Archives par mot-clé : archives scientifiques

Offre de stage à la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l’homme recrute un(e) stagiaire en gestion de l’information scientifique et technique.mer

Trois projets sont possibles, au choix pour le(a) candidat(e) en fonction de son profil et de ses intérêts :

– Numérisation, analyse et valorisation d’un fonds sonore réalisé dans les années 1960 par un ethnologue dans la région d’Alger et dans le Sud du Sahara : Le(a) stagiaire s’intéresse au multimédia et en particulier au document sonore. Il(elle) a des connaissances en anthropologie et sur les méthodes d’enquête de terrain. Il(elle) a été formé(e) sur les questions de traitement et d’analyse documentaire. En collaboration avec la responsable des archives sonores et en lien étroit avec le chercheur qui a enregistré les enquêtes, il (elle) numérisera, analysera et valorisera la collection sonore. A la fin de son stage, il (elle) produira un catalogue de l’ensemble des références saisies avec les différents index.

– Validation et valorisation  d’un portail sur le patrimoine oral utilisant le protocole OAI-PMH : Le(a) stagiaire s’intéresse aux questions de l’oralité et des archives sonores. Il (elle) a été formé(e) au protocole OAI-PMH et il connait le Dublin Core. Au sein d’un réseau d’archivistes du son et en collaboration étroite avec eux,  il (elle) stabilisera et valorisera le portail. La connaissances des problématiques liées à l’accessibilité et à la normalisation des sites web seront appréciées.

– Traitement et valorisation d’un fonds d’archives de chercheur : Le(a) stagiaire connait les règles pour la description des documents d’archives. Il  (elle) s’intéresse aux sciences humaines et sociales. En collaboration avec la responsable des archives sonores il élaborera un plan de classification, de cotation et classement des papiers, des films et des enquêtes de terrain d’un chercheur qui a travaillé sur l’anthropologie de la Provence. Il (elle) fera des propositions de valorisation du fonds d’archives.

Le(a) stagiaire mènera également une veille technologique sur le domaine des archives scientifiques et en particulier des archives sonores dans l’objectif de mettre à jour ses connaissances, mais aussi de diffuser de l’information au sein d’un réseau de professionnels des archives audiovisuelles.

Lieu du stage : phonothèque de la MMSH, Aix-en-Provence

Technologies mises en œuvre : Alexandrie 6.3 pour la base de données documentaire, plateforme PKP pour le portail du patrimoine oral,  Wavelab pour la numérisation des archives sonores.

Lieu : Maison méditeranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence.

Durée : 4 à 6 mois

Date de disponibilité : dès que possible.

Rémunération : indemnité de stage prévue conformément à la réglementation en vigueur.

Pour toute question complémentaire ou pour la transmission de votre candidature, veuillez écrire à Véronique Ginouvès (ginouves[@]mmsh.univ-aix[point]fr]

Crédit photographique : Véronique Ginouvès, Mer de Toscane avant l’orage, juin 2009.

Chercheurs vos papiers !

leo-ferre1Au cours de leur vie professionnelle, les chercheurs rassemblent et exploitent des sources de natures diverses et produisent leurs propres archives : tous ces papiers s’accumulent – et parfois se perdent – sans que leur exploitation puisse toujours être complète ni partagée de façon pérenne avec la communauté scientifique. Un programme de recherche s’est ouvert à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme qui s’intéresse aux Archives de terrain en Sciences humaines et sociales. Dans le cadre de ce programme, des formations seront proposées régulièrement aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants pour les aider à traiter et valoriser ces « papiers » quels qu’ils soient : textes, images ou sons.

Ces journées ont également pour but de faire connaître les plateformes techniques ainsi que les initiatives nationales et internationales ou les outils génériques susceptibles d’être utilisés par la communauté scientifique. Elles voudraient accompagner l’acquisition de nouvelles compétences pour pouvoir dialoguer avec les spécialistes de l’édition électronique, de la diffusion et de l’archivage de sources car de plus en plus, la mise en place de projets ou de programmes, demandent une technicité accrue en gestion documentaire, informatique et administrative. L’objectif est donc de s’approprier les outils pertinents, d’appréhender une chaîne de traitement des documents, de connaître les standards de la communauté scientifique internationale, afin d’apprendre à partager ses savoirs et à bénéficier de ceux des autres.

Une première journée de formation sera organisée le jeudi 26 novembre 2009 à la MMSH (salle Paul-Albert Février) sur la constitution d’un cahier des charges d’un chercheur pour la diffusion, l’archivage et la valorisation de ses sources.

À travers un cas concret – la mise en ligne des archives manuscrites éthiopiennes, animée par Anaïs Wion – nous voulons montrer les étapes nécessaires pour réaliser un espace de travail et de publication des corpus de plusieurs chercheurs. Le point commun de ces corpus est leur nature : il s’agit de documents d’archives d’époques très variées (du XIe au XX siècle) qui couvrent l’ensemble du territoire éthiopien.

Cette journée est destinée en priorité aux chercheurs qui doivent gérer des projets ou des corpus de sources numériques. L’entrée est libre, sur inscription.

Programme  :

9h30-10h30 – Intervention d’Anaïs Wion, chercheure au CEMAf (Centre d’Études des Mondes Africains) : De l’analyse des besoins à la valorisation : exploitation des archives manuscrites d’Éthiopie [médiévaux, modernes et contemporains].

10h30-11h30 – Intervention de Richard Walter, Responsable du Service éditorial et Publications électroniques, IRHT (Institut de recherche pour l’histoire des textes : Gérer un projet d’édition de sources : à l’interface entre recherche et informatique / entre chercheurs et ingénieurs…

11h30-12h30 – Confrontation d’expériences

14h-16h – Mise en pratique, en dialogue avec Richard Walter (IRHT) et Anaïs Wion (CEMAf) : Les différentes étapes pour la réalisation d’un projet d’édition de sources

Tous deux essaieront de répondre aux questions qui se sont présentées au cours de leur projet éditorial, comme par exemple :
–    Quels documents numériser ?
–    Que signifie la notion de « livrable » ?
–    Quels sont les us et coutumes d’un cahier des charges ?
–    Pourquoi et comment documenter les procédures de travail ?
–    Comment trouver l’équilibre entre précision et efficacité ?
–    Comment construire un dialogue entre chercheurs et éditeurs ?
–    Quels outils pour construire un dialogue entre les chercheurs ? (wiki, workshop, …)
–    Des désirs aux réalités… comment réussir à adapter son projet initial aux conditions possibles de sa réalisation ?
–    Comment indexer des documents textuels ?
–    Peut-on lier l’image du document, sa transcription et sa traduction ?
–    Quelle langue choisir pour une communauté de travail internationale ? (France, USA, Allemagne, Ethiopie)

16h-17h : échanges et bilan.

Entrée libre sur inscription par courriel auprès de Véronique Ginouvès : ginouves[at]mmsh[point]univ-aix[point]fr

Crédit photographique : Flickr de PiroTeK, Leo, licence CC.
Un pensée pour Léo Ferré qui a inspiré le titre de la série de séminaires à venir…

Poète vos papiers

Bipède volupteur de lyre
Epoux châtré de Polymnie
Vérolé de lune à confire
Grand-Duc bouillon des librairies
Maroufle à pendre à l’hexamètre
Voyou décliné chez les Grecs
Albatros à chaîne et à guêtres
Cigale qui claque du bec

Poète, vos papiers !
Poète, vos papiers !

