Chansons d’amour en Provence

51gOCcwbUxL._SS500_

Depuis la fin des années 1980, Jean-Luc Domenge collecte des témoignages et du répertoire chanté ou conté à travers la Provence orientale, il furète assidûment dans les bibliothèques et les salles d’archives à la recherche d’inédits et publie ses résultats aux éditions Cantar lou Païs. Deux recueils de contes issus de ses recherches ont déjà été publiés, l’un sur les contes merveilleux l’autre sur les contes du diable et de l’ogre. Cette fois, c’est la chanson qui est à l’honneur. Jean-Luc Domenge connait bien le sujet puisqu’il a travaillé à la republication des Chants populaires de la Provence de Damase Arbaud en 1999 chez le même éditeur. Ici, le projet est de présenter le  répertoire qu’il a collecté, en s’appuyant sur le Catalogue de la chanson française de Patrice Coirault, et en proposant pour chacune des chansons le plus possible d’informations (source, partition, contexte, références). Belle entreprise qui débute avec les chansons d’amour, dans la lignée de Coirault. Pour la réaliser, Jean-Luc Domenge nous transmet en grande partie des chansons qu’il a enregistrées au fil de ses collectes et il y ajoute des sources écrites publiées ou inédites. Bien sûr, vous y trouverez nombre de versions prises chez Damase Arbaud, chez Julien Tiersot ou dans l’enquête Fourtoul mais aussi des chansons retrouvées dans les nombreuses revues et almanachs et les ouvrages de félibres qu’il a dépouillés.

Ses infatigables recherches en bibliothèques lui ont permis également de repérer des manuscrits jusqu’ici inédits et ses informateurs ont accepté de lui prêter des cahiers de chansons qu’il a aussi intégrées dans le corpus. Bref, voilà 150 chansons qui vont offrir un paysage renouvelé de la chanson traditionnelle provençale. Trois années de travail lui auront été nécessaires pour préparer l’édition de ces chants. Pour cela, il a travaillé avec son éditeur Patrick Meyer, fondateur de l’association Cantar lou païs ; Laurence Déou, professeur de galoubet tambourin et chanteuse à ses heures, a transcrit les enregistrements sonores ; Gael Princivale, musicien, a mis au service du projet ses connaissances en informatique musicale en reprenant les 140 partitions de l’ouvrage et en réalisant les fichiers MP3 et MIDI accessibles sur un cédérom qui accompagne l’ouvrage ; Luc-Charles Dominique, ethnomusicologue, a rédigé la préface. L’index vous indique au regard du titre l’origine de la version – et il y en a souvent plusieurs : 10 versions pour Diga Janeta, 11 pour Aquestei mountagno, 9 pour Vitorino ou 10 pour Lou gibous. La bibliographie répertorie près de 80 références. Cet ouvrage devient ainsi un outil de travail indispensable pour les chanteurs de langue d’oc de la jeune génération à la recherche de répertoire mais aussi pour ceux qui s’intéressent tout simplement aux archives sonores chantées. Un seul regret, le cédérom joint propose uniquement une ligne de piano pour découvrir les mélodies… certes la musique provençale est avant tout monodique et cette ligne musicale est suffisante pour pouvoir fredonner un air. Tout de même, il aurait été plus précieux – et sans nul doute plus joyeux – de donner à écouter le chant des interprètes qui ont été enregistrés. D’autant que rien n’est dit sur le lieux de conservation et de mise à disposition des archives sonores à la source de l’ouvrage. N’hésitez pas à commander ce livre à l’association Cantar lou pais. 302 chemin plan aux grottes. 06530 St Cézaire sur Siagne (cantarloupais@laposte.net).

Rencontres nationales des bibliothécaires musicaux à Aix-en-Provence, du 31 mars au 2 avril 2010

MAGNAVOX

Les 10èmes rencontres nationales des bibliothécaires musicaux auront lieu cette année à Aix-en-Provence, du 31 mars au 2 avril 2010.  Ces rencontres professionnelles sont cette année organisées par la Cité du Livre – Bibliothèque Méjanes, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, l’ABF-PACA, l’Arcade Provence-Alpes-Côte d’Azur – Agence régionale des arts du spectacle, soutenus par l’ACIM qui fédère les associations des professionnels de l’information musicale.

Au moment où les discothèques s’interrogent sur la façon dont elles vont pouvoir accompagner la disparition du support « disque » auprès de leur public, l’ACIM a placé ces journées sous le signe du dépaysement et de la multiplication des horizons avec un titre combatif  « Rendre le possible à nouveau disponible ». Pour illustrer cette entreprise, Arsène Ott,  président de l’association de l’ACIM, renvoie en exergue à un article de Jean-Jacques Delfour De l’intérêt de désirer la mort de l’utopie : « C’est parce que nous sommes solidement ancrés dans des lieux fondamentaux de séjour que nous pouvons être des voyageurs. » Après les cigales  de Bernard Marris l’année passée, voilà de nouvelles images qui s’offrent aux professionnels pour les aider à construire de nouveaux projets. Mais ces rencontres annuelles ne sont pas faites que d’images, elles sont surtout l’occasion de rencontres, d’échanges et de formations très concrètes.

Le programme complet est accessible sur le site de l’ACIM. Les journées sont ouvertes également aux non adhérents de l’association qui organisera son assemblée générale le 31 mars.  La journée du 1er avril se déroulera à la MMSH, celle du 2 à la Cité du livre.

La matinée du 1er avril offrira une présentation d’institutions musicales locales (Vidéothèque d’Art Lyrique et de Danse et service documentaire d’Arcade) et se terminera par une  histoire de la compression dynamique audio  par Gilles Rettel. L’après-midi sera l’occasion de participer à des ateliers thématiques pour mettre en place des projets concrets, autour du thème « Se mobiliser ».

1er atelier : Besoin d’échanger ? La coopération professionnelle à l’ère numérique : évolution des outils et des besoins . L’animateur en sera Nicolas Blondeau, responsable du département Arts de la Médiathèque de Dole et modérateur de la liste discothecaires_fr.

2e atelier : Besoin de mémoire ? Le collectage et sa valorisation Longtemps les collectes enregistrées sur le terrain par les historiens, les anthropologues, les ethnomusicologues ou les linguistes n’ont été accessibles qu’à travers les ouvrages d’érudition ou écoutés sur des disques qui en éditaient des extraits sélectionnés. Aujourd’hui la numérisation du son a simplifié la mise en consultation de ces documents d’archives. La force émotive et la dimension patrimoniale de ces collections « parlent » à des publics multiples qui se découvrent un intérêt pour leur patrimoine culturel, régional ou familial ou tout simplement pour des anonymes qui ont participé à l’Histoire. L’objectif de l’atelier est de présenter des projets de valorisation d’archives sonores en s’appuyant sur des récits d’expériences et sur des écoutes sonores.  La phonothèque de la MMSH a été chargée de l’organisation de cet atelier.

3e atelier : Besoin de médiation ? Les médiathèques actrices de la musique vivante. Edith Anastasiou, responsable du service musique de la Médiathèque Louis Aragon à Martigues animera l’atelier.

4e atelier : Besoin d’espaces ? Les usages du public ont sensiblement évolué, le besoin de lieux aussi. La médiathèque n’est plus mono-centrée autour de ses collections ; elles en irriguent l’activité qui ne se résume plus aujourd’hui au prêt. Entre l’espace de travail, de loisir, de culture et celui du lien social, revisitons celui dévolu à la musique comme partie d’un tout. C’est Frédéric Lemaire, responsable de l’espace musique de la Médiathèque d’Issy-les-Moulineaux qui animera l’atelier.

