Archives pour la catégorie numérisation

Statista-Infographic_1465_vinyl-lp-sales-in-the-us-

La longue vie de l'analogique

Statista-Infographic_1465_vinyl-lp-sales-in-the-us-

Le New-York Times a publié récemment (16 janvier 2014) un bref article reprenant des chiffres sur les usages du livre et du disque, numériques et analogiques. Le paradoxe peut étonner : à la différence du livre, dans la musique les usages numériques sont dominants (alors que 4% des lecteurs se déclarent "e-books only") et pourtant, les ventes de vinyles n'ont  cessé d'augmenter depuis 2007, avec un saut de 6 millions en 2013 en Amérique du Nord.

Pourquoi écouter encore de la musique sur un vinyle ? La qualité du son n'est pas en jeu. Une étude de 2004 réalisée par la NHK démontre qu'il est très difficile pour un auditeur, même averti, de faire la différence entre un son analogique et numérique1... Les explications sont nombreuses et complexes et ne se réduisent pas au fétichisme ou au retour au passé. En 2011 sur le blog  de Paste Magazine, Tyler Kane avait demandé à 20 vendeurs de disques leur avis sur le retour du vinyles. Ainsi, Terry Currier de Music Millenium insiste sur l'importance du livret et de la pochette qui accompagnent les supports analogiques et de leur aspect artistique2. Pour Michel White de Sound Warehouse la musique numérique est comme un repas trop rapide, fait de quelques sandwiches qu'on s'enfourne sans y prêter attention, alors que le vinyle nécessite de se mettre à table, de s'installer et d'en discuter3. L'aspect convivial mais aussi celui de l'engagement physique revient régulièrement. D'après Matthew Bradish, d'Underground Sounds devoir s'occuper d'un lecteur et de son support implique un engagement physique qui soutient l'attention4.

Dans le blog du site Audiovisual preservation Solutions, Joshua Ranger5 revient sur ces questions et insiste sur le fait que le numérique n'est pas exclusif de l'analogique, la bataille n'a pas lieu d'être6. Il est temps de penser numérique et analogiques en terme de complémentarité plutôt que d'opposition et de profiter des expériences qui se posent pour le livre.

Voir plus de statistiques sur l'industrie de la musique sur le site de Statista.

  1. "Perceptual Discrimination between Musical Sounds with and without Very High Frequency Components", par Toshiyuki Nishiguchi, Masakazu Iwaki, and Akio Ando, NHK Laboratories Note n°486, 2004 []
  2. "Vinyl was treated more like art than the CD and especially more than digital downloads. You interface with the packaging much more with a 12″ × 12″ than you do with a 5″ × 5″ cover of the CD, thusly you learn much more about who all made it possible for the music you are experiencing." []
  3. "Digital music is a snack. We’ve been snacking for so long that for some kids it is the only thing they have eaten their whole lives. While it is possible to survive on snacks, it’s no way to live your life. Sometimes you have to sit down at a real table with real people and eat a real meal. No music reproduction technology—from the boombox to the Mp3 player—offers the satisfying nourishment of a factory sealed 180-gram chunk of wax fresh from your local store’s shelf." []
  4. "Vinyl requires a commitment. One tends to pay attention more to a natural, magnetic recording that could be scratched and must be attended to, to fully experience. One has to get up to flip the record or replay a track. It’s more about the album than that one “Glee” track you and your friends beat to death. Digital media, even CDs, allow many people to miss the point of a good record. I can recall someone at a party playing “I Get Knocked Down” by Chumbawumba repeatedly for over an hour and that band was better than that song." []
  5. Enough with the winuyle already, 17 janvier 2014, http://www.avpreserve.com/blog/enough-with-the-vinyl-already/ []
  6. "And this is the second issue I have, that stories like this continue to stoke the digital/analog culture war, obviously pulling for the poor underdog analog that is being mindlessly wiped out by digital Skynet. This is a false dichotomy and a false battle. Digital and analog both exist and are not mutually exclusive. Their continued existence is the decision of the corporation that manufactures them, which is not a conflict over quality or beauty." []

En ligne : Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel

Le Museum Association of Newfoundland and Labrador pour le Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP) viennent de publier en ligne1 un Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel.

