Archives du mot-clé Amérique Latine

Cartographie des pratiques musicales en Colombie

Au sein de la bibliothèque nationale de Colombie, le Centre de Documentation Musicale a développé un site de cartographie des musiques traditionnelles nationale avec le soutien du Ministère de Culture. Voilà l’occasion de découvrir un pays d’une diversité peu commune : le seul pays d’Amérique du Sud qui soit à à la fois sur l’océan Pacifique et sur la mer des Caraïbes, qui passe des Andes à l’Amazonie et dont la biodiversité est reconnue comme l’une des plus riches de la planète. Sa musique, elle aussi, est riche, multiple, éblouissante et complexe car elle puise dans les nombreuses cultures et langues qui composent ce pays. Le site vous fait voyager à travers tout le territoire, à partir de deux axes : les musiques traditionnelles et les festivals de musique (de tous types de musique). Des vidéos, des film pédagogiques, des notices documentaires, des enregistrements sonores, des photographies et un thesaurus documentent la musique de Colombie. Dommage que le système choisi pour la mise en oeuvre du site ne permette pas la citabilité des pages,  mais des évolutions sont en cours et il faudra suivre les modifications à venir de ce site car l’occasion est trop rare de connaître et comprendre ces musiques.

Pour vous donnez une idée de cette richesse, écoutez Melba Nancy, de l’île de Providencia, en Colombie calypso traditionnelle interprétée par le groupe Roots Radical avec Roger Fox (guitare, voix), Carlos May – “Suku” (tub-bass, voix), Rolando Brian (jawbone), Esebio Alcàzar (maracas), Tini Martinez (mandoline) et Avelino – “Coyote” Whitaker en invité pour le chant. Ou encore, cette Mazurca traditionnelle , toujours de l’île de Providencia,  interprétée par le groupe El Polvorete, avec Trujillo Hawkins à l’accordéon diatonique, Avelino – “Coyote” Whitaker (guitare, voix), Jorge – “Kepe” Hyman (maracas, voix), Rodolfo Robinson (jawbone, voix) et Max Alex Mac Lean (tub-bass, voix). [Musique en CC]

Notice de présentation du site sur Aldébaran (en langue espagnole, résumé en français) : http://aldebaran.revues.org/6580

Crédits photographiques : musiciens sur l’île de San-Andres, Chevaux dans la mer Caraïbes, île de Providencia. Photographies de Véronique Ginouvès, septembre 2009.

Vamos a hacer memoria : Archivo General de la Nación (Colombia)

img_0782

Dans le cadre du symposium Vamos a hacer memoria, j’ai eu la chance de visiter les archives nationales de Colombie (Archivo General de la Nación) situées en plein centre de la ville de Bogotá. Rogelio Salmona, architecte franco-colombien (1929-2007), a imaginé un bâtiment intelligent afin que les archivistes conservent leurs documents sans avoir à surveiller sans cesse les tableaux d’hygrométrie ou de température des salles !

Bogotá se situe à 2640 mètres au dessus du niveau de la mer avec un climat  tempéré et des précipitations importantes (environ 960 mm par an). L’architecte a réussi le tour de force de faire varier les températures à l’intérieur des salles de dépôt de moins de  0,5°C par jour, l’humidité peut, elle, varier au maximum de 2,5%. Ainsi, le système de climatisation naturelle permet d’obtenir une température constante de 17°C  et une humidité relative de  60%. Cela est permis par un système ingénieux de circulation de l’air imaginé par Rogelio Salmona. Ingénieux mais aussi esthétique. La brique rouge ne cesse de courir en courbes, volutes et figures géométriques radiales.

img_0769

briques

Après quelques années de pratique, les archivistes de l’Archivo General de la Nación sont ravis de leurs 2 600m²,… ce n’est pas si courant que les utilisateurs plébiscitent l’architecte qui a construit le lieu de leur vie professionnelle. Il faut dire que Rogelio Salmona a su construire des hâvres de paix, au milieu d’une ville en bataille.

Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)

Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)

Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)

Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)

Bibliothèque Valerio Barco (Bogotá)

Bibliothèque Valerio Barco (Bogotá)

Visitez ses bâtiments et prenez le temps de recherche ses “résonateurs” : pour chacun d’eux Rogelio Salmona a créé un espace où soudain la voix s’envole dans des spirales sonores.

