Archives du mot-clé AD

Formation aux archives sonores en Martinique du 5 au 9 décembre 2011

Fabienne Zonzon, responsable des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de Martinique a mis en place un réseau de collecteurs qui arpentent la Martinique pour capturer la mémoire orale de leur île. En mars 2007 elle avait organisé une première formation sur le site des archives départementales, à Fort-de-France, où était intervenue Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l'EPHE. La formation programmée cette semaine a pour objectif de renforcer le réseau des partenaires qui organisent des projets de collecte depuis le terrain jusqu'à la valorisation des enregistrements et leur méthodologie.

Ainsi, depuis lundi 5 décembre, nous sommes une petite quinzaine à écouter, échanger, commenter les différentes expériences de chacun.  Les documents, filmés ou enregistrés et documentés, pourront être ensuite consultés sur les lieux des collectes mais aussi aux archives départementales ou encore, bientôt, sur le portail de la Banque numérique des patrimoines martiniquais qui vient d'être créée et qui permet déjà d'interroger de grands corpus de documents écrits, cartographiques et photographiques.

Programme 

La source orale : de la collecte à la valorisation

5 – 9 décembre 2011

Archives départementales de Martinique

Objectifs : A l'issue de la formation, les stagiaires auront pris conscience des enjeux relatifs à la création d'une collection sonore et audiovisuelle dans le contexte antillais. Ils pourront évaluer la nécessité de développer la collecte d'archives orales en Martinique et solliciter les partenaires à leur disposition. Ils auront en main tous les outils nécessaires à la mise en place d'un programme de collecte, de traitement, de conservation et de valorisation d'enquêtes orales. Ils pourront, s'ils le souhaitent, trouver les cadres collaboratifs susceptibles de les soutenir dans leurs projets.

Méthode : Les exposés théoriques s'appuieront sur des exemples concrets, exploités au fil de la session. Une enquête orale enregistrée de courte durée sera écoutée, traitée et valorisée par les stagiaires. Les stagiaires pourront manipuler et prendre en main une caméra numérique pour la réalisation d'enquêtes filmées.

Durée : 5 jours

8h 00- 8h 30 : Accueil des stagiaires, présentation des intervenants et du déroulement du stage

Lundi 5 décembre 2011

8h 30- 12h 00 Approche anthropologique des sociétés antillaises : permanences et mutations

Intervenant : Isabelle Dubost

14h 00- 16 h 30 Présentation du département son et audiovisuel des Archives départementale de la Martinique et des acteurs de l'archivage du son et de l'audiovisuel en Martinique

Intervenante : Fabienne Zonzon

Mardi 6 décembre 2011

8h00- 12h 00

Histoire et utilisation de la source orale en sciences humaines et sociales

14h00- 16h 30

Des méthodes d'enquête en sciences humaine et sociales : filmer et/ou enregistrer

Intervenante : Véronique Ginouvès

Mercredi 7 décembre 2011

8h00- 16h 30

La prise en main d'une caméra numérique

  • prise en main d’un caméscope
  • Technique de prise de vie
  • Esthétique de l’image
  • Approche de l’éclairage

Intervenant : Claude Rosalie

Jeudi 8 décembre 2011

8h00- 12h 00

La prise de son sur le terrain :

  • Choix du matériel et des supports
  • Les formats du son numérique
  • L'utilisation du micro et du haut parleur
  • Savoir spatialiser un entretien
  • Les logiciels de numérisation

14h – 16h 30

Mise en pratique : enregistrer une enquête orale.

Vendredi 9 décembre 2011

8h00- 12h 00

Les missions d'un centre d'archive sonores et audiovisuelles :

  • Collecte : prise de son, recherche des fonds, questions de droit
  • Conservation : formats analogiques et numériques
  • Analyse : le traitement documentaire du son
  • Valorisation : base de données et mises en ligne

Mise en pratique : Ecoute d'une enquête enregistrée : traitement documentaire du document sonore. Bilan de la mise en pratique du jeudi après-midi.

14h 00- 16h 00

Collaborer dans le domaine des archives sonores et audiovisuelles : catalogues collectifs, carnets de recherche, expositions, listes de diffusion.

Rédaction collective d'une charte de qualité d'une collection sonore et audiovisuelle.

Intervenante : Véronique Ginouvès

16h 00-16h 30

Bilan de la semaine, échanges et perspectives. Evaluation du stage

A propos des intervenantes :

Véronique Ginouvès est ingénieure de recherche CNRS, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme. Elle est l'auteure en collaboration d'un Guide d'analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (2001) et publie régulièrement sur Les Carnets de recherche de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org

Isabelle DUBOST est anthropologue, Maître de conférences à l'Université des Antilles et de la Guyane, Membre du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC). Elle travaille au sein de l'UMR CNRS n° 8053. Ses recherches en cours s’articulent autour de trois axes. Le premier porte sur les stratégies identitaires de groupes issus de l’immigration, les liens diasporiques et l’économie ethnique des « Chinois », des « Syriens » à la Martinique et des « Chinois » et des « Libanais » en Guyane. Le second interroge les processus d’ethnicisation et de différenciation et catégorisation sociales en cours à la Martinique. Le troisième porte sur la gestion sociale de l’environnement et la problématique de gouvernance à la Martinique (GIZC Baie du Robert). http://www2.univ-ag.fr/CRPLC

Fabienne ZONZON est archiviste, chargée de la collecte des archives orales et audiovisuelles aux Archives départementales de la Martinique.

Crédits photographiques : j'ai utilisé au tout début de ce billet une image prise sur Flickr the Commons. Il s'agit d'une photographie de WG. Cooper, issue des collections de la bibliothèque de SMU (Southern Methodist University) Central University, sous le titre "St. Pierre May. 14" (1902). La photographie est indiquée comme ne présentant pas de restrictions de copyright connues.  J'ai voulu utiliser une image de la Banque Numérique des Patrimoines Martiniquais mais les restrictions de diffusion sont trop sévères pour pouvoir utiliser les documents dans une publication, d'autant que le logiciel utilisé et l'affichage des images contraint toute capture d'image. Les autres photographies ont été prises sur le lieu de stage : bâtiment des AD, présentation de Fabienne Zonzon, cours de M. Rosalie, par Véronique Ginouvès (décembre 2011).

