Archives pour l'étiquette archives scientifiques

Contextualisation d’un corpus sonore : Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros.

Le forum de la Méditerranée, organisé à Marseille avec le soutien du LabexMed, a donné l’opportunité à la phonothèque de la MMSH de présenter, le corpus sonore des Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros, accessible en ligne sur le portail Europeana. Sur ce billet vous trouverez le diaporama de l’intervention que fera l’après-midi du  18 mars 2016 l’équipe de la phonothèque (Véronique Ginouvès, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis). Il est accompagné de différents documents qui vous permettront de mieux comprendre le contexte de production de ce corpus.

Bonne lecture, bonne écoute !


Ci-dessous, vous pouvez écouter l’extrait sonore proposé pendant la présentation (Cf. diapositives 4 & 5) :

Consulter la carte des villes d’origine des réfugiés en Asie-Mineure (Turquie actuelle) :

 

En complément des notices documentaires des entretiens en langues française et grecque, plusieurs billets offrent des éclairages thématiques transversaux :

Crédits photographiques : Port de Smyrne vers 1920, domaine public. Page 30 de l’ouvrage Greece de Puaux, René et Brown, Carroll N. (Carroll Neidé), publié pour la « Greek Government Exhibition », collection de la bibliothèque du Congrès. 

La phonothèque de la MMSH au Forum Méditerranée le 18 mars 2016

Le 18 mars 2016 à 14h, l’équipe de la phonothèque sera présente au Forum de la Méditerranée, qui se tiendra à Marseille du 17 au 19 mars à la Villa Méditerranée et au MuCEM.
Ce forum des études méditerranéenne est piloté par le LabexMed, en collaboration avec les labex ArcHiMedE, OT-Med et Resmed, et en partenariat avec le MuCEM. Il a pour but de présenter les projets développés par les laboratoires d’excellence dans le champ des sciences humaines et sociales avec un focus sur la Méditerranée.

Le forum s’organise en 8 sessions thématiques déclinées ainsi :
Session 1 – Systèmes productifs, circulations,interdépendances, évolutions
Session 2 – États, droits, appartenances
Session 3-1 – Humanités numériques et Méditerranée – Espace
Session 3-2 – Humanités numériques et Méditerranée – textes et archives
Session 4 – Patrimoines : enjeux, pratiques,représentations
Session 5-1 – Religions et pratiques sociales –Espaces sacrés et rites : archéologie,production et transmission
Session 5-2 – Religions et pratiques sociales –sources écrites : interprétations et controverses
Session 6 – Savoirs et langages
Session 7-1 – Environnement, sociétés,territoires – Vulnérabilité et transformations environnementales
Session 7-2 – Environnement, sociétés,territoires – Étude des écosystèmes
Session 8 – Exposer la Méditerranée :recherches et musée

La communication de la phonothèque s’inscrira dans le cadre de la session 3-2 : « Humanités numériques et Méditerranée – Textes et archives » qui se tiendra le Vendredi 18 mars 2016, 14h00-17h00 (Villa Méditerranée, salle 1). Elle représentera le LabexMed en mettant à l’honneur le corpus sonore des “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922” à travers une communication intitulée “La catastrophe d’Asie-Mineure : usages scientifiques et mémoriels d’un corpus d’archives sonores” et présentée par Véronique Ginouvès, Ariane Néroulidis et Hélène Loukou.

Milad Doueihi (Université    Paris    Sorbonne – Université    de    Laval) sera le modérateur de cette séquence de l’après-midi, riche en présentation de projets numériques :

  • Robert Alessi (Orient    &    Méditerranée / Resmed) Réalisation    en xml d’un lexique grec-arabe-grec ;
  • Didier Alexandre (Université     Paris-Sorbonne / Obvil) : Mesures  de  la Méditerranée dans les corpus littéraires français (1750-1950) ;
  • Sébastien Biston-Moulin (CFEETK / ArcHiMedE) : Le     projet     Karnak : Système d’Indexation des  textes hiéroglyphiques ;
  • Muriel Debié (IRHT / Resmed)) : Voyager dans les manuscrits    syriaques  de  la Méditerranée orientale hier et aujourd’hui :    disciplines de l’érudition et humanités numériques.
  • Véronique Ginouvès, ArianeNéroulidis, Hélène-Giorgiana Loukou (USR 3125 / LabexMed) : La catastrophe de  Smyrne : usages    scientifiques et  mémoriels d’un corpus d’archives    sonores ;
  • Isabelle Régen (ASM / ArcHiMedE), OlivierOnézime et Gaël Pollin (IFAO / ArcHiMedE) : Apports de la photogrammétrie à la documentation des monuments pharaoniques : le cas de la tombe-bibliothèque du prêtre Padiaménopé (Thèbes, 7es. av. J-Chr.) ;
  • Frédéric Servajean (ASM / ArcHiMedE) : VÉgA : vers une pratique    collaborative    de    la    lexicographie à l’ère du numérique ;
  • Daniel Stoekl Ben Ezra (Orient & Méditerranée / Resmed) : CT-Mishna : un    projet    d’édition    numérique    d’un texte    juridique de l’Empire romain.

Retrouvez le programme intégral (en PDF) et le résumé des communications (également en PDF) sur le site officiel de l’événement.

Crédits photographiques : Vue du MuCEM, Ariane Néroulidis, janvier 2016

FREDOC 2015 – Les évolutions du métier de phonothécaire

Les FRéDoc – Formation des Réseaux de la Documentation – se sont déroulées dans le magnifique Domaine Saint Joseph à Sainte-Foy-Lès-Lyon du 29 septembre au 2 octobre 2015. Le thème de la 9ème édition de ces rencontres était : “Mieux accompagner la recherche : réalités d’aujourd’hui et perspectives pour les fonctions de l’IST”. L’équipe de la phonothèque de la MMSH (Ariane Néroulidis et Marine Soubrié) et Françoise Acquier resposnable du centre de documentation du CRESSON – Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement Urbain- de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture à Grenoble ont été sollicitées pour y animer une conférence et un atelier.

