Archives du mot-clé archives scientifiques

8402698533_d05b4e7eb6_o

Mémoires des migrations et usages du numérique, 7 avril 2014, MMSH

Le projet de « L’atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée » soutenu par le GIS IPAPIC et par l’UMR TELEMME, dans le cadre de l’appel à projets de recherches 2013 Pratiques interculturelles dans les institutions patrimoniales du Ministère de la Culture, offre l’occasion d’approfondir nos connaissances sur les usages et les pratiques numériques. Il s’agit, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation du recours au numérique. Ce séminaire se propose de revenir sur les usages du numérique dans les projets de recherche liés aux mémoires migrantes à l’échelle de la MMSH.

Le séminaire a lieu à Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, salle Paul-Albert Février de 14h à 17h, le lundi 7 avril 2014.

Maryline Crivello, UMR TELEMME, CNRS-AMU : Introduction

Penser les mémoires des migrations

Stéphane Mourlane, UMR TELEMME, CNRS-AMU: Les mémoires de l’immigration, objet d’histoire

Le numérique et le champ des migrations

Sophie Gebeil, UMR TELEMME, CNRS-AMU : L’internet et le renouvellement des études migratoires

Véronique Ginouvès, Phonothèque de la MMSH, CNRS-AMU : Histoires de migrants : le fonds sonore de la phonothèque de la MMSH

Projets audiovisuels et numériques

Jacques Sapiéga, SATIS, CNRS-AMU : « Je me souviens… de la Méditerranée » (MP13, SATIS, TELEMME, CNRS-AMU)

Marie-Christine Hélias, INA-Méditerranée (Sous réserve): « Med-Mem, Mémoires méditerranéennes » (INA –Euromed-Heritage IV), la question des migrations

Migrants in a group on the MV TOSCANA at Trieste January 1954. Don privé au Musée national martime australien. Pas de restrictions de droits connues.

4405614807

Les matériaux de terrain des ethnologues en Europe = Ethnographic archives workshop, Nanterre, MAE 24 & 25 janvier 2013

Quelles sont aujourd’hui les réalisations et réflexions menées dans les différents pays européens autour des matériaux de terrain d’ethnologue ? Les deux journées du 24 et 25 janvier voudraient tenter un état des lieux sur les thématiques suivantes : la politique de collecte ; les projets de numérisation, les réalisations en matière de structuration et documentation des données (métadonnées, normes et standards, archivage à long terme) ; la diffusion et la valorisation ; les usages scientifiques ou non scientifiques des archives (histoire de l’anthropologie, ré-analyse des données, revisite de terrain, artiste en résidence) ; les questions éthiques associées à ces différentes thématiques. Plus qu’un recensement de réalisations et projets divers ces journées voudraient être l’occasion de construire, à l’échelle du continent européen, un groupe de travail autour des questions d’archivage et de valorisation des matériaux de terrain des ethnologues.

Entrée libre sur inscription, contact : marie-dominique.mouton@mae.u-paris10.fr
Lieu : Maison René Ginouvès : http://www.mae.u-paris10.fr 

 

Les matériaux de terrain des ethnologues en Europe = Ethnographic archives workshop – Journées organisées par le Consortium Archives des ethnologues (TGIR Corpus),

 Jeudi 24 janvier : Salle du Conseil 4ème étage

10h-10h15

Présentation de la journée, par Gilles Tarabout et Marie-Dominique Mouton (LESC)

10h15-11h

Des archives aux données de la recherche : projets internationaux, par Francis André (DIST, CNRS)

11-11h45

Getting off the verandah: managing the archives of anthropologists and anthropology at LSE, par Sue Donnelly (London School of Economics and Political Science, Great Britain)

11h45-12h – Pause

12h-12h45

Les archives ethnologiques de Leo Frobenius : à la recherche de nouveaux usages, par Richard Kuba (Institut Frobenius, Frankfurt, Germany)

12h45-14h – Déjeuner

Salle 308 – 3ème étage

14h-14h45

Cartographier les archives de la recherche : les enjeux du catalogage pour le partage et la valorisation, par Véronique Ginouvès (Phonothèque de la MMSH), Marie-Dominique Mouton (Bibliothèque Eric-de-Dampierre, MAE, Nanterre)

