Archives pour la catégorie Mobilisation

Inquiétude sur le devenir des plateformes numériques : adieu à Crevilles.org

Cette année aurait pu être celle des 10 ans de Crevilles.org. Mais elle sera celle de sa fermeture, sans que l’on puisse trouver d’information  sur la ou les raisons de cet arrêt. Une recherche attentive montre simplement qu’Archives.org a cessé de la repérer sur sa Wayback machine en mars 2015.

Si vous avez travaillé à un moment donné sur les études urbaines, vous avez peut-être bénéficié des ressources mises en avant sur ce portail qui rassemblait tous types d’informations disponibles en ligne sur le domaine : textes, images, sons, vidéos. Partagé entre actualités et ressources, le site moissonnait également les publications récentes comme les textes classiques publiés dans ce champ de recherche et disponibles en texte intégral. Les documentalistes qui alimentaient le site, repéraient et sollicitaient les chercheurs dont les thèses sur le sujet était inaccessibles pour les numériser et les mettre en ligne1. Heureusement les inventeurs de Crevilles.org, sensibles à la question du libre accès, plaçaient toutes les numérisation sur HAL. Ainsi, les documents sont toujours accessibles sur la plateforme d’archives ouverte tandis que désormais, sur le site de Crevilles.org s’affiche ce message “Nous informons nos chers utilisateurs que la plate-forme continue à offrir des ressources, mais sans la partie actualité.”.

Le travail de fond sur l’actualité, le regroupement de données sur la thématique, la possibilité d’interroger de façon fine et avec des référentiels adéquats un sujet,  l’aboutissement des collaborations engagées… rien de tout cela ne subsiste. L’innovation technologique de Crevilles.org manquera également à la communauté scientifique : ce site est un des premiers portails thématiques a avoir connu cette ampleur. Conçu d’abord sur Joomla il a ensuite été transféré sur Omeka, un logiciel sur lequel nombre de projets sont développés aujourd’hui.

Pour les professionnels de l’information, il est surtout très inquiétant qu’un projet de cette envergure, qui recevait chaque mois quelques  8000 visiteurs , créé et financé par la recherche, l’université et soutenu par l’Europe et les collectivités locales2, puisse disparaître dans un si fracassant silence. Que cet outil, utile et utilisé, qui fournissait quelques 12 500 notices “Actualités” et 12 000 “Ressources”3 puisse disparaître du jour au lendemain n’augure rien de très bon pour la pérennité de nos projets numériques et nous donne une leçon sur la façon dont nous devons penser la longue durée. Aujourd’hui, ce billet veut garder une trace de ce projet et remercier  ceux qui l’ont créé. En ce début de 21ème siècle,  il a certainement inspiré plus d’un-e-s d’entre nous dans le monde de l’information.

La notice “Crevilles.org” sur la revue Aldébaran :  http://aldebaran.revues.org/6331

Ils utilisaient Crevilles.org (revue de presse très rapide, n’hésitez pas à me signaler d’autres billets à ajouter) :
Espace Temps
Ressources urbaines : un film réalisé par Crévilles.org (31 juillet 2008)
Le blog de la ville
Crévilles.org (20 mars 2008)
Le Cresson veille :
Photographies de villes en ligne (20 juillet 2009)
Les Carnets de la phonothèque :
Diffuser les données de la recherche en SHS : questions de droit et d’éthique (29 juin 2011)
Disseminating research resources and publications in the humanities and social sciences. Questions of rights and ethics (3 juillet 2011)
La Maison des sciences de l’homme de Tours observe la ville pour nous (19 mars 2009)
Rumor :
Les développements de Crévilles (8 janvier 2010)
Océrisation de thèses en études urbaines (8 janvier 2010)

Crédits photographiques : Downtown Core Area of Portland, after 7 P.M. on November 2 1973, During the State’s Energy Crisis with Few Commercial and Neon Lighting Displays. This Photo Looks Toward the West with the Willamette River in the Foreground 11/1973. The U.S. National Archives. No known copyright restrictions.

