Archives par mot-clé : bateau

Fuir Smyrne en bateau en 1922

En 2013, la phonothèque de la MMSH a numérisé et traité une collection sonore déposée par les Archives historiques des Cyclades (Grèce) portant sur les réfugiés de la catastrophe de Smyrne de 1922 sur l’île de Syros. Une série de billets présente ces entretiens en langues française, grecque et anglaise.

Plusieurs témoignages issus de la collection sur les Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 évoquent la fuite en bateau des grecs de Smyrne et de sa région depuis les côtes d’Asie Mineure en septembre 1922. Sur les ports1 sont amarrés des bateaux grecs, français, américains et anglais qui vont transporter les grecs persécutés jusqu’en Grèce. Les récits de la fuite des réfugiés de la première et de la deuxième génération racontent les épreuves de la vie comme la  maladie,  la mort,  l’amitié ou encore l’amour.

Ceux qui habitent à l’intérieur des terres sont contraints de parcourir de longues distances à pied, en emportant seulement leurs enfants, comme la famille de Timonidou (entretien n°4465) qui est partie de la Haute-Mésopotamie jusqu’à Mersin ou encore la famille Chrisafidis (entretien n°4458) qui a fait le chemin d’Eskişehir jusqu’à Antalya. Ils racontent comment, pour éviter les mauvais traitements et les arrestations durant le voyage, ils échafaudent différentes ruses : les filles revêtent des vêtements d’homme, tandis que les garçons portent des pantalons plus courts pour paraître plus jeunes. Comme les autorités turques interdisent aux grecs de transporter des objets de valeur, les femmes cousent des pièces d’or dans le revers de leur jupon ou de leurs chaussettes, d’autres vont jusqu’à les avaler. Une fois obtenue une place – si convoitée – sur les bateaux surchargés, ils doivent encore affronter les dangers de la mer agitée et l’épidémie de typhus.

Ce billet reprend les récits directs et indirects de trois témoins : Despina Dimou, Despina Eleftheriadou et un réfugié qui a souhaité demeurer anonyme.

Despina Dimou est une réfugiée de la première génération originaire d’Aïvali, ville au nord-ouest de la mer Egée. Toute la famille a réussi à s’enfuir, à l’exception des grands-parents. Ils ont embarqué sur les bateaux nord-américains qui les ont conduit à Mytilène, sur l’île de Lesbos, située en face de la côte turque. Ils y ont vécu quelques temps puis se sont installés à Syros.

Despina Dimou : A Aïvali, des bateaux anglais et américains sont venus nous chercher.
Enquêtrice : Il y avait beaucoup de familles ?
Despina Dimou : Ceux qui voulaient partir, c’est à dire tous, puisqu’on pouvait pas rester, les turcs nous chassaient. Il m’est arrivé une aventure en route, comme on était des gens pieux, j’avais pris avec moi une icône… (l’informatrice se met à pleurer) (…) Ma mère avait de l’argent sur elle, des livres turques, qu’elle avait cousues dans l’ourlet de ses vêtements et les turcs n’ont rien remarqué. Mais ils lui ont pris autre chose, une petite montre je crois, qu’ils lui ont rendue par la suite en lui disant “nous ne prenons pas les accessoires féminins” Ils se sont comportés avec gentillesse, on ne peut pas dire le contraire. Mais nous, on tremblait comme des oiseaux. Puis on est partis à Mytilène.
Enquêtrice : Qu’est-ce que vous aviez pris d’autre avec vous ?
Despina Dimou : Pas grand chose : un matelas, une poule bouillie pour la manger.

Despina Eleftheriadou est une réfugiée de la deuxième génération. Elle raconte la fuite de ses parents originaires d’Istanbul (alors Constantinople) en reprenant le récit familial entendu dans sa jeunesse. Lors des événements de 1922, sa mère réussit à embarquer sur un bateau, avec sa mère et sa soeur. Sur le bateau elle rencontre son futur mari. A leur arrivée en Grèce à Ioannina, ils se marient et fondent une famille. Ils travaillent pendant 6 ans dans les usines de la région avant de s’installer à Syros.

