Archives du mot-clé analyse documentaire

Formation INA-expert "Collecter, produire et enregistrer des témoignages"

Trois journées de formation ont eu lieu les 24, 25 et 26 juin 2013 sur le site INA-Expert de Bry-sur-Marne.

Organisées pour la deuxième année consécutive (voir présentation de la formation 2012) par le pôle Enseignement-Formation-Recherche de l'INA, elles déclinaient le cadre méthodologique d'un projet de collectage et de ses objectifs, de l'écriture du cahier des charges jusqu'aux travaux de captation d'images et de sons et de montage documentaire. Cette formation commençait logiquement par une journée et une matinée consacrées à la présentation des archives sonores dans leur développement historique,  l'écriture du projet et la réalisation d'entretiens avec des témoins rencontrés sur le  site, le traitement documentaire des matériaux, l'intérêt des métadonnées Dublin Core et les possibilités de valorisation de corpus numériques. Ce premier temps de la formation, commandé à la phonothèque de la MMSH, a été présenté par Corinne Cassé.
Christophe Lizot et Dominique Bloch pour l'INA ont respectivement encadré les modules de captations et montages sonores et audiovisuels ainsi que la présentation des outils techniques.

Cette année les stagiaires étaient issus du monde des musées, de la recherche en sciences sociales, des archives (technicien du son de la BNF et archiviste municipale),  et de la fondation de la MSH.

La ligne conductrice de la partie consacrée aux archives sonores a particulièrement mis l'accent sur la nécessité de préparer son projet de collectage de manière professionnelle en décrivant, en amont :

- les places et rôles des différents partenaires (commanditaires, financeurs, organismes de tutelle, institution de conservation des archives, collecteurs, informateurs, etc.)

- l'état des connaissances sur la question à traiter (bibliographie, entretiens exploratoires) , les pièces d'archives utilisables, les connaissances à acquérir,

- les modalités de cession de droits patrimoniaux des archives à collecter,

- les personnes ressources, les informateurs privilégiés,

- les modalités de collectage,

- les formats, les modalités de conservation et d'indexation des archives collectées,

- les modalités de restitution des matériaux au grand public.

Cette fois encore l'outil des cartes heuristiques fut très utile pour l'écriture de cahier des charges comme des grilles d'enquête. Cette année nous avons travaillé, dans un premier temps sur un tableau en utilisant des feutres de couleurs, puis nous avons formalisé notre carte en utilisant l'outil en ligne Mindmeister, dont la version basique gratuite permet la construction de trois cartes.

Si l'année dernière la thématique d'enquête émanait des préoccupations des stagiaires, cette année elle fut proposée par la formatrice : interviewer des inconnus sur "le rapport au corps à travers le soin". De cette base, les stagiaires devaient construire un questionnement en partant de leurs propres pré-notions. La carte suivante a été dessinée :

Le_rapport_au_corps_à_travers_le_soin_1

 

Elle nous permit de décider de cinq questions possibles à poser aux témoins durant les 10 minutes d'entretien, temps imposé pour l'exercice.

Les stagiaires se sont répartis au sein de deux groupes où chacun tenait sa place : enquêteur principal, enquêteur secondaire, technicien du son.

Cette année, il était aussi question de demander aux témoins la possibilité de réaliser une photographie. Les objectifs de l'exercice étaient de présenter un matériau de terrain supplémentaire à l'enregistrement sonore également libre de droits d'exploitation, de négocier avec le témoin le choix d'un cliché illustrant le propos et enfin de réaliser une photographie respectant l'anonymat des personnes.

Deux entretiens ont été réalisés au format WAVE puis exportés au format Mp3. Les voici, accompagnés de leur traitement documentaire :

Titre : Un quadragénaire interviewé par des stagiaires de l’INA au sujet du rapport au corps par le soin (24 juin 2013)

 Photo ITW 24-06-2013

 

 

 

 

 

Résumé : L’entretien se déroule sur le site de l’INA à Bry-sur-Marne, auprès d’un témoin abordé par le groupe des stagiaires. Celui-ci est composé de deux enquêteurs et d’une preneuse de son. L’enquêteur principal, après avoir situé le contexte de l’exercice, interroge successivement le témoin sur le rapport à son corps, le rapport à son image, son rapport aux corps d’autres personnes (famille, amis) et sur son alimentation. L’informateur expliquera sa pratique de sport dans une volonté de s’entretenir face aux effets de l’âge et abordera rapidement l’impact du regard des autres sur “un corps qui change”. Il abordera aussi l’alimentation de sa fille et de son  animal domestique en expliquant ses choix et ses valeurs, notamment concernant l’alimentation Bio et les fast food. L’enquêtrice demandera des précisions sur son besoin de pratique sportive.

 

Titre : Un DJ parisien explique sa pratique de la danse au sein de son activité festive

Résumé : Après avoir présenté le contexte du stage et de l'exercice, l'enquêtrice stagiaire entame la conversation sur l'alimentation. Très vite l'entretien s'oriente sur l'activité de DJ du témoin. Il aborde ses goûts pour la danse en club qui permet, de son point de vue, une dépense énergétique similaire à de la natation en piscine. L'enquêtrice relance plusieurs fois l'entretien sur diverses questions de la grille d'enquête : souvenirs des soins à un animal domestique, cosmétiques utilisés, pratique de la danse. C'est l'occasion pour le témoin de donner plus de détails sur l'animal de son enfance et sur son propre parcours comme DJ et amateur de danse soit en club soit au sein de cours de flamenco. L'entretien se termine sur la gestion du temps dans une vie de DJ, entre activité et période de repos et de soins (pratique du bain, savon spécifique utilisé). L'enquêtrice clôt l'entretien par des remerciements et le détail de l'exploitation de l'entretien au sein d'un billet de blog.

Pour ces deux enquêtes les droits patrimoniaux des témoins comme des enquêteurs ont été obtenus (par contrat) pour l'INA et la phonothèque de la MMSH. Ces entretiens intègrent les collections de la phonothèque ; l'un des deux témoins a demandé l'anonymat et apparaît à ce titre sous un numéro dédié.

