Archives pour la catégorie Le métier de luthier

luthier geste pour carnet

Retour aux sources : le métier de luthier

luthier geste pour carnet

Au cours de l’année 2013, une série d’extraits sonores ont été publiés sur les Carnets de la Phonothèque pour présenter le corpus Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine). L’intégralité des enregistrements  – hormis les restrictions d’usage pour des raisons éthiques et juridiques – est désormais accessible en ligne sur Ganoub, la base de données de la phonothèque. Les fichiers son complet peuvent être consultés sur place, à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence, sur demande motivée. Bonne écoute, merci de vos retours !

Consulter le corpus en ligne.

 

Crédits photographiques : Les gestes de travail de luthier par Hélène Claudot-Hawad, 1982.

Un index des luthiers original : extrait du catalogue documentaire du corpus créé par Hélène Claudot-Hawad, “Le métier de luthier”

Les Carnet de la phonothèque ont publié régulièrement, entre 2012 et janvier 2013, le traitement documentaire des enquêtes orales réalisées par l’ethnologue Hélène Claudot-Hawad dans les années 1980 sur le métier de luthier dans la première moitié du XXe siècle. Un catalogue documentaire sera bientôt publié. Il présentera non seulement les notices contextualisées mais aussi différents index (informateurs, sujets, lieux et personnes citées). Ce catalogue est un outil documentaire qui synthétise, sous une forme papier, la base de données et c’est déjà un de ses intérêts car tout le monde n’est pas connecté. Mais c’est aussi l’occasion de visualiser d’un coup d’oeil le contenu de ces archives et leurs thématiques à travers les index. Celui des noms propres cités ou évoqués a fait l’objet de la part d’Hélène Claudot-Hawad d’un travail de recherche pour retrouver les noms, les dates et les lieux de vie de tous les acteurs. Dans sa présentation, elle remercie pour son aide précieuse et amicale Roland Terrier, luthier et historien de la lutherie. Elle a croisé ses données orales avec diverses sources écrites (notamment le Dictionnaire universel des luthiers de René Vannes, La lutherie lorraine et française d’Albert Jacquot, le Dictionnaire des luthiers d’H. Poidras) et avec la quantité de références fournies par divers sites dont ceux de Roland Terrier, luthier à Mirecourt, du Musée de Mirecourt et de plusieurs maisons de lutherie qui se sont intéressées à leurs fondateurs et auxquelles renvoient certaines notices . Les chiffres correspondent aux numéros d’enquêtes que vous pouvez interroger sur Ganoub, la base de données de la phonothèque.

Index des luthiers cités et évoqués dans les archives sonores Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine)

 

Apparut-Hilaire (atelier) (1925-1967) - Maison de lutherie à Mirecourt, créée par Georges Apparut qui reprit l’atelier de Victor Joseph Charotte (1859-1925) et s’associa plus tard avec son élève Paul Hilaire (1906-1967). Après le décès de ce dernier, l’atelier fut géré par le premier ouvrier, Jean Eulry, jusqu’à sa retraite.
3494

Aubert (atelier puis manufacture de chevalets, 1865-1984) - Maison fabriquant des chevalets fondée par Emile Aubert qui s’installe à Ambacourt en 1865. Son établissement, dont le développement se poursuivra avec ses descendants (maison Jeandel-Aubert), exportera des chevalets dans le monde entier. Voir Jeandel, Louis.
3496

Aubry, Joseph (1873 Domjulien – 1937 Le Havre)Luthier à Mirecourt, puis au Havre
3492

Audinot, Emile (1880 Mirecourt – 1941 Mirecourt)Luthier à Mirecourt, a formé de nombreux apprentis.
3488

Bailly, Charles (1879 Mirecourt – 1957 Mirecourt)Luthier à Mirecourt. Il a travaillé chez Georges Lotte, Paul Mangenot puis Laberte (1906). Installé de 1909 à 1957 rue de colonel Mangin à Mirecourt.
Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/bailly_charles_1921.htm
3488, 3489, 3492

Bazin, Charles-Alfred (1907 Mirecourt – 1987 Epinal)Archetier à Mirecourt, successeur de son père Louis.
3490

Bazin, Charles-René (1906 Mirecourt – 1982 Munich)Luthier à Munich.
3490

Bazin, François-Xavier (1824 Mirecourt – 1865 Mirecourt)Archetier, fondateur de la maison Bazin à Mirecourt en 1840.
3490

Bazin, Gustave (1871 Mirecourt – 1920 Mirecourt)Luthier à Mirecourt. Formé chez Darte-Vuillaume, il travailla notamment à Paris chez Collin-Mézin Père avant de s’établir à son compte à Mirecourt. 
3490

Bazin, Louis (1881, Mirecourt – 1953, Mirecourt)Archetier, né et décédé à Mirecourt. Formé dans l’atelier paternel dont il prit la succession en 1915.
3490

Bisch, Paul (1893, Mirecourt -1967)Luthier, établi à Mirecourt et Paris, élève de L. Mougenot et de Caressa-Français.
3495

Bodart, Philippe (1945 Paris – 2007 Cucuron)Luthier, formé à Mittenwald en Allemagne puis à Mirecourt, successeur de Pierre Claudot à Marseille en 1973, avant de s’établir à Besançon en 1981.
Voir http://www.besac.com/actualite-besancon/lame_du_violon_-143.htm
3486

Boulanger, Pierre-Eugène (1864 Mirecourt – 1940 Mirecourt )Luthier à Mirecourt.
3491

Charotte (famille, fin XVIIIe-XXe s.)Famille de luthiers mirecurtiens dont certains descendants se sont établis à Angoulême et Nice.
Voir : http://www.luthiers-mirecourt.com/luthiers_de_mirecourt.htm
3493, 3496

Chevrier (famille, fin XVIIIe-XXe s.)Famille de luthiers mirecurtiens dont certains descendants se sont établis à Cherbourg, Beauvais, Chalon-sur-Saône, Paris (Voir : http://www.luthiers-mirecourt.com/genealogie_chevrier.htm).
3493, 3496

Claudot, Albert (1899 Mirecourt – 1980 Dijon) Luthier à Dijon, originaire de Mirecourt, fils du luthier Félix Claudot ; travailla dans l’atelier de son oncle François à Dijon avant de s’établir à son compte.
3483, 3485, 3488, 3489, 3491, 3492

Claudot, Félix (1871 Mirecourt – 1906 Mirecourt)Luthier à Mirecourt, spécialiste de contrebasses ; élève de H.C. Sylvestre ; après avoir travaillé trois ans à Paris, puis chez Jacquet à Mirecourt, il s’installa à son compte vers 1899.
3483, 3485, 3486, 3493

Claudot, François, dit Le-Sourd (1865 Mirecourt – 1937 Mirecourt)Luthier du conservatoire à Dijon, élève de Darte et de Grandjon ; travailla chez Gand et Bernardel à Paris avant de d’établir en 1889 à Dijon.
3483, 3485, 3486, 3493

