Archives de catégorie : Environnement sonore

Nuit de la Radio 2017

Une expérience d’écoute collective au MuCEM

Depuis 2001, les auteurs de la commission des œuvres sonores de la Société civile des auteurs multimédia – Scam proposent une expérience d’écoute collective, organisée conjointement avec l’Ina et Radio France.

Pour la deuxième fois au MuCEM, casque sur les oreilles et au coucher du soleil, une sélection d’archives radiophoniques de l’Ina vous est proposée1. Cette année, l’immersion collective se fera en relation avec la thématique Liberté(s)2.

Informations pratiques

Samedi 15 juillet 2017
Entrée libre et gratuite
MuCEM, fort Saint-Jean dans la cour de la Commande
Accès : entrée « Quai du port », entrée basse fort Saint-Jean
201, quai du Port (10min à pied du métro Vieux-Port)
Accessible aux personnes à mobilité réduite.

Immersion sonore débute à partir de 21h
Durée de l’écoute : 1h30
Des casques sont prêtés sous présentation obligatoire de la carte d’identité.


Crédits photographiques :
– A la une : Photo d’une famille américaine dans les années 1920 à l’écoute d’une radio à cristal, publicité 1922 pour Eisemann radios, 1922, libre de droits.
– Visuel La Nuit de la Radio, design by legoffetgabarra.fr (© Mellimage / Shutterstock, © James Wheeler / Shutterstock).
17e Nuit de la Radio, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée – MuCEM, tous droits réservés, pas d’information sur le photographe ni sur les droits d’usages.


 

  1. La Nuit de la Radio est organisée dans le cadre du Festival International de Cinéma – FIDMarseille qui aura lieu entre le 11 et le 17 juillet. []
  2. Programme proposé par Carole Pither. []

Cloches de bovins dans le Haut-Jura

Pierre Laurence, ethnologue1 a déposé en 2013 à la phonothèque de la MMSH les sources orales de ses recherches. Au cours des mois d’avril et de mai 1991 sa collection sonore en lien avec un rapport réalisé en 1991 sur les cloches dans le Haut-Jura a été traitée.  Ces enquêtes avaient été enregistrées en vue de la préparation d’un film qui a été diffusé sous le tire  Petites histoires de cloches, d’hommes et de vaches, réalisé en 1993 par Georges Nivoix pour le Musée des techniques et cultures comtoises. Elle sont désormais accessibles en ligne sur la base Ganoub.

L’étude avait été effectuée à la demande du Musée des Techniques et Cultures Comptoises et du Parc Naturel du Haut-Jura. L’objet était mieux appréhender la culture des cloches pour bovins dans le Jura. Pierre Laurence avait été sollicité en tant qu’ethnologue, bon connaisseur du domaine campanaire en Languedoc-Roussillon2. dont il est originaire.  Dans ce cadre, il a mené entre le 2 et 8 mai 1991, une série d’entretiens auprès d’éleveurs et de fabricants de cloches de bovins. Continuer la lecture de Cloches de bovins dans le Haut-Jura

  1. Après avoir longtemps travaillé à l’Office départemental d’action culturel dans l’Hérault (ODAC), Pierre Laurence est aujourd’hui chef du service patrimoine à la direction des publics de la culture au sein du Pôle Culture-pierres vives à la Direction Générale Adjointe Education jeunesse culture sport loisirs de l’Hérault. Il a déjà déposé à phonothèque de la MMSH les archives sonores en lien avec une étude sur les Cévennes :  Du paysage et des temps : la mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte, Rapport final de recherche (resp. scient. J.N. Pelen), DRAC Languedoc-Roussillon, Parc national des Cévennes, SIVOM des Hauts-Gardons, 1999. []
  2. En 1990, il avait publié à l’ODAC avec Dominique Dalga et Sylvie Groueff, un rapport de recherche sous le titre « Techniques de fabrication, usages et représentations des cloches, sonnailles et grelots » et dans la revue Terrain (n° 16, mars 1991, pp. 27-41) un article sur le thème : « Cloches, grelots et sonnailles : élaboration et représentation du sonore ». Plus tard, en 1994, il a publié deux chapitre d’ouvrages. Le premier sur la fonderie Granier à Saint-Gervais-sur-Mare, un village situé dans le département du Hérault, au nord de Béziers sous le titre « La fabrication des cloches à la fonderie Granier : une technique dans l’histoire », dans l’ouvrage Chants des cloches, voix de la terre. Carillons et traditions campanaires en Languedoc-Roussillon – (Montpellier, Presses du Languedoc, 2000, pp. 69-84). Le second, dans l’ouvrage sur le thème Homme, l’animal et la musique (Collection Modal, n° 4, Niort, U.P.C.P.-Geste Editions, 1994, pp. 10-19), plus orienté sur les cloches animales sous le titre « Les cloches et sonnailles du monde pastoral : une tradition utile ». []

MERCREDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Paysage sonore d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse (1986)

 

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Paysage sonore enregistré lors d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse (cote F3571, N°4512. Enregistré en juin 1986 entre Fréjus et Thorame-Basse (83 et 04) par Jean-Luc Bardyn. Durée 32min x2.

Ecouter l’enquête en ligne

Paysage sonore enregistré lors d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse en 1986. L’enregistrement original 4 pistes était diffusé dans une exposition au Musée de Salagon sur le thème de la transhumance.

