Archives de catégorie : Algérie

Enriching MMSH’s sound archives : participate in a collaborative afternoon on October 17th

On October 17th, in the middle of the Open Access Week, and in the frame of the Europeana Sounds program, we invite you to join us in an afternoon dedicated to the annotation of the MMSH sound archives in order to help us to enrich our sourds with a focus on the geolocation. You will tag on History Pin a set of oral history interviews from the MMSH Sound Archives Center. For this session, we choose two very different historical periods : a collection about oral memory of Armenians living in Bouches-du-Rhône  (South of France), and an other about french people in Algeria in the middle of the 20th century ; both are under creative commons CC-BY. Continuer la lecture de Enriching MMSH’s sound archives : participate in a collaborative afternoon on October 17th

Enrichissez les collections de la phonothèque ! Journée collaborative, le 17 octobre 2016

Le 17 octobre  2016, avec le soutien du programme européen Europeana Sounds, au cœur de l’Open Access Week, l’équipe de la phonothèque de la MMSH organise une après-midi dédiée à l’annotation de ses archives. Une centaine d’entretiens1 sont disponibles à l’écoute sur SoundCloud dans la Playlist de la phonothèque de la MMSH.
Le but de cet atelier collaboratif est de géolocaliser ces enregistrements sur la plateforme HistoryPin qui permet d’épingler des médias à l’aide de Google Maps. Continuer la lecture de Enrichissez les collections de la phonothèque ! Journée collaborative, le 17 octobre 2016

  1. Deux thématiques historiques ont été sélectionnées en fonction de leur intérêt historique et parce qu’elles ne posaient pas de problèmes juridiques de diffusion : la collection créée par l’association Paroles Vives sur la mémoire des arméniens dans les Bouches-du-Rhône, et des récits de vie de français ayant vécu en Algérie, au Maroc ou en Tunisie entre 1930 et 1962. []

Singing planting wheat

Rich of field recordings on agricultural and feeding practices of Sahara’s desert population in the years 1955-1975, the Ahaggar area corpus of the ethnologist Marceau Gast1 also contains a few songs and some instrumental pieces.

Some are parts of ceremonies like weddings, others are recorded during informal moments, most are in link with agricultural works. This call and response labour song is a pervasive pattern, with some verses in tamahaq (tuareg langage) and some in arabic. Continuer la lecture de Singing planting wheat

  1. Marceau Gast (1927-2010), ethnologist, is a food specialist in the Sahara, Yemen an Alps area []

Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Dans le cadre de mes études en master 1 « métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation visuelle », j’ai choisi de travailler sur huit témoignages d’appelés de la guerre d’Algérie. Dans la continuité des précédents articles sur les appelés d’Algérie issus du corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie et lui-même intégré au fonds Roche-Taranger, voici la dernière thématique abordée ici : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne, faisant suite à l’annonce de l’incorporation et à leurs relations avec les populations locales.

La majorité des appelés interrogés est favorable à cette indépendance : monsieur Morel, Michel Pietrogiorno, Bernard l’expriment clairement. D’autres comme Roger, Michel, Alain, l’expriment moins explicitement.

Indépendance_day-Algeria
Continuer la lecture de Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : le rapport avec les populations locales

Étudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ». L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

Tous les témoignages des appelés de ce corpus sonore évoquent ainsi leurs relations avec les populations locales en réponse aux questions des enquêteurs à ce sujet : globalement peu d’échanges. Certains appelés décrivent succinctement le mode de vie des Algériens dans les mechtas, maisons traditionnelles.

Continuer la lecture de Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : le rapport avec les populations locales

Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

Etudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ».1. Ce titre faisait référence à leur volonté de mettre en avant des paroles de femmes, qui souvent écrivent mais sont très peu publiées. Cependant, au sein de ce corpus sonore beaucoup d’hommes ont été sollicités ne serait-ce que pour la période de la guerre d’Algérie2. L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

L’annonce du départ :
Dès 1954 jusqu’au début des années 1960, les jeunes gens savaient pertinemment qu’ils allaient effectuer leur service militaire en Algérie et qu’ils y risqueraient leur vie. C’est ce que nous dit Bernard, un appelé dauphinois qui a perdu plusieurs amis partis en Algérie.