L’objectif de ces interventions était de présenter les évolutions du métier de phonothécaire à travers l’émergence de nouvelles pratiques à l’œuvre dans le traitement des archives sonores à la Phonothèque de MMSH, résolument tournée vers l’interopérabilité et au CRESSON, centré sur la spatialisation des sons.

L’ intervention orale en plénière a tout d’abord posé les enjeux de la valorisation des archives sonores de terrain : les relations avec les chercheurs, les questions d’éthiques et de droit, les bonnes pratiques à transposer dans chacun des cadres, la valorisation des fonds au sein de plateformes nationales et européennes, la nécessaire formation aux différents outils documentaires.

L’ atelier, intitulé : « De l’écoute à l’archivage à long terme, méthodologie du traitement d’archives sonores », a apporté un éclairage pratique à la conférence.

L’objectif de cette séance de travail collective, d’une durée de 1h30, était de produire une carte mentale à partir du cycle du traitement des archives sonores du dépôt à la valorisation et ainsi partager nos pratiques documentaires quotidiennes.

L’atelier a réuni 13 participants motivés, mis en situation d’écoute avec la diffusion de deux enregistrements issus du fonds des archives sonores de la MMSH. Ces deux extraits ont été écoutés à partir de la plateforme Internet archive, dont les services ont été présentés en début de séance.

Le premier extrait choisi, était un entretien tiré du corpus « Les savoirs de la nature dans la vallée de la Roya » durant lequel l’informatrice, native de Breil-sur-Roya, donne la recette de la tourte à la bourrache, enregistrée en 1982. Cet entretien a donné lieu à une valorisation sur les Carnets de la Phonothèque qui met en avant une recette chaque dernier lundi du mois.


Le deuxième extrait choisi était tiré du corpus “Voix publiques et environnements sonores dans un quartier populaire de Naples”, qui donne à entendre un “paysage sonore composé de cris et de chants de marchands, de dialogues domestiques à distance, de cris d’enfants qui jouent dans la rue, un paysage complété par des chants à danser traditionnels du monde rural”. Cet extrait se rapproche davantage des ambiances urbaines archivées au Cresson. L’entretien est intitulé « Série d’appels aux poissons d’un marchand en dialecte de Puozzoli à Naples ».

Après une session d’écoute, les participants ont fait part de leurs premières réactions face à ce type d’archives, peu familier aux participants. Plusieurs questions ont d’ailleurs porté sur la réception de ces archives (« A qui s’adresse ce type d’enregistrement ? » ou encore « Qui est le client ? ») .

Nous avons rappelé, au-delà du caractère patrimonial de ces archives, leur importance en tant que source de la démonstration scientifique et le rôle de la phonothèque en tant que lieu de dépôt pour les chercheurs qui travaillent à partir d’enregistrements de terrain. Nous avons également expliqué l’intérêt de la mise à disposition de telles sources pour d’éventuelles réutilisations dans le cadre de nouvelles recherches. Enfin, nous avons signalé combien le grand public peut être intéressé par ce type de document, qu’il s’agisse d’artistes qui peuvent les utiliser pour des créations, des conservateurs de musées pour des expositions, de simples auditeurs qui vont s’intéresser au thème, au lieu, à la période ou à la communauté dont il est question.

La question « Qu’est-ce qu’on archive ? Y a-t-il des critères de sélection ? » a été posée. Comme dans toute archive, les phonothèques peuvent opérer des sélections dans les collections qui sont déposées. En particulier, les sources sonores déposées doivent être documentées et en lien avec un programme de recherche. Toutefois, lorsqu’un chercheur dépose son fonds, la totalité des sources sont conservées dans leur intégrité car elles constituent une preuve dans le processus de recherche et donc des éléments clés dans le processus l’évaluation par leurs pairs.

Les participants se sont également interrogés sur notre démarche en tant que phonothécaire : « Allons-nous à la rencontre du chercheur ? » Nous avons expliqué que si le chercheur est soucieux de conserver la source qui est à l’origine de sa recherche, il est néanmoins nécessaire de le sensibiliser aux démarches de traitement / valorisation pour en assurer l’accessibilité. Le dispositif mis en place par la phonothèque, qui prend en considération les questions juridiques et éthiques, correspond à son attente. Par exemple au CRESSON, l’outil Cartophonies qui géolocalise les enregistrements sonores, est apprécié des commanditaires de recherche qui demandent la mise en ligne des enregistrements sonores comme livrable de la recherche financée. Ainsi les chercheurs sont amenés à prendre en compte la durée de traitement de leurs archives dès le début de leur contrat de recherche.

Les participants se sont montrés très curieux des motivations pour le dépôt : « Quel intérêt pour le chercheur ? A qui cela sert-il ensuite ? » Aux chercheurs d’une même discipline ? Il s’avère que les données de la recherche ne sont pas cloisonnées par discipline et peuvent être réutilisées dans d’autres champs d’études. La réutilisation de ces archives est ouverte. Une réflexion collective est menée depuis plusieurs années à l’initiative de la phonothèque de la MMSH sur les questions juridiques et éthiques pour l’utilisation des données en sciences humaines et sociales. Ce travail est publié régulièrement sur le carnet « Questions d’éthique et de droit » : https://ethiquedroit.hypotheses.org.

Nous avons également eu une question sur les éléments de contexte: « Le chercheur doit-il fournir des informations en complément pour permettre une meilleure intelligibilité des archives ? » En réalité l’apport de ces éléments est assez inégal suivant les cas, d’où l’importance du dialogue avec le chercheur qui est primordial pour la contextualisation de l’archive. Au CRESSON, il est cependant difficile de remobiliser les chercheurs sur des archives sonores anciennes lorsqu’elles sont peu documentées.

