Archives du mot-clé Algérie

MARDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Entretien biographique avec Marceau Gast, ethnologue

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Entre 1997 et 1998, Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, a enregistré une série de neuf entretiens biographiques préparatoires auprès de l’ethnologue Marceau Gast (1927-2010), à son domicile à Aix-en-Provence, en vue de la rédaction d’un ouvrage biographique. Celui-ci est paru sous la référence suivante: Gast, Marceau, Tikatoûtîn. Un instituteur chez les touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Paris: La Boussole, 2004. Cette série d’entretiens retrace la jeunesse et la formation de Marceau Gast en Algérie (années 1930-1940), son expérience d’instituteur auprès des populations touarègues du Hoggar (1951-1955), son activité dans les Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) et enfin son entrée dans le monde de la recherche en ethnologie. Ces entretiens sont l’occasion pour le chercheur de poser un regard précis, curieux, amusé parfois, critique aussi sur son parcours, la société touarègue, la société coloniale, l’Algérie durant la guerre d’indépendance ou encore sur le milieu de la recherche. Marceau Gast a disparu le 26 juillet 2010, un ouvrage collectif en son hommage dirigé par Hélène Claudot-Hawad et Salem Chaker va paraître incessamment.

Durée de la totalité du corpus : 6h30

Ahaggar 1974007

 

L’enfance, la formation professionnelle et la découverte du désert saharien de Marceau Gast, institut

Pour retracer l’émergence de sa vocation saharienne, Marceau Gast revient sur son enfance, son environnement familial, social et naturel qui ont forgé sa sensibilité et sa vie imaginative. La solitude et une certaine marginalité revendiquée ont marqué son apprentissage mais aussi le choix de la carrière d’instituteur qu’il inscrit dans la recherche d’une liberté sociale et intellectuelle. En filigrane de ce récit de l’enfance et de l’adolescence, c’est un regard critique qu’il transmet sur les structures de la société coloniale française en Algérie. Marceau Gast revient ensuite sur son apprentissage entre “vie de Robinson” qui lui enseigne sens de l’observation et sens pratique, et parcours institutionnel de l’école communale à la formation professionelle, dont il souligne les dysfonctionnements autant pratiques que moraux. En 1948, Marceau Gast est nommé à Laghouat où il poursuit son expérience d’instituteur mais vit surtout son premier contact avec le désert. Après le récit de son expérience du service militaire, Marceau Gast explique pourquoi il était alors fasciné par le désert, et plus particulièrement par le Hoggar et le peuple touareg. A la suite d’autres expériences, Marceau Gast obtient enfin une nomination dans le Hoggar où il intègre le projet des écoles nomades. Il raconte le “choc” qu’il éprouve à son arrivée à Tamanrasset puis dans le camp de l’Aménokal, la perte de repères spatiaux et sociaux. Il évoque en particulier l’attitude libre des femmes touaregues et la transformation de leur statut imposée par le regard d’une société coloniale ici vivement critiquée. Il décrit ensuite les conditions d’arrivée dans le camp de l’Aménokal en tant qu’instituteur, ses premières observations et difficultés. Il souligne l’importance dans ce contexte qu’a eu pour lui la découverte de la pédagogie de Célestin Freinet et ses efforts pour mettre en place cette dynamique auprès des enfants. Ce premier entretien se termine par l’évocation de plusieurs figures du camp de l’Aménokal et de l’ambiance particulière, austère et crispée, de ce groupe, très éloigné du fonctionnement des autres groupes touaregues de la région.eur et futur ethnologue : écouter l’enquête n °3377

L’arrivée de Marceau Gast, instituteur et futur ethnologue, au camp de l’Aménokal (1951) dans le Hoggar et son expérience de l’école nomade : écouter l’enquête 3378

Ce deuxième entretien revient sur l’arrivée de Marceau Gast dans le camp de l’Aménokal près d’Abalessa et sur ses premières impressions (étrangeté, solitude, hostilité). Le récit de la première journée est émaillé d’anecdotes et de réflexions sur l’autorité de l’Aménokal Bey ag Akhamouk, sur son entourage et l’accueil qui est fait au nouvel instituteur. Marceau Gast évoque sa découverte de l’étiquette à respecter en présence de l’Aménokal. De même, il apprend peu à peu, avec l’aide de son cuisinier, à décrypter les rites, les interdits et les modes de relation qui structurent la vie du camp. Il rappelle les raisons qui expliquent l’adhésion de l’Aménokal au projet des écoles nomades. Au vu de l’échec qu’a été cette expérience des écoles nomades jusqu’alors, Marceau Gast évoque ses objectifs: convaincre les Touaregs de l’intérêt de cet enseignement, gagner leur confiance sans tomber dans la complaisance et obtenir des résultats auprès des enfants en six mois, durée de l’année scolaire. Marceau Gast poursuit en se remémorant la première journée de classe, la composition du groupe d’élèves, ses difficultés à gérer les enfants de cette aristocratie touarègue, enfants gâtés et susceptibles dont faisait partie le fils de l’Aménokal. Dans ce contexte relationnel difficile, Marceau Gast rappelle l’importance qu’eut la pédagogie Freinet: par la pratique du dessin et des dialogues, en se basant sur le réel, il parvient à capter l’attention de ces enfants et à les amener peu à peu sur le chemin de l’apprentissage. Ce deuxième entretien se termine par l’évocation des petits cadeaux attendus en silence autant par les enfants que par les adultes du camp de la part de l’instituteur: la gestion de ces dons est l’objet pour l’instituteur d’un long et difficile apprentissage. Il doit y faire démonstration de sa subtilité, de sa connaissance de la société touarègue, de ses hiérarchies et de ses codes.

L’expérience d’une école nomade par Marceau Gast, instituteur dans le Hoggar (1951-1952) et futur ethnologue, et sa critique du colonialisme : écouter l’enquête 3379

Dans ce troisième entretien, Marceau Gast évoque l’hostilité première qu’a suscité dans le camp de l’Aménokal la figure de l’instituteur. Il parle de ses difficultés et de ses doutes. A propos de l’enseignement, il fait la critique de la pédagogie traditionnelle dans le contexte des écoles nomades et souligne les apports de la méthode Freinet. Il évoque les dons de ses élèves pour le calcul et fait le récit de sorties pédagogiques autour du camp. Il raconte notamment les similitudes qu’il observa entre les éléments iconographiques spontanément employés par ses élèves et les peintures rupestres néolithiques qu’il leur fit découvrir dans la région. Marceau Gast revient ensuite sur les règles de vie dans le camp de l’Aménokal et plus particulièrement sur les règles régissant l’accueil des visiteurs. Il décrit l’importance à l’époque du rôle de l’Aménokal (recevoir, écouter, aider, arbitrer) au sein des tribus de la région. Etonnée des conditions favorables faites à l’Aménokal par les Français dans cette région, l’enquêtrice évoque la situation de l’Aïr et d’autres régions marquées elles par la répression. Marceau Gast confirme les différences qui ont existées, avance quelques éléments d’explication. Il critique la mentalité d’une partie des coloniaux, notamment au sud du Sahara, et la violence que leur attitude a engendrée. Il évoque également des continuités entre période de la colonisation et période de la coopération sur le plan des mentalités françaises. Ces considérations politiques l’amènent à revenir sur la pensée humaniste de Freinet et sur son propre regret d’avoir manqué de formation politique dans sa jeunesse. L’entretien se termine sur l’application de la méthode Freinet dans sa classe dont il nomme les élèves. Il finit sur les tensions qui ont émaillé sa vie dans le camp et sur la finesse des observations psychologiques des Touaregs.

Observation de la vie et des structures de la société touarègue du Hoggar, par Marceau Gast, instituteur au camp de l’Aménokal (1951-1952) et futur ethnologue : écouter l’enquête 3380

Marceau Gast évoque les rythmes quotidiens du camp de l’Aménokal et souligne le peu de documents existant sur cette société au début des années 1950. La vie au campement était réglée: l’accueil des visiteurs et les discussions suivaient une procédure précise que s’emploie à décrire Marceau Gast. Il souligne également le rôle économique de l’Aménokal dans la région et la gestion de son troupeau de chamelles. L’ancien instituteur revient ensuite sur sa progressive et laborieuse compréhension des codes, des hiérarchies, des règles de bienséance et de politesse qui structurent la vie du camp de l’Aménokal. Il raconte notamment comment se déroulaient certains moments forts de la vie du camp: le retour de voyage de l’Aménokal et l’expérience du deuil. Il revient aussi sur l’interdiction de la musique par l’Aménokal et les comportements qui en découlaient dans le camp en sa présence ou en son absence. Marceau Gast évoque ensuite les connaissances précises qu’avaient l’Aménokal et son entourage sur les populations de la région (sur chaque individu, sa généalogie, ses actions), informations sans cesse actualisées grâce aux visiteurs quotidiens. Ici, Marceau Gast fait la comparaison avec un système équivalent qu’il rencontra plus tard au Yémen du nord. Sur ce thème de la circulation de l’information, Marceau Gast évoque l’importance des pelotons méharistes comme sources d’informations précises pour les Français. Il souligne également les limites des connaissances de l’Aménokal une fois sorti de la région proche et surtout à partir de la progressive entrée en désuétude des grandes voies caravanières et dans le contexte de mutations sociales importantes. L’entretien se termine sur la notion de pauvreté dans la société touarègue et la pratique de l’offrande alimentaire (tabühak).