J’ai bu du Waterman et j’ai bouffé Littré
Et je repousse du goulot de la syntaxe
A faire se pâmer les précieux à l’arrêt
La phrase m’a poussé au ventre comme un axe

J’ai fait un bail de trois six neuf aux adjectifs
Qui viennent se dorer le mou à ma lanterne
Et j’ai joué au casino les subjonctifs
La chemise à Claudel et les cons dits  » modernes  »

Syndiqué de la solitude
Museau qui dévore du couic
Sédentaire des longitudes
Phosphaté des dieux chair à flic
Colis en souffrance à la veine
Remords de la Légion d’honneur
Tumeur de la fonction urbaine
Don Quichotte du crève-cœur

Poète, vos papiers !
Poète, Papier !

Le dictionnaire et le porto à découvert
Je débourre des mots à longueur de pelure
J’ai des idées au frais de côté pour l’hiver
A rimer le bifteck avec les engelures

Cependant que Tzara enfourche le bidet
A l’auberge dada la crotte est littéraire
Le vers est libre enfin et la rime en congé
On va pouvoir poétiser le prolétaire

Spécialiste de la mistoufle
Emigrant qui pisse aux visas
Aventurier de la pantoufle
Sous la table du Nirvana
Meurt-de-faim qui plane à la Une
Ecrivain public des croquants
Anonyme qui s’entribune
A la barbe des continents

Poète, vos papiers !
Poète, documenti !

Littérature obscène inventée à la nuit
Onanisme torché au papier de Hollande
Il y a partouze à l’hémistiche mes amis
Et que m’importe alors Jean Genet que tu bandes

La poétique libérée c’est du bidon
Poète prends ton vers et fous-lui une trempe
Mets-lui les fers aux pieds et la rime au balcon
Et ta muse sera sapée comme une vamp

Citoyen qui sent de la tête
Papa gâteau de l’alphabet
Maquereau de la clarinette
Graine qui pousse des gibets
Châssis rouillé sous les démences
Corridor pourri de l’ennui
Hygiéniste de la romance
Rédempteur falot des lundis

Poète, vos papiers !
Poète, salti !

Que l’image soit rogue et l’épithète au poil
La césure sournoise certes mais correcte
Tu peux vêtir ta Muse ou la laisser à poil
L’important est ce que ton ventre lui injecte

Ses seins oblitérés par ton verbe arlequin
Gonfleront goulûment la voile aux devantures
Solidement gainée ta lyrique putain
Tu pourras la sortir dans la Littérature

Ventre affamé qui tend l’oreille
Maraudeur aux bras déployés
Pollen au rabais pour abeille
Tête de mort rasée de frais
Rampant de service aux étoiles
Pouacre qui fait dans le quatrain
Masturbé qui vide sa moelle
A la devanture du coin

Poète… circulez !
Circulez poète !
Circulez !

Mnemosyme frappe à la porte…

3110865740_084403e284

… et s’invite sur le tout nouveau blog de Goulven Le Brech, archiviste à l’Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris.

Un blog qui promet de nous informer sur la question des archives dans le monde du numérique. Le titre,  « En attendant Mnemosyme », est un rappel de la fille d’Ouranos et de Gaïa, qui présidait à la transmission, à la mémoire et donc aux archivistes, avant même que le panthéon des dieux grecs ne commence à s’organiser. Il faut que je pense à lui dédier un ex-voto si je scratche encore un disque dur (oups, je croise les doigts).

Crédit photographique : Ruth St. Denis photographie de Nickolas Muray (1923), New York Public Library http://www.flickr.com/photos/nypl/3110865740 – Pas de restrictions de diffusion connues.

Journée d’étude : Mémoires d’Algérie. La parole et l’image, quel sens pour l’histoire ?

alger

Plusieurs questions sur le patrimoine oral et audiovisuel seront abordées dans le cadre du prochain séminaire de l’ANR Imasud. Cette journée d’études se tiendra mercredi 10 juin 2009 de 9h30 à 17h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Salle Georges Duby).

alger2Maryline Crivello, porteuse du programme Imasud introduira les journées. Vous pourrez ensuite découvrir des  extraits d’un entretien filmé réalisé par Karima Dirèche (titre de l’intervention : Souvenirs et représentations d’un juif d’Oran. De quelle Algérie parle-t-on ?) puis des extraits d’une pièce de théâtre, écrite et interprétée par la troupe marseillaise « Théâtre et société », présentée par Chloé Rondeleux et Marie Favereau, en présence des acteurs  (titre de l’intervention : Du théâtre à l’histoire. La Révolution des Chibanis). L’après-midi, Dionigi Albera nous présentera des extraits de son documentaire sur « La vierge d’Oran et la mosquée d’Abraham » (titre de l’intervention : Au prisme du religieux. Le pèlerinage à la vierge d’Oran à Nîmes), Claude Bossion autour du projet « Mémoires partagées » visionnera des extraits de films amateurs et Véronique Ginouvès détaillera les collections de la Phonothèque de la MMSH sur l’Algérie (titre de l’intervention : Paroles d’Algériens. Les archives orales entre demande sociale et usages scientifiques) en présentant des extraits de récit de vie.

Crédits photographiques :

Boulevard de la République à Alger, 29 juin 1904, carte postale, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3363401530/

Rue Randon à Alger,prise de vue autour de 1920, L.V.S. Aqua Photo LV&C, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583233/

Ces images ont été utilisées dans l’exposition « Walls of Algiers : narratives of the City » du Musée Getty http://www.getty.edu/art/exhibitions/algiers/index.html

Pas de restriction de diffusion connue.

Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan

La base de données de la phonothèque dispose désormais d’un nouveau corpus sonore en juba-arabic. Ce pidgin (langue de communication utilisée entre deux ou plusieurs communautés ne parlant pas la même langue) qui emprunte ses origines à la langue arabe et auquel ont été injecté des éléments de dialectes sud soudanais, a peu à peu évolué vers une langue véhiculaire. Les 40 heures d’enregistrement (soit 57 enquêtes au total collectées sur deux ans : 1981 et 1984) qui ont servi à Catherine Miller à étudier le phénomène de l’arabisation dans le Sud Soudan devraient bientôt être accessibles en ligne sur Ganoub.

On trouvera dans ce corpus aussi bien des entretiens avec des témoignages thématiques que des enregistrements de musique à Juba ou encore des prêches faits à l’église de Juba . Mais la plupart des enquêtes sont des enregistrements réalisés au cours de procès dans les tribunaux coutumiers de Juba et Kator dans la Province d’Equatoria dans le sud Soudan (l’extrait du procès ici proposé traite du cas d’une femme dinka présentée au tribunal suite à une dispute sur la voie publique alors qu’elle était en état d’ébriété). Catherine Miller a délibérément choisi ces lieux d’enquête car son objectif était d’étudier l’évolution du juba-arabic et les enjeux de l’arabisation dans le contexte économique, politique, social et culturel du Sud Soudan à l’époque (années 80). Elle a donc enquêté des populations de milieux divers (villageois et citadins, hommes et femmes, jeunes et vieux, personnes éduquées et personnes peu éduquées) pour mieux comprendre les conflits linguistiques liés à l’opposition langue orale/langue écrite, langues vernaculaires/juba-arabic et anglais/arabe.

