Archives par mot-clé : Amérique du Nord

2e congrès international des archives numériques, Morelia, Mexique, 9 – 11 novembre 2017

L’Instituto de Investigaciones Bibliotecológicas y de la Información (IIBI – Institut de Recherches Bibliologiques et de l’Information) et la Escuela Nacional de Estudios Superiores Unidad Morelia (ENES Morelia – École Nationale des Études Supérieurs, unité Morelia de l’Université Nationale Autonome du Méxique – UNAM), avec la Licence Archives et Gestion, en collaboration avec le Programa de Posgrado en Bibliotecología y Estudios de la Información (Programme du Master Bibliologie et Études de l’Information), la Direction Générale des Bibliothèques de la UNAM, l’Universitad  Complutense de Madrid (UCM – Université Complutense de Madrid), et l’Escuela de Altos Estudios en Comunicación Educativa (ESAE – École d’Hautes Études en Communication Éducative de l’Instituto Latinoamericano de la Comunicación Educativa – ILCE – Institut de la Communication Éducative d’Amérique Latine) ainsi que la Asociación Internacional de Archivos Sonoros y Audiovisuales (IASA – Association International d’Archives Sonores et Audiovisuelles), vous invitent à participer au II Congrès International d’Archives Digitales « Connecter les savoirs des bibliothèques, archives, musées et galeries pour la préservation numérique », dans lequel des idées, projets, études et exercices d’applications dédiés à la conservation numérique des collections de bibliothèques, des centres d’archives, des musées et des galeries d’art, seront présentés, discutés et échangés. Continuer la lecture de 2e congrès international des archives numériques, Morelia, Mexique, 9 – 11 novembre 2017

Conectando los saberes de bibliotecas, archivos, museos y galerías para la preservación

El Instituto de Investigaciones Bibliotecológicas y de la Información (IIBI) y la Escuela Nacional de Estudios Superiores Unidad Morelia (ENES Morelia) de la Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), a través de la Licenciatura en Archivos y Gestión; en colaboración con el Programa de Posgrado en Bibliotecología y Estudios de la Información, la Dirección General de Bibliotecas de la UNAM, la Universidad Complutense de Madrid (UCM), y la Escuela de Altos Estudios en Comunicación Educativa (ESAE) del Instituto Latinoamericano de la Comunicación Educativa (ILCE) y la Asociación Internacional de Archivos Sonoros y Audiovisuales (IASA),  invitan a participar en el II Congreso Internacional de Archivos Digitales “Conectando los saberes de bibliotecas, archivos, museos y galerías para la preservación digital” en el que se expondrán, debatirán e intercambiarán ideas, proyectos, investigaciones y aplicaciones encaminadas a la preservación digital de colecciones de bibliotecas, archivos, museos y galerías. Continuer la lecture de Conectando los saberes de bibliotecas, archivos, museos y galerías para la preservación

APPEL A CONTRIBUTION : 2ème congrès international d’archives numériques (Morelia, Mexique)

L’Institut de Recherche de Bibliothéconomie et de l’Information (IIBI) et l’Ecole Nationale d’Études Supérieures Unidad Morelia (ENES Morelia) de lUniversité Autonome de Mexique ( UNAM) en collaboration avec le Laboratoire national de matériaux oraux (LANMO), le programme de masters de bibliothéconomie et d’études d’information de l’UNAM, l’Université Computense de Madrid (UCM) et lÉcole des Hautes Études de Communication Éducatives (ESAE) de l’Institut latino-américain de communication éducative (ILCE), lancent un appel à contribution pour présentation de travaux lors du :

II ème  Congrès International d’Archives Numériques
Continuer la lecture de APPEL A CONTRIBUTION : 2ème congrès international d’archives numériques (Morelia, Mexique)

Jornada académica sobre preservación de colecciones sonoras y audiovisuales de origen digital, 7, 8, 9 septembre 2016

La semaine prochaine la phonothèque de la MMSH présentera deux conférences à Mexico dans le cadre des journées d’études sur la conservation des collections sonores et audiovisuelles nativement numériques : Jornada académica sobre preservación de colecciones sonoras y audiovisuales de origen digital1.

