Archives pour la catégorie Mobilisation

Mer en fête 2014 : des archives sonores à bord du Danielle Casanova

Vendredi 23 mai 2014, l’association U Marinu organisait la 21éme édition de la manifestation Mer en Fête. À bord du navire Danielle Casanova, plus de 48 ateliers interdisciplinaires ont animé cette journée en faisant découvrir la Méditerranée à environ 1000 écoliers marseillais. L’atelier embarqué de la phonothèque faisait écouter les témoins de la pêche traditionnelle en Provence aux élèves. L’enjeu de l’atelier était de faire comprendre aux enfants l’utilité des entretiens de terrain pour la recherche en sciences humaines et sociales, leur conservation et leur valorisation dans une phonothèque.

L’atelier de la phonothèque était centré sur des échanges avec les élèves en s’appuyant sur les trois extraits sonores suivant:

Le premier extrait sonore était extrait d’un corpus constitué dans le cadre de la thèse d’Olivier Féraud Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples, et donnait à entendre le cri d’un marchand de poisson napolitain.

Enquête n°3200

Les élèves ont aimé entendre le cri et la scansion du marchand de poisson, “comme s’il était en colère”. Sans dire aux enfants le sujet de l’enregistrement, je leur demandais pour qu’elle raison cet homme criait. Ils ont pour la plupart deviné qu’il s’agissait d’un appel à la vente sur un marché. L’écoute était l’occasion de faire prendre conscience aux enfants de l’importance de l’environnement sonore dans une ville. L’enregistrement donnait également l’occasion de souligner l’intérêt de l’archive sonore pour connaître les noms des poissons dans des langues régionales, ici le napolitain.

Les deux extraits suivants étaient extraits de deux enquêtes d’Annie-Hélène Dufour sur les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois.

Enquête  n°2504

Ainsi, le deuxième extrait donnait à entendre un ancien pêcheur qui racontait comment étaient définies ses zones de pêches puis sa façon de confectionner son filet. L’enregistrement sonore apparaissait là comme un moyen de s’assurer de la transmission d’un savoir-faire qui ne pourrait être appréhender seulement par l’écrit ou la photographie. Cela nous donnait l’occasion de discuter de l’importance du patrimoine immatériel dans notre société et de sa préservation. 

Enquête n°2504

Enfin, dans le troisième extrait un pêcheur donnait les propriétés particulières de la Saupe. Je demandais alors aux élèves toute leur attention à l’écoute de l’intervention de l’enquêtrice. L’objectif était de définir ensuite ensemble les règles à respecter au moment d’un entretien : préparer et choisir ses questions, savoir écouter, respecter la parole de l’autre, demander l’autorisation, éviter de transformer l’entretien en interrogatoire…

14237927394_980e355456_o

Le field recording sur Radio Grenouille 88.8

La phonothèque de la MMSH participera à l’émission “Son de plateau” sur Radio Grenouille, samedi 24 mai à 14h. L’occasion de découvrir les créations sonores d’artistes qui s’inspirent  des enregistrements sur le terrain sous toutes leurs formes, “de l’audionaturalisme aux musiques savantes en passant par l’ethnomusicologie, pour écouter le vent, la lune, les étoiles, les voitures, les trains…”, avec Lucien Bertolina, Nicolas Debade, Matthieu Saladin, Chris Watson.

A vos radios, en direct ou en podcast !

Crédits photographiques : site du GRIM

Embarquement pour Mer en fête 2014

Vendredi 23 mai 2014, la phonothèque participera à la 21éme  édition de Mer en fête menée par l’association U Marinu à bord du Danielle Casanova.  Cette année, dans son atelier, la phonothèque présentera les enjeux de la constitution de collections d’archives sonores pour la connaissance du patrimoine immatériel Méditerranéen. Elle fera découvrir aux écoliers marseillais sur le navire de la SNCM les voix des pêcheurs de la Provence au cours du 20ème siècle.  Je serai à bord pour vous présenter l’atelier de la phonothèque, portant le  n°28 sur le  pont 10 (localisation : “Espace garderie”).

Programme de l’événement Mer en Fête 2014

En attendant le prochain, vous pouvez lire les compte-rendus des précédents ateliers “Mer en fête” auxquels a participé la phonothèque :
2013 : Sounds Archives travel with a boat
2012 : La phonothèque part en voyage

Crédit photographique: Hoisting the elephant, Tyne & Wear Archives & Museums’, This image comes from a collection of glass slides of fairground scenes found in the stores at Discovery Museum, Newcastle upon Tyne. www.flickr.com/photos/twm_news/sets/72157627692102509/. Pas de restrictions des droits connues.

