Archives de catégorie : Valorisation

Collaboration fructueuse entre le Museon Arlaten et la phonothèque de la MMSH

L’assemblée départementale a renouvelé en mai 2015 la convention de collaboration qui liait le Museon Arlaten à la phonothèque de la MMSH depuis novembre 2010. Le partenariat entre ces deux institutions a pour but de favoriser la collecte d’archives sonores, en utilisant au mieux leurs points forts dans les domaines de la conservation, de la documentation et de la valorisation. Ainsi depuis 2009, le Museon Arlaten dépose une partie de ses fonds sonores à la phonothèque, ce qui conforte leur conservation et améliore leur diffusion. En effet, depuis de nombreuses années, le Museon Arlaten mène des enquêtes de terrain enregistrées ou filmées et ses axes de collecte intéressent les chercheurs de la MMSH de près : traditions orales, fêtes, élevage, monde industriel, Rhône, identité linguistique et culturelle, recueil de mémoire, techniques et savoir-faire, ethnomusicologie… et bien entendu, la question du Pays d’Arles. Désormais, la Phonothèque, grâce à cette nouvelle convention, pourra – dans un accord commun – déposer des fonds d’objets et de documents au Museon Arlaten.

affiche danse Lancelot

Comme en témoigne ce bref article paru ce mois-ci dans le programme du Museon Arlaten (juillet-octobre 2015) cette collaboration est aussi l’occasion pour l’équipe du musée de réfléchir à des problématiques spécifiques à laquelle la phonothèque de la MMSH est attachée : la conservation des fichiers numériques sur le long terme, les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données, la mise en valeur d’archives de la recherche ou l’Open Data.

Crédits photographiques : image à la une, carte postale « Art chorégraphique du Mourillon, Toulon. Société mixte de danse, d’éducation physique et morale. Danso e Jue de Prouvènço. Lei ciéuclo vau dei Triho. Gént simulacro de l’autouno ». Affiche pour une soirée de bienfaisance organisée aux Salins-de-Giraud en 1909. Fonds Francine Lancelot, MMSH, domaine public.

Raconter l’histoire des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

La collection sonore sur la Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône a la volonté de décrire, à travers 120 entretiens,  l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations familles de descendants d’Arméniens résidant dans 18 communes des Bouches-du-Rhône depuis les années 1920. Pour plusieurs raisons, cette collection est emblématiques pour la phonothèque de la MMSH.

– Elle est le fruit d’une collaboration fructueuse entre les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, une association de jeunes chercheurs, Paroles Vives, et la phonothèque de la MMSH1 ;

– Le protocole de la collecte, décrit avec précision dans une annexe méthodologique accessible en ligne, est devenu un véritable outil méthodologique pour la mise en oeuvre de collectes patrimoniales puisqu’il a été réutilisé par diverses institutions avec succès ;

– La totalité des témoins a signé un contrat d’autorisation d’utilisation et de diffusion qui a permis la mise en ligne les 162 heures d’enregistrements et leur réutilisation par tou-te-s sans demande préalable, sous réserve de citer les sources avec précision (noms de l’informateur et de l’enquêteur, date et lieu d’enquête, site d’accès).

– L’ensemble du corpus a été entièrement catalogué et analysé en suivant les normes et formats internationaux en vigueur. L’accès peut se faire à travers la base de données des archives départementales des Bouches-du-Rhône ou de Ganoub, la base de la phonothèque2 mais aussi sur la plateforme Calames, au format EAD.

L’année 2015, année de la commémoration du 100e anniversaire du génocide des arméniens, va ainsi être l’occasion de valoriser ces témoignages et de continuer notre collaboration avec les archives et l’association Paroles Vives. Ainsi, une exposition itinérante, intitulée Mémoires arméniennes dans les Bouches-du-Rhône, accompagnera un cycle de trois tables rondes à travers lesquelles dialogueront des documents d’archives, des extraits d’entretiens sonores, des chercheurs, des membres associatifs et témoins de la collecte.

– Mardi 21 avril à 18h30 Migrations arméniennes : un ancrage dans les Bouches-du-Rhône, avec Véra Fritz, historienne, chercheure associée au laboratoire TELEMME, Aix-Marseille université.
Mon frère est venu en 1929 en France avec nos parents, ils venaient de l’île de Chypre après beaucoup d’errance et ils ont atterri à Marseille parce que, en ce temps-là il y avait du travail. Notre papa était tailleur d’habits. Il est venu en France parce que son cousin qui était venu quelques temps avant l’a appelé en lui disant : “Viens, il y a du travail” et en effet il y en avait. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 84 1, enquête en ligne sur Ganoub, n°2146)

Jeudi 28 mai à 18h30 Des cultures arméniennes en exil : entre échange et permanence,  avec Martine Hovanessian, anthropologue, URMIS, Université Paris Diderot et Karine Michel, anthropologue, IDEMEC, Aix Marseille Université.
Je sais qu’il y a des choses dans la culture arménienne qui me touchent, me parlent […] Mais à côté de ça, je me sens pas plus Arménien que Français […] Je crois qu’aujourd’hui quand tu es enfant, en France, de troisième génération d’Arméniens ou de n’importe quel autre immigré ou exilé, je crois que tu es fait d’identités multiples ou de bribes et que tu vas faire avec et essayer de construire quelque chose de propre à toi, quelque chose d’intelligent. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 17 1 / 12 AV 17 2, enquête en ligne sur Ganoub, n°20178).

