Archives du mot-clé archives sonores

Europeana Sounds : une porte ouverte sur le patrimoine sonore européen

D’ici 2017 plus de 540 000 enregistrements seront  disponibles sur la plateforme en ligne Europeana illustrant la riche variété du patrimoine sonore européen : des performances de musique classique et contemporaine ; de la musique, des chants et des contes issus de la tradition orale ; des bruitages, environnements sonores et sons de la nature ; des langues, accents, dialectes et souvenirs ; des enquêtes de terrain réalisées par des chercheurs en sciences humaines et sociales…

Le projet Europeana Sounds, coordonné par la British Library, regroupe 24 bibliothèques nationales, institutions et centres de recherche sur le son et universités partenaires, répartis dans 12 pays européens (voir la fiche d’identité du projet Eureopeana Sounds au bas du billet). Ces collections reflètent la diversité des cultures, des histoires, des langues et la créativité européenne au cours de ces 130 dernières années. Europeana Sounds est une initiative novatrice puisque, pour la première fois, des établissements patrimoniaux d’envergure internationale dotés de collections audio exceptionnelles unissent leurs efforts pour améliorer l’accès à des enregistrements anciens, et partager leur expertise et leurs compétences. Que ce soit par la télévision, la radio, Internet ou le cinéma, l’audiovisuel constitue depuis des décennies la bande-son de notre vie quotidienne. Pourtant il reste largement ignoré quant à la préservation de notre patrimoine culturel.

Europeana Sounds donnera accès à une multitude d’enregistrements d’exception, illustrant la place significative qu’ont pris les sons dans le paysage social, culturel et scientifique de notre temps. De dialectes oubliés depuis longtemps aux sons d’environnements naturels en voie de disparition ou à la musique contemporaine, Europeana Sounds fera dialoguer passé récent et temps présent, réunissant les citoyens européens autour d’un patrimoine oral commun. Une grande part de ce patrimoine est née à l’âge du droit d’auteur. Le préserver pour les générations futures fera avancer le dossier du libre accès à ces documents protégés. Ces sons forment un nouveau champ de notre expérience culturelle partagée. Garantir son accès au grand public dans l’ère du tout numérique constitue un défi.

Pour Bruno Racine, Président de la BnF et de la Fondation Europeana, « le grand apport d’Europeana Sounds est de mettre en lumière un média fondamental qui, de façon assez surprenante, est soit négligé, soit au contraire considéré comme curieux ou trop complexe à gérer. »

Roly Keating, Directeur général de la British Library affirme : « nous sommes impatients de travailler avec d’autres bibliothèques et archives européennes pendant les trois années à venir pour constituer un nécessaire ‘jukebox virtuel’ réunissant des sons de tout le continent accessibles en ligne à l’ensemble des internautes. La British Library possède à elle seule cinq millions d’enregistrements dans ses collections, couvrant un large éventail de documents sonores : musique, théâtre et littérature, histoire orale et sons de la nature. »

Dans ce projet, le CNRS est représenté par deux grands centres de ressources sonores : les archives du CNRS – musée de l’Homme, gérées par le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM- LESC UMR 7186 CNRS Université Paris Ouest) où à été développé la plateforme web audio Telemeta, et la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence (USR3125).

Suivre Europeana Sounds sur les réseaux sociaux : 
Sur Twitter : @EU_Sounds
Sur Facebook : www.facebook.com/SoundsEuropeana

Europeana_Sounds_KickOff_British Library_Elizabeth_Hunter_CCBYSA  (47)

Fiche d’identité du projet Europeana Sounds

Durée : 01/02/2014 – 31/01/2017 (36 months)

Co-financement : Information and Communication Technologies Policy Support Programme of the European Commission

Coût total : €6.14m (€4.91m contribution européenne)

24 participants au projet :
8 bibliothèques nationales : British Library (Coordinator, UK), Bibliothèque nationale de France (FR), Deutsche Nationalbibliothek (DE), Music Library of Greece (GR), National Library of Latvia (LV), Österreichische Mediathek (AU), Statsbiblioteket (DA), Österreichische Nationalbibliothek (AU)

5 Centres de recherche et d’archives : Sound & Vision (NL) , Irish Traditional Music Archive (IR), Language Archive at Max Planck (NL), Austrian Institute of Technology (AU), Centre national de la
Recherche scientifique (FR)

2 Autres types d’institution publiques : Istituto Centrale per il Catalogo Unico (IT), Rundfunk Berlin-brandenburg (DE)

3 Associations à but non lucratif : Kennisland (NL), Europeana (NL), Comhaltas Ceoltoiri Eireann (IR)

3 Universités : National Technical University of Athens (GR), Sabhal Mòr Ostaig (IR), Universidade Nova de Lisboa (PT)

3 Sociétés : NET7 SRL (IT), We Are What We Do Community Interest Company (UK), UAB DIZI (LT)

Contacts :
Richard Ranft, Coordonnateur du projet
richard.ranft<@>bl.uk - +44 207 412 7424

Catherine Gater, Directrice du projet
catherine.gater<@>bl.uk – +44 207 412 7854

Axelle Bergeret-Cassagne, Coordonnatrice de la communication du projet
axelle.bergeret-cassagne<@>bnf.fr – +33 153 79 52 3

Europeana est le portail numérique multilingue des musées, des bibliothèques, des archives et des collections audiovisuelles européennes. A ce jour, Europeana donne accès à 30 millions de livres, de films, de tableaux, de pièces de musée et d’archives en provenance de quelque 2 200 fournisseurs de contenus de toute l’Europe. Le contenu est issu de tous les États membres et l’interface du portail en ligne est disponible en 29 langues. Europeana est principalement financé par la Commission européenne.

Communiqué de presse du projet en langue française (27 mars 2014)

Communiqué de presse du projet en langue anglaise (27 mars 2014)

Communiqué de presse du projet en langue lettone (25 avril 2014)

Crédits photographiques : Logo d’Europeana Sounds créé en mars 2014, Photo de groupe du KickOffGroupe du projet à la British Library, février 2014, par Elizabeth Hunter (CC-BY-SA).

La phonothèque de la MMSH intègre le réseau Calames

183068542_29bef78b0c_oEn 2013, la phonothèque de la MMSH a débuté la publication de ses inventaires sur le catalogue collectif CALAMES (Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur). Mis en ligne en 2007, le catalogue CALAMES, développé et mis en oeuvre par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), donne aujourd’hui accès à la description des collections de 42 établissements : bibliothèques universitaires, bibliothèques de recherche, mais aussi de grands établissements nationaux (Institut de France, Muséum d’histoire naturelle).

Présentation du projet

Pour cette première campagne de catalogage, le fonds Jean-Noël Pelen et le fonds Marceau Gast ont été sélectionnés parmi les collections de la phonothèque. Les trois principaux critères de sélection était la valeur scientifique, l’importance matérielle et l’avancement du traitement documentaire. Voici une présentation rapide de ces deux fonds.

Le fonds Jean-Noël Pelen

Jean-Noël Pelen (né en 1949), à été chercheur au CNRS jusqu’en 2011. Il a dirigé le CREHOP – Centre de recherches sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux (Université de Provence – CNRS) entre 1987 et 1993 puis a été chercheur au sein du laboratoire TELEMME – Temps, espace langage Europe méridionale, Méditerranée (AMU – CNRS). Le fonds Pelen est composé de neuf corpus d’enquêtes orales menées par, sous la direction, ou sous l’impulsion de Jean-Noël Pelen et de l’enregistrement d’une série de séminaire ayant pour thème la production du récit collectif. Les enquêtes de terrain combinent des enregistrements de contes, de chansons populaires et de récits de vies en Provence (Cévennes, Pays d’Arles, Bouches-du-Rhône).

Consulter le fonds Pelen sur Calames : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-1371

Le fonds Marceau Gast

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO et membre de l’IREMAM, Marceau Gast (1927-2010) a déposé à la phonothèque de la MMSH, de son vivant, les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien, au Yémen et pour la France, dans le Queyras. Quatre grands thèmes parcourent ce fonds : l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales. A cela s’ajoute des colloques enregistrés et une série de neuf entretiens biographiques préparatoires menés en 1997 et 1998 par Hélène Claudot-Hawad.

Consulter le fonds Gast sur Calames : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-1566

Présentation de l’outil Calames

Le format de description EAD

L’Encoded Archival Description est un format de description archivistique créé à la fin des années 1990 et maintenu conjointement par la Bibliothèque du Congrès et la SAA (Society of American Archivists). Il respecte les principes définis par la norme internationale ISAD (G). Dans les années 2000, son utilisation pour la mise en ligne des instruments de recherche se généralise en France : il est notamment adopté par la BnF, les archives nationales et départementales, quelques bibliothèques municipales (Lille, Lyon) et l’ABES pour sa plateforme Calames. Le langage XML sur lequel il se base permet de construire une description hiérarchisée rendant compte avec précision de l’imbrication des composants et sous-composants. A ce jour, les éléments et attributs XML utilisés pour le catalogage dans Calames sont définis par la DTD EAD 2002, avec des limites propres aux bonnes pratiques françaises et au réseau Calames.

