Archives par mot-clé : Afrique

Kuhuisha nyaraka za sauti Tanzania

Tanzania, tangu mwaka 2011, mradi ulianzishwa unaotazama kumbukumbu ya kihistoria ya Tanzania kuhusiana na Urithi wa Ukombozi wa Mwafrika. Tasisi husika za umma Tanzania zinajitahidi kulinda na kuhifadhi urithi huo kwa ajili ya kizazi cha sasa na kijacho kupitia ufadhili wa UNESCO pamoja na Jumuiya ya Ulaya. Kuna umuhimu mkubwa wa kuruhusu kumbukumbu za uhai wa Nyaraka za Sauti kusikika kupitia nchi husika. Warsha ya kwanza ilifanyika mwaka 2014, TBC, Dar es Salaam. Baada ya miaka mitatu, kabla ya mradi kuisha, warsha nyingine ilifanyika (yakifuatiwa na maonesho). Warsha hiyo ilitoa fursa ya kufunzwa utaalamu wa kidijitali na namna ya kuorodhesha taarifa za nyaraka za sauti. Taasisi nne ziliudhuria mafunzo hayo:Kutoka kulia kwenda kushoto: Continuer la lecture de Kuhuisha nyaraka za sauti Tanzania

Reviving the sound archives of Tanzania

In Tanzania, since 2011, a project is raising to highlight Tanzania’s historical memory relating to the African Liberation Heritage. To safeguard and ensure the preservation of endangered public archives in Tanzania, most institutions are promoting its heritage for present and future generations sustained by the UNESCO and European Community.

Sound archives are essential to transmit the vitality, memory and oral history through the voices of the country. This heritage archive reflects the diversity of languages, cultural identities and culture of Tanzania. Continuer la lecture de Reviving the sound archives of Tanzania

Heritage Archives of Tanzania : la phonothèque de la MMSH à Dar-es-Salaam

La phonothèque de la MMSH  participe au programme européen soutenu par l’UNESCO « Safeguarding, Preservation and Promotion of the Heritage Archives of Tanzania: the African Liberation Heritage Archives ». Dans ce cadre, une formation à la collecte, l’archivage et la valorisation des archives sonores aura lieu à Dar-es-Salaam du 25 août au 5 septembre 2014. Continuer la lecture de Heritage Archives of Tanzania : la phonothèque de la MMSH à Dar-es-Salaam

Compte rendu de l’édition 2013 du colloque annuel de la Société britannique d’histoire orale

Les 5 et 6 juillet derniers, le colloque annuel de la Société britannique d’histoire orale s’est déroulé à Brighton (R.-U.) au sein du Centre for Life History and Life Writing Research. Cette année, ce rendez-vous des professionnels britanniques et anglo-saxons de l’histoire orale portait sur « l’histoire orale dans l’administration et dans l’entreprise ».

Dans l’optique1 de contribuer à la diffusion des pratiques françaises de l’histoire orale au Royaume-Uni et à la connaissance des expériences anglo-saxonnes en France, j’y ai coordonné une session sur la place du patrimoine immatériel dans l’histoire française des entreprises et des administrations. Avec Marie-Noëlle Polino2 et Arthur Mettetal3 , nous avons proposé, à travers quatre cas d’études, une réflexion sur l’histoire de ces structures en France et son inflexion récente vers les archives orales.

Après avoir exposé le contexte français de l’histoire orale et de l’histoire des entreprises et des administrations, nous avons présenté quatre projets de collecte d’entretiens, élaborés avec des méthodes, des moyens et dans des cadres différents. Ont ainsi été détaillées les collectes menées par l’association French Lines sur l’histoire des grandes compagnies maritimes, par l’Office Français pour la Protection des Réfugiés et demandeurs d’Asile auprès de ses anciens agents, par le collectif Anachronique Symposium Committee sur les anciens employés de l’usine Panarroya-Metaleurop et par l’Association pour l’histoire des chemins de fer sur la vie et le travail des cheminots pendant la Deuxième Guerre mondiale.  

Marie-Noëlle Polino a animé notre discussion sur les usages du patrimoine immatériel dans ces milieux. Le public, qui a rempli notre petite salle de séminaire, a été invité à contribuer à notre comparaison des usages de l’histoire orale en France et dans les pays anglo-saxons.

 

Nos présentations se sont inscrites dans une réflexion portant sur de multiples aspects de l’histoire orale des entreprises et des administrations. Je vous propose un petit aperçu4 des questions soulevées et des approches adoptées dans les différents pays et projets représentés durant ces deux jours.

 

Photo des participants, Brighton, juillet 2013. Avec l'aimable autorisation de Stuart G. Robinson, University of Sussex.
Photo des participants, Brighton, juillet 2013. Avec l’aimable autorisation de Stuart G. Robinson, University of Sussex.