Ces questions éthiques et juridiques ont été plusieurs fois abordées au cours de la formation, notamment par la présentation du carnet de recherche Questions éthique et droit en SHS pour la préparation, le collectage, le traitement, la diffusion et la réutilisation des données numériques de la recherche.

Une présentation succincte des enregistreurs numériques Zoom H4n ayant été faite avant les exercices d'entretien, les stagiaires ont pu découvrir, le deuxième jour de leur formation avec Christophe Lizot, les améliorations à apporter lors de la captation du son et les montages possibles à l'aide du logiciel libre Audacity 2.0.3.

Au cours de cette partie dédiée à l'archive sonore, les stagiaires ont pu utiliser les cartes heuristiques avec l'outil en ligne Mindmeister, les logiciels libres Audacity et Cdex pour le montage et l'export au format Mp3 , les documents partagés de Drive Google pour la prise de note et l'écriture d'une grille d'enquête, l'espace de dépôt Internet Archive pour leurs fichiers sons et enfin des exemples de valorisations d'enquêtes orales sur des blogs édités avec WordPress.

Pour une telle formation dédiée à l'initiation au collectage audio-visuel, à son travail d'écriture et à son cadre juridique, le choix de l'INA de trois journées consécutives s'avère plus que judicieux. D'autant que cette formation peut être complétée par d'autres modules plus détaillés comme celui, toujours à l'INA, sur la Conduite d'un entretien patrimonial, spécifique aux relances et aux approfondissements de l'enquête, proposé par Florence Descamps.

 

Crédits photographiques :

Témoin enquête 1, Le ventre, stagiaires de l'INA juin 2013. Droits de diffusion obtenus par contrat pour l'INA et la phonothèque de la MMSH.

Valoriser les archives sonores inédites dans un centre de documentation

Un pêcheur des Saintes-Marie-de-la-Mer évoque la vie quotidienne au début du 20e siècle  "Era un autra vida" - une autre vie faite de cueillette, de braconnage et de pêche...  Cet extrait sonore, enregistré en 1984 dans le cadre d'un programme de recherche intitulé "Le Pays d'Arles par ses gens" introduisait une conférence sur la valorisation des archives sonores des sciences humaines et sociales dans un centre de documentation organisée par l'ADBS (section PACA).

Crédits photographiques : A fisherman in sou'wester mending lobster/crab creels on the beach alongside a beached Sheringham crab boat, National Maritime Museum, 1910-1911. Pas de restrictions de copyright connues.

Extrait sonore : enquête réalisée par Jean-Pierre Belmon aux Saintes-Maries-de-la-Mer dans le cadre de la publication : Le Pays d'Arles par ses gens : sentiments d'appartenance et référents d'identité /sous la dir. de Jean-Noël Pelen ; Jean-Pierre Belmon, Nicole Coulomb, Evelyne Duret, Claude Martel, Guy Mathieu. CREHOP : Parc naturel régional de Camargue : Mission du Patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture, juillet 1987. 307p.

Ce diaporama est cité dans le billet "Collecter la mémoire de l'autre", http://plozevet.hypotheses.org/5955 (publié le 23 mars 2011).

Comment valoriser des archives sonores dans les centres de documentation ?

Mardi 22 mars 2011 de 10h00 à 12h00 vous pourrez écouter une conférence sur les archives sonores organisée par l'ADBS PACA Marseille :

Depuis quelques années, les archives entrent volontiers dans les centres de documentation. Elles viennent enrichir les fonds documentaires, compléter des collections ou contextualiser l'histoire des institutions Les archives sonores ont leur propre spécificité et proposent de nouvelles formes d'accès et de valorisation en direction de différents publics. La conférence a pour objectif de sensibiliser les documentalistes à la gestion de ce type d'archives, en rappelant les différentes règles juridiques et techniques qui les régissent mais aussi - et surtout - leurs différentes utilisations et de leurs modes de valorisation.

N'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez y assister.

Crédits photographiques : Four men and two women on the deck of the three-masted bark Lamoricière, Puget Sound port, Washington, ca. 1904. Photographe: Hester, Wilhelm, 1872-1947. Collection : Wilhelm Hester Collection (Washington). Permalien : http://content.lib.washington.edu/u?/hester,67 Pas de restrictions de copyright connues.

Chercheurs et organisations communautaires: un exemple de collaboration réussie

Le projet ARUC (Alliance de Recherche Universités-Communautés)- Histoires de vie Montréal a débuté en 2007 et s'achèvera en 2012.  Un projet de 5 années durant lesquelles une équipe de plus de 150 chercheurs universitaires et communautaires réalisent des entrevues auprès de résident(e)s montréalais(e)s ayant été victimes de violations aux droits de la personne. Ces entrevues sont enregistrées en format vidéo ou audio et sont conservées au Centre d'histoire orale et de récits numérisés de l'Université Concordia (CHORN) et éventuellement chez des organismes communautaires partenaires.

La notion d' "autorité partagée" entre les chercheurs, les intervieweurs, ainsi que les personnes interviewées est le concept clé de ce projet. Ceci est possible notamment grâce à l'obtention d'un "consentement éclairé" des personnes interviewées lors des collectes (Cf. le code déontologique décrivant l'éthique du projet). De plus, le projet prévoit des stratégies de partage d'autorité après l'entrevue:  les personnes interrogées participent également à la production de la recherche et notamment à l'interprétation des propos recueillis. Il s'agit en définitive de développer une relation de confiance qui favorise  la collaboration et les prises de décision partagées.

Ce projet est structuré en 7 groupes de travail autour de thèmes géographiques ("Cambodge", "Haïti" , "Rwanda") ou transversaux  ("Jeunes réfugiés", "Shoah et autres persécutions contre les  juifs", "Histoires de vie en éducation")  et le groupe "Histoires orales et représentations artistiques". Ce dernier groupe de travail se base sur les histoires de vies recueillies lors des interviews et élabore des œuvres  musicales, théâtrales, dansées ou encore des expositions, conférences etc. Ainsi les témoignages recueillis participent à la création artistique contemporaine engagée: une façon de donnée une autre vie aux archives ainsi constituées.

Différents outils ont été développés dans le cadre de cette collaboration:

Le projet Histoire de Vie démontre (encore une fois) l'intérêt et la richesse d'une collaboration à grande échelle entre universitaires et communautés, de sorte que ces dernières ne soient pas uniquement observées mais deviennent des partenaires de la recherche. (Nous reprenons ici les propos de Steven High).

