Archives par mot-clé : balade patrimoniale

Promenade sonore sur les traces des arméniens de la Cabucelle à Marseille

L’association Paroles Vives a déposé de nombreuses collections sonores à la phonothèque de la MMSH dont une série d’entretiens avec des témoins d’origine arméniennes dont les familles s’étaient réfugiées dans les Bouches-du-Rhône après le génocide de 1915. Cette collecte de récits de vie est aussi un appui pour retrouver les traces visibles et matérielles des communautés arméniennes de certains quartiers de Marseille. Ainsi, le 14 octobre prochain, l’association organise une balade dans le quartier de la Cabucelle.
Extrait de l’enquête 2100 sur le quartier de la Cabucelle :

Le circuit vous amènera à découvrir l’installation des exilés, dans le camp Oddo puis dans différents quartiers de Marseille ; comment la communauté arménienne a imprégné  le territoire et et s’est inscrite dans le patrimoine culturel marseillais.  Le témoignage oral est aujourd’hui la meilleure façon de se représenter comment était la vie des réfutés dans le camp Oddo. En effet ce camp, créé au moment de l’arrivée massive des arméniens à Marseille en 1922, a été fermé en 1927 et  il n’en reste trace principalement qu’à travers des registres. Vous pouvez ainsi écouter un extrait sonore issu de la collection réalisée par l’association Paroles Vives qui complète un article de Wikipédia (extrait de l’enquête 2072).

Cette balade patrimoniale est une proposition à fouler le bitume mais aussi à tendre ses oreilles. Des témoignages oraux ponctuent cette marche et redonnent vie à cette tranche de l’histoire collective. Les mémoires vivantes et les documents vous feront entrer dans l’épaisseur historique de Marseille. Des livrets-découvertes sont distribués aux participants afin de rendre la visite interactive, le marcheur est invité à des jeux d’observations. Si vous voulez vous faire une idée de « comment ça marche ? », vous pouvez jetez un coup d’oeil ici sur de précédents événements.

Continuer la lecture de Promenade sonore sur les traces des arméniens de la Cabucelle à Marseille

La randonnée du patrimoine culturel

 

Depuis quelques temps, on trouve dans certaines villes des propositions pour de nouvelles façons de marcher ensemble. Je viens de faire une voyage dans mon quartier, le 15e arrondissement de Marseille avec l’Agence touriste. Cette drôle d’agence présente ses balades comme « partitions de promenades » et elle en profite pour transmettre des bribes de mémoire locale. A travers les voix des artistes qui nous emmènent « par monts et par vaux », nous entendons – entre autres choses – les récits de ceux qui habitent, jouent, traversent ou travaillent dans ces espaces. Le fonctionnement de ces « balades patrimoniales », qui s’inscrivent dans le cadre la Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société1 est très bien décrit dans Wikipedia. Je n’ai pas trouvé traces d’autres balades de ce type qu’à Marseille (qui en a fait un projet pour 2013) et Venise mais si un lecteur entend parler d’autres sites, qu’il nous le signale dans un commentaire du billet !

Quoiqu’il en soit, tout en marchant, j’imaginais qu’il serait intéressant d’inviter les artistes qui organisent ces promenades à venir écouter les entretiens de terrain archivés : ils pourraient alors les réutiliser directement dans ces balades, sur les sites où leurs captations se sont faites, comme un écho de ceux qui ont jadis occupé cet espace. La lecture de la convention de Faro devrait bousculer les gestionnaires de fonds patrimoniaux et les pousser à la multiplication des publics, à la recherche de nouveaux usagers qui  écouteraient (enfin ?) ces archives de notre mémoire collective qui racontent l’histoire des anonymes et tissent la diversité culturelle du terrain.

En effet, j’exagère sans doute, mais il me semble que si les centres d’archives sonores mettent aujourd’hui de plus de documents en libre accès, les consultations et les réutilisations restent limitées au regard du coût que représentent la numérisation, l’analyse et la mise en ligne. D’ailleurs, cette question n’est pas propre aux archives sonores mais se retrouve dans de nombreuses collections patrimoniales à travers le monde, et certains osent le dire. Les bibliothécaires de la Library of Congress confiaient dans leur premier bilan d’activités du projet Flickr Commons2 qu’ils ne s’attendaient pas à recevoir autant de félicitations de la part leurs concitoyens pour la mise en ligne de leurs collections sur Flickr puisqu’elles étaient déjà accessibles sur leur site de puis plusieurs années :

Ironically, some of the email and comments we received after launch noted how pleased people were to see the Library “begin” to digitize their photographs and make them available online. In fact, the Library of Congress Prints and Photographs Online Catalog (PPOC) contains more than one million digitized images that have been available on the Library’s Web site for years. Feedback of this nature suggests that as a result of this project the Library is reaching new audiences—people who did not or could not find this material on our own site, and people who never thought to look here. (p. 14)

Il existe donc des façons de sortir des centres d’archives et de partir en direction de nouveaux usagers, à nous de les découvrir.

Crédits photographiques : balade avec l’agence tourisme, en dessous du Plan d’Aou, juste au-dessus de la Bricarde, vendredi 10 juin 2011, photogr. Véronique Ginouvès.

 

  1. Ou convention de Faro, cette convention vient d’entrer en vigueur le premier juin 2011 []
  2. Deux billets sur Flickr Commons ont été publiés dans les Carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/3658 et http://phonotheque.hypotheses.org/452 []