Archives de catégorie : Valorisation

Chercheurs et organisations communautaires: un exemple de collaboration réussie

Le projet ARUC (Alliance de Recherche Universités-Communautés)- Histoires de vie Montréal a débuté en 2007 et s’achèvera en 2012.  Un projet de 5 années durant lesquelles une équipe de plus de 150 chercheurs universitaires et communautaires réalisent des entrevues auprès de résident(e)s montréalais(e)s ayant été victimes de violations aux droits de la personne. Ces entrevues sont enregistrées en format vidéo ou audio et sont conservées au Centre d’histoire orale et de récits numérisés de l’Université Concordia (CHORN) et éventuellement chez des organismes communautaires partenaires.

La notion d’ « autorité partagée » entre les chercheurs, les intervieweurs, ainsi que les personnes interviewées est le concept clé de ce projet. Ceci est possible notamment grâce à l’obtention d’un « consentement éclairé » des personnes interviewées lors des collectes (Cf. le code déontologique décrivant l’éthique du projet). De plus, le projet prévoit des stratégies de partage d’autorité après l’entrevue:  les personnes interrogées participent également à la production de la recherche et notamment à l’interprétation des propos recueillis. Il s’agit en définitive de développer une relation de confiance qui favorise  la collaboration et les prises de décision partagées.

Ce projet est structuré en 7 groupes de travail autour de thèmes géographiques (« Cambodge », « Haïti » , « Rwanda ») ou transversaux  (« Jeunes réfugiés », « Shoah et autres persécutions contre les  juifs », « Histoires de vie en éducation »)  et le groupe « Histoires orales et représentations artistiques ». Ce dernier groupe de travail se base sur les histoires de vies recueillies lors des interviews et élabore des œuvres  musicales, théâtrales, dansées ou encore des expositions, conférences etc. Ainsi les témoignages recueillis participent à la création artistique contemporaine engagée: une façon de donnée une autre vie aux archives ainsi constituées.

Différents outils ont été développés dans le cadre de cette collaboration:

Le projet Histoire de Vie démontre (encore une fois) l’intérêt et la richesse d’une collaboration à grande échelle entre universitaires et communautés, de sorte que ces dernières ne soient pas uniquement observées mais deviennent des partenaires de la recherche. (Nous reprenons ici les propos de Steven High).

Océane Chotard

Après avoir obtenu un master recherche en musicologie-spécialité ethnomusicologie: "Les sillons du Gwo ka de la Guadeloupe" (2008) à l'Université François-Rabelais de Tours, Océane complète sa formation par une maîtrise des sciences de l'information à l'Ecole de Bibliothéconomie et des Sciences de l'Information à l'Université de Montréal (en cours). Ses intérêts professionnels résident dans la préservation, la valorisation et la diffusion du patrimoine musical et particulièrement en ce qui concerne les documents sonores.

More Posts - Website

2011 : Quand le renard entre dans les bases de données pour raconter des histoires au monde…

L’année 2011 va débuter avec la mise en production du portail du patrimoine oral : plus de 81 000 notices documentaires issues de quatre centres d’archives sonores et audiovisuelles sont moissonnées et présentées dans ce catalogue collectif. Elles racontent les histoires des habitants de Bretagne, du Sud-Ouest de la France, de Bourgogne, de la Provence et au-delà vers la Méditerranée. L’occasion enfin de dresser une première cartographie des entretiens de terrain réalisés en France de la fin des années 1950 à nos jours, de pouvoir réaliser des interrogations sur des masses critiques importantes d’archives sonores et de permettre des comparaisons entre les différents corpus, les façons de faire et de dire.

Des récits, d’hommes et de femmes, qui – dans des langues où le français est loin d’être dominant – nous font partager leur mémoire, décrivent leurs savoir-faire, évoquent leur vie quotidienne au village, retracent leur migration, nous racontent des histoires,  chantent ou  jouent pour faire danser,…  Interroger le portail rend compte de documents qui traversent les traditions orales de la France.  Tentons une requête sur le mot « renard »,  un animal oublié dans les villes qui, sur le portail, renvoie vers plus d’une centaine de réponses. Notre renard apparaît damb sa coetta dans des chants à danser de la région de Damazan1 ou avec le loup et la belette dans ceux du pays d’A-Bas2, dans des récits de rituels de protection des poulaillers en Cévennes, des évocations de la sauvagine ou des anecdotes de la vie quotidienne. A force de vivre près de lui, certains agriculteurs savaient même imiter son cri à la perfection.