Océane Chotard

Après avoir obtenu un master recherche en musicologie-spécialité ethnomusicologie: "Les sillons du Gwo ka de la Guadeloupe" (2008) à l'Université François-Rabelais de Tours, Océane complète sa formation par une maîtrise des sciences de l'information à l'Ecole de Bibliothéconomie et des Sciences de l'Information à l'Université de Montréal (en cours). Ses intérêts professionnels résident dans la préservation, la valorisation et la diffusion du patrimoine musical et particulièrement en ce qui concerne les documents sonores.

More Posts - Website

Un compte-rendu de la journée d'études des professionnels de l'information de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS - 25 novembre 2010

L’institut des sciences humaines et sociales du CNRS a organisé, le jeudi 25 novembre dernier, une journée d’études consacrée aux professionnels de l’information de la BAP F. Cette branche d’activités professionnelle de l'enseignement supérieur et de la recherche regroupe les métiers de la documentation, de la culture, de la communication, de l’édition et des TICE ; elle est décrite dans un REFérentiel des Emplois-types de la Recherche et de l'ENseignement Supérieur (REFERENS). Le programme détaillée et les interventions de la journée sont disponibles sur le site de l'INSHS

Côté métier

La BAP F est fortement représentée dans les unités SHS. 600 personnes accompagnent la vie quotidienne des chercheurs et soutiennent la diffusion des résultats de la recherche en créant un site, en faisant des actions de communication, en proposant une documentation structurée ou en réalisant de la cartographie. Ces métiers sont en constante évolution car très liés aux technologies de l'information et de la communication. L'INSHS a le désir d'animer ce réseau de compétences en aidant à la circulation et à la mutualisation des bonnes pratiques.

Qui sommes-nous ? Des femmes principalement (74%) de plus de 35 ans, documentalistes (50%), ingénieur(e)s d'étude, travaillant à Paris et la région parisienne et aussi dans des unités situées en région, et en particulier en Rhône Alpes et en Provence. L'observatoire des métiers du CNRS pour la BAPF va proposer un répertoire d'activités plus précis que le répertoire des emploi-type, lui même différent de fiches de poste. Un débat a eu lieu autour de la question des missions des professionnels de l'information dans les laboratoires.

Les plateformes à notre service

Les missions du TGE Adonis (http://www.tge-adonis.fr) ont été rappelées : structuration des ressources numériques, moyen de stockage et de calculs pour les laboratoires, plateforme de recherche nommée ISIDORE qui a été inaugurée en décembre 2010. Il s'agit d'un moteur de recherche spécialisé en SHS qui moissonnent les données de collections, 35 à ce jour, et valorisent ainsi des ressources du web invisible comme la banque de données Regards, tout en permettant une recherche globale sur divers portails existants, Revues.org, Crévilles, Persée...

Le TGE Adonis a participé à la finalisation de deux autres plateformes proposées par le CCSD. La première présentée lors de cette journée a été SciencesConf-Hal Gestion de conférences (http://www.sciencesconf.org) : il s'agit d'une interface de gestion de conférence pour absolument tout faire autour d'un projet de colloque : appels à communication, création de liste de diffusion, formulaire d'inscription, circuit fermé de validation, actes finalisés, dépôt dans HAL, outils statistiques, site pérenne. Tout projet de site pour un colloque doit être déclaré et soumis à validation, ensuite nous pouvons disposer d'un site propre entièrement paramétrable (interface proche de Hal), y compris le graphisme…La plateforme est articulée avec Azur colloque (centre de paiement du CNRS). Le site est opérationnel depuis fin 2010.

Médihal (http://medihal.archives-ouvertes.fr), autre service du CCSD et projet du TGE Adonis, a pour mission d'archiver de façon pérenne des corpus d'images. Ce projet est né du constat que les chercheurs disposent d'un grand nombre de photos sur des disques durs cassés ! De plus en plus de données numériques sont délocalisées pour être conservées. L'objectif de Médihal est donc de conserver les données de la recherche et de diffuser les collections d'images, d'ouvrir les données à un public et à un autre usage. Comment sont structurées les métadonnées dans Médihal ? Elles suivent les normes IPTC Core Schema for XMP et proposent des images aux formats JPG et TIFF. Au moment de la saisie, il est possible d'indiquer la latitude et la longitude de la prise de vue et d'avoir ainsi automatiquement l'affichage de la géolocalisation de la photographie. Des flux RSS sont générés par auteur et par catégorie. Les images peuvent être diffusées sous licence créative commons ou sous des droits spécifiques. Il s'agit avant tout de mettre en valeur des séries, des collections d'images attachées à un projet de recherche à ou à la numérisation d'un fonds patrimonial ; à voir en exemple, les collections de l'Ifpo et de la Bibliothèque Universitaire de Lyon1.

La présentation a donné lieu à un débat sur la validation des documents déposés. L'extension du service aux données sonores et audiovisuelles pose le problème de façon plus cruciale encore : si il est possible de lire rapidement un document textuel ou de visualiser une photographie, impossible de savoir ce qu'il y a dans un document sonore ou filmique sans prendre le temps d'ouvrir le fichier et d'écouter ou regarder sur la durée : écouter ou visualiser une information continue devient une tâche beaucoup trop lourde pour le valideur. Il faudra trouver d'autres modalités pour les formats audios et vidéos. A lire : la notice de MediHal dans Aldébaran http://aldebaran.revues.org/6509

Aux côtés des revues, la plateforme Revues.org propose désormais des collections de livres en ligne. Il en existe déjà 13 à ce jour. A titre d'exemples, les Presses Universitaires de Rennes (PUR), le Collège de France, ou les éditions Droz ont choisi de mettre en ligne une partie de leur catalogue de monographies via Revues.org. (http://livres.revues.org).
La plateforme de livres de Revues.org qui utilise le logiciel d'édition électronique Lodel permet de réaliser une diffusion multicanal des livres électroniques avec la possibilité d'en proposer la lecture sur liseuse au format ePub. Le Bookserver de Revues.org permet depuis quelques mois, à tout un chacun, de consulter et lire les publications membres de Revues.org sur smartphone, tablette ou liseuse (http://leo.hypotheses.org/5222).