  • La première dans le cadre de la table ronde du 7 septembre  Propuestas y soluciones para la preservación de documentos sonoros y audiovisuales de origen digital, annoncée en langue espagnole sous le titre  « Perfeccionnando el accesso en línea del Patrimonio cultural sonoro. Propuestas de la Fonoteca del Centro national de investigación científica, Francia, Aix-en-Provence ». L’intervention se fera en langue anglaise, sous le titre : « Preserving and disseminating sound cultural heritage: the experience of the MMSH Phonothèque (CNRS) »
  • La seconde, le 8 septembre, se fera dans le cadre d’ateliers pratiques intitulés Clinica para el análisis documental de grabaciones sonores y audiovisuales qui ont pour objectif de suivre toute la chaîne de traitement des documents sonores et audiovisuels. La phonothèque de la MMSH a sélectionné pour cet exercice un enregistrement de terrain du terrain saharien de Marceau Gast. A lire sur https://phonotheque.hypotheses.org/20033

Programme de ces journées :
Sur Europeana Sounds
Sur le blog Papeles de Musica
Sur le blog de l’école SIMMONS – School of Library and Information Science
Sur les Carnets de la phonothèque

Suivre ces journées en direct :
Sur le twitter et FaceBook de l’IIBI UNAM
et sur Twitter, avec le hashtag, certes un peu long :-), #PreservColecc_SonorasAV_UNAM

Lire le storify :

  1. Ces journées sont organisées avec le soutien du programme UNAM-DGAPA-PAPIIT, n° IN402016 et organisées par l’Institut de recherche sur la bibliothéconomie et l’information – IIBIInstituto de investigaciones bibliotecológicas y de la información et le laboratoire national des sources orales – LANMLaboratorio Nacional de Materiales Orales de la UNAM – Université nationale autonome de Mexico = Universidad nacional autónoma de México, l’École Européenne Supérieure de l’image (Poitiers, France), le centre de recherche et de développement de l’Institut national Polytechnique du Mexique – CITEDI-IPN  – Centro de Investigación y Desarrollo de Tecnología Digital del Instituto Politécnico Nacional et l’Alliance française de Mexico []

UNAM, septembre 2016 : Conservation des collections sonores et audiovisuels nativement numériques

L’Institut de recherche sur la bibliothéconomie et l’information – IIBI1 et le laboratoire national des sources orales – LANM2 de l’Université nationale autonome de Mexico – UNAM3, l’École Européenne Supérieure de l’image (Poitiers, France), le centre de recherche et de développement de l’Institut national Polytechnique du Mexique – CITEDI-IPN 4 et l’Alliance française de Mexico, organisent des journées d’étude sur la conservation des collections sonores et audiovisuelles nativement numériques : Jornada académica sobre preservación de colecciones sonoras y audiovisuales de origen digital les 7, 8  et 9 septembre 20165.

La journée d’étude sur la conservation des collections sonores et audiovisuelles nativement numériques se donne pour objet un espace interdisciplinaire créé dans un contexte international, caractérisé par la recherche scientifique pour garantir que les sons et les images qui rendent compte de notre identité soient conservés sur la longue durée. A cette occasion, la journée d’étude a pour objectif d’explorer, d’analyser et d’appliquer des méthodes et des technologies qui vont contribuer à conserver les fichiers nativement numériques, sonores et audiovisuels, du peuple ramamuri. La journée est organisée en direction des bibliothécaires, des archivistes, des documentalistes et des professionnels de l’information intéressées par la conservation des documents nativement numériques.

La jornada académica sobre la preservación de colecciones sonoras y audiovisuales de origen digital es un espacio interdisciplinario creado en un contexto internacional caracterizado por la búsqueda de soluciones científicas para garantizar que los sonidos y las imágenes que dan cuenta de nuestra identidad se preserven para el porvenir. En esta ocasión, la Jornada se dedicará a explorar, analizar y aplicar métodos y tecnologías que contribuyan a preservar grabaciones de origen digital sonoras y audiovisuales del pueblo rarámuri. La Jornada está dirigida a bibliotecarios, archivistas, documentalistas y profesionales de la información interesados en conocer cómo preservar los documentos cuyo origen es digital.

Ces journées s’organiseront autour de trois grands axes  :

1. Un séminaire de recherche

2. Un état des lieu de l’analyse documentaire des documents sonores et audiovisuels

3. Des ateliers techniques sur les enregistrements sonores et audiovisuels.

PROGRAMME  (Mise à jour sur le site de l’UNAM)

Mercredi  7 septembre

10h : Session inaugurale :  Domingo Alberto Vital Díaz, coordinateur du département des Humanités et Jaime Ríos Ortega (chercheur IIBI, UNAM) et Perla Olivia Rodríguez Reséndiz (chercheur IIBI, UNAM)

10h30 – 11h30 – Table ronde – 1 : Les documents sonores et audiovisuels des peuples autochtones comme biens culturels et ressource d’information / Los documentos sonoros y audiovisuales de los pueblos originarios como bien cultural y recurso de información : Sylvie Marchand (École Européenne Supérieure de l’image, Poitiers France), Margarita Valdovinos (IIBI, UNAM, México), Benjamín Muratalla (Directeur de la Fonoteca del Instituto Nacional de Antropología e Historia Moderna), Carmen Ordoño Vidaña (coordinatrice de la phonothèque),  Henrietta Yurchenco (Comisión Nacional de Pueblos Indígenas). Modérateur : Jaime Ríos Ortega (chercheur IIBI, UNAM, México).

12h – 13h – Table ronde – 2 : Situation actuelle et problèmes que posent la conservation des documents sonores et audiovisuels nativement numériques / Propuestas y soluciones para la preservación de documentos sonoros y audiovisuales de origen digital : Dora Alicia Braussin (enseignant chercheur et conseiller auprès des Archives nationales de Colombie6, de Bogotá), Perla Olivia Rodríguez Reséndiz (chercheur IIBI, UNAM), Edurne Uriarte Santillán (Coordinateur des collections numériques de l’université de l’UNAM).

13h – 14h – Table ronde – 3 : Propositions et solutions pour la conservation de documents sonores et audiovisuels nativement numériques / Propuestas y soluciones para la preservación de documentos sonoros y audiovisuales de origen digital : Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH, France) [Preserving and disseminating sound cultural heritage: the experience of the MMSH Phonothèque, National Center for Scientific Research, Aix-en-Provence], Berenice Aracely Granados Vázquez et Santiago Cortés Hernández (Laboratorio Nacional de Materiales Orales, ENES Michoacán, UNAM), Jenny Benois-Pineau (LaBRI, Université Bordeaux), Mireya García (Centro de Investigación y Desarrollo de Tecnología Digital del IPN). Modérateur : César Augusto Ramírez (chercheur, IIBI, UNAM).

Jeudi 8 septembre

Diagnostic pour une analyse documentaire des documents sonores et audiovisuels nativement numériques – Clinica para el análisis documental de grabaciones sonores y audiovisuales : deux tables ronde organisées autour de deux thématiques :

  • Gravures sonores et numérique du paysage sonore et musical du peuple rarámuri / Grabaciones sonoras digitales del Paisaje sonoro y música del pueblo raramuri
  • Gravure audiovisuelle numériques des cérémonies tradiotionnelles et rituelles du peuple rarámuri / Grabaciones audiovisuales digitales de las Ceremonias tradicionales y rituales del pueblo rarámuri

9h – 13h : Table ronde 1 – Participants : Sylvie Marchand (École Européenne Supérieure de l’image, Poitiers France), Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH, France), Benjamín Muratalla (Directeur de la phonothèque de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire / Fonoteca del Instituto Nacional de Antropología e Historia), Carmen Ordoño Vidaña (coordinatrice de la phonothèque), María Elena Francode (Responsable du catalogage vidéo et cinéma au sein de la commission7 nationale pour le développement des peuples indigènes), Leticia Cervantes Naranjo (Unversité interculturelle indigène de Michoacán). Modératrice : Perla Olivia Rodríguez Reséndiz (chercheur, IIBI, UNAM).