Le renard est depuis longtemps un personnage important des contes traditionnels, c’est lui qui dupe toujours le loup par sa ruse. L’interrogation du portail du patrimoine oral offre l’occasion de retrouver et comparer des versions multiples de ces récit, celles du « Renard parrain » par exemple3. L’histoire est celle d’une dure journée de travail du loup et du renard qui doit être payée, suivant les versions, par un pot de miel, des salaisons ou du beurre destiné à être mangé en commun. En plein effort, le renard feint d’être appelé pour un baptême lorsque sonnent les cloches de l’église… et cela plusieurs fois au cours de la journée (le plus souvent à trois reprises). Évidemment le renard profite de la pause pour manger en cachette le repas promis au fur et à mesure, évitant ainsi de travailler. A la fin de la journée, grand seigneur, il laisse  au loup la totalité du  salaire et s’enfuit en courant avant que  le loup harassé de sa journée ne découvre le pot de miel ou la motte de beurre dévorée… L’interrogation du portail nous offre une trentaine de versions de ce seul conte  en langue française et occitane. Chacune de ces versions raconte la même histoire, chaque fois avec une langue ou une façon de dire qui lui est propre.

Cette simple interrogation illustre la multitude de facettes que peut prendre l’oralité, et laisse percevoir tout l’intérêt d’interroger des métadonnées homogènes pour des documents du patrimoine oral. L’oralité n’est pas figée, elle est vivante ! Les outils documentaires mis en place permettent d’obtenir, pour chaque oeuvre orale, différentes versions enregistrées issues de témoins dispersés à travers la France. C’est pourquoi la question du titre uniforme des œuvres orales est centrale. Les catalogues internationaux comme ceux de Aarne et Thompson pour le conte et de Conrad Laforte ou de Patrice Coirault pour la chanson francophone sont les outils indispensables qui permettent à tous ces centres documentaire sur l’oralité de parler le même langage. C’est de cette façon que les contes du renard peuvent être retrouvés à partir des titres donnés par les témoins tels qu’ils les racontaient, par ceux que les collecteurs ont indiqué dans leurs publications ou encore par les titres uniformes dans les catalogues, en l’occurence notre « Renard parrain » se retrouvera dans la rubrique « Contes d’animaux sauvages / Animal tales — Wild animals » sous le numéro T15. Mieux encore, chaque oeuvre est décrite et rapprochée de l’enquête de terrain et elle peut être écoutée en prenant en compte le contexte de production et de transmission du témoignage. Enfin, le résultat des requêtes posées au catalogue collectif renvoie systématiquement vers le catalogue originel puisque le portail n’entrepose que des notices en Dublin Core. Il est alors possible, localement, de consulter la notice complète et d’écouter l’enregistrement s’il a été mis en ligne. C’est d’ailleurs, techniquement, un des intérêts majeurs du protocole OAI-PMH que d’offrir cette centralisation des informations et un accès unique pour les recherches tout en conservant l’identité de chaque catalogue. Voilà de nouvelles aventures en perspectives pour Renard qui entre dans la le village global pour avoir dupé le loup…

Le portail du patrimoine oral a été créé par la fédération des associations de musiques et danses traditionnelles dans le cadre du pôle associé avec la Bibliothèque nationale de France. Il est hébergé sur les serveurs d’IN2P3 avec le soutien du TGE Adonis. C’est la société GB Concept qui l’a mis en oeuvre en s’appuyant sur la plateforme PKP. Les notices sont fournies au format Dublin Core simple.

Crédits photographiques : Un petit renard apprivoisé chez M. et Mme Gordon Jones à Talysarn / Titre de la photographie en gallois : Cadnawes ddof yng nghartre Mr a Mrs Gordon Jones, Talysarn. Ffotograffydd/Photographe : Geoff Charles (1909-2002) Nodyn. Dyddiad/Date: 16 juillet 1959.  Geoff Charles Collection, bibliothèque nationale du Pays de Galles. Pas de restrictions de droits connus.

Ce billet est en parti repris d’un article à paraître dans un prochain numéro de la revue L’internationale de l’imaginaire, revue de la maison des cultures du monde, sur le patrimoine culturel immatériel en France, chez Actes Sud/Babel en janvier 2011.