Torres del Parque; à côté des arènes de Santa María

Torres del Parque; à côté des arènes de Santa María

Quelques images de la visite de l’Archivo General de la Nación :

img_0830

Archivistes de l'Archivo General de la Nación (à droite, Clara Casilimas, chargée des archives sonores aux archives nationales de Colombie)

Sara González, directrice des archives nationales de Colombie

Sara González, directrice des archives nationales de Colombie

Sur la terrasse des archives nationales de Colombie

Sur la terrasse des archives nationales de Colombie

Dans les salles de dépôt de l'Archivo General de la Nación

Dans les salles de dépôt de l'Archivo General de la Nación

A lire sur le bâtiment de Rogelio Salmona : El Archivo General de la Nación de Colombia : diseño y funcionalidad. Archivo General de la Nación (Colombia), 2001. 20p.

A noter :  ce sont les archives nationales de Colombie qui ont imprimé le guide d’analyse documentaire du son inédit traduit en langue espagnole (Guía de análisis documental del sonido inédito, 2007). Ce guide est accessible librement sur Internet mais vous pouvez aussi en recevoir un exemplaire (gratuitement) en écrivant à Clara Inés Casilimas (clarainescasilimas<at>yahoo.es) responsable des archives sonores aux archives nationales de Colombie.

Le site de l’Archivo General de la Nación : http://www.archivogeneral.gov.co

Dossier numérique : Noirs et esclaves http://negrosyesclavos.archivogeneral.gov.co/portal/apps/php/indexes.kwe

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, septembre 2009.


Vamos a hacer mémoria : el Centro de Documentación Musical de la Biblioteca Nacional de Colombia

Le centre de documentation musical de la bibliothèque nationale de Colombie est un petit frère des centres d’archives sonores que l’on retrouve en France. Il a été créé dans ce même mouvement mondial de revivalisme de la fin des années 1970 et ses objectifs sont bien sûr de conserver mais aussi de mettre à la disposition du public des enregistrements sonores, des films et des images et des partitions sur le patrimoine oral de la Colombie. Jaime Quevedo qui le dirige, est aussi le responsable éditorial de la revue A contratiempo, dont les 13 numéros sont en ligne. La revue est en texte intégral (format PDF), et renvoie à des partitions, des images, des illustrations sonores et vidéos.

providenciaCette année, el Centro de Documentación Musical a mis en place une carte électronique musicale de la Colombie et vous allez pouvoir voyager sans décalage horaire ! Il vous est possible de découvrir ainsi les différents instruments de musique  joués dans la région Pacifique nord de la Colombie et le contexte de leur interprétation avec des images, parfois des schémas et toujours des archives sonores qui viennent illustrer les informations.  Vous pouvez par exemple tout savoir sur la Chirimía Chocoana un quintet (parfois sextet) de clarinette, euphonium et percussions (cymbales et tambours). Si vous partez vers la Caraïbe, visualisez les images magnifiques de musiciens de la minuscule et paradisiaque isla Providencia en écoutant des extraits sonores de la Calypso-Bolero. Si, au contraire, vous vous décidez pour la cordillère, en direction de l’Equateur écoutez une merengue andine, ou le chant de Pedro Bernal.

Une autre “carte musicale” est en cours de réalisation : il s’agit de localiser les festivals de musique colombiens et d’en décrire toutes les caractéristiques (genre musical, période, localisation, organisation, contexte…).  Des images et des extraits sonores viennent compléter les fiches qui sont renseignées par les organisateurs des festivals eux-mêmes. Une trentaine d’évènements sont déjà décrits : de quoi organiser votre futur voyage en Colombie !

Dernier outil, le thesaurus de la musique colombienne et des instruments de musique. Cette liste hiérarchisée est documentée avec en lien des références bibliographiques qui permettent de se repérer dans le temps et l’espace.  Les instruments sont liés systématiquement à classification Sachs Hornbostel.

Actuellement les trois outils sont indépendants mais la volonté du Centre de documentation musical est bien sûr de les réunir et offrir une recherche globale, incluant toutes les références bibliographiques, sonores, iconiques du centre documentaire.  Le site doit encore évoluer car une grande partie est encore encapsulé dans du Flash et des frames qui interdisent toute citabilité. Profitez de le découvrir avec ce billet car il est très mal référencé par notre moteur généraliste dominant, et c’est dommage.

Crédit photographique : Ile de Providencia, Véronique Ginouvès, septembre 2009.

Vamos a hacer memoria : la bibliothèque nationale du Chili

violeta-paraNo seas como el árbol primifloro que después de dar hojas i morirse comienza a florecer… Sur le site de la bibliothèque nationale du Chili j’ai lu le manuscrit du premier poème signé sous le pseudonyme de Pablo Neruda, Hombre. Le feuillet est froissé, la pliure en son centre laisse imaginer qu’il est longtemps resté rangé dans une boite. En haut, à gauche, l’en-tête du journal  où il publiait souvent, La Mañana de Temuco ; une date, 1920. Même en connaissant le poème, je n’ai pas retrouvé ce document magique à travers mon moteur généraliste habituel. Non, il ne retrouve rien de toutes ces richesses. Allez savoir pourquoi (mais peut-être l’imaginez-vous ?).

Il faut donc se glisser dans les rayonnages de la bibliothèque virtuelle du Chili pour y repérer ses merveilles. Vous pouvez hésiter entre  la lecture des poèmes de Gabriela Mistral (qui admirait Frédéric et D’Annnunzio), visualiser des images de la vie quotidenne chilienne ou des portraits des personnages qui ont marqué le Chili entre 1925 et 1985. Pour ma part, je me suis dirigée sans hésitation vers les manuscrits des auteurs chiliens, et  je n’ai pas été déçue. Pablo Neruda s’est imposé.

Allende con un niño, Campaña Presidencial 1970

La bibliothèque recèle de nombreux sites multimédias à découvrir. Un des plus importants porte sur la mémoire chilienne, autour de cinq axes : histoire, littérature, arts visuels, musique et sciences sociales. A travers le catalogo vous pouvez faire des recherches par auteur, titre ou sujet dans tout le site ou pour une période en particulier. Si c’est la presse chilienne qui vous intéresse, vous pouvez utiliser un autre moteur ou pour une recherche chronologique, un autre encore.

Lors du symposium Vamos a hacer mémoria, Ana Tironi, directrice de la bibliothèque nationale du Chili a présenté tous les projets de collections numériques qui ont été lancés depuis quelques années… ils méritent d’être visités. Promenez vous aussi du côté des enfants sur le site du Chile para niños, Ana Pironi est fière de ce projet et c’est clairement une réussite. Il manque sans doute un moteur de recherche unique et performant, on se perd parfois entre toutes les ressources et les questions de citabilité ne sont pas toujours résolues mais tout cela est mouvement, et cette bibliothèque propose certainement un des plus beaux catalogues de l’Amérique Latine. En 2010 la bibliothèque du Chili aura 200 ans, elle vous propose de participer à ses futures aventures en remplissant un questionnaire en ligne.


Crédits photographiques : bibliothèque nationale du Chili. Violeta Para puis Salvador Allende.

Vamos a hacer memoria : quelques images du symposium, des 22-25 septembre 2009 (Bogotá, Colombie)