Claudot, Pierre, dit le Pézot (1906, Mirecourt-1996, La Bouilladisse)Luthier à Marseille, successeur de Denis Granier ; fils du luthier Félix Claudot ; élève de Camille Poirson et Marius Didier chez Thibouville à Mirecourt, puis d’Amédée Dieudonné, chez qui il travailla trois ans avant de partir à Marseille en 1928.
3487, 3488, 3489, 3490, 3491, 3492, 3493

Claudot, Pierre II (1942, Mirecourt-1985, Dijon) – Luthier à Dijon et violoncelliste, associé à son père Albert Claudot.
3492

Cognier, Jean-Philippe (né en 1955, Auxerre)Luthier établi en 1980 à Mirecourt en association avec Roland Terrier.
3191, 3490, 3492

Collin-Mezin (atelier Mirecourt/Paris, 1823-1960)Maison de lutherie créée à Mirecourt en 1823. Une succursale est installée à Paris en 1867. La maison Collin-Mezin a fermé ses portes en 1960.
Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/collin_mezin.htm
3488, 3492

Couesnon (fabrique) 1885-1967Fabrique de lutherie à Mirecourt qui faisait les instruments du quatuor et des guitares.
3191, 3487, 3488, 3489, 3494

Darche, Hilaire (1865, Bruxelles-1929, Ixelles) – Luthier à Bruxelles, d’une famille de luthiers originaire de Mirecourt, associé pendant quelques années à son frère.
3483

Darte, Auguste (1829 Paris – 1892 Mirecourt)Luthier à Mirecourt, élève de Nicolas Vuillaume à Mirecourt et de Jean-Baptiste Vuillaume à Paris.
3487, 3489, 3496

Deblaye, Albert  (1874 Bouzemont-1929 Mirecourt)Luthier établi à Mirecourt, dont l’atelier comptait jusqu’à cinquante-quatre ouvriers en 1926.  Fondateur de l’entreprise Deblaye & Meunier, domicilée à Paris. Voir : http://www.luthiers-mirecourt.com/deblaye_albert.htm
3488

Dieudonné, Amédée (1890, Mirecourt -1960, Mirecourt)Luthier à Mirecourt, élève de Gustave Bazin (1871-1920). Ouvrier de la maison Darche à Bruxelles, puis installé à son compte dans cette ville, il revint s’établir à Mirecourt en 1920. Il forma de nombreux apprentis et fournit des violons de qualité à beaucoup de luthiers établis à Paris ou en province.
Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/dieudonne_amedee.htm
3483, 3485, 3486, 3488, 3489, 3494, 3495, 3496

Enel, Charles (1880, Mirecourt – 1954, Saint-Brieuc)Luthier établi à Paris. Elève de Gustave Bazin, ouvrier chez Léon Mougenot puis dans diverses maisons (Paris, Genève, Lyon, Linz, Augsburg et Stuttgart), il installa son atelier à Paris à 29 ans et fit venir son neveu Pierre Enel en 1920 pour travailler avec lui, notamment à la restauration d’instruments anciens. Voir http://www.boyerlutherie.com/qui/charles_enel.htm
3489, 3493

Enel, Pierre (1903 Mirecourt – 1984 Mirecourt) Luthier établi à Mirecourt, spécialiste de la restauration des violons anciens. Elève de Léon Mougenot puis de son oncle, Charles Enel, pour qui il travailla à Paris. Après un passage à Lyon, il revint s’installer dans sa ville natale.
3489, 3492

Espinasse et Etienne (société)Société créée en 1911 : tourneurs sur bois et métaux, fondeurs en cuivre et bronze, fournissant des outils de lutherie au début du XXe siècle.
3488

Eulry, Charles ( ? – vers 1914) - Luthier, tué à la guerre de 1914, qui travaillait dans la maison Bazin à Mirecourt. Père de Jean Eulry.
3494

Eulry, Jean (1907 Mirecourt – 1986 Rouen)Luthier qui fit la plupart de sa carrière chez A. Dieudonné de 1923 jusqu’à la fermeture de l’atelier en 1956, puis devint premier ouvrier chez Hilaire jusqu’à sa retraite en 1967.
3488, 3491, 3492

Gand et Bernardel Frères, puis Gand et Bernardel (atelier, 1866-1901)Atelier parisien créé en 1866 par l’association entre Charles Eugène Gand et les deux frères Bernardel, Gustave Adolphe et Ernest Auguste. Après le retrait de ce dernier en 1886, l’atelier est dirigé par Ch. E. Gand et G. A. Bernardel sous le nom de Gand et Bernardel.
3483

Gerome Famille (1892-1994)Atelier mirecurtien de fabrication d’instruments à cordes pincées (mandolines, guitares), fondé par Louis Gerome auquel succède en 1920 son fils René (1884-1968) qui, à partir des années 1930, travaille avec ses  quatre fils, André, René, Roger et Lucien, qui reprennent l’atelier en 1994 sous le nom Gerome Frères.
3488

Grandjon, Jules (1824, Mirecourt-nd) Luthier à Mirecourt, beau-frère et élève de L. Bernardel à Amsterdam.
3483

Granier et Barbet, puis Granier (atelier, 1877-1934, Marseille)Maison de cuivres et instruments à cordes, fondée par deux ouvriers-luthiers de l’atelier marseillais d’E. Daniel lorsque celui-ci cède son affaire à Guérin, son troisième ouvrier. Après le retrait de Barbet en 1910, Edmond Granier (1851, Le Puits Ste Répérade-1931) se recentre sur la lutherie, travaillant avec ses fils, André et Denis. En 1922, ces derniers prennent la suite de leur père, puis, à la mort d’André en 1924, Denis Granier continue seul jusqu’en 1934 où lui succède Pierre Claudot associé d’abord à André Granier II, neveu de Denis, puis propriétaire de l’atelier à partir de 1937.
3483, 3485, 3486, 3488

Granier, André I (1881, Marseille-1924, Marseille)Fils et élève d’Edmond Granier, luthier à Marseille, dont lui et son frère Denis prendront la succession en 1922. S’est formé à Mirecourt chez Brugère et Charles-Louis Bazin.
3488

Granier André II, dit Boubous (1912-1986, Marseille)Fils d’André Granier I (1881-1924), fit son apprentissage chez A. Dieudonné à Mirecourt, travailla dans l’atelier familial et s’associa entre 1934 et 1937 au luthier P. Claudot qui reprit ensuite la maison. Il dut changer métier suite à des problèmes de santé.
3488

Granier, Denis (1893-1966)  Fils d’Edmond Granier, luthier à Marseille, descendant de l’un des fondateurs de la maison Granier-Barbet en 1877. Formé par son père, puis à Mirecourt chez Laberte, et chez Charles Bazin pour l’archèterie.
3483, 3486

Guinot, Eugène, dit « Le Gégène » (1905, Mirecourt – 1991, Mirecourt)Luthier à Mirecourt, a travaillé chez Bailly, puis chez Dieudonné de 1929 à 1950, et enfin pour diverses Maisons.
3492, 3495

Hilaire, Paul (1906, Rozerotte – 1967, Mirecourt )Luthier à Mirecourt, successeur de Georges Apparut
3492, 3494

Hill W. E. & Sons (atelier 1887-1992)Atelier de lutherie et archèterie installé à Londres, où travaillèrent plusieurs luthiers de Mirecourt, dont Léon Mougenot qui conserva des liens avec cette maison pour laquelle il fit de nombreux violons.
3487