16h à 19h : Table ronde 2 – Participants :   Alejandro Ramirez y Mireya Garcia (Centro de Investigación y   Desarrollo de Tecnología Digital del IPN) Jenny Benois-Pineau (Université Bordeaux)

Vendredi 9 septembre : trois ateliers
10h-14h :
Organisation de deux ateliers techniques en parallèle de 10h à 14h , le premier sur l’enregistrement numérique des documents sonores mené par Roberto Hernández (expert en production sonore et réseau numérique)et le second, mené par Oscar Carrillo (producteur de télévision), sur les documents audiovisuels.

10h à 13h  : atelier sur la recherche de contenu sonore et audiovisuel mené par     Alejandro Ramirez et Mireya Garcia (Centro de Investigación y Desarrollo de Tecnología Digital del IPN) avec Jenny Benois-Pineau (LaBRI, Université Bordeaux).

Lieu des journées d’étude : Salle des séminaires de l’IIBI / Sala de Seminarios del IIBI, UNAM.

Coordination : César Augusto Ramírez Velázquez, Jaime Ríos Ortega, Perla Olivia Rodríguez Reséndiz.

 

Résumé (en langues anglaise et espagnole) de l’intervention de Véronique Ginouvès, phonothèque de la MMSH, USR 3125 AMU/CNRS :

Preserving and disseminating sound cultural heritage: the experience of the MMSH Phonothèque, National Center for Scientific Research, France, Aix-en-Provence / Un dispositivo para el acceso en línea del patrimonio cultural del sonido conservado en un centro de archivos del sonido : el caso de la Fonoteca, Centro Nacional de Investigación Científica, Francia, Aix-en-Provence

The sound archive center of the Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) – Mediterranean Research Center for Humanities and Social Sciences, preserves, manages and disseminates archives recorded in the field by social sciences researchers. These archives enabled them to complete their work with the point of view of witnesses, stakeholders in the knowledge. However the researches and the Sound archives centers had to get go through the process of patrimonalization. The main goal of this conference is to present our best practices and rules to collect, preserve and disseminate our archives but also to make them accessible to all. We will focus on long term preservation of the data, their structuration and dissemination in the globalized environnement. A special focus will be put on the Europeana Sounds project, to highlight a best practice network, combining sound and audio heritage institutions from 12 countries across the European Union Member States, together with non-profit organisations, and commercial companies.

El centro de archivos del sonido de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) – Casa Mediterránea de las Ciencias humanas , conserva, administra y divulga archivos gravados en el ámbito por investigadores en ciencias sociales. Estos archivos han cumplido con su función de archivos gracias al punto de vista de los testigos, que hacen parte del conocimiento. Sin embargo, los investigadores y los centros de archivos del sonido, tienen que atravesar juntos un proceso de patrimonialización. El objectivo principal de esta conferencia es de presentar las buenas prácticas que usamos y normas para colectar, conservar y divulgar nuestros archivos pero también para ponerlos a dispocisión de todos. Nos centraremos sobre la conservación de los datos a largo plazo, su estructuración así que su divulgación en el contexto de la globalización. Se prestará especial atención al proyecto de Europeana Sounds, para valorizar las buenas prácticas de la red, que implica las instituciones del patrimonio del sonido y del audio, con 12 países attraverso los Estados miembros de la Unión Europea, junto a organizaciones sin ánimo de lucro, y con compañías comerciales.