L’outil de catalogage Calames

La production et la publication des inventaires s’effectuent par les établissements du réseau Calames dans une interface commune accessible en ligne via un navigateur. L’outil de catalogage Calames repose sur l’éditeur XML XMETAL1 adapté par  l’ABES afin d’assurer la cohérence du catalogage (ajout de listes fermées de valeurs d’attributs) ou de normaliser l’indexation (interaction de l’éditeur avec le référentiel IdRef - Identifiants et référentiels SUDOC pour l’enseignement supérieur et la recherche). L’éditeur présente une interface graphique facilitant l’encodage XML. L’abonnement annuel à Calames intègre le coût de la licence XMETAL (indépendante du poste de travail).

Accompagnement par l’ABES

L’établissement qui souhaite publier ses collections sur Calames doit faire face à de nouveaux enjeux techniques et financiers mais il peut compter sur un soutien de l’ABES a plusieurs niveaux. Chaque année depuis 2010, l’ABES lance un appel à projet dont le but est de favoriser la publication des inventaires des établissements du réseau Calames2. En répondant à l’appel à projet 2013, la phonothèque a ainsi bénéficié d’un co-financement de l’ABES lui permettant d’engager un travail de catalogage durant 5 mois à compter du mois d’août 2013. D’autre part, l’ABES  organise des formations à l’outil de catalogage3, propose une assistance et des cours en ligne (les “J.e-cours”) et met à disposition un manuel de catalogage régulièrement mis à jour.

Outre le financement de l’ABES, ce projet n’aurait pu voir le jour sans le financement de la TGIR Huma-Num “Consortium des ethnologues” qui a permis de numériser, cataloguer et mettre en ligne les archives du Sahara de Marceau Gast en 2012 et 2013.

 Crédits photographiques : “Handshake”, San Francisco (Californie, Etats-Unis), 4 juillet 2006, sous licence CC BY 2.0. URL : http://www.flickr.com/photos/xctmx/183068542/. Le choix de cette illustration a été inspiré par celui de France Chabod dans son article sur le blog du SCD d’Angers.

  1. Dans sa version plugin nommée XMAX. []
  2. La phonothèque de la MMSH est membre du réseau Calames depuis 2011. []
  3. La formation que j’ai suivi a eu lieu du 8 au 10 avril 2013 dans les locaux de l’ABES à Montpellier. []

Formation INA-expert “Collecter, produire et enregistrer des témoignages”

Trois journées de formation ont eu lieu les 24, 25 et 26 juin 2013 sur le site INA-Expert de Bry-sur-Marne.

Organisées pour la deuxième année consécutive (voir présentation de la formation 2012) par le pôle Enseignement-Formation-Recherche de l’INA, elles déclinaient le cadre méthodologique d’un projet de collectage et de ses objectifs, de l’écriture du cahier des charges jusqu’aux travaux de captation d’images et de sons et de montage documentaire. Cette formation commençait logiquement par une journée et une matinée consacrées à la présentation des archives sonores dans leur développement historique,  l’écriture du projet et la réalisation d’entretiens avec des témoins rencontrés sur le  site, le traitement documentaire des matériaux, l’intérêt des métadonnées Dublin Core et les possibilités de valorisation de corpus numériques. Ce premier temps de la formation, commandé à la phonothèque de la MMSH, a été présenté par Corinne Cassé.
Christophe Lizot et Dominique Bloch pour l’INA ont respectivement encadré les modules de captations et montages sonores et audiovisuels ainsi que la présentation des outils techniques.

Cette année les stagiaires étaient issus du monde des musées, de la recherche en sciences sociales, des archives (technicien du son de la BNF et archiviste municipale),  et de la fondation de la MSH.

La ligne conductrice de la partie consacrée aux archives sonores a particulièrement mis l’accent sur la nécessité de préparer son projet de collectage de manière professionnelle en décrivant, en amont :

- les places et rôles des différents partenaires (commanditaires, financeurs, organismes de tutelle, institution de conservation des archives, collecteurs, informateurs, etc.)

- l’état des connaissances sur la question à traiter (bibliographie, entretiens exploratoires) , les pièces d’archives utilisables, les connaissances à acquérir,

- les modalités de cession de droits patrimoniaux des archives à collecter,

- les personnes ressources, les informateurs privilégiés,

- les modalités de collectage,

- les formats, les modalités de conservation et d’indexation des archives collectées,

- les modalités de restitution des matériaux au grand public.

Cette fois encore l’outil des cartes heuristiques fut très utile pour l’écriture de cahier des charges comme des grilles d’enquête. Cette année nous avons travaillé, dans un premier temps sur un tableau en utilisant des feutres de couleurs, puis nous avons formalisé notre carte en utilisant l’outil en ligne Mindmeister, dont la version basique gratuite permet la construction de trois cartes.

Si l’année dernière la thématique d’enquête émanait des préoccupations des stagiaires, cette année elle fut proposée par la formatrice : interviewer des inconnus sur “le rapport au corps à travers le soin”. De cette base, les stagiaires devaient construire un questionnement en partant de leurs propres pré-notions. La carte suivante a été dessinée :

Le_rapport_au_corps_à_travers_le_soin_1

 

Elle nous permit de décider de cinq questions possibles à poser aux témoins durant les 10 minutes d’entretien, temps imposé pour l’exercice.

Les stagiaires se sont répartis au sein de deux groupes où chacun tenait sa place : enquêteur principal, enquêteur secondaire, technicien du son.

Cette année, il était aussi question de demander aux témoins la possibilité de réaliser une photographie. Les objectifs de l’exercice étaient de présenter un matériau de terrain supplémentaire à l’enregistrement sonore également libre de droits d’exploitation, de négocier avec le témoin le choix d’un cliché illustrant le propos et enfin de réaliser une photographie respectant l’anonymat des personnes.

Deux entretiens ont été réalisés au format WAVE puis exportés au format Mp3. Les voici, accompagnés de leur traitement documentaire :

Titre : Un quadragénaire interviewé par des stagiaires de l’INA au sujet du rapport au corps par le soin (24 juin 2013)

 Photo ITW 24-06-2013

 

 

 

 

 

Résumé : L’entretien se déroule sur le site de l’INA à Bry-sur-Marne, auprès d’un témoin abordé par le groupe des stagiaires. Celui-ci est composé de deux enquêteurs et d’une preneuse de son. L’enquêteur principal, après avoir situé le contexte de l’exercice, interroge successivement le témoin sur le rapport à son corps, le rapport à son image, son rapport aux corps d’autres personnes (famille, amis) et sur son alimentation. L’informateur expliquera sa pratique de sport dans une volonté de s’entretenir face aux effets de l’âge et abordera rapidement l’impact du regard des autres sur “un corps qui change”. Il abordera aussi l’alimentation de sa fille et de son  animal domestique en expliquant ses choix et ses valeurs, notamment concernant l’alimentation Bio et les fast food. L’enquêtrice demandera des précisions sur son besoin de pratique sportive.

 

Titre : Un DJ parisien explique sa pratique de la danse au sein de son activité festive

Résumé : Après avoir présenté le contexte du stage et de l’exercice, l’enquêtrice stagiaire entame la conversation sur l’alimentation. Très vite l’entretien s’oriente sur l’activité de DJ du témoin. Il aborde ses goûts pour la danse en club qui permet, de son point de vue, une dépense énergétique similaire à de la natation en piscine. L’enquêtrice relance plusieurs fois l’entretien sur diverses questions de la grille d’enquête : souvenirs des soins à un animal domestique, cosmétiques utilisés, pratique de la danse. C’est l’occasion pour le témoin de donner plus de détails sur l’animal de son enfance et sur son propre parcours comme DJ et amateur de danse soit en club soit au sein de cours de flamenco. L’entretien se termine sur la gestion du temps dans une vie de DJ, entre activité et période de repos et de soins (pratique du bain, savon spécifique utilisé). L’enquêtrice clôt l’entretien par des remerciements et le détail de l’exploitation de l’entretien au sein d’un billet de blog.

Pour ces deux enquêtes les droits patrimoniaux des témoins comme des enquêteurs ont été obtenus (par contrat) pour l’INA et la phonothèque de la MMSH. Ces entretiens intègrent les collections de la phonothèque ; l’un des deux témoins a demandé l’anonymat et apparaît à ce titre sous un numéro dédié.

Ces questions éthiques et juridiques ont été plusieurs fois abordées au cours de la formation, notamment par la présentation du carnet de recherche Questions éthique et droit en SHS pour la préparation, le collectage, le traitement, la diffusion et la réutilisation des données numériques de la recherche.