Mardi 2 juin à 18h30 Une nouvelle vie Avec Marie-Françoise Attard-Maraninchi, historienne, TELEMME, Aix Marseille Université.
Mes parents par leur profession fréquentaient quelques fabricants de chaussures qui sont naturellement d’origine arménienne, ils fréquentaient des commerçants, des détaillants qui étaient pour la plupart d’origine arménienne et puis ils avaient leurs représentants qui étaient ou pas d’origine arménienne. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 89 1, enquête en ligne sur Ganoub, n°2151).

Plusieurs autres animations sont prévues dans le cadre de cette commémoration, en particulier sur le Pays d’Aix :

Faculté de Droit :
– le 7 mars de 9h30 à 18h, colloque sur la problématique du génocide des Arméniens.
– les 15 et 16 septembre, colloque : 1915 – 2015 : La question du génocide des Arméniens aujourd’hui et demain en Turquie.
Salle Armand Lunel :
– le 10 mars à 18h30, conférence sur le génocide des Arméniens par Patrick Donabédian.
Conservatoire Darius Milhaud :
– le 15 mars de 10h à 15h, master-class et à 16h, conférence du compositeur Arthur Aharonian suivie d’un mini concert.
– les 24, 25, 26, 27 de 18h à 19h, concerts d’élèves salle Villette et le 27 à 20h30, concert des professeurs du conservatoire à l’auditorium Campra.
Archives départementales d’Aix-en-Provence :
– les 10, 11 et 12 avril, rencontre avec Pinar Selek auteur du livre : Parce qu’ils sont Arméniens.
– du 22 avril au 11 juillet, L’immigration arménienne se raconte au pluriel, exposition sur l’immigration arménienne avec l’association Paroles vives.
– le 21 mai, Fantôme arménien, conférence animée par Christian Artin (ARAM).
Office de Tourisme :
– du 23 avril au 7 mai, exposition sur le génocide des Arméniens.
Allées Provençales :
– le 24 avril, commémoration, stèle du génocide.
Prieuré de Sainte Victoire :
– le 8 mai, procession.
Espace Jeunes Bellegarde :
– du 26 mai au 5 juin, présentation de l’histoire arménienne à l’intention des élèves des écoles.
Institut de l’Image :
– le 4 juin à 18h30, conférence à l’amphithéâtre de la Verrière et à 20h30, projection salle Armand Lunel.
– le 6 à 18h30, rencontre suivie d’une projection.
Hôtel Maynier d’Oppède :
– le 15 juin à 21h30, concert du quintette à vent de Marseille et Araïk Bartikian.
Conservatoire Darius Milhaud :
– le 11 août à 20h30, concert, au sein de l’auditorium Campra,de l’Orchestre National de Chambre d’Arménie sous la direction de Vahan Mardirossian.
Entrée libre sauf pour les concerts et les projections.

 

Crédits photographiques : Image from page 262 of « A trip to the Orient; the story of a Mediterranean cruise » (1907) Identifier: triptoorientstor00jacorich Title: A trip to the Orient; the story of a Mediterranean cruise. Domaine public.

  1. Le projet a obtenu en 2008 le label Arménie mon amie des commissariats français et arménien pour l’année de l’Arménie. Il a été réalisé grâce au financement du conseil général des Bouches-du-Rhône, de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances et de la Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture dans le cadre du plan national de numérisation. []
  2. La phonothèque suit les règles du guide de bonnes pratiques réédité en 2014 par la FAMDT. []

« Sources et créations » : rencontre ouverte à tou-te-s, jeudi 26 mars 2015, 10h, MuCEM

Jeudi 26 mars aura lieu au MuCEM, esplanade du J4 à Marseille, une rencontre professionnelle ouverte au public sur le thème « Sources et créations », à partir de 10 heures.

Dans le cadre de sa réflexion sur le développement des formes d’arts et des genres musicaux qui se fondent et fusionnent pour créer de nouveaux styles, le MuCEM propose un rendez-vous avec des professionnels, compositeurs et musiciens issus du monde méditerranéen, interrogeant la dualité Sources/ Créations.  Cette rencontre sera l’occasion d’une découverte des fonds sonores du MuCEM ainsi que de différentes sources méditerranéennes susceptibles d’ouvrir de nouveaux horizons aux musiciens d’aujourd’hui.

