Les « nouveaux luthiers ». Renaissance d’un métier

« La lutherie se meurt » écrit en 1956 l’archetier Emile Auguste Ouchard, installé aux Etats-Unis, dans une lettre adressée à son ami Albert Claudot, luthier à Dijon, et originaire de Mirecourt comme lui. En ce milieu de XXe siècle, en effet, la lutherie et l’archèterie paraissent des métiers sans avenir. Les enfants de luthiers qui constituaient la relève habituelle de la profession s’orientent vers d’autres activités, moins menacées et plus rémunératrices. A Mirecourt, berceau de la lutherie française, les ateliers ferment, les uns après les autres, sans trouver de repreneurs. Une génération passe qui n’apprend ni la lutherie, ni la musique.

Des crises répétées

La Rue Basse à Mirecourt, ancien quartier des luthiers (cliché Hélène Claudot-Hawad)
La Rue Basse à Mirecourt, ancien quartier des luthiers
(cliché Hélène Claudot-Hawad)

Déclin, renaissance, essor, chute… La lutherie a connu ces fluctuations cycliques à un rythme accéléré au XXe siècle. En moins de soixante ans, quatre crises majeures se sont succédé, entraînant de profondes transformations du métier et de son organisation. D’abord, la guerre de 1914-18 où beaucoup de luthiers ont péri. Puis l’expansion industrielle des années 1920 qui finit par sévèrement concurrencer la lutherie artisanale. Ensuite, la récession économique mondiale de 1930. Enfin, les inventions techniques de reproduction du son (disques, cassettes) qui, après la 2e guerre mondiale, entraînent une désaffection massive pour la pratique instrumentale au profit de la musique enregistrée. Les conservatoires de musique sont désertés, l’enseignement musical est en péril. La crise culturelle affecte tous les métiers de la musique.

La création de l’école nationale de lutherie

L'école nationale de lutherie à Mirecourt, 2014 (cliché Hélène Claudot-Hawad)
L’école nationale de lutherie à Mirecourt, 2014 (cliché Hélène Claudot-Hawad)

Sous l’impulsion d’André Malraux, ministre des affaires culturelles, et de son directeur de la musique, Paul Landowski, le gouvernement formalise en 1969 un plan décennal en faveur de l’enseignement de la musique. De son côté, le Groupe des Luthiers et Archetiers d’Art de France se mobilise énergiquement pour le sauvetage de la lutherie et de l’archèterie, artisanats d’art aux savoir-faire complexes. De nombreux travaux, échanges et démarches sont menés auprès des autorités pour définir le statut institutionnel et les conditions nouvelles d’un apprentissage de ces métiers dont la pérennité est menacée. Finalement l’Ecole nationale de lutherie est créée à Mirecourt. L’enseignement dispensé par cet établissement public est intégré aux cursus scolaires nationaux. Des luthiers dans la force de l’âge, habiles artisans ne pouvant plus vivre décemment de leur art dans le contexte des années 1960, sont recrutés comme enseignants de lutherie. L’Ecole est installée dans les bâtiments qui, au début du XXe siècle, étaient ceux du Collège de Jeunes filles de Mirecourt. La première rentrée des classes a lieu en septembre 1970.

Les nouveaux luthiers

La formation des « nouveaux luthiers » commence pour beaucoup d’entre eux dans ce cadre scolaire inédit. D’autres, ayant dépassé l’âge réglementaire pour être admis à l’Ecole nationale de lutherie qui recrute au niveau de la 3e, iront se former soit à l’étranger, soit dans un atelier de lutherie selon les méthodes anciennes d’apprentissage à l’établi, face au maître luthier dont l’élève reproduit les gestes. Certains enfin débutent en autodidactes pour finalement fabriquer des instruments adaptés à des répertoires divers.

Ecole nationale de lutherie, Mirecourt (cliché JD Braconnier)
Atelier Alain Moinier (successeur de la Somifi et de la Sofraluth) à Mirecourt, vers 1995 (cliché J. D. Braconnier)

 

Les enquêtes commencées en 2012 par Hélène Claudot-Hawad  concernent des parcours de « nouveaux luthiers » [publication à venir]. Ces derniers sont venus à la lutherie pour des motifs bien différents que les déterminismes à l’œuvre jusqu’au milieu du XXe siècle, c’est-dire l’appartenance à une famille de luthiers ou l’origine mirecurtienne. Ni la filiation, ni l’ancrage régional ne jouent de rôle dans l’orientation de ces nouveaux luthiers. De manière récurrente, leurs choix sont liés à deux facteurs : le goût de la musique et la valorisation de l’aspect artistique du métier. La renaissance de la lutherie à partir des années 1970 se caractérise également par un renouvellement du profil social de la corporation avec, d’une part, la féminisation du métier, aspect assez inimaginable jusqu’au milieu du XXe siècle, et d’autre part, l’âge plus mûr des élèves au début de leur formation professionnelle, associé à un niveau d’instruction scolaire plus élevé, passant – en l’espace d’un siècle – du certificat d’études  obtenu à 12 ans, au brevet à 15 ans, puis au baccalauréat à 18 ans, si ce n’est à un diplôme de l’enseignement supérieur entre 18 et 22 ans.

Billets du corpus « Nouveaux luthiers » :

Un jeune luthier devenu mirecurtien se passionne pour l’histoire de la lutherie : https://phonotheque.hypotheses.org/16109 (04/01/2016)

La lutherie comme un métier et une école de vie http://phonotheque.hypotheses.org/17015  (10/02/2016))

Devenir luthière dans les années 1970 : un parcours d’obstacles : http://phonotheque.hypotheses.org/16962 (01/03/2016)

De l’atelier au musée : la reconversion d’une luthière de Mirecourt : http://phonotheque.hypotheses.org/17020  (08/03/2016)

Se former en Italie et exercer en France : comment devenir luthier à la fin des années 1970 http://phonotheque.hypotheses.org/17702  (16 mars 2016)

Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée : http://phonotheque.hypotheses.org/17142  (23 mars 2016)

L’audace d’inventer : parcours d’un luthier hors des sentiers battus : https://phonotheque.hypotheses.org/17848 (30 mars 2016)

Choisir d’être archetière : un parcours entre différents métiers du bois : https://phonotheque.hypotheses.org/17805 (20 avril 2016)

La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile : https://phonotheque.hypotheses.org/18239 (27 avril 2016)

La liberté en créant : parcours d’un archetier épris de son métier : https://phonotheque.hypotheses.org/18613 (11 mai 2016)

L’archèterie au féminin : un grand défi des années 1970 : https://phonotheque.hypotheses.org/18498 (21 juin 2016)

De Crémone à Paris : itinéraire d’un luthier aux horizons internationaux : https://phonotheque.hypotheses.org/20456 (à venir)

 

 

Crédits photographiques : Photos 1 et 4 : Atelier Alain Moinier, Mirecourt, vers 1995 : clichés Jacques D. Braconnier, Tous droits réservés ; Photos 2 et 3 : Rue Basse (Mirecourt 2012) et Entrée de l’Ecole nationale de lutherie (Mirecourt 2014) : clichés H. Claudot-Hawad.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos d'archives sonores et audiovisuelles