Ce document fait un point sur tous les outils et les méthodes à notre disposition pour prendre en compte le patrimoine culturel immatériel (PCI) dans les projets de numérisation. Pour expliquer leur démarche, les auteurs partent de l'exemple du "caveau à légumes" (cf. photographie ci-dessus) pour nous faire comprendre l'intérêt de l'archivage numérique du PCI :

Qu'est-ce qu'une entrevue enregistrée au sujet d'un caveau à légumes peut nous apprendre sur le mode de vie des gens de l'époque? À qui cette information pourrait-elle être utile et comment pourrait-elle avoir un effet positif sur une communauté? Le fait de documenter les pratiques traditionnelles, comme la façon de bâtir un caveau à légumes et d'y entreposer des aliments, est important parce que si nous ne prenons pas le temps d'apprendre le savoir-faire du passé, certaines formes de connaissances traditionnelles pourraient devenir inaccessibles aux générations présentes et futures. La documentation est essentielle à la sauvegarde de notre patrimoine culturel immatériel. Cette pratique est importante pour le développement des communautés, puisqu'en contribuant à perpétuer des coutumes et des pratiques d'une valeur inestimable, elle atteste des expériences de vie des membres plus âgés d'une collectivité. Par ailleurs, en partageant du patrimoine culturel immatériel, on incite les jeunes générations à réfléchir à la façon dont certains aspects de leur communauté ont changé, et pourquoi. Alors que de plus en plus de caveaux à légumes donnent des signes de délabrement, les photographies et les histoires ont le pouvoir de nous rappeler que certaines traditions qui se perdent pourraient éventuellement redevenir utiles ou populaires dans l'avenir.

Après avoir décrit les processus de numérisation étape par étape pour les fichiers audio et vidéo et les documents photographiques, le guide présente une étude de cas sur un projet d'archives de l'Université Memorial de Terre-Neuve. Un chapitre sur le stockage et la gestion des données, un glossaire et des liens vers divers outils (comme le wiki d'Audacity) complètent ce document fort utile à tous ceux qui s'intéressent à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le guide donne malheureusement trop peu d'informations sur les métadonnées et l'indexation au fil de la numérisation pour être complet. Il vous faut donc, l'associer aux guides de bonnes pratiques qui existent déjà dans le domaine de l'audiovisuel :

- Les guides publiés par la TGIR HumaNum  comme les Guide des bonnes pratiques numériques (2011) et le Guide méthodologique pour le choix de formats numériques pérennes dans un contexte de données orales et visuelles (2011) ;

- La BnF a publié en 2009 un document sous le titre Écrire un cahier des charges de numérisation de collections sonores, audiovisuelles et filmiques et met régulièrement à jour les pages professionnelles sur la numérisation.

- Le Ministère de la culture met en ligne sur une page des ressources sur la numérisation, le catalogage, l'indexation et le catalogage des documents numérisés en direction des professionnels dont malheureusement les liens ne sont pas toujours mis à jour.

Bon travail à tou-te-s ! Merci à nos collègues canadiens de partager leur méthode.

 

Merci à Aude Da Cruz-Lima (Centre de Recherche en Ethnomusicologie LESC UMR 7186 CNRS) pour sa relecture.

Crédits photographiques : Le caveau à légumes de la ferme Robichaud, au Village historique acadien, photographie de Dr Wilson, août 2008, licence CC BY-SA 3.0.

  1. La mise en ligne date du 30 septembre 2013. []

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques ... Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

Après l'installation d'une borne de prêt automatique dans une bibliothèque parisienne du 12e arrondissement (bibliothèque Picpus), un tract a été diffusé à l'initiative du collectif  "Livre de papier", qui se retrouve un peu partout sur Internet (sans la photo jointe ici).