La fin de la journée sera ouverte à tous avec la projection à 17h, dans l’amphithéâtre de la MMSH, du film Furigraphier le vide, Art et poésie touareg pour le IIIe millénaire. Hélène Claudot-Hawad, réalisatrice du film,  directrice de recherche au CNRS à l’IREMAM introduira la séance.

La journée du lendemain se déroulera à la Cité du Livre, rue des Allumettes. La conférence introductive de Philippe Coulangeon, chargé de recherche CNRS à l’Observatoire sociologique du changement proposera un bilan des pratiques culturelles des Français en matière de musique à l’ère numérique. Gilles Castagnac, directeur de l’Irma présentera ensuite l’étude toute récente publiée par l’IRMA et l’ADAMI sur le thème Artistes 2020 : variations prospectives.

Les journées se termineront autour d’une table ronde sur le thème « Comment les bibliothèques peuvent-elles exister sur la scène numérique ? » modérée par Xavier Galaup, directeur adjoint de la Médiathèque départementale du Haut-Rhin. Et les questions sont brûlantes : les services numériques à distance (téléchargement, streaming) sont-ils une façon de conquérir de nouveaux publics, de nouveaux usages ou de scier la branche sur laquelle nous sommes assis ?  Ou encore, est-il pertinent aujourd’hui sur le plan d’une politique documentaire basée sur l’encyclopédisme et le pluralisme de « scier la branche » des collections physiques en misant sur le tout numérique en ligne ?…  Cette table ronde sera  introduite par une étude comparée de l’offre musicale enregistrée proposée par les principaux sites de musique en streaming ainsi que par les services numériques à distance destinés aux bibliothèques. Elle sera aussi l’occasion pour Pierre Hemptinne, directeur des collections de la Médiathèque de la Communauté française de Belgique de présenter le  tout récent projet de médiation « Archipel, une organologie des musiques actuelles ».


Crédits photographiques : Fritzi Scheff demonstrating Magnavox for Fifth Liberty Loan in New York City, 1895. Collection Powerhouse Museum. Permalien : http://www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=322920
Pas de restrictions de droit connues.

Anticiper la gestion des sources orales de sa recherche : les enseignements du traitement du fonds Marceau Gast à la phonothèque de la MMSH

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO*, membre actif de l’IREMAM**, aujourd’hui retraité, Marceau Gast a laissé à la phonothèque des cartons de bandes et de cassettes : les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

La phonothèque, dans le traitement de ce fonds, se heurte à plusieurs difficultés. Tout d’abord, la qualité des supports conservés est très inégale : bandes et cassettes sont des supports anciens, parfois endommagés ou de mauvaise qualité, le tout restant cependant globalement audible. D’autre part (et surtout), la documentation transmise à la phonothèque par le chercheur est éparse, fragmentée, lacunaire. La contextualisation de chaque enregistrement s’avère être particulièrement difficile, d’autant plus que, dernière difficulté, les langues parlées, la tamahaq (touareg), l’arabe algérien et l’arabe yéménite, exigent que la phonothèque trouve des locuteurs pour comprendre le contenu des enquêtes.

Ce fonds est par conséquent un peu casse-tête mais c’est justement la raison qui en fait un bon support pour mesurer les enjeux et questions que peut soulever le traitement des sources orales de la recherche : pourquoi et comment la phonothèque appréhende-t-elle le traitement et la valorisation d’un fonds « hérité » comme l’est le fonds Marceau Gast ? Et quels enseignements en tirer quant à la manière dont un chercheur peut penser et anticiper l’usage d’une phonothèque dans la démarche de sa recherche en sciences humaines et sociales ?

Pourquoi traiter et valoriser le fonds Marceau Gast ?

Fonds Gast
Le fonds Gast : des supports hétéroclites

Marceau Gast a déposé entre 2004 et 2007 des cartons de bandes et de cassettes à la phonothèque. Ses attentes quant au traitement de son fonds de sources orales nous ont été plus ou moins clairement formulées. Marceau Gast a déposé afin tout d’abord d’assurer la pérennité de ces supports anciens et fragiles par une conservation dans un lieu adapté et proposant la sauvegarde numérique de ces sources. Au-delà de cet aspect matériel, il s’agit pour le chercheur de garder une trace visible de sa recherche voire de patrimonialiser ses sources à l’instar d’autres ethnologues comme Christian Bromberger qui a déposé son fonds sonore à la phonothèque. De manière plus ou moins consciente ou formulée, le chercheur dépose en effet des sources qui avaient jusque là le statut d’éléments informatifs dans le cadre de sa recherche afin qu’elles acquièrent presque la valeur de « documents-témoins » d’un patrimoine, avec le risque bien présent ici de décontextualiser ces archives et de perdre de vue le caractère construit de ces sources. Ainsi, au-delà de cette simple volonté de « garder une trace » ou de « faire trace », on peut se demander si Marceau Gast, en déposant ses sources, a envisagé de les voir écoutées, réétudiées, revisitées (donc son travail soumis à la critique) par d’autres chercheurs. L’ambivalence est bien présente pour ce fonds, comme pour d’autres issus de la recherche en sciences humaines et sociales.

Or, le traitement de ce fonds inédit pourrait présenter un réel intérêt scientifique. Dans la mesure tout d’abord où le terrain de Marceau Gast peut être revisité par d’autres chercheurs. Par ses thématiques, ce fonds peut intéresser en effet plusieurs disciplines. Dans une démarche comparatiste (diachronique), il peut intéresser l’ethnologue qui étudie aujourd’hui les sociétés berbère ou yéménite ; de même le géographe qui étudie systèmes agricoles et économies rurales ou qui travaille la question des calendriers agraires ou de l’alimentation dans la perspective de la géographie culturelle. Il peut interpeller l’historien qui travaille sur les techniques et savoir-faire agricoles ou encore sur l’histoire de la discipline ethnographique elle-même (l’évolution de ses pratiques, des manières de construire son terrain et ses sources..). Enfin la langue, les chants et traditions orales peuvent être une mine pour le linguiste, l’ethnomusicologue etc… Les possibilités de revisites sont donc nombreuses, dans la mesure notamment où ce fonds est assez riche (environ 150 heures en tout), cohérent dans ses thématiques et étalé dans le temps (enregistrements des années 1960 à 1980).

Le traitement numérique et la documentation de ce fonds présentent l’intérêt également de donner la possibilité à la communauté scientifique de retourner à la source des argumentations de Marceau Gast dans une démarche de vérification et de validation critique (comme il est courant de le faire pour des sources textuelles par exemple).

Dans un autre ordre d’idée, la praticabilité des outils numériques rend aujourd’hui l’usage et la découverte de ces sources orales beaucoup plus accessibles au grand public. La communauté scientifique en sciences humaines et sociales a donc intérêt à utiliser ces nouveaux outils, d’autant plus que la valorisation du « patrimoine culturel immatériel » (qui englobe les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » ou encore les « savoirs-faire liés à l’artisanat traditionnel ») est encouragée par l’UNESCO (dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003).

Les intérêts et objectifs du traitement du fonds sont de plusieurs ordres et doivent être définis. La procédure technique n’est alors pas compliquée à mettre en œuvre.

