Archives de catégorie : Enquête orale

Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

« Auriez-vous un souvenir récent de vacances ou de loisirs à nous raconter ? »

C’est le thème choisi cette année dans le cadre des exercices de collectage réalisés par les stagiaires de la formation INA Expert organisée au mois de juin à Bry-sur-Marne.

Huit personnes, issues d’institutions, de collectivités territoriales et du monde associatif, ont suivi durant trois jours une initiation au collectage de paroles de témoins, à leur captation sonore et vidéo. Les idées de projets des uns et des autres étant déjà bien abouties, le besoin de formation était plus fort du côté de la campagne de collectage et de son environnement : quels partenaires techniques, quels moyens mobilisés et quand, quel contrat de cession de droits, pourquoi faire et enfin, comment construire sa grille d’enquête avec quelles questions et sous quelle forme (ouverte, fermée). Continuer la lecture de Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

De la Guyane au Surinam…

Amélie, Anne, Guillaume, Olivier et Violaine, nous sommes cinq étudiants en Master 2 « Sociétés et interculturalité », tous issus d’horizons professionnels différents. Pour conclure une semaine d’enseignement sur la collecte des entretiens de terrain et leur valorisation, nous avons choisi d’écrire un billet sur le sujet « La place du Surinam dans l’identité guyanaise » en faisant un point sur les sources documentaires et en nous appuyant sur des enregistrements que nous avons réalisés. En effet, alors que nos deux groupes étaient partis sur le campus de l’Université de Guyane, à la recherche de potentiels témoins pour mener à bien une enquête sur l’identité culturelle guyanaise, au bout du compte c’est l’importance de la place de traits culturels surinamiens dans leur vie de tous les jours en Guyane que ceux-ci ont soulignée.

Après avoir convaincu nos informateurs de participer à notre projet, nous nous sommes rendus très vite compte de la difficulté d’obtenir des informations exploitables : réponses trop vastes, sans doute à cause de questions trop générales et trop abstraites malgré notre grille d’enquête ; son peu audible pour ne pas avoir assez pris en compte les bruits extérieurs (vents, circulation automobile sur le campus). A notre retour dans la salle de cours, après une écoute collective des entretiens nous avons pris conscience des points forts de notre enquête (mise en confiance des témoins qui se sont présentés disponibles et ouverts) et de nos points faibles (faire la chasse aux questions fermées ou induites, ne pas avoir peur du silence sont plus faciles à dire qu’à faire…). Nous avons dégagé une thématique commune aux deux entretiens pourtant enregistrés de façon complètement indépendante : la place du Surinam dans l’identité guyanaise. Le premier étudiant, en licence d’ingénierie, enregistré par Anne, Olivier et Violaine, était d’origine surinamaise. Le second un étudiant guyanais en AES, enregistré, par Amélie, David et Guillaume, insistait sur la place de la musique surinamaise dans la partie ouest de la Guyane. Ainsi, d’abord lancés sur l’identité guyanaise, nous avons voulu mettre en avant l’omniprésence de la culture surinamaise en Guyane.

Premier extrait : Deuxième extrait :

Troisième extrait :

En recherchant des références sur le Surinam nous avons trouvé deux  ouvrages du XIXème siècle qui soulignent l’histoire qui lie la Guyane et le Surinam et que nous avons voulu partager.

By Pierre Jacques Benoit Published 1839, non paginé

La première référence est le récit de voyage d’un français au Surinam. On y trouve une centaine de gravures qui nous plongent dans le Surinam du début du 19ème siècle. Il s’agit de l’ouvrage de Jacques Benoit Voyage au Surinam, publié en 19391 dont nous avons extrait l’illustration ci-dessus.

La deuxième référence est une publication de la société d’études pour la colonisation de la Guyane française (n°4) : Extraits des auteurs et voyageurs qui ont écrit sur la Guyane. Même si le titre de cette référence n’évoque pas le Surinam, grâce à la fonction « search inside » du site Archives.org, où a été écrit « Surinam », toutes les pages contenant ce mot ont été identifiées par des icônes en bas de document. En cliquant sur chacune d’entre elle on accède immédiatement au contenu identifié.

En conclusion la semaine a été enrichissante et formatrice. Lors des entretiens, nous avons pu mettre l’accent sur les écueils à éviter avec nos témoins.  Avant l’interview nous avons pu aborder l’importance de la préparation d’un questionnaire d’une grille d’enquête, notamment avec la méthode de la carte heuristique. Le carnet de terrain nous a semblé être un outil indispensable permettant le relevé d’éléments qui peuvent sembler anodins sur le moment mais importants pour la suite de la recherche. La signature de contrats afin d’obtenir les accords pour l’utilisation et l’exploitation des données demeure une étape capitale pour la valorisation des données.

