοδηγούμενος τουρκικός όχλος προκάλεσε βίαια επεισόδια κατά των περιουσιών των Ελλήνων ομογενών, πλην όμως Τούρκων υπηκόων, καθώς και άλλων μη μουσουλμανικών μειονοτήτων, λεηλατώντας και πυρπολώντας ελληνικά καταστήματα, σπίτια, σχολεία και βεβηλώνοντας εκκλησίες ακόμα και νεκροταφεία δημιουργώντας τρομοκρατία και ανασφάλεια για τις υφιστάμενες μειονότητες. Αφορμή έδωσε μια βομβιστική επίθεση στο πατρικό σπίτι του Κεμάλ Ατατούρκ στην Θεσσαλονίκη, που αποδείχτηκε στην συνέχεια ότι ήταν σκηνοθετημένη προβοκάτσια από την ίδια τη τουρκική κυβέρνηση. []
  3. Η έναρξη γενικευμένων διωγμών ξεκίνησε κατά τα τέλη του 1913, με το τέλος των Βαλκανικών Πολέμων,ενώ αρχικός στόχος ήταν οι ελληνικοί πληθυσμοί της Ανατολικής Θράκης. Με την καθοδήγηση όμως Γερμανών συμβούλων της Οθωμανικής Αυτοκρατορία, από τον Μαϊού του 1914, οι διώξεις επεκτάθηκαν επίσης και στη δυτική Μικρά Ασία []

Entretien avec les soeurs Voikou = ΣΥΝΕΝΤΕΥΞΗ ΜΕ ΤΙΣ ΑΔΕΛΦΕΣ ΒΟΙΚΟΥ

En 2013, le corpus sonore Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et de la phonothèque de la MMSH. Il a été traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française :    Les soeurs Voïkou racontent l’histoire de leurs parents, rescapés de la catastrophe de Smyrne et leur installation à Syros  = Οι αδελφές Βόικου αφηγούνται τη ζωή των γονιών τους που επέζησαν της μικρασιατικής καταστροφής  και την εγκατάσταση τους στη Σύρο

Ηχογραφήθηκε το 1999 στη Σύρο από την Αγγελική Ψιλοπούλου και την Μαργαρίτα Καλουτά για την συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“ 1

Η οικογένεια Βόικου είχε μάλλον δέκα παιδιά, οκτώ κορίτσια και δύο αγόρια. Η Ευστρατία, η Ειρήνη και η Ζωή, είναι τρείς από τις οκτώ αδελφές Βόικου  και μας αφηγούνται την ιστορία της οικογένειας τους.   Κατά την διάρκεια της ηχογράφησης, δεν είναι ξεκάθαρο  ποιά είναι τα ονόματά τους και ποιά αδελφή μιλάει κάθε φορά, καθώς η μία συμπληρώνει την άλλη.    Η μητέρα τους, η Καλλιόπη, ήταν από το Κορδελιό, ενώ ο πατέρας τους, o Δημήτρης, ήταν από την Κρήτη. Είχαν ένα τσαγκαράδικο στη Σμύρνη και ζούσαν αρμονικά με τους τούρκους. Όταν ξεκίνησε ο πόλεμος, αγνόησαν τις προειδοποιήσεις να φύγουν από την πόλη και συνέχισαν την ζωή τους κανονικά.  Σε αυτό το διάστημα η Καλλιόπη έκανε πέντε παιδιά (τα άλλα θα τα γεννήσει αργότερα στη Σύρο) από τα οποία το ένα -ο Βίκτωρας- ήταν μουγκός.