Despina Eleftheriadou  : Ma mère m’a raconté : ils nous ont mis sur un bateau et nous avons voyagé pendant un mois. La saleté, nulle part où te laver, des poux, rien à manger… On pensait qu’on allait mourir sur le bateau.
Enquêtrice : Qui a réussi à s’enfuir dans votre famille?
Despina Eleftheriadou : Elle, sa mère, sa soeur…
Enquêtrice : Les femmes donc ?
Despina EleftheriadouToutes les femmes. Les hommes avaient été exilés et ils sont morts de faim et de soif.
Enquêtrice : Elles ont pu prendre des affaires avec elles ?
Despina EleftheriadouElles avaient seulement un matelas, qui nous a sauvé pendant l’Occupation car il était fait de laine à l’intérieur et ma mère fabriquait des vêtements pour les échanger dans des villages contre des pois chiches, du riz, de l’huile, des légumes… (…) Si vous savez ce que ces gens-là ont enduré : ils sont morts très fatigués et malheureux. (…)
Enquêtrice : Et qu’est-il arrivé après le bateau?
Despina EleftheriadouIls sont descendus à Ioannina et ils ont reçu de l’aide de l’Etat pour trouver un logement (…) C’est dans le bateau que ma mère a rencontré mon père. Il avait 17 ans et ils n’avaient pas réussi à l’attraper. Il avait dû s’enfuir car mon père était très malin. Elles étaient 6-7 femmes et il a proposé de les aider. Il dit à ma mère : “Tu me plais beaucoup et j’aimerais que tu deviennes ma femme”. Elle avait 14 ans.

Le troisième entretien présenté dans le billet a été enregistré auprès d’un réfugié de la première génération né à Ikonios en Asie Mineure. En 1922, il se dirige avec sa mère et ses trois frères et soeurs vers la ville de Mersin, sur la côte turque. Arrivés au port, sa mère cherche un moyen pour faire passer des pièces d’or par la douane. Elle fait alors appel à un voisin turc qui a eu une idée : il demande à sa mère d’amener des couteaux et autres ustensiles de cuisine avec de grands manches. Il ouvre une cachette dans les manches et cache les pièces à l’intérieur. Puis, ils en cache dans la doublure de leurs vêtements et leur fait avaler le reste. Ils réussissent à passer la douane sans être découverts. Ils voyagent ensuite dans un un bateau de transport où de milliers des gens sont entassés. Puis ils débarquent dans la ville de Nauplie, dans le Péloponnèse. Après un séjour à Tripoli, ils partent rejoindre des parents à Syros.

(extrait) L’informateur : Durant la catastrophe, nous sommes passés par Mersin. C’était le port où  les bateaux grecs arrivaient pour prendre  les réfugiés. Pour monter sur les bateaux nous devions passer la douane : ils nous avaient interdit de faire passer de l’or, mais nous pouvions emporter de la monnaie grecque, autant de billets qu’on voulait. Ma mère ne savait pas si en Grèce la monnaie turque allait être acceptée et elle s’inquiétait de savoir comment elle allait nourrir ses 4 enfants. On avait de l’or, beaucoup de pièces de livres turques, et elle réfléchissait à comment les faire passer à la douane (…)
Enquêtrice : En Grèce où êtes-vous allés ?
L’informateur : Avec le bateau, nous avons voyagé 7 jours et nous sommes arrivés à Nauplie. A Nauplie, ma mère a loué un logement. Après nous sommes allés à Tripoli, puis notre oncle a envoyé quelqu’un pour nous faire venir à Syros.

Crédits photographiques : photographie à la une Too crowded for comfort, 1921, Library of Congress. Pas de restrictions de droits connues.

Vignette de soundcloud : Smyrna, Silas and Anna Weaver Hertzler Papers. Middle East Photographs, 1919-20. HM1-197. Box 19 Folder 1 photo 1822. Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restrictions de droits connues.

  1. Dans les entretiens, quatre ports sont cités par les réfugiés : Antalya, Istanbul – anciennement Constantinople-, Izmir – anciennement Smyrne -, Mersin. []

Mer en fête 2014 : des archives sonores à bord du Danielle Casanova

Vendredi 23 mai 2014, l’association U Marinu organisait la 21éme édition de la manifestation Mer en Fête. À bord du navire Danielle Casanova, plus de 48 ateliers interdisciplinaires ont animé cette journée en faisant découvrir la Méditerranée à environ 1000 écoliers marseillais. L’atelier embarqué de la phonothèque faisait écouter les témoins de la pêche traditionnelle en Provence aux élèves. L’enjeu de l’atelier était de faire comprendre aux enfants l’utilité des entretiens de terrain pour la recherche en sciences humaines et sociales, leur conservation et leur valorisation dans une phonothèque.