La politique de Revues.org est toujours celle du libre accès au texte intégral, à laquelle s'ajoute la possibilité de s'abonner à une serie des services payants au travers de l'offre OpenEdition Freemium. L'objectif d'OpenEdition Freemium est de développer un modèle économique durable pour le développement du libre accès à la littérature scientifique. OpenEdition Freemium qui s'adresse en priorité aux bibliothèques est présentée comme une forme d'alliance que le Cléo souhaite établir avec ces dernières. L'objectif est de doter le libre accès d'un véritable modèle économique pérenne et d'offrir un mode d'accès à l'information scientifique adapté aux besoins des utilisateurs des bibliothèques, étudiants, enseignant et chercheurs.

Les projets dans les unités

Caroline Abela a présenté le centre de documentation Regards à Bordeaux (http://www.regards.cnrs.fr) qui met à disposition un catalogue très riche, intégré au moteur de recherche Isidore. Il couvre des thèmes variés : géographie, aménagement, développement, environnement, santé, sociétés. Outre cette base de données, des services en direction de publics différents  sont mis en oeuvre : un portail de veille qui propose une sélection de revues thématique, une base de sommaires de revues, une page delicious qui sélectionne des sites par thèmes, un carnet de recherche sur la plateforme Hypothèses - Terrferm - qui accompagne un projet ANR, une collection de photographie  en cours d'intégration sur Médihal.

Depuis 2001 l’ISH a spécialisé une partie de ses savoir-faire dans l’image animée à travers la création du Pôle Image Animée (PIA). Il apporte un soutien technique dans toutes les phases de la production audiovisuelle : écriture du scénario tournage, montage, diffusion. Une base de données des vidéos est en cours de réalisation. C'est un site de recherche qui croise le travail des chercheurs, des conteurs et des réalisateurs. Cette base méritera une notice dans Aldébaran ! Le catalogue des vidéos éditées est accessible sur le site (http://25images.ish-lyon.cnrs.fr).

Telemeta est un logiciel réalisé pour rendre accessible les archives sonores de la recherche de plusieurs laboratoires : le Centre de Recherche en Ethnomusicologie au sein du laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (Maison René Ginouvès), le LAM (lutherie, accoustique, musique), le département de la musique de la parole au sein du MuCEM, la phonothèque de la MMSH. Telemeta vise à rendre ces archives accessibles aux chercheurs et, dans la mesure du possible, au public, dans le respect des droits intellectuels et moraux des musiciens et des collecteurs. Mise au point grâce au soutien du programme TGE-Adonis du CNRS et du Ministère de la Culture, elle permet aux chercheurs d'échanger les données en ligne, avec les communautés productrices de ces musiques dans leur pays d'origine, notamment au moyen d’outils collaboratifs comme des marqueurs, des espaces de commentaires, etc... Le logiciel est librement accessible et ses spécifications sont décrites avec précision.

Enfin, vous avez pu déjà visionner sur les Carnets de la Phonothèque la présentation qui a été faite du site Aldébaran (http://aldebaran.revues.org/). L'équipe de ce projet qui propose une sélection des ressources documentaires en sciences humaines en a profité pour lancer un appel à collaboration : si vous êtes intéressés pour rédiger des notices qui permette à la communauté de s'approprier les outils électroniques, de les partager, de mieux les comprendre... n'hésitez pas à nous rejoindre !

Crédits photographiques : "Women in white" doctor Navy planes (motors) at the Naval Air Base, Corpus Christi, Texas, 1944. Photographie de Hollem, Howard R. Biblitohèque du Congrès. Pas de restrictions de droit connues. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34880

2011 : Quand le renard entre dans les bases de données pour raconter des histoires au monde...

L'année 2011 va débuter avec la mise en production du portail du patrimoine oral : plus de 81 000 notices documentaires issues de quatre centres d'archives sonores et audiovisuelles sont moissonnées et présentées dans ce catalogue collectif. Elles racontent les histoires des habitants de Bretagne, du Sud-Ouest de la France, de Bourgogne, de la Provence et au-delà vers la Méditerranée. L'occasion enfin de dresser une première cartographie des entretiens de terrain réalisés en France de la fin des années 1950 à nos jours, de pouvoir réaliser des interrogations sur des masses critiques importantes d'archives sonores et de permettre des comparaisons entre les différents corpus, les façons de faire et de dire.

Des récits, d'hommes et de femmes, qui - dans des langues où le français est loin d'être dominant - nous font partager leur mémoire, décrivent leurs savoir-faire, évoquent leur vie quotidienne au village, retracent leur migration, nous racontent des histoires,  chantent ou  jouent pour faire danser,...  Interroger le portail rend compte de documents qui traversent les traditions orales de la France.  Tentons une requête sur le mot "renard",  un animal oublié dans les villes qui, sur le portail, renvoie vers plus d'une centaine de réponses. Notre renard apparaît damb sa coetta dans des chants à danser de la région de Damazan1 ou avec le loup et la belette dans ceux du pays d'A-Bas2, dans des récits de rituels de protection des poulaillers en Cévennes, des évocations de la sauvagine ou des anecdotes de la vie quotidienne. A force de vivre près de lui, certains agriculteurs savaient même imiter son cri à la perfection.

Le renard est depuis longtemps un personnage important des contes traditionnels, c'est lui qui dupe toujours le loup par sa ruse. L'interrogation du portail du patrimoine oral offre l'occasion de retrouver et comparer des versions multiples de ces récit, celles du "Renard parrain" par exemple3. L'histoire est celle d'une dure journée de travail du loup et du renard qui doit être payée, suivant les versions, par un pot de miel, des salaisons ou du beurre destiné à être mangé en commun. En plein effort, le renard feint d'être appelé pour un baptême lorsque sonnent les cloches de l'église... et cela plusieurs fois au cours de la journée (le plus souvent à trois reprises). Évidemment le renard profite de la pause pour manger en cachette le repas promis au fur et à mesure, évitant ainsi de travailler. A la fin de la journée, grand seigneur, il laisse  au loup la totalité du  salaire et s'enfuit en courant avant que  le loup harassé de sa journée ne découvre le pot de miel ou la motte de beurre dévorée... L'interrogation du portail nous offre une trentaine de versions de ce seul conte  en langue française et occitane. Chacune de ces versions raconte la même histoire, chaque fois avec une langue ou une façon de dire qui lui est propre.