Une présentation succincte des enregistreurs numériques Zoom H4n ayant été faite avant les exercices d’entretien, les stagiaires ont pu découvrir, le deuxième jour de leur formation avec Christophe Lizot, les améliorations à apporter lors de la captation du son et les montages possibles à l’aide du logiciel libre Audacity 2.0.3.

Au cours de cette partie dédiée à l’archive sonore, les stagiaires ont pu utiliser les cartes heuristiques avec l’outil en ligne Mindmeister, les logiciels libres Audacity et Cdex pour le montage et l’export au format Mp3 , les documents partagés de Drive Google pour la prise de note et l’écriture d’une grille d’enquête, l’espace de dépôt Internet Archive pour leurs fichiers sons et enfin des exemples de valorisations d’enquêtes orales sur des blogs édités avec WordPress.

Pour une telle formation dédiée à l’initiation au collectage audio-visuel, à son travail d’écriture et à son cadre juridique, le choix de l’INA de trois journées consécutives s’avère plus que judicieux. D’autant que cette formation peut être complétée par d’autres modules plus détaillés comme celui, toujours à l’INA, sur la Conduite d’un entretien patrimonial, spécifique aux relances et aux approfondissements de l’enquête, proposé par Florence Descamps.

 

Crédits photographiques :

Témoin enquête 1, Le ventre, stagiaires de l’INA juin 2013. Droits de diffusion obtenus par contrat pour l’INA et la phonothèque de la MMSH.

L’Italie rendue silencieuse : une loi supprime la Discoteca di Stato

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé des milliers d’enregistrements sur le terrain : des millers de voix et de musiques qui ont été archivées, cataloguées, numérisées et mises en ligne sur le site de cette institution. La Discoteca di Stato avait aussi la fonction de centraliser le dépôt légal des documents sonores édités, organisation rare en Italie où souvent les institutions culturelles sont dispersées sur le territoire. En 2007, elle avait changé de nom2 pour devenir l’Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi (ICBSA), continuant de développer ses collections et de les mettre à disposition de tous les publics. Mais voilà, elle vient d’être purement et simplement supprimée le 6 juillet dernier, par le Decreto legge 95 6 luglio 2012 (article 12) qui a pour titre “Dispositions urgentes pour la révision de la dépense publique”3

Une pétition vient d’être lancée pour soutenir celle qui est restée pour tous la Discoteca di Stato. De nombreux journaux italiens la relaient et les journalistes se désolent de la médiocrité de ce “gouvernement de techniciens” qui ne s’inquiète que des marchés et ne s’intéresse pas à la conservation de la mémoire orale de l’Italie contemporaine. L’inquiétude est grande pour savoir ce que deviendront les collections sonores et tous sont stupéfaits des économies dérisoires qui seront faires, au regard de la perte irréparable de cette suppression.

Alessandro Portelli publie dans Il Manifesto du 17 juillet 20124 un très bel article, sous le titre Silenzio di Stato. Il y écrit à propos du gouvernement Monti :

“La politique de ce “gouvernement de techniciens” en direction de la culture – les écoles, les universités, les instituts de recherche (comme par exemple l’Institut national de physique nucléaire) – m’a convaincu d’une chose : un technicien n’est pas nécessairement une personne cultivée. Un technicien peut effectuer un certain nombre d’opérations spécifiques dans un secteur défini, mais pour autant il n’est pas tenu  de comprendre tout ce qui peut être en dehors de son territoire, et encore moins d’avoir de l’imagination ou une vision du monde . Comme le seul secteur qui compte pour ce gouvernement et le seul pour lequel il déclare avoir des compétences, est celui de  l’économie et des marchés financiers, voilà que la devise attribuée à Tremonti se réalise : Con la cultura non si mangia (Ce n’est pas avec la culture que l’on peut manger)5”.

A la manière de Francesco de Gregori, Andrea Sarta dans L’Unità dit adieu à l’Italie qui lutte, qui prie, qui se rebelle, qui danse, qui chante, qui s’amuse et qui laisse des traces (22 juillet 2012).

Angelo D’Orsi, sur La Repubblica du 17 juillet 2012, s’en prend aussi à ce “gouvernement de professeurs”‘, avec un titre sobre mais incisif Salviamo la discoteca di Stato. Il revient sur la richesse et l’importance de cette institution et s’insurge : “C’est une décision absurde, d’un point de vue économique (les coûts de l’Institut sont modestes),  mais aussi honteuse d’un point de vue culturel. Un Etat moderne doit  avoir une institution dont la mission est de recueillir et de conserver le son des témoignages de son histoire nationale, le rendant disponible à la communauté”.

Signez la pétition contre la fermeture de la Discoteca di Stato !

http://www.unita.it/culture/italia-senza-memoria-audiovisiva-br-non-chiudete-la-discoteca-di-stato-1.429068

 

Crédits photographiques : Mount Vesuvius and children from covered homes, par Shaffer, Melvin, 1944. Part Of : World War II photographs, Medical Museum and Arts Service. Place: Italy; San Sebastiano al Vesuvio; Vesuvius. Collection of SMU Central University Libraries. No known copyright restrictions

 

  1. loi du 10 août 1928 []
  2. Le DPR n. 233 du 26 novembre 2007, DM del 7 ottobre 2008 transforme la Discoteca di Stato en ICBSA – Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi []
  3. Disposizioni urgenti per la revisione della spesa pubblica con invarianza dei servizi ai cittadini []
  4. Professeur de littérature anglo-américaine à Rome, critique musical et historien spécialiste d’histoire orale Alessandro Portelli travaille sur les collections sonores de la Discoteca di Stato. Il a en particulier publié en 1999 un ouvrage sur le massacre des fosses Ardéatines qui s’appuie sur des témoignages oraux. []
  5. A cette phrase attribuée au Ministre de l’économie italien Giulo Tremonti Umberto Eco a répondu une lettre sur Alphabeta2 L’anorexie culturelle ne nourrit pas, le 27 janvier 2011 []

Un nouveau master sur les métiers de la documentation sonore et audiovisuelle

A la rentrée 2012-2013, un nouveau parcours intitulé “Documentation sonore et audiovisuelle” s’ajoutera au Master professionnel “Métiers des archives et des bibliothèque” du domaine Histoire et humanités d’Aix-Marseille Université (AMU)1. Cette spécialité vient couvrir un manque patent car il y a aujourd’hui très peu de Masters en France qui associent le métier d’historien à celui d’archiviste de l’oral et de l’audiovisuel. Un des enseignements pionnier dans le domaine est certainement celui proposé par Florence Decamps à l’EPHE depuis 1997, à Paris, sur l’axe Histoire des organisations et archives orales. Un autre Master, créé en 2009 au sein de l’Université Paris Ouest (Nanterre – La Défense), propose également aux historiens un enseignement sur la méthodologie de l’histoire orale; Celui d’Aix-Marseille Université fait le choix de s’orienter vers les métiers autour de la source orale et audiovisuelle et de la connaissance des institutions d’archivage en Méditerranée2.

Le parcours “Documentation sonore et audiovisuelle” a été conçu, dans sa totalité, en partenariat avec les professionnels des institutions locales impliquées dans des missions culturelles. Ainsi, le cursus se construit autour d’enseignements théoriques, d’apprentissages techniques et de stages tutorés qui permettent aux étudiants de se trouver “en situation”. Les professionnels ont déterminé 5 objectifs principaux pour ce parcours, ouvert à partir de la rentrée universitaire 2012. :

1- La connaissance de l’organisation des collections sonores et audiovisuelles en France et en Méditerranée ;

2- La connaissance des métiers de l’archivage audiovisuel ;

3- La connaissance des métiers liés aux sources orales et à leur archivage dans les sciences humaines et sociales ;

4- La connaissance des nouveaux métiers du web pour l’édition documentaire, la numérisation des données et la veille d’informations ;

5- L’apprentissage de la valorisation et de l’exploitation des collections d’archives.

Les informations d’inscription sont accessibles sur le site de l’AMU. Il est possible, pour les étudiants déjà titulaires d’un Master de sciences humaines et sociales, de s’inscrire directement au Master 2, sous réserve d’examen de leur candidature.

 

Crédits photographiques : John Goddard teaching a class, prise de vue autour des années 1970, département de géographie, Bibliothèque LSE, British Library of Political and Economic Science. Url : http://archives.lse.ac.uk/Record.aspx?src=CalmView.Catalog&id=IMAGELIBRARY%2f518&pos=3 

 

  1. Ce Master a été créé en 2005 à l’Université de Provence []
  2. Placé sous la direction scientifique de Maryline Crivello, professeur d’histoire moderne, directrice de l’UMR TELEMME, le parcours professionnel a été conçu avec Marie-Christine Hélias, documentaliste à l’INA Méditerranée, et Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH []

La Semaine du Son arrive à Aubagne !