Πριν από το 1922, ένα βράδυ μπήκαν στο σπίτι Τούρκοι στρατιώτες, πήραν όλα τα αντικείμενα που είχαν αξία και τραβήξαν τα σκουλαρίκια των παιδιών. Οι αδελφές Βόικου έχουν μέχρι σήμερα τα σημάδια στα αυτιά τους. Έπειτα ήρθε η Μικρασιατική Καταστροφή και η Καλλιόπη μόνη πάσχιζε να σώσει τα πέντε μικρά παιδιά της, δεδομένου ότι ο Δημήτρης είχε ενταχθεί στον ελληνικό στρατό. Ο Βίκτωρας είχε βρει στον δρόμο ένα σακουλάκι με λεφτά και μ’αυτά επιβίωσαν σε όλο το ταξίδι της φυγής. Μετά από πολλές δυσκολίες και περιπέτειες, κατάφεραν να επιβιβαστούν σε ένα πλοίο. Τα παιδάκια ήταν πολύ μικρά και δοκιμάστηκαν από την πείνα τις κρίσιμες αυτές στιγμές. Το καράβι τους πέρασε από  Χίο, Μυτιλήνη, Ύδρα και Σπέτσες. Στην αρχή νόμιζαν ότι θα έβρισκαν τον πατέρα τους στην Αθήνα, αλλά αυτός, ως στρατιώτης είχε μεταβεί στη στρατιωτική βάση της Σύρου. Οι αδελφές Βόικου θυμούνται τη στιγμή της επανένωσης της οικογένειας στη Σύρο σαν μια στιγμή μεγάλης συγκίνησης. Ο πατέρας δούλευε ως τσαγκάρης στο Αμερικανικό Ορφανοτροφείο και αργότερα άνοιξε δικό του τσαγκαράδικο καταφέρνοντας να αγοράσει ένα σπίτι.  Τα πρώτα χρόνια οι Συριανοί δεν ήταν πολύ φιλόξενοι, τους φώναζαν “τουρκόσπορους” και τις γυναίκες “τουρκομερίτισσες”. Συγκατοικούσαν πολυάριθμες οικογένειες προσφύγων σε μικρούς χώρους κάτω από κακές συνθήκες υγιεινής. Σιγά-σιγά όμως γνωρίστηκαν με τους ντόπιους, έκαναν παρέα και ανέπτυξαν στενές σχέσεις. Μάλιστα, διάφορες Συριανές φίλες της Καλλιόπης την βοήθησαν πολύ  όταν ήταν μικρά τα παιδιά της.

Η Καλλιόπη η Σμυρνιά, όπως την έλεγαν στη Σύρο, ήταν γνωστή για τα γλέντια της και τις γιορτές της, στα οποία έρχονταν ντόπιοι και πρόσφυγες περιμένοντας με ανυπομονησία να δοκιμάσουν τα φαγητά της. Έκαναν μεγάλα τραπέζια  στο σπίτι τους, όπου τραγουδούσαν σμυρνέϊκα και λέγανε μαντινάδες. Όλη η γειτονιά μαζευόταν για να ακούσει. Ο πατέρας, εκτός από το τσαγκαράδικο, άνοιξε και μια ταβέρνα. Εκεί περνούσε τα βράδια, κερνούσε συχνά τους πελάτες και  έσβηνε τα περισσότερα από όσα του χρωστούσαν. Η Καλλιόπη ήταν θρήσκα, τακτική και καθαρή, γάζωνε σε μια μηχανή τα εσώρουχα της οικογένειας,  ετοίμαζε φαγητό και το πήγαινε  κάθε μέρα στα εργοστάσια που εργάζονταν τα παιδιά της. Οι αδελφές Βόικου πήγαν λίγες μόνο τάξεις δημοτικού και  μετά αναγκάστηκαν να δουλέψουν, κυρίως  στα εργοστάσια της Ερμούπολης. Στην Κατοχή, σύμφωνα με τις αδελφές, οι πρόσφυγες δοκιμάστηκαν περισσότερο από τους άλλους κατοίκους του νησιού και ο  Δημήτρης προστάτευσε τις κόρες του από τις ερωτικές διαθέσεις των Ιταλών. Λίγο αργότερα πέθανε  η Καλλιόπη και ο Δημήτρης κόντεψε να τρελαθεί από τη στεναχώρια.

Στο τελευταίο τμήμα της συνέντευξης οι τρεις αδελφές μιλούν για τις δικές τους κυρίως αναμνήσεις, για τους γάμους, τις διασκεδάσεις, τις σχέσεις τους με το άλλο φύλο. Ξεχωρίζουν οι πληροφορίες που αναφέρονται σε ένα ορφανό που περιμάζεψε  η μητέρα τους και το έκανε ψυχοπαίδι, όπως και  ότι δεν πήγε στον  γάμο μιας κόρης της με έναν καθολικό και της μίλησε μόνον όταν γέννησε το πρώτο της παιδί, σε  αντίθεση με  τον πατέρα τους που δεν είχε πρόβλημα με τους μικτούς γάμους. Το κλίμα της συνέντευξης είναι ευχάριστο, έχει νυχτώσει αρκετά και οι αδελφές πειράζουν η μία την άλλη.

