Archives pour l'étiquette archives sonores

Qui est qui ?

Déposé en 2009, aux Archives départementales du Tarn, le fonds Témoignages oraux d’anciens mineurs de charbon du Tarn, collecté par le Musée-mine de Cagnac-les-Mines, a été décrit de façon détaillée par Charlotte Devals, stagiaire en master 2 Archives et Images de l’université de Toulouse Jean Jaurès. Ce travail de description est présenté dans un billet de ce carnet sous le titre « Au charbon ! ».

Charlotte Devals a également réactivé les démarches relatives aux droits d’utilisation, restées inabouties en 2009. Parallèlement, elle a traité les demandes d’ anonymat souhaitées par certains témoins au moment de la collecte.

Situation juridique

Au moment de la collecte, en 2000, le Musée avait enregistré un accord oral de la part des témoins à l’issue de leur entretien sans faire signer de contrat de cession de droit.

La rédaction de ce dernier et son envoi, aux témoins ou à leur ayant droit, s’est donc fait a posteriori en 2008, presque dix ans après la collecte. Continuer la lecture de Qui est qui ?

Au charbon !

« On vivait que pour ça. La maison et la mine, la famille et la mine. On avait deux maîtresses. » (à écouter)

Les Archives départementales du Tarn conservent depuis 2009 un fonds de témoignages oraux d’anciens mineurs de charbon du Tarn, collecté par le Musée-mine de Cagnac-les-Mines en 2000-2001.

Ce corpus compte une trentaine de témoignages, soit près d’une quarantaine d’heures qui éclairent plusieurs pans de l’histoire de la mine dans le Tarn.

Décrire…

En 2009, un travail de cotation des supports (cassettes audionumériques) et de numérisation des données a été suivi de la description partielle du fonds qui portait sur des éléments physiques (format et support d’enregistrement) et intellectuels (contexte général de la collecte, identification des témoins, contextualisation de l’enquête).

Les éléments de contextualisation et d’identification du fonds avaient pu être renseignés grâce au matériau rassemblé lors de la collecte (grilles d’entretiens, fiches individuelles relatives aux témoins) et confié aux Archives départementales par le Musée-mine. Toutefois, la description des contenus restait à compléter. Continuer la lecture de Au charbon !

Atelier interprofessionnel du Réseau documentaire des archives sonores

Ce vendredi 20 mai, le réseau documentaire des archives sonores en Rhône-Alpes organise sa première rencontre, sous la forme d’un atelier interprofessionnel qui aura lieu au Musée Dauphinois, à Grenoble. Ce réseau régional créé en 2015 est composé d’une douzaine de structures associatives et institutionnelles détentrices de fonds sonores de la région :

L’objectif de ce réseau, coordonné par le Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA), est de mutualiser leurs archives sonores sur la Base Interrégionale du Patrimoine Oral, une banque de données qui rassemble déjà les archives de 6 régions (Normandie, Bourgogne, Auvergne, Limousin, Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes).

L’atelier est avant tout conçu comme un lieu d’échange, laissant une large place à la réflexion collective et aux récits d’expérience des participants. Il sera ponctué par l’intervention de professionnels invités à présenter des études ou des projets illustrant singulièrement la thématique de cette journée :

  • Claire Scopsi, maître de conférence en Sciences de l’Information et de la communication, responsable de la licence professionnelle documentaliste audiovisuel au CNAM Paris et Chercheuse au laboratoire Dicen-IDF ;
  • Rémy Besson (en visioconférence), docteur en histoire culturelle, post-doctorant à l’université de Montréal, auteur de nombreux travaux sur l’intermédialité et les enjeux scientifiques de l’archivage numérique. Il nous présentera le projet « Archiver à l’époque du numérique », qu’il a coordonné en 2013 ;
  • Joséphine Simonnot, ingénieur de recherche, responsable du laboratoire audiovisuel du CREM (Centre de Recherche en Ethnomusicologie), chef de projet de la plateforme Telemeta, responsable scientifique et technique pour le CNRS du projet Europeana Sounds, coordinatrice de l’ANR Diadems (Description, indexation, accès aux documents ethnomusicologiques et sonores) ;
  • Ariane Néroulidis, représentera la phonothèque de la MMSH et le CRESSON, pour présenter le modèle de données de la plateforme Europeana, l’EDM (Europeana Data Model) et l’import des métadonnées dans l’outil de mapping MINT (Metadata Interoperability Services) dans le cadre du programme Europeana Sounds.

Crédits photographiques : (A la Une) Internet Archive Book Images, Image from page 76 of « Kramer’s book of trade secrets for the manufacturer and jobber; ca 1905, Aucune restriction de droit d’auteur connues.

Dosso à la période coloniale : nouveau dépôt d’archives sonores à la phonothèque

L’historien Jean-Paul Rothiot (né en 1947 à Mirecourt, Vosges) a mené, entre 1978 et 1979, des enquêtes sur le passé colonial de la région de Dosso (actuel Niger). Il était alors conseiller pédagogique à l’INDRAP (Institut national de documentation et d’animation pédagogique) de Niamey, poste qu’il a occupé de septembre 1973 à juin 1979, et préparait une thèse – soutenue en juin 1984 à l’université de Paris VII sous la direction de Catherine Coquery-Vidrovitch : Zarmakoy Aouta, les débuts de la domination coloniale dans le cercle de Dosso (1898-1913). Les enquêtes orales ont été menées en même temps que des dépouillements d’archives coloniales à Niamey et Dosso.

Archives de JP Rothiot : dossiers et cassettes
Archives de JP Rothiot : dossiers et cassettes

Le corpus sonore a fait l’objet d’un dépôt en novembre 2015 à la phonothèque. Il comprend 22 cassettes audio dont le son est assez mauvais dans l’ensemble et certains passages difficilement perceptibles. L’ensemble a été numérisé à la phonothèque. L’ensemble peut être écouté en ligne à partir de la notice du corpus ou par le formulaire de recherche.

Extraits de l’enquête menée à Dosso le 20/07/1979 (Casette 22, JP Rothiot)

Une présentation détaillée du contenu des cassettes, des thèmes abordés, du nom des informateurs, des villages, cantons et secteurs concernés documente ce corpus, accompagnée d’un entretien de 18 mn avec Jean-Paul Rothiot (réalisé par Hélène Claudot-Hawad le 22/11/2015 à Mirecourt), destiné à contextualiser l’élaboration de ces documents sonores. L’auteur explique sa méthode d’enquête.

Méthode d’enquête (Jean-Paul Rothiot, extrait entretien n° 4976)

Ali Seybou et Mounkaila Alpha, deux élèves de terminales du lycée Issa Korombe (dont Jean-Paul Rothiot avait été enseignant en 1973-75 au CEG 3 de Niamey) ont participé activement à ces enquêtes comme interprètes et aides.

Participants aux enquêtes (Jean-Paul Rothiot, extrait entretien n° 4976)

Les personnes interrogées ont souvent été les kwarakoy (chefs de village) entourés des anciens, qui s’exprimaient en langue zarma (djerma-songhay). Quelques informateurs, anciens fonctionnaires, se sont exprimés en français qu’ils possédaient parfaitement (Moumouni Saley, Wadibi Goubekoy, Mayaki Issa, Zaroumei Adamou…).

Informateurs à Guiwaye (Enquêtes orales de JP Rothiot), 1979
Informateurs à Guiwaye (Enquêtes orales de JP Rothiot), 1979

Cependant, pour rédiger sa thèse, l’historien est parti non des enquêtes audio, un matériau auquel il n’était pas habitué, mais des notes qu’il avait prises au cours des entretiens. L’enquête portait sur les origines de chaque village, les migrations, les questions de lignage, de chefferie (transformation de la chefferie sous l’impact colonial) et la réaction des populations face à la domination coloniale (perception des impôts, travail forcé, greniers de réserves, famines, aménagement rural, arachide, coton…) avec comme résultat l’acceptation ou les révoltes. Les notes ont été classées en fiches thématiques.

Archives Rothiot (fiches d'enquêtes), cliché HCH, 2015
Archives Rothiot (fiches d’enquêtes)
Archives Rothiot (Fiches thématiques)
Archives Rothiot (classement de diapositives sur la région de Dosso)

 

 

 

 

 

 

 

Fiches classées par thème (Jean-Paul Rothiot, extrait entretien n° 4976)

Comme l’écrit Jean-Paul Rothiot, ces informations orales ont été importantes car elles l’ont amené au cœur de sa thèse, avec le personnage du Zarmakoy (chef des Zarmas), Aouta, et ses relations complexes avec les autorités coloniales. D’autres enquêtes ont été menées en décembre 1982 et janvier 1983 au cours d’un bref séjour, alors que la rédaction de la thèse était commencée.

L'historien JP Rothiot et ses archives, 2015, Mirecourt (cliché HCH)
L’historien JP Rothiot et ses archives, 2015, Mirecourt (cliché HCH)

 

Crédits photographiques :Jean-Paul Rothiot (photo à la une : Sambara, 1979), sauf clichés 4 et 6 (Hélène Claudot-Hawad)

L’entretien intégral avec Jean-Paul Rothiot qui présente et contextualise la constitution de son fonds sonore sur la domination coloniale dans la région de Dosso est accessible en ligne : Contextualisation d’un fonds sonore enregistré à propos de la domination coloniale dans le cercle de Dosso (Niger) entre 1898 et 1913 (enquête n°4976)

 

Voyage au son de la Méditerranée = ταξιδευοντας με ηχους της μεσογειου

Ce billet est une présentation des activités de la Phonothèque de la MMSH en langue grecque. Notons qu’un certain nombre de notices sur Ganoub mentionnent la Grèce, à travers des récits de migrants, concerts, conférences… En collaboration avec les Archives des Cyclades, un corpus sur les réfugiés d’Asie Mineure sur l’île de Syros en 1922 en langue grecque est actuellement en cours de traitement par deux locutrices grecques. Voilà plusieurs raisons de mettre à l’honneur le berceau de la Méditerranée…

Η Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme-MMSH) έχει ως στόχο τη συγκέντρωση, από την ευρύτερη γεωγραφική περιφέρεια της Μεσογείου, ηχογραφήσεων που κρίνονται ότι έχουν αξία εθνολογική, κοινωνιολογική, γλωσσολογική, ιστορική, μουσικολογική και λογοτεχνική.

Τα τεκμήρια της Φωνοθήκης παρέχουν, από τη σκοπιά των προφορικών μαρτυριών, γνώσεις και πληροφορίες που δεν καλύπτονται από τις συμβατικές πηγές πληροφόρησης και συγχρόνως εμπλουτίζουν τις υπάρχουσες.

Οι ηχογραφήσεις έχουν κατατεθεί από ερευνητές που ασχολούνται με την προφορική ιστορία ή από συλλόγους που υποστηρίζουν την τοπική κληρονομιά.

Σε συνεργασία με τη Φωνοθήκη και ανάλογα με τις θεματικές οι ερευνητές ορίζουν τις προϋποθέσεις υπό τις οποίες επιθυμούν να γίνεται η πρόσβαση των δεδομένων τους.

Η Φωνοθήκη μεταδίδει τα ακουστικά αρχεία, προσέχοντας ιδιαίτερα τα ευαίσθητα δεοντολογικά ζητήματα.

Τι μπορούμε να βρούμε στη Φωνοθήκη του MMSH ;

Στη Φωνοθήκη έχουν κατατεθεί πάνω από 7.000 ώρες ηχογραφήσεων από το 1950 έως σήμερα.