La procédure établie par la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH a mis en place une procédure maintenant bien rodée pour traiter un fonds d’archives sonores. Toutes les étapes sont reprises dans un ouvrage, le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (par Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou, en co-édition avec Modal. 2001) qui constitue aujourd’hui un document de référence. Le novice n’a donc pas à se poser de questions sur la procédure technique. Elle est établie et comporte plusieurs grandes étapes :

  • Réception et stockage du fonds : évaluation de l’état des enregistrements, signature des contrats avec le déposant,
  • Classement, numérisation (si besoin) à partir des supports originaux ; éventuellement traitement du son,
  • Documentation des enregistrements : une écoute précise doit permettre de dégager le sens principal, de repérer un certain nombre d’éléments thématiques et de dégager différents « temps » dans l’enquête (création de plages permettant de « feuilleter » le son). Des notices sont alors créées dans une base de données prenant en compte les standards internationaux d’indexation. Il est important à cette étape de trouver des locuteurs afin de renseigner les enregistrements en arabe et en tamahaq,
  • Gravure des cédés (d’archivage et de consultation),
  • Recherche des éléments de mise en contexte des enregistrements et de tout document pouvant « aider » la compréhension et la revisite de ce fonds. La difficulté documentaire est sans doute le principal « écueil » du fonds Gast.
  • Valorisation : édition d’un catalogue et mise en ligne des notices (accessibilité), travail avec les outils Web.
villages du djebel Harraz, Yémen
Villages du djebel Harraz, Yémen

La potentielle inquiétude des chercheurs vis-à-vis de ces données techniques et juridiques n’est donc pas fondée. La procédure est bien établie et le rôle de la phonothèque est justement de proposer des outils et un accompagnement technique au chercheur à toutes les étapes : depuis des conseils pour optimiser l’enregistrement des enquêtes et entretiens jusqu’à la valorisation ultérieure de ses sources. Par contre, comme le montrent les difficultés posées par certains fonds anciens comme le fonds Gast, il est bon que le chercheur pratiquant la source orale anticipe les questions de conservation et de valorisation futures. La procédure sera en effet plus simple, rapide et scientifiquement valable si le chercheur a pris soin de :

  • faire des enregistrements de bonne qualité (technique/méthodologique)
  • bien référencer, identifier au fur-et-à-mesure chaque enregistrement
  • garder tous les éléments qui ont permis de construire son terrain et ses sources (méthodes, problématique, contacts, notes de terrain…)

Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de sa propre recherche, d’oser le regard critique de la communauté scientifique. Il s’agit d’envisager l’intérêt que peuvent présenter ses enregistrements pour d’autres et d’appréhender l’enrichissement que supposent la revisite de son terrain, le dialogue, l’intertextualité. La technique n’est donc pas ici la difficulté. Celle-ci réside avant tout dans les choix scientifiques du chercheur et le travail éditorial de la phonothèque tout au long de la démarche de traitement et de valorisation.

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est d’abord s’interroger sur que conserver et comment le valoriser ?

Faut-il en effet tout garder et, si non, quels critères appliquer à cette sélection ? Répondre à cette question suppose, au-delà d’une évaluation de l’état matériel du fonds, de s’interroger sur le projet qui sous-tend la numérisation : quels sont ses buts scientifiques et éditoriaux ? Car il existe toujours une tension entre recherche d’exhaustivité (tout conserver) et approche sélective (mais partielle) d’un fonds. L’essentiel est, somme toute, de justifier ses choix. Dans ce but, une fiche d’évaluation a été établie pour le fonds Marceau Gast. Elle reprend dans sa structure les différents points suivants :

  • Supports: type, nombre, qualité, durée
  • Cotes et numéros d’enquête
  • Type de contrat passé avec l’informateur et le déposant
  • Description des enregistrements (localisation, date, thèmes)
  • Observations sur l’intérêt de la diffusion
  • Décision de numérisation et justification
  • Décision d’analyse et justification
« In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915)

La démarche de la phonothèque consiste en effet à traiter un fonds dans sa globalité en essayant de comprendre sa cohérence. Cela passe par l’écoute attentive des enregistrements, la compréhension des documents, afin de pouvoir dégager des corpus (géographique, thématique), de sélectionner les documents selon leur qualité technique (sont-ils audibles ?), la qualité de leur contenu (s’agit-il d’enquêtes qui vont en profondeur ou d’une simple succession d’assertions ?), la cohérence du corpus etc…Ce travail n’a donc que peu à voir avec l’archivage d’un livre. Il ne se résume pas à la numérisation : du temps est nécessaire pour traiter un fonds. La fiche d’évaluation du fonds Gast est destinée à être lue par toute personne intéressée par ce fonds. Elle consigne et justifie l’ensemble des choix faits lors du traitement et de la valorisation du fonds, choix éditoriaux qui peuvent « forcer la lecture » du fonds et dont il faut garder trace.  Pour chaque fonds les questions vont être différentes et les réponses varier en fonction des caractéristiques scientifiques du fonds, de sa qualité, de sa cohérence, des attentes du déposant etc…

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est également se questionner sur le choix des bons outils. En effet, le paysage de la communication scientifique aujourd’hui s’enrichit de nouveaux espaces numériques. L’enjeu pour le chercheur est la visibilité de sa recherche au sein de réseaux autres que ceux des publications papier traditionnelles. Les outils étant nouveaux, il s’agit d’adopter plus massivement de nouveaux réflexes dans la gestion des sources de sa recherche (formats choisis, modes de conservation et de mise à disposition, citation…). Pour aider la communauté scientifique dans ses choix, s’est développée une nouvelle discipline, les digital humanities (ou « humanités numériques »), bien implantée dans la sphère anglo-saxonne, mais encore trop peu connue dans le milieu français de la recherche. Se situant à l’intersection de l’informatique et des sciences humaines et sociales, cette discipline regroupe informaticiens, éditeurs, documentalistes, webmasters etc… Son objet consiste à mettre en place de nouveaux outils numériques : des plateformes d’échanges, des bases de données ou encore de nouveaux formats d’édition etc.… dans le but d’accompagner la communauté scientifique dans la pratique de ces nouveaux espaces de communication. Le but général est de garantir l’interopérabilité et la pérennité des données numérique (choix des standards et formats). Le chercheur, en inscrivant son projet de recherche dans ces nouvelles pratiques numériques, s’ouvre ainsi à la mutualisation et au dialogue interdisciplinaire, dans le cadre d’un vaste réseau.

Penser l’usage d’une phonothèque dans la démarche de la recherche ce n’est pas s’arrêter à de possibles difficultés techniques ou juridiques : celles-ci sont à fortement relativiser. C’est avant tout faire des choix en fonction de la visibilité que l’on veut donner à sa recherche et de l’accessibilité que l’on veut donner aux sources de sa recherche. Cela pose la question au final de la conception que l’on a de la communauté scientifique et des outils de sa communication.  Dans ce processus scientifique, des structures comme la phonothèque de la MMSH sont là pour proposer avant tout un accompagnement technique et éditorial à toutes les étapes où le chercheur est aux prises avec ses sources orales. Les difficultés que pose la reprise du fonds de Marceau Gast montrent l’importance d’anticiper ces questions de conservation et de valorisation. Celles-ci peuvent paraître accessoires ou secondaires au moment où se fait la recherche mais, de cette anticipation, dépend cependant une part de la validité scientifique ultérieure que devra acquérir cette recherche au moment de sa communication.

* Pour des éléments d’historique du LAPMO (Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), on peut lire la nécrologie de Gabriel Camps rédigée par Marceau Gast: Marceau Gast, « Gabriel Camps », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 12 février 2010. URL : http://pm.revues.org/index288.html

** Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Ce billet est une synthèse de la conférence donnée par Laure Principaud lors de la journée qui a eut lieu à Grenoble le 27 janvier 2010 sous le titre L’histoire orale : regards croisés et décalés – France, Brésil, Europe, programme : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html ; à propos de cette conférence, lire aussi Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010 (billet du 7 janvier 2010) : http://phonotheque.hypotheses.org/2541

Crédits photographiques: cartons du fonds Marceau Gast et vue du djebel Harraz, Yémen (2006): Laure Principaud ; « In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915), George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restrictions de copyright connues:http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2349964682/

l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 2e partie

puzzle

Suite de la synthèse des journées de formation FREDOC 2009 s’appuyant sur l’intervention de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Comment partager ?