Crédits photographiques de l’image à la Une :  Image à la une, portraits des soeurs Voikou. La photographie a été déposée à la phonothèque de la MMSH. Toutes les photographies de cette collection sont diffusées avec l’autorisation des témoins, elles sont déposées à la phonothèque de la MMSH et aux archives des Cyclades.(CC BY-NC).

Deuxième image, Greek and Armenian refugee children in the sea near Marathon, Greece, c. 1915 or 1916, following their departure from Turkey. Photograph by the : American Committee for Relief in the Near East, Library of congress. Pas de restrictions de droits connues.

 

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []

L’audace d’inventer : parcours d’un luthier hors des sentiers battus

Le luthier André Sakellaridès, Marseille, fev. 2016 (cliché HCH)
Le luthier André Sakellaridès, Marseille, fev. 2016 (cliché HCH)

André Sakellarides, luthier marseillais, a un parcours original. Il est venu à la lutherie « un peu par hasard » selon ses termes.  A vingt ans, en 1975, alors qu’il s’oriente vers l’animation culturelle, il commence – en autodidacte et pour s’amuser – à fabriquer des instruments à cordes, en lien avec sa pratique musicale et ses goûts pour le folk et la musique ancienne. Il joue entre autres du dulcimer.

Découverte du dulcimer (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

En ces années 1970, une demande existe de la part des joueurs de luths, violes de gambe, vièles à roue et vièles à archet, pour réparer et fabriquer des instruments dont les luthiers classiques ne veulent pas s’occuper. André Sakellarides avec des amis constitue un petit groupe amateur pour échanger des techniques de fabrication d’instruments acquises par les uns ou les autres, comme par exemple les tours de main de Carbonell, facteur de guitares à Marseille.

Un groupe d’entraide (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pris au jeu, il décide d’être luthier à part entière et raconte comment, face à l’attitude assez fermée du milieu professionnel vis-à-vis de ceux qui n’ont pas été formés à Mirecourt, des associations alternatives se créent dont l’objectif est de partager les savoirs et savoir-faire de la lutherie pour se perfectionner.

Comment se former (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Atelier d'André Sakellarides
Atelier d’André Sakellarides (cliché HCH)

Des associations au niveau régional ou national comme l’UNFI (Union Nationale de la Facture Instrumentale) et  l’ALADFI (Association des Luthiers et Archetiers pour le Développement de la Facture Instrumentale) jouent un rôle important dans la formation de ces nouveaux luthiers et créent une autre manière d’envisager les relations professionnelles.

Sessions de perfectionnement (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Au début des années 1980, A. Sakellarides s’établit professionnellement. Il fabrique d’abord divers types d’instruments traditionnels ou folk. En 1985, il rencontre aux Etats-Unis des musiciens de jazz acoustique (à l’origine d’un quatuor à cordes frottées pour l’un et d’un quatuor à plectre pour l’autre) qui apprécient et achètent ses instruments, ce qui le confirme dans son choix d’innover. De retour en France, il poursuit l’idée de créer des instruments inédits (comme le quinton), mais veut également prouver qu’il maîtrise parfaitement la fabrication des instruments classiques.

Savoir à la fois inventer et copier (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pour atteindre son objectif, il travaille beaucoup.

Beaucoup travailler comme les anciens  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Violons classiques fabriqués par André Sakellarides
Violons classiques fabriqués par André Sakellarides (cliché HCH)

A. Sakellarides souligne l’importance des échanges de connaissances, de procédés et de méthodes, que chacun intègre ensuite à sa manière, et qui ont permis de faire beaucoup de progrès dans ce métier.

Partager les connaissances  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

L’interaction entre le luthier et le musicien est pour lui essentielle.

Le luthier comme accoucheur musical  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Parmi ses inventions qui sont nombreuses, André Sakellarides présente le violon baryton.