Continuer la lecture de Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan

A propos de l’indexation de corpus sonore en langue rare

Si le métier de phonothécaire est parfois méconnu, le rôle que joue ce spécialiste au sein de la communauté des professionnels de l’information et de la documentation, n’en est pas moins primordial : à une époque où les NTIC révolutionnent littéralement le travail des documentalistes, les archives sonores, jusque là peu valorisées, prennent tout leur sens dans un tel contexte de développement et de mutualisation des informations.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai décidé d’effectuer mon stage de Licence Professionnelle Information et Documentation [PDF] au sein de la phonothèque de la MMSH d’Aix en Provence. En effet, bien que les missions confiées au phonothécaire soient communes à tous les documentalistes, la spécialisation dans le domaine de l’audiovisuel constitue à mon sens, un enjeu de taille compte tenu de l’évolution rapide et constante du métier.

Le documentaliste audiovisuel [PDF] et notamment le phonothécaire, doit aujourd’hui être capable de gérer le passage d’un fonds manuel en fonds numérique, et c’est bien là que se situe son défi. La gestion de projet, qui suppose l’investissement croissant dans la production et le travail éditorial, la responsabilité de la diffusion en ligne et la gestion des droits, constitue l’essence même du métier.

C’est pourquoi le projet de stage que m’a proposé Véronique Ginouves m’a séduite : le fonds sonore en juba-arabic sur lequel je travaille actuellement, m’a ainsi permis d’appréhender efficacement les enjeux du métier. La démarche de réflexion qu’exige un tel travail s’articule autour de quatre axes principaux :

  • Travail d’inventaire des documents
  • Numérisation et archivage
  • Analyse documentaire
  • Valorisation du corpus (édition de catalogue et mise en ligne)

Plus concrètement, le projet de traitement et de valorisation du fonds sonore de Catherine Miller repose sur le dépôt à la phonothèque de ses enregistrements audio réalisés au cours de ses recherches en ethnolinguistique. Catherine Miller a enregistré sur deux années (1981 et 1984) cinquante-sept enquêtes au Sud Soudan. Dans cette région charnière entre le monde arabo-musulman et le monde africain, s’est développée à partir de la deuxième moitié du 19ème siècle, une variété d’arabe véhiculaire appelée juba-arabic. Ce phénomène, qui s’est répandu tout au long du 20ème siècle, a été particulièrement observé à Juba où ont été réalisées la plupart des enquêtes. A partir de ces matériaux, Catherine Miller a étudié l’expansion du juba arabic au détriment des langues vernaculaires du Sud Soudan et le lien avec la situation économique, culturelle, politique du pays à ce moment là.

Évidemment, travailler sur un corpus sonore dont on ne connaît pas la langue rajoute encore à la difficulté de traiter le fonds. Il s’agit donc d’entretenir avec le déposant des échanges réguliers au sujet de l’avancement du travail. Au départ, mon choix s’est porté sur le corpus de Catherine Miller car mon goût pour les langues étrangères rares et l’ethnologie m’y ont poussé. Et il convient de souligner que le corpus en question était non seulement numérisé mais aussi très bien documenté.

Pourtant, même avec des fonds numérisés au préalable, le traitement documentaire reste délicat. Car qui dit documentation dit interprétation, et rien n’est plus difficile qu’interpréter une langue inconnue. Il faut dès lors se concentrer sur le contenu en faisant sans cesse des liens entre les informations léguées par le chercheur et les informations récoltées au cours de l’analyse du fonds sonore (environnement sonore, intonations des voix, hésitations, silences, rires…)

Et bien que je ne parle pas le juba-arabic, je constate cependant avec satisfaction qu’au fur et mesure de la progression de mon traitement, j’acquiers des réflexes utiles et des connaissances précieuses en matière de documentation (méthode et organisation dans le travail, méthode d’archivage, utilisation de logiciel de SGBD, thésaurus).

Vive la phonothèque!

Aline Dang Van Sung

Crédits photographiques :

Fritzi Scheff demonstrating Magnavox for for Fith Liberty Loan in New York City, 1895. Photographie imprimée en noir et blanc. Gabriel Moulin, San Francisco, USA. Powerhouse Museum Collection. Permalien: http://www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=322920 . Pas de restriction de diffusion connue.

Soudanais de la tribu Gâlièh [1860-1920], photographie de 25 x 20,5 cm. Source Photographs and prints of Egypt and Syria. Stephen A. Schwarzman Building / Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs. Permalien: http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?88421. Pas de restriction de diffusion connue.

L’ethnologue et l’enquête de terrain enregistrée

Anges sur la place de la Comédie, Montpellier
Anges sur la place de la Comédie, Montpellier

Les interventions des journées organisées par l’association des archivistes français à Montpellier du 24 au 26 septembre dernier ont permis de prendre connaissance de nombreuses expériences de valorisation menées à partir d’archives sonores au sein de services d’archives communales et départementales. La matinée du vendredi portait sur la valorisation scientifique et, inévitablement, est apparue la nécessité de définir avec précision non seulement le témoin, mais aussi celui qui enquête, si on veut pouvoir revenir vers les entretiens enregistrés. Géographes, ethnologues, sociologues, historiens, archivistes, psychanalystes, militants… Les figures se sont succédées au cours de ces trois jours pour évoquer des entreprises autour de l’enquête enregistrée qui auraient pu, chacune, être racontée différemment en fonction des postures des enquêteurs. Christian Hottin a abordé celle de l’ethnologue en s’appuyant sur son expérience de chef de la mission ethnologie au ministère de la culture qu’il occupe depuis 2006. La réflexion était riche et il m’a semblé important d’essayer de restituer ses idées aux lecteurs de ce carnet qui s’intéressent à la constitution des archives sonores en ethnologie. En particulier parce que cette expérience s’inscrit en écho à la réflexion menée par Corinne Cassé de l’association Paroles Vives dans le texte qu’elle propose sur la mémoire arménienne des Bouches-du-Rhône et à l’histoire de la constitution du fonds sonores de la phonothèque de la MMSH.

Nota bene : Pour ne pas que la lecture de la synthèse de Christian Hottin ne soit troublée par celle de mes commentaires, j’ai choisi de les signaler en italique.

Christian Hottin constate tout d’abord que la mission de l’ethnologie elle-même, créée au début des années 1980, a généré très peu d’archives consultables. Cela ne faisait d’ailleurs pas partie de ses objectifs : elle se voulait plutôt un levier pour la production de la recherche en ethnologie et la conservation n’était pas inscrite dans ses problématiques. Elle y a certes réussi, lorsqu’on regarde la variété des titres de rapports de recherche qui ont été financés par la mission depuis sa création. La mission de l’ethnologie a eu une action importante dans le développement d’une « ethnologie de la France » alors que les anthropologues se tournaient presque uniquement vers les sociétés « exotiques ». Quoiqu’il en soit, cette absence d’accès aux archives des ethnologues est plutôt emblématique. Une partie des sources créées par ces appels d’offre sont aujourd’hui en ligne soit tout simplement en proposant le PDF du rapport soit en mettant en ligne des extraits audiovisuels de 118 films réalisés sur des financements de la mission. La mission a également créé PORTETHNO, un répertoire qui recense les recherches et les ressources en ethnologie de la France. Christian Hottin a rappelé aussi que de nombreux partenaires du ministère de la culture avaient pour charges, entre autres, la conservation des sources comme le MuCEM, ancien MNATP, le conservatoire ethnologique de Salagon ou l’écomusée de la Roudoule. Il a rappelé l’importance du plan national de numérisation et a renvoyé l’assemblée vers le portail du patrimoine numérique du ministère de la culture qui permet de repérer rapidement les projets de numérisation de documents sonores et audiovisuels.