Οι ηχογραφήσεις βασίζονται σε τέσσερις άξονες :

– Άυλη πολιτιστική κληρονομιά

– Προφορική ιστορία, ζωντανές μαρτυρίες και συλλογικές αναμνήσεις

– Γλωσσική και πολιτιστική ταυτότητα

– Eπιστημολογία και μέθοδοι: εργαστήρια, σεμινάρια και μαθήματα

Πώς να ακούσουμε τις ηχητικές συλλογές ;

Η Φωνοθήκη είναι ανοικτή για το κοινό τις καθημερινές (επίσκεψη κατόπιν ραντεβού).

Μέσω της βάσης δεδομένων  Ganoub1, o χρήστης έχει τη δυνατότητα σύνθετης και απλής αναζήτησης και πρόσβασης στις τεκμηριωμένες πληροφορίες. Εάν δεν υπάρχουν δεοντολογικά ζητήματα, ο χρήστης μπορεί να ακούσει διαδικτυακά τις ηχογραφήσεις.

Μια Φωνοθήκη που λειτουργεί δικτυακά :

Η βάση Ganoub είναι προσβάσιμη από  τις παρακάτω πλατφόρμες αναζήτησης :

Η πλατφόρμα Le portail du patrimoine oral που έχει τη δυνατότητα ταυτόχρονης αναζήτησης σε δέκα ηχητικά αρχεία στη Γαλλία.

Η πλατφόρμα Isidore δίνει πρόσβαση σε ψηφιακά και ψηφιοποιημένα δεδομένα σε ποικίλες μορφές που αφορούν τον τομέα των Κοινωνικών και Ανθρωπιστικών Επιστημών.

Η πλατφόρμα Calames είναι ένας online κατάλογος με αρχεία και χειρόγραφα για την τριτοβάθμια εκπαίδευση.

Από το Φεβρουάριο του 2014, η Φωνοθήκη  συμμετέχει στο πρόγραμμα Europeana Sounds. Το συγκεκριμένο πρόγραμμα συντονίζεται από τη British Library και συνεργάζεται με 24 εθνικές βιβλιοθήκες, ιδρύματα και ερευνητικά κέντρα που σχετίζονται με τον ήχο, σε 12 ευρωπαϊκές χώρες.

7184678297_efe5087bdd_z

Crédits photographiques :

Syros Port, 1961, Jamwillemsen. CC BY-NC-SA 2.0.

Spacecraft 2 TV-11967-1968, San Diego Air and Space Museum Archive. Pas de restrictions de droits connues.

  1. O Nότος στη αραβική γλώσσα []

« Sources et créations » : rencontre ouverte à tou-te-s, jeudi 26 mars 2015, 10h, MuCEM

Jeudi 26 mars aura lieu au MuCEM, esplanade du J4 à Marseille, une rencontre professionnelle ouverte au public sur le thème « Sources et créations », à partir de 10 heures.

Dans le cadre de sa réflexion sur le développement des formes d’arts et des genres musicaux qui se fondent et fusionnent pour créer de nouveaux styles, le MuCEM propose un rendez-vous avec des professionnels, compositeurs et musiciens issus du monde méditerranéen, interrogeant la dualité Sources/ Créations.  Cette rencontre sera l’occasion d’une découverte des fonds sonores du MuCEM ainsi que de différentes sources méditerranéennes susceptibles d’ouvrir de nouveaux horizons aux musiciens d’aujourd’hui.

Les intervenants :

Jean LambertMNHN – Museum national d’histoire naturelle, membre de la fondation pour la musique arabe, archives et recherche (AMAR) et directeur du Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM).

Flavia Gervasi, qui enseigne la sociomusicologie à la Faculté de musique de l’Université de Montréal (UdeM), spécialiste des musiques du sud de l’Italie.

Véronique Ginouves, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), qui participe au programme européen Europeana sound

Aurélie Goustans, responsable des archives du MuCEM.