Journée d'étude de l'AFAS, Angers, 17 juin 2011 : Les services d’archives et les sources orales et audiovisuelles. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? Compte-rendu, deuxième partie

Ce billet fait suite au compte-rendu de la première partie de la matinée de la journée de l'AFAS à Angers, le 26 mai 2011.

Edouard Bouyé, directeur des archives départementales du Cantal, a présenté un programme de valorisation d'un corpus d'archives orales dans le cadre d'une collaboration entre le MuCEM, les archives départementales du Cantal (AD15) et le centre régional des musiques et danses traditionnelles Midi-Pyrénées, longtemps connu sous l'appellation « Conservatoire occitan ». Ce corpus présente des archives sonores enregistrées au début des années 1960 sur un des sites les plus fascinants parmi les hauts plateaux du Cantal dédiés à l'agropastoralisme, l'Aubrac. Menée par des ethnologues, des agronomes et des historiens cette « Recherche coopérative sur programme » (RCP) qui dura trois ans1, réunit - entre autres - des chercheurs du MNATP (aujourd'hui le MuCEM) et du CNRS.

Cette RCP aboutit à une publication en 7 volumes2 et à la production d'une série de sources sonores, visuelles et audiovisuelles. Les sources sonores, déposées au MNATP, ont été numérisées par la MRT dans le cadre du plan national de numérisation au début des années 2000. A cette époque, pour accélérer le traitement documentaire des archives du MNATP et restituer ces collectes aux populations sur le terrain, Florence Gétreau, alors directrice du Département de la musique et de la parole au MNATP, a institué des conventions entre le musée et les centres d'archives sonores en région. Ce projet a été développé par Marie-Barbara Le Gonnidec à partir de 2009. C'est ainsi que le traitement documentaire de ces archives a été confié au Centre régional des musiques et danses traditionnelles Midi-Pyrénées, tandis que les archives départementales du Cantal étaient chargées de résoudre les questions des droits relatifs à ces enregistrements en vue de leur valorisation. Les AD15 ont ainsi commencé à rechercher des contacts avec les anciens informateurs ou leurs ayants droit en vu d'obtenir la signature des autorisations de diffusion. Cette tâche de longue haleine, n'est certes pas aisée, d'autant que le Cantal est situé sur trois départements et trois régions (Cantal, Aveyron, Lozère), ce qui complexifie les questions administratives.

Lorsque l'ensemble du traitement documentaire de ces 561 documents sonores sera terminé, tous les enregistrements pourront être consultés localement à Toulouse ainsi qu'aux AD15 et, pour les documents pour lesquels les questions de droit auront été résolues, en ligne sur Internet. Un premier entretien est aujourd'hui accessible sur le site des AD15, celui de Lucien Remise enregistré en 1964, où cet ancien « cantalais », joueur de cabrette, raconte son départ en montagne entre mai et octobre pour fabriquer le fromage.

Mais les AD15 ne se limitent pas à la recherche des droits. Chaque témoin, ou ses ayants droit lorsqu'ils sont retrouvés, reçoit une copie de l'enregistrement qui est souvent resté inédit pour la famille. Frédéric Bianchi, responsable des archives audiovisuelles aux AD15, met à profit ces rencontres pour collecter autour de la RCP et sur la façon dont elle a été perçue à l'époque. C'est ainsi qu'il a rencontré et filmé, la veuve de Lucien Remise, Jeanne-Marie Remise. Frédéric Bianchi lui avait remis auparavant l'enregistrement de son mari. Edouard Bouyé a diffusé des extraits de cet entretien filmé à l'assemblée. Toute à l'émotion de réécouter cette voix surgissant du passé, Jeanne-Marie Remise confie à l'enquêteur : «  Y'a des choses que j'ai apprises parce que mon mari ne parlait pas beaucoup, il se vantait pas lui (…) ». Puis, promettant de l'écouter prochainement avec ses enfants, elle ajoute : « J'ai pas été plus loin parce que vraiment c'était sa voix ».

Les enquêtes de la RCP Aubrac avec George-Henri Rivière, avaient également vocation de participer à l'acquisition de collections pour le musée des arts et traditions populaires. Ainsi, pour créer ses « unités écologiques », le directeur du musée pouvait réussir à déplacer des ensembles complets avec l'objectif de les présenter dans les salles d'exposition. Il s'agissait d'offrir au visiteur une meilleure compréhension du fonctionnement des sociétés étudiées en reconstituant des ensembles dans leur contexte : une aire de battage, une forge, la fabrication d'un aliment mais aussi des intérieurs de maisons dans différentes régions de France. C'est ainsi que la pièce principale de l'habitation du frère de Lucien Remise avait fait l'effet d'un rigoureux travail de repérage par l'équipe du musée, puis avait été entièrement démontée et remontée dans la galerie culturelle du MNATP. Dans le souvenir de Jeanne-Marie Remise, tout avait été transporté jusqu'aux casseroles et au chapeau de l'oncle Lucien. Elle se rappelle en souriant que ce dernier avait un jour proposé à son frère de récupérer une armoire familiale cachée dans un fenil à ce moment-là. En effet, ces « démontages » étaient toujours liés à une négociation. Une lettre de George-Henri Rivière, lue par Edouard Bouyé à l'assemblée, précise les termes de la transaction : l'espace de la cuisine avait été échangé contre de nouvelles boiseries, des meubles en formica, un lit en fer et... une télévision.

