Archives de catégorie : Mobilisation

Matera, capitale européenne de la culture 2019 : appel à archives !

Les 9 et 10 février 2017, s’est tenu à Matera, à l’université de la Basilicate, une première réunion1 sur la mise en place de l’Istituto Demo-Etno-Antropologico (I-DEA). La création de cet institut fait partie des projets phares2 qui vont participer à la mise en place de Matera  capitale européenne de la culture 2019. Un de ses axes est celui de réunir, de façon virtuelle sur un site encore à créer, le patrimoine historique et culturel de la Basilicate, abrité sur son territoire et dans le monde – en effet de nombreux chercheurs étranger, en particulier des anthropologues, sont venus étudier ce territoire « exotique ». L’objectif est de valoriser l’histoire et la culture de ses habitants par ses habitants et leurs archives, de rendre cette matière accessible à tous et qu’elle fasse, le plus possible, l’objet de ré-usage et de re-création.

Dans ce projet, John Cage (1912-1992)  qui s’est positionné à certains moment de son oeuvre comme un « curator » / commissaire d’exposition3 est l’un des inspirateurs de Joseph Grima, à l’origine du  dossier qui a permis la nomination de Matera capitale européenne de la culture, publié en octobre 20144. Au cours de l’année 2019, des artistes en résidence – ou d’autres acteurs culturels ou scientifiques – pourront s’emparer des fonds d’archives qui auront été repérées au préalable pour réaliser des oeuvres, des installation ou des conférences. L’ambition est de proposer des interprétations toujours en changement, en fonction des artistes qui découvriront la matière : les archives autour de la ville de Matera et plus largement de la Basilicate – sans oublier celles issues de la parole des habitants, archives vivantes qui ont participé à l’histoire de leur ville.

La première journée a été avant tout une présentation du projet auprès des différents experts invités suivie d’échanges avec les membres de l’équipe de la fondation Matera-Basilicata 2019 afin d’organiser les actions et les événements à venir dès 20175 et le compte rendu est d’ores et déjà en ligne. La seconde réunion s’est tenue la matinée du lendemain6. Elle a permis de lancer les bases d’un premier inventaire et de préparer l’organisation d’un colloque international qui se tiendra à Matera en mai 2017 avec le soutien de l’équipe du département Cultures européennes et de la Méditerranée / Culture europee e del Mediterraneo de l’Université de la Basilicata dirigé par l’anthropologue Ferdinando Mirizzi7 et collaboration avec Pietro Clemente, anthropologue qui a placé au coeur de sa recherche le récit de vie et l’enquête orale8.

Ce billet est l’occasion de faire un point sur les archives que l’on peut trouver en ligne sur la ville de Matera et plus largement de la Basilicate. Les documents sont extrêmement dispersés, le défi est encore à relever et se fera au fur et à mesure de l’avancée du projet.  Vous trouverez ci-dessous, les résultats d’une première recherche très large d’archives prioritairement sonores et audiovisuelles sur la ville de Matera et plus largement la région de la Basilicata.

Ce billet est aussi l’opportunité de lancer un premier appel à leur repérage : n’hésitez pas à signaler celles que vous aurez repérées de votre côté ! Merci par avance de vos retours.

Premier repérage
des archives accessibles en ligne
et librement réutilisables
sur la ville de Matera

et plus largement de la région de Basilicate

Sur Internet archive, cette bibliothèque virtuelle multimédia ouverte et universelle, ce sont plutôt des ouvrages que l’on trouvera mais ils sont assez nombreux et intéressants pour être signalés, aussi bien sur Matera que sur la Basilicata. Par exemple, plusieurs éditions de l’ouvrage de 1818 de Francesco Paolo Volpe  Le Memorie storiche di Matera 9 sont accessibles ainsi que d’autres ouvrages numérisés par la bibliothèque centrale de Rome, comme ce texte de 1629 Erminia pastorella intermedio primo. Del dottor Horatio Persio da Matera patritio romano. Plus largement, sur la Basilicata, on y trouve des récits de voyage (1826)10 ou de tremblements de terre dans la région en 186511, ou encore de brigandage aux temps de Fra Diavolo jusqu’en 1811 publié en 187312 comme un essai sur la délinquance en Basilicate de 190413.