Cette simple interrogation illustre la multitude de facettes que peut prendre l'oralité, et laisse percevoir tout l'intérêt d'interroger des métadonnées homogènes pour des documents du patrimoine oral. L'oralité n'est pas figée, elle est vivante ! Les outils documentaires mis en place permettent d'obtenir, pour chaque oeuvre orale, différentes versions enregistrées issues de témoins dispersés à travers la France. C’est pourquoi la question du titre uniforme des œuvres orales est centrale. Les catalogues internationaux comme ceux de Aarne et Thompson pour le conte et de Conrad Laforte ou de Patrice Coirault pour la chanson francophone sont les outils indispensables qui permettent à tous ces centres documentaire sur l'oralité de parler le même langage. C'est de cette façon que les contes du renard peuvent être retrouvés à partir des titres donnés par les témoins tels qu'ils les racontaient, par ceux que les collecteurs ont indiqué dans leurs publications ou encore par les titres uniformes dans les catalogues, en l'occurence notre "Renard parrain" se retrouvera dans la rubrique « Contes d'animaux sauvages / Animal tales --- Wild animals » sous le numéro T15. Mieux encore, chaque oeuvre est décrite et rapprochée de l'enquête de terrain et elle peut être écoutée en prenant en compte le contexte de production et de transmission du témoignage. Enfin, le résultat des requêtes posées au catalogue collectif renvoie systématiquement vers le catalogue originel puisque le portail n'entrepose que des notices en Dublin Core. Il est alors possible, localement, de consulter la notice complète et d’écouter l'enregistrement s’il a été mis en ligne. C’est d’ailleurs, techniquement, un des intérêts majeurs du protocole OAI-PMH que d'offrir cette centralisation des informations et un accès unique pour les recherches tout en conservant l’identité de chaque catalogue. Voilà de nouvelles aventures en perspectives pour Renard qui entre dans la le village global pour avoir dupé le loup...

Le portail du patrimoine oral a été créé par la fédération des associations de musiques et danses traditionnelles dans le cadre du pôle associé avec la Bibliothèque nationale de France. Il est hébergé sur les serveurs d'IN2P3 avec le soutien du TGE Adonis. C'est la société GB Concept qui l'a mis en oeuvre en s'appuyant sur la plateforme PKP. Les notices sont fournies au format Dublin Core simple.

Crédits photographiques : Un petit renard apprivoisé chez M. et Mme Gordon Jones à Talysarn / Titre de la photographie en gallois : Cadnawes ddof yng nghartre Mr a Mrs Gordon Jones, Talysarn. Ffotograffydd/Photographe : Geoff Charles (1909-2002) Nodyn. Dyddiad/Date: 16 juillet 1959.  Geoff Charles Collection, bibliothèque nationale du Pays de Galles. Pas de restrictions de droits connus.

Ce billet est en parti repris d'un article à paraître dans un prochain numéro de la revue L'internationale de l'imaginaire, revue de la maison des cultures du monde, sur le patrimoine culturel immatériel en France, chez Actes Sud/Babel en janvier 2011.

  1. En région Aquitaine, commune située dans le département de Lot-et-Garonne []
  2. Le pays d'A-Bas ou encore pays d'En-Bas se trouve dans la région de Questembert-Muzillac en Bretagne []
  3. Le titre équivalent de ce conte dans la classification Aarne et Thompson est, en langue anglaise, The Theft of Butter to Playing Godfather, sous le numéro T15 . C'est ce qu'on appelle un "titre uniforme". Il  permet de retrouver toutes les versions de ce conte que l'on retrouve un peu partout de par le monde. []

Un projet de géolocalisation du patrimoine immatériel sur le territoire Marseillais et sa région

Depuis quelques temps, trotte à la phonothèque de la MMSH l'idée de géolocaliser les archives sonores de la recherche pour permettre de nouveaux accès plus interactifs, plus simples et plus ludiques.  Pour formaliser le projet et trouver les moyens de le mettre en oeuvre, nous nous sommes associés à Paroles Vives, une association d'ethnologues qui réalise des enquêtes  de terrain et a le souci de la contextualisation des données. Ensemble, nous avons constitué un dossier de financement qui a été présenté en juin 2010 auprès d'un fonds de soutien du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d'Azur qui semblait propice à ce type de projet. Il s'agissait d'e-services et territoires qui a pour objectif de développer les usages et les services du numérique en région PACA. Nous imaginions un parcours à travers la ville de Marseille, et de ses alentours, qui provoquerait - au détour d'une rue d'un monument, d'un espace -, une écoute contextualisée de la paroles d'anonymes enregistrés par les ethnologues, les historiens, les linguistes, les sociologues, ... ou tous ceux qui ont utilisé la source orale dans le cadre de leur recherche et souhaité qu'elle puisse être écoutée par tous, dans le respect des droits de la propriété intellectuelle, littéraire, artistique.

Le projet prévoyait des modalités d'écoute adaptées à la vie du citoyen : en mobilité ou installé bien au chaud avec un téléphone portable, un lecteur mp3, une tablette, une liseuse multimédia ou tout simplement son ordinateur. Pour le mettre en oeuvre, nous proposions une application multimédia (mashup) avec un wiki et une carte Googlemaps. Nous tirions notre inspiration - entre autre - d'un autre domaine, celui de l'archéologie. Nous avions trouvé exemplaire le travail mené au sein de l'Institut français du Proche-Orient sur l'Annuaire des missions archéologiques françaises au Proche-Orient. Les sites archéologiques y sont très simplement signalés sur une carte du Proche-Orient accompagnés d'une série de métadonnées. Un outil efficace et astucieux qui avait l'avantage d'insister sur la contextualisation. Or ce critère  nous paraissait central pour que les données sonores puissent être comprises, interprétées convenablement et citées avec précisions.

