Archives par mot-clé : bibliothèque numérique

2e congrès international des archives numériques, Morelia, Mexique, 9 – 11 novembre 2017

L’Instituto de Investigaciones Bibliotecológicas y de la Información (IIBI – Institut de Recherches Bibliologiques et de l’Information) et la Escuela Nacional de Estudios Superiores Unidad Morelia (ENES Morelia – École Nationale des Études Supérieurs, unité Morelia de l’Université Nationale Autonome du Méxique – UNAM), avec la Licence Archives et Gestion, en collaboration avec le Programa de Posgrado en Bibliotecología y Estudios de la Información (Programme du Master Bibliologie et Études de l’Information), la Direction Générale des Bibliothèques de la UNAM, l’Universitad  Complutense de Madrid (UCM – Université Complutense de Madrid), et l’Escuela de Altos Estudios en Comunicación Educativa (ESAE – École d’Hautes Études en Communication Éducative de l’Instituto Latinoamericano de la Comunicación Educativa – ILCE – Institut de la Communication Éducative d’Amérique Latine) ainsi que la Asociación Internacional de Archivos Sonoros y Audiovisuales (IASA – Association International d’Archives Sonores et Audiovisuelles), vous invitent à participer au II Congrès International d’Archives Digitales « Connecter les savoirs des bibliothèques, archives, musées et galeries pour la préservation numérique », dans lequel des idées, projets, études et exercices d’applications dédiés à la conservation numérique des collections de bibliothèques, des centres d’archives, des musées et des galeries d’art, seront présentés, discutés et échangés. Continuer la lecture de 2e congrès international des archives numériques, Morelia, Mexique, 9 – 11 novembre 2017

Conectando los saberes de bibliotecas, archivos, museos y galerías para la preservación

El Instituto de Investigaciones Bibliotecológicas y de la Información (IIBI) y la Escuela Nacional de Estudios Superiores Unidad Morelia (ENES Morelia) de la Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), a través de la Licenciatura en Archivos y Gestión; en colaboración con el Programa de Posgrado en Bibliotecología y Estudios de la Información, la Dirección General de Bibliotecas de la UNAM, la Universidad Complutense de Madrid (UCM), y la Escuela de Altos Estudios en Comunicación Educativa (ESAE) del Instituto Latinoamericano de la Comunicación Educativa (ILCE) y la Asociación Internacional de Archivos Sonoros y Audiovisuales (IASA),  invitan a participar en el II Congreso Internacional de Archivos Digitales “Conectando los saberes de bibliotecas, archivos, museos y galerías para la preservación digital” en el que se expondrán, debatirán e intercambiarán ideas, proyectos, investigaciones y aplicaciones encaminadas a la preservación digital de colecciones de bibliotecas, archivos, museos y galerías. Continuer la lecture de Conectando los saberes de bibliotecas, archivos, museos y galerías para la preservación

Appel à contribution : connecter les savoir des bibliothèques, des archives, des musées et des galerie d’art (Morelia, novembre 2017)

Le deuxième congrès international des archives numériques de l’UNAM (Universidad Nacional Autónoma de México) aura lieu les 9 et 10 novembre 2017 sur le thème : Connecter les savoir des bibliothèques, des archives, des musées et des galerie d’art.

Il sera organisé par l’Instituto de Investigaciones Bibliotecológicas y de la Información (IIBI), l’Escuela Nacional de Estudios Superiores Unidad Morelia (ENES Morelia, UNAM ), en collaboration avec la direction générale des bibliothèques du Mexique (DGB) et le Laboratorio Nacional de Materiales Orales (LANMO) ainsi qu’avec les programmes de Master de bibliothéconomie, de bibiologie et d’IST de UNAM, de l’université informatique de Madrid (UCM)  et  de l’Escuelade Altos Estudios en Comunicación Educativa (ESAE) de l’Instituto Latinoamericano de la Comunicación Educativa (ILCE).  L’ensemble de ces institutions vous convient à envoyer vos contributions au colloque international. Continuer la lecture de Appel à contribution : connecter les savoir des bibliothèques, des archives, des musées et des galerie d’art (Morelia, novembre 2017)

Mémoires des migrations et usages du numérique, 7 avril 2014, MMSH

Le projet de « L’atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée » soutenu par le GIS IPAPIC et par l’UMR TELEMME, dans le cadre de l’appel à projets de recherches 2013 Pratiques interculturelles dans les institutions patrimoniales du Ministère de la Culture, offre l’occasion d’approfondir nos connaissances sur les usages et les pratiques numériques. Il s’agit, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation du recours au numérique. Ce séminaire se propose de revenir sur les usages du numérique dans les projets de recherche liés aux mémoires migrantes à l’échelle de la MMSH.

Le séminaire a lieu à Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, salle Paul-Albert Février de 14h à 17h, le lundi 7 avril 2014.