Jaquet, Gabriel  (1870, Mirecourt -1945, Mirecourt), dit Jacquet-Gand, Luthier de Mirecourt réputé en particulier pour ses belles contrebasses.
Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/jacquet_genealogie.htm
3485

Jacquot, Albert (1853, Nancy – 1915, Nancy)Luthier à Nancy et historien de la musique, auteur de La Lutherie lorraine et française, paru en 1912, descendant d’une famille de luthiers originaire de Mirecourt.
Voir  http://www.inha.fr/IMG/article_PDF/article_a2373.pdf
3487

Jacquot, Fernand (1884, Nancy – 1936, Nancy)Luthier de Nancy, descendant d’une famille de luthiers originaire de Mirecourt.
3487

Jacquot, Pierre-Charles (1828, Nancy – 1900, Nancy)Luthier originaire de Nancy.
3487

Jeandel, Louis (1895, Mirecourt – 1984, Ambacourt)Fabricant de chevalets à Mirecourt, héritier de la marque Aubert, fondée par son grand-père maternel, Emile Aubert.
Voir http://www.savarez.fr/flash_aubert/histoire_lutherie.swf

3485, 3492, 3493

Laberte, Auguste (1849-1929)Luthier et fondateur de la manufacture Laberte.
Voir généalogie in http://www.luthiers-mirecourt.com/laberte_genealogie.htm
3488, 3491, 3493

Laberte, Marc (1880, Mirecourt – 1963, Mirecourt) – Luthier ayant succédé à son père Auguste Laberte à la tête de la manufacture Laberte.
3491

Laberte, Philippe (1906, Mirecourt-1969, Mirecourt)Luthier, gérant de la fabrique Laberte.
3491

Laberte (manufacture, 1870-1972) qui porte le nom de Laberte-Humbert Frères jusqu’en 1919, puis Laberte & Magnié 

L’atelier de lutherie Laberte, fondé à Mirecourt en 1780, se transforme  en manufacture près d’un siècle plus tard, en 1870, sous l’impulsion d’Auguste Laberte (1849-1929).  Son fils Marc (1880-1963) qui lui succède s’associe à Fourier Magnié en 1919 et donne une envergure internationale à la fabrique. Après le décès de Philippe Laberte (1906-1969), fils de Marc, la Maison est fermée définitivement en 1972 par la descendante de la lignée, Cécile Laberte (1905 Mirecourt – 1999 Mirecourt). 

Voir Fonds d’Archives Laberte et Magnié : http://www.vosges-archives.com/fichiers/privees/inv16J.pdf

3487, 3488, 3489, 3490, 3491, 3492, 3493, 3494

La Fille ou Lafille (XVIIIe siècle)Célèbre sculpteur de têtes de violon, vivant au XVIIIe siècle à Paris.
3483

Lapierre, Marcel (1907 Mirecourt – 1979 Mirecourt) – Archetier qui après avoir travaillé pour divers ateliers d’archèterie (François Lotte, Louis Bazin, Louis Morizot), partit à Genève dans la maison Pierre Vidoudez, pour ensuite s’établir à son compte à Mirecourt en 1948.
Voir :
- Vatelot, Etienne (1976). Les Archet Français, Sernor, M. Dufour ;
- Raffin, Jean-Francois & Millant, Bernard (2000). L’Archet, Paris, L’Archet Éditions ;
http://atelier-raffin.blogspot.fr/2012/08/un-archet-un-auteur-marcel-charles.html
3490

Lotte, François (1889, Mirecourt – 1970, Mirecourt)Archetier de Mirecourt.
3490

Magnié, Fourrier (1868,  Mirecourt – 1946, Mirecourt) S’est associé en 1915 à la famille Laberte pour créer l’entreprise Laberte-Humbert Frères et Fourier Magnié Réunis
3489, 3491

Mamlok, Michel (1871, Plock en Pologne – après 1946)Luthier qui s’installe à Mirecourt pour créer une manufacture d’instruments de musique en 1924 et y reste au moins jusqu’en 1934. Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/mamlock_michel.htm
3489, 3491

Mangenot, Paul (1862 Mirecourt – 1941 Mirecourt), dit « Le Zon »Luthier de Mirecourt, élève de Paul Bailly. Après avoir travaillé à Lille, Paris, Lyon et Genève, il prend la succession de Justin Derazey à Mirecourt et s’installe en 1890 sous l’enseigne « A la ville de Crémone ». Il vend son propre nom à la fabrique Laberte. Il a formé de nombreux apprentis. Référence : http://www.luthiers-mirecourt.com/mangenot1.htm
3488

Maucotel, Eugène (1893, Mirecourt – 1947, Mirecourt)Luthier de Mirecourt ; premier ouvrier de l’atelier Dieudonné de 1927 à 1932 ; travaille ensuite à la manufacture Laberte avant de s’installer à son compte.
3483, 3491

Millant, Bernard (né en 1929, Paris)Luthier et archetier, fils de Max Millant, établi à Paris en 1950. Co-auteur notamment de l’ouvrage L’Archet – Les archetiers français 1750 -1950
3487, 3488

Millant, Max (1903, Paris – 2005, Cannes)Luthier établi à Paris. Elève de son grand-père Sébastien Auguste Deroux (Mirecourt, 1848-1919) et de Léon Mougenot à Mirecourt.Travailla quelques années à Londres chez Harry Dykes. Associé à son frère Roger depuis 1923, il publia avec lui en 1952 le “Manuel pratique de lutherie”.
Voir http://home.pi.be/~tor-4879/millant.htm
3487, 3491

Morizot, Louis (1874, Darney – 1957, Mirecourt) – i>Archetier à Mirecourt, apprenti chez Cuniot puis chez Charles Nicolas Bazin. Il s’établit vers 1919 et travaille pour de nombreux luthiers. Vers 1933, il s’associe avec ses  cinq fils archetiers.
Voir : http://www.musee-lutherie-mirecourt.fr/index.php?rub=autour_de_la_lutherie&idmenu=3&idpage=33
3488, 3489

Morizot, René (1917, Mirecourt – 2001, Vittel)Luthier à Mirecourt
3488, 3495

Morizot, Yves (né en1937, Mirecourt)Luthier qui, après son apprentissage chez son oncle, René Morizot, se réorienta à cause de la crise des années 1950.
3489

Mougenot, Léon (1874, Mirecourt – 1954, Mirecourt), dit « Le Quinze Grammes »Luthier qui après avoir travaillé à Lyon, Paris et Londres, revint s’établir en 1899 à Mirecourt. Il forma de nombreux apprentis français et étrangers.
Voir : http://www.luthiers-mirecourt.com/mougenot.htm
3487, 3489, 3491, 3493, 3495

Ouchard, Emile Auguste (1900, Mirecourt – 1969, Gan)Archetier qui exerça à Mirecourt dans l’atelier paternel, puis à Paris et aux Etats-Unis (New York et Batavia) avant de se réinstaller en France à Gan dans les Basses Pyrénées en 1964.
3490