 J’aurais voulu ajouter qu’il ne faut pas oublier que les archives sonores à la source de la rédaction de ces rapports d’étude de la mission ethnologie sont parfois conservées dans des institutions auxquels appartiennent, ou ont appartenu, les chercheurs enquêteurs. Par exemple, à la phonothèque de la MMSH, sont déposées plus de 350 heures issues des rapports de Jean-Luc Bonniol sur Les passés du Larzac (2001), de Pierre Laurence sur La mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte (1998), Nicole Coulomb sur les Jeux et jouets en Cévennes (1989) ou de Jean-Noël Pelen sur Le pays d’Arles (1987). Les enregistrements sonores peuvent ainsi être consultés en même temps que les rapports.

En consultant l’ouvrage d’Agnès Calu et Hervé Lemoine, un répertoire sur le patrimoine sonore et audiovisuel, Christian Hottin n’a trouvé que peu d’institutions qui gèrent des archives sonores. L’EHESS, le CNRS ou l’ENS détiennent quelques entretiens de l’histoire de leurs institutions mais rien n’est organisé. Il s’interroge donc : où se trouvent donc les archives issues de la pratique des chercheurs en ethnologie ? Pour analyser ce phénomène, il développe deux arguments. Le premier tiendrait dans la faiblesse de l’implantation de l’archivistique dans l’espace universitaire. Le chercheur français aurait un rapport à son institution très distancié. Il serait peu enclin à déposer car il n’existe pas de service d’archives digne de ce nom dans les laboratoires et les universités françaises. Pour preuve, il renvoie l’assemblée au réseau AURORE (voir sa liste de diffusion : aurore@ac-poitiers.fr) dont l’un des objectifs est de consolider la place des archives au sein des universités. Autre raison évoquée, la constitution volontariste d’entretiens destinés à l’histoire des établissements : les ethnologues s’intéressent peu à ce type de corpus le plus souvent organisés par des historiens.

Comme le souligne Christian Hottin au début de son intervention, les bases de données qui permettent d’accéder aux corpus sonores sont éparpillées et les fonds sonores sont mal cartographiés. Le travail mené par PORTETHNO ou celui de Patrimoine numérique, référencé par le portail européen Michael, est en ce sens essentiel. Cependant, repérer des fonds sonores à partir du seul ouvrage d’A. Calu et H. Lemoine revient à limiter sa recherche aux archives historiques et administratives. En effet, c’est sur ce domaine que le recensement s’est focalisé. L’ethnologie n’était pas au centre de l’enquête. La musique, en particulier, en a été exclue et, avec elle, une grande partie des grands corpus ethnomusicologiques. Et puis, à la différence des bases en ligne, l’ouvrage papier est déjà obsolète puisque l’enquête s’est terminée en 2003.

De façon plus structurelle, les documents sonores de la pratique ethnologique ne seraient pas abordés comme des archives mais relèveraient de la source personnelle. Christian Hottin renvoie, en exemple, à un numéro de Genèse reprenant un débat de 2005 entre Florence Descamps et Florence Weber (« Un débat entre Florence Descamps et Florence Weber, animé par Bertrand Müller », Genèses n° 62, mars, p. 93-109). Dans cet article apparait dans le débat entre l’historienne et l’ethnologue, une différence de statut des archives sonores ; en particulier, chez l’ethnologue où prime l’observation de la société et la prise de note qui va croiser les entretiens. L’historien aurait un objectif quantitatif lors de la réalisation de ses enquêtes, tandis que l’ethnologue n’a pas besoin de « faire nombre » : lorsque de nouveaux entretiens n’apportent plus rien à sa recherche il cesse d’enregistrer. Le statut du témoin, lui aussi, est différent dans les deux disciplines. En histoire, le témoin est de plus en plus valorisé, voire sacralisé, tandis qu’en ethnologie, la notion de témoin n’est pas essentielle ; l’exemple est celui de Florence Weber qui évoque le « témoin malgré lui ». Enfin il revient sur la place de l’observation pendant l’entretien et sur l’importance de la prise en compte du contexte pour l’ethnologue. Il vient tempérer cette remarque en citant Florence Descamps qui rappelle les recherches de nombreux historiens qui prennent en compte le contexte de leur enquête. Pour exemple les recherches de Marc Gillet qui, étudiant la mine au 19e siècle, a interrogé des mineurs qui ont travaillé durant les années 1950. La question de la patrimonialisation elle-même n’est pas envisagée de la même manière dans les deux disciplines. Pour terminer, C. Hottin a évoqué le problème de l’anonymisation, thème central chez Florence Weber. Pour elle, la relation avec le témoin est avant tout une relation de l’ordre de l’intimité : l’ethnologue est un confident discret qui ne peut dévoiler les informations personnelles. L’usage public qu’il réalisera de ces entretiens ne pourra se faire qu’au terme d’un processus d’anonymisation. Il donne comme exemple ultime celui de Bruno Latour qui, dans « La fabrique du droit », recrée des dialogues à partir de ses notes et anonymise ainsi les discours eux-mêmes.

C’est cette partie de l’intervention, particulièrement riche, qui a donné lieu à un débat avec les participants. Florence Descamps a signalé à cette occasion que Florence Weber avait, depuis, accepté l’idée que les historiens eux aussi pouvaient à la fois enregistrer et observer les témoins et la société. Il me semble que ces remarques sont ici l’écho du texte de Corinne Cassé présenté lors du même colloque. Elles sont incontestables, mais l’attitude de l’ethnologue évolue rapidement. A la phonothèque de la MMSH plus de 60% des dépôts émanent de chercheurs de cette discipline et chaque année de nouveaux enregistrements sonores d’ethnologues affluent à la phonothèque (environ 200 heures par an). En 2008, nous avons ainsi reçu les dépôts (nouveaux ou complémentaires) de Christian Bromberger et d’Annie-Hélène Dufour.

Pour conclure, Christian Hottin revient sur la nécessité d’avoir accès à l’ensemble des sources dans le contexte de la revisite des terrains. Dans cette nouvelle exploration d’un terrain par un nouveau chercheur, les entretiens sont alors réutilisés comme le ferait un historien. Il donne l’exemple de Gilles Laferté qui revisite actuellement les archives de Minot. Une nouvelle question se pose alors, au-delà de la place des archives orales en anthropologie, de la place de l’archive dans l’écriture.

Crédit photographiques : Véronique Ginouvès, CC

Deux journées sur les archives scientifiques des sciences de l’homme

Jeudi 18 et vendredi 19 septembre ont eu lieu deux journées sur les archives scientifiques des sciences de l’homme organisées sous le thème de la coopération. Plus de 80 personnes ont assisté aux conférences riches en réflexion et en partage d’expériences. Nous publierons les textes des interventions au fur et à mesure de leur réception sur le site du Pôle image, son, recherche en SHS. En attendant, voilà quelques images de ces deux journées fort studieuses mais très chaleureuses. Florence Descamps, co-organisatrice des journées, et l’équipe de la phonothèque en profitent pour remercier tous les participants et les intervenants.