A signaler du 1er au 3 juin 2016, s’est tenu à Mexico le premier congrès international sur les métadonnées sur le thème « Tendances multidisciplinaires et  usages des métadonnées », où est intervenue Joséphine Simonnot, qui participe également au projet Europeana Sounds, pour présenter la base d’archives sonores du CREM. Ce congrès est organisé également par l’IIB – Instituto de Investigaciones Bibliotecológicas y de la Información – UNAM – Universidad Nacional Autónoma de México. Programme en ligne et présentation vidéo du congrès.

Crédits photographiques (à la une) : image extraite de l’exposition en ligne Los pueblos de la Frontera Sur, publiée en mars 2016 dans la galerie de la Comission nationale pour le développement du peuple indigère / Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas. Pas d’indication d’usages précisées.

  1. Instituto de investigaciones bibliotecológicas y de la información – IIBI []
  2. Laboratorio Nacional de Materiales Orales de la UNAM []
  3. Universidad nacional autónoma de México []
  4. Centro de Investigación y Desarrollo de Tecnología Digital del Instituto Politécnico Nacional []
  5. Ces journées sont organisées avec le soutien du programme UNAM-DGAPA-PAPIIT, n° IN402016 []
  6. J’ai eu la chance de visiter ces archives en 2009, je vous renvoie vers les images et le texte de cette visite. []
  7. Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas []

2015, centenaire d’Alan Lomax, découvreur de musiques traditionnelles

Cette année Alan Lomax (1915-2002) aurait eu 100 ans le 31 janvier. Pour célébrer cet anniversaire, l’American Folklife Center (AFC) au sein de la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress – LC) va proposer tout au long de l’année une série d’évènements pour mieux faire connaître ce collecteur qui n’a cessé de collecter des danses et musiques traditionnelles à travers le monde, non seulement pour les préserver et les valoriser mais aussi pour mettre en évidence son influence sur la culture nord américaine. Une belle occasion de découvrir la richesse des collections sonores et photographiques constituées par la famille Lomax et aujourd’hui accessibles à la Bibliothèque du Congrès.

Cette collaboration avec la Bibliothèque du Congrès et la famille Lomax ne date pas d’hier… Le père d’Alan, John Avery Lomax (1857-1948), entré en 1923, y avait été nommé « Honorary Consultant and Curator » des Archives de l’American Folk Song  au moment de leur création au sein du département de la musique en 19281. John Lomax, un des fondateurs de la  Texas Folklore Society était un passionné de ballades anciennes et de chansons de cow-boy : dès 1933, il  se lança avec son fils, âgé alors de 18 ans, dans une vaste collecte sonore et photographique sur le territoire nord américain. Sa formation universitaire l’engage tout suite à utiliser une méthodologie de la collecte rigoureuse que les folkloristes n’avaient pas toujours eue jusqu’ici et il forme à cette école toute sa famille.

John-avery-lomax1

Les premiers enregistrements font découvrir aux Etats-Unis la musique traditionnelle de Louisiane (en particulier la musique cajun) et celle des Etats du Sud (le violon des Appalaches et le blues du delta du Mississippi), le Michigan et le Midwest.

John Henry, chant de travail, enregistré en 1947 dans le Camp B, à Parchman Farm (pénitencier de l’Etat du Mississippi) :

prisonners

En 1937, la bibliothèque du Congrès nomme Alan Lomax « Assistant in charge », c’est dans ce cadre qu’il enregistre avec ses collaborateurs – son père bien sûr2 mais aussi sa femme Elizabeth, Pete Seeger et des collègues d’autres institutions comme John Wesley de l’Université Fisk-.

Il a été ainsi le premier à enregistrer des musiciens issus de la tradition orale, devenus légendaires comme Huddie Ledbetter (« Lead Belly »), Vera Ward Hall, McKinley Morganfield (« Muddy Waters »), Aunt Molly Jackson, Son House, David « Honeyboy » Edwards, Texas Gladden, Ferdinand « Jelly Roll » Morton, Woody Guthrie et bien d’autres.

