Archives par mot-clé : Alger

Formation à la collecte au CNRPAH, Alger, avril 2017

Du samedi 1er au 5 avril 2017, une formation à la collecte, son archivage et sa valorisation a eu lieu au Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques – CNRPAH, suivie par une quinzaine d’étudiants, en master 1 et 2 d’ethnomusicologie1. Ce master, dont la branche algérienne a été créée par Maya Saidani, ethnomusicologue au CNRPAH, est dirigé, en convention avec l’université de Gabès et l’Institut supérieur des arts et métiers, par Mohamed Gouja, musicologue2. Continuer la lecture de Formation à la collecte au CNRPAH, Alger, avril 2017

  1. Option « Musique et musicologie, option recherche ». []
  2. Du 12 au 15 Avril 2017 un colloque sera organisé à Gabès en étroite collaboration avec le CNRPAH et l’université de Gabès, dans la lignée de la série de colloques que l’Institut supérieur des arts et métiers organise depuis trois ans. La thématique, cette année, portera sur le thème « Maghreb, Sahara, Sahel : unité et diversité culturelle ». []

Parution : La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie

L’ouvrage de Gregor Mathias La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie, qui vient de paraître aux éditions Vendémiaire est tiré de sa thèse1. L’auteur s’appuie sur les archives de la Préfecture de police de Paris, les archives militaires du SHD de Vincennes, les archives nationales de Pierrefitte, les archives administratives des ANOM d’Aix-en-Provence et des archives privées. Ces archives sont complétées par des entretiens enregistrés d’ouvriers ou de supplétifs de la Force de Police auxiliaire de Paris au cours de l’année 1999. L’ensemble du corpus, riche de plus de 70 heures, a été déposé à la Phonothèque de la MMSH et peut être aujourd’hui écouté sur place. Cette nouvelle publication nous donne l’occasion de mettre en ligne des extraits de ces entretiens qui ont été utilisés dans l’ouvrage et que Gregor Mathias a sélectionné pour l’occasion. Continuer la lecture de Parution : La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie

  1. Les officiers des SAS et des SAU et la politique de pacification pendant la guerre d’Algérie (1955-1962), soutenue en 2013, sous la direction de Guy Pervillé, à Toulouse 2 , dans le cadre de École doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures , en partenariat avec l’équipe de recherche France méridionale et Espagne. Histoire des sociétés du Moyen âge à l’époque contemporaine. []

Hommage à Abdelkader Rahmani

Abdelkader Rahmani, officier algérien de l’armée française s’est éteint à l’âge de 92 ans. Lieutenant de cavalerie blindée, chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire des Nations Unies. Pour avoir refusé de se battre contre ses frères pendant la guerre d’Algérie, il est emprisonné, puis verra son avenir professionnel réduit à néant. Une voix dissidente sur la guerre d’Algérie s’est tue. Ses témoignages peuvent être écoutés en ligne sur Ganoub,  la base de données de la phonothèque de la MMSH. Ils font partie de la collection Actes de refus civils et militaires dans la guerre d’Algérie (1954-1962) (12h), enregistrés par Hélène Bracco en 2007.

couvR

En 1956, Abdelkader Rahmani, entre en désobéissance, entraînant avec lui cinquante-deux autres officiers algériens. Ils écrivent au Président de la République, René Coty, exposant leur cas de conscience à aller combattre les leurs : “Nous avons rempli notre devoir de soldats sur tous les fronts où la France nous envoyait la défendre… Des officiers algériens continuent à servir la cause française face à leurs compatriotes, peut-être même face à leurs parents, et tombent au service de la France en Algérie… Nous ne pouvons plus supporter que notre pays soit à feu et à sang, que nos parents soient massacrés par des hommes portant un uniforme qui est aussi le nôtre. Régulièrement les bataillons nord-africains et leurs cadres sont envoyés en Afrique du Nord pour combattre leurs frères de sang, au risque de détruire leur village natal et peut-être même de mitrailler leurs femmes et leurs enfants… Peut-on refuser à un Algérien d’avoir un drame de conscience ?”