#DisquaireDay

Depuis 7 ans, le troisième samedi du mois d’avril se fête le “Disquaire Day” ou “Record Store Day”1 : concerts, sortie de vinyles et en particulier de tirages limités, signatures et échanges chez les disquaires,… une belle occasion d’écouter, de pratiquer et de parler musique. A suivre sur Facebook et Twitter et en prime une carte de France pour trouver votre disquaire. http Afficher Music Play – Disquaire indépendant sur une carte plus grande Crédits photographiques : [Portrait of Milt Gabler, Herbie Hill, Lou Blum, and Jack Crystal, Commodore Record Shop, New York, N.Y., ca. Aug. 1947] (LOC) Gottlieb, William P., 1917-, photographer. Persistent URL: hdl.loc.gov/loc.music/gottlieb.01631. Rights Info: Mr. Gottlieb has dedicated these works to the public domain, but rights of privacy and publicity may apply.

  1. L’idée vient des Etats-Unis mais s’est rapidement diffusée en Europe []
FREEBASSELDAY-2014-Head-Outline

#FREEBASSELDAY 2014

FREEBASSELDAY-2014-Head-Outline

Il y a un an le web résonnait d’une rumeur mondiale pour libérer Bassel Khartibi, informaticien pour un internet libre, emprisonné illégalement en Syrie. Depuis, la torture a été systématisée dans ce pays où 6,8 millions de déplacés ont besoin d’une assistance humanitaire. Bassel n’est sans doute qu’un grain de sable au milieu de ces milliers de personnes en souffrance, mais on a vu des grains de sable enrayer des machines complexes, alors continuons à appuyer la libération de Bassel ! Le 15 mars,  jour du #FREEBASSELDAY 2014, Bassel sera emprisonné depuis deux ans. Vous pouvez rejoindre des groupes de soutien à San Francisco, à Berlin ou en créer vous même, cuisiner en son honneur, suivre les tweets sur #freebassel… et tout ce que vous imaginez possible pour vous ce jour là qui puisse s’ajouter au grain de sable, pour que s’interrompe l’horreur dans ce pays où les enfants grandissent plus vite que partout au monde.

#FreeBassel Cookbook

danse

Avoir le droit d’utiliser des oeuvres pour en recréer d’autres

Megan Heuse nous apprend sur le blog Ars Technica que jeudi dernier, 27 février 2014, Lawrence Lessig, co-fondateur des Creatives Commons, a obtenu devant un tribunal le droit d’utiliser des extraits de Lisztomania dans une conférence mise en ligne. Le label australien Liberation Medias qui détenait les droits de ce tube, créé par le groupe français Phoenix1, en avait demandé le retrait. Ces extraits étaient utilisés par Lawrence Lessig dans  le diaporama animé qui accompagnait sa conférence “Open” présentée en Australie le 4 juillet 2010  (à écouter ci-dessous), pour illustrer l’importance du droit au remix dans la création .

Ce procès gagné, mené en collaboration avec avec l’Electronic Frontier Foundation (EFF), nous donne l’occasion de nous réjouir à plus d’un titre.  D’abord parce que les circonstances nous donnent l’occasion de (re)écouter une conférence revigorante mais surtout parce qu’il est trop rare que  l’article 512 ( f ) de la loi DMCA (Digital Millennium Copyright Act) soit appliquée en direction des détenteurs de droits d’auteur pour qu’ils paient des dommages quand ils outrepassent leurs limites dans leurs demandes de retrait. Le montant obtenu au bout du procès sera versé à l’EFF pour soutenir son travail sur le libre accès, une cause que soutenait Aaron Swartz, ami de L. Lessig.

danseCrédits photographiques : Jitterbugs (III) par William H. Johnson, 1901-1970, 1941, collections du Smithsonian, pas de restrictions de droits connues. 

  1. Le groupe Phoenix avait par contre indiqué sur son site qu’il appréciait le remix de ses oeuvre “We support fair use of our music (…) ”One of the great beauties of the digital era is to liberate spontaneous creativity – it might be a chaotic space of free association but the contemporary experience of digital re-mediation is enormously liberating.” A lire aussi sur Boing-Boing []
Cubains aux dominos

Vous jouez ? Participez à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel !

Cubains aux dominos

Depuis 2011 est engagé un  inventaire national du patrimoine culturel immatériel (PCI) sur la thématique du jeu en France réalisé par les différentes communautés1 qui pratiquent les jeux traditionnels en partenariat avec des organismes de recherches et des associations culturelles. Les jeux repérés sont ceux de type sportif, joués par des adultes, transmis de génération en génération et spécifiques à un territoire donné. Les fiches rédigées sont ensuite publiées sur le site du Ministère de la culture au format PDF. Pour engager un dialogue avec les joueurs – qu’ils soient rédacteur des fiches ou qu’ils souhaitent les commenter, les enrichir ou en créer de nouvelles -, une partie de l’inventaire réalisé sous la direction de Laurent-Sébastien Fournier a été repris dans un carnet de recherche, sous le titre Restituer l’inventaire du PCI.

Si vous pratiquez un jeu traditionnel ou si vous êtes tout simplement intéressé par cet inventaire,  je vous invite à aller consulter ce carnet qui vient de lancer un appel à participation sur ce projet.

Crédits photographiques :  ”Cuban American men playing dominoes in Little Havana: Miami, Florida”, vers 1975, pas d’indication de photographe, collection de la State Library and Archives of Florida, pas de restrictions de droits connues.

  1. Le terme est ici celui qu’emploie l’UNESCO dans ses textes et qui est repris par le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture et de la Communication, en charge de l’inventaire national. Pour être au clair sur les différents inventaires du PCI et leurs enjeux, vous pouvez consulter un précédent billet des Carnets de la phonothèque. []

Avent du domaine public 2014

AMERICAN CYANAMID

Le compte à rebours de l’Avent a commencé ! Depuis le 1er décembre le collectif SavoirCom1 réalise un calendrier qui présente en avant-première les cadeaux du domaine public 2014. Une idée originale qui, pour la deuxième année, met en avant chaque jour de décembre un nouvel auteur, nous rappelant, au passage, la richesse et la multiplicité des responsabilités artistiques : peintre, sculpteur(trice), photographe, femme ou homme politique, brevet et invention, écrivain(e)… Ainsi, en 2014, les oeuvres de Chaïm Soutine, Victor Segalen, Beatrix Potter, Vittorio SellaJohn Harvey Kellogg, Marcel Martinet, Alexandre Millerand, et d’autres encore rejoignent nos biens communs de la connaissance.

Le calendrier de l’Avent du domaine public 2014

Crédits photographiques : American cyanamid, Nickolas Muray (1892-1965), 1945, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de droit connues.

Fête de la Science 2013 : voyage insolite au pays des archives sonores

visuel_fete_de_la_science_aix-en-provence_2013Créée en 1991 et pilotée par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, la Fête de la science a pour objectif de favoriser les échanges entre la communauté scientifique et le grand public. Avec chaque année plus d’un million de visiteurs, cette manifestation propose une découverte conviviale et ludique du monde des sciences à travers des animations et des expositions partout en France.

Fidèle depuis de nombreuses années, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’homme (MMSH) animait les 10 et 11 octobre dernier l’atelier « Apprendre à collecter des sons », au pavillon « le village des sciences », place François Villon, à Aix-en-Provence.  Ethnologue de formation, j’ai eu l’opportunité de travailler à la phonothèque pendant mes études et par un concours de circonstances, cette année, j’ai été amenée à animer les ateliers qui nécessitaient une bonne connaissance de la méthodologie en anthropologie.

En effet, les ateliers, d’une durée d’une demi-heure, avaient pour objectif de permettre aux enfants de “jouer à l’ethnologue”. Il s’agissait de donner quelques éléments de repère sur les sciences humaines et la méthodologie utilisée pour réaliser une enquête de terrain (grille de questions), enregistrer un entretien et assurer sa diffusion éventuelle en faisant signer un contrat d’autorisation d’exploitation. Chaque enquêteur et chaque enquêté devaient en effet signer un contrat en bonne et due forme, les deux parties comprenant bien les enjeux juridiques et éthiques liés aux enquête de terrain et à leur diffusion.

Pour accueillir les participants, et présenter les collections de la phonothèque, j’avais réuni quelques exemples d’enquêtes gravées sur des disques audio avec les catalogues des corpus (Gens du Val Germanasca réalisé par Christian Bromberger, Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône déposé par Corinne Cassé, réalisé avec les AD13 et Paroles VivesL’autre face « Européens » en Algérie indépendante réalisé par Hélène Bracco). Un panneau représentait l’évolution des différents supports sonores de la bande magnétique à la carte en passant par la cassette audio et DAT et le minidisc. Pour mettre en oeuvre les travaux pratiques, l’enregistreur numérique de la phonothèque était notre outil principal.

