Archives de catégorie : Algérie

Parution : La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie

L’ouvrage de Gregor Mathias La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie, qui vient de paraître aux éditions Vendémiaire est tiré de sa thèse1. L’auteur s’appuie sur les archives de la Préfecture de police de Paris, les archives militaires du SHD de Vincennes, les archives nationales de Pierrefitte, les archives administratives des ANOM d’Aix-en-Provence et des archives privées. Ces archives sont complétées par des entretiens enregistrés d’ouvriers ou de supplétifs de la Force de Police auxiliaire de Paris au cours de l’année 1999. L’ensemble du corpus, riche de plus de 70 heures, a été déposé à la Phonothèque de la MMSH et peut être aujourd’hui écouté sur place. Cette nouvelle publication nous donne l’occasion de mettre en ligne des extraits de ces entretiens qui ont été utilisés dans l’ouvrage et que Gregor Mathias a sélectionné pour l’occasion. Continuer la lecture de Parution : La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie

  1. Les officiers des SAS et des SAU et la politique de pacification pendant la guerre d’Algérie (1955-1962), soutenue en 2013, sous la direction de Guy Pervillé, à Toulouse 2 , dans le cadre de École doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures , en partenariat avec l’équipe de recherche France méridionale et Espagne. Histoire des sociétés du Moyen âge à l’époque contemporaine. []

Enriching MMSH’s sound archives : participate in a collaborative afternoon on October 17th

On October 17th, in the middle of the Open Access Week, and in the frame of the Europeana Sounds program, we invite you to join us in an afternoon dedicated to the annotation of the MMSH sound archives in order to help us to enrich our sourds with a focus on the geolocation. You will tag on History Pin a set of oral history interviews from the MMSH Sound Archives Center. For this session, we choose two very different historical periods : a collection about oral memory of Armenians living in Bouches-du-Rhône  (South of France), and an other about french people in Algeria in the middle of the 20th century ; both are under creative commons CC-BY. Continuer la lecture de Enriching MMSH’s sound archives : participate in a collaborative afternoon on October 17th

Enrichissez les collections de la phonothèque ! Journée collaborative, le 17 octobre 2016

Le 17 octobre  2016, avec le soutien du programme européen Europeana Sounds, au cœur de l’Open Access Week, l’équipe de la phonothèque de la MMSH organise une après-midi dédiée à l’annotation de ses archives. Une centaine d’entretiens1 sont disponibles à l’écoute sur SoundCloud dans la Playlist de la phonothèque de la MMSH.
Le but de cet atelier collaboratif est de géolocaliser ces enregistrements sur la plateforme HistoryPin qui permet d’épingler des médias à l’aide de Google Maps. Continuer la lecture de Enrichissez les collections de la phonothèque ! Journée collaborative, le 17 octobre 2016

  1. Deux thématiques historiques ont été sélectionnées en fonction de leur intérêt historique et parce qu’elles ne posaient pas de problèmes juridiques de diffusion : la collection créée par l’association Paroles Vives sur la mémoire des arméniens dans les Bouches-du-Rhône, et des récits de vie de français ayant vécu en Algérie, au Maroc ou en Tunisie entre 1930 et 1962. []

Singing planting wheat

Rich of field recordings on agricultural and feeding practices of Sahara’s desert population in the years 1955-1975, the Ahaggar area corpus of the ethnologist Marceau Gast1 also contains a few songs and some instrumental pieces.

Some are parts of ceremonies like weddings, others are recorded during informal moments, most are in link with agricultural works. This call and response labour song is a pervasive pattern, with some verses in tamahaq (tuareg langage) and some in arabic. Continuer la lecture de Singing planting wheat

  1. Marceau Gast (1927-2010), ethnologist, is a food specialist in the Sahara, Yemen an Alps area []

Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Dans le cadre de mes études en master 1 « métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation visuelle », j’ai choisi de travailler sur huit témoignages d’appelés de la guerre d’Algérie. Dans la continuité des précédents articles sur les appelés d’Algérie issus du corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie et lui-même intégré au fonds Roche-Taranger, voici la dernière thématique abordée ici : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne, faisant suite à l’annonce de l’incorporation et à leurs relations avec les populations locales.

La majorité des appelés interrogés est favorable à cette indépendance : monsieur Morel, Michel Pietrogiorno, Bernard l’expriment clairement. D’autres comme Roger, Michel, Alain, l’expriment moins explicitement.

Indépendance_day-Algeria
Continuer la lecture de Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : le rapport avec les populations locales

Étudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ». L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

Tous les témoignages des appelés de ce corpus sonore évoquent ainsi leurs relations avec les populations locales en réponse aux questions des enquêteurs à ce sujet : globalement peu d’échanges. Certains appelés décrivent succinctement le mode de vie des Algériens dans les mechtas, maisons traditionnelles.