En Europe :

Mémoires audiovisuelles de la Méditerranée – MedMem : ce programme européen, terminé en 2014, a permis de réunir 4000 archives audiovisuelles accessibles gratuitement en ligne, sur un site trilingue, offrant un regard croisé sur le patrimoine de l’ensemble du bassin méditerranéen. Une émission télévisée de la RAI, du 24 janvier 2009, porte sur la ville spécifiquement, sous le titre Les pierres de Matera: la ville cachée (9min) : http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00248

Quatre autres émissions – toujours produites par la RAI – portent, plus largement, sur la région de la Basilicate :
Investissements à la Basilicate, production propre de la RAI en 2008 (2min) :  http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00458
Rionero in Vulture, production propre de la RAI en 2008 (11min 39s) :  http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00406
Les chèvres du Frioul– Forenza et sa tradition : ce reportage de la RAI (2008) présente plusieurs thématique et se termine par une présentation de Forenza ville de Basilicate qui produit le fromage du Templier (14min) :  http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00462
Le silence des sommets, documentaire de la collection Cose dell’altro Geo, 2010 (6min 9s) : http://www.medmem.eu/fr/notice/RAI00290

Europeana, le catalogue collectif des bibliothèques en Europe permet de retrouver :
Des enquêts orales : les collectes enregistrées par Diego Carpitella et Ernesto De Martino comme cette berceuse (Costantino Albanese, 1954) ou la chanson Fosse vedute la mia brunettella (Pistici, 1952). Une autre collecte a été réalisée en 1975-1976 sur cette région par Aurora Milillo, accompagnée parfois par d’autres chercheurs dont Diego Carpitella. Malheureusement il s’agit seulement d’un repérage puisque l’Academia de Santa Cecilia à Rome qui est dépositaire de ces enquêtes, ne permet pas l’écoute en ligne de ces archives.
Des articles de presse sur la Basilicata issus du journal Il Popolo ;
Le film de Roberto Rossellini (1962) réalisé à partir d’archives : Benito Mussolini, dalla marcia alla catastrofe où  l’on voit, rapidement, sur les murs des maisons de Matera des inscriptions vantant les mérites du Duce (env. à 10 min) comme une forme de clin d’oeil au récit enregistré en 1978 sur la base Memoro, d’un habitant de Calciano qui raconte « L’obbligo di iscrizione al partito fascista » ;
Des ouvrages numérisés comme  À travers l’Apulie et la Lucanie notes de voyage par François Lenormant (numérisé à l’université d’Oxford), ainsi que d’autres documents publiés dont un guide touristique issu du fonds de la Fondazione Ranieri di Sorbello qui traverse le Sud de l’Italie, dont la Basilicata : Italia meridionale (Touring club italiano and Bertarelli L.V.)
Des émissions télévisées sur Matera (7) et la Basilicata (11) se retrouvent sur Europeana ou sur le site EuScreen.

En France :

Les Archives ethnomusicologiques du CREM / LESC (Paris) : Le fonds d’archives sonores du CNRS – Musée de l’Homme rassemble des enregistrements inédits et publiés de musique et de traditions orales du monde entier, de 1900 à nos jours. Constitué de supports variés (cylindres, 78 tours, disques vinyles, cassettes, supports numériques). Sur la Basilicate et Matera en particulier, sont repérés uniquement des disques édités dont il serait intéressant de retrouver les documents de terrain inédits originaux :
Sounds of the earth, atlante di musiche tradizionle orel in Italia, vol. 1, enregistré entre 1964 et 2002
Basilicata, enregistrements de Diego Carpitella et Ernesto de Martino, 1952 (les documents originaux sont déposés à la phonothèque nationale à Rome).
Tradizione musicale del Materano, enregistrements de terrain de  Stella, Maria Carmela, Steven Feld, Elisa Piria et Nicola Scaldaferri, 2002 – 2004
Voir : http://archives.crem-cnrs.fr/search/?q=basilicata

La Cité de la Musique / Philarmonique de Parisdans les ressources numériques, on trouve un extrait du concert de Giovana Marini La tour de Babel (2 octobre 2009) qui interprète une de ses collectes qu’elle a enregistrée et transcrite elle-même : Mamma meamma, Lamentation pour le fiancé perdu en guerre14, à écouter en ligne (3min 36s).

Sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France on ne trouvera ni photographie, ni archive sonore ou audiovisuelle, mais toutefois :
11 cartes de la région de la Basilicata, dessinées entre 1589 et 1780.
990 livres évoquent la Basilicate ou portent sur cette région (mais tous ne sont pas en libre accès, certains sont seulement accessibles en extraits). On y trouve par exemple la Cronistoria documentata della rivoluzione in Basilicata del 1860 e delle cospirazioni che la precedettero (1895).
470 articles de presse en ligne évoquent la Basilicate ou portent sur cette région.

Une recherche dans les archives de l’Institut national de l’audiovisuel – Inathèque ne propose que peu de documentaires ou d’émissions sur la Basilicate. Deux sont à noter particulièrement.  Le premier est un magazine de 2011 qui évoque les gisements de pétrole exploités depuis 199615. Le second est un documentaire d’Arte, dans la série Paysages d’ici & d’ailleurs qui porte spécifiquement sur Matera, réalisé en 2014 par Jean Michel Vennemani16.