Pagès, Jean-Jacques  (né en 1947, Paris)- Luthier établi à Mirecourt
3191, 3492

Poirson Camille (1891, Mirecourt – 1979, Mirecourt) – Luthier de Mirecourt, fils de Poirson dit « Le roi de Rome » ; a formé de nombreux apprentis chez Thibouville dans l’atelier de lutherie d’art (aux côtés de Marius Didier  [1873-1958] et de Marcel Voiry).
3491

Poirson Jules, dit « Le roi de Rome » – Luthier de Mirecourt
3491

Quenoil, René (1921, Mirecourt – vivant)Luthier à Paris ; formé par son père, Victor Quenoil établi à Massy, et par Amédée Dieudonné à Mirecourt.
3488

Sakellaridès, AndréLuthier autodidacte établi à Marseille en 1970.
3486

Schmitt, Jean-Frédéric (1937, La Tronche – 2012, Lyon)Luthier établi à Lyon en 1967, formé à Mittenwald en Allemagne, qui a travaillé à Copenhague, à Paris chez Vatelot et au Japon, avant de s’établir à son compte.
3491

Serdet, Paul-Henri (1905-1983)Luthier à Mirecourt (1905 Mirecourt – 1983 Mirecourt), (généalogie des luthiers de la famille Serdet sur http://www.luthiers-mirecourt.com/serdet_genealogie.htm)
3492

SofraluthSociété Française de Lutherie à Mirecourt.
3492, 3495

Somny, Victor-Emile (1875 Mirecourt-sd)  Luthier de Mirecourt qui, avec ses frères également luthiers, a travaillé notamment chez Magnié puis à la manufacture Laberte & Magnié.
3491

Terrier, Roland (né en 1956, Bourg-en-Bresse)Luthier établi en 1980 à Mirecourt en association avec Jean-Philippe Cognier.
3490, 3492

Thibouville, Jérôme (1833, Mouette – 1902 Paris)Héritier d’industriels fabriquant des instruments à vent dans l’Eure, il épouse en 1861 la nièce de Lamy, luthier à Mirecourt et devient son associé, créant la fabrique Thibouville-Lamy.
3483, 3486, 3487

Thibouville-Lamy (manufacture, 1857-1968)A la fin du 19e siècle, la fabrique Thibouville-Lamy comprend quatre usines dans les Vosges : à La-Couture pour les instruments à vent en bois, à Grenelle pour les cuivres et les cordes harmoniques, à Mirecourt pour les instruments à cordes et à Poussay pour les accessoires et le débit.
3483, 3484, 3486, 3487, 3488, 3491, 3492, 3493

Thomassin, Joseph (1866, Mirecourt – 1946 ,Mattaincourt)Archetier de la maison Bazin à Mirecourt.
3490

Thomassin, Marcel (1891, Mirecourt-1976, Mirecourt)Luthier à Mirecourt, élève de Gustave Bazin, premier ouvrier dans l’atelier Dieudonné.
3483

Tourte, François, dit Tourte Le Jeune (vers 1747-1835)
3496

Vatelot, Etienne (né en 1925 à Provin)Luthier établi à Paris,  élève de son père, Marcel Vatelot, ainsi que d’Amédée Dieudonné à Mirecourt et de Victor Quenoil à Massy Palaiseau. Prend la succession de son père en 1959. Il contribua à la création de l’Ecole de lutherie française à Mirecourt.
Voir http://www.vatelot-rampal.com/imgbd/File/Biographie_etienne_vatelot.pdf
3483, 3488

Vigneron, Louis, dit le Zico (1887, Mirecourt – 1971, Mirecourt)Vernisseur de violons à Mirecourt.
3489, 3495

Villaume, Gustave (1899, Mirecourt – 1983, Mirecourt)Luthier établi à Nancy, formé par Léon Mougenot, a travaillé à Mirecourt puis chez Fernand Jacquot à Nancy, avant de s’établir à son compte en 1924 quand cette maison fit faillite.
3489

Villaume, Jean-Baptiste (1905 Mirecourt –1989 Mirecourt), dit le JeanjinotLuthier à Mirecourt, apprenti chez Léon Mougenot ; en 1924 il intègre la manufacture Mamlok où il gagne davantage mais pour un travail qui ne lui plait pas (violons moulés) ; il travaille ensuite pour son frère Gustave installé à Nancy.
3487

Vuillaume, Jean-Baptiste (1798, Mirecourt – 1875, Paris)Célèbre luthier du XIXe siècle établi à Paris ; il travailla dans l’atelier de F. Chanot puis s’établit à son compte en 1827. Voir Roger Millant, Jean-Baptiste Vuillaume, sa vie, son œuvre ( W.E. Hill & Sons, London, 1972) ; Sylvette Millot, L’histoire de la lutherie parisienne du 18e siècle à 1960, Tome 3 (2 volumes) : Jean-Baptiste Vuillaume et sa famille”. (Editions Les Amis de la Musique, Spa, Belgique, 2006).
3487, 3489

Vuillaume, Nicolas (1800, Mirecourt – 1872, Mirecourt) Luthier à Mirecourt, travailla d’abord chez son frère Jean-Baptiste Vuillaume à Paris de 1832 à 1842 puis, de retour à Mirecourt, continua à fabriquer pour ce dernier. Il eût pour 1er ouvrier  le luthier  Darte qui prit sa succession.
3487, 3489

 

Crédits photographiques : carte postale sur les activités de la lutherie à Mirecourt, 1920, collection privée famille Morizot.

Un luthier explique comment est choisi le bois pour la fabrication du violon

Le luthier Pierre Claudot vers 1985 (cliché H. Claudot-Hawad)

Cet entretien fait partie d’une série réalisée par Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, auprès de son père Pierre Claudot, luthier de profession. L’enquêtrice l’interroge ici sur le choix des bois pour la fabrication du violon : épicea (pour la table) et érable (pour le reste du corps de l’instrument), ébène pour la touche…

Les fournitures : table, fond et éclisses

Ebène et gabarits

 

 

 

 

 

 

Le luthier explique qu’il faisait appel à des débiteurs de bois spécialisés qui connaissaient bien le métier et recherchaient les bois en fonction des besoins de la fabrication.

 Marchands et bûcherons de bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Les meilleurs bois d’érable pour la lutherie venaient des forêts denses des Alpes moyennes. En effet, pour être de bonne qualité, le bois doit se développer lentement, ce qui le rend dur et dense.

 Le beau bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Certaines écoles françaises de luthiers du 19e siècle ont fait venir du Canada ou d’Amérique du Nord des érables à sucre qui sont également très beaux. Pour les épiceas, les meilleurs venaient de Suisse. Le luthier reconnait le bois de premier choix à l’œil autant qu’à l’oreille.

Le luthier P. Claudot teste la sonorité du bois (cliché H. Claudot-Hawad)

La sonorité du bois (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Le bois de lutherie est débité dans le sens de la longueur et coupé dans le fil.

Le débitage du bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

C’est le bûcheron qui sait à quel moment le bois doit être coupé, en fonction de la lune. Le bois plus ancien est plus cher tout simplement parce qu’il est certain qu’il ne bougera pas. Aujourd’hui le bois est séché dans des étuves mais en tant que luthier, l’informateur n’a jamais expérimenté cette méthode.

