Archives par mot-clé : avis de décès

Hommage à Claudette Castell

Au début des années 1980 deux jeunes femmes arpentent les Cévennes pour collecter des musiques et des chansons de tradition orale – dans le sillage de Jean-Noël Pelen qui dix ans auparavant y avait collecté des contes. Elles soutiennent en 1983 une thèse de doctorat sur les Chansons et danses populaires du Mont Lozère1 au sein du département des « Langues et cultures régionales » où, à ce moment là, Jean-Claude Bouvier, Philippe Joutard et Jean-Noël Pelen proposent une réflexion méthodologique autour des ethnotextes. Toutes les deux participent à leurs travaux avec enthousiasme et une grande rigueur méthodologique.

Sur le mont Lozère, elles découvrent un monde humanisé, où la transmission orale demeure, où le chant traditionnel, le légendaire historique et le conte sont encore bien vivants. Les témoins leur transmettent facilement les récits de la vie quotidienne et ceux, plus folklorisés, de la littérature orale. Leur capacité d’écoute et l’empathie qu’elles développent avec eux leur font faire des découvertes inédites. Elles se lient d’amitié avec des chanteurs et des conteurs exceptionnels, en particulier Marcel et Marinette Volpilière, qu’elles vont publier. Soucieuses que la parole des cévenols soit conservée, elles déposent tous les enregistrements qu’elles ont réalisés dans la phonothèque originale créée au sein du CREHOP, le Centre de recherches sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux. Elles deviennent ensuite professeures documentalistes au sein de divers établissement d’enseignement, sans jamais perdre ni leur lien avec les Cévennes et le mont-Lozère où elles retournent régulièrement, ni avec la recherche par leur participation avec l’association Clair de Terre2.

Au fil du temps, leurs collectages sont toujours écoutés et repris par certains chanteurs traditionnels comme en juin dernier, lors des 8èmes rencontres chantées du Galeison3. En 2015, jeunes retraitées, indéfectiblement liées, elles décident de réaliser à deux une édition publiable de leur thèse. Elles retournent à la phonothèque où elles avaient déposé leurs archives sonores – devenue celle de la MMSH – récupérer une copie numérisée de leurs collectes et se mettent au travail : écouter à nouveau ces paroles et ces chants autour du mont Lozère, réécrire leur texte pour proposer une nouvelle édition dont l’association La Talvera sera l’éditeur.

Clo, La Targa, 1986_NEW

 

Mais la vie en a décidé autrement. Claudette Castell, qui avait une maison à Vialas où elle connaissait bien les lieux escarpés et dangereux de la montagne,  a oublié, juste un instant, la férocité de cette terre qu’elle aimait. Elle a fait une chute mortelle  dans le torrent de la Gourdouze qui coule à côté de sa maison le 27 août 2015.

La thèse écrite et retravaillée à quatre mains sera cependant publiée bientôt, et donnera l’occasion, à tous ceux qui l’aimaient, de retrouver Claudette.

Crédits photographiques : photographies de Claudette Castell prêtées par Nicole Coulomb, tous droits réservés.

  1. Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de Jean-Claude Bouvier) à l’université de Provence ((Devenue Aix-Marseille Université []
  2. L’association Clair de Terre a été créée en 1986. Son sous-titre définit bien son objet : Recherche et mise en valeur du patrimoine naturel et culture de la Provence et du Languedoc. Son but est de réunir des acteurs (des personnes agissantes) de la recherche, de la culture, de l’art, autour de la question du patrimoine, considéré non comme un entre-soi figé mais comme « des racines ouvertes sur un devenir ». L’association, inscrite par ses membres dans un territoire, n’a jamais porté aucun drapeau. Elle n’est pas non plus une association de recherche à proprement parler, puisqu’il s’agit d’ouvrir la recherche, de la sortir de l’enfermement institutionnel. Clair de Terre est avant tout un carrefour, un lieu de rencontre et d’échange dans la liberté de parole et dans l’expression d’une certaine sensibilité. Les membres actifs sont Jean-Noël Pelen, Nicole Coulomb, Julie Azoulay, Caroline Darroux, Florie Martel, Pierre Laurence, Anaïs Vaillant et Katia Fersing, la présidente actuelle []
  3. Plusieurs chanteurs issus de la musique traditionnelle ou acteurs d’associations sont venus consulter les archives de Nicole Coulomb et Claudette Castell à la phonothèque de la MMSH ou ont écouté les enregistrements liés à leurs publications pour les ré interpréter ensuite dans les bals ou leurs créations musicales. On peut citer ainsi Clément Gauthier et le groupe Tornamai, le duo Aïga Linda, la compagnie Beline… Si vous connaissez d’autres groupes, musiciens ou conteurs qui se réfèrent aux collectes de Nicole Coulomb et Claudette Castell, ce serait très précieux si vous pouviez en témoigner. []