En Italie :

Le site Archivio sonoro Basilicata propose en ligne plusieurs extraits d’archives. Malheureusement, il n’y a pas de renvoi vers les inventaires et, malgré un contexte de recherche bien décrit, il manque la possibilité de fouiller dans les collections. On peut également regretter que les extraits, lorsqu’ils sont présents, ne puissent être « embarqués » et affichés sur d’autres sites. Rien n’est indiqué non plus sur les ré-usages possibles des documents mis en ligne. Ce site traverse toutefois les nombreuses  collectes (repérées d’ailleurs ensuite ci-dessous pour certaines) qui ont été réalisées au cours de la deuxième moitié du 20ème siècle sur ce territoire et permet de découvrir les fonds de :
– l’Accademia Nazionale Santa Cecilia qui présente (sans écoute possible) les collectes de Diego Carpitella et Ernesto De Martino en 1952, 1954, 1956, 1963 et 1976 ;
Antonio Bellusci donne à entendre plusieurs chants de  la communauté albanophone de la Basilicate ;
Del Fra, avec deux films en ligne de 1960 : La passione del grano (1960) avec un texte d’Ernesto De Martino, et L’inceppata ;
Luigi Di Gianni, avec plusieurs films en ligne de cet ethnodocumentariste de l’école de de Martini, réalisés entre 1958 et 1971 ;
Steven Feld : plusieurs extraits sonores enregistrés par cet ethnologue qui parcouru la Nouvelle Guinnée et la Basilicate peuvent être écoutés en ligne sur les aired de Campanacci – San Mauro Forte, Tricarico – Campanacci, Matera et San Costantino Albanese ;
Mariko Kanemitsu de la Faculty of Education and Human Sciences, Yokohama National University (Japon) a filmé les danses traditionnelles de la Basilicate méridionale (4 archives) ;
Roberto Leydi, ce fondateur de l’ethnomusicologie italienne a réalisé plusieurs enregistrements en Lucania dont 7, enregistrés à Matera, peuvent être écoutés en ligne sur le site ;
Francesco, Marano, présente 7 films issus de ses recherches enanthropologie visuelle ;
Musée national des arts et traditions populaires / Nazionale delle Arti e delle Tradizioni Popolari (338 fichiers en ligne) ;
Franco Pinna, donne à voir des photographies de la Lucania en 1952, 1956 et 1959, en couleur et en noir et blanc ;
Nicola Scaldaferri, anthropologue à l’université di Milano, il enseigne l’ethnomusicologie et il dirige le LEAV (Laboratorio di Etnomusicologia e Antropologia Visuale). De nombreux fichiers sont proposés à l’écoute, accompagnés des images qu’il a réalisées avec le photographe Stefano Vaja ;
Teche Rai traverse 50 ans de productions télévisées sur la musique traditionnelle du Sud de l’Italie ;
Fondo Unibas 1996-1997 : ce fonds a été constitué sur l’impulsion de Pietro Sassu, ethnomusicologue à l’Université degli Studi della Basilicata de 1995 à l’année de sa mort, 2001 ;
Laboratorio di Etnomusicologia 2002 : coordonné par Nicola Scaldaferri à but pédagogique, les enregistrements ont été réalisés par Elisa Piria et Agostina Lavagnino,  les vidéos par Rossella Schillaci.

Leav  :  le site du Laboratoire ethnomusicologie et anthropologie visuel de Milan propose un article en langue anglaise qui présente des images, des vidéos et des sons capturés en Lucania dans les années 2000, offrant un large aperçu de la diversité des musiques et des traditions musicales de la région.

Les archives de l’Academia di Santa Cecilia (Roma) sont repérées sur plusieurs catalogues (cf supra) mais seul l’instrument de recherche est en ligne, rien ne peut être écouté.  Un ouvrage a été publié qui reprend les archives de 1952 de Diego Carpitella ed Ernesto de Martino accompagné de 3 disques cédés sous le titre Musiche tradizionali in Basilicata. On ne peut qu’espérer que ce projet soit l’occasion de libérer ces archives, bien commun de la Basilicate.

Dans l’Archivio diaristico nazionale (archive nationale des journaux et documents intimes), la recherche « provenienza geografica = matera » renvoie vers 14 journaux et documents personnels, datant pour la plupart de la fin du 20ème siècle, un petit carnet ((ADN-1427) est rédigé lors de la première guerre mondiale, un autre débute son récit en 1913 et le termine en 198917. Impossible toutefois de citer précisément les références et de consulter les carnets en ligne.