La plupart d’entre eux ont été appelés l’année de leur vingt ans mais certains ont pu bénéficier d’un sursis temporaire : comme le disent M.Morel et M.Pietrogiorno.

Beaucoup d’entre eux ressentaient une forte appréhension à être éloignés de leurs proches, comme Alain qui était alors fiancé. Certains pouvaient bénéficier d’une dérogation en cas de situations particulières comme l’explique Michel.

Continuer la lecture de Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

  1. Ce fonds  a été déposé en 2009 à la phonothèque de la MMSH sous forme de cassettes audio et de transcriptions. Il est né des enquêtes orales réalisées au sein du cours de littérature enseigné par Anne Roche, professeure de littérature, entre 1977 et 1992, en collaboration avec Marie-Claude Taranger, professeure de cinéma, à l’Université de Provence []
  2. Dans le cadre de cet enseignement, les étudiants pouvaient enregistrer leurs entretiens avec des membres de leurs familles, des amis de leurs parents ou grands-parents. Pour en savoir plus au sujet de ce fonds et de son élaboration, l’article de Matthieu Andreani est assez éloquent :  à lire ici. Concernant la thématique de la guerre d’Algérie, c’est en tout trente-trois entretiens  qui ont été, pour la plupart, enregistrés au cours de l’été 1991 par les étudiants ayant suivi l’enseignement d’Anne Roche sur lesquels elle s’est appuyée pour publier un article en 1992 : Je vous le raconte volontiers parce qu’on ne me l’a jamais demandé : autobiographie d’appelés en Algérie. []

Hommage à Abdelkader Rahmani

Abdelkader Rahmani, officier algérien de l’armée française s’est éteint à l’âge de 92 ans. Lieutenant de cavalerie blindée, chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire des Nations Unies. Pour avoir refusé de se battre contre ses frères pendant la guerre d’Algérie, il est emprisonné, puis verra son avenir professionnel réduit à néant. Une voix dissidente sur la guerre d’Algérie s’est tue. Ses témoignages peuvent être écoutés en ligne sur Ganoub,  la base de données de la phonothèque de la MMSH. Ils font partie de la collection Actes de refus civils et militaires dans la guerre d’Algérie (1954-1962) (12h), enregistrés par Hélène Bracco en 2007.

couvR

En 1956, Abdelkader Rahmani, entre en désobéissance, entraînant avec lui cinquante-deux autres officiers algériens. Ils écrivent au Président de la République, René Coty, exposant leur cas de conscience à aller combattre les leurs : “Nous avons rempli notre devoir de soldats sur tous les fronts où la France nous envoyait la défendre… Des officiers algériens continuent à servir la cause française face à leurs compatriotes, peut-être même face à leurs parents, et tombent au service de la France en Algérie… Nous ne pouvons plus supporter que notre pays soit à feu et à sang, que nos parents soient massacrés par des hommes portant un uniforme qui est aussi le nôtre. Régulièrement les bataillons nord-africains et leurs cadres sont envoyés en Afrique du Nord pour combattre leurs frères de sang, au risque de détruire leur village natal et peut-être même de mitrailler leurs femmes et leurs enfants… Peut-on refuser à un Algérien d’avoir un drame de conscience ?”

Le 1er mars 1957, il sort de forteresse, en transit pour la prison de Fresnes. Il vient d’être inculpé d’entreprise de démoralisation de l’armée. L’histoire de son refus, il l’écrira dans un livre paru au Seuil en 1959, saisi dès sa sortie : L’affaire des officiers algériens. Dès son enfance et son adolescence en Kabylie, il perçoit la discrimination à l’encontre des habitants non Européens. Après avoir fait l’école des officiers indigènes d’Algérie et de Tunisie (EOAT), il réussit à intégrer l’école d’officiers de Saumur, où il se bat pour imposer sa compétence d’officier  » nord-africain « , malgré les injustices dont sont victimes les militaires « indigènes ». En 1948, au moment de sa promotion au grade de sous-officier, le gouvernement lui fait rejeter la nationalité française. Il ne l’obtiendra à nouveau qu’en 1967.

