Le métier de luthier. Enquêtes orales

Atelier du luthier Pierre Claudot (1981, cliché H. Claudot-Hawad)
Atelier du luthier Pierre Claudot (1981, cliché H. Claudot-Hawad)

Deux séries d’enquêtes sur le métier de luthier ont été déposées à la phonothèque de la MMSH par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad, directrice de recherche au CNRS.

Les luthiers de Mirecourt

Le premier corpus concerne les luthiers de la première moitié du XXe siècle qui sont tous originaires de Mirecourt ou de ses environs. Cette petite ville des Vosges est en effet le berceau de la lutherie de facture française depuis le XVIIe siècle. Les entretiens, menés entre1980 et 1990, retracent des parcours de luthiers et archetiers nés au début du XXe siècle. Ils portent sur l’apprentissage du métier, la transmission des savoirs, la vie des ateliers, les gestes de travail, les rituels festifs, les coutumes vestimentaires, les différentes crises qui ont affecté cette profession et ont contraint nombre de luthiers à abandonner le métier, enfin la mobilité des artisans de Mirecourt et l’histoire des familles qui ont fait la réputation de la lutherie française.

Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Les « nouveaux luthiers »

Le second corpus  concerne les « nouveaux luthiers »  émergeant dans les années 1970, vingt ans après la grande crise des métiers de la musique qui menaça la survie de la lutherie française. Au milieu du XXe siècle, en effet, la lutherie et l’archèterie ne sont plus des professions d’avenir. Les enfants de luthiers qui constituaient la relève naturelle de l’ancienne génération dans la transmission du métier s’orientent vers d’autres activités. A Mirecourt, les ateliers ferment les uns après les autres sans trouver de repreneurs. Le Groupe des luthiers et archetiers d’art de France (GLAAF) lance l’alerte. En 1966, le ministère de la culture élabore un plan décennal destiné à relancer les métiers de la musique. La renaissance de la lutherie s’inscrit dans ce contexte. Une Ecole nationale de lutherie est créée à Mirecourt en 1970.

L'atelier de l'Ecole nationale de lutherie à Mirecourt (cliché J. D. Braconnier)
Atelier de la Sofraluth à Mirecourt, 1982  (cliché J. D. Braconnier)

Parmi les « nouveaux luthiers », beaucoup seront formés dans ce cadre inédit. D’autres feront leur apprentissage à l’ancienne, dans un atelier. Certains partiront apprendre la lutherie à l’étranger (Crémone en Italie Mittenwald  en Allemagne, Newark en Angleterre).  L’appellation de« luthier » va peu à peu se démocratiser, s’appliquant non seulement aux facteurs d’instruments du quatuor à cordes frottées, mais également à ceux qui fabriquent des instruments à cordes pincées, des instruments populaires ou encore exotiques, et des instruments électrifiés correspondant à des répertoires de musique non classique. Les nouvelles enquêtes menées à partir de 2012 par Hélène Claudot-Hawad concernent les parcours diversifiés de ces «nouveaux luthiers ».

Copeaux de varlope (atelier du luthier Pierre Claudot), photo HCH
Copeaux de varlope (atelier du luthier Pierre Claudot), photo HCH

 

 

A propos d'archives sonores et audiovisuelles