Kel Ahaggar, Issendan et société coloniale de Tamanrasset (1951-1953), le regard de Marceau Gast, instituteur et futur ethnologue, sur le Hoggar : écouter l’enquête 3381

Marceau Gast précise, dans cette partie de l’entretien, les relations entre l’Aménokal et l’administration française, notamment à travers la question des impôts. Par l’évocation des travaux quotidiens et des troupeaux de chamelles et de chèvres, Marceau Gast aborde ensuite la situation particulière des esclaves dans la société touarègue et en particulier dans le camp de l’Aménokal. Il s’arrête en effet sur leur statut, leurs activités, leur importance dans la vie quotidienne du camp, la formation des jeunes touarègues (caravanes) et la circulation des informations. Loin d’une situation d’oppression, il relève au contraire la conscience qu’ils et elles ont de leurs connaissances, de leurs savoirs-faire et par là de leur importance dans le camp. Marceau Gast revient ensuite sur les différentes sources de revenus de l’Aménokal (caravanes, impôts) et sur la circulation des biens dans la société touarègue. Une autre partie de cet entretien est consacrée à l’alimentation et aux repas de l’instituteur. Marceau Gast détaille les conditions d’alimentation, de ravitaillement et de gestion de la ration alimentaire. Il souligne l’ingéniosité de son cuisinier. Il s’arrête ensuite sur ses relations avec les militaires et la société de Tamanrasset ainsi que sur le rapport annuel du chef d’annexe et son pouvoir. La fin de cet entretien est consacrée à la nouvelle école nomade qu’intègre Marceau Gast en 1952-1953, dans l’Atakor auprès des Issendan. Il décrit les conditions de vie difficiles de cette population (froid, faim, maladie). Il souligne également la curiosité des enfants et la richesse des histoires et légendes du lieu dont il cite deux exemples.

De la vie auprès des populations du Hoggar et du Tamesna à la recherche scientifique à Alger, Marceau Gast, instituteur et ethnologue, évoque l’Algérie à la veille de l’indépendance : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3382

En amorce de cet entretien, Marceau Gast dresse un tableau général de la situation des Touaregs du Hoggar au début des années 1950, celui d’une société figée dont la maîtrise des savoirs et des techniques se délite. Résultat de la colonisation française, une sorte d’atonie semble, pour Marceau Gast, toucher cette population (diminution des échanges avec l’extérieur, crispation identitaire, appauvrissement culturel). Marceau Gast, dans cet enregistrement, évoque son départ du camp de l’Aménokal et son arrivée au Tamesna, territoire peuplé en grande partie par les Irreguenaten et les Isséquamarenes. Avec l’enquêtrice, il revient sur l’histoire du Tamesna et sur les conditions de vie des populations. Il décrit les pâturages, la construction de puits et les divers trafics existants au Tamesna. Le jeune instituteur avait été alors frappé par la liberté, la gaieté et le dynamisme culturel qu’il rencontre dans cette région et qui contrastent avec son vécu dans le camp de l’Aménokal. Il raconte son arrivée, la question du sens de son activité, ses conditions de vie. Il souligne la liberté et l’autorité des femmes du Tamesna, et tisse des liens avec le fonctionnement des anciennes sociétés arabes. Marceau Gast revient ensuite sur les Kel Ahaggar, l’influence islamique auprès de ces populations puis fait un point sur la relation qu’il a observée des Kel Ahaggar avec les membres âgés du groupe. Il évoque ensuite les contacts futurs qu’il eut, au moment de l’indépendance, avec l’Aménokal, Bey ag Akhamouk, et son entourage, les relations entre Berbères et Arabes et leur évolution dans l’Algérie indépendante. Il souligne le fort développement de la ville de Tamanrasset dans ce nouveau contexte politique. Marceau Gast fait enfin un retour sur les raisons de son départ du Tamesna puis du Hoggar. Il fait le récit de son intégration et son investissement dans l’équipe des Centres Sociaux Educatifs d’Alger dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne. Il rappelle enfin sa nomination en 1960 au CNRS qui marque le début de sa carrière d’ethnologue. L’entretien se termine sur l’évocation de la répression des “libéraux” en Algérie à la fois par le FLN et les Français (l’OAS en particulier). Marceau Gast évoque les violences et notamment la torture dont ont été victimes certains de ses collègues et amis.

Marceau Gast, ethnologue, évoque l’expérience des Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3383

Dans cet entretien, Marceau Gast revient sur l’expérience des Centres Sociaux Educatifs d’Algérie de leur création en 1955 à l’indépendance algérienne. Il rappelle les objectifs de ces institutions (proposer un rattrapage d’urgence aux populations délaissées des bidonvilles: alphabétisation, ateliers professionnels, soins de base etc…), et la diversité des équipes qui les animaient. Marceau Gast dirigeait lui le centre audiovisuel dont le but était de produire des documents pédagogiques (émissions de radio, disques, films fixes). Le chercheur évoque ensuite les conditions politiques tumultueuses d’une Algérie en pleine guerre et le fait que les Centres Sociaux Educatifs ont été pris pour cibles à la fois par le FLN et par une armée française dont il fait une vive critique (concussion, prévarication, violence arbitraire, usage de la torture, exactions diverses). Marceau Gast présente avec le recul de quelques décennies, “l’utopie généreuse” qui formait la base du projet des Centres sociaux: idéalisme, générosité d’un personnel passionné, promotion d’une société algérienne démocratique, multiculturelle et multiconfessionnelle. Il rappelle également le fonctionnement des centres et le succès de leurs actions sur le terrain. Marceau Gast fait part de ses critiques envers le gouvernement français d’alors et en particulier envers l’action de Michel Debré. Le rappel de l’assassinat par l’OAS de six responsables des centres sociaux le 15 mars 1962 (“assassinat du Chateau-Royal”) permet à Marceau Gast d’évoquer la douleur d’une illusion perdue ainsi que l’espoir puis la nouvelle désillusion qu’apportera la politique de l’Algérie indépendante. Il évoque également la disparition de toutes les archives des centres, le silence politique autour de ce projet et de là son obsession personnelle pour les archives et la conservation de traces. Marceau Gast revient ensuite sur la figure de Germaine Tillion. Enfin, il fait part de son regard sur la France en cette fin de XXè siècle et fait partager ses doutes, son pessimisme. L’entretien se clôt sur l’annonce du sujet du prochain enregistrement: les années de formation et de recherche en ethnographie de Marceau Gast à Alger.

L’entrée de Marceau Gast dans le milieu de la recherche en ethnologie: un regard sur les débuts de l’ethnologie française dans les années 1960 : écouter l’enquête : écouter l’enquête 3384

Dans cet entretien, Marceau Gast raconte son arrivée au CNRS et ses débuts dans le milieu de la recherche. Il dresse un tableau critique de la situation de l’ethnologie en France à la fin des années 1960: l’importance de la muséographie, les limites de l’enseignement de l’ethnologie dans les universités françaises, et la fermeture du milieu de l’ethnologie parisienne (autour du Musée de l’Homme et de grandes figures comme André Leroi-Gourhand et Claude Levy-Strauss). Marceau Gast revient sur ses difficultés à intégrer ce milieu parisien. Le jeune chercheur du C.A.R.A.P.E. ne se rend pas tout de suite compte de ces difficultés et rattrape par tous les moyens à sa disposition son retard de formation. Il souligne la qualité de certains cours et de la bibliothèque du centre de recherche du C.A.R.A.P.E et du musée du Bardo à Alger, l’énergie également de chercheurs comme Gabriel et Henriette Camps, Lionel Balout ou Robert Capot-Rey. Marceau Gast s’intéresse à la relation entre la vie des hommes et les structures globales qui les dominent dans les systèmes régionaux, nationaux et internationaux. Sur cette ligne directrice, il oriente peu à peu ses recherches vers la question de l’alimentation, sa vie saharienne l’ayant particulièrement sensibilisé au problème de la faim.

Marceau Gast, ethnologue, évoque le déclin de la recherche ethnographique en Algérie à partir des années 1970 et la question du nucléaire au Sahara : écouter l’enquête 3385

Dans ce dernier entretien, Marceau Gast porte un regard critique sur l’évolution de la recherche dans l’Algérie nouvellement indépendante. Il décrit la transition, souhaitée au moment de l’indépendance, visant à créer des centres de recherche dans plusieurs secteurs fondamentaux et à passer progressivement la main aux Algériens. Ainsi, jusqu’à la fin des années 1960, Marceau Gast est optimiste quant à ce projet et croie en l’importance de la recherche ethnographique pour la définition de l’identité du peuple algérien. Mouloud Mammeri dirige désormais le C.R.A.P.E et propose plusieurs projets dans ce sens. Cependant, ce centre de recherche, de même que la dynamique Maison de l’Artisanat, connaissent leur déclin au fur et à mesure de l’installation du pouvoir de Houari Boumédiene. Marceau Gast émet des critiques quant à la médiocrité des nouveaux responsables politiques et au fossé qu’ils ont creusé entre le pouvoir et les élites intellectuelles de l’Algérie, contribuant à faire de l’Algérie un pays, pour lui, sans identité. Marceau Gast, avec Gabriel Camps, poursuit à partir de là ses recherches à Aix-en-Provence mais le contexte politique algérien rend très difficiles de nouvelles missions de recherche dans le pays à partir de 1974. Il évoque sa dernière mission en 1971 sur le coffre kabyle et les développements qu’il aurait souhaité lui donner. La dernière partie de cet entretien est consacrée à la question du nucléaire dans le Sahara algérien. Marceau Gast évoque les centres de Reganne et d’In Eker. Il décrit le recrutement de ce dernier notamment auprès des anciens esclaves des campements touarègues et souligne l’importance de ce fait dans l’évolution des structures sociales du Hoggar. Il expose également ses doutes quant aux réelles conséquences des essais nucléaires français dans la région et souligne le manque d’études significatives en ce sens.