Après son entrée en désobéissance, c’est la prison (sans avoir jamais été jugé), puis la résidence surveillée, et la punition : rétrogradé et placé en position de non activité par retrait d’emploi pendant quinze ans, huit mois et cinq jours. Après trente-trois années de présence dans l’armée, il se retire avec sa seule retraite de lieutenant, sans aucune réparation salariale, sans aucune compensation, aucune restitution de ses grades, ni indemnités, « à l’inverse des officiers de la torture, amnistiés, promus, généreusement gratifiés, pensionnés, blanchis » s’insurgera-t-il jusqu’au bout. Il est décédé le premier septembre 2015.

Hélène Bracco, Pour avoir dit non, actes de refus dans la guerre d’Algérie (1954-1962),  Paris-Méditerranée, 2003

 

Crédits photographiques : photographie « à la une » repérée dans l’article Bejaia : Un fort hommage à Abdelkader Rahmani, le père fondateur de l’académie berbère, publié sur El Goual, le 19 septembre 2015, pas d’indication de photographe ni d’utilisation. La photographie est prise par Bastien Idot à l’occasion d’un article publié le 5 novembre 2013 sur La nouvelle République sous le titre Le lieutenant Rahmani prêt à raconter sa guerre de Corée . Merci à Bastien Idot de nosu l’avoir indiqué.

Nommer et définir les archives sonores – 27 janvier 2015, MMSH

Le mardi 27 janvier, l’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles (AFAS –http://afas.revues.org) organise une rencontre autour du témoignage oral à travers les sciences humaines et sociales sous le titre « Nommer et définir les archives sonores : les témoignages enregistrés. Exemples méditerranéens » à Aix-en-Provence, MMSH.

Le terme « témoignage » est profondément polysémique; il traverse aujourd’hui plusieurs univers ou domaines professionnels : la confession de foi religieuse, l’enquête policière, le monde judiciaire et pénal, le journalisme, la littérature, la communication, les sciences humaines et sociales… L’AFAS s’intéresse plus particulièrement aux témoignages enregistrés, dans un cadre patrimonial, scientifique, pédagogique ou culturel. Continuer la lecture de Nommer et définir les archives sonores – 27 janvier 2015, MMSH

Des « Européens » restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d’Algérie : le parcours d’une historienne, Hélène Bracco

6888084601_e7e7b053f8_o

 

Le vendredi 21 novembre 2014, Hélène Bracco, historienne, présentera ses ouvrages à la librairie Le lézard amoureux, 28 rue Emile Zola à Cavaillon (83300), à 18h30.

 

L’autre face : « Européens » en Algérie indépendante, préface de Daho Djerbal. 2e édition revue et augmentée. Paris : Non Lieu, 2012. 223p.

Pour avoir dit non : actes de refus dans la guerre d’Algérie : 1954-1962. Paris : Paris-Méditerranée, 2003. 334 p.

« Soldats algériens de l’armée française en guerre d’Algérie : un appelé du contingent, Bachir Hadjadj » dans l’ouvrage collectif dirigé par Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault, La France en guerre, 1954-1962 : expériences métropolitaines de la guerre d’indépendance algérienne. Paris : Éd. Autrement, 2008. 501 p. (Collection Mémoires, ; n°142).

Les sources sonores sur lesquelles s’appuient les publications d’Hélène Bracco  ont été déposées à la phonothèque de la MMSH et cataloguées sur la base de données Ganoub. L’annonce de cette présentation est l’occasion, pour l’équipe de la phonothèque, de mettre en ligne un nouvel entretien issu de son corpus, repris dans la deuxième édition de son ouvrage « L’autre face ».

Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco

Titre :  Récit de vie d’un couple d’Européens engagés avec le FLN

Numéro de l’enquête : 4017

Date de l’enregistrement : 1er mars 2011

Lieu de l’enregistrement : Aix-en Provence

Durée : 1h

Accès au fichier son : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-4017

Résumé de l’enquête : 
Hélène Bracco s’est déjà entretenue avec ce couple d’informateurs engagé au côté du FLN durant la guerre d’Algérie mais l’entretien n’était pas enregistré. Le mari est né en Algérie de parents espagnols naturalisés Français. L’informatrice refuse le terme de Pied-Noir puisque ses ascendants, de confession juive, sont arrivés en 1492 d’Espagne, avant la colonisation française de 1830. En 1959 le couple d’informateurs a fui au Maroc, après la découverte par les autorités françaises de réunions du FLN dans leur appartement. Après le tremblement de terre de 1960 à Agadir, le couple est rentré en Algérie où la femme a pu exercer la profession d’institutrice et le mari a continué son activité de formateur dans l’aéronautique. Par son activité et les liens entretenus avec le FLN, le mari a été amené à s’occuper de l’avion de Ben Bella et à le piloter lors de l’évasion d’Aït Ahmed de la prison de Lambèse. Le coup d’Etat de Boumédienne a bouleversé leurs vies, le mari s’est retrouvé au chômage et le couple sans paye pendant plusieurs mois. Actuellement, le couple se partage entre la France et l’Algérie même si, aujourd’hui, la vie quotidienne en Algérie leur paraît de plus en plus difficile Ils évoquent les conditions d’obtention de la nationalité algérienne. L’entretien se conclut sur les dates et souvenirs significatifs de la guerre d’Algérie. 

Crédits photographiques : Repas dans une école en Algérie en 1963, Mennonite Board of Missions – Photographs. Algeria Pax, 1955-1963. IV-10-7.2 Box 2 folder 27, photo #30, Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restrictions de droit connues.

 

MARDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Entretien biographique avec Marceau Gast, ethnologue

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Entre 1997 et 1998, Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, a enregistré une série de neuf entretiens biographiques préparatoires auprès de l’ethnologue Marceau Gast (1927-2010), à son domicile à Aix-en-Provence, en vue de la rédaction d’un ouvrage biographique. Celui-ci est paru sous la référence suivante: Gast, Marceau, Tikatoûtîn. Un instituteur chez les touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Paris: La Boussole, 2004. Cette série d’entretiens retrace la jeunesse et la formation de Marceau Gast en Algérie (années 1930-1940), son expérience d’instituteur auprès des populations touarègues du Hoggar (1951-1955), son activité dans les Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) et enfin son entrée dans le monde de la recherche en ethnologie. Ces entretiens sont l’occasion pour le chercheur de poser un regard précis, curieux, amusé parfois, critique aussi sur son parcours, la société touarègue, la société coloniale, l’Algérie durant la guerre d’indépendance ou encore sur le milieu de la recherche. Marceau Gast a disparu le 26 juillet 2010, un ouvrage collectif en son hommage dirigé par Hélène Claudot-Hawad et Salem Chaker va paraître incessamment.

Durée de la totalité du corpus : 6h30

Ahaggar 1974007

 

L’enfance, la formation professionnelle et la découverte du désert saharien de Marceau Gast, institut

Pour retracer l’émergence de sa vocation saharienne, Marceau Gast revient sur son enfance, son environnement familial, social et naturel qui ont forgé sa sensibilité et sa vie imaginative. La solitude et une certaine marginalité revendiquée ont marqué son apprentissage mais aussi le choix de la carrière d’instituteur qu’il inscrit dans la recherche d’une liberté sociale et intellectuelle. En filigrane de ce récit de l’enfance et de l’adolescence, c’est un regard critique qu’il transmet sur les structures de la société coloniale française en Algérie. Marceau Gast revient ensuite sur son apprentissage entre « vie de Robinson » qui lui enseigne sens de l’observation et sens pratique, et parcours institutionnel de l’école communale à la formation professionelle, dont il souligne les dysfonctionnements autant pratiques que moraux. En 1948, Marceau Gast est nommé à Laghouat où il poursuit son expérience d’instituteur mais vit surtout son premier contact avec le désert. Après le récit de son expérience du service militaire, Marceau Gast explique pourquoi il était alors fasciné par le désert, et plus particulièrement par le Hoggar et le peuple touareg. A la suite d’autres expériences, Marceau Gast obtient enfin une nomination dans le Hoggar où il intègre le projet des écoles nomades. Il raconte le « choc » qu’il éprouve à son arrivée à Tamanrasset puis dans le camp de l’Aménokal, la perte de repères spatiaux et sociaux. Il évoque en particulier l’attitude libre des femmes touaregues et la transformation de leur statut imposée par le regard d’une société coloniale ici vivement critiquée. Il décrit ensuite les conditions d’arrivée dans le camp de l’Aménokal en tant qu’instituteur, ses premières observations et difficultés. Il souligne l’importance dans ce contexte qu’a eu pour lui la découverte de la pédagogie de Célestin Freinet et ses efforts pour mettre en place cette dynamique auprès des enfants. Ce premier entretien se termine par l’évocation de plusieurs figures du camp de l’Aménokal et de l’ambiance particulière, austère et crispée, de ce groupe, très éloigné du fonctionnement des autres groupes touaregues de la région.eur et futur ethnologue : écouter l’enquête n °3377