  1. En région Aquitaine, commune située dans le département de Lot-et-Garonne []
  2. Le pays d’A-Bas ou encore pays d’En-Bas se trouve dans la région de Questembert-Muzillac en Bretagne []
  3. Le titre équivalent de ce conte dans la classification Aarne et Thompson est, en langue anglaise, The Theft of Butter to Playing Godfather, sous le numéro T15 . C’est ce qu’on appelle un « titre uniforme ». Il  permet de retrouver toutes les versions de ce conte que l’on retrouve un peu partout de par le monde. []

Un projet de géolocalisation du patrimoine immatériel sur le territoire Marseillais et sa région

Depuis quelques temps, trotte à la phonothèque de la MMSH l’idée de géolocaliser les archives sonores de la recherche pour permettre de nouveaux accès plus interactifs, plus simples et plus ludiques.  Pour formaliser le projet et trouver les moyens de le mettre en oeuvre, nous nous sommes associés à Paroles Vives, une association d’ethnologues qui réalise des enquêtes  de terrain et a le souci de la contextualisation des données. Ensemble, nous avons constitué un dossier de financement qui a été présenté en juin 2010 auprès d’un fonds de soutien du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur qui semblait propice à ce type de projet. Il s’agissait d’e-services et territoires qui a pour objectif de développer les usages et les services du numérique en région PACA. Nous imaginions un parcours à travers la ville de Marseille, et de ses alentours, qui provoquerait – au détour d’une rue d’un monument, d’un espace -, une écoute contextualisée de la paroles d’anonymes enregistrés par les ethnologues, les historiens, les linguistes, les sociologues, … ou tous ceux qui ont utilisé la source orale dans le cadre de leur recherche et souhaité qu’elle puisse être écoutée par tous, dans le respect des droits de la propriété intellectuelle, littéraire, artistique.

Le projet prévoyait des modalités d’écoute adaptées à la vie du citoyen : en mobilité ou installé bien au chaud avec un téléphone portable, un lecteur mp3, une tablette, une liseuse multimédia ou tout simplement son ordinateur. Pour le mettre en oeuvre, nous proposions une application multimédia (mashup) avec un wiki et une carte Googlemaps. Nous tirions notre inspiration – entre autre – d’un autre domaine, celui de l’archéologie. Nous avions trouvé exemplaire le travail mené au sein de l’Institut français du Proche-Orient sur l’Annuaire des missions archéologiques françaises au Proche-Orient. Les sites archéologiques y sont très simplement signalés sur une carte du Proche-Orient accompagnés d’une série de métadonnées. Un outil efficace et astucieux qui avait l’avantage d’insister sur la contextualisation. Or ce critère  nous paraissait central pour que les données sonores puissent être comprises, interprétées convenablement et citées avec précisions.

Nous n’avons pas été retenus par le jury de e-services et territoire mais le projet était lancé et nous l’avons conservé dans nos cartons. D’autant que quelques semaines après notre présentation les sound maps n’ont pas cessé d’être publiées en ligne : carte de Londres, carte de Lisbonne, carte de Montréal. Marseille n’a toujours pas la sienne, et nous cherchons encore à présenter le projet, trouver des collaborations, des soutiens techniques et financiers. Aujourd’hui, nouvelle étape, nous avons présenté le dossier devant le Brief collectif de présélection du carrefour des possibles qui se déroulera mi-janvier à Marseille. Une bonne expérience : si vous avez un projet dans le domaine des usages innovants des technologies de l’information et de la communication, n’hésitez pas à entrer dans le processus et proposer de la présenter. Vous aurez beaucoup à y gagner sur la formalisation de votre présentation publique et vous y recevrez des conseils avisés pour consolider la constitution d’un réseau dans le domaine, pour améliorer votre référencement, pour mettre en place une stratégie de communication virale… Ce sera aussi l’occasion de découvrir des projets riches de leurs différences, tous créatifs et innovants. Ce matin là nous avons ainsi découvert un mur communiquant, un projet d’innovation auditive, une plateforme collaborative pour l’enseignement (Jog educ), une galerie d’art créée sur la terre de Metaversel avec Second Life sous le nom de Tournicoton, des objets augmentés en vue d’intégrer les objets numériques dans l’habitat, un moteur de recherche sur la vie culturelle à Marseille… Peut-être à bientôt dans un carrefour des possibles.