Ce sont les secondes du lycée Saint Eloi et des troisièmes du collège Marie Mauron à Pertuis qui ont les premiers expérimenté le métier d’ethnologue tandis que les secondes du lycée professionnel régional Gambetta à Aix-en-Provence clôturait l’atelier. La visite « surprise » d’un groupe de 10 élèves du CM1 Joseph D’Arbaud à Aix-en-Provence fut très animée (photos ci-dessous) même si le temps leur a manqué pour réaliser une enquête.

Le choix du sujet de l’enquête était de circonstance : Qu’est-ce que la science ? Que représente-t-elle pour vous ? Quelles en sont vos représentations ?

Le groupe participait au brainstorming de la grille d’entretien de l’enquête puis ils s’organisaient pour se distribuer rapidement les rôles (qui pose les questions, qui les rédige, qui s’occupe de l’enregistreur, qui trouve un enquêté, qui fait signer les contrats d’utilisation).

Voilà ci-dessous un extrait sonore de l’enquête réalisée par le groupe des jeunes du lycée Gambetta dont les pays d’origines étaient diverses : Roumanie, Brésil, Algérie. Ils se sont montrés très à l’écoute des réponses de leur enquêté, n’hésitant pas à rebondir sur d’autres questions.

Au final, chaque groupe a bien compris le déroulé d’une enquête. La durée très courte de l’atelier n’a pas permis l’approfondissement nécessaire au travail de terrain de l’ethnologue. Cependant, les jeunes ont joué le jeu en observant des règles de base : se présenter ainsi que l’objet de l’enquête, demander l’autorisation d’enregistrer l’enquêté et faire signer l’autorisation d’exploitation,  élargir la grille de questions si nécessaire, ne pas couper la parole, remercier l’enquêté à la fin de l’enquête. Ils ont beaucoup apprécié de pouvoir écouter le fruit de leur travail à la fin de l’atelier.

Outre l’accueil des groupes scolaires, le grand public était présent lui aussi avec des intérêts très différents : certaines personnes ont écouté les enregistrements apportés, exemples d’enquêtes de terrain, et consulté des catalogues de la phonothèque, d’autres ont posé des questions parfois métaphysiques comme l’interrogation sur la part du subliminal qu’engendre le son compressé et la perte d’information.

Si la phonothèque avait opté pour le choix d’un atelier pratique, d’autres laboratoires avaient fait le choix du virtuel en proposant des animations 3D. C’est ainsi que le public a pu remonter le temps et visiter la Cénatio Rotunda plus communément appelée  la salle à manger tournante du Palais de Néron,. Une animation 3D était proposée par le Centre Camille Jullian, à l’initiative de Françoise Villedieu, historienne et archéologue1.Il pouvait également visiter virtuellement le Palais comtal d’Aix-en-Provence et suivre ses  évolutions à travers le temps à travers une conception 3D de par Jérémy Terris. 

Merci à Sylvie  Laurens-Aubry, responsable du service communication de la MMSH et organisatrice du projet de la fête de la science, Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque, Nacira Abrous, responsable de la coordination des programmes scientifiques, Julia, Alex et Kahina  des animateurs des stands MMSH.

Crédits photographiques : Affiche officielle de la fête de la science, Classe Joseph D’Arbaud, Christine Durand (CCJ-CNRS)

 

  1. La présentation est actuellement accessible à la médiathèque de la MMSH et librement accessible au public []

DIMANCHE – L’archive sonore de l’Open Access Week : Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 8000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante Cote : F 3354 – N°4155 – enquêteur Baude, Janine ; informateur A., Adrienne s.l., 1983.

