Archives pour la catégorie Outils

Questionner le monde : “Archives orales”

Dans le cadre du programme de recherche “Questionner le monde: les outils qui ont fait les sciences sociales” sous la responsabilité de Christelle Rabier (maîtresse de conférence à l’EHESS Marseille) et avec elle, une matinée est organisée à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme  le 1er juillet 2015, salle Paul-Albert Février de 10h à 13h, sur la question des archives orales :

Danielle Musset (ethnologue, directrice du Musée d’ethnologie de Salagon de 2000 à 2014) présentera les archives sonores de la phonothèque du musée1.

Hélène Claudot-Hawad (ethnologue) et Véronique Ginouvès (archiviste) reviendront sur une expérience commune : L’anthropologue et l’archiviste. Une enquête sur la lutherie2 à la phonothèque de la MMSH.

Crédits photographiques : photographie prise au cours d’une formation sur les archives sonores à la télévision et radio nationales tanzaniennes, septembre 2014 ; visuel réalisé par Christelle Rabier.

  1. Danielle Musset a présenté la phonothèque de Salagon dans le catalogue qui vient de paraître, actuellement diffusé au Musée dans le cadre de l’exposition “C’est quoi exactement un musée d’ethnologie ?“, voir pages 17 à 24. []
  2. En 1982, alors que le terrain saharien lui était interdit d’accès, Hélène Claudot-Hawad a mené une enquête auprès des luthiers de Mirecourt. En 2012, elle a déposé ses archives et travaillé avec l’équipe de la phonothèque à leur traitement et valorisation sous des formes multiples :  base de donnée, billets de blog, exposition, jusqu’à la publication d’un instrument de recherche publié aux PUP []

Nouvelle année, nouvelle base de données – New year, new database

En 2015 Ganoub1, la base de données de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, fait peau neuve. En effet, l’équipe de la phonothèque vient de terminer la migration des données de Ganoub vers la nouvelle version du logiciel Alexandrie2. La base est désormais hébergée sur les serveurs du centre de calcul IN2P3 accueillie par la grille de services Huma-Num. Il reste certes quelques réglages à terminer, le thesaurus ne s’affiche plus dans son entier mais il le sera bientôt au format SKOS sur une URL spécifique : n’hésitez pas à nous faire part de vos retours ! N’oubliez pas que les données de la phonothèque sont également accessibles sur le Portail du patrimoine oral et Isidore, Calames (pour partie) et bientôt en 2015 sur Europeana.

In 2015 Ganoub3, the  sound archive database of the Mediterranean House of Social Sciences and Humanities – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, gets a tech update and a new look. The team has just finished the migration of the Ganoub’s data to the new version of the software Alexandrie4. The database is now hosted at CCIN2P3 Computing Center within the Huma-Num “services grid” facility. No doubt there is still some settings and features to fix and complete, for example the thesaurus is not fully dispalying but it will be very soon available in SKOS format on a specific URL: feel free to send us your comments and feedback ! Don’t forget that our data are also available on the Portail du patrimoine oral – Oral Heritage Portal, Isidore, Calames, and forthcoming  in 2015 on Europeana.

Avec tous nos voeux sonores pour la nouvelle année / With all our sound wishes for the new year:

Un souvenir de l’ancienne interface de Ganoub / Remember of the old interface of Ganoub:

10124285085_817ba337d6_o 

Crédits photographiques :
Crédits sonores : extrait de l’enquête 136 enregistrée par Jean-Noël Pelen auprès d’Ernestine Gonfon à Mouriés le 19 février 1976.
Image à la une : Page d’accueil de Ganoub, photographie “écouter au début du 20ème siècle dans l’Hérault”, domaine public. 

  1. Le Sud en langue arabe []
  2. Version 7, logiciel développé par la société GB-Conceptl. Merci à Stéphanie Venck d’avoir suivi le projet ! []
  3. The South in arabic []
  4. Version 7, developed by GB-Concept. Thanks Stéphanie Venck for having followed the project. []

“Mappa di communità” ou le territoire redessiné avec ses habitants

L’écomusée urbain de Milan Nord Niguarda (du nom du quartier où il se trouve) a lancé le projet d’écriture d’une “Mappa di communità”. L’objectif affiché est d’aider les habitants à percevoir, avec plus de précision, les contours de leur quartier, ceux de leur patrimoine historique et culturel et les liens sociaux qui se sont établis au fil du temps. Créée par les habitants eux-même, elle donne à lire les histoires du coin de la rue, telle une archive vivante, toujours remise à jour. Un parcours collectif dont la première version date de 2009.