L’arrivée de Marceau Gast, instituteur et futur ethnologue, au camp de l’Aménokal (1951) dans le Hoggar et son expérience de l’école nomade : écouter l’enquête 3378

Ce deuxième entretien revient sur l’arrivée de Marceau Gast dans le camp de l’Aménokal près d’Abalessa et sur ses premières impressions (étrangeté, solitude, hostilité). Le récit de la première journée est émaillé d’anecdotes et de réflexions sur l’autorité de l’Aménokal Bey ag Akhamouk, sur son entourage et l’accueil qui est fait au nouvel instituteur. Marceau Gast évoque sa découverte de l’étiquette à respecter en présence de l’Aménokal. De même, il apprend peu à peu, avec l’aide de son cuisinier, à décrypter les rites, les interdits et les modes de relation qui structurent la vie du camp. Il rappelle les raisons qui expliquent l’adhésion de l’Aménokal au projet des écoles nomades. Au vu de l’échec qu’a été cette expérience des écoles nomades jusqu’alors, Marceau Gast évoque ses objectifs: convaincre les Touaregs de l’intérêt de cet enseignement, gagner leur confiance sans tomber dans la complaisance et obtenir des résultats auprès des enfants en six mois, durée de l’année scolaire. Marceau Gast poursuit en se remémorant la première journée de classe, la composition du groupe d’élèves, ses difficultés à gérer les enfants de cette aristocratie touarègue, enfants gâtés et susceptibles dont faisait partie le fils de l’Aménokal. Dans ce contexte relationnel difficile, Marceau Gast rappelle l’importance qu’eut la pédagogie Freinet: par la pratique du dessin et des dialogues, en se basant sur le réel, il parvient à capter l’attention de ces enfants et à les amener peu à peu sur le chemin de l’apprentissage. Ce deuxième entretien se termine par l’évocation des petits cadeaux attendus en silence autant par les enfants que par les adultes du camp de la part de l’instituteur: la gestion de ces dons est l’objet pour l’instituteur d’un long et difficile apprentissage. Il doit y faire démonstration de sa subtilité, de sa connaissance de la société touarègue, de ses hiérarchies et de ses codes.

L’expérience d’une école nomade par Marceau Gast, instituteur dans le Hoggar (1951-1952) et futur ethnologue, et sa critique du colonialisme : écouter l’enquête 3379

Dans ce troisième entretien, Marceau Gast évoque l’hostilité première qu’a suscité dans le camp de l’Aménokal la figure de l’instituteur. Il parle de ses difficultés et de ses doutes. A propos de l’enseignement, il fait la critique de la pédagogie traditionnelle dans le contexte des écoles nomades et souligne les apports de la méthode Freinet. Il évoque les dons de ses élèves pour le calcul et fait le récit de sorties pédagogiques autour du camp. Il raconte notamment les similitudes qu’il observa entre les éléments iconographiques spontanément employés par ses élèves et les peintures rupestres néolithiques qu’il leur fit découvrir dans la région. Marceau Gast revient ensuite sur les règles de vie dans le camp de l’Aménokal et plus particulièrement sur les règles régissant l’accueil des visiteurs. Il décrit l’importance à l’époque du rôle de l’Aménokal (recevoir, écouter, aider, arbitrer) au sein des tribus de la région. Etonnée des conditions favorables faites à l’Aménokal par les Français dans cette région, l’enquêtrice évoque la situation de l’Aïr et d’autres régions marquées elles par la répression. Marceau Gast confirme les différences qui ont existées, avance quelques éléments d’explication. Il critique la mentalité d’une partie des coloniaux, notamment au sud du Sahara, et la violence que leur attitude a engendrée. Il évoque également des continuités entre période de la colonisation et période de la coopération sur le plan des mentalités françaises. Ces considérations politiques l’amènent à revenir sur la pensée humaniste de Freinet et sur son propre regret d’avoir manqué de formation politique dans sa jeunesse. L’entretien se termine sur l’application de la méthode Freinet dans sa classe dont il nomme les élèves. Il finit sur les tensions qui ont émaillé sa vie dans le camp et sur la finesse des observations psychologiques des Touaregs.