Un défi pour l’histoire orale

Dans son introduction générale, Rob Perks (British Library, R.-U.) nous a rappelé qu’il s’agissait de la première des conférences annuelles de l’Oral History Society, depuis la première édition en 1971, à aborder le thème des entreprises. Cela s’explique notamment par les origines politiques de l’histoire orale au Royaume-Uni : elle a été lancée avec le mouvement de « history from bellow », par les chercheurs s’intéressant à  l’histoire des dominés (sous-représentés dans la recherche : les ouvriers, les immigrés, les femmes, les enfants…).

Malgré tout, l’histoire orale s’avère être un bon moyen pour permettre aux entreprises de garder une trace des savoir-faire, pour apporter une reconnaissance aux employés, pour tirer les leçons des échecs, ou encore pour construire une image de marque.

Les défis qui se posent à l’historien oral sont nombreux s’il veut aborder le thème du business : dépasser sa réticence vis-à-vis des grandes entreprises et institutions, se confronter aux relations de pouvoirs de ce milieu, négocier un cadre de travail, garantir la polyphonie et enfin établir si l’enquêteur doit être interne ou externe à l’établissement.

 

Le business de l’histoire des entreprises

La valeur de l’histoire vivante : pourquoi les entreprises compétitives investissent dans des projets d’histoire orale (allocution plénière de Bruce Weindruch, fondateur et CEO de The History Factory, E.-U.) :

L’entreprise The History Factory a été créée en 1979 à Washington D.C. et emploie aujourd’hui 35 personnes dont les différents métiers (archiviste, graphiste, historien…) sont mis à profit pour répondre à des commandes d’histoire orale d’entreprises et d’institutions dans le monde entier. Les entretiens, réalisés auprès d’employés de structures telles qu’Adobe, McDonalds ou Western Union, sont sauvegardés dans l’un des 35 bâtiments servant à l’archivage des projets. 

L’intervenant remarque que les entreprises qui le contactent (sa politique est de ne jamais démarcher de possibles clients) sont très préoccupées, non par le changement, mais par la perte de leur identité. Par ailleurs, beaucoup des projets sont commandés après l’enterrement d’un haut dirigeant d’entreprise : ces cérémonies servent de déclencheur pour les autres responsables qui s‘inquiètent de la mémoire qu’ils laisseront derrière eux, à leur départ de l’établissement. 

Les projets de collecte revêtent des formes très différentes : le kit de collecte (selon le concept du « Do It Yourself »), les enquêtes téléphoniques, les entretiens collectifs, la discussion filmée entre membres d’une équipe… Une fois collectés, les entretiens sont transformés en des produits utilisables par l’entreprise à l’avenir (mini site internet, film, livre, etc.). Ainsi, la devise de The History Factory est « Start with the future, and walk back ».

La compagnie revendique le respect d’une éthique professionnelle rigoureuse : les entretiens font l’objet de contrat de cession de droits d’auteur, les commanditaires reçoivent un dossier expliquant le déroulement de la collecte et les enquêtés obtiennent des conseils pour se préparer à l’entretien. Chaque entretien coûte en moyenne 10 000$ (environ 7 500€) en incluant le coût de toutes les étapes depuis la recherche préparatoire jusqu’à la réalisation du produit final. 40% du temps utilisé dans ce processus est dédié à la recherche.

Les entretiens ne se concentrent pas que sur les dirigeants, les employés en bas de la hiérarchie d’entreprise ont aussi la parole car les commanditaires reconnaissent souvent que ce sont ces employés qui possèdent la connaissance de terrain. De même qu’est généralement accepté que les personnes qui ont démissionné ou ont été renvoyées aient aussi la parole, de peur que, si elles ne sont pas interviewées, les informations qu’elles ont à transmettre ne se retrouvent dans les médias.

Le plus grand défi qui se pose à The History Factory aujourd’hui vient des nouvelles technologies qui permettent de s’auto-enregistrer : beaucoup des entreprises qui prennent contact demandent en quoi elles ont encore besoin d’historiens alors que leurs employés pourraient réaliser leur propre entretien avec des outils tels que les lunettes Google. L’intervenant répond à cela qu’on ne peut comparer l’utilisation ponctuelle d’un gadget à la mode et la construction méthodique d’un projet de collecte.

Par manque de temps l’intervenant n’a pas pu être interrogé sur la diffusion des entretiens enregistrés et stockés dans les bâtiments de The History Factory. Il reste à comprendre qui, en dehors du commanditaire, pourra avoir accès à ces milliers d’heures de son et de vidéo. Et la question majeure qui se pose est sans doute celle de la nature du travail qui est réalisé : si ce n’est pas tout à fait de l’histoire orale, comme le reconnait l’intervenant, comment qualifier ce type de méthode ?

 

L’histoire des entreprises et du business

L’histoire du monde des affaires en Egypte à l’aide de l’histoire orale : une expérimentation institutionnelle (allocution plénière d’Abdel Aziz EzzelArab, American University of Cairo, Egypte)

L’ Economic and Business History Research Center  a été créé en 2004  à l’initiative de 5 économistes américains et égyptiens, parmi lesquels figure l’intervenant. Ses activités incluent la collecte et l’archivage d’entretiens avec des acteurs de la vie économique du pays, la formation d’étudiants, la publication et l’organisation d’évènements scientifiques. Le centre est soutenu par de nombreuses institutions comme les universités de Harvard, Princeton, ou Washington. Une personne y est actuellement employée de façon permanente.