Hommage à Abdelkader Rahmani

Abdelkader Rahmani, officier algérien de l’armée française s’est éteint à l’âge de 92 ans. Lieutenant de cavalerie blindée, chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire des Nations Unies. Pour avoir refusé de se battre contre ses frères pendant la guerre d’Algérie, il est emprisonné, puis verra son avenir professionnel réduit à néant. Une voix dissidente sur la guerre d’Algérie s’est tue. Ses témoignages peuvent être écoutés en ligne sur Ganoub,  la base de données de la phonothèque de la MMSH. Ils font partie de la collection Actes de refus civils et militaires dans la guerre d’Algérie (1954-1962) (12h), enregistrés par Hélène Bracco en 2007.

couvR

En 1956, Abdelkader Rahmani, entre en désobéissance, entraînant avec lui cinquante-deux autres officiers algériens. Ils écrivent au Président de la République, René Coty, exposant leur cas de conscience à aller combattre les leurs : “Nous avons rempli notre devoir de soldats sur tous les fronts où la France nous envoyait la défendre… Des officiers algériens continuent à servir la cause française face à leurs compatriotes, peut-être même face à leurs parents, et tombent au service de la France en Algérie… Nous ne pouvons plus supporter que notre pays soit à feu et à sang, que nos parents soient massacrés par des hommes portant un uniforme qui est aussi le nôtre. Régulièrement les bataillons nord-africains et leurs cadres sont envoyés en Afrique du Nord pour combattre leurs frères de sang, au risque de détruire leur village natal et peut-être même de mitrailler leurs femmes et leurs enfants… Peut-on refuser à un Algérien d’avoir un drame de conscience ?”

Le 1er mars 1957, il sort de forteresse, en transit pour la prison de Fresnes. Il vient d’être inculpé d’entreprise de démoralisation de l’armée. L’histoire de son refus, il l’écrira dans un livre paru au Seuil en 1959, saisi dès sa sortie : L’affaire des officiers algériens. Dès son enfance et son adolescence en Kabylie, il perçoit la discrimination à l’encontre des habitants non Européens. Après avoir fait l’école des officiers indigènes d’Algérie et de Tunisie (EOAT), il réussit à intégrer l’école d’officiers de Saumur, où il se bat pour imposer sa compétence d’officier  » nord-africain « , malgré les injustices dont sont victimes les militaires « indigènes ». En 1948, au moment de sa promotion au grade de sous-officier, le gouvernement lui fait rejeter la nationalité française. Il ne l’obtiendra à nouveau qu’en 1967.

Après son entrée en désobéissance, c’est la prison (sans avoir jamais été jugé), puis la résidence surveillée, et la punition : rétrogradé et placé en position de non activité par retrait d’emploi pendant quinze ans, huit mois et cinq jours. Après trente-trois années de présence dans l’armée, il se retire avec sa seule retraite de lieutenant, sans aucune réparation salariale, sans aucune compensation, aucune restitution de ses grades, ni indemnités, « à l’inverse des officiers de la torture, amnistiés, promus, généreusement gratifiés, pensionnés, blanchis » s’insurgera-t-il jusqu’au bout. Il est décédé le premier septembre 2015.

Hélène Bracco, Pour avoir dit non, actes de refus dans la guerre d’Algérie (1954-1962),  Paris-Méditerranée, 2003

 

Crédits photographiques : photographie « à la une » repérée dans l’article Bejaia : Un fort hommage à Abdelkader Rahmani, le père fondateur de l’académie berbère, publié sur El Goual, le 19 septembre 2015, pas d’indication de photographe ni d’utilisation. La photographie est prise par Bastien Idot à l’occasion d’un article publié le 5 novembre 2013 sur La nouvelle République sous le titre Le lieutenant Rahmani prêt à raconter sa guerre de Corée . Merci à Bastien Idot de nosu l’avoir indiqué.