Le 1er mars 1957, il sort de forteresse, en transit pour la prison de Fresnes. Il vient d’être inculpé d’entreprise de démoralisation de l’armée. L’histoire de son refus, il l’écrira dans un livre paru au Seuil en 1959, saisi dès sa sortie : L’affaire des officiers algériens. Dès son enfance et son adolescence en Kabylie, il perçoit la discrimination à l’encontre des habitants non Européens. Après avoir fait l’école des officiers indigènes d’Algérie et de Tunisie (EOAT), il réussit à intégrer l’école d’officiers de Saumur, où il se bat pour imposer sa compétence d’officier  » nord-africain « , malgré les injustices dont sont victimes les militaires « indigènes ». En 1948, au moment de sa promotion au grade de sous-officier, le gouvernement lui fait rejeter la nationalité française. Il ne l’obtiendra à nouveau qu’en 1967.

Après son entrée en désobéissance, c’est la prison (sans avoir jamais été jugé), puis la résidence surveillée, et la punition : rétrogradé et placé en position de non activité par retrait d’emploi pendant quinze ans, huit mois et cinq jours. Après trente-trois années de présence dans l’armée, il se retire avec sa seule retraite de lieutenant, sans aucune réparation salariale, sans aucune compensation, aucune restitution de ses grades, ni indemnités, « à l’inverse des officiers de la torture, amnistiés, promus, généreusement gratifiés, pensionnés, blanchis » s’insurgera-t-il jusqu’au bout. Il est décédé le premier septembre 2015.

Hélène Bracco, Pour avoir dit non, actes de refus dans la guerre d’Algérie (1954-1962),  Paris-Méditerranée, 2003

 

Crédits photographiques : photographie « à la une » repérée dans l’article Bejaia : Un fort hommage à Abdelkader Rahmani, le père fondateur de l’académie berbère, publié sur El Goual, le 19 septembre 2015, pas d’indication de photographe ni d’utilisation. La photographie est prise par Bastien Idot à l’occasion d’un article publié le 5 novembre 2013 sur La nouvelle République sous le titre Le lieutenant Rahmani prêt à raconter sa guerre de Corée . Merci à Bastien Idot de nosu l’avoir indiqué.

Internet et les SHS : la phonothèque à Alger les 17 et 18 octobre 2012

Les 17 et 18 octobre 2012 au Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques (CNRPAH) se tiendront deux journées sur les enjeux et les usages des sciences humaines et sociales sur Internet. Une journée et demi sera consacrée à une formation et une matinée à trois conférences. Les questions abordées porteront sur :

– Le modèle économique des publications scientifiques

– Les recherches documentaires et la veille d’information

– La bibliographie de recherche, individuelle ou partagée

– Le blogging scientifique

– Le référencement des chercheurs

 

Programme

17 octobre 2012

9h30 : Accueil et présentation des journées

10h – 17h :  Journée de formation sur les enjeux de la recherche en SHS sur Internet

Comprendre les enjeux de l’édition électronique scientifique pour mieux cibler sa stratégie de recherche

⎯ Les modèles économiques

⎯ La mise en place d’une stratégie de publication

⎯ La nécessité de l’indexation et de la citabilité

⎯ Mettre en place une stratégie de recherche sur le Web

⎯ Comment utiliser Google mais aussi les moteurs spécialisés

⎯ Utiliser les réseaux sociaux dans ses recherches

⎯ Créer un système de veille documentaire pour sa recherche

⎯ Utiliser Zotero pour gérer sa bibliographiques

 

18 octobre 2012

Matinée : Conférences  sur les questions d’édition scientifique en SHS

9h-10h : Samir Hachani (Université d’Alger) – La plateforme de webreview du CERIST

10h-11h : Daho Jerbal, maître de conférences en histoire à l’Université d’Alger-Bouzaréah – Une expérience d’édition scientifique, la revue Naqd

11h-12h : Jean-Christophe Peyssard, Responsable des partenariats, Cléo (Marseille) – La nouvelle économie de la publication numérique en sciences humaines et sociales. OpenEdition.org, une plateforme complète de publication et de communication en libre accès pour les sciences humaines et sociales