Introduction aux journées par Brigitte Marin (TELEMME - MMSH) aux côté de François Gasnault (AD13)
Introduction aux journées par Brigitte Marin (TELEMME – MMSH) aux côté de François Gasnault (AD13)
La salle Paul-Albert Février, le 18 septembre 2008
Salle Paul-Albert Février – MMSH
Danielle Musset (Musée de Salagon), Corinne Cassé (association Paroles Vives) et Stéphanie Méchine (Archives de l'Université de Paris)
Danielle Musset (Musée de Salagon), Corinne Cassé (association Paroles Vives) et Stéphanie Méchine (Archives de l’Université de Paris)
Serge Wolikow (MSH Dijon) et Bertrand Müller (MSH Dijon)
Serge Wolikow (MSH Dijon) et Bertrand Müller (MSH Dijon)
Marie-Dominique Mouton (MAE) et Marion Abeles (Collège de France)
Marie-Dominique Mouton (MAE) et Marion Abeles (Collège de France)
Laurent Dousset (CREDO), Bertrand Müller (MSH Dijon) et Florence Descamps (EPHE)
Laurent Dousset (CREDO), Bertrand Müller (MSH Dijon) et Florence Descamps (EPHE)
Laurent Dousset (CREDO), Louise Pichard-Bertaux (MAP) et Barbara Bonazzi (Ecole française d'extrême orient)
Laurent Dousset (CREDO), Louise Pichard-Bertaux (MAP) et Barbara Bonazzi (Ecole française d’extrême orient)
Sonia Combes (BDIC), Pascal Cordereix (BnF), Florence Descamps (EPHE), Hélène Bracco
Sonia Combes (BDIC), Pascal Cordereix (BnF), Florence Descamps (EPHE), Hélène Bracco
Elizabeth Bellon (MAE), Fabienne Heulland et Blandine Nouvel (CCJ)
Véronique Blanc-Bijon (CCJ), Elizabeth Bellon (MAE) et Fabienne Heulland (CCJ)
Fabienne Heulland (CCJ) et Blandine Nouvel (CCJ)
Fabienne Heulland (CCJ) et Blandine Nouvel (CCJ)

Isnard-DescampsCyril Isnart (IDEMEC), Florence Descamps (EPHE) 

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès CC

Collecter, organiser, valoriser les archives de la recherche en sciences humaines et sociales : Quelles collaborations mettre en œuvre ?

Les 18 et 19 septembre 2008 se tiendront à la MMSH deux journées d’étude sur les archives de la recherche en sciences humaines et sociales. Ces journées sont organisées par Florence Descamps (EPHE) et Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH) et soutenues par l’unité de service et de recherche de la MMSH et le programme ARSHS.

Le programme est en ligne sur Calenda.

En guise d’illustration, pendant tout le mois de septembre, dans les locaux de la MMSH vous pourrez voir une exposition sur les archives dans le cadre de la recherche sous le titre « ARCHI Facile » réalisée par le secteur archives et la communication de la délégation Paris Michel-Ange au CNRS.

La journée introductive présentera un certain nombre d’initiatives concernant l’archivage, la publication, la valorisation ou le partage des données de la recherche en sciences humaines et sociales, et les collaborations qui peuvent être mises en œuvre pour les réaliser. Elle se terminera par une visite en fin d’après-midi de l’exposition: André Masson – Georges Duby, les ateliers d’Aix-en-Provence au centre aixois des archives départementales des Bouches-du-Rhône.

La seconde journée a pour objet les archives sonores et audiovisuelles. Elle s’inscrit directement dans le cadre du programme ARSHS, dans le cadre du réseau des maisons des sciences de l’homme La matinée présentera des exemples de ré écoute ou de mise à disposition de corpus sonores en SHS et l’après-midi sera consacrée à une table-ronde autour des outils collaboratifs mis en place pour le son.

N’hésitez pas à participer à ces journées ! Elles sont librement ouverte à tous sur une simple inscription par courriel à l’attention de Véronique Ginouvès <ginouves[arobase]mmsh.univ-aix.fr].

Crédits photographiques : “Supports“, par Pierre Monteil, licence Creative Commons (CC)

A propos des archives de terrain : entretien avec Christian Bromberger

Cet entretien, réalisé par Cyril Isnart, a été publié le 22 juin 2006 sur le site « Terrain et archives » hébergé alors par le Pôle image son de la MMSH1. Le site du Pôle a changé d’adresse en 2012 et la majorité des publications du site « Terrain et archives » ont été publiées dans un numéro spécial de la revue Atelier en 2008 sous le titre « L’ethnologue aux prises avec les archives », sous la direction d’Antoinette Molinié et Marie-Dominique Mouton. Pour éviter qu’il ne disparaisse puisque le site « Terrain et archives » sera définitivement fermé en octobre 2014, Les carnets de la phonothèque reproduisent aujourd’hui cet entretien avec Christian Bromberger. Il était suivi de la transcription d’un entretien avec Bernard Lortat-Jacob qui sera publié prochainement. Ce texte a été rétro-publié le 26 mars 2014.

Introduction à l’entretien

Les ethnologues récoltent des données dont la nature et le statut varient souvent selon les conditions d’enquête, la sensibilité de l’ethnologue ou les problématiques abordées. Les moyens techniques de la photographie, du croquis, de la prise de notes et de l’enregistrement sonore déplacent, chacun à leur manière, le regard de l’ethnologue pendant son expérience d’observation plus ou moins participante. Au moment de la restitution, les notes écrites, les images et les sons sont destinés à être lus, regardés, écoutés et traduits dans un montage qui rend compte d’une réalité culturelle précise.

Ces documents constituent ainsi des archives à part entière, intimement liées au chercheur qui les a produites, mais qui peuvent en même temps devenir des réels outils de comparaison et d’analyse pour d’autres. Si l’utilisation de notes manuscrites pour un travail inachevé est une pratique courante1, la comparaison de l’évolution historique d’un phénomène grâce à des archives ethnographiques ou le retour sur des terrains déjà explorés paraissent moins nombreux. Les rapports qui peuvent alors s’établir entre les chercheurs et les archives de terrain ne donnent plus seulement accès à « l’atelier de l’ethnographe », ils ouvrent en fait les voies à des usages différenciés d’un même matériau, du comparatisme à la revisitation.

Dans ce cadre de réflexion, le témoignage des ethnologues qui ont constitué leurs archives de manière volontaire (la plupart de fonds d’archives ont été constitués de manière fortuite et souvent longtemps après la disparition des chercheurs eux-mêmes) permet sans doute d’éclairer un aspect singulier de la construction du savoir anthropologique du XXe siècle. La variété des démarches d’enquête, la multiplicité des documents récoltés, les textes issus de ces travaux de terrain et les perspectives de ré-utilisation des archives illustrent tout à la fois les manières de faire de l’ethnographie, les parcours intellectuels des chercheurs et les usages renouvelés de leurs travaux. Les entretiens qui suivent éclairent cette ambivalence de l’enregistrement sonore, entre données récoltées pour comprendre une culture et témoignage unique issu d’un processus d’enquête. Bien que Christian Bromberger2 et Bernard Lortat-Jacob3 utilisent quotidiennement leurs notes, leurs enregistrements et leurs photographies de terrain, ils ont tenus à déposer une partie de leur fonds d’archives sonores à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, à Aix-en-Provence qui les tient désormais à disposition des chercheurs et du public. Revenant sur les pratiques ethnographiques qu’ils ont mis en œuvre pour récolter ces fonds, ces deux chercheurs insistent sur le rôle des archives de terrain dans l’économie de leur écriture et dans la dynamique de la recherche comparative. Ils soulignent par ailleurs que l’enregistrement sonore ne constitue pas le seul outil ethnographique, même s’il a acquis un statut particulier en ethnomusicologie par exemple. La photographie, l’observation, la prise de note et la vidéo complètent en effet la boîte à outils de l’ethnographe, dont les textes et les travaux ne peuvent être construits qu’en considérant plusieurs facettes d’un même fait social. Ces deux chercheurs évoquent également, mais entre les lignes, la part intime et personnelle du travail de terrain, en décrivant la position de l’ethnologue comme indissociablement liée à une pratique d’écoute et d’ouverture sensible à l’autre, condition indispensable d’une véritable ethnographie.