Suite à cette première vague de questions, les participants ont été scindés en 3 petits groupes, afin de favoriser les échanges et de produire une carte mentale.

La restitution collective a permis de dégager les éléments récurrents dans l’analyse des différents groupes. La production sous forme graphique a permis d’identifier plusieurs axes d’analyse.

Carte mentale

Tout d’abord, les participants ont séparé les éléments de contexte, (type de projet, équipe de chercheurs, déposant…) des métadonnées descriptives propres à l’enregistrement (titre, auteurs, date, durée, langue…). Une question était de savoir si ces métadonnées sont prédéfinies par le chercheur ou bien élaborées par l’archiviste ? Pour le titre de l’enregistrement par exemple, au CRESSON il est défini par le chercheur, tandis que pour la MMSH il est élaboré au moment du traitement documentaire.

A propos du catalogage des archives se pose la question des normes et standards. Comme tout type de données, les données sonores respectent des standards internationaux. Le Guide des bonnes pratiques pour le traitement documentaire des archives sonores inédites spécifie comment on peut transposer les standards existants au son. Ce document de référence est le fruit de la collaboration entre plusieurs centres d’archives. A la phonothèque de la MMSH, les métadonnées peuvent être exposées en DC (Dublin Core), EDM (Europeana Data Model) et EAD (Encoded Archival Description).

A ensuite été abordée la question des formats et leur lisibilité. Le format de diffusion utilisé comme le format .mp3 a été distingué du format d’archivage utilisé comme le format .wav, avec la question de l’archivage pérenne encadré par le CINES.

Le contenant (ici le support) a également été distingué du contenu (de l’enregistrement), sachant que désormais on traite des enregistrements nativement numériques. Le stockage des données se fait désormais sur des serveurs stockés de manière interne et externe, grâce aux services proposés par Huma-Num.

Enfin, les participants se sont interrogés sur les questions juridiques et éthiques avec la question des données sensibles et du droit d’auteur. Il a également été question des contrats, qui sont de deux types : contrat enquêteur/informateur et contrat enquêteur/phonothèque. Nous avons ici précisé que la base de données de la phonothèque était déclarée à la CNIL.

Le sujet des archives sonores a fait des émules parmi nos participants. Certains détiennent dans leur laboratoire des fonds d’enregistrements sonores de chercheur et souhaiteraient les exploiter en passant par une reconnaissance documentaire qui suivraient les bonnes pratiques de traitement. Nous pourrions bientôt écouter de nouveaux témoignages de résistants ou encore des entretiens de sociologues spécialisés dans le monde contemporain et ce, grâce à cet atelier de sensibilisation.

En guise de synthèse, voici une carte mentale récapitulant les différentes étapes du traitement des archives sonores au CRESSON:

 Traitement_archives_Cresson

 

Consulter le Storify de notre intervention :

Crédits photographiques : Brain-storming des participants, le 30 septembre 2015, Sainte-Foy-lès-Lyon. Photographie d’Ariane Néroulidis pour l’image à la Une et de Gambette38 on twitter pour l’illustration . Pas de restrictions de droits.

L’équipe de la phonothèque aux Frédoc 2015 !

Tous les deux ans sont organisées les FRéDoc, des journées d’action nationale de formation Renatis (Réseau National des Professionnels de l’Information Scientifique et Technique, CNRS). Cette année elles se tiendront du  29 septembre au 2 octobre 2015 près de Lyon, au même moment que la conférence internationale de IASA (International association of sound and audiovisual archives) qui, elle, se tiendra à Paris, du 27 septembre au 1er octobre 2015 dont nous aurons l’occasion de reparler dans les carnets.

La thématique sélectionnée par les FRédoc cette année est un sujet porteur, bousculé par le numérique, celui du changement dans les métiers de l’information scientifique et technique présenté sous le titre « Mieux accompagner la recherche : réalités d’aujourd’hui et perspectives pour les fonctions d’IST ». Deux phonothèque ont été sollicités, celle du CRESSON et de la phonothèque de la MMSh, pour présenter les mutations perçues dans un métier où la veille d’information et l’adaptation aux nouvelles  technologies, doit être constante pour continuer à organiser les données recueillies. Il est d’ailleurs particulièrement intéressant de noter que les deux centre d’archives ont été créés par des chercheurs en sciences humaines et sociales à la même date, 1979. Depuis, le numérique a supplanté l’analogique, les bobines sonores, DAT, minidisc ou cassettes ont été copiés sur des cédés, des cédéroms, des disques durs puis des serveurs. Les archives sonores sont sorties de leurs boîtes où elles étaient bien rangées pour être écoutées en ligne, diffusées à travers différents outils. Les voix des anonymes, qui étaient loin d’imaginer que le monde pourrait les écouter, se font aujourd’hui entendre sur différentes plateforme. Les archivistes ont dû endosser la responsabilité des questions juridiques et éthiques de cette dissémination. La société civile a désormais accès aux données créés par le monde académique dont les données jusqu’ici étaient inaccessibles. L’équipe de la phonothèque de la MMSH avait d’ailleurs participé à l’organisation en 2009 des FRédoc à Fréjus sur la question du protocole OAI-PMH. La formation a été bénfique puisqu’aujourd’hui Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH est moissonnée par Europeana et Isidore. Soyons sûrs que cette 9ème édition sera tout aussi profitable. Les équipes du CRESSON (Françoise Acquier) et de la phonothèque de la MMSH (Ariane Néroulidis et Marine Soubrié) interviendront à la fois en conférence plénière et au cours d’un atelier pratique.