Mme George-André Panguio-Mendibil, chef du pôle médiation culturelle et communication, aux archives départementales des Pyrénées Atlantiques (AD64), a ensuite présenté le travail mené par le service, notamment autour de la culture basque, là encore, à partir des collections du MuCEM (ex-MNATP). En 2007, les Archives ont ainsi reçu, après la signature d'une convention, 17 enquêtes ethnomusicologiques, soit 40 heures d'enregistrements. Ils ont alors, eux-aussi, commencé la recherche des ayants droit et entamé la réalisation d'un instrument de recherche normalisé. Pour cela, ils se sont associés avec l'Institut culturel basque qui a réalisé le traitement dans la langue, tandis que les AD64, en appui technique, organisaient le traitement des données sous la norme ISAD-G. Ce fonds sonore est donc traité comme tous les autres, sur leur base de données Pleade/Arkhéïa. Pour le moment, les documents sonores ne peuvent pas encore être recherchés sur la base mais le seront bientôt. L'analyse s'est terminée en décembre 2010 et l'inventaire est désormais accessible en intranet, dans les salles de recherches de Pau et de Bayonne.

Plusieurs actions de valorisation ont été mises en place à partir de ce fonds sonore, en particulier, des ateliers pédagogiques réguliers en direction des élèves. Ainsi, lorsque l'exposition Archives sensibles a été créée à partir d'une sélection du patrimoine archivistique du Pays Basque, au moment de l'inauguration du pôle de Bayonne sur la thématique des cinq sens, les archives sonores sont naturellement venues illustrer l'ouïe. Mascarade, pelote, sonnailles, une partie de l'exposition donne à écouter de nombreux enregistrements, offrant un regard original sur la culture du Pays Basque au 19e et 20e siècles. L'un des enregistrements a d'ailleurs suscité une grande émotion : l'enregistrement de la pastorale souletine en 1967 à la salle Wagram a pu être entendu pour la première fois par la plupart des visiteurs. Cette pastorale, héritière des mystères du Moyen-Age, était interprétée uniquement par des hommes et cette représentation, délocalisée alors à Paris en direction de la communauté souletine, avait été la première introduisant la mixité.

Ainsi, les AD64 ont pris goût aux archives sonores et plusieurs actions de collectes ont été sous traitées auprès de l'Institut culturel basque, ou de l'Institut occitan. Le traitement archivistique et la valorisation sont toujours réalisés par les Archives. D'après un premier état des lieux sur le département, quelques 20 000 heures pourraient être engrangées dans les années à venir. Un premier programme de numérisation a été lancé engageant 500 heures sur le Béarn et 500 autres sur le Pays Basque.

En début d'après-midi, Elizabeth Vérry, directrice des Archives départementales de Maine-et-Loire (AD49) intervenait sur le thème « Le rôle d'un service d'archives départemental comme appui et ressources ». De son point de vue, même si depuis le 19e siècle le métier des archives ont beaucoup évolué, depuis l’époque des archivistes garants des droits des citoyens jusqu’aux archivistes manageurs en passant par les archivistes paléographes, la mission prioritaire des archivistes est restée celle de la collecte et de la conservation des traces de la mémoire de la Nation. Mais les archives se déclinent désormais sous des formats et des supports très variés.

C’est pourquoi les AD49 ont créé à la fin des années 1990 un emploi dédié aux archives sonores et audiovisuelles, suite à une double prise de conscience :

  • les archives audiovisuelles sont fragiles et nécessitent un traitement approprié ;
  • la mémoire orale est devenue un objet d’étude à part entière.

La politique menée actuellement fait des AD49 un lieu de production d’archives orales (collectes thématiques réalisées en direct), en même temps qu’un lieu d’accompagnement des producteurs. Cette mission d’appui prend plusieurs formes : l’appui méthodologique pour la formation des chefs de projet (méthodes d’entretien, techniques sonores, traitement documentaire, documents-types), grâce à des sessions de formation, des ateliers d’échanges et de partage d’expériences, des rencontres de collecteurs ou des tables rondes ; l’appui juridique (conseils, documents-types, contrats de communicabilité) ; l’appui technique (numérisation) et parfois un appui documentaire (bibliographie, archives).

Les AD49 sont également un lieu de ressources où s’organisent la conservation et la valorisation des archives sonores. 2400 heures de témoignages oraux sont conservées actuellement aux AD49, issues de collectes thématiques menées par la chargée de mission ou d’enquêtes menées par des collecteurs : campagnes de récits de vie de pays 2003-2007 ; corpus des musées de société (vin, chaussure, Maison de la Loire) ; corpus universitaires ou de centres de recherche ; corpus associatifs (maisons de quartier, professions, immigration, etc…).

La valorisation est conçue comme un prolongement naturel de la collecte, mais pas comme un absolu : il s’agit de la permettre, pas forcément de la faire ! La priorité est donnée à la communication et à la diffusion au public ; les autres formes de valorisation se font dans le cadre des journées d’études thématiques élargies (histoire des femmes, histoire locale, vie politique locale, mémoire des métiers etc.)… En conclusion, aucune action en matière de mémoire orale ne peut se faire sans un partenariat étroit avec les acteurs locaux (associations, collectivités publiques), les chercheurs et les institutions patrimoniales.

Deux actions départementales dans la Manche et dans la Sarthe ont été ensuite présentées.

Responsable du service des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de la Manche  (AD50), Domnine Plume a présenté un projet qui s’est structuré, dès sa création dans une logique de partenariat avec des institutions, des associations, des chercheurs, des scolaires et des particuliers. Il a été élaboré dès 2000 par l’association Mémoire et terroirs porté par Marie Tassel autour du recueil de la mémoire auprès des 120 presque centenaires recensés dans le département de la Manche. Pour constituer cette « galerie de portraits », une vingtaine de personnes originaires du département de la Manche seront rencontrées dans les mois à venir par l’une des deux collectrices (Marie Tassel et Elisabeth Nodinot) de l’association afin de recueillir leur récit, un photographe (Thomas Jouanneau) les accompagnera. Ces enregistrements seront par la suite déposés aux archives départementales et mis en ligne sur le site des archives et du conseil général. Une exposition présentée dans un premier temps dans les locaux des archives et itinérante par la suite dans des maisons de retraite et/ou établissements scolaires permettra de la faire circuler. Il est aussi prévu un concours ou un appel à projet destiné aux collèges, il s’agira de valoriser lors de l’exposition les entretiens les plus intéressants recueillis par les élèves. 