C. Bromberger aborde sa pratique d’ethnographe, qui est caractérisée par un usage modéré de l’enregistrement sonore. Il prône en effet une méthode d’enquête ethnographique privilégiant l’observation participante et les entretiens informels dans laquelle le magnétophone n’intervient pas systématiquement. C. Bromberger considère le magnétophone comme un outil pour constituer une trace matérielle de témoignages sur des textes fixes (contes, chansons, blagues), de la performance vocale et musicale, ou plus simplement pour servir d’aide-mémoire. Citant plusieurs exemples issus des enquêtes qu’il a menées en Iran, en France ou en Italie, C. Bromberger insiste sur la nécessité pour les chercheurs de déposer les différents matériaux qu’ils ont recueillis, dans le double but de constituer les archives des sociétés à tradition orale et d’offrir les matériaux d’investigations comparatives à d’autres chercheurs.

Bernard Lortat-Jacob évoque quant à lui une des premières enquêtes qu’il ait conduit seul, à la fin des années soixante, dans le Sud-Est de la France, à Tende dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes). Il revient sur le déroulement de cette courte enquête et sur sa formation à l’ethnomusicologie dans la période troublée de mai 68. Bernard Lortat-Jacob traite également des usages que l’ethnomusicologue et les enquêtés eux-mêmes peuvent développer autour des enregistrements. Si les documents sonores ne sont jamais qu’une part réduite d’un phénomène musical, complexe et pluriel, ils restent des traces emblématiques d’un interprète, d’une époque et d’une culture pour les uns, et des outils et données utiles pour les autres. Il évoque à ce propos plusieurs de ces terrains postérieurs à l’enquête de la Roya (Maroc, Sardaigne) où il a pu percevoir ces usages différenciés des archives sonores.

Entretien avec Christian Bromberger

Cyril Isnart : Dans vos enquêtes ethnographiques, quelle place tiennent le magnétophone et les enregistrements ?

Christian Bromberger : Je ne suis pas un fana du magnétophone, je préfère le carnet de notes. Ma conception de l’enquête ethnographique c’est la solitude malinowskienne avec un carnet de notes. Et un appareil photo, parce que j’aime beaucoup la photo. Mais en général je sors le magnétophone assez rarement, lorsque je connais les informateurs et qu’il n’est pas un élément perturbant pour eux, lorsque cela fait l’objet d’un accord avec eux. Je crois qu’aucune des sources n’est suffisante, à elle seule, pour faire de l’ethnologie. Les sources sonores sont un élément de la méthode ethnographique, mais c’est un élément parmi d’autres. Il y a tous les entretiens informels, l’observation, la photo.

Pour le football, il y a eu quelques entretiens enregistrés quand les circonstances s’y sont  prêtées : être avec un informateur à peu près en tête à tête, dans une situation où une certaine continuité dans la parole est possible. Dans le cas des chansons du Val Germanasca, c’est la performance vocale et la constitution d’archives qui m’intéressaient. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai confié ces bandes à la Phonothèque, à un organisme qui pourrait en assurer la conservation.

J’ai des tas de bandes qui sont fichues, qui sont des enregistrements que j’avais faits en Iran naguère. À ce moment, on ne disposait pas de moyens aussi sophistiqués d’enregistrement, donc aujourd’hui ces bandes sont hors d’usage et c’est bien dommage. Et là aussi c’était des chansons et  de la musique, autrement dit ce qui ne peut passer que par l’enregistrement.

Pour les entretiens, je n’ai jamais cherché à faire véritablement une étude linguistique, à  étudier les intonations, ou le style oral du témoignage. Ce qui m’intéressait le plus, c’était le contenu, ce que pouvaient me dire ces informateurs. Les expressions significatives aussi m’intéressent, mais je peux les noter sans recourir à l’enregistrement.

CI : Vous vous démarquez donc un peu de la mouvance des « ethnotextes » des années 1980 ?

CB : Pour moi, d’une part, la parole n’est pas l’essentiel de l’enquête ethnographique, je préfère l’observation et l’écoute situationnelle au témoignage produit sur demande par quelqu’un. Je préfère perdre du temps, rester à côté de gens, voir ce qui se passe, observer, suivre, partager des expériences. Il y a des moments où tout à coup quelqu’un se met à chanter, et à ce moment là je vais sortir mon magnétophone – j’ai toujours un magnétophone avec moi -. En Iran, le contexte est particulier, parce que le statut du magnétophone est inquiétant pour les gens. En France, les gens sont plus habitués à l’appareil et il n’y a pas le risque que leurs paroles soient écoutées par des autorités qu’ils pourraient redouter. Je fais donc un usage très modéré du magnétophone en Iran. Il m’arrive cependant de m’en servir comme d’ une mémoire lorsque l’entretien part soit sur des sujets très techniques, soit contient  des informations complexes que je n’aurais pas le temps de noter complètement (j’ai ainsi enregistré longuement un exorciste dont les informations étaient entremêlées), parfois aussi quand les informateurs s’expriment dans un niveau de langue très élevé, truffé d’arabismes, où des mots risquent de m’échapper.

Ma démarche n’a donc pas vraiment été le témoignage provoqué. Évidemment, il y a des textes fixés, comme les chansons, qu’il faut restituer telles qu’elles sont et dans le cadre de leur performance vocale. Mais les entretiens solennels, les témoignages provoqués, ça n’a pas été ma démarche.

L’entretien, y compris enregistré, c’est un genre qui a une dramaturgie propre. Ça commence assez légèrement, et puis tout à coup l’intensité monte, des choses importantes se disent et puis même parfois, quand on envisage la vie de quelqu’un, ça va jusqu’aux pleurs, à l’affect en effet, et puis ça retombe. À ce moment, on sent que c’est pas la peine d’aller plus loin. On arrête l’entretien, on coupe le magnétophone mais on continue à discuter et souvent, il y a beaucoup de choses intéressantes qui se disent après cette phase formelle, qui sont off si vous voulez. Et là il y a des choses qui resteront dans un carnet de notes et pas sur une bande magnétique.

Il y a peut-être, dans mon attitude, une méfiance à l’égard du discours. Le discours est produit par un individu, face à un autre individu. Il restitue un pan de son expérience, telle qu’il souhaiterait souvent qu’on la transmette. Je ne dis pas que les gens mentent, mais je sais bien que moi-même si j’ai à raconter ma biographie je ne raconterais pas des pans de mon expérience qui sont soit plus malheureux, soit qui me gênent. Il y a donc tout cet exercice de la pudeur dans l’entretien. La familiarité entraîne les confidences qui ne s’accommodent pas du magnétophone. Dans la famille iranienne dans laquelle j’enquête depuis des années, si on me fait des confidences, je ne vais pas sortir un magnétophone. Ce serait le meilleur moyen pour qu’il n’y en ait plus. Et les confidences sont intéressantes, non pas parce que ce sont des confidences, mais parce que ce sont des aspects de la vie familiale qui ne m’ont jamais été contés publiquement. Et d’ailleurs j’aurais de la gêne à les enregistrer. Lorsque j’écris à ce sujet, je change les noms, et s’il y a des choses qui me paraissent trop intimes, je fais en sorte que ça ne puisse jamais blesser directement quelqu’un. Sans travestir la réalité dans mes écrits, j’essaie de trouver des biais pour à la fois respecter la vérité et en même temps ne pas choquer de gens.