Ces cartes, appelée en Italie  “Mappa di communità”, ne cessent de se fabriquer dans les villes – Venise vient de présenter la sienne – ou les campagnes – telle celle du parc national du Vanoï-. Toutes sont construites avec les citoyens du territoire dessiné, où ils transmettent des bribes de leur représentation de leur espace. En Angleterre, on les appelle les Parish maps. et certaines se donnent à voir en ligne comme celles de Combe Martin ou Aveton Gifford dans le Devon.

En France les projets commencent à voir le jour, sans qu’une dénomination précise ait été arrêtée. Plusieurs proposent des enregistrements sonores à écouter. Il est ainsi possible de parcourir  la ville de Paris dans une visite toujours en mouvement à travers des prises de son (paysages, ambiances, promenades perceptions) ou des entretiens sur http://www.ecouterparis.net. Imaginé par l’atelier du bruit, le projet a été  soutenu par la Société civile des auteurs multimédia (SCAM) et la Fondation de France, avec des ateliers dans les quartiers menés en collaboration avec la Cité de la musique. Ecoutez par exemple, la poétique promenade sonore de Nicolas Frize à travers le 10e arrondissement ou les cris d’un chiffonnier ferrailleur dans les années 1950 qui traverse le 2ème arrondissement. A Lyon, le 8e arrondissement a aussi son atlas sonore musical. Après deux années de recherches de terrain et de collectes musicales au sein du centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA) auprès des habitants de ce quartier, Yaël Epstein et Françoise Morel ont mis en ligne leurs rencontres sous forme d’une carte à la fois précise et ouverte à l’imaginaire. Tout au long de la visite, il est possible de prendre dans un panier les fruits de la collecte, objets sonores dans lesquels on peut aller fouiller et en les activant, découvrir les chansons, les mélodies, les témoignages oraux…

La phonothèque de la MMSH, rêve aussi à la constitution d’une carte sonore, alimentée par les bases de données documentaires où pourraient puiser les futurs auteurs de “mappa di communità” ou autres cartes innovantes qui souhaiteraient introduire du son. Imaginez alors les croisements et les stratigraphies de mémoires que cela pourrait engendrer… Il reste à trouver l’outil qui permette de le faire facilement tout en conservant le contexte et les métadonnées des enquêtes de terrain.

 

Le catalogue Laforte, un outil au service des phonothèques de l’oral

Conrad Laforte et Patrice Coirault sont les compagnons de route de ceux qui gèrent des fonds d’archives sonores dont les collections portent sur le domaine de la littérature orale. En effet, tout comme le conte1, la chanson de tradition orale court le monde avec ses versions qui changent d’un village, d’une région, d’un continent à l’autre. Conrad Laforte (1921-2008), ethnologue, bibliothécaire archiviste, professeur à l’université de Laval, a créé le premier catalogue international de la chanson folklorique française en six volumes (1977-1987). Ainsi, au moment de l’indexation d’une chanson, ce catalogue permet de relier une version chantée à un titre uniforme.

Trouver une bibliothèque qui propose un exemplaire papier de la totalité des volumes n’est pas des plus facile2 . Plusieurs volumes du catalogue ont été numérisés dans le cadre du projet Google books mais aucun n’est entièrement en libre accès. La classification dans son ensemble peut toutefois être parcourue à travers la base de données de Dastum3 qui a utilisé le catalogue Conrad Laforte pour l’indexation de la littérature orale de ses collections sonores.