Par ailleurs, au cours de la semaine, nous avons découvert et travaillé avec plusieurs logiciels libres qui nous ont paru très efficaces :

– L’éditeur de texte collaboratif framapad nous a permis de communiquer ensemble et de partager des informations et framindmap de réaliser notre carte mentale pour la grille d’enquête.

Zotero  nous a permis d’éditer nos bibliographies

– Avec le logiciel Audacity nous avons créé nos extraits sonores

– Sur WordPress, utilisé par la plateforme Hypotheses.org, nous avons publié notre billet.

En définitive, en plus d’acquérir des compétences techniques et méthodologiques, nous avons pris plaisir à travailler ensemble, en mutualisant nos recherches et nos connaissances.

buvezdusurinam

Crédits photographiques : image à la une d’une pirogue sur le Maroni, entre Guyane et Surinam, photographiée par Polo973, 2004, CC-BY-SA ; Gravure extraite de l’ouvrage de Pierre Jacques Benoit publié en 1839, non paginé, représentant une pratique magico-religieuse au Surinam, domaine pubic ; « Buvez du Surinam », estampe par Donjean, Gustave (1800-1899), sur Gallica, domaine public.

  1. Pierre Jacques Benoit (1782-1854). Voyage à Surinam : description des possessions néerlandaises dans la Guyane, Cent dessins pris sur nature par l’auteur, Société des Beaux-Art, Bruxelles, 1839. []

Collecter le patrimoine immatériel de la Guadeloupe : formation au centre Rèpriz

Le centre Rèpriz – Centre des Musiques et Danses Traditionnelles et Populaires – CMDT1 a impulsé l’inscription du Gwoka sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, obtenue en novembre 2014.  Il a profité de cet anniversaire pour organiser une quinzaine axée sur la formation, la transmission et le savoir en organisant des animations, des stages et des conférences dans le sens de ses missions de collecte et valorisation  du patrimoine musical de la Guadeloupe.

Ce soir, jeudi 26 novembre, à 19h00 au Mémorial ACTe, vous pourrez assister à la projection du film documentaire « Gwoka-la Linèsko, jou mèkrédi-lasa ». Réalisé par Philippe Mugerin et produit par le centre Rèpriz, le film retrace les grandes étapes de la préparation du dossier de candidature et la journée qui s’est déroulée le 26 novembre 2014 à l’UNESCO. Continuer la lecture de Collecter le patrimoine immatériel de la Guadeloupe : formation au centre Rèpriz

  1. Le centre est adhérent au réseau de la FAMDT. []

A la rencontre des Wayanas

Fantaisie après une semaine de stage sur la collecte à l’Université de Guyane.

Etudiantes en Master II en “Sociétés et interculturalité”à l’Université de Guyane, nous venons de passer une semaine ultra-enrichissante avec Véronique Ginouvès (CNRS), nous décidons d’utiliser notre nouveau savoir pour partir toutes les quatre faire des enquêtes au coeur de l’Amazonie sur les traces des Wayanas, sur le haut Maroni.

Elisabeth met  dans son sac à dos nos carnets de terrains pour ne rien oublier des nombreux entretiens que nous comptons bien mener sur place ! Attention, ne pas oublier les contrats d’autorisation et de diffusion sinon rien ne pourra être diffusé, archivé et partagé sur le blog…Tracy s’en charge. Continuer la lecture de A la rencontre des Wayanas

Une formation sur la collecte de témoignages oraux à l’INA

Du 11 au 13 juin 2014, l’INA expert organisait pour la troisième fois une formation sur le thème Collecter, produire, enregistrer des témoignages, une partie était consacrée à la méthode de terrain (les diaporamas de la formation sont accessibles ici et ). Dans ce cadre, les stagiaires devaient réaliser un entretien enregistré avec une personne – au hasard – à qui ils devaient expliquer leur démarche de collectage et faire signer un contrat d’autorisation de diffusion et de réutilisation. Avant de se lancer dans l’aventure, les stagiaires ont dessiné une carte mentale pour les soutenir dans leur projet. Le questionnement portait sur le rapport au patrimoine immatériel du témoin et ce qu’il imaginait derrière ce terme.