Il existe une variété particulière d’informateurs. Il y a des gens qui souhaitent être enregistrés et filmés. Il y a ce désir chez plusieurs supporters et en particulier chez un personnage qui m’avait beaucoup marqué pendant mon enquête. C’était un garçon que j’avais rencontré, avec sa compagne, dans un virage du stade, et qui manifestait avec une ardeur rare. J’avais pris contact avec lui et puis j’étais allé le voir avec ma femme et mon fils. Nous avions passé toute une soirée avec lui, ensuite je l’avais revu. Et après il m’est arrivé une histoire qui m’avait blessé et qui, en définitive, n’a pas eu le résultat que je redoutais. Un jour, un journaliste de télévision, qui me semblait honnête, était venu me voir et me demander si je connaissais tel ou tel supporter qui pourrait lui raconter des choses. Je ne lui ai pas donné l’adresse, et je lui ai dit : « Ecoutez, je veux bien vous indiquer un supporter, mais je souhaiterais y aller avec vous parce que je ne voudrais pas que ça le mette dans une situation embarrassante. » À vrai dire, j’en avais trop dit sur l’endroit où habitait cet homme et le journaliste, sans me prévenir, avait retrouvé l’adresse, avait filmé ce supporter et une semaine après je vois cela à la télévision. J’étais furieux. Comme c’était un homme qui avait la sensibilité à fleur de peau et qui disait des choses très fortes, j’avais peur qu’il ne passe pour ridicule auprès des autres supporters. Ce qui a été un peu  le cas, et cela m’a peiné. Mais pour lui, cela a été un moyen de reconnaissance extraordinaire. Et lorsque je l’ai revu, il m’a dit : « Vous m’avez fait la plus belle joie de ma vie !». J’étais un peu sidéré, parce que, à mon avis, cela aurait pu le gêner. Au contraire, tout à coup, il avait pu crever l’écran. Et si l’on refait l’histoire de cet homme qui voulait paraître et être entendu, c’est assez intéressant. C’était un garçon qui avait joué au football lui-même, qui avait été junior avec de grands joueurs qui étaient ensuite devenus internationaux. Mais il avait eu un problème au dos et il n’avait pas continué. Il avait fini dans une petite équipe de promotion d’honneur. Il exécutait alors cette sorte de rituel de rattrapage dans les gradins, où il était le plus visible. Ce passage à la télévision avait été pour lui un moyen de reconnaissance.

CI : Dans votre travail d’écriture, comment vous servez-vous de vos sources sonores ?

CB : Quand on travaille un texte, sur quoi se fonde-t-on ? Sur des enregistrements que l’on a dépouillés d’abord. Et là, on a déjà une première sélection dans le choix de la transcription, parce que l’on ne transcrit pas tout, puisque je ne suis pas à  la recherche de la structure du texte, mais plutôt d’un certain nombre d’informations. On travaille sur ces notes, sur des pans de sa mémoire, on travaille sur des photos, sur des passages de films, sur des sources écrites aussi. Donc on si on veut juger de la pertinence de ce que l’on écrit, je crois qu’il faudrait reprendre cet ensemble.

Et c’est vrai aussi que dans tout ce que l’on enregistre, tout ce que l’on note, il y a des tas de choses que l’on n’utilise pas, soit parce qu’elles ne sont pas pertinentes pour la problématique que l’on aborde, soit parce qu’elles sont redondantes, soit parce que l’on juge au moment où l’on écrit qu’elles n’ont pas d’intérêt. Au fond, dans un livre, un article, on utilise disons 10% de ce que l‘on a récolté. Par ailleurs, l’enregistrement sonore est sans doute plus facilement exploitable par autrui que des notes. J’écris souvent des fiches à partir de mes notes mais j’imagine assez mal des gens se penchant sur mes carnets. J’écris assez mal, je dessine comme un pied, mais je prends précisément les dimensions pour permettre à un autre plus habile de faire des dessins convenables. Et puis, il y a des choses que l’on écrit en abrégé, on a toujours peur, dans certaines conditions d’enquête, que les carnets soient confisqués. Donc le carnet lui-même ne donnerait pas toutes les informations, à moins de connaître le code des abréviations.

CI : Dans ce cadre très particulier de la pratique ethnographique, où les types de sources se croisent et où l’enregistrement n’a pas l’exclusive qu’il peut avoir pour les dialectologues ou les ethnomusicologues, quel est le sens de l’acte du dépôt de vos propres archives ?

CB : En ce qui concerne les chansons, même si les enregistrements n’étaient pas de bonne qualité, je me disais que j’étais là devant des témoins assez extraordinaires d’une tradition orale de chant. Moi je n’avais jamais rencontré ça avec une telle intensité. Vous savez, souvent je ne choisis pas mes sujets en fonction de mes marottes, je choisis en fonction de ce que le terrain semble me dire. C’est peut-être très naïf. Mais là, je suis arrivé dans une société dans laquelle les gens chantaient et avaient une remarquable passion pour la chanson. Et puis d’autre part, ces gens, je pense surtout à Emmanuel Barrus et Aldo Richard, avaient des cahiers de chansons tout à fait remarquables. Emmanuel Barrus devait avoir 80 ans quand je l’ai connu, Aldo Richard un petit peu plus. Je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas eu d’enregistrements. Certes, il y avait une activité de musicologues et de chœurs locaux qui reprenaient ces chansons. Donc je me suis dit : « Il faut le faire ».

Pourquoi garde-t-on des archives ? On les garde et on les dépose à la fois comme moyen d’enquête pour d’autres, et aussi parce que c’est quand même un des devoirs de l’ethnologue que de constituer des archives pour les sociétés qui ne les ont pas constituées elles-mêmes et qui, un jour sans doute, souhaiteront les consulter ou les mettre en valeur. C’est pour moi un moyen de restitution de documents bruts.

L’ethnologie est cette discipline très particulière qui créé ses propres documents de travail, contrairement à l’histoire ; on est, dans une interaction avec des gens, créateurs de nos sources. Il y a donc l’aspect patrimonial, la volonté de constituer des archives, le souci de restitution et celui de laisser des documents pour d’autres spécialistes, et notamment pour le Val Germasca, des spécialistes  d’ethnomusicologie.

CI : Vous avez dit que vous n’étiez pas spécialiste de musique, mais vous avez également collecté de la musique en Iran. Comment ce champ est-il entré dans vos préoccupations d’ethnographe ?

CB : Eh bien ! lorsqu’on fait du terrain, soit on se dit je travaille sur la parenté dans telle ou telle région et je suis un parentaliste convaincu ou sur telle technique, et je suis un technologue convaincu. Moi, ma vision du terrain n’est pas celle-là. Bien sûr j’ai des problématiques, des objets de prédilection, mais je crois que l’ethnologue doit demeurer disponible et se laisser guider par des injonctions sensibles venues du terrain. Si, comme ce fut le cas, se déroule le rituel de ‘âshurâ’, alors que vous êtes en train de travailler à établir des cartes ethnographiques dans le nord de l’Iran, vous allez observer ce rituel et enregistrer les cantiques qu’entonnent les fidèles. Sur le plan de la conduite rationnelle d’une enquête, ce n’est peut-être pas le mieux, mais c’est peut-être vis-à-vis de la connaissance du terrain ce qu’il faut faire à ce moment-là. Si quelqu’un tout à coup lors d’une fête se met à chanter, et si tout à coup lors d’un mariage, il y a également musique, chant et danse, il est bien évident que je vais m’y intéresser et enregistrer. Et puis, pour l’Iran, il m’est arrivé de demander deux ou trois fois que l’on me chante des chansons. Il y a notamment un chanteur populaire du Gilân qui a chanté des choses qui m’intéressaient beaucoup sur la vie agricole, etc. J’ai demandé à un bon amateur de chanter ces chansons et je les ai enregistrées parce que je n’en avais pas les textes. Ce sont très souvent des textes en gilaki qui ne sont pas publiés.

CI : Après vos enquêtes, pour analyser vos données, avez-vous utilisé des outils de classification de la littérature orale ?

CB : J’ai enregistré au fond peu de contes, même si ce genre m’a intéressé. Et les problèmes de classification ne m’ont pas vraiment intéressé à vrai dire. Je n’ai pas réuni un corpus suffisant pour débuter une étude classificatoire. Les contes que j’ai enregistrés sont d’ailleurs des contes que les gens m’ont spontanément présentés à des moments où l’on parlait de l’identité de la région. Par exemple, un ami me dit : « Mais tu sais il y a un conte qui s’appelle « Baghâle ghâtogh ». Le baghâle ghâtogh, c’est un plat emblématique du Gilân. Le conte était, en effet, tout à fait intéressant parce que c’était une représentation de l’image de la région ; il campait un petit personnage qui arrivait à déjouer un géant.

En revanche, j’avais essayé d’adopter cette perspective classificatoire pour les chansons du Val Germanasca. J’étais allé voir Georges Delarue pour qu’il me donne son point de vue sur mon corpus. Il y avait des choses qui l’avaient beaucoup intéressé. Je m’étais aussi servi de Conrad Laforte, que Georges Delarue n’appréciait pas. Le geste premier, lorsqu’on a recueilli un corpus de textes, c’est d’aller voir dans les grands outils. Pour les contes, j’ai surtout enregistré des contes facétieux qui sont beaucoup plus nombreux dans la tradition orale et les problèmes de classification sont beaucoup plus labiles. Les contes facétieux n’ont pas fait l’objet de la même attention que les contes merveilleux.

CI : Pendant vos enquêtes, existe-t-il des cas où les enregistrements ont été contraints par la situation ?

CB : Lors de mes dernières enquêtes, c’était une situation d’enquête que je n’aime pas trop au fond. C’est une enquête que j’ai menée, dans le cadre de mon travail sur la pilosité, sur les malades qui subissent des traitements chimiothérapeutiques. Je menais mes entretiens dans un bureau de l’hôpital Paoli-Calmettes (Marseille). On m’avait dit, il y a des patients qui vont venir vous voir et je les ai interviewés donc dans un bureau mis à ma disposition. La situation d’enquête était plutôt du genre « rendez-vous médical », même si ce n’était pas du tout le cas et que je m’empressais de le dire. L’équipe médicale les avaient bien sûr prévenus de la nature de ma démarche. Et là j’ai immédiatement branché le magnétophone avec leur accord en sachant que ces entretiens seraient uniques. C’était dans un contexte tel que j’ai préféré enregistrer. C’était programmé : il y avait des gens qui venaient à 3 h, d’autres à 4 h. Ce n’est pas du tout le genre d’enquêtes auquel je suis habitué. Mais dans cette situation, je sentais que je ne pouvais pas aller parler 7-8 fois à des gens de leurs cheveux pendant leur traitement chimiothérapeutique. En même temps pour eux c’était important, mais un peu dérisoire par rapport à la maladie qu’ils affrontaient.

Actuellement en Iran, j’utilise très peu le magnéto, car j’y reste longtemps et ce qui m’intéresse plus c’est l’intimité, pas au sens trivial, mais ce que ressentent les gens, ce qu’ils vivent à l’intérieur de leur famille. Ça ne se prête pas tellement au magnétophone. Pour le football, le film m’a servi beaucoup plus que le magnéto, parce qu’il fallait fixer des émotions, des expressions, des comportements et puis les gens je les connaissais, je pouvais discuter avec eux, les revoir.

CI : Quels seraient les projets que vous pensez envisageables à partir de vos dépôts à la phonothèque ?

CB : Je n’ai pas d’idée particulière. Je souhaite simplement que cela puisse rester comme des archives disponibles. Si ça peut un jour servir de matériel comparatif, j’en serai très heureux, parce que les chansons déposées sont très intéressantes. Mon hypothèse c’était que ces chansons n’étaient pas des chansons d’identité, il s’agissait de chansons venues de partout. J’ai retrouvé ça en effet à travers les catalogues et les répertoires publiés. Il y a là un bon matériel pour étudier les problèmes de la variation textuelle mais aussi de la performance vocale, dans l’espace mais aussi dans le temps. Les informateurs qui, dans les années 80,  avaient 80 ans, chantaient des chansons apprises dans leur jeunesse, dans les années 1920. Comment a été travaillée cette tradition orale jusqu’à aujourd’hui ? Tradition orale dans une certaine mesure d’ailleurs, puisqu’ils avaient des cahiers de chansons. Derrière l’oral, il y avait l’écrit.

Je pense en définitive qu’il est utile de déposer ses livres et ses articles, il est également utile de déposer des chansons enregistrées, des textes ou des entretiens, c’est un élément parmi d’autres du travail de l’ethnologue. Je crois qu’il faut qu’on apprenne à déposer nos archives. Pour le moment, le dépôt de mes archives photographiques me préoccupe beaucoup, elles comptent beaucoup pour moi. Et je ne sais pas si ce partage entre iconothèque, audiothèque, vidéothèque, bibliothèque est bon, parce que les documents d’un ethnologue forment un tout. Lorsque j’écris quelque chose, je suis à l’écoute, je relis mes notes, je regarde des photos, des morceaux de film, j’interroge aussi ma mémoire…

Bibliographie

Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2001.

« Les chansons « populaires » dans une vallée vaudoise du Piémont (le Val Germanasca) : chansons de migrations et migrations de chansons », La Beidana. Storia e cultura delle valli Valdesi, n°6, 1987 (pp. 11-32); republié dans Migrazioni attraverso le Alpi occidentali, Torino, Regione Piemonte, 1988 (pp. 263-294) et dans Gens du Val Germanasca. Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise, Aix et Grenoble, Publications de l’Université de Provence et Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie (pp. 217-242), 1994.

« Les blagues ethniques dans le nord de l’Iran. Sens et fonction d’un corpus de récits facétieux », Cahiers de littérature orale, n°20, 1986 (pp. 73-101).

Cite this article / Citer ce billet : Isnart, Cyril, « A propos des archives de terrain : entretien avec Christian Bromberger » in Les carnets de la phonothèque, 22 juin 2006, https://phonotheque.hypotheses.org/12590.

Crédits photographiques : LSE student conducting interview in the East End, 1946. Fieldwork carried out Feb-March 1946 by some 100 LSE students under the supervision of Professor Tibor Barna. Pas de restriction de droits connues.

  1. L’URL était la suivante : http://lodel.imageson.org/terrainarchive/document164.html []