A lire : la présentation de la matinée du Brief du 3 décembre par la galerie Tournicoton.

En tête du billet, la page d’accueil de la carte sonore de Lisbonne : http://www.cincocidades.com/en/soundmap/

Cartographie des pratiques musicales en Colombie

Au sein de la bibliothèque nationale de Colombie, le Centre de Documentation Musicale a développé un site de cartographie des musiques traditionnelles nationale avec le soutien du Ministère de Culture. Voilà l’occasion de découvrir un pays d’une diversité peu commune : le seul pays d’Amérique du Sud qui soit à à la fois sur l’océan Pacifique et sur la mer des Caraïbes, qui passe des Andes à l’Amazonie et dont la biodiversité est reconnue comme l’une des plus riches de la planète. Sa musique, elle aussi, est riche, multiple, éblouissante et complexe car elle puise dans les nombreuses cultures et langues qui composent ce pays. Le site vous fait voyager à travers tout le territoire, à partir de deux axes : les musiques traditionnelles et les festivals de musique (de tous types de musique). Des vidéos, des film pédagogiques, des notices documentaires, des enregistrements sonores, des photographies et un thesaurus documentent la musique de Colombie. Dommage que le système choisi pour la mise en oeuvre du site ne permette pas la citabilité des pages,  mais des évolutions sont en cours et il faudra suivre les modifications à venir de ce site car l’occasion est trop rare de connaître et comprendre ces musiques.

Pour vous donnez une idée de cette richesse, écoutez Melba Nancy, de l’île de Providencia, en Colombie calypso traditionnelle interprétée par le groupe Roots Radical avec Roger Fox (guitare, voix), Carlos May – « Suku » (tub-bass, voix), Rolando Brian (jawbone), Esebio Alcàzar (maracas), Tini Martinez (mandoline) et Avelino – « Coyote » Whitaker en invité pour le chant. Ou encore, cette Mazurca traditionnelle , toujours de l’île de Providencia,  interprétée par le groupe El Polvorete, avec Trujillo Hawkins à l’accordéon diatonique, Avelino – « Coyote » Whitaker (guitare, voix), Jorge – « Kepe » Hyman (maracas, voix), Rodolfo Robinson (jawbone, voix) et Max Alex Mac Lean (tub-bass, voix). [Musique en CC]

Notice de présentation du site sur Aldébaran (en langue espagnole, résumé en français) : http://aldebaran.revues.org/6580

Crédits photographiques : musiciens sur l’île de San-Andres, Chevaux dans la mer Caraïbes, île de Providencia. Photographies de Véronique Ginouvès, septembre 2009.

Des archives à la scène : la mémoire orale à l’ère du numérique

http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=615&s=17&v=9&c=4461&id=235535

L’association Archivi del Sud ne se contente pas de collecter, numériser, structurer et mettre à disposition des documents sonores enregistrés sur le terrain. Depuis sa création elle se préoccupe aussi de valoriser et diffuser ces enregistrements. En effet, à quoi peut bien servir l’investissement gigantesque dans la sauvegarde et le catalogage des documents sonores si les enregistrements de terrain demeurent cachés au plus grand nombre ou ne sont accessibles qu’à ceux qui possèdent les clés du savoir ? Le projet « De l’archive à la scène » appartient à cette dynamique : faire sortir de la boîte à archive le patrimoine culturel pour qu’il puisse nourrir le plus grand nombre.


http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&s=17&v=9&c=4461&id=240947