Pour écouter les archives sonores aussi, l'accès en ligne ne peut suffire : il faut pouvoir partager l'écoute avec d'autres, comprendre le contexte de la production de ces récits ou de ces chansons, rencontrer les collecteurs, danser sur les musiques ou les interpréter... Un bon sujet de discussion à aborder dans l'atelier "Besoin de mémoire ?" au cours des rencontres nationales des bibliothécaires musicaux jeudi 1er avril.

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques ... Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

automatic

PLUS RAPIDE ?

PLUS PRATIQUE ?

MOINS CONTRAIGNANT ?

L’automatisation du prêt franchit une nouvelle étape avec l’instauration de bornes de prêt automatique, à Picpus et ailleurs. Grâce à ces bornes, finies les files d’attente (encore que…), finies les erreurs humaines (mais vive les bugs !) et finie l’obligation d’être aimable avec celles et ceux qui nous rendent service. Mais terminée aussi la chaleur du contact humain, envolés les conseils sympas des bibliothécaires qui nous renseignent sur nos emprunts, et très bientôt… terminé aussi avec les bibliothécaires, avant que la bibliothèque elle aussi ne ferme ses portes pour rouvrir sur googlebooks.fr ou toute autre plate-forme dont on ne cesse de vanter l’exhaustivité et l’efficacité (sans même parler de sa juteuse rentabilité !).

Le monde qu’on ne cesse de vouloir nous vendre, censé être plus pratique et plus rapide, obéit en réalité à une double volonté : créer de nouveaux marchés (comme lorsqu’une entreprise privée est payée par les pouvoirs publics pour installer du matériel électronique) et réduire la masse salariale (un vigile prendra la place de dix bibliothécaires avec des bornes de prêt efficaces). Et si pour chaque salarié-e remplacé-e par des machines, la pilule est déjà difficile à avaler, des pans entiers de personnels seront finalement dépossédés des savoir-faire qui les rendait utiles et compétents. Non seulement la machine ne vous fera jamais de sourire, mais c’est ainsi que chaque métier d’aujourd’hui en vient à devenir purement mécanique et répétitif, jusqu’à être vidé de son sens initial : les magasiniers ne sont désormais plus considérés que comme des manutentionnaires au service des machines gestionnaires des livres, et leur connaissance du fonds se perd, tout comme l’ancien savoir-faire des artisans a disparu avec les immenses chaînes de production des usines, véritables bagnes industriels modernes. Plus l’on intègre les savoir-faire professionnels dans des machines, plus les salarié-e-s deviennent remplaçables, c’est-à-dire délocalisables, jetables et donc corvéables à merci.

Enfin, la logique de la numérisation a besoin de chevaux de Troie (telles les bornes de cette bibliothèque ou les puces RFID servant à tracer chaque livre), pour s’insinuer au cœur de la chaîne du livre : les magnats de l’édition électronique (qui sont parfois aussi marchands d’armes) rêvent de profits colossaux grâce à la numérisation intégrale des fonds papier, sans se soucier des éditeurs et libraires, mais aussi correcteurs, imprimeurs, diffuseurs, etc. qu’ils fragiliseront puis démantèleront sans coup férir. Le livre électronique, que les industriels tentent de nous imposer depuis plusieurs années (pour l’instant sans réel succès), vise à transformer le monde de l’écrit en société du zapping numérique généralisé. Il suffit de se rendre au salon du livre pour y voir ces commerciaux en costard vendre leurs e-book comme s’ils étaient au salon de l’auto, tout en faisant croire que les profiteurs sont les éditeurs. Pourtant, une partie de ces derniers reste encore vaille que vaille passionnée, attachée à l’objet livre en tant qu’il est créateur de lieux d’échanges et d’espaces collectifs, au premier rang desquels figurent les librairies et les bibliothèques - ces dernières étant fréquentées par une personne sur deux en France en 2006. Ainsi, à l’inverse de la démagogie populiste faisant d’Internet le contrepoint populaire des librairies et bibliothèques élitistes, nous pensons que le livre est au cœur des possibilités d’émancipation collective et d’élévation culturelle : les bibliothèques, véritables lieux de mixité où se croisent des hommes et des femmes de tous âges, de toutes classes et de tous horizons, sont un des derniers outils de diffusion et de réappropriation collective des savoirs, là ou le numérique ne fournit que des contenus vidés de leur sens à des individus isolés devant leurs écrans. « Élitaire pour toutes et tous » pourrait être notre mot d’ordre, puisque nous persistons à préférer les savoirs, potentiellement émancipateurs, aux contenus, bien souvent interchangeables voire abêtissants.