L’atelier de la phonothèque était centré sur des échanges avec les élèves en s’appuyant sur les trois extraits sonores suivant:

Le premier extrait sonore était extrait d’un corpus constitué dans le cadre de la thèse d’Olivier Féraud Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples, et donnait à entendre le cri d’un marchand de poisson napolitain.

Enquête n°3200

Les élèves ont aimé entendre le cri et la scansion du marchand de poisson, « comme s’il était en colère ». Sans dire aux enfants le sujet de l’enregistrement, je leur demandais pour qu’elle raison cet homme criait. Ils ont pour la plupart deviné qu’il s’agissait d’un appel à la vente sur un marché. L’écoute était l’occasion de faire prendre conscience aux enfants de l’importance de l’environnement sonore dans une ville. L’enregistrement donnait également l’occasion de souligner l’intérêt de l’archive sonore pour connaître les noms des poissons dans des langues régionales, ici le napolitain.

Les deux extraits suivants étaient extraits de deux enquêtes d’Annie-Hélène Dufour sur les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois.

Enquête  n°2504

Ainsi, le deuxième extrait donnait à entendre un ancien pêcheur qui racontait comment étaient définies ses zones de pêches puis sa façon de confectionner son filet. L’enregistrement sonore apparaissait là comme un moyen de s’assurer de la transmission d’un savoir-faire qui ne pourrait être appréhender seulement par l’écrit ou la photographie. Cela nous donnait l’occasion de discuter de l’importance du patrimoine immatériel dans notre société et de sa préservation. 

Enquête n°2504

Enfin, dans le troisième extrait un pêcheur donnait les propriétés particulières de la Saupe. Je demandais alors aux élèves toute leur attention à l’écoute de l’intervention de l’enquêtrice. L’objectif était de définir ensuite ensemble les règles à respecter au moment d’un entretien : préparer et choisir ses questions, savoir écouter, respecter la parole de l’autre, demander l’autorisation, éviter de transformer l’entretien en interrogatoire…

Embarquement pour Mer en fête 2014

Vendredi 23 mai 2014, la phonothèque participera à la 21éme  édition de Mer en fête menée par l’association U Marinu à bord du Danielle Casanova.  Cette année, dans son atelier, la phonothèque présentera les enjeux de la constitution de collections d’archives sonores pour la connaissance du patrimoine immatériel Méditerranéen. Elle fera découvrir aux écoliers marseillais sur le navire de la SNCM les voix des pêcheurs de la Provence au cours du 20ème siècle.  Je serai à bord pour vous présenter l’atelier de la phonothèque, portant le  n°28 sur le  pont 10 (localisation : « Espace garderie »).

Programme de l’événement Mer en Fête 2014

En attendant le prochain, vous pouvez lire les compte-rendus des précédents ateliers « Mer en fête » auxquels a participé la phonothèque :
2013 : Sounds Archives travel with a boat
2012 : La phonothèque part en voyage

Crédit photographique: Hoisting the elephant, Tyne & Wear Archives & Museums’, This image comes from a collection of glass slides of fairground scenes found in the stores at Discovery Museum, Newcastle upon Tyne. www.flickr.com/photos/twm_news/sets/72157627692102509/. Pas de restrictions des droits connues.

Sounds archives travel with a boat

 

The participation of phonothèque  in the celebration “La Mer en fête” was an experience different from the usual activities that someone could imagine for a  sound archive. It proved that the recordings of people need to be demonstrated in popular places in order to be accessible by different persons and not only by university users.

Such an extraordinary place was the big boat “Danielle Casanova”, which attracted many persons, particularly children. From 27 at 29 May, l’Association U Marinu, organized on the  boat the celebration « Mer en Fête » with the help of the “Office de l’Environnement de la Corse” and many others contributors. During the activities more than 2 000 pupils passed  in order to take part to the discussions, presentations, lessons, games  for  the environmental pollution, the  flora and fauna of the sea, the history and geography of Mediterranean.