Pour cela l’association a inventé un nouveau moment de convivialité, à l’image des veillées où se transmettaient les histoires après les rudes journées de travail agricoles : Le fiabe a merenda. Les fables ne se racontaient pas au goûter mais peu importe, c’est une façon d’écouter et de grignoter comme à la veillée, car la cuisine appartient, elle aussi à la joie du partage et aux souvenirs. Voilà comment depuis, Archivi del Sud parcours le monde en racontant les archives qu’elle engrange depuis des années, au moment du goûter. Pourtant le mot même de « goûter » n’existe pas en sarde : en Sardaigne on peut prendre le petit-déjeuner (immulzare), le repas de midi (bustare) et celui du soir (chenare) mais le goûter est une invention moderne qui a échappé à la langue sarde. Alors comme pour nous dire que les traditions sont là pour être bouleversées, dans les Fiabe a merende, entre chaque récit, le conteur offre un goûter à ceux qui l’écoutent. Après l’histoire de Pauleddu, le petit berger qui déclenche une tempête pour avoir recherché l’origine d’un chant merveilleux qu’il entend la nuit et qui émane d’une fée, le premier goûter est constitué de « Crêpes di pane carasau con formaggio peccorino grattugiato ». Le pain carasau, en Sardaigne est le pain que les touristes appellent « carta da musica », un pain très fin cuit deux fois, qui se conserve longtemps dans les biasses de cuir de bergers. Il a pris le nom de carta da musica car il est si dur et si fin qu’il est possible de le faire sonner comme un tambourin. Il semble qu’en parlant de pain on s’éloigne des archives sonores mais pas du tout, le pain a une place importante dans la société rurale sarde et souvent dans les histoires il est question d’enfants qui ont faim, leur curiosité et leur astuce les poussent à rechercher le moindre quignon. D’ailleurs, outre la carta da musica, il y a toute une diversité de pains en Sardaigne et le meilleur est toujours celui qui a un levain naturel. L’occasion d’écouter le deuxième conte, récit de la légende du levain découvert par la fille de Sainte Anne, la petite Mariedda qui l’a vole à la vieille  sa sabia Sibilla. Le second goûter qui suit son histoire est celui des paysans, à base de tranches de pain accompagnées d’huile d’olive, de tomate et de sel. Les oreilles et les estomacs sont donc déjà bien garnis lorsque débute le récit de Saint Antoine et de sa ruse pour récupérer du feu en Enfer. Il faut bien que les hommes puissent se réchauffer, cuire leur nourriture et le pain bien entendu. Car voilà déjà la Terza merenda, le délice de Ricotta e miele. La Ricotta des bergers, douce et blanche comme la neige, posée sur un morceau de pain carasau et sur laquelle le miel est délicatement déposé, formant une dentelle sucrée…

Ce délicieux spectacle produit par l’association Archivi del Sud a traversé la Sardaigne depuis 2006, à travers de nombreuses villes et village mais aussi des festivals, dont le magique Festival del racconto Mille e un Nurraghe.  Il est une façon magnifique de faire vivre les contes en les rattachant à la vie quotidienne, aux joies et aux échanges qu’ils peuvent générer. Pour ne pas se priver de continuer à écouter, la revue de l’association, Contos, raconte cette aventure et propose une carte postale sonore, créée par Enzo Favata musicien sarde où l’on peut saisir un instantané de l’île, des bruits du travail agricole aux ambiances de fête (où l’on entend – encore ! – les Mamuthones) en passant par la voix des conteurs. A chaque spectacle, les contes changent, les goûters demeurent ! Enedina Sanna est celle qui transmet inlassablement depuis la création de cette association, qui a toujours oeuvré pour que le patrimoine immatériel ne soit pas enfoui dans des boîtes d’archives, qu’il se promène, qu’il chante, qu’il danse, qu’il mange et nous repaisse… Enedina Sanna viendra nourrir vos oreilles des contes sardes en langue française au Festival des conteurs de Francette Orsoni, le 26 et 29 novembre 2010 : n’hésitez plus à faire un goûter !

Crédits photographiques : Orgosolo, murales  2007/02/06, http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=235535 et Pane carasau par Maisto Alberto, 2007/10/17, http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=240947Images sous Creative Commons