Continuer la lecture de Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : le rapport avec les populations locales

Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

Etudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ».1. Ce titre faisait référence à leur volonté de mettre en avant des paroles de femmes, qui souvent écrivent mais sont très peu publiées. Cependant, au sein de ce corpus sonore beaucoup d’hommes ont été sollicités ne serait-ce que pour la période de la guerre d’Algérie2. L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

L’annonce du départ :
Dès 1954 jusqu’au début des années 1960, les jeunes gens savaient pertinemment qu’ils allaient effectuer leur service militaire en Algérie et qu’ils y risqueraient leur vie. C’est ce que nous dit Bernard, un appelé dauphinois qui a perdu plusieurs amis partis en Algérie.

La plupart d’entre eux ont été appelés l’année de leur vingt ans mais certains ont pu bénéficier d’un sursis temporaire : comme le disent M.Morel et M.Pietrogiorno.

Beaucoup d’entre eux ressentaient une forte appréhension à être éloignés de leurs proches, comme Alain qui était alors fiancé. Certains pouvaient bénéficier d’une dérogation en cas de situations particulières comme l’explique Michel.

Continuer la lecture de Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

  1. Ce fonds  a été déposé en 2009 à la phonothèque de la MMSH sous forme de cassettes audio et de transcriptions. Il est né des enquêtes orales réalisées au sein du cours de littérature enseigné par Anne Roche, professeure de littérature, entre 1977 et 1992, en collaboration avec Marie-Claude Taranger, professeure de cinéma, à l’Université de Provence []
  2. Dans le cadre de cet enseignement, les étudiants pouvaient enregistrer leurs entretiens avec des membres de leurs familles, des amis de leurs parents ou grands-parents. Pour en savoir plus au sujet de ce fonds et de son élaboration, l’article de Matthieu Andreani est assez éloquent :  à lire ici. Concernant la thématique de la guerre d’Algérie, c’est en tout trente-trois entretiens  qui ont été, pour la plupart, enregistrés au cours de l’été 1991 par les étudiants ayant suivi l’enseignement d’Anne Roche sur lesquels elle s’est appuyée pour publier un article en 1992 : Je vous le raconte volontiers parce qu’on ne me l’a jamais demandé : autobiographie d’appelés en Algérie. []

Hommage à Abdelkader Rahmani

Abdelkader Rahmani, officier algérien de l’armée française s’est éteint à l’âge de 92 ans. Lieutenant de cavalerie blindée, chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire des Nations Unies. Pour avoir refusé de se battre contre ses frères pendant la guerre d’Algérie, il est emprisonné, puis verra son avenir professionnel réduit à néant. Une voix dissidente sur la guerre d’Algérie s’est tue. Ses témoignages peuvent être écoutés en ligne sur Ganoub,  la base de données de la phonothèque de la MMSH. Ils font partie de la collection Actes de refus civils et militaires dans la guerre d’Algérie (1954-1962) (12h), enregistrés par Hélène Bracco en 2007.

couvR

En 1956, Abdelkader Rahmani, entre en désobéissance, entraînant avec lui cinquante-deux autres officiers algériens. Ils écrivent au Président de la République, René Coty, exposant leur cas de conscience à aller combattre les leurs : “Nous avons rempli notre devoir de soldats sur tous les fronts où la France nous envoyait la défendre… Des officiers algériens continuent à servir la cause française face à leurs compatriotes, peut-être même face à leurs parents, et tombent au service de la France en Algérie… Nous ne pouvons plus supporter que notre pays soit à feu et à sang, que nos parents soient massacrés par des hommes portant un uniforme qui est aussi le nôtre. Régulièrement les bataillons nord-africains et leurs cadres sont envoyés en Afrique du Nord pour combattre leurs frères de sang, au risque de détruire leur village natal et peut-être même de mitrailler leurs femmes et leurs enfants… Peut-on refuser à un Algérien d’avoir un drame de conscience ?”

Le 1er mars 1957, il sort de forteresse, en transit pour la prison de Fresnes. Il vient d’être inculpé d’entreprise de démoralisation de l’armée. L’histoire de son refus, il l’écrira dans un livre paru au Seuil en 1959, saisi dès sa sortie : L’affaire des officiers algériens. Dès son enfance et son adolescence en Kabylie, il perçoit la discrimination à l’encontre des habitants non Européens. Après avoir fait l’école des officiers indigènes d’Algérie et de Tunisie (EOAT), il réussit à intégrer l’école d’officiers de Saumur, où il se bat pour imposer sa compétence d’officier  » nord-africain « , malgré les injustices dont sont victimes les militaires « indigènes ». En 1948, au moment de sa promotion au grade de sous-officier, le gouvernement lui fait rejeter la nationalité française. Il ne l’obtiendra à nouveau qu’en 1967.

Après son entrée en désobéissance, c’est la prison (sans avoir jamais été jugé), puis la résidence surveillée, et la punition : rétrogradé et placé en position de non activité par retrait d’emploi pendant quinze ans, huit mois et cinq jours. Après trente-trois années de présence dans l’armée, il se retire avec sa seule retraite de lieutenant, sans aucune réparation salariale, sans aucune compensation, aucune restitution de ses grades, ni indemnités, « à l’inverse des officiers de la torture, amnistiés, promus, généreusement gratifiés, pensionnés, blanchis » s’insurgera-t-il jusqu’au bout. Il est décédé le premier septembre 2015.