  1. Plus de 1000 thèses avaient été repérées et mises en ligne en libre accès et en texte intégral depuis la création du projet []
  2. Le CNRS, l’université François Rabelais, la MSH Val de Loire, la région Centre et le programme FEDER étaient les principaux financeurs du site []
  3. Ces informations statistiques nous ont été fournies par courriel par Pascal Garret, créateur et gestionnaire du site, en juin 2015. []

Voulez-vous parler l’arabe ? Ecoutez… et répétez…

Des lectrices de la médiathèque de Berre-l’étang ont mené avec une bibliothécaireu au sein de l’espace documentation un projet de méthode de langue et d’exercices de prononciation. Celui-ci peut s’avérer très intéressant pour ceux qui cherchent à apprendre une langue avec des expressions de chaque jour, plus utiles que les phrases habituelles des méthodes qui vous permettent certes de réserver des chambres d’hôtel mais pas vraiment de parler de vous.

Cette série d’exercices a été créé de toute pièce dans le cadre d’un atelier composé de femmes de toutes origines, engagées dans un programme d’insertion porté par l’association GDID à Berre-l’Étang1. Le thème présenté ici est celui de la rencontre et des présentations mais d’autres thématiques viendront (nous les ajouterons à ce billet) et d’autres langues sont à venir.

Les participantes à l’atelier ont choisi leurs thématiques, écrit leurs textes sous Libre Office, enregistré les fichiers son, utilisé Audacity pour le montage et chargé les fichiers sous Archive.org en choisissant leur licence Creative Commons (BY-NC-SA). La plupart d’entre elles n’avaient jamais utilisé un  ordinateur ni enregistré quoi que soit… Voilà un bel usage du son comme moyen pédagogique pour apprendre et transmettre !

Les personnes intéressées par le projet peuvent contacter Corinne Cassé à la Médiathèque de Berre – Espace documentation et Internet, 2, rue Lafayette, 13130 Berre l’étang.  Tél : 04.42.74.93.85

Crédits photographiques : Image from page 200 of Arabic grammar, paradigms, literature, exercises and glossary (1895), Internet Archive, domaine public.

  1. Créé en 2008, le groupement GDID est constitué de trois associations unies par le même projet associatif Centremploi, Proxim’Services-Famillemplois et PAIS. sur Berre. []

#FREEBASSELDAY 2015

Depuis le 15 mars Bassel Khartabil a été emprisonné, en Syrie et chaque 15 mars la communauté des Creatives Commons et du libre accès à la connaissance sur Internet lui rend hommage et appelle à sa libération.

Depuis le 15 mars 2012, on ne sait rien.  Même si on doit découvrir l’horreur, donnez nous des nouvelles de Bassel.

 

Crédits photographiques : #FREEBASSEL campaign. Pictures taken in Amsterdam, Haarlem and Utrecht par Kennisland. CC BY-SA 2.0

Nouvelle année, nouvelle base de données – New year, new database

En 2015 Ganoub1, la base de données de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, fait peau neuve. En effet, l’équipe de la phonothèque vient de terminer la migration des données de Ganoub vers la nouvelle version du logiciel Alexandrie2. La base est désormais hébergée sur les serveurs du centre de calcul IN2P3 accueillie par la grille de services Huma-Num. Il reste certes quelques réglages à terminer, le thesaurus ne s’affiche plus dans son entier mais il le sera bientôt au format SKOS sur une URL spécifique : n’hésitez pas à nous faire part de vos retours ! N’oubliez pas que les données de la phonothèque sont également accessibles sur le Portail du patrimoine oral et Isidore, Calames (pour partie) et bientôt en 2015 sur Europeana.

In 2015 Ganoub3, the  sound archive database of the Mediterranean House of Social Sciences and Humanities – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, gets a tech update and a new look. The team has just finished the migration of the Ganoub’s data to the new version of the software Alexandrie4. The database is now hosted at CCIN2P3 Computing Center within the Huma-Num “services grid” facility. No doubt there is still some settings and features to fix and complete, for example the thesaurus is not fully dispalying but it will be very soon available in SKOS format on a specific URL: feel free to send us your comments and feedback ! Don’t forget that our data are also available on the Portail du patrimoine oral – Oral Heritage Portal, Isidore, Calames, and forthcoming  in 2015 on Europeana.

Avec tous nos voeux sonores pour la nouvelle année / With all our sound wishes for the new year:

Un souvenir de l’ancienne interface de Ganoub / Remember of the old interface of Ganoub:

10124285085_817ba337d6_o 

Crédits photographiques :
Crédits sonores : extrait de l’enquête 136 enregistrée par Jean-Noël Pelen auprès d’Ernestine Gonfon à Mouriés le 19 février 1976.
Image à la une : Page d’accueil de Ganoub, photographie “écouter au début du 20ème siècle dans l’Hérault”, domaine public. 