Many teachers and parents were wandering why sound archives participate in such activities, usually practiced by environmental organizations with the subjects like the disappearance of seal or starfish. Soon they understood, that sound archives have all the experience and the sources to participate to this celebration and in fact to participate to any kind of similar activities.

 

The kids listened recordings referring to :

– an old fisherman explaining how to utilize his nets:

–  a seller with  melodic voice in the fish market of Napoli:

–  advices of a fisherman who explain which fish we must avoid for having  beautiful and peaceful dreams:

These recordings suit perfectly with the mood of the children, the smell of the sea and the atmosphere of the boat.  Besides, children and adults had the opportunity to see the method  and the purpose of  the recordings and by hearing the oral data of the archives  to  recognize  sounds which seemed familiar to them either because they brought to  their memory different  local or foreign   accents of friends as well as  story-tellings of their grand fathers and mothers, or because  they compared these sounds with those they listen while they walk in the streets,  or when they play football. At the end, most of them wanted to find a way for recording a person who tell stories in a funny way or has a funny way of speaking.     

It’s time for the sound archives to travel more and more far…

Crédits photographiques : Hélène Loukou et Soufiane Chabbi, 

Mer en fête

La semaine prochaine, du 27 au 29 Mai, la phonothèque présentera des archives sonores dans le cadre de la manifestation Mer en fête menée par l’association U Marinu. Pour ce deuxième épisode1, ceux qui participeront, auront la chance de connaitre  la voix des pêcheurs de la Provence au cours du 20ème siècle et de discuter du pourquoi des constitution de collections d’archives sonores. Tout en écoutant des récits enregistrés, nous vogueront entre Marseille et Bastia (Corse). Soufiane Chabbi2, Hélène Loucou3 seront les coordinateurs de ce projet et Maria Zitaki4 réalisera un court métrage pour la phonothèque sur le bateau  Danielle Casanova.

En Méditerranée, des milliers d’histoires sonores pourraient être enregistrées, conservées pour l’avenir, écoutées et ré écoutées. C’est partis pour cette expérience !

Programme de l’évènement Mer en fête 2013

Le plan du bateau pour participer aux ateliers Mer en fête 2013

L’équipe organisatrice de Mer en fête

 

Crédits photographiques : Fishing Boats Mar Del Plata, 1915, Oregon State University – OSU Special Collections & Archives, Buenos Aries, Argentina. Pas de restrictions de droits connus.

  1. La phonothèque, menée alors par Matthieu Andréani, a participé au projet en 2012 et a raconté ses aventures dans un billet sur le carnet []
  2. Conseiller culturel à la cinémathèque algérienne, en stage à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence []
  3. Etudiante en Master « Métier des bibliothèques et des archives » à l’Université de Thessalonique en stage à la phonothèque de la MMSH à Aix-en-Provence dans le cadre d’un séjour Erasmus []
  4. Artiste, vidéaste, en formation aux Beaux-Arts à Marseille dans le cadre d’un séjour Erasmus []

La phonothèque part en voyage (2)

Du 29 mai au 1er juin 2012, l’association U Marinu organisait la 19ème édition du festival Mer en Fête. Durant ces trois jours, plus de 70 ateliers ont permis à plus de 4000 élèves des académies d’Aix-Marseille et de Corse de découvrir la Méditerranée. Sur le Danielle Casanova, au sein d’un pôle audiovisuel informel où avoisinaient un spectacle musical, et des films documentaires sur l’archéologie sous-marine ajaccienne, l’atelier embarqué de la phonothèque accueillait des classes d’élèves pour « écouter les témoins de la pêche ».

Tout en étant fidèle au thème de la mer, l’enjeu était de faire comprendre l’intérêt de l’archive sonore, de montrer les fonctions propres à l’enregistrement sonore, les manques de l’écrit par rapport à l’oral. Ainsi, les extraits choisis parmi les archives sonores de la phonothèque dont le contenu concerne les métiers de la mer et de la pêche, illustrait chacun une dimension de l’oralité.