Crédits photographiques :

- A caravan of Tuareg singers in Algeria. 1960s? Mennonite Board of Missions. Photographs. Algeria Pax, 1955-1963. IV-10-7.2 Box 1 folder 27, photo #22. Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restriction de droits connues.

- Marceau Gast avec des amis touarègues dans le Sud du Sahara en 1974, photographie d’Hélène Claudot-Hawad, diffusée avec son aimable autorisation.

“Européens en Algérie indépendante” : mise en ligne de nouveaux entretiens

Au cours de l’année 2000, lorsqu’Hélène Bracco, historienne, a déposé son premier corpus à la MMSH, la phonothèque était en train de débuter la numérisation de ses collections sonores et le contrat de dépôt proposé aux chercheurs n’envisageait pas encore la diffusion en ligne des enregistrements. En effectuant ce dépôt sa volonté était avant tout de conserver une parole sur laquelle appuyait largement sa démonstration dans son ouvrage qui venait de paraître Des”Européens” en Algérie indépendante pendant la guerre d’Algérie.

Très vite, dès que les notices documentaires des enregistrements furent accessibles sur la base Ganoub, les demandes de consultation commencèrent à affluer : linguistes, anthropologues, politologues, historiens, écrivains, … Hélène Bracco s’étonna d’abord de la diversité de ceux qui se tournaient vers elle pour obtenir l’autorisation d’écouter ses archives. Dans un second temps, elle accepta de participer elle-même à la numérisation et au traitement documentaire d’un autre de ses dépôts. Puis, dans le cadre de sa recherche sur les refus civils et militaires pendant la guerre d’Algérie, elle pris le temps, elle aussi, d’écouter une collection qui avait été réalisée par un tiers et déposée à la phonothèque1. Petit à petit, la question du ré-usage des sources  sonores a fait son chemin et ces derniers temps Hélène Bracco est revenue vers ses témoins pour leur demander l’autorisation de diffuser leurs entretiens en ligne. Ceux-ci pourront donc bientôt être écoutés sur la base Ganoub, en lien avec les notices documentaires. Voilà, sur le carnet deux entretiens qu’elle nous présente en avant-première.

Hélène Bracco présentera ses ouvrages à la librairie Forum-Harmonia Mundi, 20 place Verdun à Aix-en-Provence le jeudi 11 avril 2013 à 18h30.

Entretien avec Monseigneur Scotto
“Curé pied-noir, évêque algérien”, ainsi se définissait-il. Après l’indépendance de l’Algérie il avait pris la nationalité algérienne “Par le fait que j’optais pour une communauté de destin avec un peuple, je pense que c’était un pas à faire (…). Ma terre, c’est quand même la terre algérienne (…). Je n’ai jamais quitté l’Algérie et je pense bien y mourir”. Ainsi me parlait-il le 19 avril 1993, chez lui à Belcourt. Le hasard a voulu qu’il meure à Aix-en-Provence cinq moi plus tard, au cours d’un voyage. Son corps a été ramené à Alger par les autorités algériennes. Le professeur Pierre Chaulet lui a rendu hommage au nom du gouvernement algérien : “Nous, Algériens, avons souhaité que son corps repose dans la terre qu’il aimait, sur laquelle il était né et avait choisi de vivre”.

Extrait de la notice documentaire :
Récit de vie d’un prêtre né à Hussein-Dey et resté en Algérie après 1962
Cote : D792 – N°837 (N° de l’entretien dans l’ouvrage d’Hélène Bracco : 1)
Enregistré à Alger, le 19 avril 1993 ; 1 cass. ; 47min
L’informateur est né en 1913, il fait le récit de l’arrivée de son premier ascendant (arrière-grand-père) en Algérie en 1848. Il est issu d’une famille nombreuse et populaire d’une petite île près de Naples. Ses grands-parents et ses parents sont nés en Algérie. Il décrit ses études théologiques et sa carrière de prêtre (Alger) puis d’évêque (Constantine). Il explique ainsi les différents rapports qu’il a pu entretenir avec les autres enfants (européens et algériens) et la population locale, en tant que prêtre chrétien et européen. Il ne se souvient pas de racisme dans sa famille mais plutôt d’un certain paternalisme à l’égard des Algériens. Il fait le récit de son activité sacerdotale notamment auprès des jeunes et relate les événements de 62 et les actes de l’OAS. Poursuivant son action après l’indépendance auprès des jeunes dans le quartier de Belcourt, il a été élu pendant quatre ans au conseil municipal d’Alger. Il décrit une société ”à trois étages”, les Français de souche, les Pieds-Noirs et les Algériens. Il donne sa vision des événements depuis sa position et sa vocation et celle des libéraux et des communistes. Il décrit ce qu’il a vécu après les départs et donne les raisons de son choix et de sa naturalisation algérienne.

Entretien avec Monsieur Jules Molina

Membre du PCA (Parti communiste algérien),, il s’est engagé dès le début das la lutte aux côté du peuple algérien. Arrêté en mars 1956, jeté en prison, torturé dans les locaux de la DST, il se définissait comme internationaliste : “Ce que j’ai fait en Algérie, je l’aurais fait si j’avais été au Vietnam, au  Chili ou en Chine… J’ai combattu pour un idéal, par pour un pays”. A l’indépendance, il a pris la nationalité algérienne. Il est décédé en France en 2009.

Extrait de la notice documentaire :
Récit de vie d’un cadre technicien, membre du PCA et internationaliste, resté en Algérie indépendante après 1962
Cote : D797, D798 – N°842 Cote du dépositaire (N° de l’entretien dans l’ouvrage d’Hélène Bracco : 3)
Enregistré à Alger, le 12 mai 1993 ; 2 cass. ; 2h 15min
L’informateur est né en 1919 à Perrégaud en Algérie, d’ascendants espagnols, il a pris la nationalité algérienne après l’indépendance. Il évoque sa situation identitaire particulière, que connaissaient beaucoup d’Européens à l’époque : se sentir héritier de culture étrangère (espagnole, italienne…), chez soi en Algérie et rattaché à la France surtout par l’éducation scolaire sans y être jamais allé. L’informateur décrit les conditions et le statut des Algériens à l’époque de l’Algérie française et la non utilisation de la langue arabe pour les Européens, surtout en ville. Il donne ici son avis sur les principales raisons du départ des Européens d’Algérie, la perte de leur emploi et la difficulté de se reconvertir ; il donne aussi les raisons qui pouvaient pousser certains à rester sur le sol algérien : la peur de voir leurs biens confisqués ou la difficulté d’être intégrés dans l’administration et la société française plus largement. Peu surpris par les événements de 1954, il estime qu’il était difficile de ne pas voir les changements qui se préparaient, surtout après 1945 et les mouvements internationaux de décolonisation. Les actions de l’OAS ont entraîné des mouvements de panique chez les Européens en 1962. L’exode, des régions de l’intérieur jusqu’aux villes, s’est poursuivi jusqu’en 1975. Après l’indépendance, Jules Molina a vécu dans le quartier d’Hydra à Alger, la cohabitation était parfois difficile avec les Algériens venus des campagnes à cause du décalage culturel qui pouvait exister. Par le récit de sa carrière personnelle en tant que cadre technicien de 1969 à 1975 dans les sociétés laitières et d’eau minérale, il évoque les options socialistes de la jeune Algérie indépendante. C’est aussi l’occasion pour lui de donner ses opinions sur le contexte économique et social après 1962 et quelques informations sur le régime social (notamment sur la médecine, les élections et la presse). La fin de l’entretien traite de la situation algérienne actuelle ; sont abordées les questions relatives à la jeunesse, aux pouvoirs publics, au FIS.

Le catalogue documentaire regroupant l’ensemble des dépôt d’Hélène Bracco est accessible en ligne.

Pour rappel trois entretiens de ce corpus ont déjà été présenté sur les Carnets de la phonothèque :

- Hommage au Professeur Chaulet, 10 janvier 2013.

- Entretien avec le Professeur Chaulet sur les questions de la nationalité, 22 octobre 2012

- Entretien avec Hélène Bracco sur son corpus sonore “Européens en Algérie indépendante”, 22 octobre 2012

Crédits photographiques : Alger, le figuier de la rue Mourad Didouche, octobre 2012, Véronique Ginouvès.

  1. Récits de vie de Harkis par Grégor Mathias, 1997-1998 []

Hommage au professeur Pierre Chaulet

Le 5 octobre 2012 est décédé Pierre Chaulet, professeur de médecine à l’hôpital d’Alger et anticolonialiste, à l’âge de 82 ans. Il a reçu à Alger les funérailles nationales. Un hommage lui sera rendu le 17 janvier prochain au Centre culturel algérien à Paris (18h30). L’occasion de réunir des membres de la famille, certains de ses amis et collègues ainsi que des historiens.

Je l’ai rencontré en 1993 dans le cadre de la recherche universitaire que j’effectuais alors sur les européens restés vivre en Algérie après l’Indépendance. Une grande amitié professionnelle et personnelle est née à ce moment là. Pendant plus de vingt ans, il m’a accompagnée et soutenue dans ma recherche. Le 14 juin 2012 il présentait son livre à la médiathèque de Ganges Le choix de l’Algérie – Deux voix, une mémoire, écrit avec sa femme Claudine. Il m’avait autorisée à transmettre le témoignage de sa vie. Un de ses entretiens sur la question des accords d’Evian et de la nationalité a été précédemment diffusé sur Les carnets de la phonothèque. L’enregistrement présenté ici est le récit de son histoire, en partie transcrite dans mon ouvrage. Cet entretien est accompagné de la notice documentaire qui le décrit et restitue le contexte de l’enquête.