Hélène Bracco, Pour avoir dit non, actes de refus dans la guerre d’Algérie (1954-1962),  Paris-Méditerranée, 2003

 

Crédits photographiques : photographie « à la une » repérée dans l’article Bejaia : Un fort hommage à Abdelkader Rahmani, le père fondateur de l’académie berbère, publié sur El Goual, le 19 septembre 2015, pas d’indication de photographe ni d’utilisation. La photographie est prise par Bastien Idot à l’occasion d’un article publié le 5 novembre 2013 sur La nouvelle République sous le titre Le lieutenant Rahmani prêt à raconter sa guerre de Corée . Merci à Bastien Idot de nosu l’avoir indiqué.

Nommer et définir les archives sonores – 27 janvier 2015, MMSH

Le mardi 27 janvier, l’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles (AFAS –http://afas.revues.org) organise une rencontre autour du témoignage oral à travers les sciences humaines et sociales sous le titre « Nommer et définir les archives sonores : les témoignages enregistrés. Exemples méditerranéens » à Aix-en-Provence, MMSH.

Le terme « témoignage » est profondément polysémique; il traverse aujourd’hui plusieurs univers ou domaines professionnels : la confession de foi religieuse, l’enquête policière, le monde judiciaire et pénal, le journalisme, la littérature, la communication, les sciences humaines et sociales… L’AFAS s’intéresse plus particulièrement aux témoignages enregistrés, dans un cadre patrimonial, scientifique, pédagogique ou culturel. Continuer la lecture de Nommer et définir les archives sonores – 27 janvier 2015, MMSH

Des « Européens » restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d’Algérie : le parcours d’une historienne, Hélène Bracco

6888084601_e7e7b053f8_o

 

Le vendredi 21 novembre 2014, Hélène Bracco, historienne, présentera ses ouvrages à la librairie Le lézard amoureux, 28 rue Emile Zola à Cavaillon (83300), à 18h30.

 

L’autre face : « Européens » en Algérie indépendante, préface de Daho Djerbal. 2e édition revue et augmentée. Paris : Non Lieu, 2012. 223p.

Pour avoir dit non : actes de refus dans la guerre d’Algérie : 1954-1962. Paris : Paris-Méditerranée, 2003. 334 p.

« Soldats algériens de l’armée française en guerre d’Algérie : un appelé du contingent, Bachir Hadjadj » dans l’ouvrage collectif dirigé par Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault, La France en guerre, 1954-1962 : expériences métropolitaines de la guerre d’indépendance algérienne. Paris : Éd. Autrement, 2008. 501 p. (Collection Mémoires, ; n°142).

Les sources sonores sur lesquelles s’appuient les publications d’Hélène Bracco  ont été déposées à la phonothèque de la MMSH et cataloguées sur la base de données Ganoub. L’annonce de cette présentation est l’occasion, pour l’équipe de la phonothèque, de mettre en ligne un nouvel entretien issu de son corpus, repris dans la deuxième édition de son ouvrage « L’autre face ».

Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco

Titre :  Récit de vie d’un couple d’Européens engagés avec le FLN

Numéro de l’enquête : 4017

Date de l’enregistrement : 1er mars 2011

Lieu de l’enregistrement : Aix-en Provence

Durée : 1h

Accès au fichier son : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-4017

Résumé de l’enquête : 
Hélène Bracco s’est déjà entretenue avec ce couple d’informateurs engagé au côté du FLN durant la guerre d’Algérie mais l’entretien n’était pas enregistré. Le mari est né en Algérie de parents espagnols naturalisés Français. L’informatrice refuse le terme de Pied-Noir puisque ses ascendants, de confession juive, sont arrivés en 1492 d’Espagne, avant la colonisation française de 1830. En 1959 le couple d’informateurs a fui au Maroc, après la découverte par les autorités françaises de réunions du FLN dans leur appartement. Après le tremblement de terre de 1960 à Agadir, le couple est rentré en Algérie où la femme a pu exercer la profession d’institutrice et le mari a continué son activité de formateur dans l’aéronautique. Par son activité et les liens entretenus avec le FLN, le mari a été amené à s’occuper de l’avion de Ben Bella et à le piloter lors de l’évasion d’Aït Ahmed de la prison de Lambèse. Le coup d’Etat de Boumédienne a bouleversé leurs vies, le mari s’est retrouvé au chômage et le couple sans paye pendant plusieurs mois. Actuellement, le couple se partage entre la France et l’Algérie même si, aujourd’hui, la vie quotidienne en Algérie leur paraît de plus en plus difficile Ils évoquent les conditions d’obtention de la nationalité algérienne. L’entretien se conclut sur les dates et souvenirs significatifs de la guerre d’Algérie. 

Crédits photographiques : Repas dans une école en Algérie en 1963, Mennonite Board of Missions – Photographs. Algeria Pax, 1955-1963. IV-10-7.2 Box 2 folder 27, photo #30, Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restrictions de droit connues.