De nombreux invités seront avec eux : Ferdinand Richard, directeur de l’AMI (Aide aux musiques novatrices), Laure Chatefrou, réalisatrice de documentaireset de créations sonores, Marc Touche chercheur, Séverine Cachat, responsable du Centre français du patrimoine culturel immatériel (CFPCI), les musicien-ne-s Tarek Abdallah, Françoise Atlan, Maura Guerrera, …

De 12h à 15h  : atelier de réflexion – réservé aux professionnels sur inscription auprès de floriane.la-rocca@mucem.org

– 12h-13h : Speed dating sur l’usage des ressources sonores, la question des sources, la création d’un réseau de ressources sonores en Méditerranée, la préparation d’un événement en 2016.

– 13h -14h : pause déjeuner

– 14h – 15h : restitution.

Cette rencontre est organisée en lien avec la 11e édition de Babel Med Music qui se tient du 26 au28 mars 2015 au dock des suds.

Photographie de Nadine Vakhnovsky, février 2015.

Compte-rendu : « Que faire des archives sonores ? »

Oiseau en cage

Le 21 novembre dernier s’est tenu au Rize (Villeurbanne) une journée d’étude sur le thème « La fabrique des patrimoines musicaux » annoncée sur le carnet, à laquelle la phonothèque de la MMSH a participé dans le cadre de l’atelier  « Que faire des archives sonores ». Un compte-rendu vient d’être publié sur le carnet Cinémadoc.

Un grand merci donc à Rémy Besson  qui a retranscrit les échanges très riches de l’après-midi. Je retiens pour ma part les remarques Yann Laville (conservateur adjoint au Musée d’Ethnographie de Neuchâtel) qui a insisté sur la nécessité de lâcher du lest sur les angoisses d’exhaustivité des archivistes. Nous ne pourrons jamais tout conserver et il faudra être capable d’utiliser les archives en dépit des absences, des trous et des vides comme d’ailleurs cela a toujours été le cas dans l’histoire des archives… Mais voilà, le numérique donne l’illusion de pouvoir tendre vers l’exhaustivité d’où cette obsession de chercher à obtenir les informations, le dépit lorsqu’on ne trouve que le silence. Par contre,  on l’oublie parfois et pourtant , peut-être plus qu’auparavant, il convient de documenter au mieux le passage du matériel au numérique. Pour mieux comprendre cette nécessité et ses modalités, la lecture de l’ouvrage Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? de Jean-François Bert est d’un grand secours. Son carnet, Archives et pratiques savantes renvoie également vers de nouvelles réflexions qui devraient élargir nos débats autour des archives sonores.

Pour rappel, la journée était organisée par le CMTRA en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde, le Centre Georg Simmel (EHESS), le Rize et avec le soutien du Ministère de la Culture.

Crédits photographiques : Oiseau en cage à Cacao, village Hmong en Guyane, décembre 2014, photographie de V. Ginouvès. (CC BY-NC-SA 3.0 FR)

Mise à jour du guide d’analyse documentaire du son inédit

14567172481_61457c1a23_o

La commission documentation de la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT) vient de mettre à jour le guide d’analyse documentaire du son inédit, coordonnée par Claire Marcadé. Il est désormais accessible en ligne sous le titre Patrimoine culturel immatériel. Traitement documentaire des archives sonores inédites. Guide de bonnes pratiques.

Le catalogage les enquêtes enregistrées sur le terrain avait fait l’objet dès 1997 d’un guide d’analyse documentaire publié par la commission documentation de la FAMDT. Cette commission regroupe des centres de ressources documentaires à travers la France qui sont depuis 1999 pôle associé à la BnF dans le domaine de l’oralité. En 2001 le guide a été mis à jour et publié par l’AFAS et la FAMDT puis en 2007, traduit en langue espagnole avec le soutien de l’IFEA et publié par les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de Colombie.

Crédits photographiques : The U.S. National Archives Follow Accordionist in a Polka Band at the Gibbon Ballroom at Gibbon, Minnesota, 20 Miles North of New Ulm, vers 1975. Photographie d Schulke, Flip, 1930-2008. Pas de restrictions de droit connues.