Cette enquête a été enregistrée dans le cadre du corpus “Celles qui n’ont pas écrit”, réalisé par des étudiants à l’Université de Provence dans le cadre d’un cours de littérature axé sur le récit autobiographique. Anne Roche et Marie-Claude Taranger, responsables de cet enseignement, proposaient aux étudiants de réaliser une enquête auprès d’un témoin de leur choix sur des thématiques variants au cours des années (années 30, guerre de 1939-1945, guerre d’Algérie,…). Pour l’évaluation de ce travail étaient demandé la cassette originale ainsi qu’une transcription de l’enquête. Ces enregistrements sont donc à écouter dans la perspective d’un cours de littérature. Par exemple, les enquêtes et évaluations se concentrent moins sur les locuteurs (informateurs-enquêteurs) que sur le récit, ainsi, la date et le lieu d’enregistrement ne sont pas centrale et sont rarement précisées. La pièce centrale, notée par les enseignants (méthodologie d’enquête, contenu, qualité du témoin), est la transcription. Il peut arriver d’ailleurs que l’enregistrement n’ait pas été conservé et que seule demeure la transcription et l’évaluation de l’enseignant. A chaque enquête correspond un nouvel enquêteur, le corpus peut être considéré comme collectif, regroupant l’ensemble des étudiants de l’année universitaire. S’il arrive souvent que l’informateur choisi soit une “figure”, se démarquant par l’originalité de son parcours, c’est notamment par soucis de l’enquêteur de produire une enquête au contenu fort en vue de l’évaluation. La dynamique de ce corpus collectif est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre enquêteurs. Lorsque c’était possible, le résumé des professeurs a été utilisé pour établir le résumé de la notice. Les enregistrements ne sont pas les originaux mais des copies que les enseignants ont faites d’après les enregistrements des étudiants : en plus de la dégradation de la qualité sonore due à la copie, l’intégrité du support original n’est pas toujours respectée et n’a pas toujours pu être retrouvée. Le nom donné à ce corpus “Celles qui n’ont pas écrit” est celui du livre éponyme des deux enseignantes qui s’appuie sur tous les témoignages, ceux des hommes comme ceux des femmes.

Ecouter l’enquête en streaming

Résumé de l’enquête :

L’informatrice est issue d’une famille paysanne qui cultive le blé. Vers l’âge de 15 ans elle est placée dans une maison bourgeoise à Avignon. Le travail de domestique est difficile, elle se rend à Marseille pour y échapper et connaît une période de chômage. Elle trouve plus tard du travail dans une entreprise traitant les dattes, avenue Arenc. Ce travail lui convient mieux que celui de domestique. Elle trouve ensuite une place de serveuse au “Boeuf à la mode”, cours Belsunce, où elle est payée au pourboire. Pour chacun de ses emplois, elle fournit à l’enquêtrice ses horaires et son salaire avec précision. Après sa journée de travail, elle fréquente la salle de spectacle l’Alcazar où elle voit se produire de nombreuses vedettes. Elle se souvient d’une ville marquée par le chômage. Elle évoque la crainte du proxénétisme à Marseille, le soir, activité qu’elle associe à la famille Guerini. En revanche, elle ne craint pas le vol et les “bandits” qui sont rares. A l’époque du Front populaire, elle parle d’un “délire” à Marseille auquel elle ne prend pas part. L’informatrice relate ensuite son parcours durant la guerre de 1939-1945. Ayant fait des économies, elle devient propriétaire d’un café à Avignon. Là, elle est contactée par des résistants et collabore avec eux. Elle déclare qu’elle cachait des personnes juives chez elle et son inquiétude à l’époque. L’informatrice n’appuie pas l’épisode de son entrée en résistance qu’elle semble considérer comme naturel ou de bon sens. Elle fait le récit de son transport de cartes d’identités falsifiées à Toulouse où elle est suivie et arrêtée. Elle parle de la délation à cette époque, dont elle a été victime. Elle raconte son parcours en déportation (camp de Ravensbrück puis de Litomerice), la dureté des conditions de vie (atteinte du typhus, elle s’efforce de masquer sa maladie). L’informatrice revient à plusieurs reprises et avec de nombreuses précisions à la demande de l’enquêtrice sur son expérience dans les camps (traitant ainsi du contact avec l’extérieur, du peu de solidarité, de ses relations avec ses camarades ou ses surveillants, du travail – assèchement de marais, déchargement de wagons -, évoquant la dureté du traitement – le défilé des prisonnières nues dans le froid, les fusillés creusant leur propre tombe – et parfois le contraire – bon traitement de certains surveillants). Certaines images et certains épisodes vécus persistent dans son esprit après la guerre. Lors de la Libération, elle est incapable de se réjouir. L’entretien se termine sur sa vision du statut de la femme dans les années 1930, de son départ de chez elle et de son placement, de sa relation avec ses patrons en tant que domestique, et du syndicalisme à son époque.

Crédits photographiques : Free coffee wagon, Lotzen [between ca. 1910 and ca. 1915], Bain News Service publisher, 1 negative : glass ; 5 x 7 in. Pas de restrictions de droit connues.