Vamos a hacer memoria : entrée du symposium, Calle 24 No. 5-60
Vamos a hacer memoria : entrée du symposium, Calle 24 No. 5-60 (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Ana Roda Fornaguera, Directrice de la bibliothèque nationale de Colombie
Ana Roda Fornaguera, Directrice de la bibliothèque nationale de Colombie : Présentation de la proposition de politique et du plan sur le patrimoine bibliographique de la BNE (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Ana Roda Fornaguera et Myriam Marin, présentent les collections de la BNE et la politique à venir
Ana Roda Fornaguera et Myriam Marin, présentent les collections de la BNE et la politique à venir (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions pendant les pauses su Symposium (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions pendant les pauses du Symposium (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Intervention d'Isabel Gomez-Ayala : Marco constitucional, legal y plan sobre patrimonio bibliográfico (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Isabel Gomez-Ayala : Marco constitucional, legal y plan sobre patrimonio bibliográfico (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Maritza Ayuni et Myriam Echeverri étudient les questions du public (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Maritza Ayuni et Myriam Echeverri étudient les questions du public (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause aromatique aux multiples fruits (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause aromatique aux multiples fruits (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Exposition photographique dans le hall de la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Exposition photographique dans le hall de la Bibliothèque nationale de Colombie : Quilombolas, tradiciones y cultura de la resistencia, Fotografia de André Cypriano (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d'Isabel Garcia-Longe  : Catalogo collectivo  bibliográfico español (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Isabel Garcia-Longe : Catalogo collectivo bibliográfico español (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions sur le patrimoine bibliographique (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions sur le patrimoine bibliographique (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Ana Tironi (Biblioteca nacional del Chile) et Emir Suaiden (Instituto Brasilero de investigación Científica y Tecnológica) - 22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie
Ana Tironi (Biblioteca nacional del Chile) et Emir Suaiden (Instituto Brasilero de investigación Científica y Tecnológica) – 22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie
Une participante au symposium "Vamos a hacer memoria" (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Une participante au symposium “Vamos a hacer memoria” (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause dans les jardins de la BNC Participante au symposium "Vamos a hacer memoria" (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause dans les jardins de la BNC Participante au symposium “Vamos a hacer memoria” (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d'Aquiles Alencar-Brayner : Recuperación del patrimonio bibliográfico latino américano  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Aquiles Alencar-Brayner : Recuperación del patrimonio bibliográfico latino américano (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Participants au symposium "Vamos a hacer memoria", au premier plan la directrice de la bibliothèque d'Antioche, Gloria Inés Palomino Londoño (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Participants au symposium “Vamos a hacer memoria”, au premier plan la directrice de la bibliothèque d’Antioche, Gloria Inés Palomino Londoño (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Jaime Quevedo, directeur du centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Jaime Quevedo, directeur du centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Le centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Le centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Crédits photographiques : Véronique Ginoouvès.

Vamos a hacer memoria : pourquoi et comment conserver les documents analogiques dans un monde numérique ?

3978045587_474076eafd_b

Lors du symposium Vamos a hacer memoria, l’intervention d’Arsenio Sanchez a posé des questions bien intéressantes à un moment où les bibliothèques deviennent virtuelles. Arsenio Sanchez est restaurateur d’ouvrages anciens à la bibliothèque nationale d’Espagne ;  il a d’abord présenté son métier, avec humour et précision, puis les missions et les objectifs des professionnels de la restauration au sein des bibliothèques nationales.

Un historique rapide des évènements essentiels du 20e siècle dans le domaine a plongé d’emblée le public dans les questionnements que posent la restauration des ouvrages. Ces questions sont toutes récentes, puisqu’elles ne se sont posées à partir de 1966, après l’inondation de Florence. Ce dramatique événement, considéré comme « la plus grande catastrophe culturelle en temps de paix », a sonné une alarme internationale. Les institutions culturelles ont tout à coup pris conscience de la nécessité de mettre en place des procédures pour conserver des documents qui semblaient jusqu’ici immortels. Le métier de restaurateur était alors occulte…  Les responsables de collections étaient plustôt paniqués par la conservation des documents plus récents, dits en « papier acide ». C’est Willian Barrow qui avait, par ses publications dès 1933, lancé cette terreur de la conservation des ouvrages publiés à partir de 1890 dont les pages avaient été blanchies à l’acide sulfurique. En somme, ouvrage anciens ou récents, tous menaçaient de disparaître rapidement. Un peu comme l’image des peintures romaines qui s’effacent dans Fellini Roma, lorsque les travaux du métro font entrer de l’air dans ces espaces jusqu’ici préservés. Mais le 20e siècle étant celui des solutions et des panacées, en 1980 l’apparition du microfilm et la systématisation du microfilmage semblait pouvoir sauver tous ces ouvrages en péril.

L’alarme de Florence a porté ses fruits. Dès 1986, l’IFLA lance le PAC (Preservation And Conservation) et place les projecteurs sur le métier de restaurateur. Leur âge d’or peut commencer. Les laboratoires se créent, les techniques – jusqu’ici orales – sont couchées par écrit, le lexique commence à s’établir. Il est question de « conservation préventive », « conservation passive », « gestion de fonds », « industrialisation de la conservation », « changement de format »… Mais il fallait compter avec le bibliothécaire homo catalogus, à qui les fonctions de restauration ou de  conservation  paraissent bien moins intéressantes que la déclamation du format MARC,  savoir indiquer un titre parallèle ou un nom de collectivité. Aussi, malgré les grands plans stratégiques de planification, la restauration des  ouvrages n’est pas en expansion  à l’aube du 21e siècle et ce ne sont pas les panacées des années 1980 qui ont permis de trouver des solutions.

  • D’abord l’utilisation du microfilm n’a pas été si satisfaisante. Certains documents, microfilmés dans les années 1980, sont aujourd’hui illisibles. Arsenio Sanchez a mené plusieurs expertises dans des pays hispanophones comme dans les Balkans et il s’est souvent trouvé face à ce type de situations. L’Etat soviétique a diffusé par exemple de nombreuses machines à microfilmer à travers les « pays amis ». Aujourd’hui, les documents ne sont lisibles que sur des machines qui ont de plus en plus de mal à fonctionner et que personne ne sait réparer.
  • Il faut l’accepter, la restauration des ouvrages est lente, chère et difficle à programmer sur la durée. Quoi qu’il en soit, il s’agit toujours d’un travail manuel et un restaurateur ne pourra jamais restaurer plus de 300 à 500 livres par an…
  • Car les processus massifs ne peuvent être soutenus. Arsenio Sanchez nous a parlé d’une machine ahurissante qui permettait de plastifier des manuscrits… les démantelant par la même occasion. Clin d’oeil, lorsque nous avons visité l’Archivo General de la Nacion, une de ces machines trônait dans le laboratoire de conservation, offerte par l’Etat Espagnol dans les années 1990. « Elle n’a jamais servi » nous assureront les restauratrices de l’Archive.
  • D’autant que le contrôle de la température et de l’hygrométrie n’est pas une chose si simple… les anecdotes regorgent là encore.
  • Nous avons évoqué la fulgurante angoisse de la fin du 20e siècle : les documents publiés avant 1890 sont tout aussi fragiles que ceux fabriqués en papier acide.
  • Enfin, la numérisation des documents doit aller au-delà du simple acte technique si elle veut pouvoir se présenter comme le sauveur de document originaux qui s’étiolent. La numérisation implique une perte de contact direct avec le créateur du document comme avec sa matière. Le lecteur du livre numérique entre dans un système unique qui le place avant tout comme un consommateur. Et puis surtout, Arsenio Sanchez y est revenu à plusieurs reprises, les technologies sont dangeureuses quand les transferts ne sont pas prévus.

En somme, tant que l’Etat ne prend pas en compte la question de la conservation rien ne peut être entrepris. Il ne faut pas perdre de vue que l’objectif de cette conservation est bien l’accès final à l’information. Aussi un plan de conservation doit pouvoir intégrer plusieurs éléments :

  • Intégrer la conservation dans le contexte de la bibliothèque, en fonction de ses objectifs ;
  • Proposer une formation adaptée au personnel acteur dans la bibliothèque et pas seulement au personnel des hautes sphères qui n’a pas à faire directement avec la manipulation des ouvrages ;
  • Créer un département bien organisé et coordonné avec l’ensemble des services ;
  • Avoir une connaissance exhaustive du fonds de la bibliothèque ;
  • Avoir une connaissance exhaustive du média ;
  • Et surtout, il faut que que le plan proposé puisse être tenu, car on l’oublie trop souvent, il ne sert à rien de se donner des objectifs inatteignables…

Toutes ces questions de conservation et de restauration interrogent l’archiviste du son qui lui aussi se trouve à traiter ses documents de façon lente et complexe, avec des formats multiples. Le phonothécaire occupe lui aussi un métier occulte mais il peut bénéficier de toutes ces expéricences pour permettre à l’archive orale d’être mieux connue et s’ancrer dans les pratiques de recherche des usagers.

Le diaporama de la conférence d’Arsenio Sanchez.

Crédit photographique : Arsenio Sanchez visite l’Archivo General de la Nación de Colombie, à Bogota en septembre 2009, Véronique Ginouvès.