  1. Le Sud en langue arabe []
  2. Version 7, logiciel développé par la société GB-Conceptl. Merci à Stéphanie Venck d’avoir suivi le projet ! []
  3. The South in arabic []
  4. Version 7, developed by GB-Concept. Thanks Stéphanie Venck for having followed the project. []

En effeuillant le mois de décembre…

Nous signalions il y a quelques jours le lancement du calendrier de l’Avent du domaine public du collectif SavoirCom1. Ce site reprend l’idée du de la friandise offerte aux enfant chaque jour jusqu’à Noël et poursuit même après le 25 décembre, tant la richesse du Domaine Public est grande. Il vous révèle, quotidiennement, un ou une des artistes, auteur(e)s, voire oeuvres qui s’élèveront dans le domaine public au 1er janvier 2015. Edouard Munch, Jean Giraudoux et Sergueï Prokoudine-Gorski sont les premiers venus… d’autres vont suivre.

Un autre calendrier vous accompagnera tout au long du mois, celui du projet Europeana Sounds. Là encore, chaque jour un des 24 partenaires des 12 pays participants vous propose d’écouter un ou plusieurs extraits sonores. Le 3 décembre le CREM et la phonothèque de la MMSH se sont prêtés à l’exercice et deux billets, en langue française et anglaise, ont été publiés sur le thème de la fête de Noël en Provence. L’occasion d’écouter un conte facétieux inédit en langue provençale enregistré en 1900 lors de l’Exposition Universelle de Paris qui nous présente un Joseph très occupé dans la crèche  ou d’évoquer le petit et le grand souper de Noël avec Ernestine Gonfon, une informatrice née en Provence à la fin du 19ème siècle.

Très beau mois de décembre à tou-te-s !

Accès direct au billet d’Europeana Sounds sur Noël en Provence
En langue française : http://www.europeanasounds.eu/fr/actualites-fr/noel-en-provence-cest-toute-une-histoire
En langue anglaise  : http://www.europeanasounds.eu/news/december-3-celebrate-christmas-just-as-in-provence

Crédits photographiques : Acropole, Athènes, Fronton aux olives, 20134, photogr. V. Ginouvès (CC BY-NC-SA 2.0).

Participez au lancement du calendrier de l’Avent du domaine public

Le 1 décembre 2014 à 18h30, – si vous êtes parisien ou si vous passez par cette ville ce jour là – venez participer  au lancement du calendrier de l’Avent du Domaine Public au NUMA Café (RDC Connect).

A la manière des calendriers de l’Avent, le collectif SavoirsCom1 offrira chaque jour de décembre la friandise d’une oeuvre élevée dans le Domaine Public… Pour 2015 ce sont les oeuvres d’Yvette Guilber, Milena Jesenská, Kandisky, Filippo T. Marinetti, Paul Otlet, Antoine de Saint-Exupéry…  et de bien d’autres encore qui pourront  désormais être diffusées, traduites, interprétées, ré utilisées librement par tou-te-s. Ces nouvelles créations intégreront elles aussi les communs de la culture. Et avant de partir fêter 3ème édition du Calendrier de l’Avent du domaine public, pour participer allègrement aux conversations, n’hésitez pas à lire le billet du 5 novembre dernier sur le site de SavoirsCom1 Pourquoi nous parlerons désormais de communs plutôt que de biens communs.

PROGRAMME

18:30 Accueil

19:00 Ouverture de la soirée et animation, par Alexis Kauffmann C’est quoi le domaine public ? par Lionel Maurel
Pause oeuvre 1, par Véronique Boukali
Calendrier : La genèse du projet, par Julien Dorra
Pause oeuvre 2, par Véronique Boukali
Calendrier : Présentation générale du calendrier par Thomas Fourmeux et Silvère Mercier
Pause oeuvre 3, par Véronique Boukali
Présentation du livre Pages Publiques par Hervé Le Crosnier et Nicolas Taffin
Pause oeuvre 4, par Véronique Boukali
Présentation du BookScanner, par Benjamin Sonntag
Pause oeuvre 5, par Véronique Boukali
Présentation des affiches réalisées pour l’occasion, par Sylvia Fredriksson et ses étudiants de La Sorbone
Pause oeuvre 6, par Véronique Boukali

20h Lancement officiel du calendrier 2015 : Apéro en musique du domaine public et numérisation de livres avec le BookScanner (n’oubliez pas d’apporter vos vieux livres !)