Résumé de la conférence plénière conjointe CRESSON / Phonothèque de la MMSH :  « Du dépôt au partage des archives sonores de la recherche, les évolutions du métier de phonothécaire »
L’accès aux données de la recherche est aujourd’hui au coeur des métiers de l’IST au CNRS. Depuis la fin des années 1970 deux laboratoires de recherche se préoccupent de l’archivage des données enregistrées sur le terrain : la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences et de l’Homme à Aix-en-Provence et le Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain à Grenoble. L’intervention a pour objectif présenter comment le métier de phonothécaire se redéfinit autour de nouvelles pratiques : la contextualisation des archives, l’exigence des formats des données, leur interopérabilité, leur archivage à long terme, leur éditorialisation sur des Carnets de la plateforme Hypothèses, la mise en oeuvre de guide de bonnes pratiques alliant éthique et droit. Les archives sonores participent ainsi pleinement de l’essor des “digitals humanities”.

Résumé de la présentation de l’atelier conjoint CRESSON / Phonothèque de la MMSH : « De l’écoute à l’archivage à long terme, méthodologie du traitement d’archives sonores »
Les stagiaires, mis en situation à partir de l’écoute de plusieurs enregistrements sonores, devront résoudre les questions méthodologiques rencontrées par le traitement et la diffusion de ce type de données : comment décrire une enquête de terrain ? Quels formats utiliser pour la conservation et la diffusion ? Peut-on mettre à disposition la totalité de l’enquête ? Comment valoriser ce contenu sur d’autres plateformes (Isidore, Calames, Europeana) ? Comment utiliser les services d’Human-Num ? Le contenu de l’atelier sera restitué par l’écriture collective d’un billet publié sur Les carnets de la phonothèque.

Programme des FRédoc 2015 (en cours)

Mardi 29 septembre : Introduction aux évolutions et besoins de la recherche
13h45-14h00 Allocution de bienvenue, comité d’organisation14h-14h30 Ouverture des journées, Renaud Fabre (DIST CNRS)
14h30-15h30 Quelles évolutions pour l’IST et ses métiers, Francis André (DIST CNRS)
15h30-16h : Pause
16h-17h30 Quels besoins pour les chercheurs de l’ESR (Enseignement Supérieur et la Recherche) ? Table ronde animée par Renaud Fabre (DIST-CNRS). Intervenants : Didier Torny (DAS INSHS), Benoît Pier (Chercheur et Corist INSIS), Caroline Muller (Doctorante en histoire, LARHRA)
17h30-18h15 L’élaboration de la prospective d’emploi au CNRS. Béatrice Simpson (OMES CNRS)

Mercredi 30 septembre : Nouveaux métiers, nouveaux concepts
9h-10h10 Mieux partager l’information scientifique : retours sur l’enquête sur les besoins d’IST des unités de recherche, réalisée auprès des DU du CNRS et sur l’enquête personnels IST, Francis André et Joanna Janik (DIST CNRS)
10h10-10h55 Hier : documentaliste en IST / demain : chargée d’enseignement en ligne pour la réalisation de Mooc : quel chemin parcouru ? Isabelle Rey (INRIA Grenoble)
10h55-11h10 : Pause
11h10-11h55 Intervention thème « Big Data » (titre à préciser), Jean-Michel Salaün (ENS Lyon)
11h55-12h40 Du dépôt au partage des archives sonores de la recherche, les évolutions du métier de phonothécaire, Françoise Acquier (CRESSON, Ecole d’architecture Grenoble), Ariane Néroulidis et Marine Soubrié (Phonothèque MMSH, Aix en Provence, MMSH)

Ateliers et table ronde 14h30-16h00 : 3 ateliers en parallèle
Atelier 1 : Comment mettre en place un MOOC? Quelles sont les étapes du projet ? Comment accompagner les scientifiques ? A vous de jouer… Isabelle Rey (INRIA Grenoble)
Atelier 2 : Produire, traiter, analyser, documenter : les bases de données d’enquête en SHS dans tous leurs états. Viviane Le Haye (Sociologue CNRS)
Atelier 3 : De l’écoute à l’archivage à long terme, méthodologie du traitement d’archives sonores. Françoise Acquier (CRESSON, Ecole d’architecture Grenoble), Ariane Néroulidis et Marine Soubrié (Phonothèque MMSH Aix en Provence)

16h30-17h30 Instances, organismes et processus de formation : Table ronde animée par Jean-Michel Salaün (ENS Lyon) Intervenants : Jean-Philippe Accart (EHL, Lausanne), Claire Denecker (URFIST Lyon), Paolo Laï (INIST), Michel Roland (URFIST Nice, BSN9), intervenant Enssib à préciser
17h30-18h30 Présentation de la synthèse sur l’accompagnement aux chercheurs dans le cadre d‘une réflexion commune inter-réseau. Caroline Martin (ISTREA), Huguette Rigot (Inalco)

Jeudi 1er octobre : Nouveaux métiers, nouveaux concepts
9h00-9h45 2010-2015 – 5 années pour changer l’INIST, par Raymond Bérard. Accompagnement au changement : l’immersion. Retour d’expérience, par Dominique Lechaudel (INIST CNRS)
10h00-10h45 Vers la gestion et le partage des données de la recherche : chercheurs et documentalistes scientifiques des évolutions parallèles. Thierry Beguiristain (LIEC), Marie-Christine Jacquemot (INIST-CNRS)
10h45-11h15 : Pause
11h15-12h00 Communication scientifique et community management dans un institut du CNRS (#CST & #CM @INC_CNRS), Jonathan Rangapanaiken (Institut de Chimie, CNRS) 12h00-12h45 Le pôle Edition Scientifique d’Inria : évolution et nouveau périmètre pour un professionnel de l’IST, Gaëlle Riverieux (INRIA Grenoble).