Chaque présentation d’une demi-heure se déroulait ainsi :

– Dans un premier temps, les cris d’un marchand de poisson napolitain retentissaient aux oreilles des élèves1. Les enfants essyaient de deviner la langue parlée avant de déterminer le rôle de ces cris. Malgré leur ignorance du napolitain, la plupart des élèves ont été capable de donner la bonne réponse. Ce premier extrait donnait ainsi l’occasion d’échanger sur l’utilité de l’enregistrement sonore dans ce cas : la conservation d’une langue régionale transöise oralement, et la captation du rythme et de l’intensité intranscriptible de la voix du marchand.

– Puis, je proposais aux élèves d’écouter les explications d’un pêcheur sur les expressions issues du monde de la mer2, un autre sur les habitudes de la saupe et ses attributs légendaires3 Ce second extrait permettait de souligner que l’enregistrement sonore est l’un des outils permettant d’assurer la transmission des expressions orales tout en en respectant et pérennisant l’intégri, avec la conséquence problématique d’en donner le caractère fixe de l’écrit.

– Lors de ce dernier extrait, les élèves étaient également amenés à remarquer l’intervention de l’enquêtrice. L’écoute sitôt terminée, ils tentaient d’en déduire les principales règles à respecter lors de cette entreprise (respecter la parole de l’autre et savoir écouter, éviter l’interrogatoire, demander l’autorisation). Une fois ces règles intégrées, les élèves étaient invités à se questionner entre eux au sujet de leur pratique de la pêche et leur savoir.

Un montage, réalisé pour l’occasion, des trois extraits issus des enquêtes évoquées plus haut (celles d’Olivier Féraud, d’Henri-Paul Brémondy, d’Annie-Hélène Dufour) est disponible ici en écoute :

Le projet « Mer en fête » a été présenté sur les Carnets de la phonothèque le 28 mai 2012 : http://phonotheque.hypotheses.org/6863

  1. L´enregistrement a été réalisé par Olivier Féraud dans le cadre de sa thèse Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples, sous la dir. de Jean Jamin, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Doctorale de Sciences Sociales, 2010, 495 p. (pp. 312, 493). []
  2. Ces enquêtes ont été réalisées par Henri-Paul Bremondy dans le Var, dans les des années 1970 dans le cadre de son DEA d’ethnologie La pêche sur le littoral varois, 1978, page 14. Cote médiathèque MMSH GL-20372  []
  3. Extrait du corpus d’enquête de la thèse d’Annie-Hélène-Dufour, Pratiques et représentations de l’espace dans une commune du littoral varois : Six-Fours -Les Plages, thèse de troisième cycle d’ethnologie, Aix-en-Provence, 1983, 316p. []

La phonothèque part en voyage

Cette semaine la phonothèque voguera entre Marseille, Ajaccio et Bastia dans le cadre de la manifestation Mer en fête menée par l’association U Marinu. des classes d’enfants, du CE2 à la 4ème, écouteront au cours d’ateliers la voix des pêcheurs de Provence à travers le 20e siècle. Matthieu Andreani, qui représentera la phonothèque sur le Danielle Casanova, nous fera bientôt le récit des nouvelles aventures de ces collections sonores qui parcourent le monde. Venez nombreux pour les écouter !

Dates : 29 mai Ajaccio, 31 mai Marseille, 1er juin Bastia

Site : Danielle Casanova navire de la SNCM

Programme détaillé

Contacts inscriptions : pour Ajaccio le 04.95.10.06.91, pour Marseille le 06.42.83.09.89 et pour Bastia le 04.95.32.87.83.

Pour suivre les aventures de la phonothèque en Corse, vous pouvez lire ce billet : http://phonotheque.hypotheses.org/6902

Crédits photographiques : Boat deck promenade – Mauretania, photographie attribuée à Bedford Lemere & Co., date de prise de vue incertaine (1906-1907). Photographie diffusée sans restrictions de droits connues, collection  issue de la Southern Methodist University (SMU) Central University Libraries, Dallas, Texas. Permalien : http://digitalcollections.smu.edu/cdm4/item_viewer.php?CISOROOT=/eaa&CISOPTR=131

 »La mer c’est une chose, le bateau c’en est une autre »