Les intervenants :

Jean LambertMNHN – Museum national d’histoire naturelle, membre de la fondation pour la musique arabe, archives et recherche (AMAR) et directeur du Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM).

Flavia Gervasi, qui enseigne la sociomusicologie à la Faculté de musique de l’Université de Montréal (UdeM), spécialiste des musiques du sud de l’Italie.

Véronique Ginouves, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), qui participe au programme européen Europeana sound

Aurélie Goustans, responsable des archives du MuCEM.

De nombreux invités seront avec eux : Ferdinand Richard, directeur de l’AMI (Aide aux musiques novatrices), Laure Chatefrou, réalisatrice de documentaireset de créations sonores, Marc Touche chercheur, Séverine Cachat, responsable du Centre français du patrimoine culturel immatériel (CFPCI), les musicien-ne-s Tarek Abdallah, Françoise Atlan, Maura Guerrera, …

De 12h à 15h  : atelier de réflexion – réservé aux professionnels sur inscription auprès de floriane.la-rocca@mucem.org

– 12h-13h : Speed dating sur l’usage des ressources sonores, la question des sources, la création d’un réseau de ressources sonores en Méditerranée, la préparation d’un événement en 2016.

– 13h -14h : pause déjeuner

– 14h – 15h : restitution.

Cette rencontre est organisée en lien avec la 11e édition de Babel Med Music qui se tient du 26 au28 mars 2015 au dock des suds.

Photographie de Nadine Vakhnovsky, février 2015.

Sur les traces de Jean-Baptiste Chrisostome Aublet…

Dans le cadre du Master 2 Sociétés et Interculturalité de l’université de Guyane, nous avons suivi un atelier intitulé « Le traitement de données numérisées en lettres et sciences humaines » dispensé par Véronique Ginouvès. Elle nous a ouvert une porte sur différents outils de recherches et de méthodologie. Pour conclure cette semaine de formation, nous devions rédiger un billet collectif et nous avons choisi d’évoquer Jean Baptiste Christostome Fusée-Aublet, pharmacien, botaniste, et explorateur français du 18ème siècle, sollicité en 1762 par le roi de France pour se rendre en Guyane afin d’y établir le premier herbier des plantes endémiques locales.

Une première recherche sur le moteur de recherche académique sur les données et services numériques de SHS Isidore, nous a orienté vers le site d’archivage patrimonial de l’Université de Strasbourg Docnum, sur lequel l’ouvrage essentiel d’Aublet sur la flore de Guyane « Histoire des plantes de la Guyane Françoise », écrit en 1775, a été entièrement numérisé pour notre plus grand bonheur ! Ceci, nous a ainsi permis de feuilleter en ligne la quasi-totalité des pages de cet extraordinaire herbier !

Voici deux dessins de l’herbier qui nous ont particulièrement marqué :

Thoa Urens

téléchargement (2).jpg

Eugenia Latifolia

téléchargement (3).jpg

Pour faire le point sur les différentes publications de ce fameux botaniste, nous avons interrogé un autre moteur de recherche worldcat identities qui recherche à travers 72 000 bibliothèques dans le monde. Cela nous a permis de trouver des informations concernant sa biographie, ses publications, les différentes façons qu’ont eu les bibliothécaires d’orthographier son nom, les auteurs associés à son nom (qui ont publié sur lui ou avec lui) et un nuage de mots clés qui caractérise ses oeuvres.

Lire en ligne l’Histoire des plantes de la Guiane françoise de Jean-Bapstiste-Christophe-Fusée Aublet (1775) :

Tome 1 : http://www.docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/93583/rec/4

Tome 2 : http://www.docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/94153/rec/1

Tome 3 : http://www.docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/92925/rec/3

Tome 4 : http://www.docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/91671/rec/2

Billet rédigé par : Claudia GALLY, Consuela WELLI, Adams M’BACKE, Fabrice CABRISSEAU et Marc- Antoine TAREAU.