Voilà la carte mentale dessinée pour préparer l’enregistrement à partir des pré-notions des stagiaires :

CARTE MENTALE PCI

 

Continuer la lecture de Une formation sur la collecte de témoignages oraux à l’INA

Expérience d’enquête orale sur la transmission culinaire en Guyane

Mardi 18 mars, 15h00, dans le cadre d’un enseignement sur la collecte de données numériques au sein du Pôle Universitaire de Guyane nous voilà avec un exercice pratique à réaliser : interroger un témoin qui accepterait de répondre à nos questions sur ses pratiques culinaires et leur transmission. Nous n’avions que deux magnétophones, deux groupes de huit étudiants se sont formés. Les questionnaires sont établis, il ne manque plus que notre informateur, une salle assez silencieuse. Ça y est, tout est trouvé, nous pouvons commencer.

Le but de l’opération est de collecter des données orales sur la transmission culinaire. Nous disposons d’un enregistreur numérique (Zoom H4) avec des consignes spécifiques sur le format des fichiers pour respecter les standards de conservation. Chaque personne du groupe a un rôle bien précis : l’une est chargée de présenter le contrat autorisant l’exploitation de l’enquête orale et d’informer le témoin sur les conditions juridiques et éthiques qui encadrent ce projet, une se préoccupe des aspects techniques (orientation du micro, volume sonore, spatialisation…), une autre pose les questions, d’autres notent et vérifient que les questions de la grille d’enquête, représentée sur une carte heuristique, ont toutes été couvertes.

Notre enquête s’est bien déroulée dans l’ensemble, nous n’avons pas eu de difficultés pour trouver une personne qui accepte de témoigner de son expérience sur la transmission de la cuisine dans sa famille.

Nous avons pu mener notre entretien à terme, car nos deux témoins ont été dynamiques et bienveillants même si nous nous sommes rendus compte que nos questions trop fermées n’ont pas toujours permis aux témoins de s’exprimer plus librement. En effet, cette enquête a été une première pour nous et en prenant du recul nous avons pu constater que nous aurions pu mieux la gérer (temps, questions, réactions, aspects techniques etc…) si elle avait été mieux préparée. Il nous aurait peut être aussi fallu trouver un moyen pour mettre le témoin en confiance afin qu’il se livre à nous sans craintes.

Malgré le support de la carte heuristique, nous n’avons pas eu assez de temps pour établir un questionnaire plus pertinent. Nous étions pleins d’enthousiasme à l’idée de produire un enregistrement de qualité. Zut, c’était trop compter sur notre bonne volonté. Paf, il nous fallait trouver une salle. Mince le magnétophone ne fonctionne pas. Ouf, l’appareil fonctionne, nous pouvons démarrer notre enquête.

Nous avons donc posé nos questions à nos témoins sur leurs habitudes culinaires pour en venir progressivement à leur apprentissage de la cuisine. Sans surprise, les mamans jouent un rôle important dans cette transmission et les plats traditionnels de Guyane sont mis en avant. Surtout nous avons constaté qu’il n’est pas toujours facile de ne pas se perdre, de relancer les témoins, de ne pas fermer les questions, mais nous avons finalement appris beaucoup de choses. Par exemple, lorsqu’un témoin a évoqué les haricots, nous avons complété sa réponse en ajoutant leur couleur sans attendre ses précisions.

Au delà de la recette du poisson boucané que vous avez écouté plus haut, nous avons compris que la position d’écoute de l’enquêteur est essentielle, avec des manières d’acquiescer qui relancent sans fermer, de rester neutre, de poser des questions ouvertes, de conserver notre objectif sans nous tenir toujours à notre “grille” de questions. La carte heuristique est pratique pour cela, elle permet de représenter un cheminement mental et de sortir du piège de la liste de questions linéaires.

La bonne utilisation du matériel et de l’environnement est importante : les bruits ambiants parasitent la compréhension du message. Et poser l’appareil sur la table les amplifie ! Pour les contourner, il faut tenir l’appareil à la main et l’approcher alternativement de la bouche du témoin et de l’enquêteur. Quoi qu’il en soit, cette expérience s’est avérée enrichissante. Elle nous a permis de découvrir notre complémentarité au sein du groupe et nous a appris sur nous mêmes. Nous avons compris d’une des qualités essentielles pour réussir un bon entretien est d’être en empathie avec son témoin et de sortir de ses propres représentations. Nous ne pouvons que remercier nos témoins de leur patience, de leur confiance, face à huit personnes et un appareil d’enregistrement.