La collecte d’archives orales est au cœur du projet de création de ce centre, bien qu’aucun des fondateurs n’ait eu une expérience préalable en histoire orale. Ils se sont formés par la suite. Ce besoin de créer de telles sources résulte de l’importance de la censure dans le milieu des affaires égyptien et de l’absence de politique d’archivage à l’université. Ce centre de recherche tente de produire de nouvelles sources pour comprendre les processus de prises de décisions dans le monde des affaires et notamment les politiques de privatisation mises en place en Egypte depuis plusieurs décennies. Les témoins enregistrés sont des anciens ministres ou des personnes qui ont été influentes dans les prises de décisions économiques.

L’analyse des entretiens révèle le poids des dynamiques informelles dans la prise de décision, un phénomène qui explique l’absence de trace des débats ou des décisions dans les médias ou les documents officiels. Par ailleurs ces entretiens mettent en lumière l’écart entre les lois votées et les intentions initiales de leurs promoteurs. Contrairement à  ce qui aurait pu être pensé au vu de l’opacité de ce milieu, les témoins sont enthousiastes à l’idée d’être enregistrés car cette sollicitation leur donne le sentiment que le pays se souvient d’eux. A la suite des entretiens, plusieurs d’entre eux ont commencé à écrire leurs mémoires. Et lorsqu’ils ont été invités à participer à des séminaires pour discuter de leurs entretiens, ils l’ont accepté.

Le centre de recherche utilise deux vecteurs principaux de diffusion des entretiens. La transcription et l’archivage constituent un de ces moyens. Le second vecteur de diffusion prend la forme de séminaires, regroupant des étudiants, des chercheurs et les témoins. L’intervenant remarque que la rencontre a un fort impact sur les étudiants lorsqu’ils entendent d’anciens politiciens faire des erreurs dans la chronologie des faits ou affirmer qu’ils n’ont jamais débattu les décisions politiques qu’ils ont prises. L’opinion des étudiants quant aux preneurs de décision de leur pays s’en trouve bouleversée. Enfin, la cession des droits d’auteur a été demandée pour tous les entretiens afin de permettre que ces nouvelles sources soient étudiées à l’avenir.

 

Histoires invisibles : chansons et récits des emplois perdus de Salford (par Neil Dymond-Green, Working Class Movement Library, R.-U.)

Il s’agit du premier projet de collecte mené par la Working Class Movement Library, qui a porté sur les anciennes usines de cette banlieue de Manchester. L’appel à témoignage a été diffusé au moyen d’affiches dans les bibliothèques municipales et d’annonces dans la presse locale. 24 entretiens ont pour l’instant été recueillis, auprès d’employés de 3 lieux différents : une mine de charbon, une usine de plastiques et une usine de coton.

Pour la valorisation et la diffusion des entretiens, l’équipe du projet s’est inspirée d’un autre projet local mené dans les années 1960 par des chanteurs de la région qui ont enregistré et diffusé à la radio des ballades racontant l’histoire locale. En partenariat avec une des écoles de Salford et des musiciens locaux, l’équipe du projet d’histoire orale est en train de créer de nouvelles chansons utilisant des extraits des entretiens collectés sur fonds de mélodie hip hop. Leur objectif principal est de faire en sorte que ces histoires restent vivantes. Les chansons seront bientôt disponibles sur leur site internet, sur Youtube et Audioboot.

 

L’histoire des institutions politiques et des fonctionnaires

Observer le changement dans une institution traditionnelle : l’histoire orale dans le Sénat américain (par Donald Ritchie, US Senate Historical Office)

Le fort sentiment de continuité propre aux membres du Sénat américain explique leur intérêt pour l’histoire de leur institution. Ce projet d’histoire orale sur l’évolution du Sénat a ainsi débuté en 1966, année où l’intervenant a été embauché comme enquêteur. Les entretiens sont menés lorsque les témoins sont proches de l’âge de la retraite. Outre les sénateurs et d’autres politiciens, le projet entend capter l’évolution de tous les métiers qui permettent de faire fonctionner l’institution.

Malgré leur sentiment de continuité, les sénateurs ont connu de nombreux changements, en raison notamment des avancées technologiques. Ainsi, avant qu’il soit possible de traverser les Etats-Unis en quelques heures en avion, les sénateurs déménageaient systématiquement à Washington avec toute leur famille ; aujourd’hui leurs billets d’avion sont payés par l’Etat fédéral pour qu’ils puissent rentrer chez eux toutes les semaines.