Ateliers et évènement social
14h00-15h30 : 3 ateliers en parallèle
Atelier 1 : Accompagnement CNRS et autres tutelles dans la communication : comment articuler son activité de professionnel de l’IST ?, Sébastien Buthion (CNRS, Délégation Régionale Rhône-Auvergne)
Atelier 2 : Accompagner les chercheurs : 5 tutoriels à votre disposition pour la rédaction d’un Plan de Gestions des Données dans le cadre d’Horizon 2020, Yvette Lafosse, Françoise Cosserat (INIST-CNRS)
Atelier 3 : Focus sur le lancement d’une épi-revue et l’accompagnement de l’équipe éditoriale, Gaëlle Riverieux (INRIA, Grenoble)
15h30 – 16h Temps de rencontre et d’échanges professionnels : Arrêt sur posters.

A partir de 16h30 : visite musée des Confluences Lyon.

Un appel à poster en direction des participants des journées a été lancé.

Crédits photographiques : Un changement de domicile / A change of domicile. Image Description from historic lecture booklet: « This is somewhat different from moving day of an American family, with a van piled high with household goods. In this instance change of homes is not so inconvenient  » 1915. Oregon State University (OSU) archives. Pas de restrictions de droit connues.

Les archives du Mucem, une source pour la recherche – Vendredi 17 octobre 2014 (MMSH)

Vendredi 17 octobre, de 10h00 à 16h30, aura lieu à la MMSH une journée d’étude sur le thème des archives du Mucem comme source pour la recherche (salle Paul-Albert Février).

affichemucem

Présentation de la journée d’étude par Claire Calogirou (Idemec),

Aurélie Goustan (Mucem) : Les archives historiques du MuCEM, présentation des sources documentaires du Centre de conservation et de ressources.

Laurent Sébastien Fournier (Université de Nantes, Idemec) : Un exemple d’utilisation des archives du MuCEM dans un programme de recherche sous contrat.

Jean-François Bert (Université de Lausanne) : Étudier les archives en ethnologie.

Véronique Ginouvès (MMSH) : Du terrain à l’archive numérique. Enjeux de la conservation et de la dissémination des archives de la recherche.

Crédits photographiques : MUCEM, Marseille 2013 par H4 g2 (CC BY-ND 2.0)

 

Les archives des ethnologues : pour quoi faire ?

Frédéric Dubois, Éric Jolly et Sophie Blanchy organisent le 3 octobre 2014 une journée d’étude à la Maison d’archéologie & d’ethnologie (MAE), Salle 308 F, 9h30-17h) sur le thème  « Les archives des ethnologues : pour quoi faire ? ». L’ambition de cette journée est double: d’une part, faire le point sur l’intérêt des archives des ethnologues et sur l’utilisation toujours croissante qui en est faite dans des domaines variés (histoire des sciences, partages de données, revisite de terrain…), et, d’autre part, réfléchir à l’évolution numérique des archives avec les divers acteurs concernés, de celui qui dépose ses documents à celui qui les traite ou les consulte. C’est aussi l’occasion de faire un bilan prospectif, avec et autour de Marie-Dominique Mouton, en lui demandant de retracer l’histoire des archives ethnographiques au LESC, qui ont commencé dans les années 1990 et qui ont été à l’origine d’un projet en cours Naissance de l’ethnologie française. Les premières missions ethnographiques en Afrique, dans le cadre du Labex Les passés dans le présent.

Programme

matinée
9h30

1. histoire des archives ethnographiques : pratiques et réflexion 

Modérateur : Gilles Tarabout (LESC) 

Sophie Blanchy (LESC) : Brève introduction
Marie-Dominique Mouton (LESC) : En guise de bilan : des archives d’ethnologues aux données des anthropologues, un tournant décisif
Marion Abélès (LAS) : Histoire des archives ethnographiques au LAS

2. revisite, restitution et réflexivité 

Modératrice : Maria Couroucli (EFA, LESC) 

Antoinette Molinié (LESC) : Les archives de l’ethnologue comme terrain de recherche
Marie Gautheron (ENS Lyon) Vivants objets : un exemple de remise en circulation des archives
Françoise Zonabend (LAS) : D’une archive à l’autre : compléments d’enquête

après-midi
13h45 

3. les chercheurs dans les archives 

Modératrice : Françoise Zonabend (LAS) 

Cécile Van Den Avenne (ENS Lyon) : De la description linguistique à l’enquête orale. Lire les archives pour comprendre la linguistique de terrain
Brice Gérard (Labex Hastec) : Historiciser l’épistémologie. Le statut des notes de terrain dans l’histoire de l’ethnomusicologie
Éric Jolly et Marianne Lemaire (IMAF) : Archives, histoire de l’ethnologie et écriture ethnographique

4. archiver la recherche 

Modératrice : Véronique Ginouvès (MMSH, Phonothèque) 

Frédéric Dubois et Olivier Herrenschmidt (LESC) : Déposer ses archives, archiver la recherche
Nicolas Prévôt (LESC-CREM) : Archiver et partager les données en ethnomusicologie : le patrimoine musical des Nanterriens sur la plateforme en ligne Telemeta

Conclusion 

Yann Potin (Archives nationales) : Des archives à double-fonds ? Transmission et conservation des documents produits et collectés par la recherche ethnologique : une perspective archivistique

La journée se terminera par un pot en l’honneur de Marie-Dominique Mouton, un hommage joyeux à sa curiosité scientifique et archivistique qui réussi à faire en sorte que chercheurs et ingénieurs en France et au niveau international, échangent et réalisent des projets autour des archives scientifiques.