Nous n'avons pas été retenus par le jury de e-services et territoire mais le projet était lancé et nous l'avons conservé dans nos cartons. D'autant que quelques semaines après notre présentation les sound maps n'ont pas cessé d'être publiées en ligne : carte de Londres, carte de Lisbonne, carte de Montréal. Marseille n'a toujours pas la sienne, et nous cherchons encore à présenter le projet, trouver des collaborations, des soutiens techniques et financiers. Aujourd'hui, nouvelle étape, nous avons présenté le dossier devant le Brief collectif de présélection du carrefour des possibles qui se déroulera mi-janvier à Marseille. Une bonne expérience : si vous avez un projet dans le domaine des usages innovants des technologies de l’information et de la communication, n'hésitez pas à entrer dans le processus et proposer de la présenter. Vous aurez beaucoup à y gagner sur la formalisation de votre présentation publique et vous y recevrez des conseils avisés pour consolider la constitution d'un réseau dans le domaine, pour améliorer votre référencement, pour mettre en place une stratégie de communication virale... Ce sera aussi l'occasion de découvrir des projets riches de leurs différences, tous créatifs et innovants. Ce matin là nous avons ainsi découvert un mur communiquant, un projet d'innovation auditive, une plateforme collaborative pour l'enseignement (Jog educ), une galerie d'art créée sur la terre de Metaversel avec Second Life sous le nom de Tournicoton, des objets augmentés en vue d'intégrer les objets numériques dans l'habitat, un moteur de recherche sur la vie culturelle à Marseille... Peut-être à bientôt dans un carrefour des possibles.

A lire : la présentation de la matinée du Brief du 3 décembre par la galerie Tournicoton.

En tête du billet, la page d'accueil de la carte sonore de Lisbonne : http://www.cincocidades.com/en/soundmap/

Cartographie des pratiques musicales en Colombie

Au sein de la bibliothèque nationale de Colombie, le Centre de Documentation Musicale a développé un site de cartographie des musiques traditionnelles nationale avec le soutien du Ministère de Culture. Voilà l'occasion de découvrir un pays d'une diversité peu commune : le seul pays d'Amérique du Sud qui soit à à la fois sur l'océan Pacifique et sur la mer des Caraïbes, qui passe des Andes à l'Amazonie et dont la biodiversité est reconnue comme l'une des plus riches de la planète. Sa musique, elle aussi, est riche, multiple, éblouissante et complexe car elle puise dans les nombreuses cultures et langues qui composent ce pays. Le site vous fait voyager à travers tout le territoire, à partir de deux axes : les musiques traditionnelles et les festivals de musique (de tous types de musique). Des vidéos, des film pédagogiques, des notices documentaires, des enregistrements sonores, des photographies et un thesaurus documentent la musique de Colombie. Dommage que le système choisi pour la mise en oeuvre du site ne permette pas la citabilité des pages,  mais des évolutions sont en cours et il faudra suivre les modifications à venir de ce site car l'occasion est trop rare de connaître et comprendre ces musiques.

Pour vous donnez une idée de cette richesse, écoutez Melba Nancy, de l'île de Providencia, en Colombie calypso traditionnelle interprétée par le groupe Roots Radical avec Roger Fox (guitare, voix), Carlos May - "Suku" (tub-bass, voix), Rolando Brian (jawbone), Esebio Alcàzar (maracas), Tini Martinez (mandoline) et Avelino - "Coyote" Whitaker en invité pour le chant. Ou encore, cette Mazurca traditionnelle , toujours de l'île de Providencia,  interprétée par le groupe El Polvorete, avec Trujillo Hawkins à l'accordéon diatonique, Avelino - "Coyote" Whitaker (guitare, voix), Jorge - "Kepe" Hyman (maracas, voix), Rodolfo Robinson (jawbone, voix) et Max Alex Mac Lean (tub-bass, voix). [Musique en CC]

Notice de présentation du site sur Aldébaran (en langue espagnole, résumé en français) : http://aldebaran.revues.org/6580

Crédits photographiques : musiciens sur l'île de San-Andres, Chevaux dans la mer Caraïbes, île de Providencia. Photographies de Véronique Ginouvès, septembre 2009.

Depuis le travail de terrain jusqu’à la restitution : recueillir, archiver et diffuser. Le patrimoine immatériel se conjugue à Bilbao

L'Association européenne (AE) Txoke ! pour la recherche, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine culturel, organise un congrès international à Bilbao (Biscaye, Pays Basque, Espagne) les 13, 14, 15 et 16 octobre 2010.  La thématique générale du congrès est le patrimoine immatériel, son recueil et sa fixation, la constitution et la gestion des archives sonores et audiovisuelles (catalogage de l’inédit, normes et standards, conservation, restauration), et son exploitation (différents types de diffusion, publication), sans oublier les problèmes éthiques et juridiques. La phonothèque de la MMSH sera représentée par Corinne Cassé ethnologue, chargée de mission à l'association Paroles Vives. Elle proposera à son retour une synthèse de ces journées sur les Carnets de la phonothèque.

Sur le site de l'association vous trouverez le programme complet, les informations pour vous y inscrire, une présentation des intervenants et sous peu les textes de leurs conférences.

Compte-rendu du colloque sur les Carnets de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/4172

Anticiper la gestion des sources orales de sa recherche : les enseignements du traitement du fonds Marceau Gast à la phonothèque de la MMSH

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO*, membre actif de l’IREMAM**, aujourd’hui retraité, Marceau Gast a laissé à la phonothèque des cartons de bandes et de cassettes : les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

La phonothèque, dans le traitement de ce fonds, se heurte à plusieurs difficultés. Tout d’abord, la qualité des supports conservés est très inégale : bandes et cassettes sont des supports anciens, parfois endommagés ou de mauvaise qualité, le tout restant cependant globalement audible. D’autre part (et surtout), la documentation transmise à la phonothèque par le chercheur est éparse, fragmentée, lacunaire. La contextualisation de chaque enregistrement s’avère être particulièrement difficile, d’autant plus que, dernière difficulté, les langues parlées, la tamahaq (touareg), l’arabe algérien et l’arabe yéménite, exigent que la phonothèque trouve des locuteurs pour comprendre le contenu des enquêtes.