Mémoire d’un médecin engagé au côté du FLN dans l’indépendance de l’Algérie

N° d’enquête : 4014

Bracco, Hélène (enquêteur) ; Chaulet, Pierre (informateur) ; Bracco, Michel (interv.). Enregistré à Alger, 1993. 1 cass., 1h.

Pierre Chaulet est né en Algérie et y demeure toujours au moment de l’entretien. Ses grands-parents du côté maternel sont arrivés en Algérie, à Skikda, après avoir été ruinés par la crise du phylloxéra, et du côté paternel à Hussein Dey où son grand-père était Maréchal ferrant. L’informateur n’a pas fréquenté d’enfants arabes durant toutes sa scolarité puisqu’il a effectué ses études primaires et secondaires dans une école privée jésuite. La prise de conscience du nationalisme algérien durant ses années universitaires a été pour lui l’élément le plus important au regard de son rapport à la guerre d’Algérie. C’est ce qui lui a fait prendre conscience des inégalités sociales et épouser la cause algérienne. L’informateur rappelle le contexte géopolitique international de l’époque, témoignant ainsi de l’évolution du monde colonial. L’informateur estime que l’insurrection de 1954 était logique d’un point de vue historique et qu’elle impliquait de choisir son camp (indépendance ou colonialisme). Pierre Chaulet explique aussi cette insurrection par les nombreuses inégalités frappant le peuple algérien (double collège, vote d’un statut spécifique à l’Algérie). L’informateur présente les différents mouvements de revendications : les modérés comme Ferhat Abbas, les radicaux comme le MTLD et le PCA. Il précise que la presse et les discours politiques (François Mitterrand et Jacques Chevallier) détournaient les causes réelles de l’insurrection. Il présente ensuite les différentes organisations françaises en faveur de l’indépendance de l’Algérie ; les libéraux d’une part et les mouvements radicaux d’autres parts. L’activité politique de l’informateur a motivé son arrestation et son expulsion du territoire algérien. Après sa période de détention, il a repris ses activités en collaboration avec le FLN depuis Tunis pour préparer l’indépendance de l’Algérie. Il est rentré en Algérie en 1962. L’informateur conclut en présentant sa famille, notamment ses parents qui furent des militants et responsables syndicaux à la CFTC. Enfin il présente l’implantation de la CFTC en Algérie et le rôle qu’eurent les communistes libertaires et les anarchistes pendant la guerre d’Algérie. il a acquis la nationalité algérienne au titre de l’article 8 de la Constitution (participation à la lutte de Libération).

Crédits photographiques : Pierre Chaulet en 2013, collection privée, diffusée avec l’aimable autorisation de la famille.

 

Hélène Bracco,

historienne

Chanter pour planter le blé


Dans son ouvrage Alimentation des populations de l’Ahaggar. Etude ethnographique, Marceau Gast consacre un chapitre au blé (Partie II :  ”Production, préparation et consommation des aliments”,  p. 78-101).  Ses archives sonores documentent en partie sa démonstration scientifique1. Une de ses enquêtes de terrain2  illustre en particulier un passage (page 79) qui décrit le défrichage collectif des jardins.

Chant agraire de l’Ahaggar (extrait de l’enquête n°4204)

L’enregistrement a été réalisé à Idélès, un village touareg au nord-est de Tamanghasset, en décembre 1964.

Marceau Gast décrit ainsi les activités liées à ce chant :

Le défrichage de la terre ou son défoncement, comme le transport des couffins de terre nouvelle, seront effectués souvent en association avec plusieurs jardiniers. (…). Ces travaux d’entraide collective rythmés par des chants qu’il est émouvant d’entendre au milieu des jardins. Les hommes, serrés côte à côte,  avancent en cadence, reprenant en coeur la ritournelle qui accompagne les couplets du meneur. Les houes s’entrechoquent, la poussière monte, l’enthousiasme et l’entrain sont de rigueur. A la fin de la matinée le bénéficiaire de l’entraide apporte un plat de nourriture, mangé au milieu du champ. Les voiles des visages sont déposés sur les talus avec les tuniques ; la plupart des hommes sont torse nu et tête nue. On mange des dattes pilées que l’on puise à la main dans un plat de bois, ou des crêpes de farine de blé, arrosées d’une sauce avec des légumes, ou du couscous à gros grains (tikhammzin), si ce n’est une bonne bouillie de mil bien compacte. Après ce repas en général rapide (10 minutes environ), on prépare le thé et chacun retourne ensuite à ses occupations. Les travaux collectifs durent autant de temps qu’il est nécessaire, une, deux, ou plusieurs demi-journées.

Marceau Gast rédige, à cette occasion, une longue note sur le terme “touiza” qu’il prête aux “Algériens du nord” sans faire le lien avec le terme “tiwsé” qui en tamahaq a le même sens de “travaux d’entraide collective” et a été également assimilé dans toute la littérature du début du XXe siècle à la notion de “tribut” ou de redevance3. Il note comme nom local de ce chant le terme “el barah” ou “el brih”.

Voilà la note de Marceau Gast spécifique au chant, transcrite de son ouvrage (toujours page 79) :

Brih : signifie en arabe algérien : l’annonce, le ban, le cri, la proclamation, la publication par un crieur ;

Cf.  Beaussier (M.) : Dictionnaire pratique arabe-français, Alger, Typo-litho, 1958, p.42. L’institution d’assistance se dit, dans le Nord de l’Algérie, taoussa ou touiza. « Institution d’assistance, la tawsa est en réalité un prêt en espèce ou en nature, à l’occasion d’une fête. La personne qui l’a reçue est tenue de la rendre au moins à valeur égale, à celui qui l’a versée. Voilà pourquoi on donne à la tawssa une large publicité par l’emploi d’un crieur. Ce détail est fondamental »

Cf.  M’Hamsadji (N.), Usages et rites alimentaires d’une contrée rurale d’Algérie, A.I.E.O, t. XIV, 1956, pp.314-316. Nous comprenons mieux pourquoi les agriculteurs de l’Ahaggar nomment leurs travaux collectifs rythmés par des chants elbrikh (déformation berbère de elbrih). Le chant lui-même s’appelle el barakh, « quand quelqu’un veut faire un travail très urgent, ou un travail difficile pour peu d’ouvriers mais facile pour un grand nombre, il convoque tous les travailleurs du lieu et leur demande de lui accorder, gratis, par l’amitié, ou moyennant salaire, tous ensemble à un moment déterminé, quelques heures, ou un jour, ou deux ou trois jours de travail. »

Cf Foucauld (P. de), Dictionnaire touareg-français, tome 3, p. 994. Cette assistance collective se termine en général par un petit repas ou un thé; elle n’a pas le caractère rigoureux de prêt en retour consacré dans le Tell. Cela se comprend très bien quand on sait combien les communautés paysannes forment des unités vouées au même sort et où la morale publique a force de loi.

3/25_Dictionnaire touareg-français (Dialecte de l’Ahaggar) – Charles de Foucauld__CH /c/ (120-137)

 

Merci à Hélène Claudot-Hawad pour ses conseils et sa relecture.

 

Crédits photographiques : photographies de Marceau Gast, issues de son livre “Alimentation des populations de l’Ahaggar” (1968) : planche XI, les semailles, le travail collectif. 

  1. Marceau Gast a déposé ses enquêtes de terrain à la phonothèque de la MMSH. Les collections du Queyras et du Yémen ont été traitées, celles sur le Sud du Sahara sont en cours de traitement avec le soutien de la TGIR Corpus. []
  2. Cette enquête est déposée à la phonothèque de la MMSH sous le numéro 4204 []
  3. Voir H. Claudot-Hawad, « Iseqqemâren », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 14 novembre 2012. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org1450 – Paragraphes 8 à 15 []

Internet et les SHS : la phonothèque à Alger les 17 et 18 octobre 2012

Les 17 et 18 octobre 2012 au Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques (CNRPAH) se tiendront deux journées sur les enjeux et les usages des sciences humaines et sociales sur Internet. Une journée et demi sera consacrée à une formation et une matinée à trois conférences. Les questions abordées porteront sur :

- Le modèle économique des publications scientifiques

- Les recherches documentaires et la veille d’information

- La bibliographie de recherche, individuelle ou partagée

- Le blogging scientifique

- Le référencement des chercheurs

 

Programme

17 octobre 2012

9h30 : Accueil et présentation des journées

10h – 17h :  Journée de formation sur les enjeux de la recherche en SHS sur Internet

Comprendre les enjeux de l’édition électronique scientifique pour mieux cibler sa stratégie de recherche

⎯ Les modèles économiques

⎯ La mise en place d’une stratégie de publication

⎯ La nécessité de l’indexation et de la citabilité

⎯ Mettre en place une stratégie de recherche sur le Web

⎯ Comment utiliser Google mais aussi les moteurs spécialisés

⎯ Utiliser les réseaux sociaux dans ses recherches

⎯ Créer un système de veille documentaire pour sa recherche

⎯ Utiliser Zotero pour gérer sa bibliographiques

 

18 octobre 2012

Matinée : Conférences  sur les questions d’édition scientifique en SHS

9h-10h : Samir Hachani (Université d’Alger) - La plateforme de webreview du CERIST

10h-11h : Daho Jerbal, maître de conférences en histoire à l’Université d’Alger-Bouzaréah - Une expérience d’édition scientifique, la revue Naqd

11h-12h : Jean-Christophe Peyssard, Responsable des partenariats, Cléo (Marseille) - La nouvelle économie de la publication numérique en sciences humaines et sociales. OpenEdition.org, une plateforme complète de publication et de communication en libre accès pour les sciences humaines et sociales

14h30-17h30

Formation au blogging scientifique : la plateforme hypotheses.org

 

La formation et les conférences sont ouvertes à tous, sur inscription auprès de Maya Saidani (CNRPAH) : mayasaidani<@>gmail.com

La formateurs est assurée par Véronique Ginouvès (Responsable de la phonothèque de la MMSH) et  Jean-Christophe Peyssard (Cléo – OpenEdition, Responsable du Pôle Freemium)

 

Crédits photographiques : Arab Fountain, Rue de la Casbah (GRI) Postcard of Algiers, early 20th century Creator: Edition des Galeries de France, Alger. Getty Research Institute. Pas de restrictions de droit connues.