 

Crédits photographiques : Troupeau de brebis en hiver, Luchon, photographiée entre 1859 et 1910 par Eugène Trutat, collections de la bibliothèque de Toulouse – fonds Trutat. Pas de restrictions de droits connues.

Documentation du fonds Olivier Féraud : mon expérience de stagiaire à la phonothèque de la MMSH

Je me répétais: tu sais que dans les moments importants de ta vie tu as de la chancetu trouveras… de nouveau étudiante à presque 30 ans, un peu frustrée par mon accent étranger, j’avais besoin de trouver un stage pratique qui puisse correspondre à mon Master Monde du Livre à l’Université de Provence. J’ai été acceptée à la Médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, un campus de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, spécialisé sur le monde méditerranéen. Cette médiathèque constitue un important appui documentaire pour les étudiants en sciences humaines et sociales. Elle est constituée de trois services (la bibliothèque, l’iconothèque et la phonothèque) qui rassemblent des fonds et des collections en provenance de divers laboratoires de la MMSH.

Je suis restée une semaine dans chacun des services et mon expérience à la phonothèque a été particulièrement riche car j’ai pu suivre un projet du début à la fin. Le projet du stage portait sur le traitement documentaire d’enquêtes de terrain réalisées dans le cadre de la thèse de doctorat d’Olivier Féraud, rattaché au  LAIOS, Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire des Institutions Culturelles. Ethnomusicologue, Olivier Féraud a réalisé en 2003 un mémoire de maîtrise intitulé Les voix du marché : le cri de marchand et son écoute, sous la direction de Bernard Lortat-Jacob. Il est également  musicien, luthier et chercheur en archéomusicologie. Consultable en ligne sur TEL, sa thèse, Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples propose une approche pluridisciplinaire où la production sonore se révèle le centre de la vie sociale du quartier, mettant en avant les relations des acteurs quotidiens.

Il ne s’agissait pas de numérisation puisque les enquêtes étaient déjà au format numérique : Olivier Féraud avait réalisé ses enquêtes au format Wave. Mon travail consistait principalement à les écouter ou visionner les films (formats mov, m4v) pour que je puisse les analyser et les cataloguer. Pour chaque enregistrement, je rédigeais un résumé explicitant le contenu et le contexte de la production,  ses caractéristiques, le but de l’émission vocale et remplissais les différents champs de la base de données. Je travaillais sur le logiciel documentaire de la phonothèque, Alexandrie. Aucun détail qui pourrait définir le mieux un document sonore ne devait pas échapper à cette analyse. Alors pour chaque enquête j’indiquais ainsi la cote, le numéro d’inventaire, le nom de l’enquêteur et de l’informateur, le genre du document (ex: expression vocale, paysage sonore), la durée de l’enregistrement, les noms cités, les lieux cités, les instruments, les descripteurs, la production et technique du son, sa qualité. Avec l’aide de Marie Doumain qui travaille depuis deux ans à la phonothèque, j’ai réussi à comprendre  le fonctionnement d’un thesaurus documentaire et appris à sélectionner les descripteurs. Une fois les données validées par la responsable du service, j’ai imprimé un catalogue pour le chercheurs avec des index afin que lui aussi relise et reprenne éventuellement le travail réalisé. Enfin, avec l’accord du chercheur et en fonction de la volonté des informateurs, les enregistrements sonores ont été mis en ligne en lien avec les notices documentaires.

Les 23 enregistrements sonores enregistrés à Naples, constituent un corpus d’une durée totale de 43 minutes à laquelle s’ajoutent 6 séquences audiovisuelles, d’une durée totale de 40 minutes. J’ai découvert un paysage sonore composé de cris et de chants de marchands, de dialogues domestiques à distance, de cris d’enfants qui jouaient dans la rue, un paysage complété par des chants à danser traditionnels du monde rural. Pour tout documenter, je me suis appuyé sur le Guide d’analyse documentaire du son inédit et bien évidemment sur la thèse d’Olivier Féraud qu’il considère une approche pluridisciplinaire en abordant des aspects relevant de l’anthropologie sociale, la microsociologie, l’anthropologie urbaine, l’anthropologie de la communication, la sociolinguistique, l’anthropologie sensorielle et la prosodie.

Maintenant peut-être avez-vous la curiosité de faire la connaissance de Pino qui lance des appels exposant les attributs du poisson d’une voix incisive pour susciter l’urgence et l’envie ? Je vous laisse vous imaginer son âge, son portrait, son histoire racontée par ses mélismes.

Impossible de ne pas tambouriner le rythme en écoutant une « tammurriata » pendant la fête de Monte Somma, mieux connu sous le nom de « Vésuve », interprétée pour vous par le groupe ‘A parenz’ d’Auniundo .

Enfin, malgré la chaleur de l’été l’envie vous viendra peut-être de vous préparer des marrons chauds en écoutant un castagnaro (vendeur de marrons). Ce n’est pas grave si vous ne connaissez pas la langue napolitaine, ses explications sont sous-titrées en français.

Olivier Féraud a réussi à associer l’image et le son dans des diaporamas, sorte de « films sonores » qui offrent une nouvelle façon de contextualiser les enquêtes orales. L’un d’entre eux vous invite à la fête qui a lieu le mardi in albis, après les Pâques. Tout en écoutant un canto sul tamburo, des photos des chanteurs avec leur auditoire glissent sous vos yeux.

A vous désormais de reconstituer le puzzle de ce quartier populaire de Naples !

Crédits photographiques : Alina Zaharia, la station de numérisation de la phonothèque de la MMSH.

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts