Archives par mot-clé : amérindien

Un voyage culturel à Mana et Awala-Yalimapo

Les étudiants de l’Université de Guyane ont eu l’opportunité de se rendre à Mana la fin de semaine du 5 au 6 novembre 2016, dans le cadre du festival international du Conte Paul Henri Gérard.les participants à cette sortie étaient des étudiants chercheurs et professeurs dont l’objectif était de connaître la culture et de se confronter à la réalité du terrain.  Nous profitons de l’atelier sur la collecte de terrain pour en faire un compte-rendu. Continuer la lecture de Un voyage culturel à Mana et Awala-Yalimapo

De la Guyane au Surinam…

Amélie, Anne, Guillaume, Olivier et Violaine, nous sommes cinq étudiants en Master 2 « Sociétés et interculturalité », tous issus d’horizons professionnels différents. Pour conclure une semaine d’enseignement sur la collecte des entretiens de terrain et leur valorisation, nous avons choisi d’écrire un billet sur le sujet « La place du Surinam dans l’identité guyanaise » en faisant un point sur les sources documentaires et en nous appuyant sur des enregistrements que nous avons réalisés. En effet, alors que nos deux groupes étaient partis sur le campus de l’Université de Guyane, à la recherche de potentiels témoins pour mener à bien une enquête sur l’identité culturelle guyanaise, au bout du compte c’est l’importance de la place de traits culturels surinamiens dans leur vie de tous les jours en Guyane que ceux-ci ont soulignée.

Après avoir convaincu nos informateurs de participer à notre projet, nous nous sommes rendus très vite compte de la difficulté d’obtenir des informations exploitables : réponses trop vastes, sans doute à cause de questions trop générales et trop abstraites malgré notre grille d’enquête ; son peu audible pour ne pas avoir assez pris en compte les bruits extérieurs (vents, circulation automobile sur le campus). A notre retour dans la salle de cours, après une écoute collective des entretiens nous avons pris conscience des points forts de notre enquête (mise en confiance des témoins qui se sont présentés disponibles et ouverts) et de nos points faibles (faire la chasse aux questions fermées ou induites, ne pas avoir peur du silence sont plus faciles à dire qu’à faire…). Nous avons dégagé une thématique commune aux deux entretiens pourtant enregistrés de façon complètement indépendante : la place du Surinam dans l’identité guyanaise. Le premier étudiant, en licence d’ingénierie, enregistré par Anne, Olivier et Violaine, était d’origine surinamaise. Le second un étudiant guyanais en AES, enregistré, par Amélie, David et Guillaume, insistait sur la place de la musique surinamaise dans la partie ouest de la Guyane. Ainsi, d’abord lancés sur l’identité guyanaise, nous avons voulu mettre en avant l’omniprésence de la culture surinamaise en Guyane.

Premier extrait : Deuxième extrait :

Troisième extrait :

En recherchant des références sur le Surinam nous avons trouvé deux  ouvrages du XIXème siècle qui soulignent l’histoire qui lie la Guyane et le Surinam et que nous avons voulu partager.

By Pierre Jacques Benoit Published 1839, non paginé

La première référence est le récit de voyage d’un français au Surinam. On y trouve une centaine de gravures qui nous plongent dans le Surinam du début du 19ème siècle. Il s’agit de l’ouvrage de Jacques Benoit Voyage au Surinam, publié en 19391 dont nous avons extrait l’illustration ci-dessus.

La deuxième référence est une publication de la société d’études pour la colonisation de la Guyane française (n°4) : Extraits des auteurs et voyageurs qui ont écrit sur la Guyane. Même si le titre de cette référence n’évoque pas le Surinam, grâce à la fonction « search inside » du site Archives.org, où a été écrit « Surinam », toutes les pages contenant ce mot ont été identifiées par des icônes en bas de document. En cliquant sur chacune d’entre elle on accède immédiatement au contenu identifié.

En conclusion la semaine a été enrichissante et formatrice. Lors des entretiens, nous avons pu mettre l’accent sur les écueils à éviter avec nos témoins.  Avant l’interview nous avons pu aborder l’importance de la préparation d’un questionnaire d’une grille d’enquête, notamment avec la méthode de la carte heuristique. Le carnet de terrain nous a semblé être un outil indispensable permettant le relevé d’éléments qui peuvent sembler anodins sur le moment mais importants pour la suite de la recherche. La signature de contrats afin d’obtenir les accords pour l’utilisation et l’exploitation des données demeure une étape capitale pour la valorisation des données.

Par ailleurs, au cours de la semaine, nous avons découvert et travaillé avec plusieurs logiciels libres qui nous ont paru très efficaces :

– L’éditeur de texte collaboratif framapad nous a permis de communiquer ensemble et de partager des informations et framindmap de réaliser notre carte mentale pour la grille d’enquête.

Zotero  nous a permis d’éditer nos bibliographies

– Avec le logiciel Audacity nous avons créé nos extraits sonores

– Sur WordPress, utilisé par la plateforme Hypotheses.org, nous avons publié notre billet.

En définitive, en plus d’acquérir des compétences techniques et méthodologiques, nous avons pris plaisir à travailler ensemble, en mutualisant nos recherches et nos connaissances.

buvezdusurinam

Crédits photographiques : image à la une d’une pirogue sur le Maroni, entre Guyane et Surinam, photographiée par Polo973, 2004, CC-BY-SA ; Gravure extraite de l’ouvrage de Pierre Jacques Benoit publié en 1839, non paginé, représentant une pratique magico-religieuse au Surinam, domaine pubic ; « Buvez du Surinam », estampe par Donjean, Gustave (1800-1899), sur Gallica, domaine public.

  1. Pierre Jacques Benoit (1782-1854). Voyage à Surinam : description des possessions néerlandaises dans la Guyane, Cent dessins pris sur nature par l’auteur, Société des Beaux-Art, Bruxelles, 1839. []

A la rencontre des Wayanas

Fantaisie après une semaine de stage sur la collecte à l’Université de Guyane.

Etudiantes en Master II en “Sociétés et interculturalité”à l’Université de Guyane, nous venons de passer une semaine ultra-enrichissante avec Véronique Ginouvès (CNRS), nous décidons d’utiliser notre nouveau savoir pour partir toutes les quatre faire des enquêtes au coeur de l’Amazonie sur les traces des Wayanas, sur le haut Maroni.

Elisabeth met  dans son sac à dos nos carnets de terrains pour ne rien oublier des nombreux entretiens que nous comptons bien mener sur place ! Attention, ne pas oublier les contrats d’autorisation et de diffusion sinon rien ne pourra être diffusé, archivé et partagé sur le blog…Tracy s’en charge.

Corinne prend son Zoom H4 pour que chacune de nos prises de son soient bien audibles. La bonnette aussi est dans le sac, qui empêchera le vent de couvrir les paroles ; et Anne se charge d’emballer précautionneusement son appareil photo et sa caméra numérique afin d’immortaliser la beauté des paysages et des rencontres.

Les hamacs, l’anti-moustique, le couac, les papiers, le désinfectant sont à l’abri dans la touque. Finalement… soyons prudentes, une pirogue est vite renversée surtout lors des passages des sauts : mettons tous nos objets précieux dans la touque !

C’est parti ! Le vol Cayenne-Maripasoula est dans une demi-heure, nous avons juste le temps d’arriver à l’aérodrome.

Chance1 ! Tracy parle le wayana et Elisabeth a une grand-mère maternelle aluku.

Dès notre arrivée au Degrad de Maripasoula, nous montons dans la pirogue, Fred le piroguier est bien au rendez-vous. Le Maroni s’offre à nous. Nous allons le remonter pour arriver à Antécume-Pata.

3021895263_5061709967_o

Le chef coutumier du village avec qui nous devons nous entretenir habite  non loin de là. Fatiguées par le long voyage, nous décidons de passer la nuit sous le carbet, comme nous le proposent gentiment les habitants du village.

Dès notre réveil, le chef coutumier nous rejoint : il sait que nous sommes venus l’interroger sur sa vie, son expérience, sa manière de vivre dans sa communauté. Il nous propose d’aller dans un lieu calme pour mener l’entretien dans de bonnes conditions, le carbet communautaire appelé Tukushipan.

Tukushipan Taluen, Guyane - mars 14 CLQ

Chacune a pris son matériel. Nous commençons par expliquer au chef coutumier que nous devons lui faire signer un contrat d’autorisation et de diffusion pour que la connaissance qu’il va partager avec nous puisse être valorisée dans les meilleures conditions juridiques et éthiques. Un climat de confiance s’installe. L’entretien est passionnant et nous décidons de rester deux jours complets pour partager la vie de la communauté, enregistrer des chants , filmer des danses, écouter les habitants parler de leur vie quotidienne.

Nous leur laissons une copie des  fichiers sur CD et en MP3 avec les informations sur le contexte de production pour qu’ils conservent une copie de nos enregistrements.

Au cours de notre séjour, nous nous sommes attachées à respecter les règles méthodologiques et déontologiques que nécessite une collecte patrimoniale et nous espérons avoir participé à la connaissance des manières de vivre en Guyane.

Corinne, Tracy, Elisabeth, Anne : toute ressemblance avec des anthropologues patenté-e-s, serait fortuite.

Crédits photographiques et sonores : 
– Romz Fantaz, Dégrad à Maripasoula, Prise le 17 octobre 2008 (CC BY-NC-ND 2.0)
– Chant célébrant la beauté d’une jeune fille et l’art de la danse enregistré en 1968 par Jean Hurault, repéré sur la base du CREM/LESC Temeta.
– Le film sur le Le tukusipan, carbet communautaire wayana diffusé  par le parc amazaonien ne peut être diffusé en ligne sur le blog car l’embed n’est pas autorisé, dommage !
– Phographie du Tukushipan par Corinne Le Quinio, printemps 2014.

  1. D’après la base de données Ethnologue.com en 2007, il n’y avrait plus que 850 personnes dans le monde qui parlaient wayana. []

Regards d’apprentis sur la collecte d’archives orales en Guyane

Mauricienne Fortino, conteuse palikur

Nous sommes un groupe d’étudiants en Master 2  Sociétés et interculturalités (filière Arts, Lettres et Civilisations) à l’Université des Antilles-Guyane qui avons suivi pendant une semaine un cours portant sur le traitement des données numérisées en sciences humaines et plus particulièrement sur les archives sonores. La matière de ce cours nous incite aujourd’hui à vouloir approfondir notre connaissance sur nos cultures dominées par l’oralité. Il nous fait prendre conscience de l’ampleur du patrimoine local matériel et immatériel. Les enseignements et la méthodologie acquis durant cette formation nous  ouvrent un champ de recherches encore faiblement exploré1. Dans ce cadre, nous avons appris à réaliser un entretien, avec un enregistreur numérique, à partir d’une grille d’entretien en étant vigilant sur le format d’enregistrement (wave) et  les questions juridiques et éthiques pour l’utilisation de l’enregistrement. C’est avec ce matériel, très perfectionné en matière de restitution de la qualité sonore (la voix du témoin nous a paru particulièrement claire), que nous avons posé nos questions à une étudiante sur ses premiers pas au campus universitaire. 

Ce travail de terrain nous a amenés à  comprendre les difficultés liées à la collecte des sources orales. Les réticences que peuvent légitimement éprouver les témoins , la nécessité pour l’enquêteur de se mettre en retrait afin de laisser le témoin déployer sa parole. Nous avons également découvert les outils et méthodes de recherche dans le domaine des archives sonores. Sur le site du CREM (Centre de recherche en ethnomusicologie) nous avons l’heureuse surprise de découvrir 26 archives sonores concernant la Guyane française. Les premiers enregistrements datant du début des années 50.  Par contre, nous avons eu beaucoup de difficultés pour trouver des images libres de droit sur la Guyane. Pour enrichir notre étude nous pouvons constituer un fonds documentaire à partir d’un corpus thématique et établir des bibliographies sur différentes bases de données, en particulier sur le moteur Isidore.

Il est important que ces archives orales soient restituées en Guyane et que l’on puisse faire écouter ces enregistrements aux populations qui ont été enquêtées.

Auteurs : Antonella Atidong, Mireille Badamie, Adrien Guilleau, Quentin Le Bert, Tchisséka Lobelt, Yasmina Patient, Yohann Pierre, Stephanie Waya

Crédits photographiques : Mauricienne Fortino, conteuse Palikur, photographie de Julien Salaud, droits réservés.

Le programme de la formation : http://phonotheque.hypotheses.org/8867

  1. Selon nous il y a trop peu de manifestations consacrées à la littérature orale en Guyane, excepté quelques festivals comme le Mémorial du conte Paul-Henri Gérard à Mana []