Prenons par exemple la chanson “Rossignolet du bois”, vous en trouvez deux versions dans les notices de la base de Dastum, quatre dans celle de la phonothèque de la MMSH, six sur celle du centre occitan des musiques et danses traditionnelles. Toutes ces versions sont regroupées sous le même code, ici  [LAF] II, F-09  c’est à dire que dans le deuxième tome du catalogue Laforte,  dans la partie des chansons strophiques

A. Chansons à caractère épique (ou tragique)

B. Sujets religieux

C. Chansons romanesques

D. Chansons comiques

E. Chansons idylliques

F. Chansons bucoliques

G. Chansons saisonnières

H. Cycle de voyage : les départs

I. Cycle de voyage : les retours

J. Cycle de voyage : le déserteur

K. Cycle de voyage : la navigation

L. Cycle de voyage : les coureurs de bois, les chantiers forestiers, la drave, etc…

M. Cycle de voyage : les militaires

N. Cycle de voyage : l’ennui et les messages

O. Chansons sur l’état civil et les conditions sociales

P. Chansons de circonstance

Q. Chansons d’ivrogne

R. Chansons à boire

Ainsi “Le rossignolet sauvage” est la neuvième chanson présentée dans la section “F” des chansons bucoliques.  Conrad Laforte en propose des versions sur plus de quatre pages de bibliographie.

J’avais déjà remarqué que trouver des versions électroniques en libre accès de ce type de monographies peut devenir très compliqué. D’après mes recherches, seuls trois volumes de la classification de Conrad Laforte sont accessibles en ligne sur Google Books en aperçu : le volume deux sur Les chansons strophiques, le volume quatre sur Les chansons énumératives et le volume cinq sur Les chansons brèves (les enfantines). Certes, en aperçu certaines pages ne sont pas accessibles  mais il est possible de faire des recherches sur les mots du titre des chansons et les numéros des catalogues, lorsqu’on connait la difficulté de manipuler le catalogue papier, c’est tout de même un avantage. Il faut également noter que l’ouvrage écrit avec Carmen Roberge  sur Les chansons à caractère religieux (1988) n’est, lui aussi, qu’accessible en aperçu mais sa consultation est très pratique car la table des matières est bien faite et affiche les titres des chansons cliquables. Ce n’est pas rien au vu de l’interface pas toujours facile à utiliser de Google Books. Intérêt supplémentaire de cet ouvrage, toutes les chansons sont accompagnées de leurs partitions musicales  (mais ciblez votre recherche, vous ne pouvez visualiser qu’un nombre de page limité).  Si vous connaissez ou trouvez d’autres ouvrages de Conrad Laforte en texte intégral, merci de les signaler dans les commentaires !

L’occasion vous est offerte aujourd’hui de mieux comprendre la force et la richesse de ce catalogue à travers des mélanges posthumes qui viennent d’être publiés autour de l’oeuvre de Conrad Laforte sous le titre “M’amie, faites moi un bouquet…”4. Jean-Nicolas De Surmont a dirigé ce travail collectif, publié avec la collaboration de Serge Gauthier, qui réunit 17 articles de 19 auteurs. L’appel à contribution avait été lancé dès 2006 et ce sont les Presses de l’université de Laval qui ont publié cet ensemble qui porte à la fois sur et autour de l’œuvre de Conrad Laforte. Belle occasion, c’est justement en 2011 que les PUL ont relancé la collection Les archives de folklore fondée en 1946 par Luc Lacourcière et aujourd’hui dirigée par Jean-Pierre Pichette5. Ce dernier publie d’ailleurs un entretien avec Conrad Laforte au début de l’ouvrage. Formons le souhait que d’autres titres suivent sur ce domaine car les archivistes de la tradition orale ont toujours besoin d’outils or, les publications sur cette thématique de recherche tendent à se raréfier ces dernières années.

  1. Sur le conte, je vous renvoie également vers le billet sur La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l’oral, du 26 avril 2011 []
  2. Une rapide interrogation du SUDOC montre que le nombre de bibliothèques qui le détiennent sont peu nombreuses et que souvent, certains volumes sont manquants. Comme les notices de localisation du SUDOC ne sont pas citables, je vous laisse faire la recherche… []
  3. Dastum, qui signifit “recueillir” en langue bretonne, est une association qui depuis les années 1970 collecte la littérature orale en Bretagne. Plus de 8000 heures, numérisées et indexées, sont accessibles au public sur place et une grande partie est en ligne. []
  4. La phonothèque de la MMSH y publie un article, sous le titre Les phonothèques de l’oral en France, catalyseurs de nouveaux corpus interdisciplinaires sur l’oralité. L’article est déposé sur HAL-SHS sous deux versions la première date de 2008, elle a été mise à jour en 2011  []
  5. A propos de cette collection, vous pouvez lire l’article de L’encyclopédie canadienne. Encyclopédie de la musique au Canada [Consulté le 19 novembre 2011] []

Souvenirs, souvenirs…

sorting-anc-packing-tomatoes

Les applications pour publier du multimédia se multiplient. Hier je vous présentais VoiceThread, créé en mars 2009, ce soir je découvre un nouvel outil sorti à la même époque et finalement assez proche dans sa présentation, Memory-life. L’ambition de Memory-Life est de réaliser l’album de votre mémoire. En quelques clics, vous reconstituez vos flashs visuels mémoriels : votre arrivée essoufflée au sommet de la Sainte-Victoire un jour de mistral, la jupe de coton à carreau blanc et brun qui a dû être portée au siècle dernier d’une femme qui passe, l’arbre sous lequel vous aviez l’habitude de faire la sieste… Bien sûr vous taguez, vous commentez, vous explorez. Dès que vous avez créé votre compte en ligne, vous pouvez télécharger des images  sur votre boite à souvenir, soit depuis votre ordinateur, soit en vous les envoyant sur un courriel créé par Memory Life. Pas de lien ici avec Facebook ou Flickr mais il vous est proposé de télécharger une application d’Adobe (Adobe AIR) pour importer plus simplement vos images.  Si vous souhaitez numériser des documents analogiques, Memory Life vous renvoie vers des partenaires commerciaux. Vous pourrez ensuite exporter sous forme vidéo une animation reproduisant vos photos dans l’ordre que vous aurez déterminé (temps, thème, hasard).

Vous avez à votre disposition de nombreuses possibilités d’organisation pour vos images, de l’aléatoire à la frise chronologique. Cette frise n’est pas sans rappeler d’ailleurs la fresque chronologique du projet Repères méditerranéens lancé par l’INA, sur un financement de la région Provence Alpes Côte d’Azur. Ce site vous permet de reconstituer toute l’histoire de la Provence contemporaine d’un seul coup d’œil en affichant des émissions télévisées sous forme de listes, de cartes ou de fresques. Repères méditerranéens serait finalement la boîte à souvenirs, provençaux et pacifiques, d’une méditerranée remémorée par les historiens d’un laboratoire (ici TELEMME). Dans cette application, le système éditorial a été créé par le studio hypermédia de l’INA, à Bry-sur-Marne.

Il me semble qu’il manque à Memory Life comme aux Repères Méditerranéens, tout l’aspect collaboratif et de partage proposé par Voice Thread : les internautes ne peuvent pas laisser de commentaires ni déposer de nouvelles photos ou vidéos pour créer des interactions de souvenirs, pas de partage. Ces sites sont superbes et ils ont la couleur du Web 2.0 mais n’en n’ont pas la saveur. Il n’empêche, les outils d’édition multimédias se multiplient et les phonothèques devraient pouvoir en tirer partie.

Crédits photographique : Sorting and packing tomatoes at the Yauco Cooperative Tomato Growers Association, Puerto Rico, 1942, par Delano, Jack (1914- ), Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C., Pas de restriction de droit connu. Permalien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34052

Dans ma boîte à souvenir, voilà ce qui me vient :

Ouvriers
Ô cette chaude matinée de février. Le Sud inopportun vint relever nos souvenirs d’indigents absurdes, notre jeune misère.
Henrika avait une jupe de coton à carreau blanc et brun, qui a dû être portée au siècle dernier, un bonnet à rubans, et un foulard de soie. C’était bien plus triste qu’un deuil. Nous faisions un tour dans la banlieue. Le temps était couvert, et ce vent du Sud excitait toutes les vilaines odeurs des jardins ravagés et des prés desséchés.
Cela ne devait pas fatiguer ma femme au même point que moi. Dans une flache laissée par l’inondation du mois précédent à un sentier assez haut elle me fit remarquer de très petits poissons.
La ville, avec sa fumée et ses bruits de métiers, nous suivait très loin dans les chemins. Ô l’autre monde, l’habitation bénie par le ciel et les ombrages ! Le sud me rappelait les misérables incidents de mon enfance, mes désespoirs d’été, l’horrible quantité de force et de science que le sort a toujours éloignée de moi. Non ! nous ne passerons pas l’été dans cet avare pays où nous ne serons jamais que des orphelins fiancés. Je veux que ce bras durci ne traîne plus une chère image.