« La mer c’est une chose, le bateau c’en est une autre », c’est ainsi qu’un des informateurs d’Henri-Paul Bremondy clot son entretien en 1977. Pêcheur depuis la première guerre mondiale, il témoigne de toute une vie liée à ce territoire si complexe, entre garrigues et criques, faite de petits métiers de la pêche mais aussi de l’agriculture, lorsque la mer était mauvaise. Ces enquêtes foisonnent de détails sur ce qui fait rire ces hommes attachés à la mer, sur leurs savoirs faire, leur quotidien, les deux guerres qu’ils ont traversées, sur la pratique de la langue provençale « d’ici » avec ses versions propres à un village, sur ce qui fait la carrière d’un patron-pêcheur, des taches du mousse aux responsabilités du patron. Ce corpus sur la pêche à Six-Fours, riche d’entretiens exclusivement en provençal, vient rejoindre trois autres corpus sur le métier et la représentation des espaces maritimes dans le Var mais aussi en Camargue et sur l’Étang de Berre.
L’un des témoins de H.-P. Bremondy raconte une histoire connue, une histoire d’idiot croyant que son âne a bu la lune. Celle-ci est référencée dans la classification Aarne-Thompson comme un conte facétieux.1.

Plusieurs versions de ce conte sont d’ailleurs disponibles à la phonothèque. La suivante est cévenole :

* * * * * * * * *

Attachés à la mer pour vivre, plus que par goût, les pêcheurs partagent le solde de la pêche en comptant comme ils peuvent, parfois sou à sou lorsque les règles d’arithmétique manquent (un pour toi, un pour moi, un pour le bateau). Avant la seconde guerre mondiale, on ne va pas au café lorsqu’on est pêcheur , on ne joue pas aux cartes. Quand la pêche est finie ou que la mer vous empêche de sortir, il faut entretenir les filets, le bateau, aller faire du bois de chauffage, planter son champ ou celui d’un autre, réparer, ranger… La vie des hommes échappe au rythme des contraintes et respire « au cabanon » autour de l’aïoli, du repas cuisiné dans la petite cheminée, dans les « coups de gueule » (agrémenté parfois de coups de poings pour faire bonne mesure), dans les parties de boules. La distraction des femmes, ils ne savent quoi en dire : elles n’étaient pas avec eux au cabanon. Finalement, « à part l’église », ils n’identifient pas leurs lieux de distraction, ni les distractions d’ailleurs qu’elles pouvaient avoir. Elles, femmes et filles de pêcheurs, attendent le retour des hommes, font quelques sous avec de petits métiers, s’occupent des enfants.

Ces pêcheurs nous apprennent au fil des souvenirs, la structuration d’une profession, pour se défendre, pour partager la mer, pour réglementer l’usage des outils et le lent et inéluctable changement du paysage avalé par le tourisme. Aller à la plage pour pic-niquer ? Une idée bien incongrue pour un homme qui ne sait pas nager. L’eau est bien, en dessous du bateau, c’est là qu’est le poisson, le petit et le gros, celui qui mord. La mer c’est celle qu’on entend frapper le long de la coque, qui vous fait tituber dans la nuit pour descendre du hamac où l’on dort coûte que coûte, enroulés dans les précieuses couvertures jusqu’à ce que les plus vieux vous réveillent en frappant la coque de leurs rames. Eux savent que c’est l’heure d’y aller, parce que le nez dans les étoiles, qu’on appelle les pougnères, ils ont vu qu’il était l’heure. L’heure d’y retourner.

Dans son mémoire de DEA2 , soutenu à l’université de Provence en 1978, Henri-Paul Bremondy, auteur de ces enquêtes, décrit finement les savoirs-faire des pêcheurs :

« Quand on pense que huit pêcheurs sur dix nés en 1900 ne savaient pas nager, que la plupart des patrons aujourd’hui encore, prennent un bain de mer quand, par accident, ils tombent à l’eau, on ne peut que s’étonner de la connaissance précise qu’ils ont du fond. Le fond de la mer, ils l’ont dans la tête. Ils ne se le représentent peut-être pas exactement avec les couleurs et les formes que nous lui connaissons, mais sur leur carte mentale sont relevés les détails indispensables à leur métier : telle roche, tel bordant, telle clairière, tel bosquet ou tel talus. » En effet, pas moins de sept termes en provençal local sont utilisés par les pêcheurs pour décrire les différents fonds.