Le chaînon manquant  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Violon baryton d'André Sakellarides
Violon baryton d’André Sakellarides (cliché HCH)

Il a également fabriqué des instruments adaptés aux répertoires des violonistes indiens, exploré les quatuors à plectre, créé un modèle contemporain de viole d’amour, inventé pour un apprentissage ludique de la musique un petit instrument bon marché et facile à réaliser, la « spidoline » qui offre des possibilités musicales très variées.

La spidoline (André Sakellarides, Extrait d’enquête n°4969)

Il évoque le rôle important, avant la 2e guerre mondiale, de la mandoline à Marseille, lié à l’immigration italienne, et la réouverture récente de la classe du conservatoire. Fabriquer des instruments de musique pour réinventer et élargir les ancrages culturels locaux est également une option intéressante.

Réinventer les ancrages culturels  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pour André Sakellarides, le rôle du luthier est aussi de faire évoluer la musique en s’intéressant aux répertoires innovants et aux musiciens créatifs. Il organise lui-même des concerts.

Faire évoluer la musique (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Pour les « fournitures » de lutherie, la commande se fait auprès des représentants (pour les chevalets de Mirecourt par exemple) ou dans les salons professionnels, mais pour le bois, il préfère se déplacer et choisir sur pièce.

Choisir le bois  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Petits rabots de luthier (atelier A. Sakellarides), cliché HCH
Un bois de plus de 70 ans présenté par A. Sakellarides (cliché HCH)

Sa réserve de bois est suffisante pour l’instant. Il est en train de fabriquer un violon dans un bois ancien qui a au moins 70 ans car il provient de l’atelier du luthier Pierre Claudot à Marseille qui lui-même l’avait acheté à la maison Couesnon de Mirecourt qui a fermé juste après la 2e guerre mondiale. A. Sakellarides en conclusion rappelle les rôles multiples que peut jouer le luthier et qui font tout l’intérêt du métier.

Un métier éternellement créatif  (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Canifs anciens (atelier d'André Sakellarides)
Canifs anciens (atelier d’André Sakellarides)

La discussion reprend au sujet des outils qui n’ont pas changé et peuvent servir à plusieurs générations. Si l’outillage se pérennise, le « style » d’un luthier par contre se transforme selon les périodes. Cet aspect évolutif caractérise le travail d’André Sakellarides qui remet tout en cause à chaque nouvel instrument.

Changer de style (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Il explique ainsi la démarche qu’il a suivie pour fabriquer un violon à 5 cordes.

Le violon à 5 cordes (André Sakellarides, extrait d’enquête n°4969)

Vis à tabler anciennes provenant de l'atelier de Pierre Claudot (atelier d'A. Sakellarides)
Vis à tabler anciennes provenant de l’atelier de Pierre Claudot et utilisées aujourd’hui par André Sakellarides

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Sakellarides, André (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). L’audace d’inventer : parcours d’un luthier hors des sentiers battus, 1er février 2016, Marseille. Enregistrement numérique : 51  min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4969.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Petits rabots de luthier (atelier d'A. Sakellarides à Marseille)
Petits rabots de luthier (atelier d’A. Sakellarides à Marseille)

Recette du mois : de l’usage des plantes médicinales dans les Alpes-de-Haute-Provence

 

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois de mars s’est porté sur d’autres ressources sonores et concerne les plantes médicinales.

Nous vous proposons donc de découvrir un extrait de l’enquête 4424 effectuée à Clamensane (04) par Danielle Musset en 1990 auprès de Monsieur Léon Fautrier qui nous explique l’usage qu’il fait des plantes et leur propriétés.

Il cite les fleurs de  prunellier, en tisane, aux vertus purgatives, diurétiques,  nous parle des fleurs d’aubépine dont la tisane  est connue pour traiter les problèmes cardiaques, des baies de genièvre, (vertes et violettes) qu’il fait macérer dans de l’eau de vie pour dissoudre les calculs rénaux, et raconte comment il soigne une mauvaise plaies avec de l’aigremoine, un puissant antiseptique, qu’il fait bouillir dans de l’eau et utilise en bain  pour désinfecter. Il fait également usage des feuilles de frêne mâle, en décoction,  contre les rhumatismes. Son remède contre la grippe consiste  simplement à se gargariser d’eau de vie (sans l’avaler). Quant aux maux de gorge, il fait infuser des feuilles de ronces. La racine de bardane, quant à elle, sera bouillie,  pour une fonction dépurative. Voilà de quoi contribuer à vous redynamiser en cure printanière.