Réunion de travail de la commission documentation de la FAMDT en juillet 2014 à Nantes menée par Claire Marcardé (premier plan) pour la mise à jour du guide documentaire du son inédit. Photographie de Véronique Ginouvès, juillet 2014.

Europeana Sounds : une porte ouverte sur le patrimoine sonore européen

D’ici 2017 plus de 540 000 enregistrements seront  disponibles sur la plateforme en ligne Europeana illustrant la riche variété du patrimoine sonore européen : des performances de musique classique et contemporaine ; de la musique, des chants et des contes issus de la tradition orale ; des bruitages, environnements sonores et sons de la nature ; des langues, accents, dialectes et souvenirs ; des enquêtes de terrain réalisées par des chercheurs en sciences humaines et sociales…

Le projet Europeana Sounds, coordonné par la British Library, regroupe 24 bibliothèques nationales, institutions et centres de recherche sur le son et universités partenaires, répartis dans 12 pays européens (voir la fiche d’identité du projet Eureopeana Sounds au bas du billet). Ces collections reflètent la diversité des cultures, des histoires, des langues et la créativité européenne au cours de ces 130 dernières années. Europeana Sounds est une initiative novatrice puisque, pour la première fois, des établissements patrimoniaux d’envergure internationale dotés de collections audio exceptionnelles unissent leurs efforts pour améliorer l’accès à des enregistrements anciens, et partager leur expertise et leurs compétences. Que ce soit par la télévision, la radio, Internet ou le cinéma, l’audiovisuel constitue depuis des décennies la bande-son de notre vie quotidienne. Pourtant il reste largement ignoré quant à la préservation de notre patrimoine culturel.

Europeana Sounds donnera accès à une multitude d’enregistrements d’exception, illustrant la place significative qu’ont pris les sons dans le paysage social, culturel et scientifique de notre temps. De dialectes oubliés depuis longtemps aux sons d’environnements naturels en voie de disparition ou à la musique contemporaine, Europeana Sounds fera dialoguer passé récent et temps présent, réunissant les citoyens européens autour d’un patrimoine oral commun. Une grande part de ce patrimoine est née à l’âge du droit d’auteur. Le préserver pour les générations futures fera avancer le dossier du libre accès à ces documents protégés. Ces sons forment un nouveau champ de notre expérience culturelle partagée. Garantir son accès au grand public dans l’ère du tout numérique constitue un défi.

Pour Bruno Racine, Président de la BnF et de la Fondation Europeana, « le grand apport d’Europeana Sounds est de mettre en lumière un média fondamental qui, de façon assez surprenante, est soit négligé, soit au contraire considéré comme curieux ou trop complexe à gérer. »

Roly Keating, Directeur général de la British Library affirme : « nous sommes impatients de travailler avec d’autres bibliothèques et archives européennes pendant les trois années à venir pour constituer un nécessaire ‘jukebox virtuel’ réunissant des sons de tout le continent accessibles en ligne à l’ensemble des internautes. La British Library possède à elle seule cinq millions d’enregistrements dans ses collections, couvrant un large éventail de documents sonores : musique, théâtre et littérature, histoire orale et sons de la nature. »

Dans ce projet, le CNRS est représenté par deux grands centres de ressources sonores : les archives du CNRS – musée de l’Homme, gérées par le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM- LESC UMR 7186 CNRS Université Paris Ouest) où à été développé la plateforme web audio Telemeta, et la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence (USR3125).