Vamos a hacer memoria : la violence fait-elle partie du patrimoine ?

mc0007660

Le symposium sur le patrimoine bibliographique qui s’est déroulé du 22 au 25 septembre à Bogotá a été l’occasion pour la bibliothèque nationale de Colombie de créer des réseaux dans le pays, mettre en place des collaborations internationales, recueillir des idées pour établir son plan stratégique décennal.  Si le sujet vous intéresse, vous pouvez d’ailleurs participer à l’écriture de ce plan en inscrivant vos propositions sur le forum créé pour l’occasion. Les conférences qui se sont succédées présentaient de nombreux exemples de réalisations en Amérique Latine (Brésil, Chili, Mexique), en Europe  (Espagne, Grande-Bretagne, France) et en Colombie (bibliothèque nationale, départementales, communales, bibliothèques d’universités privées ou encore bibliothèques du réseau de la Banque de la République de Colombie).

La table-ronde du jeudi portait sur la définition du terme “patrimoine”. Angela Perez, sous-directrice de la grande bibliothèque Luis Ángel Arango financée par la banque de la République de Colombie, en était la modératrice. Aquiles Alencar-Brayner, conservateur des collections latino américaines à la British Library, a lancé un débat plutôt brûlant : la notion de patrimoine est vaste, elle couvre de nombreux domaines mais il en est un qu’il ne faudrait pas oublier, celui de la violence et de l’interdit. Les traces des manifestations culturelles qui vont à l’encontre de l’Etat  ou du pouvoir doivent aussi être conservées dans les bibliothèques ou les centres de documentation.  Il a donné deux  exemples, un en Amérique Latine, l’autre en Europe. Au Brésil, la musique funk des rues brésiliennes est interdite de diffusion par l’Etat parce qu’elle est jugée trop violente. Aujourd’hui cette musique est vivante et témoigne de la vie quotidienne des favellas. Mais pourquoi ne pas en conserver un témoignage dans les institutions culturelles brésiliennes ?  Plus près de chez nous, il a rappelé cette récente polémique qui a eu lieu en Grande-Bretagne. En septembre 2008, l’organisme chargé de valider les examens dans l’enseignement secondaire a supprimé du programme des lycéens un poème intitulé Education for leisure exigeant même des enseignants qu’ils détruisent les anthologies dans lequel il figurait. Ce poème avait été écrit plusieurs années auparavant par une jeune fille de 14 ans, Carol Ann Duffy, intronisée le 1er mai dernier “Poet Laureate” des dix prochaines années.

Education for leisure

Today I am going to kill something. Anything.
I have had enough of being ignored and today
I am going to play God. It is an ordinary day,
a sort of grey with boredom stirring in the streets
I squash a fly against the window with my thumb.
We did that at school. Shakespeare. It was in
another language and now the fly is in another language.
I breathe out talent on the glass to write my name.
I am a genius. I could be anything at all, with half
the chance. But today I am going to change the world.
Something’s world. The cat avoids me. The cat
knows I am a genius, and has hidden itself.
I pour the goldfish down the bog. I pull the chain.
I see that it is good. The budgie is panicking.
Once a fortnight, I walk the two miles into town.
For signing on. They don’t appreciate my autograph.
There is nothing left to kill. I dial the radio
and tell the man he’s talking to a superstar.
He cuts me off. I get our bread-knife and go out.
The pavements glitter suddenly. I touch your arm.

Carol Ann Duffy

Je ne connaissais pas ce poème, mais je l’ai aimé et il m’a donné une furieuse envie de mieux connaître l’oeuvre de Carol Ann Duffy. Sa lecture  ne peut effectivement que faire réfléchir sur le sens de l’interdit et les choix que les bibliothèques et les musées doivent faire pour la conservation d’un patrimoine “national”. Cette question est cruciale en Amérique Latine qui a traversé depuis les années 1950 des séries de régimes autoritaires. Elle est affrontée de différentes façons par les institutions culturelles et par les citoyens.