Inaugurée en 2004 à Paris, la semaine du son revient en 2012 pour sa neuvième édition. Parrainée par Jacques Attali, elle se déroulera du lundi 16 au samedi 21 janvier 2012 à Paris, puis du lundi 23 au samedi 28 janvier 2012 dans le reste de la France, ainsi qu’à l’étranger.

Comme c’est expliqué sur le site officiel de la semaine du son, cet événement a pour objectif de sensibiliser le public à l’environnement sonore par le biais de diverses manifestations (conférences, débats, ateliers, événements sonores, concerts, projections, ou encore actions pédagogiques), et ce, gratuitement.

Marseille et ses environs proposera donc, dans ce cadre, ses propres manifestations.

A Aubagne, plus particulièrement, un programme riche en découvertes et rencontres sonores est prévu. Les événements se dérouleront au département SATIS de l’Université de Provence Aix-Marseille, à la médiathèque municipale Marcel Pagnol et au cinéma Le Pagnol.

Les festivités débutent d’ailleurs plus tôt que prévu, puisque le vendredi 20 janvier, le public est attendu au département SATIS de 10h à 18h pour visiter le studio mobile Transonix et y découvrir des extraits sonores et des démonstrations du travail en studio.

Toute la semaine, des événements récurents auront lieu : au département SATIS qui présentera “Le son à l’image : genèse d’un court métrage” ; à la médiathèque Marcel Pagnol où le public pourra découvrir des ambiances sonores maritimes à l’espace “petite enfance”, et des écoutes de scènes sonores binaurales réalisées par les étudiants du département SATIS. Concept original à savourer au casque, ces scènes sonores binaurales proposent l’écoute du silence de tous les espaces de la médiathèque auquel ont été ajoutés des bruits incongrus provoquant une sorte de 3D sonore.

Le mardi 24 janvier, le cinéma le Pagnol projettera le film “Puccini e la fanciulla” de Paolo Benvenuti, suivi d’une rencontre avec l’ingénieur du son italien, Mirco Mencacci.

Le mercredi 25 janvier sera une journée riche à la médiathèque Marcel Pagnol, puisque trois événements seront présentés.

Médiathèque Marcel Pagnol – Aubagne

 

De 14h à 17h, l’atelier “Circuit Bending” de Confipop amusera les enfants et les plus grands par des sons inhabituels sortis de jouets sonores ou autres instruments, pour créer une musique originale et décalée.

A 16h30, les étudiants du département SATIS présenteront “Les fictions sonores : le cinéma pour l’oreille” où des fictions sonores, processus comparable au cinéma, seront diffusées avant d’évoquer les techniques de réalisation.

Dès 18h30, quatre auteures de documentaires sonores proposeront un séance d’écoute collective de leurs réalisations suivie d’échanges avec le public : Emmanuelle Taurines présentera “L’eau courante”, Katia Kovacic proposera “Ouvriers paysans et inversement”, Bat Sheva Papillon diffusera “Ma langue au tchat” et Aline Soler présentera “Curumi”.

Le vendredi 27 janvier aura lieu la soirée du son à la médiathèque Marcel Pagnol. Ce soir là, le public pourra venir apprécier de multiples rencontres sonores dans tous les espaces de la médiathèque.

Dès 18h30, les musiciens du CEFEDEM-sud présenteront leurs propres réalisations de pièces électroacoustiques lors d’ “Electro-songes”.

A 19h15, les quatre auteures de documentaires sonores, Emmanuelle Taurines, Katia Kovacic, Bat Sheva Papillon et Aline Soler, des associations L’Orage, na Prod et Voix Publiques, créeront l’événement avec “Soit dit en passant” en diffusant, aux casques, de courtes pièces autour du langage et de l’oral.

Parallèlement, pour “Et si on baissait le son”, Véronique Deltour, de la médiathèque de Saint Savournin, fera des lectures chuchotées.

Le public découvrira également les enquêtes de voix publiques et environnements sonores des rues de Naples réalisées par l’ethnomusicologue Olivier Féraud dans le cadre de sa thèse de doctorat Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples (2010), qui seront diffusées dans une ambiance italienne accompagnant ainsi le buffet auberge espagnole. Par ailleurs, Olivier Féraud a déposé l’intégralité de ses enquêtes à la phonothèque de la MMSH. Les notices sont disponibles sur la base de données de la phonothèque, ses enquêtes sonores sont consultables en ligne dans chaque notice du corpus et sa thèse est disponible en ligne au format PDF en archives ouvertes. De plus, dès la fin de l’analyse documentaire des enquêtes d’Olivier Féraud, en juillet 2010, un article était paru sur les Carnets de la phonothèque.

Enfin, la soirée s’achèvera avec un ciné-concert où un petit orchestre composé de musiciens du conservatoire d’Aubagne interprèteront des compositions des étudiants de la spécialité musique du département SATIS réalisées sur la bande-annonce du film “Docteur Folamour” de Stanley Kubrick. Chaque étudiant expliquera et dirigera sa composition.

Pour la dernière journée aubagnaise de la semaine du son 2012, le samedi 28 janvier, à la médiathèque Marcel Pagnol, le contrebassiste Bernard Abeille fera vibrer son instrument, tel le chant des baleines dont des vidéos seront projetées sur grand écran derrière le musicien, lors du concert “Baleine et contrebasse”. L’exposition photos “Escales littorales” complètera le spectacle de Bernard Abeille et sera visible toute la semaine à la médiathèque.

Une très bonne semaine du son à tous !

Crédits photographiques : “Affiche officielle de la Semaine du Son 2012 Marseille-Aubagne” ; “Médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne”, Mairie d’Aubagne.

Formation aux archives sonores en Martinique du 5 au 9 décembre 2011

Fabienne Zonzon, responsable des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de Martinique a mis en place un réseau de collecteurs qui arpentent la Martinique pour capturer la mémoire orale de leur île. En mars 2007 elle avait organisé une première formation sur le site des archives départementales, à Fort-de-France, où était intervenue Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l’EPHE. La formation programmée cette semaine a pour objectif de renforcer le réseau des partenaires qui organisent des projets de collecte depuis le terrain jusqu’à la valorisation des enregistrements et leur méthodologie.

Ainsi, depuis lundi 5 décembre, nous sommes une petite quinzaine à écouter, échanger, commenter les différentes expériences de chacun.  Les documents, filmés ou enregistrés et documentés, pourront être ensuite consultés sur les lieux des collectes mais aussi aux archives départementales ou encore, bientôt, sur le portail de la Banque numérique des patrimoines martiniquais qui vient d’être créée et qui permet déjà d’interroger de grands corpus de documents écrits, cartographiques et photographiques.

Programme 

La source orale : de la collecte à la valorisation

5 – 9 décembre 2011

Archives départementales de Martinique

Objectifs : A l’issue de la formation, les stagiaires auront pris conscience des enjeux relatifs à la création d’une collection sonore et audiovisuelle dans le contexte antillais. Ils pourront évaluer la nécessité de développer la collecte d’archives orales en Martinique et solliciter les partenaires à leur disposition. Ils auront en main tous les outils nécessaires à la mise en place d’un programme de collecte, de traitement, de conservation et de valorisation d’enquêtes orales. Ils pourront, s’ils le souhaitent, trouver les cadres collaboratifs susceptibles de les soutenir dans leurs projets.

Méthode : Les exposés théoriques s’appuieront sur des exemples concrets, exploités au fil de la session. Une enquête orale enregistrée de courte durée sera écoutée, traitée et valorisée par les stagiaires. Les stagiaires pourront manipuler et prendre en main une caméra numérique pour la réalisation d’enquêtes filmées.

Durée : 5 jours

8h 00- 8h 30 : Accueil des stagiaires, présentation des intervenants et du déroulement du stage

Lundi 5 décembre 2011

8h 30- 12h 00 Approche anthropologique des sociétés antillaises : permanences et mutations

Intervenant : Isabelle Dubost

14h 00- 16 h 30 Présentation du département son et audiovisuel des Archives départementale de la Martinique et des acteurs de l’archivage du son et de l’audiovisuel en Martinique

Intervenante : Fabienne Zonzon

Mardi 6 décembre 2011

8h00- 12h 00

Histoire et utilisation de la source orale en sciences humaines et sociales

14h00- 16h 30

Des méthodes d’enquête en sciences humaine et sociales : filmer et/ou enregistrer

Intervenante : Véronique Ginouvès

Mercredi 7 décembre 2011

8h00- 16h 30

La prise en main d’une caméra numérique

  • prise en main d’un caméscope
  • Technique de prise de vie
  • Esthétique de l’image
  • Approche de l’éclairage

Intervenant : Claude Rosalie

Jeudi 8 décembre 2011

8h00- 12h 00

La prise de son sur le terrain :

  • Choix du matériel et des supports
  • Les formats du son numérique
  • L’utilisation du micro et du haut parleur
  • Savoir spatialiser un entretien
  • Les logiciels de numérisation

14h – 16h 30

Mise en pratique : enregistrer une enquête orale.