Et dès le mois de janvier une nouvelle fête est à prévoir, celle du 1er festival du domaine public lancé à l’initiative de Romaine Lubrique.

Crédits photographiques de l’image à la une : Miami University Libraries – Digital Collections Follow Meigs & Co., Incorporated Persistent URL: digital.lib.muohio.edu/u?/tradecards,1454 Pas de restrictions de droit connues.

Journée mondiale du patrimoine audiovisuel : hommage aux Abuelas de Plaza de Mayo

Madres_y_Abuelas

Depuis 2005, le 27 octobre est devenu la journée mondiale du patrimoine audiovisuel, en commémoration de l’adoption, en 1980 par la 21e Conférence générale de l’UNESCO, de la Recommandations pour la sauvegarde et la préservation du patrimoine audiovisuel. Cette journée donne l’occasion d’attirer l’attention du public, dans le monde entier, sur la nécessité de prendre des mesures urgentes et de reconnaître l’importance des documents audiovisuels.

Le thème pour 2014 est Archives en danger : il reste encore beaucoup à faire. Pour apporter sa petite pierre, la phonothèque voudrait rendre hommage aujourd’hui aux grands-mères (abuelas) de la place de Mai (Plaza de Mayo) qui en Argentine se battent pour retrouver les enfants volés par la dictature militaire entre 1976 et 1983.

Lors de la 13ème conférence internationale d’histoire orale qui a eu lieu à Rome en 2004 du 23 au 26 juin, j’ai eu la chance d’entendre en clôture des journées Estella de Carlotto. Cette dame, de 75 ans, nous a raconté la disparition de sa fille, l’existence d’un bébé disparu né sur son lieu de détention, la création de l’association des grands-mères de la place de Mai et son combat pour retrouver son petit fils ou sa petite fille. Les enfants de desaparecidos ont été évalués à environ 500, à l’époque de la conférence d’Estella de Carlotto soixante dix seulement étaient retrouvés. Elle a fait le récit du combat des grands-mères et de la méthode mise en place pour faciliter les recherches. Les grands-mères ont créé une base de données, appelée “El tesoro”. A chaque famille de disparu correspondait un ensemble de données : un peu de leur sang bien entendu pour qu’une personne dans le doute puisse comparer son ADN, des objets en lien avec la famille, des lettres mais aussi des témoignages enregistrés ou filmés des grands-parents qui puissent à la fois évoquer comment étaient ces parents disparus et leur histoire de vie. Une personne dans le doute de sa famille biologique pouvait ainsi faire une recherche d’ADN dans cette base et en comparant son empreinte avoir la preuve que sa famille faisait partie des desaparecidos. Toutes données du “tesoro” correspondant à sa famille lui étaient alors accessibles. Ainsi, même si les parents ou grands-parents étaient décédés, il pouvait alors comprendre combien, même inconnu, il avait été important et aimé.  A la fin de son intervention, elle nous souriait face à une assemblée en larmes. Nous entendions dans nos écouteurs les sanglots de ceux qui étaient chargés de la traduction simultanée, la tension était à son comble. J’ai souvent pensé à Estella de Carlotto au fil des ans.

Presque 10 ans plus tard, Estella de Carlotto a retrouvé son petit fils. A 36 ans, celui-ci a découvert à partir de cette base de donnée, consultée au siège de l’association des Grands-Mères, que 99,9 %, de son ADN correspondait à celui de Laura de Carlotto, exécutée en août 1978, deux mois après avoir accouché. Il est le 114ème à retrouver son identité. Une merveilleuse nouvelle pour Estella et pour toutes les grands-mères. La nouvelle touche aussi tous les gestionnaires d’archives sonores qui ont écouté Estella de Carlotto ce jour de juin 2005 et qui ont su précisément à cet instant combien les archives peuvent être riches, utiles et vivantes. Au travail, effectivement il reste encore beaucoup à faire !

Crédits photographiques : Grands-mères de la place de Mai, on reconnaître Estella de Carlotto au milieu de la photographie de la manifestation, 16 septembre 1988, Archivo Hasenberg-Quaretti, licence  Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0.

DIMANCHE – La semaine de l’Open Access Week : Les anonymes du field recording

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Le 6 septembre 2014, l’émission Culture Musique sur France Culture diffusait une émission sur le thème De l’archet universel au mastering des Daft Punk, avec Vincent Segal, violoncelliste, et Chab, musicien et ingénieur du son.