Le Circolo Bosio (Rome) est une association qui se préoccupe d’archiver la mémoire, la connaissance critique et la présence alternative des cultures populaires en Italie. L’association met à disposition les archives que Giovanna Marini a collecté en Basilicata ainsi que celles de Franco Coggiola mais elles doivent être consultées sur place, rien ne semble en ligne : http://www.circologiannibosio.it/archivio

[maj 2017-02-17]18 Le catalogue de l’Istituto centrale per i beni sonori ed audiovisivi nous signale de nombreuses archives issues de l’ancienne Discoteca di Stato. On peut regretter le site n’offre que quelques secondes en ligne qui donnent envie d’entendre la suite et surtout l’enquête dans sa continuité pour comprendre la démarche sur le terrain des chercheur.e.s
– La Raccolta dell’Archivio Etnico-Linguistico-Musicale della Discoteca di Stato : Folklore musicale italiano (Basilicata e Calabria). Cette collecte enregistrée par Carla Bianco qui s’est rendu en Basilicate en mars 1963 comprend une centaine de titres. Le catalogue présente quelques 240 séquences extraites de 8 bandes mais il est difficile de savoir ce qui fait partie de l’enquête de la Basilicate ou de la Calabre.
– Une collecte sur Matera : Tricarico, Garaguso, Ferrandina et Montescaglioso enregistrée par Aurora Milillo en avril 1980. 7 bandes (66 séquences) dont une autre collecte est déposée à l’Academia di Santa Cecilia. Une partie de cette collecte peut être écoutée sur l’Archivio della Basilicata, citée plus haut, comme étant issue du fonds du Musée national des traditions populaires. Une autre série d’enregistrements par la même collectrice, non datés, sur les contes de traditions orales, renvoie vers 37 autres titres.
– Dans le cadre de la « Carta dei dialetti / Carte des dialectes italiens » réalisée en collaboration avec le CNR, Minervini, Pantaleo, a enregistré la Parabola del figliol prodigo dans divers villages de la Basilicate en 1967.
Les quelques secondes que l’on peut entendre du début d’une archive de Leo Levi, donne quelques idées de la façon dont il a enregistré en 1968 les chants féminins (14 titres) qui figurent dans le catalogue en ligne.
– Sur le site de l’Internet Culturale, on trouve l’enregistrement d’une procession pour la festa della Madonna del Pollino, enregistrée par Nada Gitto, Grazia Magazzù, localisée à l’Istituto19.
– Enfin, dans l’inventaire papier en ligne de l’ancienne discoteca di Stato, on trouve aussi des enregistrements, entre 1968 et 1969, de contes dans différentes régions d’Italie, dont la Basilicate par Alberto Mario Cirese qui ne se retrouvent pas dans le catalogue en ligne.

Dans la  base de données Memoro – la banca della memoria, il est possible de faire une recherche par lieu et la région est riche de 47 récits, dont un a été enregistré à Matera et cinq l’ont été à Calciano.

Il manque encore de savoir où sont les archives d’Alan Lomax qui, de juin 1954 à janvier 1955, a  accompagné l’ethnomusicologue Diego Carpitella. Ils ont traversé l’Italie de la Sicile aux Alpes et enregistré plus de 3 000 morceaux. Dans une des publications, un morceau vient de la Basilicata,  d’autres archives sont signalées dans les catalogues. Certainement, Alan Lomax dont les archives sont désormais en ligne, aurait apprécié que celles enregistrées en Italie – où il avait été si heureux – le soient aussi…. comme sans doute les témoins, et leurs enfants ou les habitants des villages où ces témoins vivaient car ces chants sont appartiennent aux biens communs de cette région.

D’autres archives restent à découvrir : nous attendons vos signalements avec impatience !*

Un billet sur la mise en place du projet au sein de la Mairie de Matera par  Francesco Giusto : Matera 2019, riunitosi il cda della Fondazione. Emerse alcune novità (TRM Network, 18 février 2017).

 

*Il vous suffit d’ajouter un commentaire à ce billet ou de m’écrire directement pour que les informations soient ajoutées au billet et communiquée au groupe de travail.

Crédits photographiques :  extrait de la carte mentale, notes de la réunion du 9 février,  dessinée par Fedele Congedo, architecte.

 

 

 

 