Proposition d’écoute :  Ain’t right ? chant de travail percussif enregistré sur l’île Saint-Simons, une île de la mer de Géorgie en 1960

Après son départ au front en 1942, il ne reviendra travailler à la bibliothèque du Congrès mais il passera le reste de sa vie à collecter et analyser la culture populaire au service de nombreuses organisations comme la BBC, PBS Télévision, Columbia et Atlantic Records, Hunter College à New York et sa propre organisation, ACE – Association for Cultural Equity – ACE dont nous avions signalé le travail de description des données de terrain en mars 2012. Nombre de chansons collectées par la famille Lomax et qui pouvaient être écoutées à la Bibliothèque du Congrès sont entrées au cours du 20ème siècle dans la culture américaine à travers des reprises de nombreux musiciens.

Proposition d’écoute :  Come Up, Horsey (Go To Sleep And Don’t You Cry) berceuse enregistrée en Alabama en 1948.

Deux ans après sa mort, en 2004, Alan Lomax est revenu à la Bibliothèque du Congrès puisque la totalité de ses archives a été acquise par l’American Folklife Center (AFC).  Ce fonds correspond à l’ensemble des documents recueillis au cours de ses collectes sur une période de plus de 60 ans soit une centaine de collections, incluant 37 mètres linéaires de manuscrits, 10 000 enregistrements sonores, 6000 images fixes et 6000 films, 2000 livres ou revues, des centaines d’estampes et plusieurs bases de données. Les matériaux documentent la création de près de 1000 groupes culturels du monde entier.

A lire sur le blog de la bibliothèque du CongrèsAlan Lomax’s Legacy par Erin Allen, 2 février 2015.

A lire sur la revue de la bibliothèque du Congrès : Alan Lomax’s Legacy : a century after his birth, folklorist Alan Lomax is remembered for his preservation of the nation’s cultural heritage par Stephen Winick3, vol. 4,n°1, janvier-février 2015, Library of Congress Magazine – LCM, p.8-9.

Rechercher des images dans la collection Lomax de la bibliothèque du Congrès : http://www.loc.gov/pictures/collection/lomax

Crédits photographiques :

Alan Lomax et sans doute Raphael Hurtault écoutent un enregistrement, photographie d’Antoinette Marchand, La Plaine, Saint Patrick (île de la Dominique), 1962, collection de l’ACE. 

John Lomax serre la main du musicien « Uncle » Rich Brown à Sumterville, Alabama, USA, collection de la bibliothèque du Congrès, domaine public.

[Prisoners breaking up rocks at a prison camp or road construction site], photographie prise entre 1934 et 1950, collection de la bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues.

  1. Les archives de l’American Folk Song deviendront en 1978 une partie du  les archives du American Folklife Center et seront alors renommées Archive of Folk Culture. []
  2. A cette époque son père a quitté la LC depuis un an, il est devenu conseiller en conservation du folklore, à la fois auprès de l’Historical Records Survey et du Federal Writers’ Project []
  3. Ethnologue, écrivain et éditeur auprès de l’American Folklife Center []

Les collectages d’Alan Lomax accessibles en ligne

L’association nord américaine Association for Cultural Equity (ACE) met à disposition sur son site internet une partie des archives d’Alan Lomax. Images, enregistrements, photographies, vidéos : vous pouvez vous promener sur une carte du monde à travers plus d’un demi siècle1 et découvrir ses collectes : chant de Galice ou du Turkmenistan, ambiance sonore dans les souks d’Errachidia et Meknès au Maroc, entretiens avec des musiciens de République Dominicaine ou avec d’anciens prisonniers qui évoquent les chants en prison et les interprètent…

C’est une merveille de pouvoir parcourir le monde avec Alan Lomax. Il manque certes certains voyages, comme l’Italie ou les premiers enregistrements réalisés pour la Bibliothèque du Congrès entre 1933 et 1942, mais quelques 17 000 fichiers sonores sont accessibles mais aussi les photographies, les émissions radiophoniques et les vidéos. D’autres ressources pédagogiques sont proposées en ligne. Il faut fouiller dans le site car il n’est pas toujours simple à utiliser, mais les découvertes sont nombreuses et belles. Les documents sont citables mais pour toute diffusion il faut prendre contact avec l’association (pour l’utilisation de ces images j’ai eu un retour dans la journée).