Murmures de la foggara – 23 mars 2012, amphithéâtre de la MMSH

A la suite de la journée d’étude Collecter le patrimoine culturel immatériel : Pratiques, usages, bricolage de l’inventaire vendredi 23 mars à la MMSH, Maya Saidani présentera son film Murmures de la foggara. Ce film,  réalisé en 2011, en collaboration avec le réalisateur Mohamed Yargui, raconte les aventures de Mohamed Ben Ali Ben Sadiq, récit de vie  à la croisée de deux langues, de deux cultures similaires en apparence, celle du Touat et celle du Gourara. Le film, pièce d’un ensemble de 12 collectes audiovisuelles, est  l’occasion d’inventorier les danses et les répertoires musicaux de la région de Timimoune et Adrar, dans le sud ouest algérien.

Durée : 52 minutes.

Lieu : amphithéâtre de la MMSH

Horaire : 18h-19h

Auteur : Maya Saidani est ethnomusicologue au CNRPAH, engagée dans l’inventaire du PCI en Algérie.

Européens en Algérie indépendante : un corpus sonore à la phonothèque de la MMSH

Le 5 juillet 2012, l’Algérie fêtera le 50ème anniversaire de son indépendance. A cette occasion l’ouvrage de l’historienne Hélène Bracco1, sera réédité dans une version complétée. Cette monographie a été éditée à partir de son mémoire de DEA d’études Arabes et Islamiques, portant sur les Européens ayant fait le choix de rester ou de venir vivre en Algérie après l’indépendance de 19622. Pour documenter ce travail universitaire, Hélène Bracco s’est appuyée sur des entretiens qu’elle a enregistrés. La totalité du corpus a été déposé à la phonothèque de la MMSH où il est aujourd’hui consultable sur place dans sa totalité.

 

Hélène Bracco avait fait un premier dépôt au cours de l’année 2000, les enquêtes avaient été documentées et numérisées à la phonothèque de la MMSH. Ce travail avait donné l’occasion à Hélène Bracco de mieux comprendre l’intérêt du dépôt de ses sources et elle avait largement participé au travail d’indexation. Elle avait d’ailleurs, en 2005, numérisé et traité elle-même son corpus sonore sur les refus civils et militaires de la guerre d’Algérie à la phonothèque. Ce second dépôt, qui eut lieu au mois de juin 2011, vient clore cet ensemble. Le traitement documentaire restait à réaliser. Dans le cadre de mon stage de licence professionnelle à la phonothèque de la MMSH durant le mois de septembre 2011, j’ai travaillé sur ce corpus en m’attachant à l’ensemble de la chaîne documentaire, de sa numérisation à sa valorisation.

Ce second dépôt est constitué de neufs entretiens, six menés en Algérie et deux menés en France en 1993, auxquels s’ajoute un entretien mené récemment au mois de mars 2011 près d’Aix-en-Provence ; ils s’ajoutent aux 15 enregistrements déjà traités. Ces enquêtes nous font découvrir le témoignage de Français ayant fait le choix, au lendemain de l’indépendance de l’Algérie en 1962, de rester y vivre – les Pieds Noirs -, ou de venir y vivre - les Pieds-Rouges -. Il est intéressant de noter à ce sujet, que le terme de Pied-Vert a rapidement fait place à celui de Pied-Noir pour désigner les Européens restés vivre en Algérie indépendante. Ce terme a trouvé un écho favorable (et vraisemblablement sa source) dans la presse et les médias.

L’intérêt pour Hélène Bracco, en enregistrant des témoins, était de pallier le manque d’archives papiers souvent frappées du secret de la défense nationale. Les témoignages qu’elle a recueillis lui ont notamment permis d’obtenir des récits de la clandestinité, livrés par des acteurs des réseaux de soutien au FLN (réseau Curiel), que peu d’écrits relataient au moment de son enquête. Pour elle3, “la source orale est la seule à pouvoir révéler certains actes accomplis dans la clandestinité”.

 

L’auditeur peut ainsi entendre des témoignages d’une différence radicale : du militant pour une Algérie indépendante à celui qui ne voit dans l’Algérie qu’un département français où les « Arabes » n’ont pas leur place. Car ceux qui sont restés sont aussi bien des militants œuvrant pour l’indépendance depuis la métropole, que des Européens d’Algérie travaillant avec le FLN, des libéraux favorables à une Algérie française mais égalitaire, des personnes soutenant l’OAS ou enfin ceux qui, ainsi que les qualifie Pierre Chaulet4, ne furent que simples spectateurs du conflit. Tous racontent leur vie en Algérie indépendante et pourquoi ils ont fait le choix d’y rester. C’est aussi le récit de la recherche d’une identité. Les Français d’Algérie qu’elle a rencontrés n’ont souvent connu que l’Algérie et y vivent depuis plusieurs générations. Leurs origines sont diverses : Juifs espagnols ayant fui les persécutions, Alsaciens refusant la domination prussienne après la défaite de 1870, paysans du Sud de la France poussés à fuir la crise du phylloxéra… C’est ce qui explique en partie la déchirure que certains ont ressentie lors du départ des Pieds-Noirs en 1962, et que d’autres aient refusé de partir. C’est à ces derniers que le choix de la nationalité s’est posée5. En effet les accords d’Evian laissaient aux Français d’Algérie un délai de trois ans au terme duquel ils devaient avoir fait le choix de rester Français en Algérie ou devenir Algérien.

Le travail documentaire réalisé sur ce corpus a été l’occasion d’harmoniser toutes les notices documentaires, celles du premier dépôt et celles du second dépôt, de manière à éditer le catalogue avec index. Ce travail a aussi nécessité la numérisation de cette partie de la collection. J’ai ainsi constaté que techniquement, la numérisation est simple a réaliser. Le réel travail intervient après, avec l’éditorialisation des documents sonores. J’entends par éditorialisation le fait d’organiser les données pour qu’elle puissent être accessibles à un public (chercheurs, étudiants, curieux) dont le champ d’étude n’est pas obligatoirement le même que celui de la chercheuse dépositaire du corpus. Afin de contextualiser le corpus sonore et de participer à sa valorisation, j’ai mené à la toute fin de mon stage un entretien avec Hélène Bracco. J’avais pour cela élaboré un guide d’entretien avec la collaboration de l’équipe de la phonothèque, Corinne Cassé, ethnologue, et Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque. L’objet du questionnaire portait essentiellement sur l’usage des phonogrammes. Au cours de mon stage, j’avais déjà rencontré Hélène Bracco, pour qu’elle précise certaines informations sur ses entretiens et qu’elle puisse me donner son retour sur le travail réalisé. Les échanges qui avaient lieu lors de ces rencontres dépassaient le cadre du travail documentaire, du fait de ma curiosité et de la volonté de transmettre de ce chercheur. Cet entretien a permis à l’historienne de s’exprimer sur son choix de documenter son mémoire de DEA par des enquêtes enregistrées, sur les conditions dans lesquelles elle les a enregistrées et sur les raisons de son dépôt à la phonothèque. Cet entretien a été enregistré et intégré au corpus.

Ce corpus, désormais clos, est ainsi composé de 25 documents d’une durée totale de 28 heures. Il est disponible, ainsi que son catalogue, à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Un contrat de dépôt stipule les conditions d’utilisation et de diffusion de ces archives. L’entretien réalisé avec le chercheur sera mis en ligne bientôt sur la base Ganoub de la phonothèque.

Laurent Pagnier
Titulaire d’une Licence Professionnelle Ressources Documentaires et Bases de Données (LP RDBD) spécialité image fixe, image animée et son à l’IUT Michel de Montaigne Bordeaux 3, j’ai effectué un stage à la phonothèque de la MMSH durant le mois de septembre 2011.

Crédits photograpiques :
     BRACCO, Hélène. L’autre face “Européens” en Algérie indépendante. Paris : Paris-Méditerranée, 1999, 220p.
     Idéale (Collection Paris-Alger), Alger, vue de la place du Gouvernement, aucune restriction de copyright connue

Crédits phonographiques :
BRACCO, Hélène. entretien avec Pierre Chaulet, 1993
PAGNIER, Laurent. entretien avec Hélène Bracco, 2011

Crédit vidéo :
GORETTA, Jean-Pierre (jour.), DISERENS, Jean-Claude (réal.). Continents sans frontières : Les Pieds-Verts [en ligne]. Genève : Radio Télévision Suisse, 1965, 22min53 disponible sur <http://www.rts.ch/archives/tv/information/continents-sans-visa/3435326-les-pieds-verts.html>

  1. Bracco, Hélène. L’autre face “Européens” en Algérie indépendante. Paris : Paris-Méditerranée, 1999, 220p. []
  2. Ce mémoire a été soutenu à l’Université de Provence sous la direction du professeur Robert Ilbert []
  3. Bracco, Hélène. Mémoires de la guerre d’Algérie : de la collecte d’interviews à la numérisation des cassettes , Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS [en ligne], disponible sur <http://afas.revues.org/1641> consulté le 05 octobre 2011. []
  4. Médecin pied-noir d’origine française, ayant pris la nationalité Algérienne et participé aux accords d’Evian []
  5. Il faut aussi ajouter qu’en France des “porteurs de valises” ayant soutenu la lutte d’indépendance ont pris la nationalité algérienne []

Offre d’emploi : traitement documentaire d’un fonds sonore du Sud Algérien enregistré dans les années 1960

La phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence recrute un(e) assistant(e) de documentation à plein temps pendant 3 mois pour traiter un fonds sonore constitué par des enquêtes de terrain enregistrées dans le Sud Algérien dans les années 1960 (thématiques : vie quotidienne, vie agricole, tradition orale des touaregs).