L’OAI-PMH est un protocole complet, simple à implémenter, qui peut intégrer des logiciels (packages) et gérer de grandes quantités de métadonnées.

D’après une enquête récente (Department of Computer Science, University of Cape Town, 2009) ce protocole est parmi les plus populaires dans le monde de la documentation. Le tableau suivant est extrait de cette étude :

Protocols

Number of people at each level of expertise


1

2

3

4

5

No answer

RSS

3 (13%)

6 (26.1%)

9 (39.1%)

3 (13%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

ATOM

1 (4.3%)

4 (17.4%)

7 (30.4%)

9 (39.1%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

APP

0 (0%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

3 (13%)

17 (73.9%)

1 (4.3%)

Z39.50

0 (0%)

0 (0%)

6 (26.1%)

12 (52.2%)

4 (17.4%)

1 (4.3%)

0AI-PMH

7 (30.4%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

0 (0%)

3 (13%)

1 (4.3%)

OAI-ORE

1 (4.3%)

1 (4.3%)

5 (21.7%)

9 (39.1%)

6 (26.1%)

1 (4.3%)

SRU/W

0 (0%)

0 (0%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

10 (43.5%)

1 (4.3%)

SWORD

0 (0%)

0 (0%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

10 (43.5%)

1 (4.3%)

Légende : Level 1: Expert implementer ; Level 2: Implemented (have written code for an implementation of the protocol) ; Level 3: Read and understood ; Level 4: Heard about it, but do not know the details ; Level 5: Never heard about it

Alors pourquoi n’a-t-il pas plus de succès ? Certains le trouve trop compliqué et préfèrent l’indexation par crawl (passage sur les sites à intervalles réguliers et de façon automatique). Une des raisons réside dans le manque de précision des métadonnées, par exemple la zone « DC identifier » devrait correspondre à l’url de la ressource mais… ce n’est pas toujours le cas. Pour des moteurs comme Google, c’est une perte d’efficacité. Quoi qu’il en soit, l’OAI-PMH a d’autres qualités. Il gère par exemple plusieurs niveaux d’interopérabilité comme le type de modèle (réservé ou partagé), les spécifications techniques, les spécifications des syntaxes de réponses, les spécifications des métadonnées [intervention de B. Cénou] ce qui n’est pas le cas, par exemple, de Sitemaps qui ne gère que les dialogues fournisseurs de données/fournisseurs de services. L’intérêt est aussi que, couplé avec XML, il évolue aussi avec les technologies qui y sont liées [Intervention de C. Morel-Pair]. Ainsi le Dublin-Core s’attache à la description du contenu, RDF fourni le modèle, RDF/XML la syntaxe jusqu’au web sémantique. Couplé à HTTP, XML et DC, l’OAI-PMH peut nécessiter la mise en place d’adaptations spécifiques (un schéma XML a été développé pour intégrer n’importe quel format RDF).

Pour savoir comment partager, commençons donc par les métadonnées. Ces métadonnées sont un peu comme la prose de Monsieur Jourdain : tout le monde en fait sans le savoir. Dans l’utilisation du protocole, le fournisseur de données doit les fournir au minimum au format Dublin Core. Cette obligation de ce format très générique et peu contraignant a inquiété de nombreux implémenteurs même si certaines communautés se le sont approprié comme OLAC (Open Language Archives Community) ou NSDL (National Science Digital Library) et le NDSL-DC.

Evidemment au moment du mapping [Ateliers], les bibliothécaires sont anxieux car même en bricolant, le MARC n’entrera pas dans le DC : il faut se faire une raison, tout ne peut être « mappé » et utiliser le Dublin-Core entraînera automatiquement un appauvrissement de ses données. A vous de déterminer quel format vous devez (ou pouvez) utiliser en fonction de vos objectifs. Ce protocole a d’autres avantages : outre le fait qu’il offre des formats multiples, il permet de documenter et de rendre ses données partageables. Et si aucun standard ne convient, il est possible d’en créer un plus adapté sur la base d’un format existant.

En deux jours il était difficile de connaître tous les détails de la mise en place d’un entrepôt mais Bruno Cénou a su présenter de façon synthétique les éléments importants. Le moissonnage d’un entrepôt est plus facile à mettre en oeuvre grâce à PKP Harvester, notamment mis en oeuvre par Crévilles, ou à des outils légers, plus personnels et personnalisés [Intervention de Jean-Baptiste Genicot (CN2SV), Mon carnet 2.0]. Le spécialiste de l’IST doit en particulier connaître les 6 verbes du protocole pour être capable d’interroger son dépôt et vérifier que tout est à sa place :

  • Identify : vérifier si le service désigné est bien un répertoire OAI,
  • ListMetadataformats : demander la liste des formats de métadonnées fournie par l’entrepôt,
  • ListSets : obtenir la liste des ensembles (sets) que le fournisseur de données met – éventuellement – à disposition (thème, collection, nom de revue…)
  • ListIdentifiers : obtenir la liste des identifiants et des dates de dernière modification des items disponibles dans la base,
  • GetRecord : collecter l’information d’un enregistrement (item) spécifique,
  • ListRecords : récupérer en bloc l’ensemble des enregistrements (items) de l’entrepôt ou d’un ensemble OAI spécifié. Un petit conseil à ce niveau, il ne faudra pas oublier d’aller jusqu’à la dernière ligne de ListRecords et vérifier la taille du dépôt dans completeListSize.

Les services mis en place sont multiples et adaptés aux besoins des communautés. Ainsi on a pu voir, entre autres, lors de ces journées la présentation de Somrev, une collecte automatique de sommaires de périodiques via les serveurs OAI-PMH des portails de revues [Intervention de Sophie Fotiadi], la création de moissonneurs OAI thématiques comme OAI-ville avec Crévilles [Intervention de Pascal Garret] ou le signalement de sources éditées avec le projet « Sources éditées » du CN2SV [Intervention de Marie-Hélène Wronecki]. L’intervention de Frédéric Martin nous a montré comment Gallica utilise ce protocole pour mettre en ligne ses ressources numériques. La BnF a d’ailleurs produit plusieurs manuels en direction des spécialistes de l’IST.

Au cours de ces journées, HAL a souvent été cité car c’est en France le plus grand entrepôt de taille critique d’articles scientifiques déposés par les chercheurs. C’est un fournisseur de données qui permet aux grands agrégateurs européens (DRIVER) ou mondiaux (OAISTER intégré désormais dans le catalogue Worldcat) de le moissonner à nouveau ou offre à des archives institutionnelles la possibilité de présenter les données sur les publications de leur institution avec l’interface qu’elles souhaitent (système de collection). Avec des terminologies contrôlées et des auteurs identifiés, HAL n’a pas fini de stimuler les propositions de créations d’outils. La présentation de Haltools est un exemple de ces possibilités [intervention de Laurence Farhi]. HAL doit rester au centre des intérêts des professionnels de l’IST dans le monde de la recherche car il va évoluer et offrir de nouvelles applications. La création d’un groupe de travail a été évoqué au cours des journées pour cerner et accompagner ces potentialités.