Vendredi 9 décembre 2011

8h00- 12h 00

Les missions d’un centre d’archive sonores et audiovisuelles :

  • Collecte : prise de son, recherche des fonds, questions de droit
  • Conservation : formats analogiques et numériques
  • Analyse : le traitement documentaire du son
  • Valorisation : base de données et mises en ligne

Mise en pratique : Ecoute d’une enquête enregistrée : traitement documentaire du document sonore. Bilan de la mise en pratique du jeudi après-midi.

14h 00- 16h 00

Collaborer dans le domaine des archives sonores et audiovisuelles : catalogues collectifs, carnets de recherche, expositions, listes de diffusion.

Rédaction collective d’une charte de qualité d’une collection sonore et audiovisuelle.

Intervenante : Véronique Ginouvès

16h 00-16h 30

Bilan de la semaine, échanges et perspectives. Evaluation du stage

A propos des intervenantes :

Véronique Ginouvès est ingénieure de recherche CNRS, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. Elle est l’auteure en collaboration d’un Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (2001) et publie régulièrement sur Les Carnets de recherche de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org

Isabelle DUBOST est anthropologue, Maître de conférences à l’Université des Antilles et de la Guyane, Membre du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC). Elle travaille au sein de l’UMR CNRS n° 8053. Ses recherches en cours s’articulent autour de trois axes. Le premier porte sur les stratégies identitaires de groupes issus de l’immigration, les liens diasporiques et l’économie ethnique des « Chinois », des « Syriens » à la Martinique et des « Chinois » et des « Libanais » en Guyane. Le second interroge les processus d’ethnicisation et de différenciation et catégorisation sociales en cours à la Martinique. Le troisième porte sur la gestion sociale de l’environnement et la problématique de gouvernance à la Martinique (GIZC Baie du Robert). http://www2.univ-ag.fr/CRPLC

Fabienne ZONZON est archiviste, chargée de la collecte des archives orales et audiovisuelles aux Archives départementales de la Martinique.

Crédits photographiques : j’ai utilisé au tout début de ce billet une image prise sur Flickr the Commons. Il s’agit d’une photographie de WG. Cooper, issue des collections de la bibliothèque de SMU (Southern Methodist University) Central University, sous le titre “St. Pierre May. 14″ (1902). La photographie est indiquée comme ne présentant pas de restrictions de copyright connues.  J’ai voulu utiliser une image de la Banque Numérique des Patrimoines Martiniquais mais les restrictions de diffusion sont trop sévères pour pouvoir utiliser les documents dans une publication, d’autant que le logiciel utilisé et l’affichage des images contraint toute capture d’image. Les autres photographies ont été prises sur le lieu de stage : bâtiment des AD, présentation de Fabienne Zonzon, cours de M. Rosalie, par Véronique Ginouvès (décembre 2011).

Journée d’étude de l’AFAS, Angers, 17 juin 2011 : Les services d’archives et les sources orales et audiovisuelles. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? Compte-rendu, deuxième partie

Ce billet fait suite au compte-rendu de la première partie de la matinée de la journée de l’AFAS à Angers, le 26 mai 2011.

Edouard Bouyé, directeur des archives départementales du Cantal, a présenté un programme de valorisation d’un corpus d’archives orales dans le cadre d’une collaboration entre le MuCEM, les archives départementales du Cantal (AD15) et le centre régional des musiques et danses traditionnelles Midi-Pyrénées, longtemps connu sous l’appellation « Conservatoire occitan ». Ce corpus présente des archives sonores enregistrées au début des années 1960 sur un des sites les plus fascinants parmi les hauts plateaux du Cantal dédiés à l’agropastoralisme, l’Aubrac. Menée par des ethnologues, des agronomes et des historiens cette « Recherche coopérative sur programme » (RCP) qui dura trois ans1, réunit – entre autres – des chercheurs du MNATP (aujourd’hui le MuCEM) et du CNRS.

Cette RCP aboutit à une publication en 7 volumes2 et à la production d’une série de sources sonores, visuelles et audiovisuelles. Les sources sonores, déposées au MNATP, ont été numérisées par la MRT dans le cadre du plan national de numérisation au début des années 2000. A cette époque, pour accélérer le traitement documentaire des archives du MNATP et restituer ces collectes aux populations sur le terrain, Florence Gétreau, alors directrice du Département de la musique et de la parole au MNATP, a institué des conventions entre le musée et les centres d’archives sonores en région. Ce projet a été développé par Marie-Barbara Le Gonnidec à partir de 2009. C’est ainsi que le traitement documentaire de ces archives a été confié au Centre régional des musiques et danses traditionnelles Midi-Pyrénées, tandis que les archives départementales du Cantal étaient chargées de résoudre les questions des droits relatifs à ces enregistrements en vue de leur valorisation. Les AD15 ont ainsi commencé à rechercher des contacts avec les anciens informateurs ou leurs ayants droit en vu d’obtenir la signature des autorisations de diffusion. Cette tâche de longue haleine, n’est certes pas aisée, d’autant que le Cantal est situé sur trois départements et trois régions (Cantal, Aveyron, Lozère), ce qui complexifie les questions administratives.

Lorsque l’ensemble du traitement documentaire de ces 561 documents sonores sera terminé, tous les enregistrements pourront être consultés localement à Toulouse ainsi qu’aux AD15 et, pour les documents pour lesquels les questions de droit auront été résolues, en ligne sur Internet. Un premier entretien est aujourd’hui accessible sur le site des AD15, celui de Lucien Remise enregistré en 1964, où cet ancien « cantalais », joueur de cabrette, raconte son départ en montagne entre mai et octobre pour fabriquer le fromage.

Mais les AD15 ne se limitent pas à la recherche des droits. Chaque témoin, ou ses ayants droit lorsqu’ils sont retrouvés, reçoit une copie de l’enregistrement qui est souvent resté inédit pour la famille. Frédéric Bianchi, responsable des archives audiovisuelles aux AD15, met à profit ces rencontres pour collecter autour de la RCP et sur la façon dont elle a été perçue à l’époque. C’est ainsi qu’il a rencontré et filmé, la veuve de Lucien Remise, Jeanne-Marie Remise. Frédéric Bianchi lui avait remis auparavant l’enregistrement de son mari. Edouard Bouyé a diffusé des extraits de cet entretien filmé à l’assemblée. Toute à l’émotion de réécouter cette voix surgissant du passé, Jeanne-Marie Remise confie à l’enquêteur : «  Y’a des choses que j’ai apprises parce que mon mari ne parlait pas beaucoup, il se vantait pas lui (…) ». Puis, promettant de l’écouter prochainement avec ses enfants, elle ajoute : « J’ai pas été plus loin parce que vraiment c’était sa voix ».

Les enquêtes de la RCP Aubrac avec George-Henri Rivière, avaient également vocation de participer à l’acquisition de collections pour le musée des arts et traditions populaires. Ainsi, pour créer ses « unités écologiques », le directeur du musée pouvait réussir à déplacer des ensembles complets avec l’objectif de les présenter dans les salles d’exposition. Il s’agissait d’offrir au visiteur une meilleure compréhension du fonctionnement des sociétés étudiées en reconstituant des ensembles dans leur contexte : une aire de battage, une forge, la fabrication d’un aliment mais aussi des intérieurs de maisons dans différentes régions de France. C’est ainsi que la pièce principale de l’habitation du frère de Lucien Remise avait fait l’effet d’un rigoureux travail de repérage par l’équipe du musée, puis avait été entièrement démontée et remontée dans la galerie culturelle du MNATP. Dans le souvenir de Jeanne-Marie Remise, tout avait été transporté jusqu’aux casseroles et au chapeau de l’oncle Lucien. Elle se rappelle en souriant que ce dernier avait un jour proposé à son frère de récupérer une armoire familiale cachée dans un fenil à ce moment-là. En effet, ces « démontages » étaient toujours liés à une négociation. Une lettre de George-Henri Rivière, lue par Edouard Bouyé à l’assemblée, précise les termes de la transaction : l’espace de la cuisine avait été échangé contre de nouvelles boiseries, des meubles en formica, un lit en fer et… une télévision.

Mme George-André Panguio-Mendibil, chef du pôle médiation culturelle et communication, aux archives départementales des Pyrénées Atlantiques (AD64), a ensuite présenté le travail mené par le service, notamment autour de la culture basque, là encore, à partir des collections du MuCEM (ex-MNATP). En 2007, les Archives ont ainsi reçu, après la signature d’une convention, 17 enquêtes ethnomusicologiques, soit 40 heures d’enregistrements. Ils ont alors, eux-aussi, commencé la recherche des ayants droit et entamé la réalisation d’un instrument de recherche normalisé. Pour cela, ils se sont associés avec l’Institut culturel basque qui a réalisé le traitement dans la langue, tandis que les AD64, en appui technique, organisaient le traitement des données sous la norme ISAD-G. Ce fonds sonore est donc traité comme tous les autres, sur leur base de données Pleade/Arkhéïa. Pour le moment, les documents sonores ne peuvent pas encore être recherchés sur la base mais le seront bientôt. L’analyse s’est terminée en décembre 2010 et l’inventaire est désormais accessible en intranet, dans les salles de recherches de Pau et de Bayonne.