Lieu et horaires : MAE, Salle 308 F, 9h30-17h

Pour des raisons logistiques, merci de signaler votre présence à catherine.beaumont<at>mae.u-paris10.fr

 

Crédits photographiques : Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, by Smithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, bySmithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, RU 371 – Smithsonian Institution, Office of Public Affairs, The Torch, 1955-1960, 1965-1988, Local number: SIA RU000371.(SIA2009-2059). Pas de restrictions de droit connues. L’image a déjà été utilisée sur le carnet pour présenter la journée d’étude sur les matériaux de terrain des ethnologues organisée par Marie-Dominique Mouton les 24 et 25 janvier 2013 : http://phonotheque.hypotheses.org/10200 

Mémoires des migrations et usages du numérique, 7 avril 2014, MMSH

Le projet de « L’atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée » soutenu par le GIS IPAPIC et par l’UMR TELEMME, dans le cadre de l’appel à projets de recherches 2013 Pratiques interculturelles dans les institutions patrimoniales du Ministère de la Culture, offre l’occasion d’approfondir nos connaissances sur les usages et les pratiques numériques. Il s’agit, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation du recours au numérique. Ce séminaire se propose de revenir sur les usages du numérique dans les projets de recherche liés aux mémoires migrantes à l’échelle de la MMSH.

Le séminaire a lieu à Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, salle Paul-Albert Février de 14h à 17h, le lundi 7 avril 2014.

Maryline Crivello, UMR TELEMME, CNRS-AMU : Introduction

Penser les mémoires des migrations

Stéphane Mourlane, UMR TELEMME, CNRS-AMU: Les mémoires de l’immigration, objet d’histoire

Le numérique et le champ des migrations

Sophie Gebeil, UMR TELEMME, CNRS-AMU : L’internet et le renouvellement des études migratoires

Véronique Ginouvès, Phonothèque de la MMSH, CNRS-AMU : Histoires de migrants : le fonds sonore de la phonothèque de la MMSH

Projets audiovisuels et numériques

Jacques Sapiéga, SATIS, CNRS-AMU : « Je me souviens… de la Méditerranée » (MP13, SATIS, TELEMME, CNRS-AMU)

Marie-Christine Hélias, INA-Méditerranée (Sous réserve): « Med-Mem, Mémoires méditerranéennes » (INA –Euromed-Heritage IV), la question des migrations

Migrants in a group on the MV TOSCANA at Trieste January 1954. Don privé au Musée national martime australien. Pas de restrictions de droits connues.

Les matériaux de terrain des ethnologues en Europe = Ethnographic archives workshop, Nanterre, MAE 24 & 25 janvier 2013

Quelles sont aujourd’hui les réalisations et réflexions menées dans les différents pays européens autour des matériaux de terrain d’ethnologue ? Les deux journées du 24 et 25 janvier voudraient tenter un état des lieux sur les thématiques suivantes : la politique de collecte ; les projets de numérisation, les réalisations en matière de structuration et documentation des données (métadonnées, normes et standards, archivage à long terme) ; la diffusion et la valorisation ; les usages scientifiques ou non scientifiques des archives (histoire de l’anthropologie, ré-analyse des données, revisite de terrain, artiste en résidence) ; les questions éthiques associées à ces différentes thématiques. Plus qu’un recensement de réalisations et projets divers ces journées voudraient être l’occasion de construire, à l’échelle du continent européen, un groupe de travail autour des questions d’archivage et de valorisation des matériaux de terrain des ethnologues.

Entrée libre sur inscription, contact : marie-dominique.mouton@mae.u-paris10.fr
Lieu : Maison René Ginouvès : http://www.mae.u-paris10.fr 

 

Les matériaux de terrain des ethnologues en Europe = Ethnographic archives workshop – Journées organisées par le Consortium Archives des ethnologues (TGIR Corpus),

 Jeudi 24 janvier : Salle du Conseil 4ème étage

10h-10h15

Présentation de la journée, par Gilles Tarabout et Marie-Dominique Mouton (LESC)

10h15-11h

Des archives aux données de la recherche : projets internationaux, par Francis André (DIST, CNRS)

11-11h45

Getting off the verandah: managing the archives of anthropologists and anthropology at LSE, par Sue Donnelly (London School of Economics and Political Science, Great Britain)

11h45-12h – Pause

12h-12h45

Les archives ethnologiques de Leo Frobenius : à la recherche de nouveaux usages, par Richard Kuba (Institut Frobenius, Frankfurt, Germany)

12h45-14h – Déjeuner

Salle 308 – 3ème étage

14h-14h45

Cartographier les archives de la recherche : les enjeux du catalogage pour le partage et la valorisation, par Véronique Ginouvès (Phonothèque de la MMSH), Marie-Dominique Mouton (Bibliothèque Eric-de-Dampierre, MAE, Nanterre)

14h45-15h30

KITLV Leiden = where the twain meet. Research and collections between east and west, par Reinder Storm (Royal Netherlands Institute of Southeast Asian and Caribbean Studies, Netherland)

15h30-15h45- Pause

15h45-16h3o

Le tournant immatériel du patrimoine : nature des données et expériences en Espagne et en Galice, par Anxo Fernández Ocampo (Université de Vigo, Spain)

16h30-17h15

« Consortium géographie : Images des géographes » : archiver des données cartographiques et photographiques, par Caroline Abela (Centre de documentation Regards, Bordeaux)

17h30 – Cocktail

 

Vendredi 25 janvier

Salle du conseil 4ème étage

9h30-10h Accueil – Café

10h-10h45

Archives ethnologiques et minorités nationales: quelques jalons, par Maria Couroucli (IFA, Greece)

10h45-11h30

Le pouvoir des archives : les ontologies numériques sont-elles un danger pour la recherche ? L’exemple d’ODSAS, par Laurent Dousset (CREDO, Marseille, France)

11h30-11h45 – Pause

11h45-12h30

Reflections on ethnographic archiving from UK, par David Zeitlyn (Département d’anthropologie, Université d’Oxford, Great Britain)

12h30-14h – Déjeuner

14h-16h

Round Table: About an European cooperation around anthropological records, animé par Stéphane Pouyllau (Directeur de Corpus IR) avec tous les intervenants.

 

Crédits photographiques : Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, by Smithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, bySmithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, RU 371 – Smithsonian Institution, Office of Public Affairs, The Torch, 1955-1960, 1965-1988, Local number: SIA RU000371.(SIA2009-2059). Pas de restrictions de droit connues.