Catherine Morel-Pair a passé en revue les différents formats qui peuvent être utilisés, en fonction des objectifs de diffusion des différents centres, qui veulent que leurs métadonnées soient moissonnées. Et ils sont légion. Pour visualiser l’intérêt d’utiliser des formats, une image d’un tas de boîtes de conserves en vrac et sans étiquettes a circulé. Cette image, reprise d’un Guide de mise en place des métadonnées pour les ressources Web du gouvernement du Canada, a permis au public de bien comprendre l’intérêt de décrire ses données pour les retrouver et de savoir les choisir : au supermarché on choisi sans hésiter une boîte de ragoût ou de la nourriture pour chat, en fonction de l’image reproduite ou des ingrédients affichés ; la caissière grâce au le code-barre n’a pas à taper son prix. Ainsi, il est essentiel de déterminer au départ quelles métadonnées on souhaite diffuser. Le centre qui souhaite conserver les notions de collections se tournera vers des formats complexes comme Mets [Metadata Encoding and Transmission Standard] qui va permettre les échanges de documents numériques entre institutions patrimoniales. Les institutions qui l’utilisent sont signalées ici : http://www.loc.gov/standards/mets/mets-registry.html, elles sont de plus en plus nombreuses. Il y a encore MPEG/DIDL, MODS, ETDMS, TEF, BIBLIOML, LOM, OAI-ORE, EAD, POWDER… qui correspondent chacun à des projets différents. Par exemple le TEF permet de décrire des thèses.

Prochain billet : que peut-on attendre de ce partage ?

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

1ère partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2566

3e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Crédit photographique : Children with jigsaw puzzle, Nickolas Muray (American 1892-1965), février 1942, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de copyright connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3122867563/

Un documentaire sur les Mamutones de Mamoiada (Nuoro, Sardaigne) : à la recherche d’informations

Le défilé des Mamutones du village de Mamoiada (Nuoro, Sardaigne) se pratique encore et on trouve sur YouTube plusieurs dizaines de films sur ce rituel très ancien. Parmi eux, j’ai découvert ce documentaire qui couvre la journée de carnaval. Il nous transporte dans ce petit village de la province de Nuoro où nous allons pouvoir observer tous les habitants au coeur de la fête. Les Mamutones défilent sur leurs pas de danse boiteux, faisant sonner leurs cloches sur leur dos, tandis que les Issocadores les encadrent et lancent en riant et en plaisantant, leur lasso (soca) pour tenter d’attraper quelqu’un dans le public. Les mamutones parcourent le village, s’arrêtent parfois pour boire un verre, toujours silencieux. Ils traversent à plusieurs reprises la grande place du village où les attendent les habitants en déroulant les chaînes du ballu tundu et que joue l’accordéon. Un carnaval triste qualifié « de miel amer » par le commentateur. Daté approximativement des années 1950 par le déposant sur YouTube, il n’y a aucun nom de réalisateur – ou autre auteur – indiqué dans le générique sur le support. La seule information est le titre : « I Mamuthones ». Peut-être qu’un internaute pourra m’indiquer d’autres informations ? Merci par avance.

Un exemple de partenariat entre la MSH de Nice et la MMSH d’Aix en Provence : de la collecte d’enquêtes à la mise en ligne

Présentation du programme HORoya (Histoire Orale de la Roya) et HOF (Histoire de la Frontière)

Dans le cadre d’un programme de recherche sur les vallées de la Roya et de la Bévéra, la MSH de Nice a conduit sur une période de 3 ans (2005 à 2008) une campagne d’enquêtes orales dans le but de sauvegarder le patrimoine immatériel des populations de cette région. Réalisé grâce au soutien financier de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, du Conseil Général des Alpes-Maritimes et de la Mairie de Nice, le projet HORoya (Histoire Orale de la Roya) et HOF (Histoire de la Frontière) est le résultat d’une collaboration entre les Archives Départementales de Nice, la MSH de Nice et le Musée des Merveilles de Tende.

vallée de la Roya copieCarte de la vallée de la Roya avec Google Maps

Mené conjointement par la MSH de Nice et les Archives Départementales des Alpes Maritimes, ce projet s’est matérialisé sous la forme d’un travail de collecte justifié par la richesse patrimoniale et l’originalité de la situation géographique de ces vallées.  Thierry Rosso, membre du laboratoire LASMIC, en a assuré la direction scientifique avec le soutien d’Alain Bottaro, Responsable de section du Conseil Général des Alpes Maritimes et conservateur du patrimoine aux Archives Départementales des Alpes Maritimes. Quinze chercheurs issus de différents laboratoires de sciences humaines et sociales de la MSH de Nice (laboratoire LASMIC pour l’histoire, laboratoire BCL pour la linguistique,  le CMMC, le RITM et l’IDEMEC pour la musicologie) ont participé au collectage de ces enquêtes orales auprès de 80 informateurs (105 enquêtes). Ainsi, s’est constitué un corpus sonore de 115 heures complétés par de riches matériaux écrits, iconographiques et vidéos qui devraient pouvoir générer de nouveaux axes d’études et de recherches. Cette collecte donnera lieu en début 2010, à la publication d’un ouvrage collectif et à une exposition autour de ces collectages.

L’ensemble des données rassemblées par les chercheurs est consultable aux Archives Départementales des Alpes Maritimes qui s’est chargé de la conservation, la valorisation et la diffusion des informations récoltées. Le partenariat inter-MSH, mis en place en amont du programme, a eu pour objectif le traitement documentaire par la phonothèque de la MMSH et la mise en ligne des entretiens sur sa base de données.

Originalité du corpus

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les vallées de la Roya et de la Bévéra ont subi de profondes mutations qui risquent d’altérer la forte identité linguistique, historique et culturelle du pays et d’entrainer la disparition progressive des connaissances héritées des anciens. Afin d’en assurer la conservation, l’exploitation et l’étude, les enquêteurs ont interrogés les témoins sous différentes approches : ethnologique, historique, linguistique et pluridisciplinaire.

Saorge, vallée de la Roya par Sylvain GamelSaorge, vallée de la roya par Sylvain Gamel

L’originalité de ce corpus vient de la diversité des acteurs du projet. Les chercheurs enquêteurs des quatre disciplines de sciences sociales et humaines investies dans le projet (ethnologues, musicologues, historiens, dialectologues), ont travaillé sur leur domaine de recherche respectifs tout en observant méticuleusement les impératifs du programme. Cette configuration de travail constitue justement le grand avantage du programme HORoya-HOF car elle permet d’une part une étude transversale du territoire ciblé (tentative d’exhaustivité), mais elle permet également de dégager des axes d’études nouveaux basés sur l’échange d’expériences.

Présentation du corpus :

Données chiffrées sur le corpusQuelques données sur le corpus


La réalisation de ce programme s’est divisée en deux volets: le premier (2006-2007) traite de l’Histoire Orale de la Roya (HORoya) liée à des territoires marqués par de profondes mutations depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Cette approche pluridisciplinaire offre une base de réflexion sur les interactions entre l’histoire, la culture et l’évolution de la langue. Le second volet (2008-2009), intitulé Histoire Orale de la Frontière (HOF), porte sur les relations que les populations de la région entretiennent avec la question historique et récurrente de la frontière entre la France et l’Italie.

La plupart des informateurs ayant participé aux enquêtes, sont nés dans les années 1930. Témoins privilégiés d’une période révolue, ces anciens, sensibles à la question de la sauvegarde de leur culture et le devoir de mémoire, ont répondu à l’appel des enquêteurs avec plaisir. Porteurs d’un savoir-faire et de connaissances en passe de disparaître, ces hommes et ces femmes se sont improvisés le temps d’un entretien, comme les porte-paroles de l’identité culturelle, historique et linguistique des villages de la vallée. Si certains ont mis l’accent sur leur passion de la tradition des chants, leur attachement à la langue régionale ou à leur métier, d’autres ont insisté sur la façon dont ils ont vécu les événements historiques survenus pendant et après la seconde guerre mondiale (notamment lors du rattachement de Tende et de La Brigue à la France en 1947). D’autres encore se sont exprimés sur la question des voies de communication matérielles et immatérielles ou se sont attachés à décrire les conditions de vie et de travail des anciens. L’identité mixte de ces populations, empruntée à la fois à la culture française et à la culture italienne a permis aux habitants de la région de s’approprier les éléments de leur intérêt et de réinventer leur propre culture au fil du temps.