14h45-15h30

KITLV Leiden = where the twain meet. Research and collections between east and west, par Reinder Storm (Royal Netherlands Institute of Southeast Asian and Caribbean Studies, Netherland)

15h30-15h45- Pause

15h45-16h3o

Le tournant immatériel du patrimoine : nature des données et expériences en Espagne et en Galice, par Anxo Fernández Ocampo (Université de Vigo, Spain)

16h30-17h15

“Consortium géographie : Images des géographes” : archiver des données cartographiques et photographiques, par Caroline Abela (Centre de documentation Regards, Bordeaux)

17h30 – Cocktail

 

Vendredi 25 janvier

Salle du conseil 4ème étage

9h30-10h Accueil – Café

10h-10h45

Archives ethnologiques et minorités nationales: quelques jalons, par Maria Couroucli (IFA, Greece)

10h45-11h30

Le pouvoir des archives : les ontologies numériques sont-elles un danger pour la recherche ? L’exemple d’ODSAS, par Laurent Dousset (CREDO, Marseille, France)

11h30-11h45 – Pause

11h45-12h30

Reflections on ethnographic archiving from UK, par David Zeitlyn (Département d’anthropologie, Université d’Oxford, Great Britain)

12h30-14h – Déjeuner

14h-16h

Round Table: About an European cooperation around anthropological records, animé par Stéphane Pouyllau (Directeur de Corpus IR) avec tous les intervenants.

 

Crédits photographiques : Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, by Smithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, bySmithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, RU 371 – Smithsonian Institution, Office of Public Affairs, The Torch, 1955-1960, 1965-1988, Local number: SIA RU000371.(SIA2009-2059). Pas de restrictions de droit connues.

Présentation d’un corpus sonore : Celles qui n’ont pas écrit

Adrienne Pagnette, and adolescent French illiterate, speaks almost no English, September 1911

Pour leur mise en lumière et analyse des récits de femmes de la région marseillaise de 1914 à 1945, publiées dans un ouvrage de 19951, Anne Roche et Marie-Claude Taranger se sont appuyées sur un ensemble d’enquêtes orales réalisées entre 1977 et 1992 dont les supports (cassettes audio) et les transcriptions ont fait l’objet d’un dépôt à la phonothèque de la MMSH respectivement en 2009 et en 19992. L’année 1983-1984, qui comprend une cinquantaine d’enquêtes soit la quasi-totalité des enregistrements réalisés cette année, est en cours de numérisation et de traitement (voir la liste des notices d’enquêtes). Nous présentons ici les grandes caractéristiques de ce corpus.

Fabrication du corpus

Les circonstances de constitution de ce corpus n’ont pas d’équivalent dans les fonds de la phonothèque : ces enregistrements s’inscrivent en effet dans le cadre d’un enseignement de Lettres Modernes à l’Université de Provence, que Marie-Claude Taranger et Anne Roche avaient axé, dans la lignée des travaux de Philippe Lejeune qui préface leur ouvrage, sur le récit autobiographique3. Pour les étudiants qui suivaient ce cours, l’examen consistait à mener une enquête orale auprès de l’informateur de leur choix. L’évaluation portait sur la méthodologie d’enquête, l’intérêt du témoin et du témoignage, et la qualité de la transcription. Pour cela, les étudiants devaient remettre aux enseignants un enregistrement de l’enquête (sur cassette) accompagné d’une transcription.

La vue du contexte de constitution permet ordinairement de comprendre le choix des informateurs. Dans le cadre d’une évaluation, il ne fait pas de doute que les étudiants ont parfois cherché à se distinguer par le choix d’un témoin prestigieux (figures militaires, de la résistance). La dynamique de ce corpus est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre étudiants-enquêteurs en quête de vedettes. Cette tendance, en mettant l’accent sur l’intérêt du témoin, menace dans certains cas l’intérêt de l’enquête. Par exemple, dans certaines d’entre elles l’informateur se contente de lire le récit déjà écrit (parfois publié comme dans cet entretien) de son parcours. Dans le choix des informateurs par les étudiants, l’aspect pratique apparaît également : les liens de parenté entre enquêteur et informateur sont fréquents. Ces liens ne sont toutefois pas systématiques et dans de nombreux cas le lien reste à identifier.