Arthur Rimbaud, Illuminations, 1873-1875

Le fil vocal de la New York Public Library

tubanyplLa bibliothèque de New-York a numérisé des milliers d’images et en a mis une partie sur son Flickr Commons* et l’un de ses albums a pour titre Now playing : music in pictures. Il s’agit de dix-neuf images représentant des scènes musicales qui sont aussi l’occasion de découvrir un nouvel outil social inventé par la bibliothèque de New-York. Comment le nommer en français ? peut-être “fil vocal” (en anglais VoiceThread).

siamnyplVoiceThread est un outil collaboratif multimédia. Avec lui vous allez pouvoir créer des diaporamas commentés vocalement,  avec des textes, des dessins ou des vidéos. Pour l’utiliser, pas de logiciel à télécharger.  Le didacticiel en ligne vous explique comment procéder en trois points : 1. upload, 2. comment, 3. share.

Après vous être identifié, vous téléchargez des images depuis votre ordinateur ou de Flickr ou Facebook. Vous pouvez les commenter en utilisant votre voix à travers un micro ou un téléphone, en écrivant des textes ou en incrustant une vidéo. Plusieurs tutoriels vous expliquent très simplement comment faire. Ensuite il est possible de les partager, revoir des commentaires, créer des groupes… et des tas d’autres choses encore. Un outil de valorisation à tester par les bibliothèques, les musées, les porteurs de projets éducatifs et, bien entendu, les phonothèques.

L’exemple donné par la bibliothèque de New-York part de photographies et de gravures en lien avec la musique issues de ses collections numérisées, où l’on retrouve les images proposées dans le Flickr commons et d’autres encore. Elles sont commentées par des bibliothécaires de la NYPL et une fois enregistré, il vous est possible de laisser des commentaires.  Le diaporama ainsi réalisé évoque des instruments du monde entier et renvoient vers les notices du catalogue de la bibliothèque, plus de 1087 photographies sont indexées sous le terme “Music”. Si vous l’utilisez pour présenter une exposition, des cours ou autre chose merci de me le signaler car j’ai l’impression que cet outil peut être vraiment intéressant pour les institutions scientifiques et culturelles.

En parcourant ces images je pensais à l’autobiographie de Miles Davis, co-écrite avec Quincy Troupe, que je suis en train de terminer.  Ce livre nous plonge dans l’univers du jazz des années 1940, des clubs de la 47eme, 52 ème ou 118ème rue et des autres. Avec Miles on suit l’histoire du jazz du be bop au jazz rock et jazz électrique, toutes ses évolutions et tous les musiciens qui la parcourent. Il nous fait aussi partager sa hargne à voir les “blancs” voler éhontément la musique des “noirs”. Et en regardant ces photos, je me dis qu’effectivement il y a quelques absents.

a-mountain-fiddlernypl

* Pour en savoir plus sur Flickr Commons, allez lire Flickrland sur “Les carnets de la phonothèque” : http://phonotheque.hypotheses.org/452

Crédits photographiques : Album “Now playing : music in pictures” – The New York Public Library. Mid-Manhattan Library. Picture Collection – Pas de restriction de droits connus.

– [Man playing the tuba] (Digital ID: 832515). Sans date.

–  Siamese musical instrument : the bell wheel (Digital ID: 832954). Sans date.

– A mountain fiddler (Digital ID: 833064). Barnhill Studios — Photographer. 1920.

Solar : un groupe de travail sur les sources orales de la recherche

casadellamemoria

Le groupe Solar (Sources OraLes et Audiovisuelles de la Recherche en sciences humaines et sociales) s’est réuni à Rome, à la Casa della memoria e della storia ces jours derniers, accueilli avec une chaleureuse hospitalité par Alessandro Portelli et son équipe.