Observation de la vie et des structures de la société touarègue du Hoggar, par Marceau Gast, instituteur au camp de l’Aménokal (1951-1952) et futur ethnologue : écouter l’enquête 3380

Marceau Gast évoque les rythmes quotidiens du camp de l’Aménokal et souligne le peu de documents existant sur cette société au début des années 1950. La vie au campement était réglée: l’accueil des visiteurs et les discussions suivaient une procédure précise que s’emploie à décrire Marceau Gast. Il souligne également le rôle économique de l’Aménokal dans la région et la gestion de son troupeau de chamelles. L’ancien instituteur revient ensuite sur sa progressive et laborieuse compréhension des codes, des hiérarchies, des règles de bienséance et de politesse qui structurent la vie du camp de l’Aménokal. Il raconte notamment comment se déroulaient certains moments forts de la vie du camp: le retour de voyage de l’Aménokal et l’expérience du deuil. Il revient aussi sur l’interdiction de la musique par l’Aménokal et les comportements qui en découlaient dans le camp en sa présence ou en son absence. Marceau Gast évoque ensuite les connaissances précises qu’avaient l’Aménokal et son entourage sur les populations de la région (sur chaque individu, sa généalogie, ses actions), informations sans cesse actualisées grâce aux visiteurs quotidiens. Ici, Marceau Gast fait la comparaison avec un système équivalent qu’il rencontra plus tard au Yémen du nord. Sur ce thème de la circulation de l’information, Marceau Gast évoque l’importance des pelotons méharistes comme sources d’informations précises pour les Français. Il souligne également les limites des connaissances de l’Aménokal une fois sorti de la région proche et surtout à partir de la progressive entrée en désuétude des grandes voies caravanières et dans le contexte de mutations sociales importantes. L’entretien se termine sur la notion de pauvreté dans la société touarègue et la pratique de l’offrande alimentaire (tabühak).

Kel Ahaggar, Issendan et société coloniale de Tamanrasset (1951-1953), le regard de Marceau Gast, instituteur et futur ethnologue, sur le Hoggar : écouter l’enquête 3381

Marceau Gast précise, dans cette partie de l’entretien, les relations entre l’Aménokal et l’administration française, notamment à travers la question des impôts. Par l’évocation des travaux quotidiens et des troupeaux de chamelles et de chèvres, Marceau Gast aborde ensuite la situation particulière des esclaves dans la société touarègue et en particulier dans le camp de l’Aménokal. Il s’arrête en effet sur leur statut, leurs activités, leur importance dans la vie quotidienne du camp, la formation des jeunes touarègues (caravanes) et la circulation des informations. Loin d’une situation d’oppression, il relève au contraire la conscience qu’ils et elles ont de leurs connaissances, de leurs savoirs-faire et par là de leur importance dans le camp. Marceau Gast revient ensuite sur les différentes sources de revenus de l’Aménokal (caravanes, impôts) et sur la circulation des biens dans la société touarègue. Une autre partie de cet entretien est consacrée à l’alimentation et aux repas de l’instituteur. Marceau Gast détaille les conditions d’alimentation, de ravitaillement et de gestion de la ration alimentaire. Il souligne l’ingéniosité de son cuisinier. Il s’arrête ensuite sur ses relations avec les militaires et la société de Tamanrasset ainsi que sur le rapport annuel du chef d’annexe et son pouvoir. La fin de cet entretien est consacrée à la nouvelle école nomade qu’intègre Marceau Gast en 1952-1953, dans l’Atakor auprès des Issendan. Il décrit les conditions de vie difficiles de cette population (froid, faim, maladie). Il souligne également la curiosité des enfants et la richesse des histoires et légendes du lieu dont il cite deux exemples.