Suivre Europeana Sounds sur les réseaux sociaux : 
Sur Twitter : @EU_Sounds
Sur Facebook : www.facebook.com/SoundsEuropeana

Europeana_Sounds_KickOff_British Library_Elizabeth_Hunter_CCBYSA  (47)

Fiche d’identité du projet Europeana Sounds

Durée : 01/02/2014 – 31/01/2017 (36 months)

Co-financement : Information and Communication Technologies Policy Support Programme of the European Commission

Coût total : €6.14m (€4.91m contribution européenne)

24 participants au projet :
8 bibliothèques nationales : British Library (Coordinator, UK), Bibliothèque nationale de France (FR), Deutsche Nationalbibliothek (DE), Music Library of Greece (GR), National Library of Latvia (LV), Österreichische Mediathek (AU), Statsbiblioteket (DA), Österreichische Nationalbibliothek (AU)

5 Centres de recherche et d’archives : Sound & Vision (NL) , Irish Traditional Music Archive (IR), Language Archive at Max Planck (NL), Austrian Institute of Technology (AU), Centre national de la
Recherche scientifique (FR)

2 Autres types d’institution publiques : Istituto Centrale per il Catalogo Unico (IT), Rundfunk Berlin-brandenburg (DE)

3 Associations à but non lucratif : Kennisland (NL), Europeana (NL), Comhaltas Ceoltoiri Eireann (IR)

3 Universités : National Technical University of Athens (GR), Sabhal Mòr Ostaig (IR), Universidade Nova de Lisboa (PT)

3 Sociétés : NET7 SRL (IT), We Are What We Do Community Interest Company (UK), UAB DIZI (LT)

Contacts :
Richard Ranft, Coordonnateur du projet
richard.ranft<@>bl.uk – +44 207 412 7424

Catherine Gater, Directrice du projet
catherine.gater<@>bl.uk – +44 207 412 7854

Axelle Bergeret-Cassagne, Coordonnatrice de la communication du projet
axelle.bergeret-cassagne<@>bnf.fr – +33 153 79 52 3

Europeana est le portail numérique multilingue des musées, des bibliothèques, des archives et des collections audiovisuelles européennes. A ce jour, Europeana donne accès à 30 millions de livres, de films, de tableaux, de pièces de musée et d’archives en provenance de quelque 2 200 fournisseurs de contenus de toute l’Europe. Le contenu est issu de tous les États membres et l’interface du portail en ligne est disponible en 29 langues. Europeana est principalement financé par la Commission européenne.

Communiqué de presse du projet en langue française (27 mars 2014)

Communiqué de presse du projet en langue anglaise (27 mars 2014)

Communiqué de presse du projet en langue lettone (25 avril 2014)

Crédits photographiques : Logo d’Europeana Sounds créé en mars 2014, Photo de groupe du KickOffGroupe du projet à la British Library, février 2014, par Elizabeth Hunter (CC-BY-SA).

La phonothèque de la MMSH intègre le réseau Calames

183068542_29bef78b0c_oEn 2013, la phonothèque de la MMSH a débuté la publication de ses inventaires sur le catalogue collectif CALAMES (Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur). Mis en ligne en 2007, le catalogue CALAMES, développé et mis en oeuvre par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), donne aujourd’hui accès à la description des collections de 42 établissements : bibliothèques universitaires, bibliothèques de recherche, mais aussi de grands établissements nationaux (Institut de France, Muséum d’histoire naturelle).

Présentation du projet

Pour cette première campagne de catalogage, le fonds Jean-Noël Pelen et le fonds Marceau Gast ont été sélectionnés parmi les collections de la phonothèque. Les trois principaux critères de sélection était la valeur scientifique, l’importance matérielle et l’avancement du traitement documentaire. Voici une présentation rapide de ces deux fonds.

Le fonds Jean-Noël Pelen

Jean-Noël Pelen (né en 1949), à été chercheur au CNRS jusqu’en 2011. Il a dirigé le CREHOP – Centre de recherches sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux (Université de Provence – CNRS) entre 1987 et 1993 puis a été chercheur au sein du laboratoire TELEMME – Temps, espace langage Europe méridionale, Méditerranée (AMU – CNRS). Le fonds Pelen est composé de neuf corpus d’enquêtes orales menées par, sous la direction, ou sous l’impulsion de Jean-Noël Pelen et de l’enregistrement d’une série de séminaire ayant pour thème la production du récit collectif. Les enquêtes de terrain combinent des enregistrements de contes, de chansons populaires et de récits de vies en Provence (Cévennes, Pays d’Arles, Bouches-du-Rhône).