Henri-Paul Bremondy, a continué son travail de collectage après ses études, de façon indépendante afin de collecter la mémoire de sa famille. Il s’est particulièrement intéressé aux différentes formes de pêche en méditerranée et à l’usage de la langue provençale. Il est décédé brutalement en 2004 sans avoir pu organiser ses archives. En 2010 son épouse et ses enfants décident de déposer ses pièces d’archives à la phonothèque de la MMSH  (entretiens enregistrés, croquis, retranscriptions, photographies, notes) sur la pêche dans le Var mais aussi sur la fête des Tripettes de Barjols à l’occasion de laquelle H.-P. Bremondy avait interviewé quelques personnages clefs de la fête. Son épouse se charge aujourd’hui de rechercher les autorisations de diffusion pour permettre l’écoute de ces enquêtes au plus grand nombre et nous l’en remercions.

 

Crédits photographiques : Hommes dans une barque, port de Marseille, avril 1899. Fonds Eugène Trutat – Bibliothèque numérique de Toulouse. Photographie ancienne. Négatif sur plaque de verre. Fond domaine public.
Pêcheurs sur échasses près de Unawatuna, Sri Lanka, Bernard Gagnon, 2006.http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Stilts_fishermen_Sri_Lanka_02.jpg. Licence Creative Commons.

  1. La version de ce conte est décrite dans la classification Aarne et Thompson sous la référence 1335, The Eaten Moon, dans la catégorie Anecdotes and Jokes []
  2. La pêche sur le littoral varois, DEA d’ethnologie, 1978, page 14. Cote médiathèque MMSH GL-20372 []

Témoignages de femmes autours des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer

Stagiaire à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne, dans le cadre d’un master de documentation suivi à l’Enssib et Lyon 1 , une de mes missions a été de travailler sur une collection sonore portant sur les témoignages de femmes autour du thème des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer. J’ai réalisé le  traitement documentaire de ce corpus, saisi les données sur le logiciel documentaire de la phonothèque pour les rendre disponibles sur la base Ganoub et j’ai réalisé un catalogue papier regroupant l’ensemble des notices.

A l’origine du projet se trouve l’association Histoire et patrimoine seynois née en 2000 avec pour objectif de reconstruire l’identité de La Seyne-sur-Mer à travers une appropriation de sa mémoire et de son histoire après la fermeture des chantiers navals. Cette association a ainsi constitué un corpus d’enquêtes orales composé de témoignages de femmes autour du thème des chantiers navals. La collecte a été menée de 2000 à 2008 avec le soutien financier de la Région Provence-Alpes-Côtes d’Azur et de l’Acsé (Agence Nationale pour la Cohésion Sociale et l’Égalité des Chances). Le corpus est constitué de 77 enquêtes, correspondant à 80 heures de son environ. Il s’agit de témoignages de femmes, âgée de 45 ans à plus, et qui sont en rapport plus ou moins direct, avec l’entreprise des chantiers. A ceux-ci s’ajoutent les témoignages de quelques anciens salariés de l’entreprise. Plusieurs enquêteurs interviennent dans ces témoignages.

L’intérêt de la collecte de ces témoignages porte sur la diversité de toutes ces femmes, dont la voix sait avec émotion bien souvent faire renaître une vie ouvrière centrée autour d’une entreprise employant plusieurs milliers d’employés. Choisir les femmes pour raconter la vie des chantiers, et aux côtés de leurs conjoints, n’est pas anodin. On découvre à travers ces témoignages, l’importance primordiale des femmes, leur force, le rôle essentiel qu’elles avaient au sein de la famille, dans les transformations de cette société où l’émancipation de la classe ouvrière et des femmes était naissante. Les femmes abordent des sujets très divers au cours de ces entretiens, leur condition de vie, la maladie due aux produits toxiques, l’amiante dont les effets continuent à travers les nombreux décès des ouvriers mis en contact avec elle à La Seyne-sur-Mer, la misère ambiante de l’époque d’avant-guerre, mais aussi, l’aisance apportée par les transformations sociales d’après 1968, le confort de la sécurité apporté par les chantiers navals, la vie gaie et animée à La Seyne-sur-Mer. Dans ces récits des femmes, une certaine nostalgie transparait d’une époque où il y avait une forme d’humanité à La Seyne-sur-Mer .