Le séchage du bois (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

En effet, il conservait toujours du bois en avance qu’il surveillait par rapport à l’hygrométrie, au froid et aux insectes.

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un luthier explique comment est choisi le bois pour la fabrication du violon. Courchevel, 18 juillet 1981. 1 cass. :  21 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3988.

Crédits photographiques : Clichés H. Claudot-Hawad. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques

Le luthier Pierre Claudot à Marseille vers 1930

Après plusieurs entretiens menés par sa fille ethnologue en 1981 puis en 1988, Pierre Claudot, alors âgé de 87 ans, est interrogé ici sur sa vie marseillaise par Mireille Jattiot-Cohu. L’enquête s’apparente à un dialogue du fait des liens qu’entretient l’enquêtrice avec l’informateur : elle est une petite-fille Granier, anciens propriétaires de l’atelier marseillais de Pierre Claudot. Ce dernier raconte son parcours de Mirecourt à Marseille.

Naissance à Mirecourt (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Sollicité par son oncle François, luthier à Dijon, qui n’a pas de successeur, il décide de s’orienter vers la lutherie, bien que sa mère soit assez réticente. Le contexte lui paraît favorable, d’autant que la guerre de 1914 a décimé une partie des spécialistes de la lutherie.

Le choix de la lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Pierre Claudot voit aussi dans cette orientation une possibilité de s’échapper de Mirecourt, dont le cadre familial et provincial semble l’étouffer. Il entre en apprentissage chez Thibouville.

Apprentissage (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Son rêve d’indépendance est apparemment incompatible avec la vie à Mirecourt.

S’éloigner (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

A la fin de son apprentissage, déçu par l’installation de son oncle à Dijon, il part travailler chez Dieudonné pendant trois ans à Mirecourt où il dit avoir beaucoup appris.

Perfectionnement chez Dieudonné (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Au retour de son service militaire, Dieudonné l’informe de deux demandes pour un ouvrier-luthier, l’une à Lille et l’autre à Marseille.

De Mirecourt à Marseille (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

Il gagne Marseille le 15 janvier 1928 âgé de 21 ans et demi pour être embauché par la maison Granier, installée 14 rue Paradis depuis 1877.

 

Maison Granier et Barbet à Marseille (Archives P. Claudot)

Un contrat tacite (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)


Au-delà de l’adaptation aux climat et tempérament méditerranéens, il s’agit d’une véritable adoption de Pierre Claudot par la famille Granier.

Lors de la crise de 1933, Denis Granier abandonne la lutherie. Son neveu, André Granier II (fils d’André Granier I), et Pierre Claudot s’associent et ne conservent de la maison Granier que l’atelier dont Pierre Claudot deviendra propriétaire en 1937 jusqu’à sa retraite en 1973.

Effort de continuité (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

De son côté, Denis Granier ouvrira un magasin de peinture en exposant les artistes peintres dans l’arrière-boutique, mais quelques années après, devra se réorienter à nouveau en travaillant dans l’aéronautique, pour revenir plus tard, après la guerre, à l’archèterie dans un petit atelier installé rue des Minimes.

Si Pierre Claudot évoque avec plaisir le parcours de son maître Dieudonné ou s’il narre avec détails la leçon de survie qu’a imposée la guerre de 1939-1945, c’est quand il parle de son métier qu’il trouve toute son aisance. Outre l’importance primordiale de la netteté du geste, il décrit quelques étapes de la fabrication d’un violon, les deux types de moules utilisés (en dedans ou en dehors) pour les éclisses, quelques techniques et progressivement le corps de l’informateur s’anime : il va chercher un instrument pour le présenter à l’enquêtrice, puis des outils, il va même jusqu’à la démonstration.

Il évoque les ouvriers habiles et rapides qui gagnaient leur vie à condition de faire dix beaux violons à la main par mois.

Le travail aux pièces (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)


Il y avait trois manufactures de lutherie à Mirecourt, au début du XXe siècle, qui embauchaient de nombreux ouvriers et avaient développé la technique du violon moulé.

Le violon moulé et les fabriques de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)


Enfin ce dernier entretien de Pierre Claudot se termine par un dialogue sur ce qui est appelé ”l’âme” du violon, cette petite pièce cyclindrique placée entre la table et le fond de l’instrument pour soutenir la voûte du violon qui subit la pression du chevalet sur lequel s’appuient les cordes.

Son, âme et barre (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n° 3486)

 

Le luthier Pierre Claudot ajustant l’âme d’un violon avec la pointe aux âmes, et à ses côtés Philippe Bodard, son successeur, à Marseille, vers 1973 (Archives Pierre Claudot)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Jattiot-Cohu, Mireille (enquêtrice).  Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques,  30 octobre 1993. 1 cass. :  33 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3486. 

Crédits photographiques : Archives Atelier Pierre Claudot. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

 

Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie

Yves Morizot chez lui à l’établi (collection famille Morizot)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue en 1982 dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier. Le témoin de cette enquête, Yves Morizot, appartient à une autre génération d’apprentis luthiers: celle des années 1950, période qui correspond à une nouvelle crise dans le métier (cela durera une vingtaine d’années). Il interrompt son apprentissage débuté chez son oncle, le luthier René Morizot, pour s’orienter vers d’autres débouchés, en rapport cependant avec la lutherie (il sera employé à la Sofraluth, Société Française de Lutherie).

Abandon de la lutherie (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Yves Morizot décrit les coutumes de la corporation des luthiers et les occupations du dimanche ainsi que du lundi, jour ferié des luthiers.

Le jardin et la vigne (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il rapporte différentes anecdotes liées au métier et parle des farces que les luthiers avaient l’habitude de faire.

Les farces (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il décrit l’organisation « à la division » pour fabriquer les instruments, avec les ouvriers regroupés en « chantiers » selon les pièces à produire. Pour les ateliers artisanaux, il y avait aussi différentes spécialités : luthier, archetier, fabricant de têtes, vernisseur.

Le vernisseur (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

L’atelier de vernissage. Maison Laberte-Humbert (carte postale, début XXe siècle, extrait)

Les instruments, souvent transportés à bicyclette, circulaient ainsi entre les ateliers de lutherie, de sculpture de têtes, de polissage, de vernissage et aussi le domicile des artisans. Dans le travail manufacturé, les femmes faisaient le filetage, le moule, le polissage, le ratissage. Les grandes maisons comptaient autant de femmes que d’hommes chez les ouvriers.

Mirecourt, ville de luthiers (carte postale, début XXe siècle)

Yves Morizot évoque le rythme de travail intense de ces artisans : 10 h par jour à quoi s’ajoutaient les “temps perdus”, c’est-à-dire le travail à domicile après l’atelier ou la fabrique, pendant le temps de repos ou les congés. La rapidité de fabrication était indispensable pour obtenir le rendement exigé. Il mentionne la qualité diverse des instruments en fonction de chaque artisan.

Trois violons par semaine (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

A Mirecourt, les seuls grands pôles d’activité étaient alors la lutherie ou la dentelle.

La lutherie ou la dentelle (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

Les dentellières de Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Le témoin revient sur les anecdotes que transmettaient les anciens (luthiers, brodeuses) aux plus jeunes le soir au pied des maisons du Faubourg à Mirecourt.