Solar est un groupe de travail européen qui centre ses réflexions sur l’utilisation des sources orales et audiovisuelles de la recherche en sciences humaines et sociales, en respectant la multiplicité et la diversité des auteurs impliqués dans leur création.  Solar regroupe des chercheurs et des archivistes originaires de Belgique, de France, d’Italie, du Luxembourg et de Suisse qui s’intéressent aux questions relatives à la valorisation et l’exploitation des archives orales et audiovisuelles et veulent favoriser le dialogue avec les institutions patrimoniales qui conservent ce type d’archives. Il vise l’étude, dans une perspective interdisciplinaire, des récits individuels et collectifs produits par la création de telles archives, l’histoire et la sociologie des contextes de leur production, l’analyse des méthodes de production, la possibilité d’exploitation et de valorisation dans un cadre de recherche autre que celui qui l’a produit, dans un souci de comparaison au niveau régional, national, européen et international. Il s’intéresse aux mémoires collectives régionales, nationales et européennes. Il porte attention aux problèmes techniques spécifiques posés par l’exploitation de ce type d’archives, telles la transcription ou la numérisation.

Ainsi à Rome, la question de la transcription a été abordée du point de vue des chercheurs, des enseignants et des éditeurs. Pour partager ses connaissances sans multiplier les outils de la communauté qui sont encore peu nombreux, le groupe a décidé de publier les interventions présentées lors des rencontres (qui se tiennent maintenant depuis décembre 2007) sur le site de l’AFAS (association française des documents sonores et audiovisuels)  dans une rubrique spécifique qui sera créée prochainement. Les chercheurs souhaitent également investir la liste Archives sonores et audiovisuelles afin que les questions épistémologiques puissent se développer dans la communauté. Solar essaiera aussi d’être présent lors des prochaines journées de l’association internationale d’histoire orale qui se tiendront à Prague en 2010. Un programme de formation européenne sur les enquêtes de terrain, de leur collecte à leur valorisation, commence également à se mettre en place. Beaucoup de projets et d’attentes donc dans ce groupe de travail dont j’espère vous donner rapidement des nouvelles.


Crédit photographique : Réunion du 22 juin 2009 à la Casa della memoria e della storia, Véronique Ginouvès

Fracture téléphonique

Dans un récent billet d’Homo-Numericus, Pierre Mounier se demande si le téléphone ne serait pas l’avenir du numérique et liste un à un, bibliographie à l’appui, les nouveaux usages qui apparaissent sans cesse. Pendant ce temps, France Telecom essaie de se débarrasser des 153 000 cabines téléphoniques qui restent encore debout sur le territoire français. Dans le même temps, la moindre démarche administrative à la mairie de son quartier est coupée de toute communication vers l’extérieur. J’ai dû cette semaine faire un dossier d’accueil pour une collègue colombienne. Après avoir pris les informations sur le site de la mairie de l’arrondissement correspondant à mon lieu d’habitation, je me suis rendue au service des attestations d’accueil. Evidemment, il manquait quelques pièces et voilà qu’on m’explique “Ah non, il ne faut surtout pas regarder sur internet parce que ça change tout le temps les papiers à apporter et Internet c’est jamais à jour. Non, voilà ce qu’il faut faire : vous venez d’abord sur place, retirer la liste des documents parce que je ne la donne pas par téléphone puis vous venez à la mairie entre 8h30 et 11h30 du lundi au vendredi”. Je me suis souvenue soudain du temps des télégrammes…

Crédits photographiques : City, telephone room / Adolph B. Rice Studio. 17 août 1955 (Cote : Rice Collection 716A). Library of Virginia, Prints and Photographs, 800 E. Broad St., Richmond, VA, 23219, USA, digitool1.lva.lib.va.us:8881/R / http://www.flickr.com/photos/library_of_virginia/289849049 Pas de restriction de droit connues.

Mise à jour d’un guide des bonnes pratiques de gestion des documents numériques

Le sous-comité des archivistes de la CREPUQ (conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec) a mis à jour en février 2009 ses Mesures transitoires et bonnes pratiques de gestion des documents numériques parues en 2007. Rien de révolutionnaire dans ce texte, mais vous y trouverez des rappels clairs et essentiels sur la sauvegarde des fichiers et leur dénomination, l’usage de la messagerie électronique et du courriel, la classification des documents numériques, leur suppression et leur conservation. Avec cette trentaine page, vous détenez un véritable support méthodologique, accessible et efficace. Cette nouvelle façon de diffuser des conseils à une collectivité sous forme de “bonnes pratiques” est précieuse. Voilà un outil intéressant qui peut aboutir non seulement à rassurer et guider les utilisateurs mais aussi à optimiser les procédures au sein d’une institution ou plus largement d’une communauté.