Crédits photograhiques : Photographie en une :  image extraite (figure 6) de l’article Gabriela Lamy, « Le Jardin d’Éden, le paradis terrestre renouvellé dans le Jardin de la Reine à Trianon de Pierre-Joseph Buc’hoz », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [Online], Articles et études, Online since 20 September 2010, connection on 05 December 2014. URL : http://crcv.revues.org/10300 ; DOI : 10.4000/crcv.10300. Il s’agit de la figure 6 prise sans doute par l’auteur de l’article : À gauche : « Malus hybrida. Hort. Reg. Trianensis. Pomme poire. B. Michel femme Fessard Pinx. Fessard scu. », in P.-J. Buc’hoz, Histoire universelle du règne végétal, pl. 3, decad. 10, cent. 6. À droite : pl. 32 du Recueil de dessins enluminés24, Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 269. Photographies de l’herbier de J-B C Aublet, domaine public. Images de l’herbier

Mémoires des migrations et usages du numérique, 7 avril 2014, MMSH

Le projet de « L’atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée » soutenu par le GIS IPAPIC et par l’UMR TELEMME, dans le cadre de l’appel à projets de recherches 2013 Pratiques interculturelles dans les institutions patrimoniales du Ministère de la Culture, offre l’occasion d’approfondir nos connaissances sur les usages et les pratiques numériques. Il s’agit, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation du recours au numérique. Ce séminaire se propose de revenir sur les usages du numérique dans les projets de recherche liés aux mémoires migrantes à l’échelle de la MMSH.

Le séminaire a lieu à Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, salle Paul-Albert Février de 14h à 17h, le lundi 7 avril 2014.

Maryline Crivello, UMR TELEMME, CNRS-AMU : Introduction

Penser les mémoires des migrations

Stéphane Mourlane, UMR TELEMME, CNRS-AMU: Les mémoires de l’immigration, objet d’histoire

Le numérique et le champ des migrations

Sophie Gebeil, UMR TELEMME, CNRS-AMU : L’internet et le renouvellement des études migratoires

Véronique Ginouvès, Phonothèque de la MMSH, CNRS-AMU : Histoires de migrants : le fonds sonore de la phonothèque de la MMSH

Projets audiovisuels et numériques

Jacques Sapiéga, SATIS, CNRS-AMU : « Je me souviens… de la Méditerranée » (MP13, SATIS, TELEMME, CNRS-AMU)

Marie-Christine Hélias, INA-Méditerranée (Sous réserve): « Med-Mem, Mémoires méditerranéennes » (INA –Euromed-Heritage IV), la question des migrations

Migrants in a group on the MV TOSCANA at Trieste January 1954. Don privé au Musée national martime australien. Pas de restrictions de droits connues.

Un documentaire sur la phonothèque de la MMSH

photogramme docu helen Entre mai et août 2013, Hélène Loukou, étudiante en bibliothéconomie à l’Université de Thessalonique en séjour Erasmus en France, a réalisé un film documentaire sur la phonothèque de la MMSH. Elle a été accompagnée dans son projet par Maria Zitaki, étudiante aux Beaux-arts à Marseille en séjour Erasmus également, et par Frédéric Porta, infographiste. Merci à eux de nous raconter comment la vie de la phonothèque et de ses collections.

 

Je profite de ce billet pour remercier tou(te)s celles et ceux qui ont travaillé à la phonothèque, pour de petites ou de longues périodes, et qui l’ont enrichie de leur créativité et de leur expérience. Bonne route à chacun(e) !

Formation INA-expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages »

Trois journées de formation ont eu lieu les 24, 25 et 26 juin 2013 sur le site INA-Expert de Bry-sur-Marne.

Organisées pour la deuxième année consécutive (voir présentation de la formation 2012) par le pôle Enseignement-Formation-Recherche de l’INA, elles déclinaient le cadre méthodologique d’un projet de collectage et de ses objectifs, de l’écriture du cahier des charges jusqu’aux travaux de captation d’images et de sons et de montage documentaire. Cette formation commençait logiquement par une journée et une matinée consacrées à la présentation des archives sonores dans leur développement historique,  l’écriture du projet et la réalisation d’entretiens avec des témoins rencontrés sur le  site, le traitement documentaire des matériaux, l’intérêt des métadonnées Dublin Core et les possibilités de valorisation de corpus numériques. Ce premier temps de la formation, commandé à la phonothèque de la MMSH, a été présenté par Corinne Cassé.
Christophe Lizot et Dominique Bloch pour l’INA ont respectivement encadré les modules de captations et montages sonores et audiovisuels ainsi que la présentation des outils techniques.

Cette année les stagiaires étaient issus du monde des musées, de la recherche en sciences sociales, des archives (technicien du son de la BNF et archiviste municipale),  et de la fondation de la MSH.

La ligne conductrice de la partie consacrée aux archives sonores a particulièrement mis l’accent sur la nécessité de préparer son projet de collectage de manière professionnelle en décrivant, en amont :

– les places et rôles des différents partenaires (commanditaires, financeurs, organismes de tutelle, institution de conservation des archives, collecteurs, informateurs, etc.)

– l’état des connaissances sur la question à traiter (bibliographie, entretiens exploratoires) , les pièces d’archives utilisables, les connaissances à acquérir,

– les modalités de cession de droits patrimoniaux des archives à collecter,

– les personnes ressources, les informateurs privilégiés,

– les modalités de collectage,

– les formats, les modalités de conservation et d’indexation des archives collectées,

– les modalités de restitution des matériaux au grand public.