Présentation d’un corpus sonore : Celles qui n’ont pas écrit

Adrienne Pagnette, and adolescent French illiterate, speaks almost no English, September 1911

Pour leur mise en lumière et analyse des récits de femmes de la région marseillaise de 1914 à 1945, publiées dans un ouvrage de 19951, Anne Roche et Marie-Claude Taranger se sont appuyées sur un ensemble d’enquêtes orales réalisées entre 1977 et 1992 dont les supports (cassettes audio) et les transcriptions ont fait l’objet d’un dépôt à la phonothèque de la MMSH respectivement en 2009 et en 19992. L’année 1983-1984, qui comprend une cinquantaine d’enquêtes soit la quasi-totalité des enregistrements réalisés cette année, est en cours de numérisation et de traitement (voir la liste des notices d’enquêtes). Nous présentons ici les grandes caractéristiques de ce corpus.

Fabrication du corpus

Les circonstances de constitution de ce corpus n’ont pas d’équivalent dans les fonds de la phonothèque : ces enregistrements s’inscrivent en effet dans le cadre d’un enseignement de Lettres Modernes à l’Université de Provence, que Marie-Claude Taranger et Anne Roche avaient axé, dans la lignée des travaux de Philippe Lejeune qui préface leur ouvrage, sur le récit autobiographique3. Pour les étudiants qui suivaient ce cours, l’examen consistait à mener une enquête orale auprès de l’informateur de leur choix. L’évaluation portait sur la méthodologie d’enquête, l’intérêt du témoin et du témoignage, et la qualité de la transcription. Pour cela, les étudiants devaient remettre aux enseignants un enregistrement de l’enquête (sur cassette) accompagné d’une transcription.

La vue du contexte de constitution permet ordinairement de comprendre le choix des informateurs. Dans le cadre d’une évaluation, il ne fait pas de doute que les étudiants ont parfois cherché à se distinguer par le choix d’un témoin prestigieux (figures militaires, de la résistance). La dynamique de ce corpus est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre étudiants-enquêteurs en quête de vedettes. Cette tendance, en mettant l’accent sur l’intérêt du témoin, menace dans certains cas l’intérêt de l’enquête. Par exemple, dans certaines d’entre elles l’informateur se contente de lire le récit déjà écrit (parfois publié comme dans cet entretien) de son parcours. Dans le choix des informateurs par les étudiants, l’aspect pratique apparaît également : les liens de parenté entre enquêteur et informateur sont fréquents. Ces liens ne sont toutefois pas systématiques et dans de nombreux cas le lien reste à identifier.

Bien que la méthode de chacun diffère (à chaque enquête correspond un enquêteur), les consignes des professeures donnent un axe général. Pour Roche et Taranger, le projet de départ est de « faire mener à leurs étudiants une série d’interviews sur le souvenir du Front Populaire dans le Midi » (les enregistrements de 1977 à 1979 le montrent), mais « la richesse du matériau recueilli a aussitôt modifié les buts des enquêteurs »4 : le récit des personnes interrogés se trouve être « plein d’informations variés que la seul rubrique  »souvenirs du Front populaire » »5 ne contient plus. Une fois la période relayée au second plan au profit du récit de vie, la méthode s’achemine vers sa forme finale : une « interview semi-directive, à consigne ouverte (« racontez votre vie depuis vos premiers souvenirs jusqu’à 1945 »), sans questionnaire fermé (contrairement aux enquêtes de type statistique), […] le but étant de créer une situation de parole dans laquelle les femmes (mais aussi les hommes) puissent donner leur version privée, personnelle, de la grande Histoire »6. Cependant, de la variété des informations recueillis et des informateurs peuvent ensuite émerger des ensembles cohérents comme le sous-corpus de l’année universitaire 1991-1992 référencé sous le titre « Appelés en Algérie ».

Nature du corpus

Les deux auteures caractérisent leur corpus par un découpage temporel : le témoignage peut débuter à la petite enfance (jusqu’à la guerre de 1914-1918 pour certain), mais doit s’arrêter en 1945. Un découpage géographique intervient également : le corpus est « centré sur des témoins habitant […] le midi de la France »7. Si la plupart des témoins sont originaires des Bouches-du-Rhônes, du Var et du Vaucluse, il s’agit parfois de retraités venant d’autres régions ainsi que des témoins d’origine étrangère : « Italiens ayant fui le fascisme ou la misère du Sud, Espagnols exilés de la guerre civile et du franquisme, Allemands ou Autrichiens, juifs ou non, ayant fui le nazisme »8. Roche et Taranger soulignent aussi la variété socio-professionnelle des informateurs et l’absence consciente de découpage de cet ordre.

Exemple d’une analyse par M.-C. Taranger d’après une enquête de N. Morel auprès de P. Pinguet (1990)

Le titre de l’ouvrage (Celles qui n’ont pas écrit), parce qu’il suggère un corpus composé exclusivement de témoignage de femmes, n’en exprime pas la véritable nature. En effet, la distinction des genres est une problématique propre à l’ouvrage, étrangère aux consignes fournies aux étudiants (ils étaient alors libres d’interroger un homme ou une femme). Ainsi, le corpus déposé à la phonothèque est mixte. Par ailleurs, si l’ouvrage s’appuie essentiellement sur des témoignages de femmes, les auteures font également usage de témoignages d’hommes, non seulement via les témoignages mixtes, mais aussi par leur emploi à titre de « contre-épreuve »9.

Au dépôt des cassettes s’ajoute celui des transcriptions et des analyses de contenu. Les résumés analytiques de Marie-Claude Taranger et Anne Roche, bien que destinés dans un premier temps à l’évaluation de l’enquête, manifestent déjà l’intérêt du chercheur. Ils témoignent de l’évolution de ce corpus, passé du statut d’archive « pédagogique » à celui de source scientifique lors de la publication de l’ouvrage.