Les archives sonores en fête : le récit de Mélanie

Issue d’une formation en Langues Étrangères Appliquées j’ai eu l’occasion, le temps d’une vacation, de présenter le travail de la phonothèque de la MMSH lors des quatre journées de la Fête de la science. Nous imaginions des publics multiples (scolaires, familles ou curieux) et nomades, qui devaient recevoir un message rapide et clair avant de passer à un autre stand. Avec l’équipe de la phonothèque, nous avions préparé dans ce sens des posters et un scénario pour présenter des enquêtes de terrain sur le thème de l’eau. J’ai eu un peu de temps, avant le lancement des ateliers pour découvrir les documents, mais je me demandais comment j’allais pouvoir m’approprier ces archives sonores et transmettre aux visiteurs tout l’intérêt de la source orale dans les sciences humaines et sociales. J’ai vite remarqué que la curiosité du public était aiguisée lorsque j’évoquais les récits des anciens : cela les plongeait dans leurs propres souvenirs. Deux petites filles se sont mises à chanter spontanément les comptines méditerranéennes de leurs mamans, une autre a tenté de traduire un poème algérien que son grand père lui raconte inlassablement depuis sa naissance. L’écoute a été aussi l’occasion pour les enfants de s’interroger sur la façon dont leurs grand-parents vivaient dans leur jeunesse et sur leurs savoirs qui étaient peut-être à découvrir. Nombre d’entre eux ont évoqué à cette occasion leurs origines familiales et les savoir-faire transmis (recettes de cuisine, remèdes naturels, chants, contes, expressions dans les langues d’origines). Au milieu de l’effervescence de la fête de la science, à l’écoute des chants des anciens, certains enfants refusaient de quitter leur casque. Captivé par les enregistrements sur le terrain des Cévennes et la sérénité du débit, du rythme des conteurs et des chanteurs traditionnels, un petit garçon ne voulait pas laisser sa place aux autres visiteurs. Devant l’insistance de ceux qui se pressaient pour écouter et de sa maman, il a quitté à regret ce bond dans le temps. Pour moi la fête de la science aura été une occasion unique de rencontrer en un seul lieu un panorama dynamique de la recherche sur la région marseillaise, mais aussi de découvrir et faire découvrir les archives sonores dont j’ignorais jusqu’à l’existence. Une belle aventure !

Auteur : Mélanie Avella



Crédits photographique : 24 octobre 2010, dernier jour à la fête de la science et  inauguration de la fête de la science, chorégraphie de Léda Atomica le 21 octobre 2010.

photographies de V. Ginouvès.

Les archives sonores à la fête

Les premières visites sur le stand de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, ce matin, à la fête de la science ont été riches de rencontres. A tour de rôle nous avons reçu  par petits groupes  des élèves de classes de primaires et de collège et des adultes venus de plusieurs pays émergents en apprentissage de la langue française. Pour faire découvrir l’utilisation de la source orale dans les sciences humaines et sociales, l’équipe de la phonothèque avait préparé un scénario sur lequel nous avons improvisé en fonction des réactions des différents publics.

Pour commencer, la même entrée en matière pour tous : l’écoute d’un refrain de bourrée enregistré dans les Cévennes par deux ethnologues Nicole Coulomb et Claudette Castell1 : Combien de fois j’ai passé la rivière pour préserver tes moutons du danger / Si je l’ai fait je l’ai fait pour te plaire, si je l’ai fait je l’ai fait pour t’aider… entonne d’une voix claire et chaleureuse un homme qu’on imagine déjà d’un certain âge au moment de l’enregistrement (1980). Les enfants se poussent du coude et pouffent de rire en entendant la chanson… Mais quand on leur demande si dans leur famille certains membres connaissent des choses qui ne sont pas inscrites dans les livres, une petite fille de CM2  lance tout de suite « ma Mamie de Russie, connait une recette qu’elle a transmise à ma maman qui me la transmettra », un garçon en 6e évoque des chansons de sa mère et un autre nous dit que son père a connu la guerre (laquelle ? il ne sait pas).

L’écoute d’un récit de vie d’un pêcheur en langue provençale2 suscite toutes les interrogations, personne n’a jamais entendu parler cette langue. Un garçon de CM2 imagine tout de même que la langue est proche « C’est du marseillais » nous affirme-t-il. Quant aux adultes en apprentissage du français ils sont très étonnés d’apprendre qu’il n’y a pas si longtemps, les « français de Provence » pouvaient ne pas parler couramment la langue française ou en tout cas, avoir une toute autre langue maternelle que le français. Une jeune femme éthiopienne est fière de nous dire que dans son pays il y a plus de 80 langues qui se parlent. A l’écoute d’un extrait sur la lessive aux cendres3, une jeune albanaise nous raconte qu’elle aussi allait dans son village chercher l’eau au puits pour laver la lessive de la famille. La voilà transplantée à des milliers de kilomètres de son pays d’origine, à écouter à Marseille une grand-mère du Val Germanasca qui n’a pas vraiment  de langue nationale et qui, entre le piémontais, le gavot, le français et l’italien, explique à un ethnologue comment se faisait la lessive aux cendres (bouillie 7 fois à trois reprises dans de l’eau froide, tiède puis bouillante). Les archives orales suscitent l’étonnement et la proximité, ces sources sont une belle manière d’évoquer une partie du travail des chercheurs en sciences humaines et sociales. A suivre…

Crédits photographiques : Une journée à la fête de la science, Marseille, Véronique Ginouvès, 21 octobre 2010.