Hommage au professeur Pierre Chaulet

Le 5 octobre 2012 est décédé Pierre Chaulet, professeur de médecine à l’hôpital d’Alger et anticolonialiste, à l’âge de 82 ans. Il a reçu à Alger les funérailles nationales. Un hommage lui sera rendu le 17 janvier prochain au Centre culturel algérien à Paris (18h30). L’occasion de réunir des membres de la famille, certains de ses amis et collègues ainsi que des historiens.

Je l’ai rencontré en 1993 dans le cadre de la recherche universitaire que j’effectuais alors sur les européens restés vivre en Algérie après l’Indépendance. Une grande amitié professionnelle et personnelle est née à ce moment là. Pendant plus de vingt ans, il m’a accompagnée et soutenue dans ma recherche. Le 14 juin 2012 il présentait son livre à la médiathèque de Ganges Le choix de l’Algérie – Deux voix, une mémoire, écrit avec sa femme Claudine. Il m’avait autorisée à transmettre le témoignage de sa vie. Un de ses entretiens sur la question des accords d’Evian et de la nationalité a été précédemment diffusé sur Les carnets de la phonothèque. L’enregistrement présenté ici est le récit de son histoire, en partie transcrite dans mon ouvrage. Cet entretien est accompagné de la notice documentaire qui le décrit et restitue le contexte de l’enquête.

Mémoire d’un médecin engagé au côté du FLN dans l’indépendance de l’Algérie

N° d’enquête : 4014

Bracco, Hélène (enquêteur) ; Chaulet, Pierre (informateur) ; Bracco, Michel (interv.). Enregistré à Alger, 1993. 1 cass., 1h.

Pierre Chaulet est né en Algérie et y demeure toujours au moment de l’entretien. Ses grands-parents du côté maternel sont arrivés en Algérie, à Skikda, après avoir été ruinés par la crise du phylloxéra, et du côté paternel à Hussein Dey où son grand-père était Maréchal ferrant. L’informateur n’a pas fréquenté d’enfants arabes durant toutes sa scolarité puisqu’il a effectué ses études primaires et secondaires dans une école privée jésuite. La prise de conscience du nationalisme algérien durant ses années universitaires a été pour lui l’élément le plus important au regard de son rapport à la guerre d’Algérie. C’est ce qui lui a fait prendre conscience des inégalités sociales et épouser la cause algérienne. L’informateur rappelle le contexte géopolitique international de l’époque, témoignant ainsi de l’évolution du monde colonial. L’informateur estime que l’insurrection de 1954 était logique d’un point de vue historique et qu’elle impliquait de choisir son camp (indépendance ou colonialisme). Pierre Chaulet explique aussi cette insurrection par les nombreuses inégalités frappant le peuple algérien (double collège, vote d’un statut spécifique à l’Algérie). L’informateur présente les différents mouvements de revendications : les modérés comme Ferhat Abbas, les radicaux comme le MTLD et le PCA. Il précise que la presse et les discours politiques (François Mitterrand et Jacques Chevallier) détournaient les causes réelles de l’insurrection. Il présente ensuite les différentes organisations françaises en faveur de l’indépendance de l’Algérie ; les libéraux d’une part et les mouvements radicaux d’autres parts. L’activité politique de l’informateur a motivé son arrestation et son expulsion du territoire algérien. Après sa période de détention, il a repris ses activités en collaboration avec le FLN depuis Tunis pour préparer l’indépendance de l’Algérie. Il est rentré en Algérie en 1962. L’informateur conclut en présentant sa famille, notamment ses parents qui furent des militants et responsables syndicaux à la CFTC. Enfin il présente l’implantation de la CFTC en Algérie et le rôle qu’eurent les communistes libertaires et les anarchistes pendant la guerre d’Algérie. il a acquis la nationalité algérienne au titre de l’article 8 de la Constitution (participation à la lutte de Libération).