Alors que le nombre d’employés est passé de 1000 dans les années 1960 à plus de 7000 aujourd’hui, plusieurs autres grandes évolutions sont mises en valeur par les entretiens. Afin de permettre que les employés fassent connaissance, l’institution doit organiser des évènements pour les réunir. Le rapport à la technologie est passé d’une forte réticence (notamment pour s’adapter à l’ordinateur dans les années 1980) à une acceptation générale des outils informatiques, qui  sont désormais omniprésents. Enfin, jusqu’aux années 1970 les assistants des sénateurs pouvaient rédiger des projets de lois pour des sénateurs de bords différents ; aujourd’hui les assistants ne peuvent travailler que pour un seul parti.

 

Les politiques racontent des histoires : le projet d’histoire orale du Parlement britannique (par Paul Seaward, Priscilla Pivatto et Emma Peplow, membres du projet History of Parliament, R.-U.)

Cette collecte qui a débuté en 2011 s’insère dans un vaste projet de recherche sur l’institution et ses membres, en cours depuis les années 1960. L’enregistrement de récits de vie de parlementaires vise à saisir le parcours de vie qui a amené des centaines d’hommes et de femmes à siéger au Parlement britannique, à comprendre leur caractère et à recueillir leurs observations des évolutions de l’institution. L’un des enjeux du projet est d’arriver à faire sortir ces anciens politiciens de leurs discours rodés ou souvent répétés.

La collecte est réalisée par une vingtaine d’enquêteurs bénévoles, qui ont été choisis pour leur connaissance de l’histoire ou de la politique britannique. La sélection des parlementaires se fait en fonction de leur origine géographique et de leur appartenance politique, avec l’objectif d’obtenir un corpus d’entretiens équilibré. 60 personnes déjà ont été interviewées et les intervenants projettent de rencontrer une centaine de témoins d’ici à la fin de leur projet.

Les archives orales sont destinées à être déposées au département des archives sonores de la British Library. Pour les prochaines étapes du projet, les responsables envisagent d’élargir l’enquête à l’histoire des circonscriptions, des militants et des bloggeurs impliqués dans la vie politique locale. Le projet vient de recevoir un financement de la part de la Loterie nationale (Heritage Lottery Fund) pour mener cette nouvelle enquête dans une première région, qui servira de test.

 

Les scientifiques au service de l’Etat britannique entre la Deuxième Guerre mondiale et les années 1990 (par Sally Horrocks, University of Leicester, et Tom Lean, National Life Stories, R.-U.)

Ce projet s’inscrit dans le programme de collectes d’entretiens menées depuis 1987 par le département d’histoire orale de la British Library sous le nom de National Life Stories qui entend créer des archives orales couvrant le plus grand nombre possible de thèmes de l’histoire de la société britannique contemporaine.

Le projet présenté lors de cette session porte sur le volet « Made in Britain »  de la collecte sur l’histoire de la science au Royaume-Uni qui a débuté en 2009 grâce au financement de l’association caritative Arcadia Fund. L’objectif de cette collecte sur l’histoire de la science est de regrouper environ 200 témoins, avec lesquels sont menés des entretiens d’une durée 10 à 15 heures chacun.

Le propos des intervenants portait sur les entretiens réalisés auprès de scientifiques entrés au service de l’Etat britannique pendant la Deuxième Guerre mondiale. En 1949, 9 000 scientifiques qualifiés travaillaient dans les ministères.

La plupart avaient été embauchés pendant la guerre. En acceptant de devenir fonctionnaires, ils ont fait le choix de placer leur carrière au service des besoins de la nation, quitte à mettre entre parenthèse leurs ambitions professionnelles. Beaucoup des personnes rencontrées expliquent cette décision par le sentiment d’avoir été sauvés par l’Etat en étant requis loin du front et d’avoir un devoir à accomplir en retour. Cependant plusieurs témoins expliquent qu’ils ont été contraints de ne pas aller sur le front, contre leur volonté, par la menace d’être envoyés en prison s’ils refusaient de devenir fonctionnaires et de rester en Grande-Bretagne.

Le sens du service à la patrie persiste après la guerre : jusqu’aux années 1960, beaucoup de témoins se désignent comme des « soldats scientifiques ». A partir des années 1980, leur opinion sur leur métier change fortement, en raison notamment du contexte politique de tournant libéral initié par le gouvernement de Margaret Thatcher. Ils reçoivent désormais la consigne de faire en sorte que la science devienne rentable. Les passages des entretiens portant sur cette période de leur carrière sont caractérisés par la nostalgie et le ressentiment.

 

L’histoire orale par et sur les universités

Qui sommes-nous ? L’histoire orale de l’Université de Sussex (par Margaretta Jolly, Dorothy Sheridan et Suart Robinson, University of Sussex)

A l’occasion de l’anniversaire des 50 ans de cette université, son Centre for Life History and Life Writing Research a mené un projet d’histoire orale sur l’institution. De 2009 à 2011, 50 entretiens ont été collectés, avec un financement de £18 000 (environ 21 100 €) apporté par l’université.