Le mythe libéral de l’accès au savoir égal pour toutes et tous, sur lequel surfe la déferlante numérique, oblitère le fait que nul-le ne peut prétendre n’avoir pas accès à suffisamment de livres (il suffit de se rendre dans la moindre bibliothèque pour se convaincre qu’on n’aura jamais le temps d’en lire assez), alors que la question de la connaissance pose en réalité celle de la transmission, c’est-à-dire de l’éducation à l’écrit, revendiquée par tous les mouvements d’émancipation antérieurs à Internet : le réseau nous apprend en fin de compte davantage à glisser à la surface des idées qu’à les comprendre et à savoir s’en imprégner pour penser par soi-même. Le Web et le futur livre numérique permettraient d’accéder à tout !? Mais que lira-t-on alors ? Rien, ou plus probablement rien de ce qui s’apparente aujourd’hui au livre, dans lequel on s’immerge longuement, patiemment et tranquillement, en dehors de la société des flux incessants et tourbillonnants d’e-mail, messages msn et autres textos qui nous happent à chaque instant dans leur propre temporalité.

La télévision a contribué à détruire le lien social, et on nous fait croire que l’informatique, en nous simplifiant la vie, va le recréer ? Quand on s’apercevra que le numérique a encore appauvri les relations et échanges collectifs, qu’inventera-t-on pour « recréer » à nouveau du lien social et poursuivre toujours plus loin la spirale d’un monde en perpétuelle déshumanisation ?

Des lecteurs et lectrices, bibliothécaires, libraires, traducteurs et éditeurs.

Livres de papier

c/o Offensive,

21ter rue Voltaire 75011 Paris

livresdepapier@gmx.fr

Lu ici :

http://wwwlamare.blogspot.com/2009/04/hns-info-bornes-automatiques-puces-rfid.html

et là :

http://hns-info.net/spip.php?article18022

et aussi là, avec une annonce de réunion publique :

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article83292

Crédits photographiques : Farrington Automatic Address Reading Machine, A postal employee shows off the Department's new automatic address reading machine. The "Farrington Automatic" machine was developed by Intelligent Machines Research Corporation. Postmaster General Arthur Summerfield tested and purchased a variety of machines to help speed up mail processing in large city post offices in the early 1950s. Photographe non identifié. Smthionian Museum. Pas de restriction de droit d'utilisation connue.  Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3400&q=A.2008-36

Sauvegarder ses données sur DVD, c'est possible !

Depuis les débuts de la numérisation des archives sonores, les phonothécaires archivent leurs données sur des disques optiques compacts enregistrables (CD-R) mais la capacité de ces disques est limitée à environ 650Mo. Le DVD, malgré une capacité de 4500 Mo, n’était jusqu'ici pas conseillé comme support de stockage. Les arguments majeurs portaient sur la finesse de l’écriture des données sur les DVD enregistrables qui présentaient une plus grande sensibilité que les CD-R aux conditions de gravure et aux dégradations naturelles au cours du temps.