Crédits photographiques : Pierre Chaulet en 2013, collection privée, diffusée avec l’aimable autorisation de la famille.

 

Hélène Bracco,

historienne

Adieu à Marie-Rose Simoni-Aurembou

Marie-Rose Simoni-Aurembou ne fera plus raconter d’histoires aux habitants de l’Ile de France… Elle est partie le 3 août 2012. Linguiste, directrice émérite de recherche au CNRS, elle a participé à la création de l’association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) où elle a oeuvré sans relâche pour que les archives sonores trouvent leur place dans la recherche en science humaines et sociales. Nous garderons le souvenir de sa gaieté, de son élégance, de sa générosité et ferons tout pour maintenir l’énergie qu’elle mettait au service des récits, de la langue et de la mémoire des gens de peu.

Des extraits de ses enquêtes orales réalisées pour l’Atlas Linguistique et Ethnographique de l’Île-de-France, Orléanais, Perche, Touraine qu’elle a dirigé peuvent être consultées sur le site « Corpus de la parole » : http://corpusdelaparole.in2p3.fr

En illustration : un des ouvrages qu’elle a publié, ici avec sa mère Renée Aurembou institutrice dans l’Allier, décédée en 2006.

Disparition de Marceau Gast, ethnologue nomade

Depuis plusieurs années Marceau Gast se battait contre la maladie, elle a fini par l’emporter dimanche 26 juillet 2010. Depuis quelques mois, à la phonothèque de la MMSH, nous travaillions sur des archives sonores qu’il y avait déposées et – pour pouvoir traiter ses enregistrements – nous écoutions et ré-écoutions sa voix, avec celles des témoins qu’il avait interrogés dans les campagnes yéménites, ou celles de ses collègues lors de conférences auxquelles il avait participé et dont il souhaitait garder trace.

Lorsque Marceau Gast a découvert la phonothèque à la MMSH, il a tout de suite adhéré au projet de mise à disposition des archives de la recherche. Dans un premier temps, il a voulu avoir des copies numériques d’entretiens anciens pour les transmettre à des amis algériens. Puis, en 2006, il a déposé la totalité de ses enregistrements. Malgré notre tristesse, nous sommes heureux* d’avoir engagé le traitement de ses archives et de permettre leur accès, dans la mesure des droits qui nous ont été accordés. Il s’agit d’un travail de longue haleine, coûteux en temps de travail et la totalité du dépôt n’a pu encore être traitée. Ces enregistrements ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras et dans les Alpes de Haute-Provence. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Les premiers enregistrements traités par la phonothèque sont ceux qui portaient sur les Hautes-Alpes, le Queyras plus précisément où Marceau Gast a travaillé sur l’artisanat du bois, sur les coffres en particulier, en envisageant des comparaisons avec les coffres kabyles. Toujours à l’écoute de ce qui peut embellir la vie, ses enquêtes font également entendre des chants du Queyras, car comme au Yémen ou au Sahara, il a été sensible à la musique et à la poésie que l’on retrouve ainsi tout au long de ses enregistrements de terrain. Curieux de la vie culturelle et de ceux qui agissaient pour l’éducation populaire, il a réalisé en 1992 en Haute Provence où il venait résider en vacances, un entretien avec Pierre Martel, alors directeur de l’association Alpes de Lumière. Il n’a rien publié à partir de cet enregistrement mais il s’avère que cet échange vient compléter deux fonds très riches qui ont été déposés à la phonothèque, ceux de l’association elle-même et du musée de Salagon que Pierre Martel avait contribué à créer. Ainsi les collections sonores se complètent et se parlent.

Dans les années 1970, des problèmes politiques interdisent le terrain du Sud Sahara aux ethnologues qui doivent se tourner vers d’autres aires culturelles. Marceau Gast part pour le Yémen du Nord pendant dix années consécutives (1974-1984).  Il nous a laissé une collection homogène (92 enquêtes – environ 36 heures), sur les pratiques agricoles et plus largement sur la vie quotidienne des campagnes yéménites. Ces enquêtes l’ont mené également à s’intéresser à des questions plus larges d’organisation sociale ou d’évolution politique et à leurs impacts sur la vie de ces campagnes. Comme toujours, la musique et la poésie ne sont pas absentes de ses enregistrements. Ces enregistrements sont inestimables car ils offrent un matériau encore à exploiter sur une société en pleine mutation, un peu plus de dix ans après la révolution de 1962.  Lui-même aura d’ailleurs finalement peu publié à partir de ces entretiens. Pour des questions de recherche de droits, ces entretiens seront mis en ligne prochainement sur la base de données de la phonothèque.