Dans son compte-rendu de l’ouvrage de Roche et Taranger10, Sonia Branca-Rosoff regrettait l’absence des sources orales elles-mêmes, en rappelant que le toilettage que nécessitent la transcription empêche par exemple tout travail syntaxique sur ces discours.  L’accès à cette source orale est désormais possible sans concours de l’écrit.

Liste non-exhaustive de publications exploitant ce corpus

Anne Roche, « Popular Front in the South of France : memory and oral transmission », communication au colloque « 1936 », Université d’Essex, 1978, paru dans  Practices of literature and politics, Colchester, 1978.

Anne Roche, Marie-Claude Taranger, « Ne compte pas que tu vas boire l’huile de l’olivier que tu viens de planter » analyse de l’interview d’un militant communiste, dans « Mémoire du chantier de Port-de-Bouc », Technologies, idéologies et pratiques, 1980.

Anne Roche, « Deuil et mélancolie dans quelques autobiographies « nostalgériques » de l’après 1962″, Cahiers de sémiotiques textuelle, 4, 1985.

Marie-Claude Taranger, « Pouvoir dire le pouvoir », communication au 5e Colloque international d’histoire orale « El Poder a la Societat », Barcelone, 1995.

Anne Roche, « La perte et la parole. Témoignages oraux de pieds-noirs », dans J.-P. Rioux, La guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990.

Anne Roche, « Un défaut de vision. Les Arabes vus par des Pieds-noirs. Analyse d’entretiens », dans Mots, mars 1992, N°30, Images arabes en langue française, pp. 72-89. Lien permanent : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mots_0243-6450_1992_num_30_1_1681, consulté le 05 décembre 2012.

Crédits photographiques : Adrienne Pagnette, and adolescent French illiterate, speaks almost no English, September 1911. U.S. National Archives’ Local Identifier: 102-LH-2395 ; Photographe: Hine, Lewis ; Lien permanent : research.archives.gov/description/523447. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n’ont pas écrit. Récits de femmes dans la région marseillaise. 1914-1945, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, 238 p. (voir notice SUDOC) []
  2. Il existe quelques divergences entre le corpus déposé à la phonothèque et le corpus de l’ouvrage. L’index des enquêtes établi par Roche et Taranger et qui figure à la fin de l’ouvrage permet de constater que toutes les cassettes n’ont pu être déposées. A l’inverse, l’exercice demandé aux étudiants s’étant poursuivi alors que l’ouvrage était en cours de rédaction certaines enquêtes déposées ne sont pas indexées. []
  3. des recherches sont en cours auprès des archives de l’Université Aix Marseille pour déterminer avec plus de précision le contenu de ces enseignements []
  4. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n’ont pas écrit, op. cit., p. 10 []
  5. Ibid. p. 10 []
  6. Ibid. p. 11 []
  7. Ibid. p. 12 []
  8. Ibid. p. 12 []
  9. Ibid. p. 12 []
  10. Sonia Branca-Rosoff. Anne Roche, Marie-Claude Taranger – Celles qui n’ont pas écrit, Langage et société, 1995, vol. 73, n° 1, pp. 91-93. Lien permanent : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lsoc_0181-4095_1995_num_73_1_2712. Consulté le 03 décembre 2012. []

8 novembre 14h, MMSH (salle 101) : présentation de Calames

Les ateliers du numérique du LabexMed. Formation aux outils de la recherche en SHS : présentation de la plateforme Calames, le catalogue des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur et de la recherche par Jean-Marie Feurtet (ABES)

Calames est le catalogue des archives et des manuscrits des bibliothèques universitaires françaises, mais aussi de grands établissements nationaux (Institut de France, Muséum d’histoire naturelle,…) et de plusieurs bibliothèques de recherche. C’est un catalogue collectif aux fonctionnalités et aux contenus en pleine évolution, développé et mis en œuvre par l’ABES (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur) qui donne accès aux inventaires des archives et manuscrits de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. C’est également un ensemble de services, à destination notamment des  chercheurs et des professionnels de la documentation : dispositifs d’aides à la production d’instruments de recherche, outil de catalogage, liens avec les documents numériques, échanges d’annotations. L’intervention, en direction des chercheurs, montrera comment utiliser la plateforme pour repérer des archives scientifiques, les localiser, les citer mais aussi les annoter. 

Cadre de la formation : Ateliers du numériques du LabexMed

Présentation : Les Humanités Numériques –Digital Humanities – se sont structurées avec l’intensification des usages des technologies numériques à tous les niveaux de la recherche en sciences humaines et sociales. LabexMed a pour objectif de promouvoir les Digital Humanities et la diffusion de nouvelles pratiques collaboratives dans le domaine des SHS dans les pays de l’Europe et de la Méditerranée en favorisant une large appropriation des outils et des standards du numérique ;  de partager, de mettre en réseau et de rendre accessibles les ressources documentaires des laboratoires partenaires. Dans le cadre du pôle « Humanités numériques » de LabexMed et du pôle « Image, son et pratiques numériques en sciences humaines et sociales » de la MMSH, les Ateliers du Numérique vous proposeront tout au long de l’année un ensemble de formations courtes.

Date :  8 novembre 2012

Horaires : 14h – 16h

Lieu : MMSH – salle 101

Intervenant : Jean-Marie Feurtet, responsable de la plateforme Calames, ABES

Inscription : formulaire à remplir ici

 

Crédits photographiques : No. 40. Crew member preparing plant specimens for Smithsonian, off the east coast of Greenland, 1939 Local number: SIA2012-0660 Summary: SIA RU007231, Box 74, Folder 15. Taken during Greenland Expedition, 1936, under direction of Bob Bartlett, collecting materials for the Smithsonian. Repository: Smithsonian Institution Archives. Pas de restrictions de droit connues.