En 2007, la Direction des Archives de France a demandé au Laboratoire National de Métrologie et d’Essais d’évaluer la qualité des DVD+R et des DVD-R disponibles sur le marché français et de déterminer si ces supports pouvaient être utilisés pour l’archivage avec une fiabilité comparable à celle des CD-R. Parue en octobre 2008 sous le titre Qualité des DVD+R et des DVD-R disponibles sur le marché pour l'archivage des données numériques, cette étude a réalisée par Jean-Michel Lambert et Jacques Perdereau du LNE. Ils ont sélectionné et testé huit références de DVD enregistrables simple couche d'une capacité de 4,7 Go. Outre l'évaluation de la qualité de gravure des différentes références, pour plusieurs graveurs et pour plusieurs vitesses de gravure, l'étude évalue également la vitesse de dégradation lorsque les DVD sont soumis à des conditions climatiques sévères (température de 80°C et hygrométrie de 85%), afin d’anticiper des pertes de données au bout de plusieurs années. Bref, voilà la lecture idéale pour l'archiviste du son qui a toujours trop peu de temps pour réaliser sa veille d'information...

Je vous laisse lire les 112 pages du rapport pour aller directement à la conclusion, page 24 (les pages suivantes sont constituées d'annexes) que je résume rapidement. Tout d'abord, première information intéressante, la  vitesse de gravure recommandée est la vitesse 8. Ensuite, sur les DVD testés, deux d'entre eux sont retenus pour leur qualité, les MPO et les VERBATIM (on retrouve ici les marques préconisées aussi par la BnF). Enfin, information essentielle, la capacité des DVD à supporter des conditions climatiques sévères comparable à celle des CD-R. Même si les DVD conservent une dégradation de qualité par rapport aux CD-R, pratiquement insensibles aux conditions climatiques sévères, après 1500 heures d’exposition les références retenues sont toujours intégralement lisibles.

Ainsi le rapport conclut sur une bonne nouvelle pour les archivistes qui jonglaient jusqu'ici avec leurs disques compacts : si on tient compte de la qualité des références utilisées, l’archivage de données numériques sur DVD±R serait acceptable au même titre que l’archivage sur CD-R.

Crédit photographique : Sqaurecircle15, galerie Flickr de Fontplaydotcom, Licence CC.

Conseils européens sur la sauvegarde des fonds audiovisuels

Le projet européen DPE (Digital preservation Europe) vient de proposer en langue française plusieurs de ses rapports (intitulés "briefing papers"). Parmis eux, celui sur la préservation du contenu de l'audio visuel numérique nous intéresse tout particulièrement. Ce rapport, publié en septembre 2008, insiste sur trois changements majeurs que les gestionnaires de fonds audiovisuels devront prendre en compte dans les années à venir :

1) Les technologies existantes de la préservation numérique et des silos de stockage devraient etre utilisées pour les collections audiovisuelles ;

2) Il faut surveiller les technologies qui vont évoluer afin de prendre en compte les médias dépendant du temps ;

3) Les technologies de l’information, en général, et des supports de masse devraient aussi évoluer afin de prendre en compte les besoins spécifiques des fichiers audiovisuels.

Beaucoup de travail en perspective puisque il nous est dit en introduction que l’existant européen (dans les archives et autres collections officielles) est estimé à 50 millions d’heures de vidéo, de films et de bandes sonores la plupart en formats analogiques. Déjà 10 millions d'entre elles ont été numérisées... Pourtant, environ 70 pour cent de ces objets sont en danger aujourd'hui, et cela ne fera qu'empirer dans les années à venir à cause des dégradations diverses, des détériorations et de l’obsolescence des formats !

Après avoir abordé tous les écueils et les problèmes que rencontrent les gestionnaires de fonds audiovisuel, des conseils très pratiques leurs sont proposés pour engager leur préservation :

- Préserver l’objet : conserver "l’original", même s’il est compressé et sa "chaîne de bits". Le contenu audiovisuel a un avantage : il est très volumineux, mais en un relativement petit nombre de formats.

- Décoder sans compression puis sauvegarder toujours sans compresser (en plus de conserver l’original). Ceci est une obligation contraignante pour la vidéo (100 GB /heure pour la télévision 625 lignes), mais le stockage est maintenant peu onéreux.