En collaboration avec la responsable des archives sonores et en lien étroit avec les équipes de recherche, l’assistant(e) de documentation analysera et valorisera des enregistrements en langues arabe et tamasheq.

Profil recherché :

Ayant suivi une formation dans le domaine des sciences humaines et sociales et/ou de la documentation, vous avez une bonne connaissance de la méthodologie de l’enquête de terrain. Vous disposez de rigueur et d’organisation, de qualités rédactionnelles et d’un bon niveau en langue arabe ou tamasheq.

Compétences souhaitées :

  • connaissances dans les métiers de la documentation, des archives ou des bibliothèques ;
  • connaissance des méthodes d’enquêtes de terrain en sciences humaines et sociales ;
  • connaissance de l’arabe et/ou du tamasheq ;
  • maîtrise des logiciels de bureautique : Word et OpenOffice.
Pour postuler :
Lettre de motivation et CV à envoyer à Véronique Ginouvès : ginouves[@]mmsh.univ-aix.fr

Information sur le poste :

Date de disponibilité : 1er octobre 2011

Poste : assistant(e) de documentation

Contrat : CDD plein temps

Rémunération : en fonction des diplômes entre 1800 et 2100 brut

Région : Provence Alpes Côte d’azur.

Lieu de travail : MMSH, Aix-en-Provence, 5 rue du château de l’horloge (Jas de Bouffan). Le télétravail est exclu.

Mission : préparation, analyse, valorisation d’archives sonores en langues arabe et tamasheq.

Date limite de réponse à l’offre : 26 septembre 2011.

Début du contrat : 1er octobre 2011

Diplômes : A partir de bac +3

La phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH réunit les enregistrements du patrimoine sonore qui ont valeur d’information ethnologique, linguistique, historique, musicologique ou littéraire sur l’aire Méditerranéenne. Ces archives sonores documentent des champs peu couverts par les sources conventionnelles, ou les complètent avec le point de vue des acteurs ou des témoins. Les notices et une partie des enregistrements sont accessible sur la base de données Ganoub (le Sud en arabe).

 

 

 

 

 

Hommage à Marceau Gast, portrait d’un honnête homme du 21e siècle

Les 14 et 15 mars 2011 ont contribué à garder vivante la mémoire de Marceau Gast mais ont aussi permis d’éclairer et de mieux faire connaître son travail scientifique comme son engagement social et éducatif. En réunissant les chercheurs et enseignants, anciens collaborateurs, de Marceau Gast mais aussi ses parents, ses amis, ses lecteurs ou des curieux, il s’agissait de donner corps à son œuvre. L’ambition était aussi d’ouvrir des pistes pour prolonger ses axes de recherche et conjurer l’embaumement patrimonial qui menace souvent après une journée d’hommage. Bien au contraire, la présence attentive et bienveillante de Madame Gast, avec celles de ses enfants et de son neveu, leur ont donné une force et une densité particulières. Hélène Claudot-Hawad et Salem Chaker ont réussi leur pari de permserraettre non seulement de (re)découvrir un chercheur, un homme et ses actions mais aussi d’envisager des projets sur le long terme autour de son oeuvre.

C’est avec une ferveur communicative que Luigi Serraont a ouvert les journées en évoquant le contexte intellectuel dans lequel Marceau Gast a développé ses recherches. Avec nous, il a retraversé les années et le désert du Sahara où il a souvent accompagné Marceau Gast. Il s’est souvenu des débuts de leur complicité scientifique et culturelle, liée à une discussion scientifique sur les gravures rupestres du Sud du Sahara. Une collaboration interdisciplinaire et internationale s’est alors mise en route, avec, dès le départ, la volonté de lutter contre les assauts violents portés à la culture de cette zone encore mal connue à cette époque. Le premier congrès international des civilisations méditerranéennes à Amalfi (1983) fut la réussite scientifique qui les souda pour les années à venir et régulièrement d’autres journées continuèrent d’être organisées, toujours dans cette dynamique. Il y eut ensuite un autre congrès sur la cité méditerranéenne – interrogeant la naissance et la vie d’une communauté saharienne – (Bari, 1988) puis un autre encore sur le multiculturalisme et le plurilinguisme dans le Maghreb arabe et berbère (Amalfi, 1995). Les intellectuels de la culture méditerranéenne y étaient toujours tous présents : Marc Bloch, Fernand Braudel, Gabriel Camps, Bruno Etienne, Pierre Galand… et Marceau Gast avec sa délicatesse, son enthousiasme et sa sagesse. C’est lui qui a permis, par ses échanges stimulants et toujours fructueux, de créer les différents programmes d’enseignement à l’université de Naples, L’Orientale où avait été ouverte la première chaire de berbère en 1917. Ainsi, afin de contextualiser au mieux l’étude des langues berbères a été créé une série d’enseignements comme « Epigraphique libyque berbère », « Dialectes berbères », « Civilisation antéislamique », « Histoire contemporaine de l’Afrique du nord berbère »., « Histoire et culture des peuples berbères », « Littérature orale et traditions populaires de l’Afrique du Nord ». Dans cet hommage où l’émotion lui donnait une éloquence inouïe, Luigi Serra s’est adressé à son collègue fidèle, curieux, stimulant, cet ami « terriblement moderne » qui n’allait plus nous quitter pendant deux jours.

Presque par hasard, Evelyne Simonin s’est passionnée de désert et plus précisément du Sahara, puis du personnage de Marceau Gast. Elle a voulu rencontrer cet homme dont elle entendait si souvent parler et décidé d’en écrire la biographie à partir d’entretiens enregistrés. Dans son intervention, elle a traduit pour l’occasion l’itinéraire de Marceau Gast en images depuis le domaine agricole de la Trappe jusqu’à son retour en France et ses terrains yéménites. Au-delà des informations biographiques cette intervention a suscité des questions archivistiques très intéressantes. Par exemple, les dessins des élèves de la « tente hutte école » que lui a confiés Marceau Gast et les textes des enfants, rédigés dans la mouvance de la pédagogie Freinet sont apparus comme de véritables archives ethnographiques qui mériteraient une conservation et une valorisation à part entière. Ensuite, les entretiens qu’Evelyne Simonin a enregistrés auprès du chercheur dans les années 2006-2009 sont également précieux parce qu’ils viennent croiser ceux d’Hélène Claudot-Hawad enregistrés en 1997-1998. Ils viennent aussi compléter notre compréhension de la construction de son histoire intellectuelle. Par ailleurs, les photographies qu’elle a montrées sont souvent venues en écho à l’intervention qui clôtura la journée. Là, Hélène Claudot-Hawad a insisté sur la place centrale de l’image dans la recherche de Marceau Gast qui, au-delà de la simple information, lui donnait toujours une fonction d’éclairage sur le geste, le procédé de fabrication, l’usage de l’objet.

Deux chercheurs algériens de l’ex CRAPE [Centre de recherches archéologiques, préhistoriques et ethnographiques] ont ensuite témoigné de la vitalité de la recherche scientifique dans ce laboratoire où a longtemps travaillé Marceau Gast. Slimane Hachi, directeur de l’actuel CNRPAH [Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques] a rappelé que son laboratoire avait publié tout récemment (2009) l’édition algérienne de Tikatoûtîn et il a présenté un documentaire restituant l’ambiance de la remise d’une partie de la bibliothèque scientifique de Marceau Gast à l’Algérie. Il a signalé que le CNRPAH vient de rassembler un mélange de ses articles, paru dans un ouvrage tiré à 1500 exemplaires tout en regrettant le manque de distributeur en France pour les livres publiés en Algérie. Malika Hachid a, elle, raconté une histoire qui aurait passionné Marceau Gast à qui elle a dédié son intervention, y associant ses professeurs disparus. Elle suggère que les petits hommes que l’on retrouve sur les peintures rupestres du Sahara central appartiennent au peuplement “assabat”, auquel se serait joint un flux de population plus tardif, chassé par la conquête ottomane. Sa recherche s’appuie sur la méthodologie que Gabriel Camps et Marceau Gast ont impulsée : une comparaison des gravures, des objets ethnologiques, des dessins et des récits des voyageurs du 19e siècle.