Plusieurs actions de valorisation ont été mises en place à partir de ce fonds sonore, en particulier, des ateliers pédagogiques réguliers en direction des élèves. Ainsi, lorsque l’exposition Archives sensibles a été créée à partir d’une sélection du patrimoine archivistique du Pays Basque, au moment de l’inauguration du pôle de Bayonne sur la thématique des cinq sens, les archives sonores sont naturellement venues illustrer l’ouïe. Mascarade, pelote, sonnailles, une partie de l’exposition donne à écouter de nombreux enregistrements, offrant un regard original sur la culture du Pays Basque au 19e et 20e siècles. L’un des enregistrements a d’ailleurs suscité une grande émotion : l’enregistrement de la pastorale souletine en 1967 à la salle Wagram a pu être entendu pour la première fois par la plupart des visiteurs. Cette pastorale, héritière des mystères du Moyen-Age, était interprétée uniquement par des hommes et cette représentation, délocalisée alors à Paris en direction de la communauté souletine, avait été la première introduisant la mixité.

Ainsi, les AD64 ont pris goût aux archives sonores et plusieurs actions de collectes ont été sous traitées auprès de l’Institut culturel basque, ou de l’Institut occitan. Le traitement archivistique et la valorisation sont toujours réalisés par les Archives. D’après un premier état des lieux sur le département, quelques 20 000 heures pourraient être engrangées dans les années à venir. Un premier programme de numérisation a été lancé engageant 500 heures sur le Béarn et 500 autres sur le Pays Basque.

En début d’après-midi, Elizabeth Vérry, directrice des Archives départementales de Maine-et-Loire (AD49) intervenait sur le thème « Le rôle d’un service d’archives départemental comme appui et ressources ». De son point de vue, même si depuis le 19e siècle le métier des archives ont beaucoup évolué, depuis l’époque des archivistes garants des droits des citoyens jusqu’aux archivistes manageurs en passant par les archivistes paléographes, la mission prioritaire des archivistes est restée celle de la collecte et de la conservation des traces de la mémoire de la Nation. Mais les archives se déclinent désormais sous des formats et des supports très variés.

C’est pourquoi les AD49 ont créé à la fin des années 1990 un emploi dédié aux archives sonores et audiovisuelles, suite à une double prise de conscience :

  • les archives audiovisuelles sont fragiles et nécessitent un traitement approprié ;
  • la mémoire orale est devenue un objet d’étude à part entière.

La politique menée actuellement fait des AD49 un lieu de production d’archives orales (collectes thématiques réalisées en direct), en même temps qu’un lieu d’accompagnement des producteurs. Cette mission d’appui prend plusieurs formes : l’appui méthodologique pour la formation des chefs de projet (méthodes d’entretien, techniques sonores, traitement documentaire, documents-types), grâce à des sessions de formation, des ateliers d’échanges et de partage d’expériences, des rencontres de collecteurs ou des tables rondes ; l’appui juridique (conseils, documents-types, contrats de communicabilité) ; l’appui technique (numérisation) et parfois un appui documentaire (bibliographie, archives).

Les AD49 sont également un lieu de ressources où s’organisent la conservation et la valorisation des archives sonores. 2400 heures de témoignages oraux sont conservées actuellement aux AD49, issues de collectes thématiques menées par la chargée de mission ou d’enquêtes menées par des collecteurs : campagnes de récits de vie de pays 2003-2007 ; corpus des musées de société (vin, chaussure, Maison de la Loire) ; corpus universitaires ou de centres de recherche ; corpus associatifs (maisons de quartier, professions, immigration, etc…).

La valorisation est conçue comme un prolongement naturel de la collecte, mais pas comme un absolu : il s’agit de la permettre, pas forcément de la faire ! La priorité est donnée à la communication et à la diffusion au public ; les autres formes de valorisation se font dans le cadre des journées d’études thématiques élargies (histoire des femmes, histoire locale, vie politique locale, mémoire des métiers etc.)… En conclusion, aucune action en matière de mémoire orale ne peut se faire sans un partenariat étroit avec les acteurs locaux (associations, collectivités publiques), les chercheurs et les institutions patrimoniales.

Deux actions départementales dans la Manche et dans la Sarthe ont été ensuite présentées.

Responsable du service des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de la Manche  (AD50), Domnine Plume a présenté un projet qui s’est structuré, dès sa création dans une logique de partenariat avec des institutions, des associations, des chercheurs, des scolaires et des particuliers. Il a été élaboré dès 2000 par l’association Mémoire et terroirs porté par Marie Tassel autour du recueil de la mémoire auprès des 120 presque centenaires recensés dans le département de la Manche. Pour constituer cette « galerie de portraits », une vingtaine de personnes originaires du département de la Manche seront rencontrées dans les mois à venir par l’une des deux collectrices (Marie Tassel et Elisabeth Nodinot) de l’association afin de recueillir leur récit, un photographe (Thomas Jouanneau) les accompagnera. Ces enregistrements seront par la suite déposés aux archives départementales et mis en ligne sur le site des archives et du conseil général. Une exposition présentée dans un premier temps dans les locaux des archives et itinérante par la suite dans des maisons de retraite et/ou établissements scolaires permettra de la faire circuler. Il est aussi prévu un concours ou un appel à projet destiné aux collèges, il s’agira de valoriser lors de l’exposition les entretiens les plus intéressants recueillis par les élèves. 

Frank Pohu, initiateur d’un vaste projet de développement des archives sonores et audiovisuelles dans le département de la Sarthe, a relaté comment – avec l’appui de différents partenaires- il avait réussi à lancer une action de sauvegarde de la mémoire orale sarthoise. Au départ, c’est une émission réalisée sur le parler sarthois, dans le cadre de l’association Fréquence Sillé, qui lui a permis de rencontrer des acteurs locaux qui, sur le terrain, avaient chez eux des documents sonores et audiovisuels enregistrés dans le département. Rapidement est né le programme « sauvegarde la parole sarthoise » en collaboration avec des partenaires publics comme le conseil général de la Sarthe et les archives départementales de la Sarthe (AD72), les communautés de communes du pays de la haute Sarthe et du pays du Mans et la mission recherche et technologie du ministère de la Culture qui a financé le projet pendant 4 ans. L’objectif de « Parole sarthoise » est de restituer librement sur un site internet des documents d’archives. Aujourd’hui, sur le site conçu par Fréquence Sillé en collaboration avec les AD72, plus de 75 heures sont disponibles, à terme 1000 heures seront accessibles lorsque les questions de droits auront été réglées.

Avant que ne s’organise la table ronde en clôture de cette journée, Marina Maréchal, de la Cité des mémoires étudiantes, a présenté un appel à communication pour un colloque en préparation qui aura lieu en mars 2012 dans le cadre du 40e anniversaire des universités de France sur le thème Vers un corpus d’archives orale avec une organisation originale valorisant l’oralité. Il est en effet prévu que des ateliers thématiques réunissent différentes composantes de la communauté universitaire susceptible d’avoir recours aux archives orales (histoire de la recherche, histoire de l’enseignement, histoire de la gouvernance et de l’administration des universités, histoire des étudiants et des mouvements étudiants) et fassent intervenir, à partir de cas précis, un témoin interrogé, un chercheur et/ou un archiviste ; un discutant extérieur s’ajoutant au trinôme étant chargé d’éclairer le potentiel de généralisation des cas présentés.

La table ronde qui a suivi, a permis aux nombreux participants de terminer par des échanges cette riche journée. Elle a porté principalement sur les développements et les actions qui s’offrent à l’association et à son ouverture vers de nouveaux adhérents. Un compte rendu et le rapport d’activités de l’association seront diffusés dans le prochain numéro du Bulletin de l’AFAS.

 Compte-rendu rédigé par Marie-Christine Chevalier, Florence Descamps et Véronique Ginouvès.

Crédits photographiques :

- Joueur de cornemuse sur la Maison d’Adam, place Ste-Croix à Angers (encadrement de la fenêtre surmontant la porte), photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

- La traite d’une vache à la montagne de Placès de Cure (1972). L’utilisation différenciée des deux mains ou d’une main, de tous les doigts ou seulement du pouce et de l’index, de l’index et du majeur, commune de Nasbinals, photographie de Jean-Dominique Lajoux, MNATP. Recherches coopératives sur programme sur l’Aubrac (1964-1966), cote : Ph.1976.110.95. Visualisation des images de la RCP Aubrac.