Saorge, vallée de la RoyaSaorge, vallée de la roya par Sylvain Gamel

Parmi les informateurs non natifs de la région qui ont également été interrogés, on peut distinguer les néo-ruraux ou encore d’autres populations venues s’installer provisoirement dans la vallée. Tous se rejoignent sur l’importance et le devoir de préserver les vallées de la Roya et de la Bévéra, de l’oubli.

Valorisation et perspectives

Au vu de la consistance et de la richesse des informations récoltées, il semble évident que les initiatives telles que le programme HORoya et HOF doivent motiver d’autres projets de la même envergure pour plusieurs raisons : le développement d’axes de recherches transdisciplinaires, la consolidation de la coopération scientifique entre réseaux différents, le développement de partenariats inter-MSH et la mutualisation des moyens, savoirs et savoir-faire.

Le travail de valorisation et de mise à disposition réalisé par les Archives Départementales de Nice sous forme pédagogique et ludique ainsi que la mise en ligne de ce corpus sur la base de données de la phonothèque de la MMSH, permettra au public de découvrir et de se réapproprier les informations à des fins de recherches diverses.

Soulignons enfin, que ce corpus complète deux autres collections sonores déjà traitées par la phonothèque sur la même aire géographique :

Ainsi ne pourrait-on pas à titre d’exemple de réexploitation de la recherche scientifique, stimuler de nouveaux projets d’études autour d’une cartographie des entretiens? Ou encore développer plus avant une collaboration inter-phonothèques qui permettrait notamment une visibilité plus efficace des fonds sonores issus de la recherche? Il semblerait en tous cas, que les pistes d’investigation dans le domaine soient plurielles et il ne tient qu’à la communauté scientifique d’encourager ce type d’actions.

Aline Dang Van Sung

Crédits photographiques : Saorge, vallée de la Roya par Sylvain Gamel. Certains droits réservés. http://www.flickr.com/photos/sylvain_gamel/1295692526/in/photostream/ et http://www.flickr.com/photos/sylvain_gamel/1294818649/in/photostream/

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 1ère partie

NuocaDu 14 au 16 octobre 2009, une formation a eu lieu à Fréjus dans le cadre des FRéDoc sur le thème Mutualiser les ressources documentaires en utilisant le protocole OAI-PMH (Open archive initiative – Protocol for metadata harvesting). Ce protocole international pour le moissonnage des données des archives ouvertes permet en effet de créer, d’alimenter et de tenir à jour des procédures automatisées et des réservoirs d’enregistrements. Les documents sont signalés, décrits et accessibles sans pour autant être dupliqués ni que leur localisation d’origine soit modifiée. Un centre de documentation peut ainsi donner plus de visibilité à son fonds, peut réaliser une base des données ou un portail documentaire en collectant des données d’autres sources, rapprocher et faire communiquer entre eux des catalogues hétérogènes. Pendant trois jours se sont succédés des spécialistes du domaine, des responsables politiques des réseaux liés à la recherche et des ateliers pratiques. L’OAI-PMH a été observé sous toutes ses coutures : historiques, théoriques, techniques, pratiques, politiques, stratégiques, pédagogiques…

Voilà un protocole qui devrait plaire aux professionnels de l’IST puisqu’il utilise des concepts qui sont la base de leur métier : métadonnées, mapping, constitution de collections, stratégie de partage… Mais, même si certaines études montrent qu’il est populaire, il est encore sous utilisé. Les confusions sont nombreuses à son propos, ne serait-ce que l’appellation du protocole lui-même, qui reprend les termes d’open archives que l’on peut avoir tendance à amalgamer avec les archives ouvertes, l’open access ou le libre accès [Intervention de P. Mounier]. Et puis, ce protocole technique vise à assurer l’interopérabilité de ressources distribuées multiples : il peut s’agir d’archives ouvertes scientifiques ou de données culturelles (musées, bibliothèques, archives…) . Dans ce partage de ressources, chaque communauté a ses contraintes et son histoire, la vocation du partage des métadonnées peut être très différente.

Ce texte a pour objectif de restituer une partie de la synthèse de Muriel Foulonneau qui a conclu ces journées en reprenant l’ensemble des interventions et des mots clés qui s’en dégageaient. Ingénieur en information, Muriel Foulonneau a été parmi les premières à voir l’intérêt de ce protocole pour les objets culturels et à sortir l’OAI-PMH du milieu étroit de la recherche. Les diapositives de son intervention sont en ligne, mais en reprenant sa démonstration, nous voulions nous approprier ce protocole et essayer de transmettre, au moins en partie, les informations dont nous avons bénéficié au cours de cette formation.

Au cours de ces journées, de nombreux sujets ont été abordés : les standards, le libre accès, les métadonnées, le web de données et le web sémantique, les compétences nécessaires à la mise en place de projets… La question de fond demeure celle du partage de données : pourquoi, comment partager ses données et quels résultats en attendre ? Voilà ce à quoi ont tenté de répondre en filigrane les différentes interventions.

Pourquoi partager ?
Avec le protocole OAI-PMH nous assistons à l’émergence de nouveaux catalogues collectifs. Certes il existe d’autres protocoles de communication comme Z3950 [R. Tournoy]. Ce protocole est plus ancien puisque la norme
ISO 23950 a été publiée en 1998 et il permet de faire des recherches à travers plusieurs bases de données mais sa mise en place est complexe. L‘OAI-PMH permet d’aller plus loin en agrégeant des métadonnées et en constituant des réservoirs. La création de ces grandes bases a été l’occasion d’effectuer un travail approfondi sur les métadonnées pour solutionner le problème de leur hétérogénéité. Ce protocole offre ainsi des perspectives à des documents inexplorés, au retraitement de données, à la cartographie de données inédites ou à la mutualisation de documents patrimoniaux.

En fonction des standards choisis et de la finesse de description décidée par les institutions, le protocole permet des stratégies de communication variées visant des publics très larges, ou au contraire des communautés spécialisées, qu’il s’agisse de rassembler des contributeurs et leurs productions ou de partager des collections issues de ressources multiples. Les institutions en choisissant l’interopérabilité des données à travers ce protocole amènent des catalogues différents à parler entre eux, sans restriction d’accès.

Pourtant, les portails utilisant l’OAI-PMH sont encore peu nombreux. Certains écueils au partage sont vite inventoriés : limites liées aux financements, aux priorités stratégiques des établissements, aux compétences des personnels et en particulier des services informatiques qui connaissent peu ce protocole. D’autres sont plus difficiles à appréhender car propres au protocole (choix des métadonnées nécessaires, offre des fournisseurs de services…).

En « simplifiant » les catalogues pour en permettre l’interopérabilité, les métadonnées perdent une partie des objectifs inhérente à leur création. Leur retraitement pour devenir échangeables est source d’appauvrissement. Le risque de manque de précision (risque sur accuracy) devient crucial. Cela d’autant plus qu’on se rend vite compte que les implémentations réalisées par les porteurs de projets utilisant le protocole OAI-PMH sont souvent pauvres. Les fournisseurs de données ne spécifient pas toujours les informations contextuelles sur l’entrepôt, sur les métadonnées, qui donneraient des indications sur ce qu’ils veulent que l’on fasse avec leurs données. Ce point a aussi été souligné par Bruno Cénou dans son intervention De nombreux mécanismes sont sous-utilisés [B. Cénou] comme par exemple la description des ensembles OAI (about section et OAI Rights), la description des bases ou la possibilité de labelliser ses données afin que le logo du fournisseur de données soit conservé lors de l’affichage par le fournisseur de service. Un exemple d’interrogation sur le NSDL (National Science Digital Library) éclairera le lecteur. Le travail automatisé des agrégateurs est parfois décevant et ne réutilise que partiellement les données communiquées par les entrepôts. Une des conséquences est celle de perdre la maîtrise de la représentation de ses données. L’exemple donné par Muriel Foulonneau est celui de National Gallery of Australia qui, sur le site Picture Australia, affiche ses images au même niveau que celles d’amateurs sur Flickr. Loin d’être négatif cet exemple montre qu’il est primordial de réfléchir en tant que fournisseur de données à ce que l’on veut que les fournisseurs de services fassent.