De la vie auprès des populations du Hoggar et du Tamesna à la recherche scientifique à Alger, Marceau Gast, instituteur et ethnologue, évoque l’Algérie à la veille de l’indépendance : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3382

En amorce de cet entretien, Marceau Gast dresse un tableau général de la situation des Touaregs du Hoggar au début des années 1950, celui d’une société figée dont la maîtrise des savoirs et des techniques se délite. Résultat de la colonisation française, une sorte d’atonie semble, pour Marceau Gast, toucher cette population (diminution des échanges avec l’extérieur, crispation identitaire, appauvrissement culturel). Marceau Gast, dans cet enregistrement, évoque son départ du camp de l’Aménokal et son arrivée au Tamesna, territoire peuplé en grande partie par les Irreguenaten et les Isséquamarenes. Avec l’enquêtrice, il revient sur l’histoire du Tamesna et sur les conditions de vie des populations. Il décrit les pâturages, la construction de puits et les divers trafics existants au Tamesna. Le jeune instituteur avait été alors frappé par la liberté, la gaieté et le dynamisme culturel qu’il rencontre dans cette région et qui contrastent avec son vécu dans le camp de l’Aménokal. Il raconte son arrivée, la question du sens de son activité, ses conditions de vie. Il souligne la liberté et l’autorité des femmes du Tamesna, et tisse des liens avec le fonctionnement des anciennes sociétés arabes. Marceau Gast revient ensuite sur les Kel Ahaggar, l’influence islamique auprès de ces populations puis fait un point sur la relation qu’il a observée des Kel Ahaggar avec les membres âgés du groupe. Il évoque ensuite les contacts futurs qu’il eut, au moment de l’indépendance, avec l’Aménokal, Bey ag Akhamouk, et son entourage, les relations entre Berbères et Arabes et leur évolution dans l’Algérie indépendante. Il souligne le fort développement de la ville de Tamanrasset dans ce nouveau contexte politique. Marceau Gast fait enfin un retour sur les raisons de son départ du Tamesna puis du Hoggar. Il fait le récit de son intégration et son investissement dans l’équipe des Centres Sociaux Educatifs d’Alger dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne. Il rappelle enfin sa nomination en 1960 au CNRS qui marque le début de sa carrière d’ethnologue. L’entretien se termine sur l’évocation de la répression des « libéraux » en Algérie à la fois par le FLN et les Français (l’OAS en particulier). Marceau Gast évoque les violences et notamment la torture dont ont été victimes certains de ses collègues et amis.

Marceau Gast, ethnologue, évoque l’expérience des Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3383

Dans cet entretien, Marceau Gast revient sur l’expérience des Centres Sociaux Educatifs d’Algérie de leur création en 1955 à l’indépendance algérienne. Il rappelle les objectifs de ces institutions (proposer un rattrapage d’urgence aux populations délaissées des bidonvilles: alphabétisation, ateliers professionnels, soins de base etc…), et la diversité des équipes qui les animaient. Marceau Gast dirigeait lui le centre audiovisuel dont le but était de produire des documents pédagogiques (émissions de radio, disques, films fixes). Le chercheur évoque ensuite les conditions politiques tumultueuses d’une Algérie en pleine guerre et le fait que les Centres Sociaux Educatifs ont été pris pour cibles à la fois par le FLN et par une armée française dont il fait une vive critique (concussion, prévarication, violence arbitraire, usage de la torture, exactions diverses). Marceau Gast présente avec le recul de quelques décennies, « l’utopie généreuse » qui formait la base du projet des Centres sociaux: idéalisme, générosité d’un personnel passionné, promotion d’une société algérienne démocratique, multiculturelle et multiconfessionnelle. Il rappelle également le fonctionnement des centres et le succès de leurs actions sur le terrain. Marceau Gast fait part de ses critiques envers le gouvernement français d’alors et en particulier envers l’action de Michel Debré. Le rappel de l’assassinat par l’OAS de six responsables des centres sociaux le 15 mars 1962 (« assassinat du Chateau-Royal ») permet à Marceau Gast d’évoquer la douleur d’une illusion perdue ainsi que l’espoir puis la nouvelle désillusion qu’apportera la politique de l’Algérie indépendante. Il évoque également la disparition de toutes les archives des centres, le silence politique autour de ce projet et de là son obsession personnelle pour les archives et la conservation de traces. Marceau Gast revient ensuite sur la figure de Germaine Tillion. Enfin, il fait part de son regard sur la France en cette fin de XXè siècle et fait partager ses doutes, son pessimisme. L’entretien se clôt sur l’annonce du sujet du prochain enregistrement: les années de formation et de recherche en ethnographie de Marceau Gast à Alger.