Frank Pohu, initiateur d'un vaste projet de développement des archives sonores et audiovisuelles dans le département de la Sarthe, a relaté comment – avec l'appui de différents partenaires- il avait réussi à lancer une action de sauvegarde de la mémoire orale sarthoise. Au départ, c'est une émission réalisée sur le parler sarthois, dans le cadre de l'association Fréquence Sillé, qui lui a permis de rencontrer des acteurs locaux qui, sur le terrain, avaient chez eux des documents sonores et audiovisuels enregistrés dans le département. Rapidement est né le programme « sauvegarde la parole sarthoise » en collaboration avec des partenaires publics comme le conseil général de la Sarthe et les archives départementales de la Sarthe (AD72), les communautés de communes du pays de la haute Sarthe et du pays du Mans et la mission recherche et technologie du ministère de la Culture qui a financé le projet pendant 4 ans. L'objectif de « Parole sarthoise » est de restituer librement sur un site internet des documents d'archives. Aujourd'hui, sur le site conçu par Fréquence Sillé en collaboration avec les AD72, plus de 75 heures sont disponibles, à terme 1000 heures seront accessibles lorsque les questions de droits auront été réglées.

Avant que ne s'organise la table ronde en clôture de cette journée, Marina Maréchal, de la Cité des mémoires étudiantes, a présenté un appel à communication pour un colloque en préparation qui aura lieu en mars 2012 dans le cadre du 40e anniversaire des universités de France sur le thème Vers un corpus d'archives orale avec une organisation originale valorisant l'oralité. Il est en effet prévu que des ateliers thématiques réunissent différentes composantes de la communauté universitaire susceptible d'avoir recours aux archives orales (histoire de la recherche, histoire de l’enseignement, histoire de la gouvernance et de l’administration des universités, histoire des étudiants et des mouvements étudiants) et fassent intervenir, à partir de cas précis, un témoin interrogé, un chercheur et/ou un archiviste ; un discutant extérieur s'ajoutant au trinôme étant chargé d’éclairer le potentiel de généralisation des cas présentés.

La table ronde qui a suivi, a permis aux nombreux participants de terminer par des échanges cette riche journée. Elle a porté principalement sur les développements et les actions qui s'offrent à l'association et à son ouverture vers de nouveaux adhérents. Un compte rendu et le rapport d'activités de l'association seront diffusés dans le prochain numéro du Bulletin de l'AFAS.

 Compte-rendu rédigé par Marie-Christine Chevalier, Florence Descamps et Véronique Ginouvès.

Crédits photographiques :

- Joueur de cornemuse sur la Maison d'Adam, place Ste-Croix à Angers (encadrement de la fenêtre surmontant la porte), photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

- La traite d'une vache à la montagne de Placès de Cure (1972). L'utilisation différenciée des deux mains ou d'une main, de tous les doigts ou seulement du pouce et de l'index, de l'index et du majeur, commune de Nasbinals, photographie de Jean-Dominique Lajoux, MNATP. Recherches coopératives sur programme sur l'Aubrac (1964-1966), cote : Ph.1976.110.95. Visualisation des images de la RCP Aubrac.

- Domnine Plume (AD50) intervient lors de la journée de l'AFAS à Angers, photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

- La salle de conférence des archives départementales de Maine-et-Loire lors de la journée de l'AFAS, Angers, 26 mai 2011, photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

 

 

  1. Il y eut d'autres RCP à la même période en France. Celle de Plozévet, qui s'est déroulée entre 1961 et 1965, fait actuellement l'objet d'une recherche-action menée par le CERHIO (UMR CNRS 6258) qui a organisé dans ce cadre un colloque qui reprenait l'histoire de ces RCP http://plozevet.hypotheses.org/1675 []
  2. L'Aubrac - Etude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d'un établissement humain. Recherche Coopérative sur Programme  RCP, CNRS 1970, 7 tomes + carte et catalogue des montagnes. []

Journée d'étude de l'AFAS, Angers, 17 juin 2011 : Les services d’archives et les sources orales et audiovisuelles. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? : compte-rendu, première partie

Le 17 juin dernier l'association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) organisait une journée d'étude à Angers, aux Archives départementales de Maine-et-Loire sur le thème : « Les services d’archives et les sources orales. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? ». Celle-ci a été suivie de l'assemblée générale de l'association.

Après les mots d'introduction d'Elisabeth Verry, directrice des AD49, à l'initiative de l'organisation de cette journée avec le bureau de l'AFAS, et de Marie-Barbara Le Gonidec, présidente de l'AFAS et responsable du département de la musique au MuCEM, la matinée débuta par une présentation du nouveau site de l'AFAS par Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la MMSH d'Aix en Provence.