Pour pouvoir utiliser ce protocole de façon pertinente la question du « pourquoi partager ? » est centrale. Et tout d’abord à quoi peut bien correspondre la notion de « corpus agrégé » ? Les journées de Fréjus on permis de se rendre compte de ce que pouvait donner un corpus réunissant des ressources agrégées les unes aux autres. Le projet correspondances scientifiques [Marie-Hélène Wronecki] regroupe les éditions et les inventaires de correspondances réalisés par chercheurs et ingénieurs tout en favorisant l’émergence de pratiques communes. Ce type de projet, présuppose non seulement qu’il est intéressant d’agréger des données de communautés ou d’établissements différents et de les réutiliser comme par exemple le portail du patrimoine oral qui regroupe des ressources sonores collectées sur le territoire français [Véronique Ginouvès et Mickaël O’Sullivan] mais encore que les communautés sont volontaires pour partager ces données et que celles-ci sont effectivement partageables.

En offrant de nouveaux types d’actions aux spécialistes de l’IST, le protocole OAI-PMH va renforcer ainsi la dynamique de recherche et d’innovation dans leur métier en leur permettant d’accroître les services collaboratifs et de diffusion des savoirs.

Prochain billet : comment partager ?

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau.

2e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2725

3e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Crédit photographique : Partager son goûter – Publicité pour la margarine Nucua. Photographie de Nickolas Muray (American 1892-1965), prise de vue vers 1955. George Eastman House Collection. Pas de restrictions de droits de diffusion connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3123693186/

Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010

Femme a la mandolineA la fin du mois de janvier 2010 auront lieu deux journées d’étude sur les archives sonores. Les premières se tiennent à Grenoble, à la Maison des Sciences de l’Homme Alpes (MSHA) sous le titre Histoire orale : regards croisés et décalés, France-Europe-Brésil. Ces journées, organisées du 27 au 30 janvier, ont la particularité de  réunir les anciens de  « l’école des ethnotextes », qui s’est développée à Aix-en-Provence dans les années 1980. Cela n’était pas arrivé depuis longtemps : Anne-Marie Granet-Albisset a invité Philippe Joutard, Marie-Françoise Attard, Jean-Noël Pelen, Tania Gandon et d’autres encore qui ont participé à la création ou au développement des « ethnotextes ».  L’origine de l’emploi de ce terme, qui rapidement pourrait être défini comme un texte oral, remonte à 1980 avec l’ouvrage collectif Tradition orale et identités culturelles. Problèmes et méthodes dirigé par Jean-Claude Bouvier.  Entre temps, il a été un peu oublié, dissout dans les multiples pratiques des enquêtes de terrain, mais on le retrouve régulièrement ici ou .   Philippe Joutard (historien moderniste) et Jean-Claude Bouvier (ethnodialectologue) sont les fondateurs de la phonothèque de la MMSH : celle-ci sera présente à travers deux présentations. Laure Principaud, actuellement en stage à la phonothèque de la MMSH, présentera le dépôt et le traitement documentaire du fonds sonore inédit de Marceau Gast (Sud Algérie, Yémen, Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence 1960-1990). Thierry Rosso, de la Maison des sciences de l’homme de Nice – laboratoire LASMIC) exposera un projet inter-MSH qui s’est déroulé tout récemment. La MSH de Nice a mis en place entre 2007 et 2008 un programme pluridisciplinaire qui a engagé des centaines d’enquêtes orales sur la Vallée de la Roya et de la Bevera puis s’est tournée vers la MMSH d’Aix-en-Provence pour réaliser le traitement documentaires des fonds et leur mise en ligne. Le colloque est clôturé par un atelier sur le thème de la création d’une phonothèque régionale : une question importante car les dépôts par les chercheurs de leur source sonore ne sont pas aussi systématiques que l’on pourrait l’imaginer.

Les secondes journées ont lieu aux  mêmes dates,  en Italie, plus précisément à Massa-Carrara (Toscane). Les institutions à l’origine de cet évènement ont encore peu d’expériences dans le domaine des archives orales mais elles sont persuadées de la force du patrimoine immatériel auprès du public et ont commencé à lancer de multiples actions. Associations, collectivités locales ou centres de recherches, ces  institutions appartiennent au monde artistique (ethnomusicologie et arts du spectacle). Le projet, soutenu par un programme européen, a pris le nom de  Incontro Transfrontaliero [INTervention CONdivisi Transfrontaliero di Ricerca sul’Oralità] et a vu le jour en mai 2009. L’ objectif est de valoriser le patrimoine immatériel et les échanges culturels entre la Corse, la Sardaigne et la côte de la Toscane en questionnant les frontières de toutes ces aires culturelles. La province de Grosseto coordonne le projet avec le soutien d’un Comité Scientifique.  Les différents partenaires sont : en Toscane la province de Grossetto, Pise, Lucca, Massa-Carrara, en Corse la fédération d’associations du centre culturel Voce de Pigna et en Sardaigne le département des études historiques de l’Université de Cagliari (insegnamento di Etnomusicologia) et l’Istituto Superiore Etnografico della Sardegna. Ils souhaitent ouvrir un dialogue fructueux entre artistes de la musique populaire et chercheurs et s’appuyer sur des évènements musicaux ou théâtraux ainsi que sur le traitement et la valorisation d’archives du patrimoine immatériel dans le domaine (son et audiovisuel) pour créer un portail méditerranéen sur le savoir qui aura été produit.  La phonothèque de la MMSH sera présente là encore pour présenter le travail de mutualisation qui a été réalisé avec le Portail du Patrimoine Oral : Dall’archivio della « Phonothèque » di Aix en Provence al “portail du patrimoine oral » , riflessioni sui metodi di schedatura dei patrimoni immateriali, gli standard internazionali, la messa in rete degli archivi. Immagini dal futuro.

Un beau début d’année pour la phonothèque de la MMSH. J’en profite pour vous souhaiter à tous, celle que vous désirez, et pour adoucir l’enjambée de 2010 partager trois vers d’un ancien collecteur de la mémoire du Lubéron :

Entre saba e perfum la vida esquilha sus leis èrbas.

Aqueu ponch roge, ròda d’azard dau soleu, es una poncha de verin.

Vaquí l’ora dei piadas silenciosas.

Guy Mathieu

[Entre sève et parfum la vie glisse sur les herbes. Ce point écarlate, roue de hasard du soleil, est une pointe de venin. Voici l’heure des enjambées silencieuses]

Crédits photographiques :  Mandolin girl (non daté). Mid-Manhattan Picture Collection / Music. Dépôt de The New York Public Library. Mid-Manhattan Library. Picture Collection. Permalien : digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?832621 ; pas de restrictions de copyright connues.