  1. Le groupe de travail réuni les anthropologues Ferdinando Mirizzi (directeur du Dipartimento Culture europee e del Mediterraneo, Université de la Basilicate) et  Pietro Clemente (Docente di Antropologia culturale presso le Università di Siena, Roma e Firenze) ; Véronique Ginouvès, responsable le la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, CNRS – Aix-Marseille Université ). Les représentants de la fondation Matera-Basilicata 2019 qui étaient présents étaient Joseph Grima (inventeur du projet et concepteur de l’Open Design School), le designer Jan Boelen, (directeur artistique de Z33 et directeur de l’académie de Design de Eindhoven, LUMA Arles), Ekaterina Golovatyuk (architecte, chercheure, elle a participé au projet de restauration du musée de l’Hermitage. Francesco Marano et Vita Santoro, anthropologues à l’université de la Basilicate ont aussi participé à la réunion, ainsi que le directeur du projet Paolo Verri, Ariane Bieou (Manager culturel), Rossella Tarantino (Manager) Rita Orlando (Assistante). Les notes de la réunion ont été prises toute la journée par l’architecte Fedele Congedo,  sous forme de carte mentale. []
  2. D’autres projets vont être mis en place pour l’événement « Matera 2019 ». Par exemple, le 10 février une autre réunion clôturait la première phase d’une action déjà bien avancée, celle  de l’Open Design School dans le cadre de laquelle avait été organisée l’exposition Attraverso la città – La via del Sole qui se terminait à Matera le 12 février. []
  3. Joseph Grima fait référence à la  « composition pour musée »  qui avait été réalisée à la MOCA de Los Angeles puis reprise sous le titre « Rolywholyover A Circus » par Julie Lazar  en 1993 après la mort du compositeur, écrivain, philosophe et artiste visuel. L’exposition s’est ensuite déplacée au musée Guggenheim Museum SoHo,  au Art Tower Mito Contemporary Art Center à Tokyo et enfin au  Philadelphia Museum of Art en 1995. Pour l’artiste il était central que son son  univers  artistique ne soit pas gouverné par la subjectivité : John Cage y présentait des oeuvres sélectionnées au préalable mais visibles au public selon des principes aléatoires. Il s’agissait principalement d’œuvres d’artistes qui l’avaient inspiré, des objets empruntés à des musées locaux ainsi qu’une sélection de ses propres tableaux, estampes, partitions et objets quotidiens auxquels il accordait une importance particulière. L’idée de cette exposition en perpétuel mouvement était que le visiteur ne la reconnaisse pas d’une visite à un autre.  L’idée a été plus tard reprise dans d’autres cadres et en particulier dans une exposition « After Cage » qui a été présentée par Jan Boelen aux membres du groupe de travail du projet Matera 2019. []
  4. Dans un entretien avec Mariapia Ebreo pour Wired.it le 20 octobre 2014 « Joseph Grima ha un sogno. E racconta Matera, la sua Capitale della Cultura Europea« , il se confie : Matera est vraiment un laboratoire extraordinaire qui peut devenir un lieu d’expérimentation à étendre aux autres villes européennes, peu importe leur dimension pourvu qu’elles aient une vision. Je pense à de nombreuses villes qui ont eu un passé parfois traumatisant, qui ont subi de fortes transformations d’un point de vue économique, qui ont besoin de se réinventer et qui peuvent le faire à travers la culture. Cela ne signifie pas que les projets vont s’ajouter mais plutôt qu’ils vont s’intégrer à l’économie. C’est cette vision que nous avons, que nous devons réaliser non seulement à travers le tourisme mais aussi en intégrant la technologie, l’innovation, l’alimentation et l’art« – (traduction de V. Ginouvès []
  5. Le projet a connu des retards administratifs, relatés dans la presse par plusieurs articles dont celui de Roberta Carlini, « Per Matera capitale della cultura comincia la corsa contro il tempo« , Internazionale, 18 décembre 2016. []
  6. Ferdinando Mirizzo avait réuni son équipe, Francesco Marano et Vita Santoro, anthropologues, et deux doctorantes en anthropologie du département, ainsi que Véronique Ginouvès, MMSH. []
  7. De Ferdinando Mirizzi, sur Matera, vous pouvez lire en ligne Les Sassi de Matera, du scandale national au monument ethnologique, chapitre de l’ouvrage dirigé par Thierry Fabre et Anna Luso, « Les monuments sont habités ». []
  8. De Pietro Clemente, vous pouvez lire en ligne, traduit par Liliane Izzi, Biens culturels sans culture : le patrimoine ethnologique italien, chapitre de l’ouvrage dirigé par Thierry Fabre (2015). []
  9. La référence présentée est ici numérisée par l’Université de Californie. []
  10. Numérisé par l’University of Illinois Urbana-Champaign. []
  11. Ici numérisé par le Getty Research Institute. []
  12. Ici l’ouvrage est numérisé par la bibliothèque nationale centrale de Florence. []
  13. Ici numérisé par la bibliothèque de Harvard []
  14. Giovanna Marini, chant et guitare ; Patrizia Bovi, Francesca Breschi et Patrizia Nasini, chant []
  15. Les italiens ont du pétrole, Chaîne : France, diffusé le 28 mai 2011, à 18h35, collection Avenue de l’Europe, numéro de dépôt légal : CL T 20110528 FR3. []
  16. Diffusé le 13 novembre 2014, à17h48, numéro de dépôt légal : CL T 20141113 ART []
  17. ADN-1583 []
  18. Pietro Clemente m’a signalé cet institut extrêmement important dans l’histoire de la collecte en Italie e en Basilicata, qui a recueilli de nombreux enregistrements de terrain dont certains étaient déposés  à la Discoteca di Stato de Rome dont la disparition prévue par loi de l’Etat italien avait suscité un grand émoi signalé en 2012 dans ce même blog. []
  19. Archives non repérées dans le catalogue. []

Une nouvelle année en mosaïque… meilleurs voeux sonores 2017 !