À la 50ème minute et 17 secondes, Vincent Segal évoque une situation qui se retrouve dans de nombreux document sonores réalisés dans le cadre d’enquêtes de terrain : trop souvent le témoin qui interprète l’oeuvre orale enregistrée est complètement anonyme. Les enquêteurs sont toujours indiqués, les ingénieurs du son aussi. Mais les noms de ceux qui chantent, qui jouent ou qui racontent apparaissent rarement sur les jaquettes de disques ou les emballages de bobines. Cela fait aussi partie du travail de la phonothèque de la MMSH, ce travail de fourmi pour retrouver les noms de tous ceux qui ont été enregistrés au fil du temps sur le terrain des ethnologues ou des historiens,  pour que leur parole puisse être entendue librement – en accord avec les règles éthiques et juridiques -.

Le dernier jour de la semaine de l’Open Access Week vient  rendre hommage à tous les anonymes du field recording à travers cet extrait de l’intervention Vincent Segal transcrit du podcast de l’émission :

“On disait Field Recording en anglais, c’est à dire c’est l’idée d’enregistrer dans les champs,… et c’est ce que je prône pour la plupart du travail que je fait.  A l’époque c’était effectivement fait comme un  travail d’archive et en fait j’ai toujours été touché… parce que, comme c’était enregistré en mono avec un seul micro, on entend l’environnement autant que le chanteur et les instruments et en fait il n’y a pas de mixage, c’est à dire que c’est comme ça… Il y a les collections de Radio France, d’Ocora, je les ai en vinyles, je les adore (…), j’ai les collections du Musée de l’homme, et en 78 tours, celles de la  mission Ogooué, au Congo et au Gabon (…).

Il n’y a pas longtemps un ami m’a dit :
“Je voudrais que tu me donnes ta chanteuse préférée… ”
Et je lui ai donné  – mais j’ai fait exprès, mais ce n’était pas un jeu… -je lui ai donné cette jeune fille qui chante sur le bord du fleuve et je lui ai dit “C’est ma chanteuse préférée… personne ne saura jamais comment elle s’appelle”

Parce qu’en fait ce qui ce qui est assez triste c’est que l’ingénieur du son son nom est marqué,.. c’est marqué le nom des ethnologues… mais par contre les gens ont dit “Une jeune fille chante au bord de la rivière”. Ça c’est la tristesse un peu de cette époque. C’est à dire qu’ils le savaient bien… Je suis sûr, que les gens qui ont enregistré savaient qu’ils avaient des chef d’oeuvre en face mais on ne saura jamais comment elle s’appelle. Souvent dans ces collections là il y a plein de chanteurs que j’écoute et je suis souvent très ému mais je ne saurai jamais qui est la personne qui chante. (…) On ne saura jamais qui chante et ce sont des chefs d’oeuvre.”

Crédits photographiques de l’image “à la une” : [Girl by river] photographie de Scott, Winfield, ca. 1895-1910. Collection : Thomas Hudson Thatcher collection of Mexico and Texas photographs. Service to Southern Methodist University – SMU Central Universities Libraries. Pas de restrictions de droit connues.  

SAMEDI-La semaine de l’Open Access Week : Emile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

La phonothèque vous propose de découvrir un extrait de l’enquête “Émile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur“.

En juin 2010, le petit fils  d’Émile Escalle avait retrouvé son grand père sur la base Ganoub et demandé une copie des enregistrements des différentes enquêtes avaient été déposées à la phonothèque. En février 2014, les ayants droits d’Émile Escalle (son fils et son petit-fils), heureux de diffuser la musique de tradition orale qu’il jouait, se sont rendu à la phonothèque de la MMSH et ont donné toutes les autorisations pour que les archives sonores puissent être diffusées en ligne.

L’enquête de ce corpus nous fait découvrir Émile Escalle violoneux1 et ses interprétations de divers rigodons, de mazurkas dont, de valses, des javas et des troïkas. Les airs issus de compositeurs qui ne sont pas dans le domaine public n’ont pas été mis en ligne. Emile Escalle  raconte la vie des violoneux dans la région de Molines en Champsaur et de l’intérêt des jeunes pour les instruments de musique et de la fabrication des violons dans cette région.