- Domnine Plume (AD50) intervient lors de la journée de l’AFAS à Angers, photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

- La salle de conférence des archives départementales de Maine-et-Loire lors de la journée de l’AFAS, Angers, 26 mai 2011, photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

 

 

  1. Il y eut d’autres RCP à la même période en France. Celle de Plozévet, qui s’est déroulée entre 1961 et 1965, fait actuellement l’objet d’une recherche-action menée par le CERHIO (UMR CNRS 6258) qui a organisé dans ce cadre un colloque qui reprenait l’histoire de ces RCP http://plozevet.hypotheses.org/1675 []
  2. L’Aubrac – Etude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d’un établissement humain. Recherche Coopérative sur Programme  RCP, CNRS 1970, 7 tomes + carte et catalogue des montagnes. []

Journée d’étude de l’AFAS, Angers, 17 juin 2011 : Les services d’archives et les sources orales et audiovisuelles. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? : compte-rendu, première partie

Le 17 juin dernier l’association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) organisait une journée d’étude à Angers, aux Archives départementales de Maine-et-Loire sur le thème : « Les services d’archives et les sources orales. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? ». Celle-ci a été suivie de l’assemblée générale de l’association.

Après les mots d’introduction d’Elisabeth Verry, directrice des AD49, à l’initiative de l’organisation de cette journée avec le bureau de l’AFAS, et de Marie-Barbara Le Gonidec, présidente de l’AFAS et responsable du département de la musique au MuCEM, la matinée débuta par une présentation du nouveau site de l’AFAS par Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la MMSH d’Aix en Provence.

La mise à jour du site de l’AFAS n’a pu se faire que grâce au travail bénévole des membres de l’association et d’un partenariat engagé avec le laboratoire du centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). En effet, depuis juin 2010 l’AFAS a intégré la plateforme de Revues.org et France Besson, stagiaire dans le cadre d’un Master2 à l’ENSSIB, a mis en ligne la totalité des bulletins de l’association depuis le numéro 10 (1998). L’intégration de la plateforme Openedition créée par le Cléo est un moyen pour le Bulletin de l’AFAS d’entrer “dans la cour des grands”. Plus de 2000 visiteurs uniques viennent chaque mois le consulter1 et il peut désormais être lu depuis les nouveaux outils de lectures comme les téléphones portables, les ipad ou les liseuses2. Quelques 150 articles, compte-rendus de lecture ou présentation de sites informent non seulement sur la vie des archives sonores et audiovisuelles en France des années 1990 à nos jours mais aussi sur l’histoire d’une association, qui au fil du temps a évolué en fonction de ses adhérents. Ainsi, même si les archives de terrain ont toujours été présentes3, les discographes avaient dans les premiers bulletins et dans la revue d’origine Sonorités, une importance qui n’a commencé de décroître qu’avec la disparition du vinyle dans les usages des amateurs de musique. Aujourd’hui, le bulletin ne reçoit plus – et c’est dommage – de ces discographies qui ont marqué nos lecteurs et qui, d’après les statistiques d’utilisation, intéressent encore les internautes comme celles de Georges BrassensJean Sablon ou Léo Ferré. Le bulletin a également toujours été  un moyen de présenter des centres de discothèques publiques, d’archives ou des bibliothèques spécialisées. Les conservateurs de la BnF, ont souvent proposé des articles liés aux collections du département de l’audiovisuel et Elizabeth Giuliani, longtemps présidente de l’AFAS et directrice du département de la musique à la BnF, a proposé plusieurs textes qui connaissent un extrême succès chez les internautes, comme celui sur la musique dans les films de Stanley Kubrick. Les archives sonores et audiovisuelles inédites sont aujourd’hui devenues le centre des sujets repris dans le bulletin mais l’appel aux adhérents est constant et ils sont vivement invités à utiliser cet espace éditorial pour y évoquer leurs pratiques ou leurs expériences.

Florence Descamps, historienne (EPHE), a ensuite introduit les conférences et la thématique de la journée dont elle était à l’initiative avec Elisabeth Vérry. Régulièrement, l’AFAS organise à l’occasion de son assemblée générale une journée d’étude qui a pour objectif de mettre en valeur l’action de ses membres ou de ses partenaires institutionnels (discographes, musicologues, institutions patrimoniales, chercheurs, chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), institutions audiovisuelles etc.). Entre la journée d’étude de 2005 consacrée à Aix à la valorisation et celle de 2010 au Musée Branly consacrée aux bases de données sonores et audiovisuelles, la journée du 17 juin 2011 voulait braquer le projecteur d’une part sur les services d’Archives qui ont été impliqués de longue date dans la collecte et la conservation des sources orales4 et d’autre part attirer l’attention sur la nécessité désormais incontournable de mettre en place des collaborations et des partenariats multiples afin de réunir les conditions d’un développement optimal des sources orales. En effet, lors du congrès de l ’Association des Archivistes français organisé à Montpellier en 2007, il est apparu que la gestion de projets d’archives orales, si elle voulait couvrir l’ensemble de la chaîne de production depuis le « terrain » de la collecte jusqu’à sa diffusion et sa valorisation, devait réunir dans une même dynamique associations, collecteurs, services d’archives, chercheurs, collectivités locales, éditeurs, réalisateurs, médiateurs culturels, experts du patrimoine et spécialistes des nouvelles technologies et mobiliser des métiers, des compétences, des ressources et des financements diversifiés. Cette ambition de donner au patrimoine oral une visibilité et une place plus importante dans la société exige la mutualisation des savoir-faire et des moyens (financiers et humains), le partage des ressources et des énergies, la circulation des idées et l’ouverture sur des réseaux sociaux élargis. C’est cette envie d’ouverture et de travail en commun qu’ont souhaité susciter les organisateurs en présentant quelques réalisations de partenariats réussis entre des services d’archives départementaux, des musées, les SHS, des associations et des radios locales.

Marie-Hélène Chevalier a ensuite présenté une enquête nationale lancée à l’occasion de cette journée d’étude, à partir d’un questionnaire de onze questions qu’elle avait préparé avec Florence Descamps auprès de l’ensemble des services d’archives. Elle l’avait envoyé à l’ensemble des services d’archives en France (via le forum du service interministériel des archives de France) et nous a présenté les principaux points qui s’en sont dégagés :

1. La première question était claire : “Possédez-vous des fonds de témoignages oraux, sonores ou filmés inédits ?”. Marie-Hélène Chevalier avait repéré 73 services qui s’intéressaient à la mémoire orale à partir de son réseau professionnel. Pour cette enquête, sur les 40 réponses obtenues 34 services se sont déclarés détenteurs de témoignages oraux et de documents audiovisuels.

2. La question sur le volume d’heures conservé a mis en valeur des approches différentes, selon les services d’archives et leur histoire, pour décrire l’importance de leur collection : par nombre d’heures, de témoignages, de témoins ou de supports.

3. Une deuxième question portait sur les thématiques et les périodes des corpus conservés. Les guerres et en particulier, la deuxième guerre mondiale, demeurent les sujets de prédilection avec la vie quotidienne et les récits de vie ainsi que tous les thèmes locaux (la langue, le conte, la chanson). Certaines collectes, ponctuelles, ont été réalisées parallèlement à des dépôts papiers comme aux AD49 où un fonds déposé sur le métier de perruquier posticheur a été accompagné par le témoignage du déposant. Dans leur majorité, les enregistrements ont été recueillis à partir de 1990 et se poursuivent aujourd’hui. Cependant, des fonds plus anciens existent, notamment autour des parlers régionaux.

4. A propos de qui réalise les enquêtes, trois cas de figures se présentent : la majorité des services mènent leurs propres collectes, d’autres les délèguent et  ils passent notamment par des marchés publics alors que certains sont simplement récipiendaires.

5. La réponse à la question sur l’existence ou non d’un responsable du centre d’archives sonores et audiovisuelles était rassurante : les archivistes de l’audiovisuel et de l’oral existent enfin, même si cette mission est parfois à temps partiel. Pour d’autres services, comme les Archives municipales de Cannes, ce sont la direction ou les cadres qui effectuent des collectes ponctuelles pour une exposition par exemple ou pour toute autre action de valorisation.

6. Pour l’entrée des fonds, la provenance des sources est variée mais la majorité demeure la création ; certains services n’ont jamais reçu de dons ou de dépôts comme l’INRA.

7. Pour les instruments de recherche une grande diversité prévaut : du descriptif sommaire à l’inventaire très précis, de l’absence de description des fonds à l’état des fonds, en passant par le répertoire numérique, avec une volonté pour certains services d’indexer les fonds.

8. La numérisation des collections est loin d’être achevée même si elle avance (pour 4 services elle est terminée et seuls 3 ne l’ont pas encore entamée). Les méthodes sont variées (en interne, en partenariat, en externe).