Avec la fin de l’année 2016 arrive le moment du bilan de la participation de la phonothèque de la MMSH au programme Europeana Sounds. Une extraordinaire aventure qui nous a mené beaucoup plus loin que nous ne l’imaginions à Londres les 17 et 18 février 2014 pour le kick-off, lancement du projet. Ces trois années ont été l’occasion de consolider l’assise de la phonothèque et de mener à bien plusieurs réalisations . Il s’est d’abord agit d’une entreprise humaine car à travers elle un réseau de laboratoires s’est créé au sein du CNRS, efficace et durable. Les archives de l’équipe du CREM au sein du LESC, du LHARA et du  CRESSON sont aujourd’hui réunies à travers le dispositif mis en place dans le cadre du programme d’Europeana Sounds1. Continuer la lecture de Une nouvelle année en mosaïque… meilleurs voeux sonores 2017 !

  1. Les archives de ces quatre laboratoires ont été organisées suivant le format EDM – Europeana Data Model -, moissonnées à travers l’outil MINTMetadata INTeroperability services – et aujourd’hui le CNRS offre sur Europeana plus de 23 000 références sonores accessibles librement en ligne. []

Calendrier de l’avent du domaine public 2017

Depuis 2013 le collectif savoirsCom1 publie un calendrier de l’Avent  qui nous permet de découvrir une sélection des nouvelles œuvres qui entreront dans le domaine public au 1er janvier 2017. Chaque jour du mois de décembre, retrouvez sur Aventdudomainepublic.org un portrait présenté par l’un des membres du collectif ou des contributeurs qui se sont invités. Continuer la lecture de Calendrier de l’avent du domaine public 2017

Alors que j’attendais…

Voilà comment le metteur en scène Omar Abussaada évoque la  Syrie dans un entretien au journal La terrasse1 : « On parle souvent de guerre à propos de la situation en Syrie. Je ne suis pas très à l’aise avec ce terme-là. Car ce qui se passe aujourd’hui est la conséquence directe de la répression brutale qui mit fin, en 2011, à l’impulsion révolutionnaire. C’est à partir de ce moment-là que ma vie a définitivement changé. Ma famille a quitté Damas. La plupart de mes amis sont partis vivre à l’étranger. Et parmi ceux qui sont restés, certains ont été arrêtés par les autorités (…). Aujourd’hui, plus que jamais, le théâtre est la chose qui me permet de continuer à vivre, de faire face à la mort. » Continuer la lecture de Alors que j’attendais…

  1. La terrasse, 26 juin 2016, n°245. []

Enriching MMSH’s sound archives : participate in a collaborative afternoon on October 17th

On October 17th, in the middle of the Open Access Week, and in the frame of the Europeana Sounds program, we invite you to join us in an afternoon dedicated to the annotation of the MMSH sound archives in order to help us to enrich our sourds with a focus on the geolocation. You will tag on History Pin a set of oral history interviews from the MMSH Sound Archives Center. For this session, we choose two very different historical periods : a collection about oral memory of Armenians living in Bouches-du-Rhône  (South of France), and an other about french people in Algeria in the middle of the 20th century ; both are under creative commons CC-BY. Continuer la lecture de Enriching MMSH’s sound archives : participate in a collaborative afternoon on October 17th

Enrichissez les collections de la phonothèque ! Journée collaborative, le 17 octobre 2016

Le 17 octobre  2016, avec le soutien du programme européen Europeana Sounds, au cœur de l’Open Access Week, l’équipe de la phonothèque de la MMSH organise une après-midi dédiée à l’annotation de ses archives. Une centaine d’entretiens1 sont disponibles à l’écoute sur SoundCloud dans la Playlist de la phonothèque de la MMSH.
Le but de cet atelier collaboratif est de géolocaliser ces enregistrements sur la plateforme HistoryPin qui permet d’épingler des médias à l’aide de Google Maps. Continuer la lecture de Enrichissez les collections de la phonothèque ! Journée collaborative, le 17 octobre 2016

  1. Deux thématiques historiques ont été sélectionnées en fonction de leur intérêt historique et parce qu’elles ne posaient pas de problèmes juridiques de diffusion : la collection créée par l’association Paroles Vives sur la mémoire des arméniens dans les Bouches-du-Rhône, et des récits de vie de français ayant vécu en Algérie, au Maroc ou en Tunisie entre 1930 et 1962. []

Appel à communication : questions d’éthique et de droit

Appel à communication
Pour la rédaction d’un guide de
bonnes pratiques éthiques et juridiques
« Comment diffuser les données en SHS ? Réalisations et retours d’expérience »

Objectifs de l’appel à projet :
Le mouvement de la science ouverte, qui s’inscrit dans la tradition scientifique du partage du savoir, a transformé les pratiques de recherche scientifique notamment en sciences humaines et sociales (SHS). Les collaborations entre chercheurs permettent une meilleure diffusion des résultats de la recherche tout en rendant possible le partage immédiat des informations. L’Open access, l’Open data, le Big data mais aussi les réseaux sociaux académiques font désormais partie intégrante d’un nouvel environnement de recherche. Tout en ouvrant de nouvelles perspectives scientifiques, ces avancées techniques soulèvent des questions à la fois éthiques et juridiques auxquelles sont confrontés chercheurs, enseignants, étudiants, spécialistes de l’information scientifique et technique, décideurs académiques en SHS… Continuer la lecture de Appel à communication : questions d’éthique et de droit

Archiver le futur radieux

Dans son documentaire,  « Souvenirs d’un futur radieux » José Veira filme la vie dans un bidonville en 2005 et croise ses images avec des films d’archives du même bidonville qu’il a habité 50 ans auparavant. Les traces du bidonville où il est arrivé en 1966 sont rares : la bande son d’une émission de télé, quelques journaux d’actualité et des articles de presse aux photographies noir et blanc, jaunies et tramées. Pas grand chose pour se remémorer cette période, pas facile de retrouver d’anciens habitants et de les faire témoigner.  Car que sont les archives des bidonvilles sinon des archives administratives ? Certes, certains ont été bien documenté, et sur la durée, comme celui de Nanterre par exemple. Sur celui-ci, des enregistrements ont été collectés par la BDIC (bibliothèque de documentation internationale contemporaine) et plusieurs émissions ou journaux télévisées et radiodiffusés sont archivés par l’Ina. Mais comment peut-on archiver l’adversité et la joie,  les odeurs, le mouvement ?

Le tournage du bidonville de Massy filmé au début des années 2000 est finalement emblématique : si José Veira y retrouve ses souvenirs d’enfance, et en particulier ceux de son père qui les y amena pour quitter un pays où la dictature et la pauvreté sévissaient, il plonge le spectateur dans la durée en passant sobrement des années 1966 au 21ème siècle. Autour des baraques, le quotidien semble toujours en mouvement : construire, trier, nettoyer, déblayer, bricoler, cuisiner, transporter… Il ne faut pas s’arrêter si on veut survivre. Il y a aussi la boue tyrannique sur le terrain marécageux : les pas qui s’enfonce et demandent une grande attention pour ne pas trébucher (surtout éviter de se salir), les roues des petits chariots qui protègent ce que l’on transporte qui s’embourbent , l’odeur de la terre remuée. Il y a bien sûr la violence de la promiscuité, de ceux qui veulent gagner de l’argent même sur ceux qui n’en ont pas,  celle de la Marie qui ne veut pas inscrire les enfants à l’école ou installer l’eau courante pour éviter que les installations durent, les chauffeurs de bus qui continuent leur route alors qu’un habitant du bidonville leur fait signe à l’arrêt qui pourtant est bien construit là.

Arrivé un peu par hasard en suivant un groupe de Roms qu’il filmait, José Veira a eu la surprise de retrouver un campement planté comme il y a 50 ans à quelques centaines de mètres des trois tours de Massy qui dominaient son paysage enfant. Rien n’a changé. Enfin était différent tout de même c’était la période économique : si son père avait trouvé du travail dans les années 1960, il n’y en avait pas pour ces nouveaux habitants. Si l’avenir de l’enfant arrivé en 1966 semblait radieux1 , celui des enfants qu’il découvre là semble bouché, l’inscription à l’école est impossible. Pour transmettre cette durée, José Veira utilise les portraits filmés. Ceux-là même qu’il transforme ensuite en photographies et imprime pour les habitants du bidonville, et qu’ils affichent sur les murs de leurs cahutes. Dans le documentaire, ces portraits sont d’une force toute particulière : les personnes posent, sans bouger et pourtant un clignement d’oeil, le vent qui soulève les cheveux, le sourire qui pointe, les rendent vivants dans une histoire qui ne se termine jamais. Ce sont aussi ces portraits qui donne la joie du film, son humour. Avec aussi les moments particuliers de franche rigolade comme les pseudos journalistes de bidonville, ou la baignade dans le petit lac de Massy (toujours sous la surveillance des trois tours d’HLM) qui elle aussi traverse les années.

Le scénario peut se deviner : à la fin du film la Mairie commence à détruire les maisons inhabitées et creuser des tranchées autour des autres, au dessus de murs de boue, impossibles à franchir. D’autres vont venir les chasser violemment et brûler les quelques murs qui restent. Le film ne raconte pas comment ils vont recommencer à bâtir leurs baraques après être repartis en Roumanie et revenus aussitôt mais la continuité retracée depuis les années 1960 nous laisse imaginer la poursuite des mêmes gestes, à quelques mètres.

