Archives par mot-clé : Avignon

DIMANCHE – L’archive sonore de l’Open Access Week : Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante Cote : F 3354 – N°4155 – enquêteur Baude, Janine ; informateur A., Adrienne s.l., 1983.

Cette enquête a été enregistrée dans le cadre du corpus « Celles qui n’ont pas écrit », réalisé par des étudiants à l’Université de Provence dans le cadre d’un cours de littérature axé sur le récit autobiographique. Anne Roche et Marie-Claude Taranger, responsables de cet enseignement, proposaient aux étudiants de réaliser une enquête auprès d’un témoin de leur choix sur des thématiques variants au cours des années (années 30, guerre de 1939-1945, guerre d’Algérie,…). Pour l’évaluation de ce travail étaient demandé la cassette originale ainsi qu’une transcription de l’enquête. Ces enregistrements sont donc à écouter dans la perspective d’un cours de littérature. Par exemple, les enquêtes et évaluations se concentrent moins sur les locuteurs (informateurs-enquêteurs) que sur le récit, ainsi, la date et le lieu d’enregistrement ne sont pas centrale et sont rarement précisées. La pièce centrale, notée par les enseignants (méthodologie d’enquête, contenu, qualité du témoin), est la transcription. Il peut arriver d’ailleurs que l’enregistrement n’ait pas été conservé et que seule demeure la transcription et l’évaluation de l’enseignant. A chaque enquête correspond un nouvel enquêteur, le corpus peut être considéré comme collectif, regroupant l’ensemble des étudiants de l’année universitaire. S’il arrive souvent que l’informateur choisi soit une « figure », se démarquant par l’originalité de son parcours, c’est notamment par soucis de l’enquêteur de produire une enquête au contenu fort en vue de l’évaluation. La dynamique de ce corpus collectif est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre enquêteurs. Lorsque c’était possible, le résumé des professeurs a été utilisé pour établir le résumé de la notice. Les enregistrements ne sont pas les originaux mais des copies que les enseignants ont faites d’après les enregistrements des étudiants : en plus de la dégradation de la qualité sonore due à la copie, l’intégrité du support original n’est pas toujours respectée et n’a pas toujours pu être retrouvée. Le nom donné à ce corpus « Celles qui n’ont pas écrit » est celui du livre éponyme des deux enseignantes qui s’appuie sur tous les témoignages, ceux des hommes comme ceux des femmes.

Ecouter l’enquête en streaming

Résumé de l’enquête :

L’informatrice est issue d’une famille paysanne qui cultive le blé. Vers l’âge de 15 ans elle est placée dans une maison bourgeoise à Avignon. Le travail de domestique est difficile, elle se rend à Marseille pour y échapper et connaît une période de chômage. Elle trouve plus tard du travail dans une entreprise traitant les dattes, avenue Arenc. Ce travail lui convient mieux que celui de domestique. Elle trouve ensuite une place de serveuse au « Boeuf à la mode », cours Belsunce, où elle est payée au pourboire. Pour chacun de ses emplois, elle fournit à l’enquêtrice ses horaires et son salaire avec précision. Après sa journée de travail, elle fréquente la salle de spectacle l’Alcazar où elle voit se produire de nombreuses vedettes. Elle se souvient d’une ville marquée par le chômage. Elle évoque la crainte du proxénétisme à Marseille, le soir, activité qu’elle associe à la famille Guerini. En revanche, elle ne craint pas le vol et les « bandits » qui sont rares. A l’époque du Front populaire, elle parle d’un « délire » à Marseille auquel elle ne prend pas part. L’informatrice relate ensuite son parcours durant la guerre de 1939-1945. Ayant fait des économies, elle devient propriétaire d’un café à Avignon. Là, elle est contactée par des résistants et collabore avec eux. Elle déclare qu’elle cachait des personnes juives chez elle et son inquiétude à l’époque. L’informatrice n’appuie pas l’épisode de son entrée en résistance qu’elle semble considérer comme naturel ou de bon sens. Elle fait le récit de son transport de cartes d’identités falsifiées à Toulouse où elle est suivie et arrêtée. Elle parle de la délation à cette époque, dont elle a été victime. Elle raconte son parcours en déportation (camp de Ravensbrück puis de Litomerice), la dureté des conditions de vie (atteinte du typhus, elle s’efforce de masquer sa maladie). L’informatrice revient à plusieurs reprises et avec de nombreuses précisions à la demande de l’enquêtrice sur son expérience dans les camps (traitant ainsi du contact avec l’extérieur, du peu de solidarité, de ses relations avec ses camarades ou ses surveillants, du travail – assèchement de marais, déchargement de wagons -, évoquant la dureté du traitement – le défilé des prisonnières nues dans le froid, les fusillés creusant leur propre tombe – et parfois le contraire – bon traitement de certains surveillants). Certaines images et certains épisodes vécus persistent dans son esprit après la guerre. Lors de la Libération, elle est incapable de se réjouir. L’entretien se termine sur sa vision du statut de la femme dans les années 1930, de son départ de chez elle et de son placement, de sa relation avec ses patrons en tant que domestique, et du syndicalisme à son époque.

Crédits photographiques : Free coffee wagon, Lotzen [between ca. 1910 and ca. 1915], Bain News Service publisher, 1 negative : glass ; 5 x 7 in. Pas de restrictions de droit connues.