La mise à jour du site de l'AFAS n'a pu se faire que grâce au travail bénévole des membres de l'association et d'un partenariat engagé avec le laboratoire du centre pour l'édition électronique ouverte (Cléo). En effet, depuis juin 2010 l'AFAS a intégré la plateforme de Revues.org et France Besson, stagiaire dans le cadre d'un Master2 à l'ENSSIB, a mis en ligne la totalité des bulletins de l'association depuis le numéro 10 (1998). L'intégration de la plateforme Openedition créée par le Cléo est un moyen pour le Bulletin de l'AFAS d'entrer "dans la cour des grands". Plus de 2000 visiteurs uniques viennent chaque mois le consulter1 et il peut désormais être lu depuis les nouveaux outils de lectures comme les téléphones portables, les ipad ou les liseuses2. Quelques 150 articles, compte-rendus de lecture ou présentation de sites informent non seulement sur la vie des archives sonores et audiovisuelles en France des années 1990 à nos jours mais aussi sur l'histoire d'une association, qui au fil du temps a évolué en fonction de ses adhérents. Ainsi, même si les archives de terrain ont toujours été présentes3, les discographes avaient dans les premiers bulletins et dans la revue d'origine Sonorités, une importance qui n'a commencé de décroître qu'avec la disparition du vinyle dans les usages des amateurs de musique. Aujourd'hui, le bulletin ne reçoit plus – et c'est dommage – de ces discographies qui ont marqué nos lecteurs et qui, d'après les statistiques d'utilisation, intéressent encore les internautes comme celles de Georges BrassensJean Sablon ou Léo Ferré. Le bulletin a également toujours été  un moyen de présenter des centres de discothèques publiques, d'archives ou des bibliothèques spécialisées. Les conservateurs de la BnF, ont souvent proposé des articles liés aux collections du département de l'audiovisuel et Elizabeth Giuliani, longtemps présidente de l'AFAS et directrice du département de la musique à la BnF, a proposé plusieurs textes qui connaissent un extrême succès chez les internautes, comme celui sur la musique dans les films de Stanley Kubrick. Les archives sonores et audiovisuelles inédites sont aujourd'hui devenues le centre des sujets repris dans le bulletin mais l'appel aux adhérents est constant et ils sont vivement invités à utiliser cet espace éditorial pour y évoquer leurs pratiques ou leurs expériences.

Florence Descamps, historienne (EPHE), a ensuite introduit les conférences et la thématique de la journée dont elle était à l'initiative avec Elisabeth Vérry. Régulièrement, l'AFAS organise à l'occasion de son assemblée générale une journée d'étude qui a pour objectif de mettre en valeur l'action de ses membres ou de ses partenaires institutionnels (discographes, musicologues, institutions patrimoniales, chercheurs, chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), institutions audiovisuelles etc.). Entre la journée d'étude de 2005 consacrée à Aix à la valorisation et celle de 2010 au Musée Branly consacrée aux bases de données sonores et audiovisuelles, la journée du 17 juin 2011 voulait braquer le projecteur d'une part sur les services d'Archives qui ont été impliqués de longue date dans la collecte et la conservation des sources orales4 et d'autre part attirer l'attention sur la nécessité désormais incontournable de mettre en place des collaborations et des partenariats multiples afin de réunir les conditions d'un développement optimal des sources orales. En effet, lors du congrès de l 'Association des Archivistes français organisé à Montpellier en 2007, il est apparu que la gestion de projets d'archives orales, si elle voulait couvrir l'ensemble de la chaîne de production depuis le « terrain » de la collecte jusqu'à sa diffusion et sa valorisation, devait réunir dans une même dynamique associations, collecteurs, services d'archives, chercheurs, collectivités locales, éditeurs, réalisateurs, médiateurs culturels, experts du patrimoine et spécialistes des nouvelles technologies et mobiliser des métiers, des compétences, des ressources et des financements diversifiés. Cette ambition de donner au patrimoine oral une visibilité et une place plus importante dans la société exige la mutualisation des savoir-faire et des moyens (financiers et humains), le partage des ressources et des énergies, la circulation des idées et l'ouverture sur des réseaux sociaux élargis. C'est cette envie d'ouverture et de travail en commun qu'ont souhaité susciter les organisateurs en présentant quelques réalisations de partenariats réussis entre des services d'archives départementaux, des musées, les SHS, des associations et des radios locales.

Marie-Hélène Chevalier a ensuite présenté une enquête nationale lancée à l'occasion de cette journée d'étude, à partir d'un questionnaire de onze questions qu'elle avait préparé avec Florence Descamps auprès de l'ensemble des services d'archives. Elle l'avait envoyé à l'ensemble des services d'archives en France (via le forum du service interministériel des archives de France) et nous a présenté les principaux points qui s'en sont dégagés :

1. La première question était claire : "Possédez-vous des fonds de témoignages oraux, sonores ou filmés inédits ?". Marie-Hélène Chevalier avait repéré 73 services qui s'intéressaient à la mémoire orale à partir de son réseau professionnel. Pour cette enquête, sur les 40 réponses obtenues 34 services se sont déclarés détenteurs de témoignages oraux et de documents audiovisuels.

2. La question sur le volume d'heures conservé a mis en valeur des approches différentes, selon les services d'archives et leur histoire, pour décrire l'importance de leur collection : par nombre d'heures, de témoignages, de témoins ou de supports.

3. Une deuxième question portait sur les thématiques et les périodes des corpus conservés. Les guerres et en particulier, la deuxième guerre mondiale, demeurent les sujets de prédilection avec la vie quotidienne et les récits de vie ainsi que tous les thèmes locaux (la langue, le conte, la chanson). Certaines collectes, ponctuelles, ont été réalisées parallèlement à des dépôts papiers comme aux AD49 où un fonds déposé sur le métier de perruquier posticheur a été accompagné par le témoignage du déposant. Dans leur majorité, les enregistrements ont été recueillis à partir de 1990 et se poursuivent aujourd'hui. Cependant, des fonds plus anciens existent, notamment autour des parlers régionaux.

4. A propos de qui réalise les enquêtes, trois cas de figures se présentent : la majorité des services mènent leurs propres collectes, d'autres les délèguent et  ils passent notamment par des marchés publics alors que certains sont simplement récipiendaires.

5. La réponse à la question sur l'existence ou non d'un responsable du centre d'archives sonores et audiovisuelles était rassurante : les archivistes de l'audiovisuel et de l'oral existent enfin, même si cette mission est parfois à temps partiel. Pour d’autres services, comme les Archives municipales de Cannes, ce sont la direction ou les cadres qui effectuent des collectes ponctuelles pour une exposition par exemple ou pour toute autre action de valorisation.