Le « coyroye » (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

, Le Faubourg Saint-Vincent à Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Il mentionne aussi les activités pratiquées par les luthiers et liées aux saisons et à la nature (jardinage, champignons, escargots, pêche…).

Jardin, cueillette et pêche (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon dans les années 1900  (carte postale)

Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon en 2012 (cliché H. Claudot-Hawad)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Morizot, Yves (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie. Mirecourt,  juin 1982. 1 cass. :  30 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3495. 

Crédits photographiques : Monsieur Yves Morizot à l’établi (collection particulière famille Morizot). Cartes postales du début du XXe siècle sur les ateliers de la Maison Laberte-Humbert, Mirecourt-La lutherie et Les dentellières, mises aimablement à disposition par Mme Morizot.   Cartes postales du début du XXe siècle Faubourg St-Vincent et Vieux Pont (archives A. Claudot). Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

La fille du propriétaire d’une fabrique de lutherie de Mirecourt dresse le portrait de la profession et de l’entreprise familiale

Maison Laberte-Humbert Frères à Mirecourt (carte postale)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, et elle y a rencontré des anciens du métier, ainsi que leurs proches. Le témoin, Cécile Laberte, est une descendante de la maison Laberte, fondée à Mirecourt en 1780.

Sept générations dans la lutherie (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 

Elle évoque, sans suivre de chronologie, le fonctionnement et les évolutions de la fabrique familiale au cours du vingtième siècle.

L’association avec Magnié (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)


 Durant tout l’entretien, elle présente les photographies de l’histoire de la fabrique. Son grand-père, Auguste Laberte, travaillait avec sa femme, qui s’occupait de la comptabilité. Il a transformé l’atelier en usine avant 1900 et a créé un prix pour encourager le beau travail de lutherie.

Prix Laberte (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 

Maison Laberte-Humbert Frères à Mirecourt (carte postale)

 Le père de Cécile Laberte, Marc Laberte, suit un apprentissage de lutherie pendant trois ans chez Poirson (surnommé le “Roi de Rome”), mais ne pratiquera jamais le métier, il reprend l’affaire familiale et s’occupe de la commercialisation.

Apprentissage du père (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 

Il en est de même pour le fils de Marc Laberte, Philippe, frère de Cécile, qui fera lui-aussi son apprentissage chez Camille Poirson (fils du luthier qui a formé son père), mais n’exercera pas en tant qu’artisan.

Apprentissage du frère (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 

Maison Laberte-Humbert Frères. L’atelier de violoncelles (carte postale)

En plein essor de l’atelier au lendemain de la première guerre mondiale, il s’associe à Magnié, chacun assumant un rôle particulier dans l’entreprise.

Le partage des rôles (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 

Maison Laberte-Humbert Frères à Mirecourt. Séchage du bois (carte postale)

L’usine compte alors une quinzaine d’apprentis et les bâtiments sont composés de hangars de 70 mètres de long pour faire sécher le bois. La maison traite le bois (séchage, scierie), réalise des instruments manufacturés (destinés à l’étude) : violons, violoncelles, contrebasses, mandolines, guitares, les accessoires nécessaires à la pratique et à l’usage des instrument (étuis…). Des représentants travaillent à l’exportation de la production à travers le monde.

Autour de l’activité principale, Marc Laberte possède un atelier artisanal (pour les beaux instruments fabriqués à l’ancienne) et Magnié développe (jusqu’en 1940) la fabrication de phonographes.

L’atelier de lutherie d’art (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 En 1925, la ville de Mirecourt compte, dans le domaine de la lutherie, trois fabriques (la Maison Laberte, la Maison Thibouville Lamy, la Maison Couesnon) et une multitude d’artisans. Les luthiers sont connus pour porter des surnoms, et aussi pour la défense de leurs secrets de fabrication.

La Maison Laberte essuiera deux crises économiques. Durant celle des années 1930, les luthiers de Mirecourt changent de métier, voire de ville. Cela entraîne la fin de la traditionnelle succession familiale dans les ateliers. Cécile Laberte finit par liquider la Maison en 1972.

Les femmes également travaillaient pour la lutherie (à domicile ou à l’usine), elles polissaient, vernissaient et garnissaient les étuis.

Polissage des violons par des ouvrières (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 Garnissage des étuis (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

 

Maison Laberte-Humbert Frères. Le vernissage (carte postale)

La fin de l’entretien reprend quelques thèmes abordés par Hélène Claudot-Hawad avec les autres témoins de l’enquête (la reprise de la fabrique, l’interruption de la succession, les horaires de travail…). La charte des Luthiers date du 15 mai 1732, elle précise que les luthiers doivent honorer leur patronne, sainte-Cécile, le 22 novembre, cette date marque toujours à Mirecourt la fête de la profession.

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Laberte, Cécile (informatrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).   La fille du propriétaire d’une fabrique de lutherie de Mirecourt dresse le portrait de la profession et de l’entreprise familiale. Mirecourt, juin 1982. 1 cass. :  1h 25min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3491.

Crédits photographiques : Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Récit de vie d’un luthier qui fabriqua des violons dans sa maison natale de Mirecourt des années 1920 aux années 1980

 

Le luthier Jean Villaume à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

 

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, et y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Ici elle s’entretient avec Jean Villaume (Jean-Baptiste à l’état civil), dit le Jeanjinot, déjà  interrogé lors d’une précédente enquête menée chez son frère, le luthier Gustave Villaume.

Une pièce du logis – dans lequel vit toujours le témoin – était déjà réservée à l’atelier du temps où son père travaillait, lui aussi luthier de profession. La maison est située dans un quartier du vieux Mirecourt, anciennement fief de la profession.

Le luthier Jean Villaume et son épouse à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

 Le quartier des luthiers (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Ce père sera mobilisé lors de la guerre de 1914, dont il reviendra pour mourir (en 1921). Les deux frères aînés de Jean sont dans la lutherie, sa mère le place par commodité en apprentissage en 1917, il n’a pas encore douze ans. Trop petit de taille, on doit le surélever pour qu’il travaille à l’établi.

Luthiers de père en fils (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

De ses premières années dans le métier,  Jean Villaume raconte l’effort de travail difficile à fournir pour un enfant et  les étapes de l’apprentissage sous le contrôle des plus grands.

L’apprentissage (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489).

Il évoque les distractions du dimanche à Mirecourt  (bal, cinéma, fanfare municipale).

La “Musique” à Mirecourt en 1924 (Archives Pierre Claudot)

Les loisirs des luthiers (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Il travaille dans la Maison Mougenot quelques années mais la quitte pour des raisons financières. Il embauche alors dans une nouvelle maison dont il n’apprécie cependant pas le travail qu’il juge grossier (pratique du moulage de la voûte et du fond au détriment du travail à la main).

L‘expérience du violon moulé (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Au contraire, la fabrication artisanale des violons à la main est restée quasi identique des temps anciens jusqu’à aujourd’hui.

La fabrication à la main (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

L’atelier de Jean Villaume à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

 Jean Villaume travaille finalement à domicile, grâce aux commandes de son frère Gustave, devenu propriétaire d’un atelier à Nancy. Ils évoquent, avec l’enquêtrice, les différents hommes de leur famille liés à la lutherie et le rôle des femmes et filles dans les ateliers. 