14h30-17h30

Formation au blogging scientifique : la plateforme hypotheses.org

 

La formation et les conférences sont ouvertes à tous, sur inscription auprès de Maya Saidani (CNRPAH) : mayasaidani<@>gmail.com

La formateurs est assurée par Véronique Ginouvès (Responsable de la phonothèque de la MMSH) et  Jean-Christophe Peyssard (Cléo – OpenEdition, Responsable du Pôle Freemium)

 

Crédits photographiques : Arab Fountain, Rue de la Casbah (GRI) Postcard of Algiers, early 20th century Creator: Edition des Galeries de France, Alger. Getty Research Institute. Pas de restrictions de droit connues.

Alger : rencontre autour des sciences du patrimoine immatériel, l’ethnomusicologie

Les 3 et 4 octobre 2010 sont organisées à Alger deux journées de rencontre internationale autour des sciences du patrimoine immatériel organisées par le CNRPAH (Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques), sous l’égide du Ministère de la culture. Ces deux journées seront l’occasion de dresser un bilan des actions de sauvegarde et de mise à dispositions des fonds ethnomusicologiques et de proposer des bonnes pratiques dans le domaine.

9h30 : Ouverture officielle

10h – 12H

L’ethnomusicologie : définitions et perspectives

Mehenna MAHFOUFI : Discutant

Jean LAMBERT

L’ethnomusicologie en perspective avec les sciences humaines et les sciences de la nature.

Mahmoud GUETTAT

Perspectives de l’ethnomusicologie dans le Maghreb

Jürgen ELSNER

Pourquoi l’ethnomusicologie ?

Débat

14h – 16h

Quand la numérisation sert l’ethnomusicologie

Ahmad SKOUNTI : Discutant

Véronique Ginouvès

Ecouter les enquêtes de terrain : analyse, numérisation, valorisation des archives sonores

Jean LAMBERT

Ethnomusicologie et numérisation du patrimoine musical.

Fayçal BELKELFAT

Méthode de sauvegarde par numérisation du patrimoine musical Maghrebo-andalou

Débat

Concert  Srâwî : Laïd BADAWI accompagné de deux gaçbâ-s et deux bandîr-s

4 octobre 2010

9h-11h

Quel programme pour un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie?

Abdelmadjid MERDECI : Discutant

Mahmoud GUETTAT

Quelles méthodes pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb

Mehena Mahfoufi

Catégories des musiques algériennes pouvant intéresser les études d’ethnomusicologie

Maya SAIDANI

L’ethnomusicologie en Algérie : état des lieux et perspectives

Débat

11h15-13h

Techniques d’archivages en ethnomusicologie

Véronique GINOUVES : Discutant

Ahmed SKOUNTI

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 et l’inventaire du patrimoine ethnomusicologique maghrébin

Nasredine BAGHDADI

La gestion électronique des documents (ged) à la radio algérienne

Hadj MILIANI

La Mise en place d’un catalogage des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000)

Débat

14h-16h30

Perspectives de la recherche en ethnomusicologie en Algérie

Mahmoud GUETTAT: Discutant

Jürgen ELSNER

Travaux réalisés et expériences vécues – Nûba, Aiyai et le reste

Pierre Augier

De la musique entendue au village à celle proposée aux mass médias

Abdelmadjid MERDECI

Quels outils pour une ethnomusicologie des musiques d’Algérie ?

Débat

Recommandations

REVUE DE PRESSE

Journée du 3 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3904

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3386

Journée du 4 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3988

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3415

Signalement de la journée sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17476.html

Crédits photographiques : Algiers: Music Kiosk in Bresson Square (GRI)  Postcard of Algiers, early 20th century  Creator: unknown Date: early 20th century Featured in the exhibition, Walls of Algiers: Narratives of the City, May 19 – October 18, 2009 at the Getty Research Institute.  Pas de restrictions de droits connus http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583659/#/

Diaporama intervention de V. Ginouvès – Alger, 3 octobre 2010