Ce fonds est par conséquent un peu casse-tête mais c’est justement la raison qui en fait un bon support pour mesurer les enjeux et questions que peut soulever le traitement des sources orales de la recherche : pourquoi et comment la phonothèque appréhende-t-elle le traitement et la valorisation d’un fonds « hérité » comme l’est le fonds Marceau Gast ? Et quels enseignements en tirer quant à la manière dont un chercheur peut penser et anticiper l’usage d’une phonothèque dans la démarche de sa recherche en sciences humaines et sociales ?

Pourquoi traiter et valoriser le fonds Marceau Gast ?

Fonds Gast

Le fonds Gast : des supports hétéroclites

Marceau Gast a déposé entre 2004 et 2007 des cartons de bandes et de cassettes à la phonothèque. Ses attentes quant au traitement de son fonds de sources orales nous ont été plus ou moins clairement formulées. Marceau Gast a déposé afin tout d’abord d’assurer la pérennité de ces supports anciens et fragiles par une conservation dans un lieu adapté et proposant la sauvegarde numérique de ces sources. Au-delà de cet aspect matériel, il s’agit pour le chercheur de garder une trace visible de sa recherche voire de patrimonialiser ses sources à l’instar d’autres ethnologues comme Christian Bromberger qui a déposé son fonds sonore à la phonothèque. De manière plus ou moins consciente ou formulée, le chercheur dépose en effet des sources qui avaient jusque là le statut d’éléments informatifs dans le cadre de sa recherche afin qu’elles acquièrent presque la valeur de « documents-témoins » d’un patrimoine, avec le risque bien présent ici de décontextualiser ces archives et de perdre de vue le caractère construit de ces sources. Ainsi, au-delà de cette simple volonté de « garder une trace » ou de « faire trace », on peut se demander si Marceau Gast, en déposant ses sources, a envisagé de les voir écoutées, réétudiées, revisitées (donc son travail soumis à la critique) par d’autres chercheurs. L’ambivalence est bien présente pour ce fonds, comme pour d’autres issus de la recherche en sciences humaines et sociales.

Or, le traitement de ce fonds inédit pourrait présenter un réel intérêt scientifique. Dans la mesure tout d’abord où le terrain de Marceau Gast peut être revisité par d’autres chercheurs. Par ses thématiques, ce fonds peut intéresser en effet plusieurs disciplines. Dans une démarche comparatiste (diachronique), il peut intéresser l’ethnologue qui étudie aujourd’hui les sociétés berbère ou yéménite ; de même le géographe qui étudie systèmes agricoles et économies rurales ou qui travaille la question des calendriers agraires ou de l’alimentation dans la perspective de la géographie culturelle. Il peut interpeller l’historien qui travaille sur les techniques et savoir-faire agricoles ou encore sur l’histoire de la discipline ethnographique elle-même (l’évolution de ses pratiques, des manières de construire son terrain et ses sources..). Enfin la langue, les chants et traditions orales peuvent être une mine pour le linguiste, l’ethnomusicologue etc… Les possibilités de revisites sont donc nombreuses, dans la mesure notamment où ce fonds est assez riche (environ 150 heures en tout), cohérent dans ses thématiques et étalé dans le temps (enregistrements des années 1960 à 1980).

Le traitement numérique et la documentation de ce fonds présentent l’intérêt également de donner la possibilité à la communauté scientifique de retourner à la source des argumentations de Marceau Gast dans une démarche de vérification et de validation critique (comme il est courant de le faire pour des sources textuelles par exemple).

Dans un autre ordre d’idée, la praticabilité des outils numériques rend aujourd’hui l’usage et la découverte de ces sources orales beaucoup plus accessibles au grand public. La communauté scientifique en sciences humaines et sociales a donc intérêt à utiliser ces nouveaux outils, d’autant plus que la valorisation du « patrimoine culturel immatériel » (qui englobe les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » ou encore les « savoirs-faire liés à l’artisanat traditionnel ») est encouragée par l’UNESCO (dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003).

Les intérêts et objectifs du traitement du fonds sont de plusieurs ordres et doivent être définis. La procédure technique n’est alors pas compliquée à mettre en œuvre.

La procédure établie par la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH a mis en place une procédure maintenant bien rodée pour traiter un fonds d’archives sonores. Toutes les étapes sont reprises dans un ouvrage, le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (par Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou, en co-édition avec Modal. 2001) qui constitue aujourd’hui un document de référence. Le novice n’a donc pas à se poser de questions sur la procédure technique. Elle est établie et comporte plusieurs grandes étapes :

  • Réception et stockage du fonds : évaluation de l’état des enregistrements, signature des contrats avec le déposant,
  • Classement, numérisation (si besoin) à partir des supports originaux ; éventuellement traitement du son,
  • Documentation des enregistrements : une écoute précise doit permettre de dégager le sens principal, de repérer un certain nombre d’éléments thématiques et de dégager différents « temps » dans l’enquête (création de plages permettant de « feuilleter » le son). Des notices sont alors créées dans une base de données prenant en compte les standards internationaux d’indexation. Il est important à cette étape de trouver des locuteurs afin de renseigner les enregistrements en arabe et en tamahaq,
  • Gravure des cédés (d’archivage et de consultation),
  • Recherche des éléments de mise en contexte des enregistrements et de tout document pouvant « aider » la compréhension et la revisite de ce fonds. La difficulté documentaire est sans doute le principal « écueil » du fonds Gast.
  • Valorisation : édition d’un catalogue et mise en ligne des notices (accessibilité), travail avec les outils Web.
villages du djebel Harraz, Yémen

Villages du djebel Harraz, Yémen

La potentielle inquiétude des chercheurs vis-à-vis de ces données techniques et juridiques n’est donc pas fondée. La procédure est bien établie et le rôle de la phonothèque est justement de proposer des outils et un accompagnement technique au chercheur à toutes les étapes : depuis des conseils pour optimiser l’enregistrement des enquêtes et entretiens jusqu’à la valorisation ultérieure de ses sources. Par contre, comme le montrent les difficultés posées par certains fonds anciens comme le fonds Gast, il est bon que le chercheur pratiquant la source orale anticipe les questions de conservation et de valorisation futures. La procédure sera en effet plus simple, rapide et scientifiquement valable si le chercheur a pris soin de :

  • faire des enregistrements de bonne qualité (technique/méthodologique)
  • bien référencer, identifier au fur-et-à-mesure chaque enregistrement
  • garder tous les éléments qui ont permis de construire son terrain et ses sources (méthodes, problématique, contacts, notes de terrain…)

Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de sa propre recherche, d’oser le regard critique de la communauté scientifique. Il s’agit d’envisager l’intérêt que peuvent présenter ses enregistrements pour d’autres et d’appréhender l’enrichissement que supposent la revisite de son terrain, le dialogue, l’intertextualité. La technique n’est donc pas ici la difficulté. Celle-ci réside avant tout dans les choix scientifiques du chercheur et le travail éditorial de la phonothèque tout au long de la démarche de traitement et de valorisation.