Emploi du grand-père maternel chez Darte (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

 

Les outils du luthier. Atelier de Jean Villaume à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

 

Après avoir donné le contexte familial de son enfance, Jean Villaume revient sur les types de rémunération des luthiers, sur leurs difficiles conditions de vie et sur son souhait (assouvi) que ses enfants connaissent d’autres métiers avec de meilleures situations.

Véritablement passionné par chaque étape de la fabrication d’un instrument, Jean Villaume a encore les gestes dans les mains ; il illustre ce qu’il décrit par l’exposition des outils et la démonstration de leur usage. Il dit pouvoir reconnaître les violons de sa fabrication parmi tous, chaque luthier possèdant une facture et un style singuliers : “chacun a sa main”.

 

« Chacun a sa main » (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)


Il se fait aussi chroniqueur de la vie luthière de Mirecourt : il distingue les grandes maisons que sont les manufactures (Laberte-Magnié, Thibouville-Lamy) des artisans (dont Dieudonné, Mougenot…) dans les années 1920, et décrit quelques us et coutumes des luthiers (leur apparence vestimentaire, leur esprit frondeur et jovial, leur pratique de l’alcool).

L’esprit frondeur des luthiers (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Chez le luthier Jean Villaume à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Villaume, Jean (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Récit de vie d’un luthier qui fabriqua des violons dans sa maison natale de Mirecourt des années 1920 aux années 1980. Mirecourt,  juin 1982. 1 cass. :  40 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3489.

Crédits photographiques : Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

 

La condition des luthiers de Mirecourt dans les années 1910 illustrée par l’histoire d’une famille

Le luthier Pierre Claudot dans son atelier à Marseille vers 1972 (collection particulière)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, originaire de Mirecourt et maître-luthier à Marseille jusqu’à sa retraite. Ce troisième entretien a été mené sept ans après les premiers. A travers son histoire individuelle de Mirecourt à Marseille, Pierre Claudot dresse le portrait économique et social de cette profession artisanale et de la misère quotidienne durant la décennie de 1910 à Mirecourt. La vie est alors difficile pour la plupart des gens qui, en échange de travaux physiquement très éprouvants, ont des salaires qui leur permettent à peine de survivre.

Mirecourt, carte postale, début du XXe siècle

Époque mal payée (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Les seules distractions enfantines dont se souvient Pierre Claudot tiennent notamment aux bouleversements engendrés dans la petite ville proche du front par la 1e guerre mondiale : les passages de soldats et de prisonniers.

Enfants et guerre (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Les enfants, au lieu d’aller à l’école (réquisitionnée pour les blessés), vont aux enterrements, font l’exercice avec les soldats, participent à la vie des appelés qui partent au front.
 
Enfants et guerre – 2e extrait (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

De son côté, en 1906, le foyer familial se trouve endeuillé par la mort accidentelle du père luthier, Félix Claudot, et endetté car ce dernier venait à peine de s’installer à son compte à Mirecourt.

Félix Claudot (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

La maison ne dispose ni d’électricité ni d’eau courante et demeure un endroit de labeur, où l’on se nourrit des récoltes du jardin. Pommes de terre et légumes secs forment la base de l’alimentation, avec comme plat de fête le pot au feu.

L’alimentation : jardin et cueillette (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Les jardins autour de Mirecourt (carte postale, début du XXe siècle)

Dans ce foyer mirecurtien, tenu par une mère veuve à 27 ans, les trois enfants participent pleinement à la vie économique. Pierre Claudot est contraint d’arrêter sa scolarité à douze ans après le brevet et d’occuper un emploi subalterne de “saute-ruisseau” dans une banque.

L’expérience de la banque (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Grâce à la création en 1920 d’une formation rémunérée pour relancer à Mirecourt la lutherie d’art, concurrencée par l’installation de la manufacture, il peut renouer avec la lutherie, artisanat d’art local et véritable tradition familiale ; il devient ouvrier-luthier. Après son service militaire, il choisit de partir à Marseille dans l’atelier Granier.

Une place à Lille ou Marseille (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485) 

La lutherie occupe une part importante de la population de Mirecourt. A la fabrication de violons, altos, violoncelles et contrebasses pour les luthiers, d’archets pour les archetiers, s’ajoutent celles des étuis et autres accessoires de lutherie. Un nouveau modèle de travail dans la fabrication des instruments s’est instauré au début du 20e siècle : chaque ouvrier est spécialiste d’une partie de l’instrument, là le métier s’apparente plus à une fabrication à la chaîne qu’à un métier d’art. Parallèlement subsistent des ateliers de lutherie d’art qui fabriquent intégralement les instruments.

Lutherie à la main ou lutherie manufacturée (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Fabrique Laberte-Humbert Frères. Vernissage (carte postale)

Le témoin décrit le rythme de travail hebdomadaire.

60 heures par semaine (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

 

La corporation des luthiers rassemble historiquement des hommes qui s’affirment laïcs et républicains. Par contre, les femmes de luthiers à l’époque sont souvent croyantes et pratiquantes, comme l’évoque le témoin à travers le cas de ses parents.

Les rapports à la religion (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

Chapelle de la Oultre à Mirecourt, XIe siècle (cliché H. Claudot-Hawad)

La posture anticléricale de beaucoup de luthiers et leurs moeurs festives les font cataloguer par la bonne société dévote et même bigote de Mirecourt, comme un milieu infréquentable doté d’une réputation sulfureuse. Beaucoup d’ouvriers ont un lopin de terre, dont l’obtention daterait de la Révolution. Ils cultivent ce jardin appelé le « paquis » et s’y défoulent le lundi, jour traditionnel de congé des luthiers. La lutherie est à cette époque également une activité pratiquée par certains  paysans qui taillent le bois le soir ou pendant les longs hivers vosgiens.

Paysans luthiers et luthiers paysans (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

 

Le témoin pense que les ouvriers ne parvenaient pas à bien défendre leurs droits, car ils n’étaient pas organisés même s’ils réagissaient fortement à l’injustice.

Le vernisseur indigné (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3485)

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).   La condition des luthiers de Mirecourt dans les années 1910 illustrée par l’histoire d’une famille. Mirecourt,  22 mai 1988. 1 cass. :  1h 4min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3485.

Crédits photographiques : Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Récit de la vie professionnelle d’un luthier à Mirecourt, des années 1920 aux années 1970

 

Le luthier Jean Eulry chez lui à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, en 1982. Elle y a rencontré des anciens du métier, ici accompagnée de Bernard Lesaing, photographe au LAPMO (CNRS), dont on entend la voix. Jean Eulry, orphelin de père à sept ans, commence son apprentissage à treize ans en 1920, il passe trois ans dans la maison Laberte.

L’apprentissage (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Il travaille encore six mois chez Laberte après  la fin de son apprentissage, puis est embauché dans l’atelier du luthier Amédée Dieudonné.

Embauche chez Dieudonné  (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Il décrit le rythme d’une journée type de travail partagée entre les heures de labeur à l’atelier et le travail à la maison.