Musiques traditionnelles du Val di Cogne : les collectes de Sergio Liberovici en 1956

cogneL’Academia nazionale di Santa Cecilia publie depuis quelques années les sources orales inédites puisées dans ses collections sonores. La majorité d’entre elles ont été enregistrées par les chercheurs du Centro Nazionale di Studi di Musica Popolare créé par Giorgio Nataletti en 1948. La précédente publication de l’Academia (2007) portait d’ailleurs sur une des collectes en Ligurie à la fin des années 1960 de cet ethnomusicologue qui a parcouru l’Italie avec son magnétophone à bandes. Sous sa houlette, d’autres chercheurs ou musiciens ont aussi collecté des chants populaires et de la musique. Celles de Diego Carpitella et Alberto Cirese dans les Molises (2005) ou dans le Salento celles de Carpitella accompagné d’Ernesto de Martino (2006) ont déjà été publiées. Cette fois ci, il s’agit de la collecte réalisée par Sergio Liberovici en mars 1956. Ce compositeur a été parmi les acteurs importants de la musique traditionnelle italienne : il est l’un des fondateurs du groupe des Cantacronache, un mouvement pour la création de la chanson populaire et politique en Italie aux côtés de Nataletti, Carpitella ou de Gianni Bosio. Ce groupe avait la volonté de mieux connaître la tradition musicale italienne pour proposer de nouvelles chansons, souvent en collaboration avec des intellectuels comme Italo Calvino ou Umberto Eco. Ainsi entre le 21 et le 25 mars 1956 Sergio Liberovici part à travers le Val de Cogne (une province du Val d’Aoste) dans une société agro-pastorale en pleine transformation où la transmission orale est encore tenace. En cinq jours, il se déplace sur trois villages (Cogne, Gimilla, Epinel) pour enregistrer 66 morceaux (59 chantés, 7 instrumentaux) de répertoires très variés dans des langues multiples. Alternent ainsi le français (51%), l’italien (31,5%), le piémontais (1,5%) et le patois valdostain (1,5%), soit les quatre langues communément parlées sur ce territoire – l’ouvrage est d’ailleurs bilingue en langue française et italienne -. La zone de Cogne est renommée pour avoir développé deux styles musicaux originaux : les chants à retòn et les répertoires sur le tambour de Cogne. Ce petit ouvrage présente l’intérêt de faire le point sur ces spécificités locales, de les expliciter par l’écoute des deux cédés qui correspondent quasiment à la totalité de la collecte (64 titres). Giorgio Vassoney et Mauro Balma ont documenté chaque pièce musicale, traduit les textes littéraires et effectué de nombreuses transcriptions musicales, ils ont aussi présenté les voix et les instruments et proposé une classification du répertoire. Dès les premières pages, nous partons sur les traces du terrain de Sergio Liberovici, pas à pas, jour par jour, rencontre par rencontre. La première plage du premier disque débute par un chant sauvage, d’une femme qui réveille un chardonneret que l’on entend pépier et se superposer à la mélodie. Une société qui n’existe plus à découvrir pendant plus de 2 heures trente de son illustrées de photographies des années 1950.

Les notices de la collecte de S. Liberovici sont accessibles en ligne sur la base de données de l’Académia di Santa Cecilia.

AJOUT LE 4 MAI 2016 : À écouter, sur la Piéròtta, dans la série « Sur les Docks » un documentaire sonore sous le titre  Sergio Liberovici, musicien et collecteur, parcourt le Val de Cogne en Vallée d’Aoste (Italie). Il commence ses enregistrements à l’Hôtel Grivola,  du 21 au 25 mars 1956, réalisée par Péroline Barbet, sur France Culture, diffusé le 14 avril 2016.

Musiche tradizionali della Val di Cogne : Le registrazioni di Sergio Liberovici (1956) par Mauro Balma et Giorgio Vassoney. Squilibri, 2009, 23€.

2ème rencontres du PCI les 27 et 28 novembre 2009 à Clermont-Ferrand

189328714_6242577767_bAprès Rennes, c’est Clermont-Ferrand qui accueillera les deuxièmes rencontres du patrimoine culturel immatériel (PCI). En direction des élus, des acteurs culturels, des habitants, des artistes, des médias, des agents de développement, des professionnels du tourisme, des universitaires… ces rencontres ont pour objectif d’apporter des éléments sur le rôle que le PCI peut jouer dans le développement des territoires, par les questionnements qu’il soulève sur les notions d’invention, d’identité, de communauté, de citoyenneté, de développement durable, de tourisme culturel, de gouvernance…

Programme

vendredi 27 novembre 2009

14h – 16h :

Ouverture des journées par les organisateurs : Emmanuelle Perrone, Directrice Adjointe de l’Association Cultures et Traditions (ANCT) à Gannat, André Ricros, Directeur de l’Agence des Musiques des Territoires en Auvergne (AMTA) et Pierre-Olivier Laulanné, Directeur de la  Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles (FAMDT)

La convention du Patrimoine Culturel Immatériel et son application, interventions de Catherine Henri-Martin, Vice-Présidente du Conseil Régional d’Auvergne chargée de la culture ; Laurent Heulot, Directeur Régional des Affaires Culturelles d’Auvergne ; Michel Clément, Directeur de l’Architecture et du Patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication ; Christian Hottin, Chef de la mission ethnologie, Ministère de la Culture et de la Communication ; Marie-Blanche Potte, Conservateur du Patrimoine, Chef du Service Culture et Inventaire au Conseil Régional d’Auvergne

16H30-18H30
Table ronde : La convention du Patrimoine Culturel Immatériel va-t-elle changer les modes de gouvernance ?
Modérateur et introduction, Pascale Bonniel-Chalier, Université Lumière Lyon 2 ; Christelle Blouët, gestionnaire culturelle et directrice artistique, coordinatrice du Réseau culture 21 pour l’Observatoire des politiques culturelles, Grenoble ; Stéphane Briant, Maire d’Antignac, Vice-Président chargé de la culture de la Communauté de communes Sumène-Artense Isabelle Blanc, Directrice du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne ; Elisa Dumay, Directrice de l’Association de l’Aire, Drôme

21H30
Ciné-concert : L’œil du pharmacien, par l’Auvergne Imaginée

28 novembre
9H30-10H30

La convention du Patrimoine Culturel Immatériel comme outil de développement des territoires : plues values et risques

Modérateur et introduction par Cyril Isnard, Université d’Evora (Portugal) et cofondateur du Réseau de chercheurs sur les patrimonialisations ; Jean Pinard, Directeur du Comité Régional de Développement Touristique d’Auvergne ; Nicolas Canova, Université de Grenoble – UMR PACTE-Territoires ; Murielle Bousquet, Directrice de Source, Centre National de ressources du tourisme et du patrimoine rural
11H-13H

Atelier 1 : Le Patrimoine Culturel Immatériel au cœur des projets de coopération

Atelier 2 : Le Patrimoine Culturel Immatériel source d’innovation dans l’économie sociale

14H45-15H : Rapport des ateliers

15H-17H

Table ronde : Le Patrimoine Culturel Immatériel levier de développement
Modérateur et introduction, Luc-Charles Dominique, ethnomusicologue, Université de Nice ; Pascal Guitard, Directeur de l’Agence Régionale de
Développement des Territoires d’Auvergne ; Pierre Jarlier, Sénateur-Maire de St Flour ; André Ricros, Directeur de l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne (AMTA) ; Jean-Michel Guerre, Maire de Bellerive sur Allier, Vice-Président du Conseil Régional d’Auvergne chargé du développement et de l’aménagement des territoires ; Yaël Epstein, Ethnologue, chargée de missions au Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes

17H30-18H
Conclusions

Lieu : Corum St Jean, 17 rue Gaultier de Biauzat, 63000 Clermont-Ferrand
Téléphone :  04 73 31 57 00
Inscriptions : 5€ Etudiants et demandeurs d’emploi  – 25€ Associations et collectivités – 20€ Tout public.
Renseignements disponibles sur les sites :
http://www.lafeuilleamta.fr
http://www.cultures-traditions.com
http://www.famdt.com

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, La Paz, août 2005.

A propos d'archives sonores et audiovisuelles