A la médiathèque de la MMSH vous pourrez consulter l’ouvrage suivant : L’arbre dans l’usage et l’imaginaire du monde [suivi de] La plante, de l’aliment au remède – actes du séminaire d’ethnobotanique de Salagon « Plantes, sociétés, savoirs, symboles, matériaux pour une ethnobotanique européenne » deuxième volume, 2004 , Alpes de Lumière, (Mane 04), cote 306 ARB.

Ainsi que le livre intitulé : Les Simples entre nature et société : histoire naturelle et thérapeutique, traditionnelle et actuelle, des plantes médicinales françaises…  / Pierre Lieutaghi  / [avec la collaboration de Gil Garcin ; publié par l’Association Études populaires et initiatives, Mane (04300 Forcalquier)  1983, 06-Saint-Laurent-du-Var, cote 500 LIE.

Crédits photographiques de l’image à la une : Mathilde Bresc

Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée

Anne Houssay, luthière, travaillant à la Cité de la musique à Paris
Anne Houssay, luthière, travaillant à la Cité de la musique à Paris, 2014 (cliché HCH)

Après un premier entretien présentant le début de son parcours professionnel, la luthière Anne Houssay reprend le fil de son récit à partir du stage qu’elle effectue en 1983 chez le luthier Jean Schmitt à Lyon. Ce dernier semblait intéressé par les recherches et expérimentations sur les vernis qu’elle avait menées à l’Ecole de lutherie de Newark en Angleterre.

Recherches sur les vernis de lutherie (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Chargée de vernir 17 altos, elle prépare des fonds de bois et des tests de couleur avec des mélanges différents de pigments organiques, mais finalement, Jean Schmitt réalise les recettes « au feeling », une leçon de pragmatisme, conclut-elle en riant.

Recettes de vernis et pragmatisme (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Ingrédients de vernis (atelier de Pierre Claudot, 1982)
Ingrédients de vernis (atelier de P. Claudot, 1982)

Ensuite, elle doit faire le montage de nombreux instruments de location selon une méthode nouvelle pour elle.

Une méthode de montage (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Elle est installée dans un atelier à part où elle se sent isolée tout en étant surveillée.

Seule à l’établi (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

A la réouverture de la Maison, après les vacances de juillet, elle rejoint l’atelier général et travaille à la préparation des instruments de location. Son contrat se termine en septembre et n’est pas renouvelé. Au chômage, elle essaye en vain de trouver de l’embauche dans un autre atelier de lutherie (les jeunes qui sortent de Mirecourt ont la préférence).

Difficulté à trouver de l’embauche (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Finalement, elle s’établit comme luthière indépendante à Lyon en mai 1984 dans un petit local proche de l’Opéra, des écoles de musique et des autres luthiers et archetiers lyonnais. Elle fait l’expérience difficile de monter une entreprise avec des moyens très limités. Elle suit des stages de formation à la création et à la gestion d’entreprise et évoque les efforts d’une association féminine pour mettre en œuvre un système de tontine en cherchant des fonds auprès des entreprises.

Créer une entreprise (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

La luthière Anne Houssay devant son atelier Son-couleur à Lyon en 1989 (coll. Anne Houssay)
La luthière Anne Houssay (à gauche)  devant son atelier Son-couleur à Lyon en 1989 (coll. Anne Houssay)

L’ouverture de son atelier, bien que petit et modeste, suscite quelques tensions chez ses confrères. Pour trouver des clients, elle démarche sans grand succès les écoles de musique, découvrant qu’il s’agit d’un territoire partagé entre luthiers.

Trouver des clients (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Elle finit par avoir une petite clientèle qui comprend les mécontents des autres ateliers, les curieux, et quelques fans qui la soutiennent. Elle fait du neuf et des réparations, vend des cordes, mais son activité n’est pas suffisamment rentable.