Cette fois encore l’outil des cartes heuristiques fut très utile pour l’écriture de cahier des charges comme des grilles d’enquête. Cette année nous avons travaillé, dans un premier temps sur un tableau en utilisant des feutres de couleurs, puis nous avons formalisé notre carte en utilisant l’outil en ligne Mindmeister, dont la version basique gratuite permet la construction de trois cartes.

Si l’année dernière la thématique d’enquête émanait des préoccupations des stagiaires, cette année elle fut proposée par la formatrice : interviewer des inconnus sur « le rapport au corps à travers le soin ». De cette base, les stagiaires devaient construire un questionnement en partant de leurs propres pré-notions. La carte suivante a été dessinée :

Le_rapport_au_corps_à_travers_le_soin_1

 

Elle nous permit de décider de cinq questions possibles à poser aux témoins durant les 10 minutes d’entretien, temps imposé pour l’exercice.

Les stagiaires se sont répartis au sein de deux groupes où chacun tenait sa place : enquêteur principal, enquêteur secondaire, technicien du son.

Cette année, il était aussi question de demander aux témoins la possibilité de réaliser une photographie. Les objectifs de l’exercice étaient de présenter un matériau de terrain supplémentaire à l’enregistrement sonore également libre de droits d’exploitation, de négocier avec le témoin le choix d’un cliché illustrant le propos et enfin de réaliser une photographie respectant l’anonymat des personnes.

Deux entretiens ont été réalisés au format WAVE puis exportés au format Mp3. Les voici, accompagnés de leur traitement documentaire :

Titre : Un quadragénaire interviewé par des stagiaires de l’INA au sujet du rapport au corps par le soin (24 juin 2013)

 Photo ITW 24-06-2013

 

 

 

 

 

Résumé : L’entretien se déroule sur le site de l’INA à Bry-sur-Marne, auprès d’un témoin abordé par le groupe des stagiaires. Celui-ci est composé de deux enquêteurs et d’une preneuse de son. L’enquêteur principal, après avoir situé le contexte de l’exercice, interroge successivement le témoin sur le rapport à son corps, le rapport à son image, son rapport aux corps d’autres personnes (famille, amis) et sur son alimentation. L’informateur expliquera sa pratique de sport dans une volonté de s’entretenir face aux effets de l’âge et abordera rapidement l’impact du regard des autres sur “un corps qui change”. Il abordera aussi l’alimentation de sa fille et de son  animal domestique en expliquant ses choix et ses valeurs, notamment concernant l’alimentation Bio et les fast food. L’enquêtrice demandera des précisions sur son besoin de pratique sportive.

 

Titre : Un DJ parisien explique sa pratique de la danse au sein de son activité festive

Résumé : Après avoir présenté le contexte du stage et de l’exercice, l’enquêtrice stagiaire entame la conversation sur l’alimentation. Très vite l’entretien s’oriente sur l’activité de DJ du témoin. Il aborde ses goûts pour la danse en club qui permet, de son point de vue, une dépense énergétique similaire à de la natation en piscine. L’enquêtrice relance plusieurs fois l’entretien sur diverses questions de la grille d’enquête : souvenirs des soins à un animal domestique, cosmétiques utilisés, pratique de la danse. C’est l’occasion pour le témoin de donner plus de détails sur l’animal de son enfance et sur son propre parcours comme DJ et amateur de danse soit en club soit au sein de cours de flamenco. L’entretien se termine sur la gestion du temps dans une vie de DJ, entre activité et période de repos et de soins (pratique du bain, savon spécifique utilisé). L’enquêtrice clôt l’entretien par des remerciements et le détail de l’exploitation de l’entretien au sein d’un billet de blog.

Pour ces deux enquêtes les droits patrimoniaux des témoins comme des enquêteurs ont été obtenus (par contrat) pour l’INA et la phonothèque de la MMSH. Ces entretiens intègrent les collections de la phonothèque ; l’un des deux témoins a demandé l’anonymat et apparaît à ce titre sous un numéro dédié.

Ces questions éthiques et juridiques ont été plusieurs fois abordées au cours de la formation, notamment par la présentation du carnet de recherche Questions éthique et droit en SHS pour la préparation, le collectage, le traitement, la diffusion et la réutilisation des données numériques de la recherche.

Une présentation succincte des enregistreurs numériques Zoom H4n ayant été faite avant les exercices d’entretien, les stagiaires ont pu découvrir, le deuxième jour de leur formation avec Christophe Lizot, les améliorations à apporter lors de la captation du son et les montages possibles à l’aide du logiciel libre Audacity 2.0.3.