Consulter le fonds Pelen sur Calames : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-1371

Le fonds Marceau Gast

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO et membre de l’IREMAM, Marceau Gast (1927-2010) a déposé à la phonothèque de la MMSH, de son vivant, les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien, au Yémen et pour la France, dans le Queyras. Quatre grands thèmes parcourent ce fonds : l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales. A cela s’ajoute des colloques enregistrés et une série de neuf entretiens biographiques préparatoires menés en 1997 et 1998 par Hélène Claudot-Hawad.

Consulter le fonds Gast sur Calames : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-1566

Présentation de l’outil Calames

Le format de description EAD

L’Encoded Archival Description est un format de description archivistique créé à la fin des années 1990 et maintenu conjointement par la Bibliothèque du Congrès et la SAA (Society of American Archivists). Il respecte les principes définis par la norme internationale ISAD (G). Dans les années 2000, son utilisation pour la mise en ligne des instruments de recherche se généralise en France : il est notamment adopté par la BnF, les archives nationales et départementales, quelques bibliothèques municipales (Lille, Lyon) et l’ABES pour sa plateforme Calames. Le langage XML sur lequel il se base permet de construire une description hiérarchisée rendant compte avec précision de l’imbrication des composants et sous-composants. A ce jour, les éléments et attributs XML utilisés pour le catalogage dans Calames sont définis par la DTD EAD 2002, avec des limites propres aux bonnes pratiques françaises et au réseau Calames.

L’outil de catalogage Calames

La production et la publication des inventaires s’effectuent par les établissements du réseau Calames dans une interface commune accessible en ligne via un navigateur. L’outil de catalogage Calames repose sur l’éditeur XML XMETAL1 adapté par  l’ABES afin d’assurer la cohérence du catalogage (ajout de listes fermées de valeurs d’attributs) ou de normaliser l’indexation (interaction de l’éditeur avec le référentiel IdRef – Identifiants et référentiels SUDOC pour l’enseignement supérieur et la recherche). L’éditeur présente une interface graphique facilitant l’encodage XML. L’abonnement annuel à Calames intègre le coût de la licence XMETAL (indépendante du poste de travail).

Accompagnement par l’ABES

L’établissement qui souhaite publier ses collections sur Calames doit faire face à de nouveaux enjeux techniques et financiers mais il peut compter sur un soutien de l’ABES a plusieurs niveaux. Chaque année depuis 2010, l’ABES lance un appel à projet dont le but est de favoriser la publication des inventaires des établissements du réseau Calames2. En répondant à l’appel à projet 2013, la phonothèque a ainsi bénéficié d’un co-financement de l’ABES lui permettant d’engager un travail de catalogage durant 5 mois à compter du mois d’août 2013. D’autre part, l’ABES  organise des formations à l’outil de catalogage3, propose une assistance et des cours en ligne (les « J.e-cours ») et met à disposition un manuel de catalogage régulièrement mis à jour.

Outre le financement de l’ABES, ce projet n’aurait pu voir le jour sans le financement de la TGIR Huma-Num « Consortium des ethnologues » qui a permis de numériser, cataloguer et mettre en ligne les archives du Sahara de Marceau Gast en 2012 et 2013.

 Crédits photographiques : « Handshake », San Francisco (Californie, Etats-Unis), 4 juillet 2006, sous licence CC BY 2.0. URL : http://www.flickr.com/photos/xctmx/183068542/. Le choix de cette illustration a été inspiré par celui de France Chabod dans son article sur le blog du SCD d’Angers.

  1. Dans sa version plugin nommée XMAX. []
  2. La phonothèque de la MMSH est membre du réseau Calames depuis 2011. []
  3. La formation que j’ai suivi a eu lieu du 8 au 10 avril 2013 dans les locaux de l’ABES à Montpellier. []