Lors du 13e  congrès international d’histoire orale à Rome en 2004, en conclusion des journées, Estella Carlotto, ancienne “folle de la place de mai“, est venue y raconter son histoire. Dans les années 1970 elle a été la grand-mère d’un enfant qu’elle n’a pas encore pu rencontrer. Auparavant elle était mère d’une fille engagée dans la lutte politique, arrêtée,  torturée alors qu’elle était enceinte, puis assassinée une fois son enfant mis au monde.  “L’aguela”  a raconté comment elle a créé avec d’autres  grand-mères, des archives sonores d’un nouveau genre, des archives où des grands-parents racontent la vie de leurs enfants, l’amour qu’ils ont pu leur porter, et l’amour que ceux-ci auraient porté à leurs propres enfants s’ils avaient pu les élever.  Avec ces enregistrements est aussi consigné un peu du  sang des grands-parents. Ceux qui ont des doutes sur leur origines peuvent ainsi confronter leur ADN.  Cette base de données qui a pour nom “Tesoro” a permis de retrouver déjà une centaine d’enfants, devenus des adultes, qui avaient été adoptés par des militaires.

Crédits photographiques : Bibliothèque nationale du Chili : “Memoria chilena para chiegos” : Images du parti socialiste du Chili (1963-2000) : le train de la liberté, candidature de Salvador Allende (1958), pas de restriction de droit signalée. http://www.memoriachilena.cl/iniciativas/ciegos.asp

Ecouter Carol Ann Duffy sur la BBC : http://www.bbc.co.uk/poetryseason/poets/carol_ann_duffy.shtml

Vamos a hacer memoria : symposium national sur le patrimoine bibliographique (Bogotà, septembre 2009)

vamos-a-hacer-memoriaDu 22 au 25 septembre 2009 à Bogotà se tiendra le premier symposium national sur le patrimoine bibliographique organisé par le Ministère de la Culture et la Bibliothèque nationale de Colombie. Cette réunion voudrait être la première d’une série à venir, sous le titre “Vamos a hacer memoria”. L’objectif est de mettre en marche un processus destiné aux bibliothèques de Colombie pour les aider à valoriser, cataloguer et conserver le patrimoine bibliographique colombien qu’il s’agisse de textes, d’images ou de sons. Le réseau, solide et déjà ancien, des bibliothèques départementales de Colombie sera l’un des partenaires central de ce symposium pour rappeler la multiplicité des cultures et des langues dans le pays.

Depuis 2005, la phonothèque de la MMSH travaille en collaboration avec un réseau andin constitué d’ethnomusicologues, d’anthropologues, d’archivistes, de biblitohécaires et de médiateurs culturels qui se préoccupent de la valorisation des archives sonores et audiovisuelles enregistrées sur le terrain. Ce groupe a pris pour nom, CASAE : Comité operativo de Censo y valoración de los Archivos Sonoros y Audiovisuales Etnográficos inéditos grabados en los paises andinos. C’est dans la continuité de ce projet qu’elle a été invitée à intervenir lors de ces journées sur le thème : Hacer visible lo inédito, una experiencia de recuperación de lo sonoro.

Le programmehttp://www.bibliotecanacional.gov.co/recursos_user/digitalizados/Programa.pdf

Les conférenciers : l’écrivain, Fernando Báez, ancien directeur de la Bibliothèque Nationale du Vénézuela ; Rosa María Fernández, présidente du Comité Mexicano Memoria del Mundo, et chercheur à l’UNAM (México) ; Emir Suaiden, directeur de l’Instituto Brasilero de Investigación Científica y Tecnológica (IBICT) ;  Isabel Moyano et Arsenio Sánchez, Bibliothèque Nationale d’Espagne ;  María Jesús López, direction générale du livre, des archives et des bibliothèque, Ministère de la Culture d’Espagne ; Aquiles Alencar-Brayner, département des collections latino-américaines, British Library ; Véronique Ginouvès, ingénieure de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), France ;  Ana Tironi, directrice de la bibliothèque nationale du Chili  ; Ana Roda Fornaguera, ddirectrice de la bibliothèque nationale de Colombie ; Margarita Garrido,directrice de la bibliothèque Luis Ángel Arango ; Angela María Pérez, Subgerente Cultural Banco de la República ; Jaime Quevedo Urrea, coordinateur du Centro de Documentación Musical de la bibliothèque nationale de Colombie ; lhistorien et l”écrivain Jorge Orlando Melo ;  Edgar Allan Delgado Fuentes, coordinateur du processus technique de la bibliothèque nationale de Colombie.