- Renforcer les métadonnées : l’extension de fichiers (ex .wav, .avi) n’est pas suffisante. Il existe plus de 50 variantes d’encodage pour la définition de .wav ; MPEG-1 et MPEG-2 sont sous l’extension .mpg. Au mieux, il y aura un outil d’extraction des métadonnées.

- Dernier conseil qui n'est pas des moindres, après les journées d'étude appelant à la collaboration : Vous n’êtes pas seul. Utilisez les centres d’enregistrement des types de fichiers, les entrepôts de progiciels, les plates formes d’émulation, et les publications citées en références dans le rapport.

Texte du rapport en langue anglaise : Micha Richard Wright (BBC) - Traduction : Jean-Pierre Hazel Teil

Cherche à graver cédé désespérement

DISQUES VERTS

Le supports pérennes de conservation des documents numériques ne sont pas encore vraiment établis et le disque compact est encore pour l'instant, dans une phonothèque de recherche, un moyen de conservation sûr (au moins pour quelques années ;-) - je ne m'avance pas trop pour ne pas subir une avalanche de commentaires sur la durée de vie d'un cédé) et une façon de mettre en consultation simplement ses documents. Bien sûr, à la phonothèque de la MMSH, nous réfléchissons à d'autres moyens de conserver nos fichiers son. Lorsque nous commençons à travailler sur un projet, le travail de numérisation est enregistré sur des disques durs externes, nous mettons aussi en place des collaborations avec des institutions dont les missions sont avant tout la conservation (par exemple les archives départementales des Bouches-du-Rhône dans le cadre du projet sur la mémoire arménienne). Mais tout cela ne nous empêche pas pour le moment de continuer à graver nos enquêtes orales sur des cédés : un cédé audio pour la consultation, un cédérom avec les fichiers en WAVE pour la conservation. Tout ça pour dire...

Ces jours-ci nous avons terminé l'analyse de plusieurs collections et nous voulions donc graver sur cédé les fichiers sonores mais voilà... Lorsque nous nous sommes tournés vers notre habituel revendeur à qui nous achetions fidèlement les Quantegy à la phthalocyanine, il nous a appris qu'ils n'étaient plus fabriqués. Je me suis donc tournée vers les disques de technologie AZO sur les conseils de plusieurs de mes collègues. Or, ce matin, sur la liste Oral History plusieurs messages viennent en écho, nous montrer que nos collègues nord-américains se trouvent dans les mêmes affres. L'un d'entre eux écrit :

Gold CDs that are manufactured with Phthalocyanine dye (which means they've been manufactured by Mitsui/MAM-A regardless of the final branding on the disc) are considered to be more stable over time than
discs manufactured with Cyanine or Azo dye.  Are they?  You got me.  But as I noted above, CD longevity is a complex .

Devant la complexité de la chose, je me languis d'intégrer le programme SPAR, dans le cadre des pôles associés à la BnF.

Crédits photographiques : galerie Flickr de FormFire Glasswork (CC 2.0)

Les conseils de l'été d'Internet Archives

Disque noirVous avez chez vous dans un coin, quelques 33 tours improbables. Ces disques là n'ont pas connu de reprise commerciale sur cédé et vous souhaiteriez les conserver sur un format numérique. Dans un post du mois de juin 2008, le blog What's new at the Internet Archives ? prodigue des conseils à tous ceux qui souhaitent numériser leurs anciens disques noirs. Sous le titre How to digitize a LP, toute la chaîne de numérisation y est décrite avec précision accompagnée d'images de captures d'écran qui vous permettront de suivre pas à pas cette méthode. L'outil proposé pour le transfert et la réalisation des plages est le logiciel libre Audacity. L'objectif direct est que les apprentis du numérique mettent le son de leurs disques en ligne au format MP3 sur le site d'Internet Archives sous couvert bien sûr d'avoir les droits d'autorisation et de diffusion.

Crédit photographique : Paysage du temps / Festival de musiques électroniques, Lyon du 16 au 20 Mai 2007 www.nuits-sonores.com CC 2.0