Une activité peu rentable (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Anne Houssay dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)
Anne Houssay dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)

En 1984, elle rejoint l’ALADFI, Association des Luthiers et Archetiers pour le Développement de la Facture Instrumentale, créée en 1982 par de jeunes luthiers et archetiers formés en dehors du réseau de Mirecourt et « unis par la volonté de proposer une autre approche du métier » [site de l’ALADFI]. Elle y retrouve des luthiers ayant appris le métier à l’étranger (notamment à Crémone en Italie) qui ont du mal à entrer dans le réseau professionnel français, où existent divers blocages (générationnels ou liés à une logique dynastique de familles de luthiers).

Les luthiers formés à l’étranger (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

L’ALADFI est un espace d’échanges, d’organisation d’événements et de discussions professionnelles sur divers sujets, comme la question épineuse des « commissions » versées aux professeurs, une pratique à bien connaître dans un réseau assez fermé, pour comprendre l’impossibilité de certaines transactions. Anne Houssay en donne des exemples.

Vente tronquée (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

A cette période, les deux groupes professionnels (GLAAF et ADALFI) s’opposent, situation qui s’améliorera plus tard avec les nouvelles générations.

Deux groupements professionnels (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Anne Houssay à l'établi dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)
Anne Houssay dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)

A l’atelier, parmi ses clients, Anne Houssay a des musiciens traditionnels qui font de la folk-music.

Instruments folk (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Elle essaie de développer les locations d’instruments et évoque les rapports des luthiers avec les Gitans marchands spécialistes d’instruments à cordes, qui connaissent le cycle économique des ateliers et passent au moment opportun pour vendre ou acheter. Grâce à l’aide de deux d’entre eux, elle constitue un parc locatif d’instruments pour avoir un revenu plus stable :

Le parc de location (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Pendant quatre ans, Anne Houssay maintient son atelier mais survit à peine. Le réseau des luthiers formés à l’étranger demeure sa seule ouverture professionnelle. En 1988, elle reprend ses études en acoustique, participe à des rencontres sur la facture instrumentale et reçoit des stagiaires ingénieurs en acoustique, ce qui la sort de l’isolement, mais ne résout pas ses problèmes financiers. En 1990, sa candidature est retenue pour un poste de conservateur-restaurateur d’instruments à cordes frottées dans le cadre du projet de nouveau musée de la musique à La Villette. Mais il ne  s’agit que d’un CDD de 6 mois.

Responsable des instruments à cordes frottées (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Rien n’étant assuré pour l’avenir, elle conserve pendant quatre ans son atelier à Lyon où elle part travailler le week-end. Au musée de la musique, elle participe au déménagement des instruments et a le privilège de voir les précieuses collections instrumentales à deux reprises (emballage et déballage). Au musée, les restaurations d’instruments se décident de manière collégiale par une commission. C’est une expérience très enrichissante qui la forme au métier de conservation du patrimoine.

Une période enrichissante (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Accrochage des instruments avec Anne Houssay (à droite) au Musée de la musique, Paris, 1996 (coll. A. Houssay)
Accrochage des instruments (avec Anne Houssay à droite) au Musée de la musique, Paris, 1996 (cliché Harald Gottschalk)

Après avoir enchaîné des contrats d’un an renouvelable, en 1993, la Cité de la musique est instituée, la collection d‘instruments lui est reversée, mais non le personnel du musée qui alors se mobilise syndicalement face à la nouvelle direction qui ne veut pas le garder. Le nouveau musée est ouvert en 1997, soit 7 ans après la fermeture de l’ancien. Entretemps, l’équipe travaille à la restauration et à la préparation des collections.

Anne HOUSSAY, Atelier de restauration de la Cité de musique (cliché HCH)
Anne HOUSSAY, Atelier de restauration de la Cité de musique (cliché HCH)

Anne Houssay obtient un CDI mais avec une fonction reformulée sous le titre « Technicienne de restauration », sans aucune mention de sa spécialité en instruments à cordes frottées. Depuis 24 ans, elle assume au musée des tâches assez variées. Après son DEA d’histoire des techniques passé en 2004 à l’université sur le thème « Fabriquants, musiciens et cordes harmoniques », elle s’inscrit en thèse.