Un autre récit (façon Petit Nicolas) de cette après-midi par Pierre :

Mardi, avec la maîtresse, on a fait un truc épatant. Enfin quand je dis avec la maîtresse, la maîtresse elle était pas là, elle nous a laissé tous seuls, c’est ça qui est épatant. Mais à sa place elle nous a donné un drôle d’appareil qui s’appelle zoom H4. Tu parles d’un nom !

zoomH4

D’abord on a fait un joli dessin, que la maîtresse, elle a appelé “carte heuristique”. J’ai pas compris le nom, mais on a passé du temps sur le dessin. Il avait plein de couleurs, et plein de branches comme une fleur.

Et puis, on est allé dans la cour et on a trouvé une fille qu’on ne connaissait pas. Elle était chouette la fille, elle a pas eu peur, pourtant on était toute une bande, comme les 7 nains. On l’a posé sur une table (l’appareil zoom H4, pas la fille, elle elle était sur une chaise devant), on a appuyé sur REC, qui veut dire “vas-y, enregistre”, c’est plus court, et on a posé des questions à la chouette fille. Et elle a répondu. Comme c’était pas assez, on a reposé d’autres questions, et elle a encore répondu. Elle était cool la chouette fille, même si à la fin, elle commençait à en avoir un peu marre.

Tu parles, on voulait savoir qui c’est qui lui avait appris à faire à manger. On pensait qu’une fille ça sait cuisiner mais elle, elle aimait que les pâtes et les patates. Bon c’est vrai que moi aussi j’aime bien les pâtes et les patates, mais il parait que c’est pas du vrai manger, que c’est trop facile et que ça compte pas. A la fin, on a compris que c’était sa maman qui lui apprenait, mais que elle, la chouette fille, elle faisait pas beaucoup à manger, et que sa maman se débrouille très bien toute seule.

Bon si quand même, elle fait du gâteau au chocolat et de la mousse au chocolat. Si je la croise une autre fois dans la cour, la fille chouette, c’est sûr que je lui offre du chocolat, je crois qu’elle aimera bien.

Après on a fait signer un contrat à la chouette fille, qui dit qu’on peut mettre son enregistrement là dessous, mais elle a pas voulu qu’on la prenne en photo, même si le contrat le disait aussi.

Après, on est revenu dans la classe avec la maîtresse et on a écouté les enregistrements. Houlala, c’est là qu’on a appris à poser des questions, mais c’était trop tard, on l’avait déjà fait. En plus dans la salle où on s’était mis y avait un truc qui faisait un gros bruit, et la chouette fille, on l’entend pas en fait.

La maîtresse elle nous a dit que si on redoublait, on pourrait recommencer. C’est ce que je vais faire, j’aimerais bien interroger à nouveau la chouette fille.

 

Texte collectif rédigé par les étudiants du Master 2 Sociétés et interculturalité, promotion 2013-2014 : Manuella, Ludivine, Chloé, Laura, Dayale, Noémi, Pierre, Maryse, Nicole, Emilie, Dimitri, Mary, Odile, Boris, Sofia. La carte mentale a été faite par Emilie.

groupe

amphi

 Crédits photographiques : Nicole, Chloé, Manuella, Véronique, mars 2014, Cayenne.

Histoire orale du lycée Charlemagne, 40 ans d’enseignement

Dans le cadre du 40e anniversaire du lycée Français Charlemagne de Pointe Noire, sept élèves de 3e et 2nde ont mené une enquête orale pour mieux connaître l’histoire de l’établissement. Neuf témoins ont été enregistrés qui ont soit travaillé, soit étudié dans le lycée ou y sont encore. C’est Maguelonne Batt, une professeure d’histoire du lycée Charlemagne, qui a eu l’idée de monter ce projet et c’est avec l’aide d’une ingénieure de recherche du CNRS venue de France, Véronique Ginouvès, que nous l’avons mis en œuvre. Il nous a permis de découvrir le métier d’anthropologue et d’historien de l’oral.

Le premier jour, nous nous sommes posé la question : à quoi cela peut servir d’enregistrer des témoins ?
Voilà quelques réponses, n’hésitez à ajouter les vôtres dans le commentaire du blog. Continuer la lecture de Histoire orale du lycée Charlemagne, 40 ans d’enseignement

Formation INA-expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages »

Trois journées de formation ont eu lieu les 24, 25 et 26 juin 2013 sur le site INA-Expert de Bry-sur-Marne.