Au cours de cette partie dédiée à l’archive sonore, les stagiaires ont pu utiliser les cartes heuristiques avec l’outil en ligne Mindmeister, les logiciels libres Audacity et Cdex pour le montage et l’export au format Mp3 , les documents partagés de Drive Google pour la prise de note et l’écriture d’une grille d’enquête, l’espace de dépôt Internet Archive pour leurs fichiers sons et enfin des exemples de valorisations d’enquêtes orales sur des blogs édités avec WordPress.

Pour une telle formation dédiée à l’initiation au collectage audio-visuel, à son travail d’écriture et à son cadre juridique, le choix de l’INA de trois journées consécutives s’avère plus que judicieux. D’autant que cette formation peut être complétée par d’autres modules plus détaillés comme celui, toujours à l’INA, sur la Conduite d’un entretien patrimonial, spécifique aux relances et aux approfondissements de l’enquête, proposé par Florence Descamps.

 

Crédits photographiques :

Témoin enquête 1, Le ventre, stagiaires de l’INA juin 2013. Droits de diffusion obtenus par contrat pour l’INA et la phonothèque de la MMSH.

« Européens en Algérie indépendante » : mise en ligne de nouveaux entretiens

Au cours de l’année 2000, lorsqu’Hélène Bracco, historienne, a déposé son premier corpus à la MMSH, la phonothèque était en train de débuter la numérisation de ses collections sonores et le contrat de dépôt proposé aux chercheurs n’envisageait pas encore la diffusion en ligne des enregistrements. En effectuant ce dépôt sa volonté était avant tout de conserver une parole sur laquelle appuyait largement sa démonstration dans son ouvrage qui venait de paraître Des »Européens » en Algérie indépendante pendant la guerre d’Algérie.

Très vite, dès que les notices documentaires des enregistrements furent accessibles sur la base Ganoub, les demandes de consultation commencèrent à affluer : linguistes, anthropologues, politologues, historiens, écrivains, … Hélène Bracco s’étonna d’abord de la diversité de ceux qui se tournaient vers elle pour obtenir l’autorisation d’écouter ses archives. Dans un second temps, elle accepta de participer elle-même à la numérisation et au traitement documentaire d’un autre de ses dépôts. Puis, dans le cadre de sa recherche sur les refus civils et militaires pendant la guerre d’Algérie, elle pris le temps, elle aussi, d’écouter une collection qui avait été réalisée par un tiers et déposée à la phonothèque1. Petit à petit, la question du ré-usage des sources  sonores a fait son chemin et ces derniers temps Hélène Bracco est revenue vers ses témoins pour leur demander l’autorisation de diffuser leurs entretiens en ligne. Ceux-ci pourront donc bientôt être écoutés sur la base Ganoub, en lien avec les notices documentaires. Voilà, sur le carnet deux entretiens qu’elle nous présente en avant-première.

Hélène Bracco présentera ses ouvrages à la librairie Forum-Harmonia Mundi, 20 place Verdun à Aix-en-Provence le jeudi 11 avril 2013 à 18h30.

Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco

Entretien avec Monseigneur Scotto
« Curé pied-noir, évêque algérien », ainsi se définissait-il. Après l’indépendance de l’Algérie il avait pris la nationalité algérienne « Par le fait que j’optais pour une communauté de destin avec un peuple, je pense que c’était un pas à faire (…). Ma terre, c’est quand même la terre algérienne (…). Je n’ai jamais quitté l’Algérie et je pense bien y mourir ». Ainsi me parlait-il le 19 avril 1993, chez lui à Belcourt. Le hasard a voulu qu’il meure à Aix-en-Provence cinq moi plus tard, au cours d’un voyage. Son corps a été ramené à Alger par les autorités algériennes. Le professeur Pierre Chaulet lui a rendu hommage au nom du gouvernement algérien : « Nous, Algériens, avons souhaité que son corps repose dans la terre qu’il aimait, sur laquelle il était né et avait choisi de vivre ».

Extrait de la notice documentaire :
Récit de vie d’un prêtre né à Hussein-Dey et resté en Algérie après 1962
Cote : D792 – N°837 (N° de l’entretien dans l’ouvrage d’Hélène Bracco : 1)
Enregistré à Alger, le 19 avril 1993 ; 1 cass. ; 47min
L’informateur est né en 1913, il fait le récit de l’arrivée de son premier ascendant (arrière-grand-père) en Algérie en 1848. Il est issu d’une famille nombreuse et populaire d’une petite île près de Naples. Ses grands-parents et ses parents sont nés en Algérie. Il décrit ses études théologiques et sa carrière de prêtre (Alger) puis d’évêque (Constantine). Il explique ainsi les différents rapports qu’il a pu entretenir avec les autres enfants (européens et algériens) et la population locale, en tant que prêtre chrétien et européen. Il ne se souvient pas de racisme dans sa famille mais plutôt d’un certain paternalisme à l’égard des Algériens. Il fait le récit de son activité sacerdotale notamment auprès des jeunes et relate les événements de 62 et les actes de l’OAS. Poursuivant son action après l’indépendance auprès des jeunes dans le quartier de Belcourt, il a été élu pendant quatre ans au conseil municipal d’Alger. Il décrit une société  »à trois étages », les Français de souche, les Pieds-Noirs et les Algériens. Il donne sa vision des événements depuis sa position et sa vocation et celle des libéraux et des communistes. Il décrit ce qu’il a vécu après les départs et donne les raisons de son choix et de sa naturalisation algérienne.