Le rythme de travail  (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Un atelier de lutherie à Mirecourt au début du XXe siècle (carte postale)

Il raconte  l’atmosphère au sein de l’atelier (répartition des établis avec des apprentis en face des luthiers confirmés  ; autorité du patron).

Trois établis dans l’atelier  (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Chez Dieudonné, il est payé à l’heure : il fait du neuf ainsi que de la réparation.

Neuf et réparation  (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Au-delà de ses heures d’atelier, il travaillait à domicile sur la table de cuisine le soir et les jours de congés (pour une rémunération à la pièce et non plus à la journée). Et il trouvait le temps de cultiver son jardin afin de nourrir la famille.

Les violons à la maison (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494) 

Quand la maison Dieudonné ferme en 1957, il devient premier ouvrier chez Hilaire. A la mort de ce dernier, il dirige l’atelier, forme des apprentis, et prend finalement sa retraite après avoir fait venir un apprenti pour le remplacer.

Fermeture de la maison Dieudonné en 1957 (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Jamais il n’aura signé un de ses instruments, mais dit pouvoir naturellement les reconnaître.

La signature (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Il a travaillé en tout quarante-sept ans et quatre mois. Il ne souhaite plus toucher au métier.

La retraite totale (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Tout comme il dit qu’il n’aurait pas aimé que ses fils reprennent l’activité dans les conditions de travail très rudes que lui, et précédemment son père, luthier, et aussi sa mère qui faisait de la broderie, ont connues.

Autre orientation pour les enfants (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Eulry, Jean (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Bernard Lesaing (photographe). Récit de la vie professionnelle d’un luthier à Mirecourt, des années 1920 aux années 1970,  juin 1982. 1 cass. :  25min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3494.

Crédits photographiques : Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Un fabricant de chevalets retrace la vie des ateliers de Mirecourt du début du 20e siècle aux années 1980

Louis Jeandel, fabricant de chevalets, Ambacourt, 1982 (cliché B. Lesaing) (cliché

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue en 1982 dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier. Le témoin, Louis Jeandel, descend d’une famille de luthiers fabricants de chevalets depuis 120 ans ; son grand-père a créé la célèbre marque familiale Aubert (de son propre nom). Suite aux décès de ses deux maris successifs, sa grand-mère dirige l’affaire, puis elle se fait remplacer par sa fille jusqu’à la seconde guerre mondiale. Louis Jeandel suit son apprentissage dans la maison fondée par son père en 1895 (année de sa naissance), première fabrique spécialisée dans les chevalets à Mirecourt. Il a également une formation de mécanicien spécialiste en fabrication d’outillage spécifique.

L’apprentissage (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Tableau des chevalets Jeandel-Aubert (cliché B. Lesaing)

Après la deuxième guerre mondiale, il réunira les deux ateliers (le premier fondé par son grand-père maternel Aubert et l’autre par son père) et deviendra le seul fabricant de chevalets. Sa production en 1926 atteint 300 000 chevalets par an avec une dizaine d’ouvriers payés à l’heure.

Sur un instrument de musique à cordes, le chevalet est une pièce placée entre les cordes et la table d’harmonie de l’instrument : son rôle est de transmettre les vibrations des cordes à la table qui va amplifier le son produit. Le chevalet sert aussi à maintenir l’espacement entre les cordes et, pour les instruments à manche, à les maintenir à la bonne hauteur par rapport à celui-ci. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement qu’un seul modèle de chevalets en usage, mais ce modèle a évolué au fil du temps.

L’évolution de la forme du chevalet (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Louis Jeandel définit la spécificité de cette pratique artisanale : les outils eux-mêmes sont fabriqués au sein des ateliers, l’essentiel étant autrefois le canif. La fabrication à la main des accessoires comme les chevalets, mais aussi les chevilles, les cordiers, a aujourd’hui partout disparu.

La fabrication artisanale des chevalets (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496


Héritier de l’histoire familiale, il présente à l’enquêtrice un livre de compte datant de son grand père qui témoigne de la production de chevalets dès 1874 et d’activités annexes comme le débit de bois. Il est catégorique, aucun luthier n’a jamais fait jamais de chevalet. Une des raisons est qu’il faudrait trop de bois. Lui-même achète aujourd’hui 25 tonnes de bois par an alors qu’il en utilise seulement 2 tonnes pour ses chevalets, le reste part en chutes, en sciure et copeaux. En effet, le choix du bois du chevalet – qui pèse 3,5 grammes – doit être très strict et exempt de tout noeud. Il expose la nature, la qualité et la quantité de bois d’érable nécessaire à cette fabrication.

Choix du bois pour les chevalets (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Plaquettes de bois pour chevalets, maison Jeandel (cliché B. Lesaing)

Ses clients viennent du monde entier visiter sa fabrique. Il travaille par exemple avec six sociétés au Japon, dont les représentants se sont tous rendus à Mirecourt. Pour palier à la crise de la lutherie, il a gardé ses ouvriers et a fabriqué d’autres objets (meubles de radio, de cuisine…) mais depuis la fin des années 1960 il ne fait plus que des chevalets à nouveau. De la profession des luthiers dans son ensemble, Louis Jeandel distingue ceux d’avant et d’après la guerre de 1914-1918, disant que lui par exemple a eu le temps d’apprendre la musique (le violon) et il jouait dans l‘orchestre à cordes de Mirecourt dirigé par Dieudonné.

Louis Jeandel, fabricant de chevalets, 1982 (cliché B. Lesaing) 

Il répond à l’enquêtrice sur l’état d’esprit frondeur des luthiers (joie de vivre, anticléricalisme, engagement politique, libres penseurs). Bien que soumise à d’importantes heures de travail (à l’atelier et en complément à domicile), toute la profession trouvait des respirations dans ses jours de repos (dimanche et lundi) et des fêtes (la sainte Cécile, patronne des luthiers). Pour illustrer les conditions difficiles de vie dans cette profession, il souligne avoir vu des médecins exercer gratuitement leur métier afin de soigner les ouvriers. Il considère que son métier est luthier, il n’y a pas de terme spécial pour le fabriquant de chevalets. Le récit se prolonge sur la reconstitution et l’énumération des vingt-quatre opérations successives de fabrication d’un chevalet d’autrefois.

24 opérations pour fabriquer un chevalet (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Chaque opération se distingue par l’outil et l’usage spécifique qu’elle nécessite, par exemple : 2 : traçage, 6 : dehors de pieds, 7 : entailles de genoux, 8 : genoux, 12 : échancrage des ouïes avec canif, ouverture des ouïes avec la scie, limite de largeur des pieds, finir le pont avec la fraise.

Outillage pour la fabrication des chevalets (cliché B. Lesaing)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Jeandel, Louis (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un fabricant de chevalets retrace la vie des ateliers de Mirecourt du début du 20e siècle aux années 1980. Mirecourt, 1er juin 1982. 1 cass. : 1h 25min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3496.

Crédits photographiques :  L’atelier d’Amédée Dieudonné à Mirecourt vers 1926 (collection particulière), Carte postale de Mirecourt (collection particulière) Le canif du luthier P. Claudot, L’établi du luthier (clichés de H. Claudot-Hawad). Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.