Bien que la méthode de chacun diffère (à chaque enquête correspond un enquêteur), les consignes des professeures donnent un axe général. Pour Roche et Taranger, le projet de départ est de « faire mener à leurs étudiants une série d’interviews sur le souvenir du Front Populaire dans le Midi » (les enregistrements de 1977 à 1979 le montrent), mais « la richesse du matériau recueilli a aussitôt modifié les buts des enquêteurs »4 : le récit des personnes interrogés se trouve être « plein d’informations variés que la seul rubrique ”souvenirs du Front populaire” »5 ne contient plus. Une fois la période relayée au second plan au profit du récit de vie, la méthode s’achemine vers sa forme finale : une « interview semi-directive, à consigne ouverte (« racontez votre vie depuis vos premiers souvenirs jusqu’à 1945 »), sans questionnaire fermé (contrairement aux enquêtes de type statistique), […] le but étant de créer une situation de parole dans laquelle les femmes (mais aussi les hommes) puissent donner leur version privée, personnelle, de la grande Histoire »6. Cependant, de la variété des informations recueillis et des informateurs peuvent ensuite émerger des ensembles cohérents comme le sous-corpus de l’année universitaire 1991-1992 référencé sous le titre “Appelés en Algérie”.

Nature du corpus

Les deux auteures caractérisent leur corpus par un découpage temporel : le témoignage peut débuter à la petite enfance (jusqu’à la guerre de 1914-1918 pour certain), mais doit s’arrêter en 1945. Un découpage géographique intervient également : le corpus est « centré sur des témoins habitant […] le midi de la France »7. Si la plupart des témoins sont originaires des Bouches-du-Rhônes, du Var et du Vaucluse, il s’agit parfois de retraités venant d’autres régions ainsi que des témoins d’origine étrangère : « Italiens ayant fui le fascisme ou la misère du Sud, Espagnols exilés de la guerre civile et du franquisme, Allemands ou Autrichiens, juifs ou non, ayant fui le nazisme »8. Roche et Taranger soulignent aussi la variété socio-professionnelle des informateurs et l’absence consciente de découpage de cet ordre.

Exemple d’une analyse par M.-C. Taranger d’après une enquête de N. Morel auprès de P. Pinguet (1990)

Le titre de l’ouvrage (Celles qui n’ont pas écrit), parce qu’il suggère un corpus composé exclusivement de témoignage de femmes, n’en exprime pas la véritable nature. En effet, la distinction des genres est une problématique propre à l’ouvrage, étrangère aux consignes fournies aux étudiants (ils étaient alors libres d’interroger un homme ou une femme). Ainsi, le corpus déposé à la phonothèque est mixte. Par ailleurs, si l’ouvrage s’appuie essentiellement sur des témoignages de femmes, les auteures font également usage de témoignages d’hommes, non seulement via les témoignages mixtes, mais aussi par leur emploi à titre de « contre-épreuve »9.

Au dépôt des cassettes s’ajoute celui des transcriptions et des analyses de contenu. Les résumés analytiques de Marie-Claude Taranger et Anne Roche, bien que destinés dans un premier temps à l’évaluation de l’enquête, manifestent déjà l’intérêt du chercheur. Ils témoignent de l’évolution de ce corpus, passé du statut d’archive « pédagogique » à celui de source scientifique lors de la publication de l’ouvrage.

Dans son compte-rendu de l’ouvrage de Roche et Taranger10, Sonia Branca-Rosoff regrettait l’absence des sources orales elles-mêmes, en rappelant que le toilettage que nécessitent la transcription empêche par exemple tout travail syntaxique sur ces discours.  L’accès à cette source orale est désormais possible sans concours de l’écrit.

Liste non-exhaustive de publications exploitant ce corpus

Anne Roche, “Popular Front in the South of France : memory and oral transmission”, communication au colloque “1936″, Université d’Essex, 1978, paru dans  Practices of literature and politics, Colchester, 1978.

Anne Roche, Marie-Claude Taranger, “Ne compte pas que tu vas boire l’huile de l’olivier que tu viens de planter” analyse de l’interview d’un militant communiste, dans “Mémoire du chantier de Port-de-Bouc”, Technologies, idéologies et pratiques, 1980.

Anne Roche, “Deuil et mélancolie dans quelques autobiographies “nostalgériques” de l’après 1962″, Cahiers de sémiotiques textuelle, 4, 1985.

Marie-Claude Taranger, “Pouvoir dire le pouvoir”, communication au 5e Colloque international d’histoire orale “El Poder a la Societat”, Barcelone, 1995.

Anne Roche, “La perte et la parole. Témoignages oraux de pieds-noirs”, dans J.-P. Rioux, La guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990.

Anne Roche, “Un défaut de vision. Les Arabes vus par des Pieds-noirs. Analyse d’entretiens”, dans Mots, mars 1992, N°30, Images arabes en langue française, pp. 72-89. Lien permanent : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mots_0243-6450_1992_num_30_1_1681, consulté le 05 décembre 2012.

Crédits photographiques : Adrienne Pagnette, and adolescent French illiterate, speaks almost no English, September 1911. U.S. National Archives’ Local Identifier: 102-LH-2395 ; Photographe: Hine, Lewis ; Lien permanent : research.archives.gov/description/523447. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n’ont pas écrit. Récits de femmes dans la région marseillaise. 1914-1945, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, 238 p. (voir notice SUDOC) []
  2. Il existe quelques divergences entre le corpus déposé à la phonothèque et le corpus de l’ouvrage. L’index des enquêtes établi par Roche et Taranger et qui figure à la fin de l’ouvrage permet de constater que toutes les cassettes n’ont pu être déposées. A l’inverse, l’exercice demandé aux étudiants s’étant poursuivi alors que l’ouvrage était en cours de rédaction certaines enquêtes déposées ne sont pas indexées. []
  3. des recherches sont en cours auprès des archives de l’Université Aix Marseille pour déterminer avec plus de précision le contenu de ces enseignements []
  4. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n’ont pas écrit, op. cit., p. 10 []
  5. Ibid. p. 10 []
  6. Ibid. p. 11 []
  7. Ibid. p. 12 []
  8. Ibid. p. 12 []
  9. Ibid. p. 12 []
  10. Sonia Branca-Rosoff. Anne Roche, Marie-Claude Taranger – Celles qui n’ont pas écrit, Langage et société, 1995, vol. 73, n° 1, pp. 91-93. Lien permanent : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lsoc_0181-4095_1995_num_73_1_2712. Consulté le 03 décembre 2012. []

8 novembre 14h, MMSH (salle 101) : présentation de Calames

Les ateliers du numérique du LabexMed. Formation aux outils de la recherche en SHS : présentation de la plateforme Calames, le catalogue des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur et de la recherche par Jean-Marie Feurtet (ABES)

Calames est le catalogue des archives et des manuscrits des bibliothèques universitaires françaises, mais aussi de grands établissements nationaux (Institut de France, Muséum d’histoire naturelle,…) et de plusieurs bibliothèques de recherche. C’est un catalogue collectif aux fonctionnalités et aux contenus en pleine évolution, développé et mis en œuvre par l’ABES (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur) qui donne accès aux inventaires des archives et manuscrits de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. C’est également un ensemble de services, à destination notamment des  chercheurs et des professionnels de la documentation : dispositifs d’aides à la production d’instruments de recherche, outil de catalogage, liens avec les documents numériques, échanges d’annotations. L’intervention, en direction des chercheurs, montrera comment utiliser la plateforme pour repérer des archives scientifiques, les localiser, les citer mais aussi les annoter. 

Cadre de la formation : Ateliers du numériques du LabexMed

Présentation : Les Humanités Numériques –Digital Humanities – se sont structurées avec l’intensification des usages des technologies numériques à tous les niveaux de la recherche en sciences humaines et sociales. LabexMed a pour objectif de promouvoir les Digital Humanities et la diffusion de nouvelles pratiques collaboratives dans le domaine des SHS dans les pays de l’Europe et de la Méditerranée en favorisant une large appropriation des outils et des standards du numérique ;  de partager, de mettre en réseau et de rendre accessibles les ressources documentaires des laboratoires partenaires. Dans le cadre du pôle “Humanités numériques” de LabexMed et du pôle ”Image, son et pratiques numériques en sciences humaines et sociales” de la MMSH, les Ateliers du Numérique vous proposeront tout au long de l’année un ensemble de formations courtes.

Date :  8 novembre 2012

Horaires : 14h – 16h

Lieu : MMSH – salle 101

Intervenant : Jean-Marie Feurtet, responsable de la plateforme Calames, ABES

Inscription : formulaire à remplir ici

 

Crédits photographiques : No. 40. Crew member preparing plant specimens for Smithsonian, off the east coast of Greenland, 1939 Local number: SIA2012-0660 Summary: SIA RU007231, Box 74, Folder 15. Taken during Greenland Expedition, 1936, under direction of Bob Bartlett, collecting materials for the Smithsonian. Repository: Smithsonian Institution Archives. Pas de restrictions de droit connues.

« Retours d’expériences » en matière de centre de ressources numériques en SHS

Les 4 et 5 octobre 2012 se tiendront, à la MSH de Clermont-Ferrand, des journées d’études sur le thème : « Retours d’expériences » en matière de centre de ressources numériques en SHS dans le cadre du programme « Des lieux, des œuvres » (LIDO). Ce programme réunit plusieurs centres de recherches en sciences humaines de l’Université Blaise-Pascal au sein de la MSH de Clermont-Ferrand : le CERAMAC (géographie), le CHEC (histoire, archéologie et histoire de l’art), le CELIS (littérature), l’EHIC (Interactions culturelles), en partenariat avec la Bibliothèque numérique de Clermont-Université et le SUC (Service Université Culture) avec le soutien des collectivités territoriales. L’occasion est offerte à des chercheurs et à différents centres de ressources de présenter leurs expériences dans le traitement et la valorisation de corpus numériques en sciences humaines et sociales ; la phonothèque de la MMSH y a été invitée (présentation le jeudi 4 octobre à 14h)

Le programme complet sur Calendahttp://calenda.org/209238

Crédits photographiques : Caroline et son guide Paul avec en fond la pyramide du Puy Griou, Cantal, 19 juillet 1898, par Eugène Trutat. Plaque de verre, collection de la bibliothèque municipale de Toulouse, domaine public.

 

Hamilton hand-netting for macro-plankton from Aurora / by Frank Hurley

Coopération et échanges au sein de l’Ifpo

Hamilton hand-netting for macro-plankton from Aurora / by Frank Hurley

Comme promis précédemment, je reviens dans les Carnets de la phonothèque avec quelques extraits à vous présenter. Je voulais que ceux-ci aient une thématique commune, mon choix s’est porté sur la coopération au sein de l’Ifpo. Tout d’abord parce qu’il s’agit d’un thème central dans l’enquête que j’ai documenté en janvier 2012 : l’Ifpo se définit comme une structure permettant aux chercheurs partageant un même intérêt pour le Proche-Orient de collaborer entre eux, quelle que soit leur origine géographique. De plus, chaque participant à l’enquête aborde cette coopération à sa manière, selon le rôle qu’il a pu jouer au sein de l’institut. Ce thème est donc riche des perspectives variées selon lesquelles il est abordé. En effet, la relation de coopération ne concerne pas uniquement chercheurs locaux et expatriés, mais aussi les scientifiques de différentes spécialités, comme l’explique Pauline Piraud-Fournet lorsqu’elle évoque l’organisation du travail sur les sites archéologiques. Véritable centre culturel dans la région, la bibliothèque de l’institut à Damas a vocation à favoriser les échanges entre universitaires et intellectuels, nous dit Souheil Chebat.

Toutes ces formes de coopération sont abordées à travers les extraits ci-dessous. Bien sûr, les quelques quatre minutes d’enregistrement déposées ici ne suffisent pas à faire le tour de la question. Il s’agit plutôt de donner un aperçu de ce que vous pourriez entendre à la phonothèque à ce propos.

À l’écoute de ces extraits, on entrevoit déjà les enjeux qui traversent la notion de coopération pour un institut de recherche situé à l’étranger : comment assurer la continuité des travaux entrepris face au renouvellement fréquent des personnels ? Sous quelles conditions la coopération dans le cadre d’un projet scientifique peut être considérée comme satisfaisante ? Autant de questions sur lesquelles reviennent longuement les différents entretiens des membres de l’Ifpo.

Coopération et échanges au sein de l’Ifpo by benjatmmsh

Remarque

Le fichier audio présenté ici est un montage. J’ai sélectionné parmi les différents entretiens disponibles des passages qui m’ont paru pertinents par rapport au thème que je m’étais donné avant de les assembler. Il ne s’agit donc que d’un aperçu des témoignages que nous livre l’enquête sur les membres de l’Ifpo.

Crédits (dans l’ordre d’apparition)

  • Pauline Fournet : archéologue, architecte
  • Jean-Yves L’Hopital : directeur de l’Ifpo de 2005 à 2008 (0:39)
  • Souheil Chebat : professeur d’arabe (1:03 et 3:02)
  • Thibaud Fournet : archéologue, architecte  (1:52)

Crédits photographiques : State Library of New South Wales

De l’enquête de terrain à l’archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ?

Le TGE Adonis organise en 2011-2012 un séminaire sur “Le document sonore”. Dans ce cadre, des chercheurs et des experts, français ou étrangers, d’organismes de recherche, de grands établissements ou équipements, d’universités ou d’entreprises sont invités à présenter leurs travaux. Avec cette série de conférences, l’objectif est de crérer un lieu de réflexion et de confrontation des pratiques et des analyses afin d’établir, en liaison avec les grands programmes internationaux, un espace de questionnement sur les normes et les usages, de la conservation patrimoniale aux outils de traitement automatique. Le séminaire a la volonté d’accompagner la définition des nouveaux enjeux qui se dessinent autour des corpus sonores, de la collecte du matériel à la mise en ligne, de l’outillage aux exploitations. Jeudi 8 mars Véronique Ginouvès a choisi de présenter les travaux de la phonothèque de la MMSH dans un format interactif sous le titre De l’enquête de terrain à l’archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ?

Le numérique et l’internet ont bouleversé en profondeur les questions de l’accès et du traitement des données mais, plus encore, entraînent de nouveaux usages et comportements face à la recherche d’information et à son utilisation. Les chercheurs sont attentifs à la façon dont ils vont pouvoir accéder aux grands réservoirs de données, et à leurs propres recherches, tandis que la demande sociale et culturelle pour y accéder va sans cesse en s’amplifiant. Dès lors, ce type d’archive jusqu’ici resté confidentiel, s’est trouvé projeté sous les feux de la rampe du web de données. Les gestionnaires de fonds d’archives sonores ont dû en conséquence modifier leurs pratiques et développer des méthodologies d’accompagnement de dépôt des enquêtes enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales. Comment, et dans quel contexte, les centres de recherches sont-ils aujourd’hui amenés à donner accès à cette mémoire orale enregistrée ? Quel intérêt ont aujourd’hui les chercheurs en SHS à permettre l’écoute de leurs sources ? Quel encadrement juridique et éthique peut accompagner cette mise à disposition ? L’expérience de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme peut apporter des réponses à ces questions qui ouvrent un débat large et collectif auquel cette intervention voudrait prendre part.

Les conférences :

Jeudi 10 novembre 2011 : Michel Jacobson (Archives de France) – L’archivage de données numériques : Retours d’expérience sur des données orales

Jeudi 8 décembre 2011 : Pascal Cordereix (BNF) – Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ?

Jeudi 12 janvier 2012 : Joséphine Simonnot (CREM) – Présentation de TELEMETA, un outil de traitement des archives sonores de la recherche http://telemeta.org

Jeudi 9 février 2012 : Olivier Baude et Gabriel Bergounioux (Laboratoire Ligérien de Linguistique, Université d’Orléans) – Eslo, instrument de comparaison pour le recueil de données linguistiques

Jeudi 8 mars 2012 : Véronique Ginouvès (Phonothèque de la Maison méditerranéeenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence) – De l’enquête de terrain à l’archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ?

Jeudi 5 avril 2012 : John Coleman (British National Corpus, Oxford University) – Mining a Year of Speech

Jeudi 10 mai 2012 : Lou Burnard (Meet, TGE Adonis) – Encoder l’oral en TEI : démarches, avantages, défis…

 

Lieu : campus universitaire d’Orléans, 14h,  salle 274 de l’UFR Lettres

 

Crédits photographiques : Photograph of Sound Recording Equipment from the Division of Motion Pictures, February 27, 1941, U.S. National Archives’ Local Identifier: 64-NA-271-A. Pas de restrictions de copyright connues. Permalien : arcweb.archives.gov/arc/action/ExternalIdSearch?id=3493236

Art by accident # 11

Un mois avec ceux de l’Ifpo

Art by accident # 11Dans les « carnets de l’Ifpo », Véronique Ginouvès et François Siino publiaient en mai dernier un billet proposant un retour sur une première série d’entretiens effectués dans le cadre du projet « Archives scientifiques de l’Ifpo ». Bien que ce corpus se soit depuis enrichi de nouveaux enregistrements, on ne peut que constater la même inflexion à leur écoute : en effet, si la démarche initiale consistait à localiser les différentes archives de l’Ifpo, les témoignages recueillis apportent surtout des éclairages sur le fonctionnement et l’évolution de l’institut.

Voilà trois semaines que je suis à la phonothèque pour écouter et documenter ces entretiens dans le cadre d’un stage d’un mois. Comment fonctionne un Ifre (Institut français de recherche à l’étranger) ? Comment expatriés et locaux y coopèrent ? Quels problèmes peuvent poser les renouvellements de personnel dans la réalisation des projets scientifiques ? Tel est le type de questions auquel ces témoignages apportent des réponses passionnantes. Ajoutons à cela que les activités des différents centres de l’Ifpo s’effectuent souvent dans un contexte politique bien particulier. L’impact de la guerre du Liban sur les publications de l’institut ou le zèle avec lequel le régime syrien s’assure du bon déroulement des enquêtes de terrain d’un chercheur sont des exemples parmi d’autres illustrant comment l’histoire des pays du Proche-Orient peut affecter le travail des membres de l’Ifpo.

L’inflexion qu’a pu subir cette enquête n’a donc, à mes yeux, rien de dommageable, bien au contraire ! Je souhaiterais d’ailleurs sélectionner un des thèmes qui circulent à travers ces entretiens pour en proposer ici une présentation détaillée, avec extraits sonores à l’appui. Espérons que les quelques jours qui me restent y suffisent.

 

Crédits photographiques :
Art by accident #11. Photographie d’Eivind Lie Nitter publiée sous licence Creative Commons (sans utilisation commerciale).

Semaine du son entre Marseille et Aubagne du 23 au 29 janvier 2012

La 9ème édition de la Semaine du son débutera vendredi 20 janvier 2012. L’objectif de cet événement est de sensibiliser le grand public au sonore dans tous ses états. Cette année les sujets sont éclectiques : santé, nature, création, pédagogie, musique, sciences…et les façons d’entendre multiples de la conférence à l’atelier, en passant par la promenade sonore et le concert. Le programme complet est accessible sur le site de La semaine du son. Entre Aubagne et Marseille les archives sonores de la MMSH seront présentes. A la médiathèque Marcel Pagnol où le vendredi 27 janvier vous pourrez entendre des archives sonores qu’Olivier Féraud, ethnologue, a déposé à la phonothèque de la MMSH et qu’il avait enregistré dans le cadre de sa thèse Voies publiques. Environnement sonores représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples. A l’équitable café, vous pourrez écouter le jeudi 26 janvier à 19h30 une conférence sur L’oralité en Provence qui donnera à écouter des enquêtes issues de l’histoire de la collecte enregistrée en sciences humaines et sociales. Debrètz vòstres aurelhas !

Le site de la semaine du son : http://www.lasemaineduson-marseille-aubagne.org

Les archives audiovisuelles – nouveaux usages, nouveaux enjeux pour la recherche et l’éducation

Les 05 et 06 décembre à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, avenue de France à Paris, se tenait le colloque de l’Atelier de Sémiotique Audiovisuel-SHS (ANR-08-BLAN-0102-01) : Les archives audiovisuelles – nouveaux usages, nouveaux enjeux pour la recherche et l’éducation. Celui-ci voulait répondre à la question suivante : comment constituer, utiliser, adapter, valoriser, diffuser des archives audiovisuelles ?

La phonothèque de la MMSH y était invitée, lors de la deuxième journée, pour présenter le travail de conservation, d’indexation et de mise à disposition des collections sonores déposées.

Les différentes interventions du colloque ont été filmées et sont accessibles en ligne sur le carnet de recherche de l’Atelier de Sémiotique Audiovisuelle.

Nous aimerions signaler notamment les très belles interventions de Valérie Legrand-Galarza, (INaLCO-CERLOM, FMSH-ESCoM) et la présentation de son travail sur le “Portail PCIA – Patrimoine Culturel Immatériel Andin“, et l’exemple présenté par Aygün Eyyubova (FMSH-ESCoM) : “Portail audiovisuel pour l’enseignement et la recherche : l’exemple du Portail Audiovisuel de la Culture Azerbaïdjanaise “. Les deux jeunes femmes ont présenté par ce biais les résultats et l’état de leurs recherches en mettant à disposition des videos, de la musique, des entretiens de terrain, des photographies… Ces mises en ligne permettent, entre autres, la communication avec les témoins de ces enquêtes sur la documentation des matériaux quasiment en temps réel. Il faut saluer la volonté de ces chercheurs et des témoins qui désirent rendre accessible à tous leur matériaux de terrain, y compris par leur traduction en plusieurs langues (français, russe, italien, espagnol, quechua, turque).

Ce travail colossal se développe dans le milieu des jeunes chercheurs et entraîne une évolution certaine des concepts des matériaux de terrain et de leurs usages, mais aussi du statut d’auteur de ces mêmes matériaux et l’usage systématique de  contrat de cession de droits. Le témoin est ici partie prenante de la création d’une archive audiovisuelle, des modalités de sa mise à disposition et de la réflexion sur le sens qu’on peut lui donner.

Dans un autre registre, Elisabeth de Pablo (FMSH-ESCoM), a présenté de manière dynamique et passionnante le contenu de son cours “Les archives audiovisuelles dans l’enseignement : le cas de l’usage de vidéos dans l’enseignement en communication interculturelle à l’INaLCO” et détaillé le travail réalisé par les étudiants grâce aux recherches et réutilisations de videos glanées sur le Web. Ces nouveaux outils de communication sont revisités dans une perspective de professionnalisation de la recherche dans le respect des droits internationaux. Les différents niveaux de communications (blog, site, réseaux sociaux), leurs contraintes et leurs atouts sont étudiés, croisés, comparés. Il est à souhaiter que de tels enseignements se multiplient au sein des filières de formation.

Florence Descamps présentait les interventions de l’après-midi du 06 décembre et précisait que les réflexions sur la mise à disposition des documents multimédias dans le domaine de la recherche et auprès du grand public se multiplient mais que les exemples de leur usage d’un point de vue pédagogique sont particulièrement attendus. Nous rejoignons ce constat, persuadés que de tels enseignements ouvriraient sans nul doute de nouvelles perspectives.

Crédits photographiques :
Diablada, danse andine – Fête de la Vierge d’Urcupiña, Quillacollo, Bolivie. http://asashs.hypotheses.org/998 Photographie de Valérie Legrand-Galarza sous la licence Creative Commons (sans utilisation commerciale et sans modification).