Nous vous proposons un extrait en ligne de cette enquête disponible également sur la base de données Ganoub .

Emile Escalle, violoneux à Moline-en-Champsaur, enquête n°  1532, Interprétation d’un air instrumental par Emile Escalle, n° item 1532-19, enregistré à Moline-en-Champsaur le 2 mai 1973, durée : 1 min45.

Crédit photographique: Watteau, Louis-Joseph, Français : Le violoneux (Palais des Beaux-Arts de Lille)., 1785. Own work. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lille_LJ_Watteau_violon.JPG. Domaine public.

  1. le terme de violoneux s’emploie pour un violoniste de village qui a appris la musique de bouche à oreille. []

VENDREDI – La semaine de l’Open Access Week : Le loup et le renard parrain

Pour indexer la littérature orale les phonothèques utilisent un référentiel essentiel pour retrouver les titres uniformes des contes. Il pourrait se nommer TUC, tout comme il on appelle TUM les titres uniforme musicaux, plus classiquement utilisé dans les discothèques. Il permet de retrouver dans la mouvance de l’oralité plusieurs versions interprétées à partir d’une même histoire. Le référentiel utilisé est la classification Aarne-Thompson qui malheureusement – peut-être par méconnaissance de l’outil ou des sources sonores – n’est pas en ligne sous forme d’outil documentaire directement utilisable1. Pourquoi ne pas imaginer intégrer le référentiel directement dans IdRef ? Certains titres y sont déjà entrés.

Les contes du renard occupent les numéros 1 à 69 dans cette classification Aarne et Thompson et le numéro 15 est l’histoire du renard parrain. The Theft of Butter – Honey – to Playing Godfather se retrouve largement à travers le monde avec d’autres animaux. Dans ce conte, le renard et le loup travaillent (aux champs, en tant que bûcheron…) et le renard prétexte un baptème pour manger le miel (ou le beurre, ou tout ce qui représente la paie promise pour le travail réalisé).

Neuf versions du conte du renard parrain dont la plupart sont cévenoles ont été collectées par différents chercheurs qui ont déposé leurs sources à la phonothèque de la MMSH. Le portail du patrimoine oral en propose 22 versions.

Pour les version déposées à la MMSH, la plus ancienne a été enregistrée par Jean-Noël Pelen en 1974 à Sainte-Cécile-d’Angorges auprès de Gabriel Teisser sous le titre Le loup et le renard bûcheron qui enregistrera une autre version du même conte en 1975 (n°1990). Jean-Noël Pelen collectera ensuite deux versions du renard parrain auprès de Paul Larguier en 1980 (enquête 1962) et 1989 (enquête 2060, celle-là même mise en écoute pour le vendredi de l’Open access week) à Saint-Andéol-de-Clerguemort.

Toujours en Cévennes, en 1979 et 1986 plusieurs enregistrements ont été réalisés auprès de Marcel Volpilière – enquêtes 661 et 429 (en ligne) – qui donnent à entendre un récit qui sera publié dans l’ouvrage La barque qui allait sur l’eau et sur la terre2. Enfin, les enquêtes 734 et 871 ont été enregistrée au Pompidou en 1997 et à Saint-André-de-Valborgne en 1998 par Pierre Laurence.

Parmi les collections sonores de la phonothèque, une seule version provient du Vaucluse, enregistrée en 1974 à Puyméras par Jean-Louis Ramel, elle a pour titre Lou reinart et lou loup.

Nous vous proposons d’écouter en ligne,  sur la nouvelle base de données de la phonothèque, la version enregistrée par Jean-Noël Pelen, en avril 1989 auprès de Paul Larguier à Paul Saint-Andéol-de-Clerguemort au coeur des Cévennes (n°2060).

Pour rappel un billet avait déjà été publié sur le Renard Parrain sur Les Carnets de la phonothèque et le carnet Biblioweb a consacré un billet à la classification Aarne et Thompson en 2011. Enfin un article très complet de Josiane Bru sur le Bulletin de l’AFAS (1999) précise l’intérêt de ce référentiel dans les SHS et pour le traitement des archives.

Crédits photographiques : A Young Female Fox near Galbraith Lake Camp (Alaska), 08/1973, National Archives’ Local Identifier: 412-DA-7945. Pas de restrictions de droits connues.

  1. Une bibliographie de cette classification est accessible en ligne ici : https://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI []
  2. Claudette Castell et Nicole Coulomb, GARAE, 1986 []