 

Crédits photographiques : Musiciens aux tambours lors d’une cérémonie dédiée à Kali à Capesterre Belle-Eau, Basse-Terre (Guadeloupe) en 1962 ; Pêcheur de Sciacca (Agrigento), Sicile (Italie) en 1954 ; Danseurs de sévillane à Sangonera la Verde (Murcia), Espagne en 1952. Photos by Alan Lomax, Courtesy of the Association for Cultural Equity, http://www.culturalequity.org 

  1. Le site donne accès aux archives enregistrées de 1946 à 1990. Les disques d’acetate et d’aluminium gravés entre 1933 et 1942 en collaboration avec la Library of Congress ne sont pas accessibles ici. []

Flickrland

Ce texte a été publié dans le Telemme Infos du mois de mai 2009 dans un format plus court.

Flickr est un site web de partage de photos et de vidéos gratuit qui fait partie de ce qui s’appelle communément aujourd’hui, les outils du web 2.01. Ce site, qui héberge plus de 3 milliards de photos, est utilisé à travers le monde aussi bien par des photographes professionnels que des amateurs de tous genres.

Mais voilà que les institutions se sont emparées de Flickr. En janvier 2008, la bibliothèque du Congrès a lancé un nouveau service sous le titre de Flickr Commons, traduit en français par « Flickr organismes publics ». Elle a été très vite rejointe2 par d’autres organismes, musées, instituts ou bibliothèques du monde entier. De quoi s’agit-il ? Les institutions qui le souhaitent mettent à la disposition des internautes une partie de leurs collections d’images photographiques libres de droits. Toutes les images sont téléchargeables3 en haute définition, ce qui autorise une très large gamme d’usages.

Qu’est-il donc passé par la tête des dirigeants de ces vénérables institutions pour qu’ils mettent ainsi leur précieux patrimoine à disposition de tous à travers, un site dont le service semble de prime abord bien éloigné des systèmes habituels des grandes bibliothèques ?

D’abord ils en avaient assez de détenir depuis si longtemps un patrimoine public inexploité et méconnu. Des millions de plaques de verre, de tirages, de diapositives ou de négatifs sont enfouis dans les archives des bibliothèques et des musées depuis l’invention de Nicephore Niépce. La numérisation des données est certes onéreuse au départ mais ensuite, la diffusion du document numérique est simple, surtout pour la photographie qui bénéficie de normes connues et utilisées par tous4. En recourant à un gestionnaire d’images comme Flickr, ces directeurs de musées et de bibliothèques se donnaient la possibilité de dévoiler enfin leurs images à un public immense5 qui jamais n’aurait mis un pied dans leurs bâtiments.

Mais ils espéraient bien aussi en tirer certains avantages. Car le puissant système de tags6, de géolocalisation et de commentaires, offert par Flickr permet très simplement à l’internaute d’indexer et de commenter les images. Il peut ainsi proposer son interprétation, fournir des informations sur la localisation, la période de prise de vue, l’identité des personnes représentées ou le photographe. Mieux encore, il diffuse autour de lui ces images et le public s’élargit d’autant plus. En exploitant le réseau social de Flickr, ces directeurs de bibliothèques et de musées font donc tout simplement travailler les foules. Sur le web, cela s’appelle le crowdsourcing7.