Parmi les cassettes déposées, une grande partie est constituée de conférences ou de cours enregistrés à l’initiative de Marceau Gast. Nous avons choisi de traiter en priorité le colloque de Sénanque (1981) sur Les chars préhistoriques du Sahara, archéologie et techniques d’attelage, qu’il avait organisé avec son complice du désert Gabriel Camps, disparu lui aussi. D’autres conférences seront bientôt mises en ligne.

Entre 1997 et 1998, Hélène Claudot-Hawad avait réalisé une série d’entretiens avec Marceau Gast pour la publication de sa biographie qui a pris pour titre un mot de la langue tamahaq, Tikatoûtin, « Souvenirs ». Ce livre ne pouvait tout transmettre de cet échange, il est maintenant possible d’écouter la totalité des enregistrements (6h 30) sur la base de données de la phonothèque de la MMSH. Si vous ne connaissiez pas cet homme, attachant et généreux, voilà l’occasion de découvrir sa jeunesse et sa formation en Algérie (années 1930-1940), son expérience d’instituteur auprès des populations touaregs du Hoggar (1951-1955), son activité dans les Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) et enfin son entrée dans le monde de la recherche en ethnologie.  Dans ces entretiens Marceau Gast pose un regard précis, curieux, amusé parfois, critique aussi sur son parcours, la société touareg, la société coloniale, l’Algérie durant la guerre d’indépendance ou encore sur le milieu de la recherche.

Il manque à toutes ces archives, celles qu’il a enregistrées dans les campements du désert, dans le sud du Sahara. Il reste encore une petite centaine d’heures sur bandes et sur cassettes à numériser et à analyser. Elles sont en grande partie en langue tamahaq. Pour cela, il nous faudra trouver un locuteur capable de les comprendre pour réaliser le traitement documentaire, il nous faudra aussi obtenir les financements nécessaires pour réaliser ce travail. Nous les trouverons, l’enthousiasme de Marceau Gast est une maladie qui s’attrape !

 

 

Marceau Gast est décédé le lundi 26 juillet 2010 à Aix-en-Provence dans sa 84e année. Il a été mis en terre au cimetière de Salignac dans les Alpes de Haute Provence (04) là où, en 1962, sa famille avait acheté un cabanon qui devait devenir au fil des ans une grande maison de famille et d’amis.


Référence des ouvrages cités :

Gast, Marceau et Hélène Claudot-Hawad , Tikatoûtîn. Un instituteur chez les Touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Paris: La Boussole, 2004. [A lire sur cet ouvrage, la critique de Kamel Chachoua sur la revue des mondes musulmans et de la Méditerranée http://remmm.revues.org/index3901.html]

Sous la direction de Camps, Gabriel et Gast, Marceau, « Les chars préhistoriques du Sahara. Archéologie et techniques d’attelage. Actes du colloque de Sénanque, 21-22 mars 1981 ». Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1982.-200p.

La bibliographie de Marceau Gast liée aux enquêtes orales est sur la bibliothèque Zotero de la phonothèque de la MMSH : http://www.zotero.org/phonotheque/items/collection/2144813

Tous les billets du blog sur le fonds Marceau Gast : http://phonotheque.hypotheses.org/tag/marceau-gast

* Les documentalistes qui ont travaillé sur le fonds de Marceau Gast sont : Marie Doumain, Laurent Llhuilier, Hanan Maloom, Laure Principaud. Laure Principaud a dirigé l’organisation des corpus en langue française et de ceux enregistrés au Yémen. Elle a présenté sa méthodologie lors d’un colloque organisé par la Maison des sciences de l’homme Alpes en janvier sous le titre « L’histoire orale, regards croisés et décalés » : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html.

 

 

Crédit photographique : Marceau Gast en 1973, par Lucy Vallauri.