Chaque acquis social était obtenu de haute lutte. C’est côte à côte souvent, que les femmes et les maris aux chantiers, menaient des luttes ouvrières pour obtenir des droits qui nous paraissent à présent inaliénables. Le chantier graduellement offre un cadre sécurisant alors pour les employés : une mutuelle, une pharmacie mutualiste, une clinique, une coopérative, une retraite complémentaire, une caisse inter-entreprises. Les lancements de bateaux sont l’occasion de fêtes collectives impressionnantes. Tous les éléments de vie sociale de La-Seyne-sur-Mer « d’avant » la fermeture des chantiers s’y retrouvent : l’ouverture de la première crèche municipale, les colonies de vacances pour les enfants très avantageuses prises en charge par la mairie et les chantiers, les fêtes, les carnavals, des marchés toujours ouverts, des commerces prospères, les mélanges des cultures (italiens, sénégalais, maghrébins, pieds-noirs) dans une ambiance assez bon enfant à la période de la prospérité des chantiers. C’est aussi le lieu d’accueil des pieds-noirs en 1962, alors que les autres municipalités n’en voulaient pas. Mais, en arrière-plan, de grands changements se préparaient, engendrant la mort des chantiers. Les grèves, les manifestations, où parfois toute la ville était impliquée, ont ponctué la fin progressive des chantiers. Dans les mémoires et les cœurs restent des noms d’ouvriers dont la mentalité, le courage et l’engagement les a désignés sous le nom de « race des seigneurs ». La fermeture des chantiers navals, qui engendre un traumatisme collectif et individuel, est un prémisse à ce qui va plus tard se produire dans d’autres entreprises, sur le plan local ou national. Lorsque vous écouterez les témoignages, vous replongerez donc dans l’histoire d’une ville où les taudis du centre à côté de la Place de la Lune représentaient les rêves de réussite de populations immigrées. Vous pourrez écouter par exemple le témoignage de cette femme, dont la voie enjouée parle de l’envoûtement de la ville, du « parfumeur » le collecteur des immondices des habitations sans sanitaires. Voici un extrait pour vous laisser imaginer cette ambiance chaleureuse et engagée où les femmes au premier rang se mobilisent pour améliorer les quotidiens. Lorsque les fichiers sonores des enquêtes seront en ligne sur la base de données Ganoub, vous pourrez écouter le témoignage de cette femme de l’association Gaspar, créée pour soutenir une population déracinée par de l’alphabétisation, et la prise en charge des enfants de la cité Berthe – cité HLM construite pour abriter la population étrangère immigrée. Autre lien qui unissait les habitants de La Seyne-sur-Mer : la religion.  On comprend la ferveur de certains à travers leur histoire, telle celle d’une femme de ménage sénégalaise dont le mari est décédé suite aux effets de l’amiante. Elle se trouve sans revenus, après un combat dans l’indifférence pour la reconnaissance de ses droits en tant que veuve et la souffrance de son mari. Elle parle de sa foi en Dieu qui la soutient. A la fin de l’entretien, elle chante deux minutes un chant religieux sénégalais en langue wolof .

Ce fonds sonore est un témoignage collectif instructif sur l’histoire d’une ville dont le destin est étroitement lié à l’activité de ces chantiers navals, malheureusement soumis à une concurrence internationale dans un nouveau marché de libre échange de la fin des années 1980. Cette ville florissante au début des années 1980 encore, grouillante de vie, porteuse des espoirs de ceux qui l’habitaient, est devenue pour les personnes interrogées « une ville froide », « morte », au passé oublié après que presque la totalité des bâtiments des anciens chantiers navals aient été rasés pour laisser la place à un espace vert. L’intérêt sociologique, culturel, historique de cette histoire d’une ville est indéniable, je vous engage, avant sa mise en ligne définitive, à en découvrir les notices sur le site de la Phonothèque.

Crédit photographique : « Pont levant avant travaux (2) – La Seyne-sur-Mer – Août 2007 » , Photographe : Mixamusik – Nelly hh, permalien : http://www.flickr.com/photos/mixamusik/4111767798/. L’image est sous Creatives Commons.