D’ailleurs si on voulait encore un signe de l’universalité de ce documentaire, il faut savoir que José Veira ne parle pas la langue des Roms. Il a filmé d’abord puis a compris ensuite au montage, avec un traducteur, le sens des mots. Peu importe, il avait déjà entendu une partie de l’histoire lorsqu’il était enfant…

A lire également sur ce documentaire :
Isabelle Ligner, « Bidonvilles: parcours croisés de « chercheurs de vie meilleure » portugais et roumains », Dépêche tsiganes, 23 février 2015 [En ligne] http://www.depechestsiganes.fr/bidonvilles-parcours-croises-de-chercheurs-de-vie-meilleure-portugais-et-roumains

Voir la fiche technique du film : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_actualite_film/42460

et la page Facebook du film : https://www.facebook.com/souvenirsdunfuturradieux

Crédits photographiques de l’image à la une : image d’une famille dans un bidonville sur l’île d’Antigua en 1914, pas de restrictions de droits connues, collection des archives nationales UK.

  1. La voix off du documentaire nous explique le titre « Il était annoncé des cités dans l’espace, des villes sous marines, il se disait que les robots débarrasseraient l’homme de la servitude, la science triompherait des malheurs de l’Humanité. La science fiction était devenu le futur tangible. C’est ce que prédisaient les revues que nous trouvions à la décharge. Cet avenir là n’a jamais existé que dans mes souvenirs. » []

Algérie-France 1954-1962 : Éléments de mémoire historique pour aujourd’hui

Dans le cadre de la semaine anti-coloniale et antiraciste à Marseille, une soirée est organisée autour du thème de la mémoire historique Algérie-France  le 1er avril 2016 (19h, Dar Lamifa, 127 rue d’Aubagne, 13006 Marseille). Elle se propose d’apporter des éclairages sur la face souvent ignorée de la colonisation et de la guerre d’indépendance algérienne de 1954-1962.

Trois moments composeront cette soirée, chacun suivie d’un débat :

Parcours de recherche par Hélène Bracco , historienne à propos de son ouvrage : Des « Européens » restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d’Algérie•.
Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco.

Vernissage : « Algérie, un retour pour la paix » : Exposition photographique et fragments filmés, par Carole Filiu Mouhali et Ferhat Mouhali.

Représentation : La blessure
Texte théâtral de Michel Bracco, mis en scène par Pauline Estienne (avec la participation de l’auteur) et interprété par Charlotte Lavigne et Pauline Estienne.(libre participation aux frais).

En 1830, l’État français commence la conquête de l’Algérie, alors partie de l’Empire Ottoman. A partir de la deuxième République (1848), l’Algérie devient trois départements français ouverts à une politique de peuplement : Français de la « métropole » mais aussi Européens (Espagnols, Italiens principalement). Des terres « indigènes » furent distribuées à certains arrivants afin d’enraciner socialement le nouveau peuplement. Les enfants d’Européens nés en Algérie purent opter pour la nationalité française à leur majorité tandis que les« indigènes » furent soumis au code de l’indigénat (les Juifs d’Algérie devinrent citoyens français en 1870 ; Ils cessèrent de l’être sous le régime de Vichy). Les « indigènes » furent également soumis comme « sujets français » à la conscription qui les fit participer aux guerres de la France et en particulier aux deux guerres mondiales.Les insurrections, comme les manifestations contre la colonisation, furent réprimées.L’insurrection algérienne du 1er novembre 1954 suscita la réponse du ministre de l’intérieur de l’époque, François Miterrand : « La seule négociation c’est la guerre ». On appela cette guerre« opération de maintien de l’ordre » (colonial en l’occurrence) jusqu’en 1999.

Crédits photographiques : olivier peigné par le vent à Tipaza, photogr. 2012, V. GInouvès CC-BY-NC.

 

#FreeBasselDay 2016

En 2013, 2014, 2015 des appels ont été lancés sur ce blog et partout dans la presse et sur internet pour que soit libéré Bassel Khatibi emprisonné en Syrie. Un réseau de volontaires s’est créé pour aider à soutenir ces campagnes de presse. Rien n’y a fait. En 2015, un article paru en langue française puis anglaise a retracé les bribes d’histoire que l’on peut recueillir sur cet informaticien qui vit pour un Internet libre et risque d’en mourir Un billet sur le blog de la Jimmy Wales Foundation, paru le 5 mars dernier nous enjoint à continuer à poser la question sans relâche : Où est Bassel ?  #WhereIsBassel? Il a disparu depuis 2012 !

Pour ce triste jour d’anniversaire, et malgré toutes les menaces sur sa vie, continuons de réclamer sa libération !

Une marche de protestation aura lieu le 19 mars prochain conjointement à Paris, San Francisco, Berlin et Londres. A Paris, elle partira de la Bibliothèque publique d’Information (BPI) à 14h !

Aidez-nous à soutenir la campagne pour la libération de Bassel en signant la lettre de soutien et la pétition et suivre les informations

sur le site http://freebassel.org

et sur Twitter https://twitter.com/freebassel

freebassel-infosheet-2016-color-outlines