Les entretiens ont tous été accompagnés de la réalisation d’un portrait du témoin sur le campus universitaire. Comme l’expliquait le photographe de l’établissement, qui s’est lui aussi retrouvé interviewé sur sa longue carrière dans l’institution, il a laissé  le choix du cadre de la photo à chaque personne pour qu’elle représente un lieu fortement associé à sa mémoire des années passées dans l’université.

De nombreux enseignants-chercheurs ont été sollicités, et parmi eux une des intervenantes, le professeur Sheridan, qui fut enseignante en sociologie puis directrice du Mass Observation Archive jusqu’à sa récente retraite. Elle nous a livré ses réflexions sur l’expérience d’être interviewée pour la première fois après avoir mené de nombreuses enquêtes au cours de sa carrière. Elle a admis avoir eu peur que ses propos soient inadéquats pour un projet mené dans le cadre de la célébration d’un anniversaire. Par ailleurs, l’expérience l’a fait réfléchir sur l’effort de présenter un visage serein et un récit de vie avec lequel on est à l’aise. La notion qu’elle a utilisée (celle de « composure ») renvoie au besoin de négocier avec soi-même pour livrer une narration qui nous satisfasse et qui soit acceptable à entendre pour l’autre. Enfin, elle a reconnu que l’histoire de vie qu’elle a racontée pour ce projet aurait sûrement été très différente si elle avait été interviewée à une autre étape de son parcours.

.

Le Centre for Popular Memory : dilemmes institutionnels pour l’histoire orale dans le contexte académique (par Sean Field, University of Cape Town, Afrique du Sud)

Le professeur Sean Field nous a proposé une réflexion sur les 10 dernières années d’existence du Centre for Popular Memory, dont il a été le directeur de 2001 à 2012. Ce centre de recherche en histoire orale a été créé pour prendre le relais du Western Cape Oral History Project qui avait commencé son activité en 1985. Son équipe a réalisé de nombreux projets de collecte d’entretiens, des expositions, des documentaires radio, des publications scientifiques.

Dans les années 2000, soit la phase de réconciliation nationale qui faisait suite à l’apartheid, l’histoire orale a connu dans tout le pays un essor et a bénéficié de financements importants avec une demande accrue de formation en technique de collecte pour la société civile, notamment pour les enseignants du secondaire, les personnels des ONG et les responsables de centres communautaires. L’université qui abrite ce centre de recherche a encouragé l’équipe à se concentrer sur la formation, la diffusion auprès du grand public et l’archivage.

Si entre 2001 et 2005 l’université a soutenu et financé les activités de diffusion des méthodes et résultats de l’histoire orale, à partir de 2006 le centre de recherche s’est retrouvé pris en contradiction entre les demandes de formation au niveau local (l’histoire orale est devenue obligatoire dans les écoles de la région) et les exigences pour la recherche au niveau national (seule la recherche en sciences dites « dures » est financée). En outre, au niveau institutionnel, la pression exercée par l’université abritant le centre de recherche oblige l’équipe à publier pour obtenir des financements supplémentaires. L’Université de Cape Town étant la seule université africaine présente dans le classement international qui désigne chaque année les 100 meilleures universités, l’institution exige que les équipes de recherche se concentrent sur la publication, au lieu de la diffusion et des partenariats avec la société civile. Aujourd’hui le Centre for Popular Memory ne fonctionne qu’avec deux personnes permanentes, dont une est à mi-temps.

Suite à cette présentation il était intéressant de réfléchir au fait que l’histoire orale a pour principal objet la production de sources audio-visuelles, qui ne peuvent seulement être analysées dans un second temps et faire l’objet d’une production écrite. A moins de changer en profondeur la nature et la méthode de l’histoire orale, le problème que pose la réponse aux exigences de publications référencées n’est-il pas sans solution? Est-il possible de concilier le caractère chronophage de la constitution et du traitement de corpus d’archives orales avec cette exigence institutionnelle, sans avoir pour cela de moyens supplémentaires en ressources humaines ?

Cette situation problématique est observée par beaucoup de professionnels présents à cette séance du colloque: l’université valorise les partenariats que peuvent susciter des projets d’histoire orale avec la société civile mais elle ne donne pas les moyens financiers pour assurer le travail de recherche nécessaire à la réalisation et à la diffusion de ces projets.

La revue publiée par l’Oral History Society (Oral History Journal, une des principales revues européennes dans le domaine) pâti aussi du système international de classement universitaire: bien qu’accessible sur la plateforme JStor, cette revue n’est pas référencée et le comité de rédaction ne reçoit pas suffisamment d’articles à évaluer.

.

Pour plus d’informations sur ce colloque, il est possible de consulter le programme et les résumés des papiers présentés.