Un guide des bonnes pratiques sur la collecte du patrimoine oral et son indexation serait bienvenu. Certes, il existe déjà un Guide des bonnes pratiques sur les corpus oraux diffusé en 1999. Mais ce dernier est étroitement lié aux enquêtes orales des linguistes. Il laisse de côté des pans entiers de la collecte de terrain, et en particulier le répertoire musical et conté, les récits de vie ou l’histoire orale. Il existe pas mal d’outils dans le monde anglo-saxon, dans un prochain billet j’essaierai de les inventorier.

Crédits photographiques : photographie d’Alfred T. Palmer, Women workers install fixtures and assemblies to a tail fuselage section of a B-17F bomber at the Douglas Aircraft Company, Long Beach, Calif. Octobre 1942. Localisation : Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. Permalien : http://lcweb2.loc.gov/cgi-bin/query/h?pp/PPALL:@field(NUMBER+@1(ppmsca+03058)) – Pas de restriction de diffusion connue.

Une liste de diffusion sur les archives sonores et audiovisuelles

Soudain je me retourne, et je me rends compte que la liste “Archives sonores et audiovisuelles” a été créée en février 2006 mais qu’elle n’a jamais été présentée publiquement. Elle entame pourtant sa quatrième année d’existence… il est grand temps que son adresse soit divulguée.

Cette liste est née des besoins d’échanger sans cesse, et sur des sujets variés, des “phonothécaires”. Ces archivistes du son et de l’audiovisuel doivent en effet, dans leur profession, faire le grand écart entre d’innombrables métiers : juristes, techniciens du son, spécialistes de l’information, informaticiens, médiateurs en ressources culturelles quand ce ne sont pas ceux d’historiens, d’ethnologues, d’ethnomusicologues, de sociologues ou de linguistes.  C’est pourquoi, depuis sa création les interrogations n’ont pas manqué : “Quel magnétophone de terrain doit-je acquérir pour enregistrer mes enquêtes ?”, “Sous quel format dois-je numériser mes vidéos ?”, “Puis-je mettre en ligne directement mes fonds sonores ?”, “Comment conserver mes fichiers numériques ?”, “Où puis-je trouver un magnétophone à bandes ?”, “Quelles sont les métadonnées nécessaires au signalement d’une archive sonore ?”, “Puis-je utiliser des entretiens dans une exposition ?”… Très vite, par le bouche à oreille, la liste s’est ouverte à la communauté, finalement très large, de ceux qui s’intéressent au son et à l’image animée. Au-delà des échanges techniques, de nombreuses discussions se sont développées autour de sujets comme la diffusion des contenus culturels sur le web, les questions de titres uniformes en littérature orale, la constitution de collections sonores éditées et inédites. La liste diffuse aussi régulièrement des informations sur les formations dans le domaine, des journées d’étude, des colloques, des publications et de la veille technologique.

Aujourd’hui 120 personnes sont abonnées à cette liste qui échange entre 3 et 20 messages par mois. Une activité pondérée mais dense. Certes, comme c’est le plus souvent le cas avec ce type d’outil, seulement 20% des inscrits ont écrit sur la liste plus d’une fois.  Toutefois, je sais par ailleurs, qu’elle a aussi permis des rencontres et des découvertes. Une liste de diffusion est avant tout ce que les abonnés en font. Aussi, si vous souhaitez vous y inscrire, n’hésitez pas à y participer et à partager votre savoir-faire et vos connaissances.

Pour vous y inscrire, envoyez un message avec pour objet “Abonnement” à : archives-son-audiovisuel<@>listes.revues.org

Crédits photographiques : Lettre pour Santa Claus [entre 1910 and 1915], plaque de verre 5 x 7, Bain News Service, collection George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restriction de diffusion connue. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/ggbain.09341 (Cote : LC-B2- 2215-3).