Archives par mot-clé : Baron Erlanger

2ème rencontre « Sources et créations », Mucem, 9 mai 2016 : Quelles archives pour la création ?

En mars 2015, dans le cadre du projet « Sources et créations », le Mucem organisait une première journée professionnelle de réflexion consacrée à la question : Quelles sources pour la création ? Pour cette nouvelle édition, l’interrogation est cette fois : Quelles archives pour la création ?. Quelles méthodes, processus et orientations sont proposés par les organismes privés et publics pour conserver des créations artistiques, que celles-ci soient émises par des festivals, des compositeurs, des musiciens, ou des chercheurs ? S’agit-il d’archives publiques ou d’archives privées ? Comment cela s’organise-t-il à l’échelle méditerranéenne ? Ces rencontres seront l’occasion d’explorer différentes pratiques aussi bien en France qu’en Tunisie et au Liban, avec ateliers et table-ronde.

PROGRAMME

9h30 : accueil au Centre de conservation et de ressources (CCR)

10h-12h, CCR : Atelier A la découverte des archives du musée, en compagnie de Marie-Charlotte Calafat (responsable adjointe du Centre de conservation et de ressources, Mucem)  et Fabienne Tiran (archiviste, Mucem).

14h30-15h15, fort St Jean, I2MP, salle Meltem : Atelier avec Zeina Saleh Kayali du Centre du patrimoine musical libanais1.

15h30-16h15 : Atelier avec Anas Ghrab du Centre des musiques arabes et méditerranéennes2.

16h30-17h15 : Atelier : Présentation du thesaurus d’instruments de musique MIMO par Rodolphe Bailly

18h-20h : Rencontre-discussion : Quelles archives pour la création ? Avec Lenka Bokova (responsable de la maison Jean Vilar), Bertha Bermudez (danseuse et chorégraphe), Mireille Maurice (déléguée générale de l’INA), Fabienne Tiran (archiviste),  Modération par Marie-Charlotte Calafat (Mucem) et Véronique Ginouvès (responsable de la phonothèque de la MMSH).

Si Elisabeth Cestor (Mucem) à l’origine du projet et de cette journée n’est pas affichée dans le programme, elle nous fera part de prochains événements à venir dans le cadre du programme qui continue à se développer.

Crédits photographique : promenade près du Mucem en 2015, photographie de Nadine Vakhnovsky, CC-BY-NC.

  1. Le Centre du patrimoine musical libanais – CPML-espace Robert Matta  a ouvert ses portes en 2012 au Collège Notre-Dame de Jamhour, dans la région de Beyrouth. Il a pour objectifs de rassembler, conserver et valoriser les archives et la documentation des compositeurs libanais de musique savante []
  2. Le Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes est une institution publique sous la tutelle du ministère de la Culture de la Tunisie. Situé à Sidi Bou Saïd, il se consacre à l’étude et à la valorisation du patrimoine musical arabe. Le Centre abrite aujourd’hui une importante phonothèque ainsi qu’un musée d’instruments de musique, et organise différentes activités artistiques et scientifiques []

Ennejma Ezzahra, le palais des archives sonores tunisiennes

En juin dernier j’ai visité le palais Ennejma Ezzahra1, ancienne maison du Baron Rodolphe d’Erlanger, où se situe depuis 1991 le CMAM, centre des musiques arabes et méditerranéennes2. Je ne présenterai pas ici les nombreuses missions du CMAM qui sont nombreuses. Pour les découvrir, je vous renvoie vers le site de l’institution et vers ce documentaire d’ARTE, « Trésors oubliés de la Méditerranée.  : le Palais du baron d’Erlanger, Tunisie »3. Quoiqu’un peu ancienne (2011), le film donne un aperçu assez complet des activités, du musée comme de la beauté du site du palais .

Je voudrais ici m’attacher aux missions directement en lien avec la conservation et la valorisation des archives sonores et audiovisuelles, celles qui m’ont poussée à visiter le CMAM en  juin dernier, alors que j’étais en déplacement pour raisons professionnelles. Mon intérêt de phonothécaire était aiguisé pour diverses raisons. Tout d’abord je savais que  ce centre était en charge du dépôt légal des phonogrammes en Tunisie – un dépôt légal  créé dès 1977 ! –4, mais aussi qu’il avait publié à partir des années 1990 des collectes enregistrées sur le terrain5 ou des archives sonores anciennes6 et – dans la lignée du baron d’Erlanger – des monographies7. À cette double mission de conservation et de diffusion, s’ajoutait également celle de la recherche dans le domaine. Ainsi, j’avais noté qu’au début du mois de juin,  une table ronde avait été organisée sur le thème8 Rythmes et danses traditionnels en Tunisie : patrimoine immatériel en danger ainsi qu’en décembre 2014, un colloque international sur les traditions musicales en Afrique-du-Nord.