Chant « Combien de fois j’ai sauté la rivière » interprété par un musicien lozérien

    Cote : D406-407-plage21 – N°370
    Responsabilités : enquêteur Coulomb, Nicole ; enquêteur Castell, Claudette ; informateur 0349
    Saint-Julien-du-Tournel, 1980
    Titre collectif : Chansons et danses populaires du Mont-Lozère

    N° inventaire item : 370-21
    Nature du doc : enquête
    Genre du doc : chant
    Localisation de l’original : Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Phonothèque
    Lieu de consultation : Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Phonothèque
    Dépositaire : Déposée en 1985 ca par Nicole Coulomb et Claudette Castell.
    Droits : Convention signée avec les enquêteurs le 18/03/2000.
    Niveau de consultation : Consultation libre et copie sur autorisation
    Niveau de catalogage : niveau item
    Langue : français
    Date d’enregistrement : 1980-10-02
    Descript. tech. de l’original : 2 bdes
    Caract. tech. : 19 cm-s
    Durée : 28s
    Qualité du son : moyen
    Danse : valse
    Description de l’item : version
    Type de formation musicale : solo
    Production et technique du son : voix d’homme;chanté
    Titre d’oeuvre : Combien de fois j’ai sauté la rivière
    Incipit littéraire : Combien de fois j’ai sauté la rivière
    Exploitation/publication : Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. p. 1033

Contenu dans

e Pays d’Arles par ses gens : sentiments d’appartenance et référents d’identité /sous la dir. de Jean-Noël Pelen ; Jean-Pierre Belmon, Nicole Coulomb, Evelyne Duret, Claude Martel, Guy Mathieu. CREHOP : Parc naturel régional de Camargue : Mission du Patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture, juillet 1987. 307p.
  1. Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell, Doc. dactylogr, 1983, 2 vol., 1156p. Th. doct. 3e cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. []
  2. Le Pays d’Arles par ses gens : sentiments d’appartenance et référents d’identité /sous la dir. de Jean-Noël Pelen ; Jean-Pierre Belmon, Nicole Coulomb, Evelyne Duret, Claude Martel, Guy Mathieu. CREHOP : Parc naturel régional de Camargue : Mission du Patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture, juillet 1987. 307p. []
  3. « Les chansons populaires : hétérogénéité et ambigüité d’un patrimoine » / Bromberger, Christian, In Gens du Val Germanasca : contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise. Université de provence : Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie, 1994. (Document d’ethnologie régionale ; 13). []

La phonothèque de la MMSH fête la science du 18 au 24 octobre 2010

La Fête de la Science a pour but de susciter la rencontre entre les sciences et le public. Manifestation gratuite et conviviale, sa 19éme édition aura lieu du 18 au 24 octobre 2010 autour d’un thème national la Biodiversité et bioéthique : quels défis pour l’avenir ? Comme chaque année, la fête de la science sera l’occasion de découvrir :

– Les sciences et les métiers de la recherche,

– L’actualité scientifique,

– Des ateliers, des animations, des expositions, des conférences, des films…

– Des initiatives originales : théâtre, musique, cinéma et même gastronomie, se conjuguent avec la chimie, la biologie, les mathématiques… et les sciences humaines et sociales. Pendant 4 jours, les sciences se retrouvent au cœur de la cité.

La phonothèque de la MMSH sera présente au sein du « Parcours de sciences au coeur de Marseille » dans le village des sciences créé pour l’occasion sur le cours d’Estienne d’Orves, espace « Mer et eau ». A travers un atelier, vous découvrirez l’intérêt d’utiliser les sources orales dans l’écriture des sciences humaines et sociales et vous pourrez écouter des extraits d’enquêtes de terrain réalisés par des chercheurs dans le cadre de recherche historiques, anthropologiques, linguistiques, ethnomusicologiques,…  Les thèmes sont nombreux : la pêche, la lessive, l’arrivée de l’eau courante dans les villages, les méthodes d’irrigation dans les sociétés rurales traditionnelles ou encore les proverbes, les contes et les chansons toujours sur le thème de l’eau.

Venez nombreux, pour découvrir le  Programme du parcours des sciences 2010 concocté par l’association les petits débrouillards ou, pourquoi pas, vous lancer dans la chasse au trésor à travers la ville samedi après-midi