9. L’accès en ligne des données se développe mais reste parcellaire au regard des fonds. Parmi tous les outils, celui qui a été développé par le conservatoire des mémoires étudiantes est particulièrement remarquable. Il propose une recherche par nom de témoin, période, date.

10. La valorisation peut prendre différentes formes : colloque, site internet, sonorisation d’une exposition, publication d’extraits, disque joint à une revue, DVD d’un événement, témoignage en direct d’un témoin, manifestation en l’honneur du donateur, participation à des anthologies ou prêt aux radios, animations scolaires, intégrations de fonds de bibliothèques publiques, et – plus original -, spectacle de marionnettes reprenant des témoignages oraux.

11. La dernière question, sur les partenariats, a montré combien ces derniers se développaient avec les EPST et les Universités, la MRT (Ministère de la culture), l’ONAC, l’Inspection académique, les association locales (IEO, Institut de culture basque, Dastum), les DRAC, les mairies, les collectivités locales et les musées.


Première partie du compte-rendu de la journée d’étude de l’AFAS rédigée par Marie-Hélène Chevalier, Florence Descamps et Véronique Ginouvès, à suivre dans les prochains billet des Carnets de la Phonothèque. Merci à Hélène Chevalier et Marie-Barbara Le Gonnidec pour leur relecture et commentaires.

Crédits photographiques : porte de la cathédrale Saint-Maurice-d’Angers, Véronique Ginouvès, juin 2011.

  1. Les statistiques des visiteurs d’un site web peuvent se lire de plusieurs façons mais le nombre de visiteurs uniques est celui qui permet de mesurer le nombre réel de visiteurs. Ce nombre est fondé sur les adresses IP des visiteurs. Ainsi, quel que soit le nombre de pages feuilletées par un visiteur, le serveur enregistre la session comme une unique visite. Le nombre de visites uniques donne donc une idée réelle du trafic généré sur le site Pour plus d’information sur les statistiques de consultation, voir : http://www.maisondesrevues.org/379. []
  2. Le site est publié avec le logiciel d’édition électronique LODEL, inventé par Revues.org. Ce logiciel diffuse les pages publiées sous différentes normes et formats ce qui permet la diffusion suivant les normes Dublin Core METS, TEI et aux format HTML, PDF  et ePUB. []
  3. L’AFAS a été fondée en 1979, l’année où la phonothèque de la MMSH, alors intégrée au CREHOP, a été elle-même créée. Les fondateurs de cette phonothèque (Jean-Claude Bouvier) mais aussi d’autres laboratoires de recherche, en particulier en linguistique, comme Marie-Rose Simoni ont été présents tout au long de la vie de l’association. []
  4. Les Archives nationales et les Archives de France ont été historiquement présents au sein de l’AFAS dès sa création. Depuis le Guide sur les témoignages oraux de C. de Tourtier-Bonnazzi (1992) jusqu’au dernier colloque organisé par l’Association des archivistes français à Montpellier en 2008, en passant par le Guide du Patrimoine sonore et audiovisuel d’A. Callu et H. Lemoine (Belin, 2002), les articles consacrés aux archives orales dans La Gazette des archives et les guides départementaux destinés aux associations de collecteurs, le réseau des Archives a maintenu et renouvelé son intérêt pour les archives orales. []

Polyphonies des archives sonores en Corse : chacun cherche sa voix

En 2004 a eu lieu à Corte une formation sur l’initiation à la collecte : il s’agissait d’une des premières actions du Centre musiques et danses traditionnelles de Corse en lien avec la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT). L’objectif affiché de ce nouveau centre était la promotion et de développement des pratiques des musiques, des danses et du chant traditionnel corse. Depuis, le CMT a grandi et Damien Delgrossi, son nouveau directeur1, vient d’inviter la FAMDT à tenir son assemblée générale à Corte. Cet évènement a été l’occasion d’organiser des tables rondes sur des sujets au coeur des questionnements des musiciens traditionnels. L’une d’entre elle portait sur le traitement et la valorisation des archives sonores.  Dastum et la phonothèque de la MMSH y ont présenté leurs archives ainsi que le portail du patrimoine oral et deux institutions corses exposaient leurs projets : l’association Voce et le musée régional d’Anthropologie de la Corse.

Le centre culturel Voce a été évoqué plusieurs fois sur Les carnets de la Phonothèque. Créée en 2099, la base de données Repertorium qu’il a développé, met en ligne plus de 100 heures de collectage2. Ecoutez par exemple, ce chant d’un bouvier enregistré en 1978 à Pigna, le lamentu di Guagnu inteprété par Anghjula Maria Leca née en 1910  à Ortu ou encore les paghjelles issues du répertoire de mesdames Luiggi et Volpei, deux merveilleuses chanteuses de Pioggiola. Originalité du projet, le centre fait directement appel aux corses pour documenter les enregistrements qui sont mal informés : dans la rubrique à analyser, vous pouvez écouter des enquêtes pour lesquelles le centre Voce posséde peu d’éléments et signaler les informations dont vous seriez détenteurs à Sarah Mallet, responsable du projet documentaire.

Le projet Estru paisanu3 a pour objectif de partager la mémoire des territoires sonores de la Corse à travers des séances d’écoute d’archives issues des collections de la phonothèque du musée régional d’Anthropologie de la Corse. Antoine Leonelli, du service de la médiation musique traditionnelle du musée, se déplace pour quadriller les différentes Pievi4 et restituer dans les villages les voix enregistrées des anciens paysans qui ont été capturées par les collecteurs. Mémoire et territoire se tissent ainsi dans des micro régions, sans mise en scène mais plutôt dans une dans une démarche intimiste, volontairement hors de la période touristique. Chaque année, de février à mai, sont prévues six séances. Chacune réunit une cinquantaine de personnes, souvent émue d’entendre une voix familière et joyeuse de retrouver le fil de sa culture.

Les archives sonores qui sont valorisées dans le cadre de ces séances d’écoute sont puisées dans le fonds de la phonothèque du musée, créée en 19965 et située au sommet de la citadelle de Corte. Bernardu Pazzoni est le responsable de cette phonothèque dont les missions principales sont à la fois le traitement documentaire du fonds sonore « historiques », sa mise à disposition auprès de tous les publics et l’enrichissement de la collection par des campagnes de collectages. Il faut noter que cette phonothèque est la seule en France, qui ait bénéficié d’une copie numérique d’une collection sonore importante de la part de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Il s’agit du fonds Félix Quilici, enregistré entre 1948 et 1963. L’objectif de la BnF était alors de mettre à disposition en région des enquêtes de terrain enregistrées et favoriser l’accessibilité de ces ressources. Dans le même démarche, le musée a également bénéficié d’une copie des collections enregistrées en Corse par les chercheurs de l’ancien musée national des arts et traditions populaires (aujourd’hui le MuCEM). L’intérêt du projet Estru paisanu au sein du musée est amplifié par le fait que, pour le moment, la phonothèque du musée ne permet pas encore d’accéder facilement à un inventaire ou d’écouter les archives en ligne ; étant donné que l’amplitude de ses horaires d’ouverture pour la consultation sur place est très limitée (la phonothèque est ouverte deux après-midi par semaine), l’attente de la population, des spécialistes ou tout simplement des curieux et des amoureux de la musique corse est grande. Bernardu Pazzoni constate d’ailleurs que la demande est telle qu’il existe aujourd’hui sur le web des dizaines de blogs de musique traditionnelle corse qui permettent l’écoute de collectes ou de groupes actuels. Pour ne pas être en reste, en attendant la consultation des archives du musée, le CMT a mis en place un “Youtube de la musique traditionnelle corse” qui permet d’entendre une quarantaine d’airs interprétées par des musiciens et des chanteurs issus de la tradition orale de Corse.

Crédits photographiques : Corte, 5 mai 2011, V. Ginouvès

  1. Il a pris ses fonctions en octobre 2009 []
  2. Pour les documentalistes, il peut être intéressant de noter que leur base de données est présentée sur le Joomla, une façon originale de détourner ce CMS très puissant qui finalement permet beaucoup de choses dans le domaine de l’IST puisque c’est aussi avec Joomla que le portail Crévilles.org s’est développé []
  3. L’expression pourrait être traduite par “l’esprit paysan” []
  4. La pieve correspond aux anciennes circonscriptions territoriales et religieuses dirigée par une église rurale avec un baptistère en Corse, calquée sur l’Italie du moyen-âge. Ethymologiquement, le mot « pieve » dérive du latin plebspeuple désignant une tribu, une peuplade. L’objectif est donc bien de passer sur les découpages administratifs pour retrouver des territoires plus anciens []
  5. Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article de Libération d’Annick Peigne-Giuly (18 novembre 1996), sous le titre “Une quatrième voix pour la Corse”, qui réalise une sorte de synthèse sur les acteurs de la musique traditionnelle Corse à ce moment là et reprend plusieurs informations sur la collecte de Quilici []