Entretien avec Monsieur Jules Molina

Membre du PCA (Parti communiste algérien),, il s’est engagé dès le début das la lutte aux côté du peuple algérien. Arrêté en mars 1956, jeté en prison, torturé dans les locaux de la DST, il se définissait comme internationaliste : « Ce que j’ai fait en Algérie, je l’aurais fait si j’avais été au Vietnam, au  Chili ou en Chine… J’ai combattu pour un idéal, par pour un pays ». A l’indépendance, il a pris la nationalité algérienne. Il est décédé en France en 2009.

Extrait de la notice documentaire :
Récit de vie d’un cadre technicien, membre du PCA et internationaliste, resté en Algérie indépendante après 1962
Cote : D797, D798 – N°842 Cote du dépositaire (N° de l’entretien dans l’ouvrage d’Hélène Bracco : 3)
Enregistré à Alger, le 12 mai 1993 ; 2 cass. ; 2h 15min
L’informateur est né en 1919 à Perrégaud en Algérie, d’ascendants espagnols, il a pris la nationalité algérienne après l’indépendance. Il évoque sa situation identitaire particulière, que connaissaient beaucoup d’Européens à l’époque : se sentir héritier de culture étrangère (espagnole, italienne…), chez soi en Algérie et rattaché à la France surtout par l’éducation scolaire sans y être jamais allé. L’informateur décrit les conditions et le statut des Algériens à l’époque de l’Algérie française et la non utilisation de la langue arabe pour les Européens, surtout en ville. Il donne ici son avis sur les principales raisons du départ des Européens d’Algérie, la perte de leur emploi et la difficulté de se reconvertir ; il donne aussi les raisons qui pouvaient pousser certains à rester sur le sol algérien : la peur de voir leurs biens confisqués ou la difficulté d’être intégrés dans l’administration et la société française plus largement. Peu surpris par les événements de 1954, il estime qu’il était difficile de ne pas voir les changements qui se préparaient, surtout après 1945 et les mouvements internationaux de décolonisation. Les actions de l’OAS ont entraîné des mouvements de panique chez les Européens en 1962. L’exode, des régions de l’intérieur jusqu’aux villes, s’est poursuivi jusqu’en 1975. Après l’indépendance, Jules Molina a vécu dans le quartier d’Hydra à Alger, la cohabitation était parfois difficile avec les Algériens venus des campagnes à cause du décalage culturel qui pouvait exister. Par le récit de sa carrière personnelle en tant que cadre technicien de 1969 à 1975 dans les sociétés laitières et d’eau minérale, il évoque les options socialistes de la jeune Algérie indépendante. C’est aussi l’occasion pour lui de donner ses opinions sur le contexte économique et social après 1962 et quelques informations sur le régime social (notamment sur la médecine, les élections et la presse). La fin de l’entretien traite de la situation algérienne actuelle ; sont abordées les questions relatives à la jeunesse, aux pouvoirs publics, au FIS.

Le catalogue documentaire regroupant l’ensemble des dépôt d’Hélène Bracco est accessible en ligne.

Pour rappel trois entretiens de ce corpus ont déjà été présenté sur les Carnets de la phonothèque :

Hommage au Professeur Chaulet, 10 janvier 2013.

– Entretien avec le Professeur Chaulet sur les questions de la nationalité, 22 octobre 2012

– Entretien avec Hélène Bracco sur son corpus sonore « Européens en Algérie indépendante », 22 octobre 2012

Crédits photographiques : Alger, le figuier de la rue Mourad Didouche, octobre 2012, Véronique Ginouvès.

  1. Récits de vie de Harkis par Grégor Mathias, 1997-1998 []

La phonothèque part en voyage (2)

Du 29 mai au 1er juin 2012, l’association U Marinu organisait la 19ème édition du festival Mer en Fête. Durant ces trois jours, plus de 70 ateliers ont permis à plus de 4000 élèves des académies d’Aix-Marseille et de Corse de découvrir la Méditerranée. Sur le Danielle Casanova, au sein d’un pôle audiovisuel informel où avoisinaient un spectacle musical, et des films documentaires sur l’archéologie sous-marine ajaccienne, l’atelier embarqué de la phonothèque accueillait des classes d’élèves pour « écouter les témoins de la pêche ».