6. Pour l'entrée des fonds, la provenance des sources est variée mais la majorité demeure la création ; certains services n'ont jamais reçu de dons ou de dépôts comme l'INRA.

7. Pour les instruments de recherche une grande diversité prévaut : du descriptif sommaire à l’inventaire très précis, de l’absence de description des fonds à l’état des fonds, en passant par le répertoire numérique, avec une volonté pour certains services d’indexer les fonds.

8. La numérisation des collections est loin d'être achevée même si elle avance (pour 4 services elle est terminée et seuls 3 ne l'ont pas encore entamée). Les méthodes sont variées (en interne, en partenariat, en externe).

9. L'accès en ligne des données se développe mais reste parcellaire au regard des fonds. Parmi tous les outils, celui qui a été développé par le conservatoire des mémoires étudiantes est particulièrement remarquable. Il propose une recherche par nom de témoin, période, date.

10. La valorisation peut prendre différentes formes : colloque, site internet, sonorisation d'une exposition, publication d'extraits, disque joint à une revue, DVD d'un événement, témoignage en direct d'un témoin, manifestation en l'honneur du donateur, participation à des anthologies ou prêt aux radios, animations scolaires, intégrations de fonds de bibliothèques publiques, et – plus original -, spectacle de marionnettes reprenant des témoignages oraux.

11. La dernière question, sur les partenariats, a montré combien ces derniers se développaient avec les EPST et les Universités, la MRT (Ministère de la culture), l'ONAC, l'Inspection académique, les association locales (IEO, Institut de culture basque, Dastum), les DRAC, les mairies, les collectivités locales et les musées.


Première partie du compte-rendu de la journée d'étude de l'AFAS rédigée par Marie-Hélène Chevalier, Florence Descamps et Véronique Ginouvès, à suivre dans les prochains billet des Carnets de la Phonothèque. Merci à Hélène Chevalier et Marie-Barbara Le Gonnidec pour leur relecture et commentaires.

Crédits photographiques : porte de la cathédrale Saint-Maurice-d'Angers, Véronique Ginouvès, juin 2011.

  1. Les statistiques des visiteurs d'un site web peuvent se lire de plusieurs façons mais le nombre de visiteurs uniques est celui qui permet de mesurer le nombre réel de visiteurs. Ce nombre est fondé sur les adresses IP des visiteurs. Ainsi, quel que soit le nombre de pages feuilletées par un visiteur, le serveur enregistre la session comme une unique visite. Le nombre de visites uniques donne donc une idée réelle du trafic généré sur le site Pour plus d'information sur les statistiques de consultation, voir : http://www.maisondesrevues.org/379. []
  2. Le site est publié avec le logiciel d'édition électronique LODEL, inventé par Revues.org. Ce logiciel diffuse les pages publiées sous différentes normes et formats ce qui permet la diffusion suivant les normes Dublin Core METS, TEI et aux format HTML, PDF  et ePUB. []
  3. L'AFAS a été fondée en 1979, l'année où la phonothèque de la MMSH, alors intégrée au CREHOP, a été elle-même créée. Les fondateurs de cette phonothèque (Jean-Claude Bouvier) mais aussi d'autres laboratoires de recherche, en particulier en linguistique, comme Marie-Rose Simoni ont été présents tout au long de la vie de l'association. []
  4. Les Archives nationales et les Archives de France ont été historiquement présents au sein de l'AFAS dès sa création. Depuis le Guide sur les témoignages oraux de C. de Tourtier-Bonnazzi (1992) jusqu'au dernier colloque organisé par l'Association des archivistes français à Montpellier en 2008, en passant par le Guide du Patrimoine sonore et audiovisuel d'A. Callu et H. Lemoine (Belin, 2002), les articles consacrés aux archives orales dans La Gazette des archives et les guides départementaux destinés aux associations de collecteurs, le réseau des Archives a maintenu et renouvelé son intérêt pour les archives orales. []

Mise en ligne. Corpus d’enquêtes orales réalisées auprès d’anciens mineurs du Carmausin.

Musée-mine départemental, Cagnac-les-Mines

Les Archives départementales du Tarn expérimentent la mise en ligne d'archives sonores sur leur site.

Les entretiens et les notices du corpus Mémoires de mineurs du carmausin sont désormais accessibles à partir de la rubrique accès aux fonds, documents en ligne puis archives sonores.

La diffusion a été possible grâce à la signature d'un contrat par le témoin ou ses ayants droit. Les témoignages sont restitués dans leur totalité, de la présentation du témoin à la demande d'autorisation orale adressée par l'enquêteur, pour préserver l'intégrité de l'enquête. En revanche, lorsque des témoins ont souhaité garder l'anonymat et nous ont demandé que les noms cités soient masqués, des "silences" ont été insérés volontairement sur les fichiers de consultation. Les autres interventions consistent uniquement en la suppression de sons parasitaires. Le fichier de conservation est une copie fidèle de l'original.

Le corpus collecté par le Musée-Mine de Cagnac-les-Mines compte une trentaine de témoignages soit près d'une quarantaine d'heures qui éclairent plusieurs pans de l’histoire de la mine. Chaque enquête s’articule autour de trois grandes thématiques : une présentation du mineur, le travail à proprement dit, la vie quotidienne en dehors de la mine.  La première renseigne sur l’état civil du mineur, la durée de l’exercice de son activité. La seconde précise l’origine de la famille du mineur, ses débuts à la mine, ses souvenirs du premier jour et du dernier, l’évolution de la situation professionnelle, les effets de la mécanisation sur le travail, l’action syndicale, les mouvements revendicatifs, la fermeture des puits, la fermeture des puits. Enfin, le troisième volet insiste sur le(s) lieu(x) d’habitation, l’organisation de la vie familiale à l’intérieur du foyer, les activités extra-professionnelles du mineur et de sa famille, les rencontres des collègues en dehors du travail, les fêtes corporatives (Sainte-Barbe) et populaires (Saint-Privat), les traditions paysannes et les croyances populaires.