  1. Historienne orale exerçant en France après une formation au Royaume-Uni, je suis cheffe de projet d’une collecte d’archives multimédia à l’Association pour l’histoire des chemins de fer. []
  2. Secrétaire scientifique de l’Association pour l’histoire des chemins de fer et spécialiste du patrimoine industriel. []
  3. Président de l’association Anachronique Symposium Committee et responsable du patrimoine pour le Réseau Empreintes de Haute-Savoie. []
  4. Je remercie Marie-Noëlle Polino et Arthur Mettetal pour leur relecture de ce texte. []

Les palabres de My baobab à Dak’art

Du 11 mai au 10 juin 2012 avait lieu à Dakar la 10e biennale de l’art africain contemporain. Les dizaines d’expositions disséminées dans la ville témoignaient de la vitalité et du foisonnement de la production des artistes contemporains au Sénégal et dans toute l’Afrique. L’une d’elles, My baobab, installée à la biscuiterie de la Médina1, faisait appel à des enregistrements de terrain et proposait une écoute originale d’archives sonores. Au milieu d’une cour, entre l’exposition photographique Chronique d’une révolte, récit des évènements avant l’élection de Macky Sall,  et les sculptures de Marc Montaret, se dressait – en plein soleil – un arbre couvert de graf qui proposait son ombre et le repos sur huit bancs autour de son tronc où l’on pouvait écouter des palabres, de la musique et des chants.

Pour réaliser cette création, Luciana Penna-Diaw – ethnomusicologue à la Cité de la Musique à Paris- a proposé à DB-Agency une série d’enregistrements, issus de traditions orales ou chantées sur les scènes dakaroises d’aujourd’hui. Lord Alaji Man les a organisés2 sur une playlist que le passant écoute en passant d’une anfractuosité du baobab à une autre. Chacune d’elle dessine un petit monde à travers les grafs de Mow504 et Madzoo, traces de la mémoire collective ou des évènements marquants de l’Afrique. Avis donc à ceux qui souhaiteraient aussi partager ces palabres et transporter ce baobab sur notre continent, prenez contact avec DB Agency en écrivant à contact<@>dominiquebarbe<dot>com.

La playlist :

Tàggu naa mbaar Njaay (chant de circoncision – woyukasag), région du Kajoor

Yaay tiim ma (chant de tatouage – woyu njam), ville de Dakar

Yaa moom bès bi (chant de divertissement lors de la céramonie de dation du nom – taasu), région du Kajoor

Ndaamelosire (chant de fête – woyundaga), région du Saalum

Sàmba Mbayaan (chant destiné au roi, woyu buur), région du Waalo

Sukkeul (chant moderne, mballax), pas de lieu indiqué

Xippil xol (chant moderne, slam), Dakar

Tong tong (chant moderne, slam), Dakar

Prise de son : Luciana Penna-Diaw, enregistrements réalisés entre 2000 et 2002.

Ces enregistrements peuvent également être écouté sur le disque produit par Ocora Radio France en 2006 auquel Luciana Penna a participé.

 

 

 

 

 

Crédits photograhiques : Véronique Ginouvès, Dakar, juin 2012.

 

 

  1. Ancien bâtiment industriel de Dakar, désaffecté depuis 2003, dans un quartier qui porte son nom, la Biscuiterie a été réhabilitée et héberge régulièrement des expositions depuis 2010. []
  2. El Hadj Mansour Jacques Sagna, a été le toaster du groupe de rap Daara []

Formation : les sciences humaines et sociales sur Internet, Dakar, 4-7 juin 2012

Formation : « Les sciences humaines et sociales sur Internet » – 4 au 7 juin 2012, Dakar

Organisée par l’IRD à l’initiative d’Alice Desclaux, cette session comprend une formation sur deux jours, une conférence et un atelier.

Programme

Les deux premières journées sont commune avec l’AFIMESS (Atelier de Formation Intensive de Méthodologie en Sciences Sociales)

Lundi 4 juin, salle de conférence Hann 

9h30-12h30 :

Session 1. Comprendre les enjeux de l’édition électronique scientifique

  • Les modèles économiques
  • La mise en place d’une stratégie de publication
  • La nécessité de l’indexation et de la citabilité

14h-17h :

Session 2.

  • Mettre en place une stratégie de recherche sur le Web
  • Comment utiliser Google mais aussi les moteurs spécialisés
  • Utiliser les réseaux sociaux dans ses recherches
  • Créer un système de veille documentaire pour sa recherche

Mardi 5 juin, salle de conférence Hann 

9h30-12h30 :

Session 3

  • Maîtriser son identité numérique
  • Participer à la conversation scientifique : carnets de recherche et réseaux sociaux
  • Citer et être cité correctement sur le web
  • Mettre en place des stratégies d’egoréférencement.