Tout en étant fidèle au thème de la mer, l’enjeu était de faire comprendre l’intérêt de l’archive sonore, de montrer les fonctions propres à l’enregistrement sonore, les manques de l’écrit par rapport à l’oral. Ainsi, les extraits choisis parmi les archives sonores de la phonothèque dont le contenu concerne les métiers de la mer et de la pêche, illustrait chacun une dimension de l’oralité.

Chaque présentation d’une demi-heure se déroulait ainsi :

– Dans un premier temps, les cris d’un marchand de poisson napolitain retentissaient aux oreilles des élèves1. Les enfants essyaient de deviner la langue parlée avant de déterminer le rôle de ces cris. Malgré leur ignorance du napolitain, la plupart des élèves ont été capable de donner la bonne réponse. Ce premier extrait donnait ainsi l’occasion d’échanger sur l’utilité de l’enregistrement sonore dans ce cas : la conservation d’une langue régionale transöise oralement, et la captation du rythme et de l’intensité intranscriptible de la voix du marchand.

– Puis, je proposais aux élèves d’écouter les explications d’un pêcheur sur les expressions issues du monde de la mer2, un autre sur les habitudes de la saupe et ses attributs légendaires3 Ce second extrait permettait de souligner que l’enregistrement sonore est l’un des outils permettant d’assurer la transmission des expressions orales tout en en respectant et pérennisant l’intégri, avec la conséquence problématique d’en donner le caractère fixe de l’écrit.

– Lors de ce dernier extrait, les élèves étaient également amenés à remarquer l’intervention de l’enquêtrice. L’écoute sitôt terminée, ils tentaient d’en déduire les principales règles à respecter lors de cette entreprise (respecter la parole de l’autre et savoir écouter, éviter l’interrogatoire, demander l’autorisation). Une fois ces règles intégrées, les élèves étaient invités à se questionner entre eux au sujet de leur pratique de la pêche et leur savoir.

Un montage, réalisé pour l’occasion, des trois extraits issus des enquêtes évoquées plus haut (celles d’Olivier Féraud, d’Henri-Paul Brémondy, d’Annie-Hélène Dufour) est disponible ici en écoute :

Le projet « Mer en fête » a été présenté sur les Carnets de la phonothèque le 28 mai 2012 : http://phonotheque.hypotheses.org/6863

  1. L´enregistrement a été réalisé par Olivier Féraud dans le cadre de sa thèse Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples, sous la dir. de Jean Jamin, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Doctorale de Sciences Sociales, 2010, 495 p. (pp. 312, 493). []
  2. Ces enquêtes ont été réalisées par Henri-Paul Bremondy dans le Var, dans les des années 1970 dans le cadre de son DEA d’ethnologie La pêche sur le littoral varois, 1978, page 14. Cote médiathèque MMSH GL-20372  []
  3. Extrait du corpus d’enquête de la thèse d’Annie-Hélène-Dufour, Pratiques et représentations de l’espace dans une commune du littoral varois : Six-Fours -Les Plages, thèse de troisième cycle d’ethnologie, Aix-en-Provence, 1983, 316p. []

La phonothèque part en voyage

Cette semaine la phonothèque voguera entre Marseille, Ajaccio et Bastia dans le cadre de la manifestation Mer en fête menée par l’association U Marinu. des classes d’enfants, du CE2 à la 4ème, écouteront au cours d’ateliers la voix des pêcheurs de Provence à travers le 20e siècle. Matthieu Andreani, qui représentera la phonothèque sur le Danielle Casanova, nous fera bientôt le récit des nouvelles aventures de ces collections sonores qui parcourent le monde. Venez nombreux pour les écouter !

Dates : 29 mai Ajaccio, 31 mai Marseille, 1er juin Bastia

Site : Danielle Casanova navire de la SNCM

Programme détaillé

Contacts inscriptions : pour Ajaccio le 04.95.10.06.91, pour Marseille le 06.42.83.09.89 et pour Bastia le 04.95.32.87.83.

Pour suivre les aventures de la phonothèque en Corse, vous pouvez lire ce billet : http://phonotheque.hypotheses.org/6902

Crédits photographiques : Boat deck promenade – Mauretania, photographie attribuée à Bedford Lemere & Co., date de prise de vue incertaine (1906-1907). Photographie diffusée sans restrictions de droits connues, collection  issue de la Southern Methodist University (SMU) Central University Libraries, Dallas, Texas. Permalien : http://digitalcollections.smu.edu/cdm4/item_viewer.php?CISOROOT=/eaa&CISOPTR=131