Plusieurs chercheurs se sont ensuite succédé, présentant les démarches et les collaborations tissées avec Marceau Gast au fil du temps. Philippe Lefevbre-Witier, médecin anthropologue généticien, a rencontré Marceau Gast dès 1965. Une collaboration amicale et fidèle en est issue, en particulier sur les programmes de recherche sur la parenté dans les communautés pastorales et rurales touarègues du Sahara central. Tatiana Ben Fougal a présenté, à partir de l’exemple des nattes de paille, l’intérêt du travail de Marceau Gast concernant la culture matérielle. Elle est revenue sur son travail de rédaction de notices pour le Musée du Bardo à Alger dès 1959 puis son entrée au Musée de l’Homme à Paris auquel il sera lié pendant 40 ans en démontrant combien les objets ethnographiques étaient pour lui des médiateurs entre la société et les hommes qui lui permettaient de remonter dans le temps. Ce fut aussi l’occasion de revenir sur la longue collaboration que Marceau Gast eut avec Dominique Champeau, chercheure qui marqua son parcours et pour laquelle il rédigea un livret d’hommage à sa mort. Narjys El Alaoui partit, elle, d’une anecdote d’un lézard prisonnier sous un couscoussier, pour évoquer cet animal en un hommage à l’ethnologue si attentif au milieu naturel. Sophie Ferchiou raconta combien la présence de Marceau Gast avait été importante pour elle quand, venue de Tunisie en 1970 pour écrire sa thèse, il s’est intéressé à son sujet, l’a réconfortée et soutenue avec une grande générosité. Hélène Claudot-Hawad clôtura la journée en évoquant les recherches menées sur la parenté chez les Touaregs et le déroulement des enquêtes sur les généalogies, les alliances et la transmission des biens et des pouvoirs. A ce moment, l’assemblée avait l’impression de bien connaître ce savant enthousiaste et curieux, et d’avoir partagé ces moments de convivialité avec ses étudiants à qui il transmettait son désir d’apprendre et de transmettre.

Jorge Onrubia Pintado, préhistorien à l’université de Castille–La-Manche, présidait la matinée du 15 mars, redoutablement émouvante. En effet, Madame Camps, accompagnée de sa fille, a rejoint l’assemblée et la famille Gast dans la matinée pour écouter les conférenciers,   en souvenir de cette amitié scientifique qui a si longtemps lié Marcau Gast et Gabriel Camps. Un lien qui explique certainement le fort tropisme préhistorique que l’on a retrouvé dans les interventions de cet hommage.

Pierre Augier a tout d’abord présenté une nouvelle facette de Marceau Gast, celle de l’ethnomusicologue. Au-delà de son récit de leur étude de la musique touarègue, riche en anecdotes depuis leur rencontre à Alger en 1967, il a évoqué l’intuition scientifique de son ami en rappelant le Colloque international d’imzad de 2005 où Marceau Gast avait fait une communication brève mais très importante (Sauver l’imzad et son contexte en pays touareg) dans laquelle il traçait un véritable programme de recherche sur cet instrument. François Borel, nous a fait la surprise de nous permettre d’entendre Marceau Gast parler du Sahara à des élèves d’une classe d’enfants en Suisse. Je remercie au passage François Borel d’avoir déposé à la phonothèque de la MMSH une copie numérique de cette bande de 40 minutes qui viendra compléter les archives sonores de Marceau Gast. L’enregistrement a été réalisé par son ami Pierre Guérin dans le cadre de l’Ecole de Plein Air à Chanteloup où se pratiquait la pédagogie Freinet. On y entend l’ethnologue qui répond aux questions des enfants sur les marques des voitures qui roulent dans le désert, les chameaux, l’oued ou les gazelles… Thierry Tillet, préhistorien à l’université de Grenoble, a rappelé les missions Berliet “Ténéré Tchad” et leur impact archéologique.

Puis l’équipe de la phonothèque de la MMSH a présenté le fonds sonore de Marceau Gast. Celui-ci avait choisi d’y déposer la totalité de ses enregistrements de terrain, après avoir longuement discuté de la méthodologie mise en œuvre par la phonothèque. Soucieux de la transmission de ses enregistrements il avait signé au moment de son dépôt un contrat précisant les droits d’utilisation et de diffusion de ces archives. Ce fonds est désormais entièrement numérisé et en partie traité (pour ce qui concerne le Yémen, le Queyras et les enregistrements de colloques) et intégré à la base de données d’archives scientifiques de la phonothèque accessible en ligne (http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr). Il reste encore à réaliser l’analyse des enquêtes de terrain de la partie sur le Sud du Sahara. Pour cela il est nécessaire que la MMSH trouve des financements propres permettant en particulier d’engager un catalogueur formé aux méthodes des sciences humaine et sociales et capable de comprendre à la fois l’arabe et le tamahaq.

Nicole Gast-Fabregas sa fille et Jean-Marie Jacono son neveu, ont réalisé un exercice difficile, celui d’évoquer la relation entre espace familial et espace de recherche. S’appuyant sur une méthodologie académique en trois points, Jean-Marie Jacono a su entrer dans le monde de l’intime avec légèreté et précision. Selon lui, l’ancrage de cette vie familiale imbriquée dans la vie du chercheur prend naissance dans cette enfance au cœur du système colonial, dans une famille qui avait la volonté de sortir du cadre figé du colonialisme. C’est ainsi que Marceau Gast apprit très tôt l’arabe à l’école coranique et que dans sa maison familiale, les invités étaient aussi des Algériens. Il a ensuite analysé l’imbrication entre espace public et familial que vivait Marceau Gast, créant un cadre de sociabilité semblable à celui du Maghreb. Sa maison était ouverte à tous parents et amis, de façon non hiérarchisée et toujours avec les acteurs de la recherche, en lien avec les activités de la recherche. Sa conception du cadre familial était à l’image du campement saharien où les visiteurs sont toujours bienvenus : parents et amis sur le même plan. Cette façon de vivre, cette auberge où tout est huilé, ne fonctionne que grâce à son épouse qui est le pilier dans la durée de cette vie familiale. C’est elle qui propose à tous, et sans relâche, une cuisine mixte, maghrébine et européenne : Jean-Marie Janono dans un clin œil utilise le terme de  « Gasthaus »1.

Car enfin, l’espace familial est complètement imbriqué au terrain de sa recherche. La maison est à la fois un espace de travail, un lieu d’expérimentation, un espace de convivialité où des chercheurs d’origines différentes se retrouvent avec la famille, un espace de transit et d’accueil de ceux qui circulent vers le Sud. Jean-Marie Jacono laisse aussi deviner que la dimension patriarcale devait être très forte. Sa fille, non sans humour, rappelle la réalité de cette façon de vivre qui mêlait si étroitement vie familiale et recherche car de retour du terrain, le père faisait expérimenter à la famille les goûts, les gestes, les usages. Il fallait moudre le blé sur les meules sahariennes, manger de l’orge perlé, du fenouil grec ou du blé concassé, de la chèvre et de la bouillie de mil.

Salem Chaker a clos cette matinée en rappelant l’apport de Marceau Gast pour L’Encyclopédie berbère et plus largement pour la connaissance des mondes berbères. A lui seul, il représente 5% de l’écriture de l’encyclopédie à travers 30 articles sur les 32 fascicules qui ont été édités depuis décembre 1984. Un engagement continu mais aussi une qualité scientifique toujours égale dans une volonté de complétude et d’insertion pluridisciplinaire des objets qu’il décrivait en valorisant leur statut culturel et social.

Les institutions ont été sensibles à la nécessité de valoriser la mémoire de Marceau Gast : la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et l’université de Provence ont largement soutenu l’organisation de cette journée (Denis Bertin, VP Recherche de l’université était présent). Les textes de cette journée et demie seront également bientôt publiés.  Mais au-delà, se sont dessinés des axes de recherche qui laissent imaginer la poursuite de ses travaux. La mise à disposition de ses archives et la revisite de ses terrains, en particulier, permettent d’envisager de nombreux projets. Et puis son expérience de pédagogue domine, laissant les traces d’un homme capable de dialoguer avec tous efficacement. Une façon d’être qui a de nombreuses fois été reliée par les participants à son implication dans la pédagogie Freinet et à une question qu’il posait sans cesse, et qu’on oublie trop souvent de poser : à quoi ça sert ?

Lors des journées dédiées à Marceau Gast, Gisèle Seimandi a lu une poésie écrite en son hommage qu’elle m’a aimablement autorisée à reproduire ici.


Merci pour leurs relectures et leurs corrections à Pierre Augier, François Borel, Hélène Claudot-Hawad et Laure Principaud, Gisèle Seimandi. Merci également à Pierre Augier d’avoir retravaillé qualitativement une partie des photographies affichées dans ce billet.

Crédits photographiques : portrait de Marceau Gast : photographie de famille - Images de la journée : Véronique Ginouvès.



  1. En langue allemande, Gasthaus signifie “auberge”, le terme est construit sur “la maison (Haus) des hôtes (Gast)” http://en.wikipedia.org/wiki/Gasthaus []

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, deuxième journée (4 octobre 2010)

La deuxième journée des rencontres d’Alger sur le patrimoine immatériel avaient deux objectifs concrets. Il s’agissait  d’une part de  faire des propositions pour organiser des projets de numérisation et de diffusion de sources sonores et audiovisuelles dans le domaine de l’ethnomusicologie mais aussi de mettre en place un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie.

Discutante de la première séance, je n’ai pu prendre toutes les notes nécessaires à la retransmission des communications de Nasredine Baghdadi, directeur des archives de la radio nationale algérienne et de Hadj Miliani, professeur en littérature comparée à l’université d’Oran.  N. Baghdadi a relaté point par point la chaîne de traitement numérique mise en place pour les archives sonores radiodiffusées  tandis que H. Miliani  présentait la construction d’un catalogue des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000).  Cette dernière intervention, très documentée, a mis en lumière tout l’intérêt à ne pas se limiter aux seuls documents de terrain dans la collecte. Il est encore possible d’identifier des documents édités chez de nombreux collectionneurs, ces enregistrements sont fragiles, complexes dans leur histoire éditoriale et il est capital de les numériser et de les cataloguer aux côtés des enregistrements de terrain. A l’écoute des interventions, il apparaît fondamental d’introduire dans le système d’enseignement algérien les digital humanities, discipline qui émerge progressivement en Europe. Les besoins en terme de formation et de réalisations numériques sont importants chez les chercheurs algériens. Ils pourront s’appuyer sur les méthodes et les outils développés par cette jeune communauté pour travailler sur la structuration des données et leur édition.