J’ai ainsi rencontré l’équipe du CMAM qui archive, conserve, catalogue, numérise – ou transfère pour les documents plus récents – avec des outils de pointe tous les types enregistrements sonores et audiovisuels déposés au Palais : collectages, conférences, enregistrements de concerts publics ou privés, phonogrammes édités…. pour favoriser la mise en ligne des données du patrimoine musical tunisien.

19638576481_7acd969ede_o

Pour cela, l’équipe du CMAM prend en compte les règles du droit tunisien en matière de propriété intellectuelle comme les questions éthiques. Une base de données documentaire permet la recherche à travers les collections et sera bientôt accessible en ligne. Elle permettra de dresser une cartographie musicale de la Tunisie, de réaliser de19603215385_a9acd60519_qs recherches en musicologie et en organologie mais aussi de faire mieux connaître au grand public le patrimoine musical tunisien . Pour mettre en oeuvre ce projet, le centre de documentation a choisi d’utiliser l’outil Telemeta, créé par le CREM/LESC/MAE. Dans cet objectif, le CMAM a réalisé une traduction complète de l’interface de ce logiciel libre en langue arabe.

Le lancement de la base de données sera un bel évènement pour les archives sonores et la recherche ethnomusicologique en Méditerranée, nous l’attendons tou-te-s impatiemment !

19415240620_28389b9ea2_o

Je remercie chaleureusement Soufiane Féki et Anas Ghrab qui ont pris le temps de me recevoir

Le site du CMAM – Centre des musiques arabes et méditerranéennes : http://www.cmam.tn

Présentation du CMAM – centre des musiques arabes et méditerranéennes sur le blog « Musique arabe » : http://musique.arabe.over-blog.com/article-19299210.html

Crédits photographiques : vue de la phonothèque, une partie de l’équipe du CMAM dans une des deux salles de numérisation, photographie de l’écran présentant l’interface de Telemeta en langue arabe, intérieur de la maison du Baron d’Erlanger qui semble avoir quitté à l’instant le salon de musique… Photographies de Véronique Ginouvès, juin 2015, CC-BY.

  1. En langue arabe, le terme signifie « l’étoile de Venus » ou « La fleur étoilée » ou encore « l’étoile resplendissante ». Le palais a été construit entre 1912 et 1922 []
  2. Le palais Ennejma Ezzahra a été classé monument historique par le décret numéro 577 du 29 mai 1989, promulgué  dans le Journal Officiel de la République Tunisienne  n° 40 du 13 juin 1989. La création du CMAM  a été décidée sous le gouvernement de Zine El Abidine Ben Ali en décembre 1991. []
  3. L’émission a été réalisée par Laurence Thiriat et diffusée sur Arte le 30 octobre 2011 à 16h05. []
  4. Le CMAM gère le dépôt légal depuis 1994, quand la phonothèque nationale tunisienne lui a été rattachée ; de 1977 à 1993, c’est le conservatoire national de musique de Tunis qui en était responsable. []
  5. Dans le documentaire d’ARTE ci-dessus on peut voir un exemple de collectage réalisé par Mounir Hentati, ancien conservateur du palais Ennejma Ezzahra puis directeur du CMAM par intérim de novembre 2010 à février 2011, filmé en direct dans la province d’El-Kef. []
  6. Dans les années 1990 la phonothèque de la MMSH échangeait ses publications avec celles du CMAM, à l’initiative du directeur de cette période, Monsieur Hatem Touil. Plusieurs titres ont été publiés, quasiment impossibles à acquérir dans le circuit commercial. Ils valorisaient des documents anciens conservés au CMAM comme des collectes enregistrées sur le terrain. []
  7. Bien entendu, dans les publications papier, il faut citer les six tomes de l’histoire de la musique arabe rédigés sour la direction du Baron d’Erlanger dont le premier avait été publié de son vivant (1930), les cinq autres en 1935, 1938, 1939, 1949 et 1959. Si les six volumes ne sont pas librement accessibles en ligne (ils devraient pourtant être élevés – au moins pour partie – dans le domaine public !), ils ont toutefois été numérisés dans le cadre des programmes de Google et et il est possible de rechercher dans les ouvrages à partir d’un nuage de mots clés ou par mots dans le moteur de recherche de Google Books. []
  8. L’évènement a eu lieu le 5 juin 2015, était organisé par le CMAM en collaboration avec l’association Hayyou’Raqs. Des chercheurs intéressés par ce patrimoine et des danseurs témoins-clés de l’histoire des danses traditionnelles y intervenaient. []