Ces images racontent notre histoire depuis la fin du 19e siècle, avec une dominante de photographies anciennes. Vie quotidienne, monde du travail, photographies de vacances, portraits d’hommes et de femmes connus ou inconnus, paysages, monuments, intérieurs d’habitations… Vous pouvez les visualiser sur la « Galerie » de chaque institution ou les rechercher à partir d’un mot. Sur les seize institutions qui ont jusqu’ici rejoint The Commons, cinq sont établies aux États-Unis, une au Québec, trois en Australie et une en Nouvelle-Zélande ; les autres sont en Europe (une au Portugal, trois en Grande-Bretagne, une aux Pays-Bas et une en France). Ainsi, aux côtés du Brooklyn Museum qui propose – par exemple- des daguerréotypes réalisés en Égypte à la fin du 19e siècle et de la Smithsonian Institution qui présente de magnifiques portraits d’indiens, la bibliothèque de Toulouse est devenue le premier organisme public français à participer à ce projet. Elle met à disposition 310 photographies anciennes transférées de plaques de verre, faisant partie du fonds Trutat8, datant des années 1880 à 1920. Jusqu’à présent, ces images n’étaient consultables que sur place. Aujourd’hui, vous pouvez admirer des paysages pyrénéens, arpenter les glaciers avec les randonneurs ou observer des scènes de vie quotidienne dans la ville de Luchon au début du 20e siècle.

A des niveaux plus petits, mais tout aussi riches, des laboratoires ou des responsables de projets de recherche ont lancé des albums d’images librement mises à disposition. Un des plus anciens exemples est celui du laboratoire d’histoire visuelle contemporaine9 un des plus récents est celui que vient d’ouvrir l’Institut français du Proche Orient10. D’un autre genre, l’album « Photos Normandie », invite les internautes à améliorer les légendes des 2 763 photos de la Bataille de Normandie11. Flickr nous offre aujourd’hui assez d’images que nous n’aurons jamais le temps de visualiser en une vie !

***

1 A propos des outils du web 2.0, je vous renvoie vers un article de l’inventeur du terme, Tim O’Reilly, qui date déjà de septembre 2005 : http://www.eutech-ssii.com/ressources/view/1

2 Un rapport sur l’histoire du projet et ses résultats a été publié le 11 décembre 2008 sur le blog de la Library of Congress : http://www.loc.gov/blog/?p=394 Aujourd’hui Flickr Commons compte presque 5000 photos.

3 Pour les droits de ce téléchargement Flickr Commons a inventé un nouveau type de copyright, celui qui n’est pas connu (l’expression consacrée désormais est : No known restrictions on publication). D’autres images sont simplement libres de droits et une partie est placée sous copyright .

4 Depuis 1965 la norme IPTC (International Press Telecommunications Council) domine les formats de métadonnées pour la description des images. La norme XMP (Extensible Metadata Platform) lancée par Adobe Systems – Photoshop en 2001, est en train de la remplacer.

5 Le site compte plus de 54 millions de visiteurs uniques par mois dans le monde dont 880 000 visiteurs uniques en France, selon les chiffres de la société comScore (avril 2008).

6 Le mot-clé est appelé communément « tag » sur les sites dits de réseaux sociaux appartenant au Web2.0.

7 Ce terme a été inventé en 2006 par deux rédacteurs du magazine Wired, Jeff Howe et Marc Robinson. Il s’oppose à l’outsoucing qui renvoie à une externalisation des tâches tandis que le crowdsourcing souligne la contribution ouverte à tous à une oeuvre collective qui n’aurait pu être menée seul.

8 Eugène Trutat, conservateur au Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse et photographe, a sillonné les Pyrénées et photographié sur plaques de verre entre 1870 et 1920 autant les paysages, les villages, que les habitants.

9 Le LHIVIC a plusieurs Flickr dont celui de son directeur, André Gunthert : http://www.flickr.com/photos/gunthert/

11 Pour plus d’informations sur ce projet (http://flickr.com/people/photosnormandie/), lire l’article de Patrick Pécatte, « Une plate-forme sociale pour la redocumentarisation d’un fonds iconographique » (deuxième conférence sur le document numérique et Société les 17 et 18 novembre 2008, CNAM-Paris) http://blog.tuquoque.com/post/2008/09/16/Une-plate-forme-sociale-pour-la-redocumentarisation-d-un-fonds-iconographique

Crédit photographique : la photographie a été prise entre 1907 et 1930 par Edward S. Curtis (1868-1952), technique : photogravure. Titre : In the land of the Sioux – No known restrictions on publication URL : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?id=5207