L’entrée de Marceau Gast dans le milieu de la recherche en ethnologie: un regard sur les débuts de l’ethnologie française dans les années 1960 : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3384

Dans cet entretien, Marceau Gast raconte son arrivée au CNRS et ses débuts dans le milieu de la recherche. Il dresse un tableau critique de la situation de l’ethnologie en France à la fin des années 1960: l’importance de la muséographie, les limites de l’enseignement de l’ethnologie dans les universités françaises, et la fermeture du milieu de l’ethnologie parisienne (autour du Musée de l’Homme et de grandes figures comme André Leroi-Gourhand et Claude Levy-Strauss). Marceau Gast revient sur ses difficultés à intégrer ce milieu parisien. Le jeune chercheur du C.A.R.A.P.E. ne se rend pas tout de suite compte de ces difficultés et rattrape par tous les moyens à sa disposition son retard de formation. Il souligne la qualité de certains cours et de la bibliothèque du centre de recherche du C.A.R.A.P.E et du musée du Bardo à Alger, l’énergie également de chercheurs comme Gabriel et Henriette Camps, Lionel Balout ou Robert Capot-Rey. Marceau Gast s’intéresse à la relation entre la vie des hommes et les structures globales qui les dominent dans les systèmes régionaux, nationaux et internationaux. Sur cette ligne directrice, il oriente peu à peu ses recherches vers la question de l’alimentation, sa vie saharienne l’ayant particulièrement sensibilisé au problème de la faim.

Marceau Gast, ethnologue, évoque le déclin de la recherche ethnographique en Algérie à partir des années 1970 et la question du nucléaire au Sahara : écouter l’enquête 3385

Dans ce dernier entretien, Marceau Gast porte un regard critique sur l’évolution de la recherche dans l’Algérie nouvellement indépendante. Il décrit la transition, souhaitée au moment de l’indépendance, visant à créer des centres de recherche dans plusieurs secteurs fondamentaux et à passer progressivement la main aux Algériens. Ainsi, jusqu’à la fin des années 1960, Marceau Gast est optimiste quant à ce projet et croie en l’importance de la recherche ethnographique pour la définition de l’identité du peuple algérien. Mouloud Mammeri dirige désormais le C.R.A.P.E et propose plusieurs projets dans ce sens. Cependant, ce centre de recherche, de même que la dynamique Maison de l’Artisanat, connaissent leur déclin au fur et à mesure de l’installation du pouvoir de Houari Boumédiene. Marceau Gast émet des critiques quant à la médiocrité des nouveaux responsables politiques et au fossé qu’ils ont creusé entre le pouvoir et les élites intellectuelles de l’Algérie, contribuant à faire de l’Algérie un pays, pour lui, sans identité. Marceau Gast, avec Gabriel Camps, poursuit à partir de là ses recherches à Aix-en-Provence mais le contexte politique algérien rend très difficiles de nouvelles missions de recherche dans le pays à partir de 1974. Il évoque sa dernière mission en 1971 sur le coffre kabyle et les développements qu’il aurait souhaité lui donner. La dernière partie de cet entretien est consacrée à la question du nucléaire dans le Sahara algérien. Marceau Gast évoque les centres de Reganne et d’In Eker. Il décrit le recrutement de ce dernier notamment auprès des anciens esclaves des campements touarègues et souligne l’importance de ce fait dans l’évolution des structures sociales du Hoggar. Il expose également ses doutes quant aux réelles conséquences des essais nucléaires français dans la région et souligne le manque d’études significatives en ce sens.

Crédits photographiques :

A caravan of Tuareg singers in Algeria. 1960s? Mennonite Board of Missions. Photographs. Algeria Pax, 1955-1963. IV-10-7.2 Box 1 folder 27, photo #22. Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restriction de droits connues.

– Marceau Gast avec des amis touarègues dans le Sud du Sahara en 1974, photographie d’Hélène Claudot-Hawad, diffusée avec son aimable autorisation.