Entretiens : Myriam Devalette, 2000-2001
Enregistrements : Christian Marc, 2000-2001

Ce billet est en lien avec Ecouter la mine publié dans les Carnets de la phonothèque en octobre 2009.

Contact secteur archives audiovisuelles et sonores des Archives départementales du  Tarn : celine.dellasavia@cg81.fr

Crédits photographiques: Donatien Rousseau, Mission photographique du Conseil général du Tarn.

Ecouter la mine. Corpus d'enquêtes orales réalisées auprès d'anciens mineurs du Carmausin.

Musée départemental de la mine

Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines

Alors que le charbon de bois est exploité en forêt par des charbonniers, une autre proto-industrie apparaît au Moyen-âge, lorsque les paysans découvrent à Carmaux le « carbo de pèira » dans leurs champs, la pierre qui brûle, et l’exploitent. Ce charbon de terre supplante peu à peu le charbon de bois comme combustible mais son véritable essor en Carmausin date du milieu du XVIIIe avec l’arrivée de la famille de Solages et  de la Révolution Industrielle au XIXe siècle. Il est alors exploité par deux sociétés concurrentes, la S.M.C. (Société des mines de Carmaux) créée en 1865 et la S.M.A. (Société des mines d’Albi) à partir de 1890. Elles sont ensuite nationalisées en 1946 et regroupées sous une même entité, les H.B.A. (Houillères du Bassin d’Aquitaine), elle-même fondue sous l’entité H.B.C.M. (Houillères du Bassin du Centre et du Midi) en 1969. De la période moyenâgeuse jusqu’en 1987, le charbon tarnais est exploité par le biais de galeries de mine : c’est l’exploitation par le fond où quelques 106 millions de tonnes sont extraites du sous-sol. Ce mode sera remplacé en 1987 par une exploitation en découverte, définitivement arrêtée en 1997.
Les techniques d’exploitation et d’extraction du charbon ne cessent d’évoluer au cours des siècles, rythmant ainsi une production en constante augmentation. Le métier de mineur suit cette évolution, qui connaîtra pour le XXe siècle un profond changement avec l’arrivée de la mécanisation au fond de la mine à partir des années 1960.

En 2000-2001 le Musée-Mine de Cagnac-les-Mines, créé en 1989 et désormais musée départemental du Tarn, a conduit une série d'enquêtes orales auprès d'anciens mineurs du Carmausin ayant connu la période antérieure à la mécanisation et celle-ci. Ce projet a été réalisé en partenariat avec les Archives départementales du Tarn qui conservent les exemplaires originaux des enregistrements. Ce fonds compte une trentaine de témoignages soit près d'une quarantaine d'heures qui éclairent plusieurs pans de l'histoire de la mine. Chaque enquête s'articule autour de trois grands axes : une présentation du mineur, le travail à proprement dit, la vie quotidienne en dehors de la mine.  Le premier axe renseigne sur l'état civil du mineur, la durée de l’exercice de son activité. Le second porte sur l'origine de la famille du mineur, ses débuts à la mine, ses souvenirs du premier jour et du dernier, l'évolution de la situation professionnelle, les effets de la mécanisation sur le travail, l'action syndicale, les mouvements revendicatifs, la fermeture des puits, le dernier jour. Le troisième volet insiste sur le(s) lieu(x) d'habitation, l'organisation de la vie familiale à l'intérieur du foyer, les activités extra-professionnelles du mineur et de sa famille, les rencontres des collègues en dehors du travail, les fêtes corporatives (Sainte-Barbe) et populaires (Saint-Privat), les traditions paysannes et les croyances populaires.

En 2009, l'ensemble du fonds, enregistré sur cassettes DAT, a été entièrement numérisé par le secteur d’archives audiovisuelles et sonores des Archives départementales. En 2008, un contrat de cession de droit et d'utilisation a été adressé a posteriori à chacun des témoins afin d'être en mesure de communiquer le contenu des enregistrements en salle de lecture et de le diffuser sur Internet. L'autorisation de communication et de diffusion a été accordée par la majeure partie d’entre eux.
Ces entretiens sont à l'heure actuelle en cours de catalogage et les Archives départementales espèrent bien les rendre accessibles avant la fin de l'année. Dans l’attente de leur communication voici un court extrait audio. En espérant que vous suivrez l'aventure sonore...

Entretiens : Myriam Devalette, 2000-2001
Enregistrements : Christian Marc, 2000-2001
Numérisation et analyse archivistique : Céline Della Savia, 2009

Contact secteur archives sonores et audiovisuelles des Archives départementales du  Tarn : celine.dellasavia@cg81.fr

Crédits photographiques: Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines. Extrait sonore: Guy Batista. Cote : 8AV03.

De la bande collante au flux binaire : vers des zéros et des uns. Récit d’expérience pour la mise en place d'un secteur audiovisuel aux Archives départementales du Tarn

Lorsque l’on lance une recherche sur un moteur généraliste en associant les termes « archives-départementales archives-sonores » le résultat est très hétérogène et peu représentatif. Au mieux, vous pouvez être aiguillés vers des états des fonds audiovisuels de services d'archives départementales (AD).  Certaines AD commencent à proposer des fichiers sonores impliquant en amont des choix, en termes de protocole et de formats d’archivage ainsi qu’un équipement. En lisant les listes de diffusion spécialisées on se rend compte que de plus en plus les AD tentent d’enclencher un travail dans cette voie. Pourtant, rares sont les récits d’expérience autour de la mise en place d’un secteur sonore et visuel et de mise en ligne des collections. Il serait intéressant de constituer un espace qui rendrait compte du travail accompli en matière de traitement d’archives sonores et visuelles sur l’ensemble des services d’AD. Responsable de la réorganisation d'un département audiovisuel aux Archives départementales du Tarn, il m'est paru important de présenter mon travail et de partager mes questionnements. J'ouvre donc sur les Carnets de la Phonothèque, en accord avec Véronique Ginouvès, une nouvelle catégorie "Le son du Tarn", en espérant qu'il suscite des retours d'expériences similaires et engage un espace de dialogue avec des commentaires.