14h-17h :

Session 4

  • Questions diverses
  •  Zot’attaya (Questions autour de Zotero)
  • Retour sur des questions et thèmes abordés lors de la formation

Mercredi 6 juin, salle de conférence Hann :

Conférence de Jean-Christophe Peyssard (Cléo), ouverte à des personnes extérieures sur invitation (archivistes, éditeurs, responsables édition SHS)

15h-17h :

« La nouvelle économie de la publication numérique en SHS. OpenEdition.org, une plateforme complète de publication et de communication en libre accès pour les sciences humaines et sociales »

L’internet a révolutionné l’accès à la connaissance: désormais les documents essentiels en sciences humaines et sociales peuvent être consultés et téléchargés par les chercheurs et les étudiants aussi bien en Afrique qu’en Europe. Néanmoins les modes d’utilisation ou les sites de ressources documentaires sont souvent mal connus. Par ailleurs, la recherche (via les moteurs de recherche) ou l’organisation de publications en ligne (par les éditeurs) s’appuient le plus souvent sur des organisations privées et à but lucratif, dont les logiques ne sont pas seulement basées sur la diffusion du savoir. Il est donc important de mieux connaître les initiatives publiques de diffusion de la connaissance en SHS, pour un usage de recherche, de documentation ou de publication.

Créé en 2009, le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) développe les plateformes Revues.org et Calenda, désormais bien connues des chercheurs en SHS en Europe, mais pas encore suffisamment en Afrique. Ouverte plus récemment, la plateforme Hypotheses.org donne la possibilité aux équipes de recherche de diffuser simplement et rapidement de l’information scientifique sur leurs activités sous la forme de “carnets de recherche”.

Par ailleurs, le Cléo est engagé dans un programme de numérisation et de diffusion de plusieurs milliers de livres de sciences humaines et sociales en libre accès sur les huit prochaines années. L’ensemble de l’offre éditoriale proposée à partir de ces plateformes représente un environnement cohérent de publication et de communication : OpenEdition.org. Cette initiative vise à constituer une base documentaire internationale, multilingue et en libre accès pour les sciences humaines et sociales. Elle permet la construction d’un modèle économique durable pour les publications en libre accès dans ces disciplines : OpenEdition Freemium.

Ces initiatives seront présentées et discutées au cours d’une conférence qui intéressera les chercheurs, les documentalistes et responsables de centre de documentation, les doctorants, les éditeurs en SHS, les acteurs qui appuient l’édition et la recherche au Sud…. La conférence leur permettra d’accroître leurs connaissances sur les possibilités actuelles d’accès aux ressources documentaires en SHS, et d’envisager de nouvelles perspectives en vue de la publication et la valorisation scientifiques.

Jeudi 7 juin,

salle de conférence Hann ou salle informatique :

Formation ouverte à des persnnes non chercheurs (secrétariat d’unités, chercheurs et administratifs SHS), sur inscription en début de semaine.

14h-17h : Hypotheses.org, une plateforme de carnets de recherche eb SHS, initiation au blogging scientifique, par Véronique Ginouvès et Jean-Christophe Peyssard.

 

 

Présentation de la formation

Objectifs :

Cette formation en trois volets devrait permettre de comprendre les relations entre les modalités de circulation des publications et des ressources numériques en SHS, les usages des réseaux sociaux, la mise en place de stratégies de recherche et de veille sur Internet et d’appréhender comment, dans cet environnement, développer son identité numérique. Les grands enjeux scientifiques suscités par le développement d’Internet, la vitalité du Web en SHS et les pratiques de coopération et de publication scientifiques seront mis au centre de la formation. Une présentation des principales tendances et du paysage actuel de l’offre numérique dans le domaine de l’édition scientifique permettra d’éclairer ces enjeux et leurs perspectives.

Methode :

La formation propose une mise en pratique sur des postes informatiques à partir d’exemples en SHS et plus particulièrement sur les sujets des participants.

Thèmes abordés :

1. Comprendre les enjeux des modèles économiques des publications sur internet pour mieux cibler sa stratégie

Cet axe de la formation sera assuré par un membre du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo, http://openedition.org). Il abordera les bouleversements qu’ont connus les publications en sciences sociales tant du point de vue éditorial, qu’économique et technologique ; les critères d’évaluation de la recherche de type quantitatif seront abordés. L’objectif est de proposer un panorama des enjeux et des évolutions et comment s’orientent les nouveaux usages à venir.

2. Renouveler sa  stratégie de recherche sur Internet en sciences humaines et sociales et réaliser une veille efficace sur  Internet

L’objectif est de comprendre comment l’information est organisée sur Internet pour bien sélectionner les outils de recherche et repérer les ressources de qualité en sciences humaines et sociales. Les enjeux du Web ainsi que des différents modes de coopération et d’échange d’information au sein de la communauté SHS seront abordés. Face au foisonnement d’information sur Internet, certains outils permettent d’organiser les données de façon active et organisée, en assimilant efficacement et rapidement un grand volume de données. Une des méthodes abordées sera la syndication de contenu, outil de veille et de lecture rapide des informations en ligne mais aussi les alertes, les listes de diffusion et les réseaux sociaux.

3. Construire son identité numérique

Dans un univers ou l’information est foisonnante et où la valeur économique se porte sur l’attention des acteurs, l’identité numérique revêt une importance toute particulière. Le chercheur doit pouvoir se donner les moyens de maîtriser et valoriser les informations qu’il produit, celles le concernant – lui ou son champ de recherche – diffusées par des tiers. La formation démontrera, à partir d’exemples concrets, quels sont les outils disponibles pour la communauté scientifique. Les questions de citabilité, le reférencement, les archives ouvertes et le blogging scientifique seront abordés.