Organisées pour la deuxième année consécutive (voir présentation de la formation 2012) par le pôle Enseignement-Formation-Recherche de l’INA, elles déclinaient le cadre méthodologique d’un projet de collectage et de ses objectifs, de l’écriture du cahier des charges jusqu’aux travaux de captation d’images et de sons et de montage documentaire. Cette formation commençait logiquement par une journée et une matinée consacrées à la présentation des archives sonores dans leur développement historique,  l’écriture du projet et la réalisation d’entretiens avec des témoins rencontrés sur le  site, le traitement documentaire des matériaux, l’intérêt des métadonnées Dublin Core et les possibilités de valorisation de corpus numériques. Ce premier temps de la formation, commandé à la phonothèque de la MMSH, a été présenté par Corinne Cassé.
Christophe Lizot et Dominique Bloch pour l’INA ont respectivement encadré les modules de captations et montages sonores et audiovisuels ainsi que la présentation des outils techniques. Continuer la lecture de Formation INA-expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages »

Méthodologie de l’histoire orale à Aix-en-Provence : une conférence sur les « ethnotextes » de Jean-Claude Bouvier en 1981

 Jean-Claude Bouvier a été professeur de dialectologie et de langue occitane à l’Université d’Aix-en-Provence où il a fondé et dirigé le CREHOP1. Spécialiste de dialectologie, d’ethnolinguistique et d’onomastique, il est aussi le co-fondateur, avec Philippe Joutard (historien moderniste), de la Phonothèque d’Aix-en-Provence, actuellement implantée à la MMSH. Enfin, il est l’un des fondateurs de l’Association Française d’Archives Sonores (AFAS),  en 1979, qui a pour objectif de « réunir institutions et personnes qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités ».

Lors de la numérisation de bandes magnétiques déposées par le Musée ethnologique de Salagon, j’ai écouté un enregistrement que l’on peut désormais qualifier d' »historique » : Jean-Claude Bouvier, lors d’un stage d’ethnologie à Saint-Michel-l’Observatoire en 1981, présente ce qu’il appelle les « ethnotextes », ou « textes oraux ». Nous sommes alors dans une période de fort intérêt chez les chercheurs de sciences humaines et sociales de l’université d’Aix-en-Provence pour les archives orales et l’histoire orale, longtemps ignorées dans le monde de la recherche française. Il présente devant l’auditoire une méthodologie d’enquête orale puis développe quelques exemples avant de terminer sur la préservation des supports physiques.

Dans une première partie, Jean-Claude Bouvier définit le concept d’ethnotextes2 et présente une méthodologie qui passe par un plan d’enquête, donc d’une bonne connaissance du sujet. Toutefois, ce plan doit être flexible, en évolution permanente. Il conseille de limiter les interventions de l’enquêteur lors de l’entretien, de laisser parler librement l’informateur, et de revenir ensuite sur certains points qui mériteraient d’être éclairer:

 

Pour Jean-Claude Bouvier, le texte oral qui découle de l’entretien doit être étudié au même titre que n’importe quel autre texte écrit :

 

Ce texte oral contient la représentation que se font les informateurs de leur propre culture :

 

Il donne alors l’exemple d’enquêtes réalisées sur le thème du baptême :

 

Puis il insiste sur l’importance lors de l’entretien des non-dits :

 

Jean-Claude Bouvier insiste sur l’importance de passer par des intermédiaires afin de trouver des informateurs pouvant renseigner sur le sujet étudié, mais il ne faut pas rester prisonnier de leur « réseau ». Il est aussi important de travailler avec différents types d’informateurs, aux âges, sexes et lieux d’habitation différents à l’intérieur d’une zone définit :

 

Les enquêtes doivent être renseignées par le biais d’une fiche de renseignement, nécessaire dans le travail de recherche de l’enquêteur :

 

Il enjoint ensuite à croiser source orale et source écrite :

 

Car l’enquête orale ne se suffit pas en elle-même, elle doit être croisée avec d’autres formes de sources car elle n’est qu’une représentation de la culture :

 

Pour conclure sur l’apport de l’ethnotexte dans la recherche, je vous renvoie vers plusieurs articles publiés jusqu’au début des années 1990 par les chercheurs du CREHOP. Jean-Noël Pelen en a rédigés plusieurs portant sur la naissance et l’utilisation de l’ethnotexte en 1992, La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement,3 ou plus largement sur le dépôt des sources orales et les phonothèques de recherche. Clairvoyant sur l’avenir de la méthode en science humaine et sociale, il insiste sur l’intérêt du travail pluridisciplinaire dans le domaine de la source orale. Philippe Joutard, toujours inspiré par l’oralité, vient de publier un nouvel ouvrage sur le thème  Histoire et mémoires, conflits et alliance paru en 20134 que je vous invite à découvrir, comme en symétrie à cette conférence, plus de trente ans plus tard. 