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est d’abord s’interroger sur que conserver et comment le valoriser ?

Faut-il en effet tout garder et, si non, quels critères appliquer à cette sélection ? Répondre à cette question suppose, au-delà d’une évaluation de l’état matériel du fonds, de s’interroger sur le projet qui sous-tend la numérisation : quels sont ses buts scientifiques et éditoriaux ? Car il existe toujours une tension entre recherche d’exhaustivité (tout conserver) et approche sélective (mais partielle) d’un fonds. L’essentiel est, somme toute, de justifier ses choix. Dans ce but, une fiche d’évaluation a été établie pour le fonds Marceau Gast. Elle reprend dans sa structure les différents points suivants :

  • Supports: type, nombre, qualité, durée
  • Cotes et numéros d’enquête
  • Type de contrat passé avec l’informateur et le déposant
  • Description des enregistrements (localisation, date, thèmes)
  • Observations sur l’intérêt de la diffusion
  • Décision de numérisation et justification
  • Décision d’analyse et justification

"In the Sahara, man and camel" (between 1910 and 1915)

La démarche de la phonothèque consiste en effet à traiter un fonds dans sa globalité en essayant de comprendre sa cohérence. Cela passe par l’écoute attentive des enregistrements, la compréhension des documents, afin de pouvoir dégager des corpus (géographique, thématique), de sélectionner les documents selon leur qualité technique (sont-ils audibles ?), la qualité de leur contenu (s’agit-il d’enquêtes qui vont en profondeur ou d’une simple succession d’assertions ?), la cohérence du corpus etc…Ce travail n’a donc que peu à voir avec l’archivage d’un livre. Il ne se résume pas à la numérisation : du temps est nécessaire pour traiter un fonds. La fiche d’évaluation du fonds Gast est destinée à être lue par toute personne intéressée par ce fonds. Elle consigne et justifie l’ensemble des choix faits lors du traitement et de la valorisation du fonds, choix éditoriaux qui peuvent « forcer la lecture » du fonds et dont il faut garder trace.  Pour chaque fonds les questions vont être différentes et les réponses varier en fonction des caractéristiques scientifiques du fonds, de sa qualité, de sa cohérence, des attentes du déposant etc…

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est également se questionner sur le choix des bons outils. En effet, le paysage de la communication scientifique aujourd’hui s’enrichit de nouveaux espaces numériques. L’enjeu pour le chercheur est la visibilité de sa recherche au sein de réseaux autres que ceux des publications papier traditionnelles. Les outils étant nouveaux, il s’agit d’adopter plus massivement de nouveaux réflexes dans la gestion des sources de sa recherche (formats choisis, modes de conservation et de mise à disposition, citation…). Pour aider la communauté scientifique dans ses choix, s’est développée une nouvelle discipline, les digital humanities (ou « humanités numériques »), bien implantée dans la sphère anglo-saxonne, mais encore trop peu connue dans le milieu français de la recherche. Se situant à l’intersection de l’informatique et des sciences humaines et sociales, cette discipline regroupe informaticiens, éditeurs, documentalistes, webmasters etc… Son objet consiste à mettre en place de nouveaux outils numériques : des plateformes d’échanges, des bases de données ou encore de nouveaux formats d’édition etc.… dans le but d’accompagner la communauté scientifique dans la pratique de ces nouveaux espaces de communication. Le but général est de garantir l’interopérabilité et la pérennité des données numérique (choix des standards et formats). Le chercheur, en inscrivant son projet de recherche dans ces nouvelles pratiques numériques, s’ouvre ainsi à la mutualisation et au dialogue interdisciplinaire, dans le cadre d’un vaste réseau.

Penser l’usage d’une phonothèque dans la démarche de la recherche ce n’est pas s’arrêter à de possibles difficultés techniques ou juridiques : celles-ci sont à fortement relativiser. C’est avant tout faire des choix en fonction de la visibilité que l’on veut donner à sa recherche et de l’accessibilité que l’on veut donner aux sources de sa recherche. Cela pose la question au final de la conception que l’on a de la communauté scientifique et des outils de sa communication.  Dans ce processus scientifique, des structures comme la phonothèque de la MMSH sont là pour proposer avant tout un accompagnement technique et éditorial à toutes les étapes où le chercheur est aux prises avec ses sources orales. Les difficultés que pose la reprise du fonds de Marceau Gast montrent l’importance d’anticiper ces questions de conservation et de valorisation. Celles-ci peuvent paraître accessoires ou secondaires au moment où se fait la recherche mais, de cette anticipation, dépend cependant une part de la validité scientifique ultérieure que devra acquérir cette recherche au moment de sa communication.

* Pour des éléments d'historique du LAPMO (Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), on peut lire la nécrologie de Gabriel Camps rédigée par Marceau Gast: Marceau Gast, « Gabriel Camps », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 12 février 2010. URL : http://pm.revues.org/index288.html

** Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Ce billet est une synthèse de la conférence donnée par Laure Principaud lors de la journée qui a eut lieu à Grenoble le 27 janvier 2010 sous le titre L'histoire orale : regards croisés et décalés – France, Brésil, Europe, programme : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html ; à propos de cette conférence, lire aussi Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010 (billet du 7 janvier 2010) : http://phonotheque.hypotheses.org/2541

Crédits photographiques: cartons du fonds Marceau Gast et vue du djebel Harraz, Yémen (2006): Laure Principaud ; "In the Sahara, man and camel" (between 1910 and 1915), George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restrictions de copyright connues:http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2349964682/

l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.