Une thèse sur le choix des bois (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Sur les qualités sonores du bois, elle revient sur l’approche des luthiers et sur celle des acousticiens dont les résultats peuvent être comparés.

Tester la sonorité du bois (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Les "fournitures" ou bois de lutherie (atelier de Pierre Claudot, 1981), cliché HCH
Les « fournitures » de lutherie (atelier de Pierre Claudot, 1981), cliché HCH

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Houssay, Anne (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée. 5 février 2015, Paris. Enregistrement numérique :  121 min [http://phonotheque.hypotheses.org/17142 ] Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4914.

Crédits photographiques : La luthière Anne Houssay (à gauche)  devant son atelier Son-couleur à Lyon en 1989 et Instruments dans l’atelier d’Anne Houssay (coll. Anne Houssay) ; Anne Houssay à l’établi (cliché Marie-France Chevalier) ; Accrochage des instruments au Musée de la musique, Paris, 1996 (cliché Harald Gottschalk), tous droits réservés ; autres : H. Claudot-Hawad.

Remerciements au photographe Harald Gottschalk d’avoir autorisé la publication de sa photographie sur le site des Carnets de la phonothèque.

 

Se former en Italie et exercer en France : comment devenir luthier à la fin des années 1970

Le luthier Frédéric Bonet dans son atelier à Aix-en-Provence, janv. 2016
Le luthier Frédéric Bonet dans son atelier à Aix-en-Provence, janv. 2016

Frédéric Bonet débute sa formation de luthier en 1977 à 21 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Tout jeune, il commence l’apprentissage du violon au conservatoire de Toulon et acquiert le goût de la musique autant que celui des instruments de musique.

Attrait pour les instruments de musique (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Après s’être orienté vers un Diplôme Universitaire de Technologie en électro-technique, puis avoir fait un an de service militaire, il décide de changer de voie et s’inscrit à l’Ecole de lutherie de Crémone en Italie, car pour Mirecourt, il a déjà dépassé l’âge règlementaire.

L’inscription à Crémone (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

L’école de lutherie de Crémone comprend deux types de cursus, l’un pour les Italiens recrutés très jeunes, et l’autre pour les étrangers parmi lesquels il y a beaucoup de Français.

Une école internationale (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

En 1e année, les trois classes sont l’une réservée aux Italiens et les deux autres aux étrangers, avec quatre ateliers d’environ 15 personnes par atelier. Les cours de culture générale (littérature italienne, histoire de l’art, de la musique, de la lutherie, physique, acoustique, mathématiques, etc) sont données en italien. Beaucoup d’étrangers qui ont fait des études supérieures et ont largement le niveau sont dispensés des cours de sciences exactes.

Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Deux conceptions de la lutherie sont en concurrence à Crémone : celle de Morassi et celle de Bissolotti.

Deux « écoles » italiennes (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet expose la différence de méthodes des deux écoles.

Des méthodes différentes (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Ses professeurs successifs appartiennent à l’un ou à l’autre courant.

Les professeurs (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Il décrit les étapes de l’apprentissage. La formation dure 4 ans. Après la 1e année où il s’agit d’acquérir la maîtrise des outils, commence la fabrication des instruments. Le choix des modèles d’instruments est assez flexible selon les capacités et les envies des élèves. Le vernis enseigné à Crémone est un vernis à l’alcool.

Vernis à l’alcool (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Vernis. Atelierdu luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Beaucoup d’élèves dès la 1e année installent un atelier chez eux. Frédéric Bonet trouve cet apprentissage à Crémone « fabuleux », il en apprécie la dimension humaine et culturelle, avec de l’entraide et de l’amitié entre les élèves.

Une découverte constante (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

A l’école, il a fabriqué 3 ou 4 violons, 2 altos, 1 violoncelle, 1 contrebasse (faite à plusieurs), et il en a fait autant ou plus chez lui, ce qui lui permettait de survivre en vendant ses instruments et en faisant aussi du dégrossissage (table, fond, tête…) pour un luthier de Crémone. Il complétait ses revenus en travaillant dans les champs.

Sous-traitance (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Atelier du luthier Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

Il obtient son diplôme en 1981 et s’installe à Aix-en-Provence dans les locaux d’un marchand d’instruments. Il assure la réparation et la maintenance des violons et archets du magasin.