Le secteur dédié aux archives sonores des Archives départementales du Tarn a été créé en 1989. Depuis sa création il a pour vocation de collecter, documenter, conserver et valoriser le patrimoine immatériel, fixé sur tout type de support audio, ayant valeur d'information historique et patrimoniale sur le département du Tarn.

Les fonds portent principalement sur des répertoires de chants et de musique instrumentale traditionnelle, des répertoires de contes, légendes, des traditions et expressions orales, des témoignages historiques locaux ou nationaux, des témoignages ethnographiques (coutumes, savoir-faire), des récits de vie.

Les AD disposent à ce jour d’un fonds audio constitué de près de 500 heures d’enregistrements. A ce fonds audio est venu s’adjoindre en 2003, un fonds audiovisuel constitué d’environ 1200 heures, cassettes montées et rushes confondus.

Les fonds sonores et plus particulièrement les fonds audiovisuels des AD81 se trouvent fixés sur des supports variés et dans de multiples formats. Les AD sont confrontées aux dégradations, inéluctables, de support et de signal qui peuvent intervenir naturellement en fonction de la nature physico-chimique des documents. Ainsi, il devenait urgent de passer aux zéros et aux uns, en transférant par un procédé de numérisation le contenu de ces documents sur un support pérenne et d’enclencher un processus régulier de réactualisation de format. Conserver les collections par le procédé de la numérisation permettra, outre la préservation de l’intelligibilité du document, la mise en place cohérente de leur communication au public et de leur valorisation.

En octobre 2008 nous avons actualisé l’équipement audio, en partie existant depuis 1989, et nous nous sommes dotés d’une station de transfert vidéo à partir d'un cahier des charges. Par chance, l’entrée d’un fonds audiovisuel en 2003 avait été accompagnée du matériel de lecture correspondant aux différents formats vidéo contenus dans ce fonds ; un point non négligeable quand on sait qu’une des difficultés pour la conservation de ces documents vient de la difficulté d’acquérir les lecteurs d’ancienne génération.

La difficulté dans le choix des formats de conservation et les supports de stockage est venue essentiellement des diverses propositions qui sont faites dans ce domaine et dans notre volonté d’opter pour un archivage pérenne. Nous avons préalablement prospecté auprès d’institutions qui ont fait leur preuve en matière d’archivage pérenne tout en rapportant leurs préconisations à l’échelle d’un service d’AD et au budget d’investissement qui nous a été alloué. Le plus délicat a été d’arrêter des choix en acceptant l’approche par le risque mesuré. De manière à se prémunir de la dégradation et le vieillissement des médias nous avons choisi de diversifier les technologies de stockage. Deux copies d’archivage vont être réalisées. L’une sur bande magnétique LTO 3 et l’autre sur un espace de stockage de masse sécurisation Raid 5. Les fichiers destinés à l’archivage seront encodés dans des formats durables et largement ventilés pour ne pas tomber dans l’impasse de leur disparition et afin de permettre au mieux leur lisibilité au plan technique ainsi que leur échange : wave pour le son et mpeg2 pour la vidéo. Les métadonnées relatives à la constitution technique des fichiers et à leur contenu intellectuel seront renseignées afin de les rendre intelligibles dans l’avenir. Les fichiers de consultation seront compressés au format mp3 pour l’audio et mpeg4 pour la vidéo et hébergés sur un serveur dédié. Ces fichiers de consultation au format compressé seront reliés à leur notice documentaire correspondante afin que les utilisateurs puissent y accéder en salle de lecture sur un poste informatique en écoute individuelle. Dans un premier temps, pour des questions essentiellement juridiques, les documents ne seront pas accessibles sur Internet.

L’environnement informatique choisi pour les deux stations est un environnement Macintosh. Le service des AD possédait différents lecteurs à connecter à la station audio qui est dotée d’une carte son externe mbox2 de la marque Digidesign fournie avec le logiciel d’édition Pro Tools 7 LE. Cette version « Light » du logiciel permet très largement de couvrir les besoins de transfert des fonds détenus par les AD. Il permet d’encoder les fichiers audio aux formats wave et mp3.

Pour ce qui est de la vidéo, un patch bretelles BNC et à des patchs RS-422 fabriqués sur mesure sur site permettent la connexion audio/vidéo, et le pilotage, entre la station, et les différents magnétoscopes existants aux Archives. Nous avons choisi le logiciel de montage vidéo Final Cut studio pro2 qui permet l’encodage des fichiers vidéo aux formats mpeg2 et mpeg4.

Avant de poursuivre l’analyse documentaire des archives sonores et d’initier celle des archives vidéo, un travail de réactualisation des bases de données doit être fait. Le traitement archivistique s’effectuera au fur et à mesure de l’avancée du travail de numérisation des documents et progressivement, les documents seront accessibles en écoute individuelle sur poste informatique dans l’enceinte des Archives départementales. Le moteur de recherche Pleade permettra d’optimiser la recherche en moissonnant la base de données et faire émerger les notices documentaires souhaitées par l’utilisateur.

Dans l’immédiat, les personnes souhaitant écouter ou visionner des documents doivent encore me rendre une petite visite en passant un coup de fil préalable ! La consultation de l’état des fonds détaillé dans sa version papier et des contenus eux-mêmes nécessite pour quelques temps encore un rendez-vous.

Céline Della Savia,
Responsable des archives sonores et audiovisuelles
Archives départementales du Tarn - Courriel : celine.dellasavia<@>cg81.fr

Crédit photographique : Céline Della Savia, Zéro et un.