 

Formateurs

Véronique Ginouvès, CNRS, USR3125

Responsable de la phonothèque MMSH Aix-en-Provence

http://phonotheque.hypotheses.org

 

Jean-Christophe Peyssard, CNRS, Cléo

Responsable des partenariats – Centre pour l’édition électronique ouverte

http://cleo.cnrs.fr

 

Crédits photographiques : Getting salt from lac Retba, Sénégal, photographie de Herr Hartmann, sous licence creative commons (CC BY-NC 2.0) : http://fr.fotopedia.com/items/flickr-382143413

 


Où est donc passée l’Afrique ?

2548066769_2abae15538Le journaliste Chérif Faye a publié récemment sur le  Sud Quotidien (le 23 septembre 2009) un entretien avec Adama Aly Pam, président de l’Association des Bibliothécaires archivistes documentalistes du Sénégal.

Adama Aly Pam est paléographe de formation. Il interpelle dans cet article les pouvoirs publics sénégalais pour qu’ils arrêtent de penser « que l’accès à la culture est moins important que la construction de routes ». Il est désormais nécessaire de fournir les moyens aux centres d’archives et aux bibliothèques du Sénégal pour qu’ils puissent conserver le patrimoine culturel national.

Plusieurs questions sont abordées mais il est intéressant de noter que la toute première porte sur les archives sonores et sur ce qu’il est possible de faire pour les préserver. Selon Adama Aly Pam, les archives radiophoniques et télévisuelles du Sénégal pourraient valoriser des enregistrements historiques comme les discours de Lamine Guèye ou la musique traditionnelle de Samba Diabaré Samb, mais il n’en est rien. Les Africains ne peuvent accéder à leur culture patrimoniale orale. Pour écouter les discours de Senghor ou ses poèmes récités par lui-même, il faut que les Sénégalais se rendent à Paris, à la Bibliothèque nationale de France ou dans les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel. Le danger en Afrique est que non seulement les documents se trouvent dans des conditions de conservation déplorables mais en plus, ils appartiennent souvent à des institutions privées ou des personnes qui ne se préoccupent guère du patrimoine collectif.

Amada Ali Pam est bien conscient que l’Afrique est la grande absente du Web aujourd’hui , et qu’il faut que cela change : « La bataille aujourd’hui, ce n’est pas de faire des recherches sur Google et obtenir des informations requises, mais la bataille pour nous, c’est la présence de l’Afrique sur les réseaux. » A nous aussi d’aider l’Afrique à accéder aux ressources électroniques que nous produisons en évitant les sites en flash ou les PDF trop lourds que les bas débits ne peuvent ouvrir.

Cela m’a rappellé une réflexion faite dans une conférence par Douglas Merill ancien CIO chez Google (chief information officer) alors qu’il venait présenter Les secrets de la recherche de Google à la Faculty of electrical ingineering au sein de l’Université technique de Prague. Il démontrait à l’assemblée que l’Afrique n’existait pas : certes, il avait survolé en venant jusque là un continent nommé Afrique mais il suffisait de regarder les lumières des réseaux pour voir d’un seul coup d’oeil que l’espace qu’il aurait dû occuper était vide.

Adama Aly Pam fait confiance aux bibliothécaires : « C’est la présence de toutes nos ressources informationnelles, de toutes nos ressources culturelles que nous détenons dans nos musées, dans nos centres d’archives, dans nos bibliothèques, pour qu’on puisse faire de sorte que quelque Africain qu’il soit, quelque Sénégalais qu’il soit, là où il se trouve, qu’il puisse accéder à la documentation scientifique et technique, à l’histoire du Sénégal, à l’information. Car l’accès à l’information est un droit qui est consacré par les conventions internationales, et par nos constitutions. Par conséquent, les métiers de bibliothécaire, d’archiviste ou de documentaliste participent d’une manière ou d’une autre au renforcement de nos sociétés démocratiques. » A eux aussi, en Europe, de ne pas oublier l’Afrique sur le réseau. Tous ces sujets ont certainement été abordés lors de la semaine internationale des archives à Dakar qui a eu lieu du 19 au 23 octobre.  Si un archiviste peut nous signaler un compte-rendu, ce sera bienvenu !

A lire : Préservation du patrimoine culturel : Adama Aly Pam interpelle les pouvoirs publics.  Publié par Chérif Faye le 23 septembre 2009,  rubrique  Culture,  Sud Online [En ligne ] http://www.sudonline.sn/spip.php?article20470


Crédits photographiques : A woman potter from Senegal hand shapes a pot in the Roots of Virginia Culture program at the 2007 Smithsonian Folklife Festival on the National Mall, Washington, D.C. par Ken Rahaim. Aucune restriction de copyright connue. Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3419&q=SFF2007_Rahaim_6-27_0143