Une opportunité à Aix-en-Provence (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Revenant sur ses études à Crémone, il évoque la grève des élèves de lutherie. Beaucoup (notamment des Français) ont été renvoyés, ce qui ne les a pas empêché de poursuivre leur formation ailleurs et de devenir luthiers.

La grève à l’école de lutherie de Crémone (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

En 1985, Frédéric Bonet ouvre son propre atelier à Aix-en-Provence avec Martine Aguila, formée comme lui à Crémone. Les débuts sont financièrement difficiles. L’accueil du milieu professionnel est souvent suspicieux, d’où la nécessité ressentie par de jeunes luthiers, la plupart formés ailleurs qu’en France, de créer une association professionnelle alternative : l’ALADFI.

Un nouveau groupement professionnel (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

L’ALADFI a permis l’entraide et les échanges professionnels, ainsi que la valorisation des oeuvres des jeunes luthiers en organisant des expositions et des salons.

Permettre le partage (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Les relations entre le groupement professionnel ancien, le GLAAF  et l’ALADFI ont ensuite évolué et des projets communs ont été élaborés. S’il y a eu antagonisme, c’est davantage au niveau des personnes que des groupements eux-mêmes.

Un certain conservatisme (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet explique le contexte qui contraint le luthier à faire de la restauration plutôt que du neuf, alors qu’acheter un instrument neuf est souvent plus avantageux dans une gamme de prix donné.

Fabriquer ou restaurer ? (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

La production chinoise, en améliorant sa qualité à partir de 1995, a fait sérieusement concurrence aux instruments d’étude fabriqués à Mirecourt.

Bois de lutherie. Atelier de Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Frédéric Bonet à Aix-en-Provence, janv. 2016 (cliché HCH)

En Italie, il n’y a pas eu de problème d’approvisionnement en «fournitures » de lutherie. Les marchands spécialisés en bois de lutherie sont restés nombreux, comme en Allemagne, alors qu’ils étaient devenus rares en France dans les années 1970.

Marchands de bois de lutherie (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

F. Bonet évoque ses modèles personnels pour violon et alto, et l’utilité d’un ouvrage récent de François Denis concernant le tracé des instruments.

Modèles personnels (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Etiquette du luthier Frédéric Bonnet
La signature de Frédéric Bonet dans l’un de ses violons

Au sujet de la proportion de filles et de garçons dans la formation de lutherie à Crémone, il y avait presque autant de filles que de garçons dans sa classe.

Nombre de filles et de garçons inscrits (Frédéric Bonet, extrait d’enquête n° 4968)

Les relations professionnelles des luthiers lui paraissent dans l’ensemble bonnes, à l’exception de deux ou trois ateliers qui, comme autrefois, restent fermés aux confrères.

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Bonet, Frédéric  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Se former en Italie et exercer en France : comment devenir luthier à la fin des années 1970, 25 janvier 2016. Enregistrement numérique :  53 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4968.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Contextualisation d’un corpus sonore : Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros.

Le forum de la Méditerranée, organisé à Marseille avec le soutien du LabexMed, a donné l’opportunité à la phonothèque de la MMSH de présenter, le corpus sonore des Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros, accessible en ligne sur le portail Europeana. Sur ce billet vous trouverez le diaporama de l’intervention que fera l’après-midi du  18 mars 2016 l’équipe de la phonothèque (Véronique Ginouvès, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis). Il est accompagné de différents documents qui vous permettront de mieux comprendre le contexte de production de ce corpus.

Bonne lecture, bonne écoute !


Ci-dessous, vous pouvez écouter l’extrait sonore proposé pendant la présentation (Cf. diapositives 4 & 5) :

Consulter la carte des villes d’origine des réfugiés en Asie-Mineure (Turquie actuelle) :

 

En complément des notices documentaires des entretiens en langues française et grecque, plusieurs billets offrent des éclairages thématiques transversaux :

Crédits photographiques : Port de Smyrne vers 1920, domaine public. Page 30 de l’ouvrage Greece de Puaux, René et Brown, Carroll N. (Carroll Neidé), publié pour la « Greek Government Exhibition », collection de la bibliothèque du Congrès.