 

Crédits photographiques : Couverture de l’ouvrage « Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes », BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 

  1. Centre de Recherche et d’Etude sur l’Histoire Orale et les Parlers régionaux []
  2. On trouvera plus d’informations sur le sujet dans le livre collectif Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes, BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 []
  3. « La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement » in Actes du Congrès international de dialectologie, Iker 7, Bilbao, 1992 []
  4. Histoire et mémoire, conflits et alliance, La Découverts, 2013 []

Retours sur une méthodologie d’enquête

Le traitement documentaire des enquêtes de terrain d’Annie-Hélène Dufour sur Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois, nous ont permis de redécouvrir ce que peut être une méthodologie de terrain finement ciselée. Faite de patience, de connaissances précises de son sujet, d’observation participante et d’humilité, l’approche des témoins et de son sujet se fait progressivement, dans un espace relationnel où chercheur et témoin prennent simplement leur place et gardent leur identité. Sur un sujet abordé entre 1983 et 1988, Annie-Hélène Dufour questionne les compétences et les connaissances des pêcheurs sur la qualité des fonds marins, les poissons et la flore, les techniques et les accessoires de pêche. Au fil des ans, la mise en place du matériel technique d’enregistrement se perfectionne, la conduite de l’entretien qualitatif avec les pêcheurs se ralentit, s’adapte au rythme du vécu de l’instant partagé.

L’une de ces enquêtes est une démonstration de cette approche d’un corps de métier particulier, confronté aux aléas de la nature, aux décisions économiques européennes, à la concurrence,  à la multitude de tâches sans cesse renouvelées. Le témoin de cette enquête prépare un filet, accessoire primordial de son métier, pendant toute la durée de l’entretien ; ses gestes sont précis, il est attentif à ce qu’il fait et, malgré tout, accueillant à l’enquête. Une fois le magnétophone et le micro installé, l’enquêtrice prend le temps de rentrer dans le dialogue, silencieuse, attentive elle aussi aux gestes, à l’avancée du travail et à la disponibilité du témoin.

L’attitude est payante, au bout de quelques trois  minutes l’information vient, au moment et sous la forme choisis par l’informateur.

L’entretien se prolonge, l’enquêtrice relâche son questionnaire et son objectif de recherche pour rentrer un peu plus dans la relation en train de se faire. L’homme travaille, peine un peu sur son filet, évoque ses soucis avec ses fournisseurs, son retard sur ses préparatifs ou la mauvaise qualité des accessoires livrés. L’enquêtrice est aussi à l’écoute de cela, s’intéresse, touche les objets et maintien son attente silencieuse. Ainsi, le pêcheur s’investit à nouveau comme témoin, en demandant les questions (à quelques 37 minutes d’entretien).

L’enquêtrice revient sur sa recherche, précise, clairement énoncée. L’informateur prend le temps de la réflexion et répond, lui aussi, avec précision et professionnalisme. Il n’est pas sujet d’observation ;  il est pleinement co-auteur d’un savoir qu’il transmet en toute connaissance de cause.

Les corpus déposés à la phonothèque et disponibles au public nous offrent, dans une qualité sonore émouvante qui nous rend si proches ces locuteurs disparus depuis1 , une exploration des diverses façons d’aborder la parole et ses contenus à travers l’évolution d’une méthodologie basée sur la relation humaine et le « savoir-écouter ».

Extraits de l’enquête 2504 : « Un pêcheur des Salins-d’Hyères rend compte de ses connaissances sur les espèces de poissons selon les profondeurs et commente l’évolution de la profession depuis les années 1970 », enregistré par Annie-Hélène Dufour (enquêtrice), auprès de Monsieur Saragossa (informateur), 1er février 1985, Les-Salins-d’Hyères. Corpus Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois.

Crédits photographiques : Working with Fishing Net, India, 2011, auteur Navaneeth Krishnan S. Licence Creative Commons- Paternité – Partage à l’Identique.

  1. Annie-Hélène Dufour est décédée en 2002 []