La question de l’enseignement est au coeur des missions du CNRPAH . Une école doctorale d’archéologie a déjà été mise en place. Elle accueille des étudiants licenciés en archéologie pour préparer un magister (le Master en Europe) ou un doctorat dans le domaine. Dans la même lignée, va être mis en place en 2011 au CNPRHA un nouveau programme pour les métiers de la culture, sur le patrimoine culturel immatériel. L’ethnomusicologie fera partie intégrante du projet. Dans une conférence introductive, Mehena Mahfoufi, ethnomusicologue, a dressé un état des lieu des différentes catégories des musiques algériennes qui pourraient intéresser les études d’ethnomusicologie en s’appuyant sur son expérience de terrain en Kabylie. Pour pouvoir être étudiées dans leur complexité, ces catégories sont destinées à se répondre : musiques professionnelles et non professionnelles, musiques religieuses et profanes, musiques familiales et publiques, pratiques féminines et masculines… Au-delà de la catégorisation, il est également nécessaire d’aménager de nouvelles formes d’écriture de la musique. En effet, l’écriture de la musique occidentale s’avère insuffisante pour les musiques traditionnelles. A titre d’exemple, Mehena Mahfoufi a évoqué le concert organisé la veille par le CNRPAH sur la musique de type “Sraoui”. Il a rappelé à l’auditoire un son étonnant et récurrent qui s’entendait, une sorte de gloussement effectuée par le chanteur. Voilà un élément vocal évoqué déjà  Bartok1 lors de ses collectes en 1913, impossible à noter sur les partitions classiques…

Cette intervention a donné lieu à un débat sur la question des aires culturelles : quelles sont celles qui doivent être l’objet d’étude de la discipline ? A la question,  ”Le genre musical dépasse-t-il les frontières nationales ?” l’auditoire est unanime, oui la musique ne se préoccupe pas des frontières. Par contre la question de la dénomination de la musique en fonction d’une aire (quelle qu’elle soit) enflamme la discussion. Ainsi peut-on utiliser le terme de “musique arabo-musulmane supranationale” ? Pour Mahmoud Guettat, l’entité “arabo-musulmane supranationale” repose musique modale, éloignée de la musique tempérée et tonale de l’occident. De cette musique modale, un fil conducteur (qui reste encore à analyser avec précision) permettrait à un marocain -par exemple- d’être sensible à la musique iranienne ou turque. En réponse à cet argumentaire, plus d’un participant rappelle que la modalité existe dans nombre de musiques traditionnelles qui ne font pas partie du monde musulman, à commencer par l’Australie… Mais tous s’accordent à dire que l’ethnomusicologie doit, en tout cas, s’attacher aux diversités locales, plutôt que de produire des discours génériques sur les pays.

Dans sa conférence Mahmoud Guettat avait pour objectif de proposer des méthodes à mettre en œuvre pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb et il a commencé par souligner le travail qui restait à faire.. Il s’est appuyé sur trois expériences concrètes. La première a donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2004, réédité en 2009 par le ministère de la culture algérien sur la musique du monde arabo musulman2 qui présente une bibliographie analytique et critique de plus de 2000 titres d’ouvrages et de 600 disques. La deuxième s’appuie sur son expérience de chercheur et d’enseignant à l’ISM (institut supérieur de musique) de Tunis qu’il a créé en 1982. Enfin, la troisième expérience est celle déjà évoquée du centre de musiques traditionnelles créé dans le sultanat d’Oman. Le répertoire musical, très riche et varié, est représenté dans une collection sonore qui couvre tout le terrain d’Oman. Très largement soutenu par l’UNESCO, ce projet ne donne encore aucun accès au grand public. Enfin, parmi les outils à constituer, il s’avèrerait très productif de dresser une carte musicale du Maghreb qui valorisant les travaux réalisés dans le domaine ethnomusicologique. En effet, ombre d’études ont été menées mais malheureusement, la plupart demeurent dans l’obscurité : la matière existe mais elle n’est pas archivée, diffusée, distribuée.

D’après Mahmoud Guettat  la culture musicale algérienne est encore méconnue et elle offre une matière abondante pour la recherche, laissant imaginer la richesse des recherches à venir. En tant qu’enseignant, il considère comme essentiel de trouver un équilibre entre l’enseignement de la musique traditionnelle, trop souvent oubliée, et celui de la musique classique.  La profusion des recherches sur la Nouba ne devraient pas en empêcher d’autres sur les musiques populaires. Car la recherche doit aussi servir à balayer les lieux communs. Il faudrait dépasser certains mythes comme celui du système tonal et de l’échelle à 24 quarts de ton institué comme modèle musical, refuser de continuer à colporter l’idée d’une origine mythique de la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, arrêter d’essayer de reconstituer la musique antique ou médiévale à partir des musiques du Maghreb… Nombreux sont les clichés qui ont la vie dure ! Et pourtant, il est évident qu’au fil des ans, des siècles, le répertoire n’a pas seulement été copié mais il a été enrichi, modifié profondément. Il est temps désormais de revenir sur les corpus, de les écouter, de partir sur le terrain pour des lectures musicologiques et saisir les marqueurs dans la société, de réaliser un vrai travail critique, exhaustif, sur l’histoire musicale de la musique  algérienne et d’aiguillonner les étudiants vers une recherche loin de tous préjugés. Un enseignement de ce type ne peut se fonder sur la reproduction pétrifiée d’un répertoire, il doit laisser la place au changement, aux réinterpréations, à la création. Dans cette dynamique, toutes les universités du Maghreb doivent s’ouvrir vers l’étude des musiques du monde dans leur ensemble…

A une question dans la salle sur l’existence de collectes sur la musique berbère en Tunisie, Mahmoud Guettat souligne que cette musique est bien vivante dans le Sud du pays. Pour lui, c’est bien la preuve que la musique n’a rien à voir avec les frontières politiques et que parfois, si elle a été étouffée, elle peut ressurgir ou réapparaître, « digérée » dans des régions limitées. Au chercheur de la découvrir.

La conférence de Maya Saidani, membre du comité organisateur de ces journées, a rappelé les missions du CNRPAH en insistant sur la volonté de l’Algérie de rompre son isolement. Trois axes dominent les projets à venir : la formation, la numérisation des sources à grande échelle et leur structuration, et surtout bien entendu, ne jamais cesser de faire de la recherche. Pour étayer cette position, dans une dernière série de conférences, Jürgen Elsner, Pierre Augier et Abdelmadjid Merdaci ont présenté leurs différentes recherches dans le domaine. Enfin, Youssef Nassib a listé l’ensemble des recommandations émanant de ces deux journées afin que tous les projets à venir puissent en tenir compte.

En conclusion, Slimane Hachi (directeur du CNRPAH) a exprimé tout l’intérêt qu’il a porté à l’ensemble des communications, confiant à l’auditoire qu’il était bien loin d’imaginer la qualité des résultats lorsqu’il avait confié la direction scientifique de ces journées à Maya Saidani. Non seulement elles se sont avérées riches de propositions et encourageantes pour l’avenir mais elles sont aussi venues confirmer la place capitale de l’ethnomusicologie en tant que discipline dans le travail d’inventaire à mener pour l’UNESCO sur le patrimoine immatériel en Algérie. Slimane Hachi a confirmé la volonté du CNRPAH de prendre une place centrale dans les questions de culture en Algérie, de la préhistoire à nos jours. Si le Ministère de la Culture est le responsable et le comptable de l’état de santé du patrimoine culturel algérien, le CNRPAH, lui, en est le bras scientifique. La rigueur des méthodes engagées, des cheminements que le laboratoire a suivis, valident ce choix. A la différence de l’inventaire classique demandé par l’UNESCO, la base de données sur le patrimoine immatériel de l’Algérie qui va être mise en place, est un acte de souveraineté nationale : il s’agira d’un chantier permanent. Les thèses, les articles, les ouvrages, les films, les entretiens, les analyses multiples et les supports sous toutes leurs formes qui pourront y être intégrés seront collectés par des scientifiques, qu’ils appartiennent au CNRPAH ou à son réseau de collaborateurs. Ils pourront y verser tout les savoir  qu’ils ont accumulés depuis des années et ceux des années à venir. Cette base de données constituera un véritable  vivier pour former les futurs cadres de la nation dans le domaine culturel et offrira des outils permanents et structurels pour consolider la mise en place d’une école doctorale sur l’ensemble du patrimoine immatériel : savoir faire, ethnomusicologie, littérature orale… Des appels internationaux seront lancés pour récupérer le patrimoine algérien collecté par les chercheurs étrangers et les programmes de coopération seront amplifiés. De beaux projets en perspective, à suivre sur le site du CNPRAH.

Le programme des journées : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

Le compte rendu du 3 octobre 2010 : http://phonotheque.hypotheses.org/3904

Crédits photographiques : vue du port d’Alger ; Véronique Ginouvès, Nasredine Baghdadi et Hadj Miliani (de gauche à droite) ; Mehena Mahfoufi discute avec Mahmoud Guettat (de dos) ; Maya Saidani (au micro) et Mahmoud Guettat ; Mahmoud Guettat, Pierre Augier et Jürgen Elsner (de gauche à droite) ; Maya Saidani, Slimane Hachi et Youssef Nassib (de gauche à droite). Photographies de V. Ginouvès, octobre 2010.

  1. Bartók and Arab Folk Music PC CD-ROM. UNESCO, European Folklore Institute, Institute for Musicology of HAS, Ministry of Cultural Heritage. Budapest, 2006. []
  2. Mahmoud Guettat. Musiques du monde arabo-musulman : guide bibliographique et analogiques. Approche analytique et critique. Dãr Al-’Uns, 2004. 243p. []