Maryline Crivello, UMR TELEMME, CNRS-AMU : Introduction

Penser les mémoires des migrations

Stéphane Mourlane, UMR TELEMME, CNRS-AMU: Les mémoires de l’immigration, objet d’histoire

Le numérique et le champ des migrations

Sophie Gebeil, UMR TELEMME, CNRS-AMU : L’internet et le renouvellement des études migratoires

Véronique Ginouvès, Phonothèque de la MMSH, CNRS-AMU : Histoires de migrants : le fonds sonore de la phonothèque de la MMSH

Projets audiovisuels et numériques

Jacques Sapiéga, SATIS, CNRS-AMU : « Je me souviens… de la Méditerranée » (MP13, SATIS, TELEMME, CNRS-AMU)

Marie-Christine Hélias, INA-Méditerranée (Sous réserve): « Med-Mem, Mémoires méditerranéennes » (INA –Euromed-Heritage IV), la question des migrations

Migrants in a group on the MV TOSCANA at Trieste January 1954. Don privé au Musée national martime australien. Pas de restrictions de droits connues.

« Retours d’expériences » en matière de centre de ressources numériques en SHS

Les 4 et 5 octobre 2012 se tiendront, à la MSH de Clermont-Ferrand, des journées d’études sur le thème : « Retours d’expériences » en matière de centre de ressources numériques en SHS dans le cadre du programme « Des lieux, des œuvres » (LIDO). Ce programme réunit plusieurs centres de recherches en sciences humaines de l’Université Blaise-Pascal au sein de la MSH de Clermont-Ferrand : le CERAMAC (géographie), le CHEC (histoire, archéologie et histoire de l’art), le CELIS (littérature), l’EHIC (Interactions culturelles), en partenariat avec la Bibliothèque numérique de Clermont-Université et le SUC (Service Université Culture) avec le soutien des collectivités territoriales. L’occasion est offerte à des chercheurs et à différents centres de ressources de présenter leurs expériences dans le traitement et la valorisation de corpus numériques en sciences humaines et sociales ; la phonothèque de la MMSH y a été invitée (présentation le jeudi 4 octobre à 14h)

Le programme complet sur Calendahttp://calenda.org/209238

Crédits photographiques : Caroline et son guide Paul avec en fond la pyramide du Puy Griou, Cantal, 19 juillet 1898, par Eugène Trutat. Plaque de verre, collection de la bibliothèque municipale de Toulouse, domaine public.

 

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques … Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

Après l’installation d’une borne de prêt automatique dans une bibliothèque parisienne du 12e arrondissement (bibliothèque Picpus), un tract a été diffusé à l’initiative du collectif  « Livre de papier », qui se retrouve un peu partout sur Internet (sans la photo jointe ici).

Pour écouter les archives sonores aussi, l’accès en ligne ne peut suffire : il faut pouvoir partager l’écoute avec d’autres, comprendre le contexte de la production de ces récits ou de ces chansons, rencontrer les collecteurs, danser sur les musiques ou les interpréter… Un bon sujet de discussion à aborder dans l’atelier « Besoin de mémoire ? » au cours des rencontres nationales des bibliothécaires musicaux jeudi 1er avril.

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques … Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

automatic

PLUS RAPIDE ?

PLUS PRATIQUE ?

MOINS CONTRAIGNANT ?

L’automatisation du prêt franchit une nouvelle étape avec l’instauration de bornes de prêt automatique, à Picpus et ailleurs. Grâce à ces bornes, finies les files d’attente (encore que…), finies les erreurs humaines (mais vive les bugs !) et finie l’obligation d’être aimable avec celles et ceux qui nous rendent service. Mais terminée aussi la chaleur du contact humain, envolés les conseils sympas des bibliothécaires qui nous renseignent sur nos emprunts, et très bientôt… terminé aussi avec les bibliothécaires, avant que la bibliothèque elle aussi ne ferme ses portes pour rouvrir sur googlebooks.fr ou toute autre plate-forme dont on ne cesse de vanter l’exhaustivité et l’efficacité (sans même parler de sa juteuse rentabilité !).

Le monde qu’on ne cesse de vouloir nous vendre, censé être plus pratique et plus rapide, obéit en réalité à une double volonté : créer de nouveaux marchés (comme lorsqu’une entreprise privée est payée par les pouvoirs publics pour installer du matériel électronique) et réduire la masse salariale (un vigile prendra la place de dix bibliothécaires avec des bornes de prêt efficaces). Et si pour chaque salarié-e remplacé-e par des machines, la pilule est déjà difficile à avaler, des pans entiers de personnels seront finalement dépossédés des savoir-faire qui les rendait utiles et compétents. Non seulement la machine ne vous fera jamais de sourire, mais c’est ainsi que chaque métier d’aujourd’hui en vient à devenir purement mécanique et répétitif, jusqu’à être vidé de son sens initial : les magasiniers ne sont désormais plus considérés que comme des manutentionnaires au service des machines gestionnaires des livres, et leur connaissance du fonds se perd, tout comme l’ancien savoir-faire des artisans a disparu avec les immenses chaînes de production des usines, véritables bagnes industriels modernes. Plus l’on intègre les savoir-faire professionnels dans des machines, plus les salarié-e-s deviennent remplaçables, c’est-à-dire délocalisables, jetables et donc corvéables à merci.

Enfin, la logique de la numérisation a besoin de chevaux de Troie (telles les bornes de cette bibliothèque ou les puces RFID servant à tracer chaque livre), pour s’insinuer au cœur de la chaîne du livre : les magnats de l’édition électronique (qui sont parfois aussi marchands d’armes) rêvent de profits colossaux grâce à la numérisation intégrale des fonds papier, sans se soucier des éditeurs et libraires, mais aussi correcteurs, imprimeurs, diffuseurs, etc. qu’ils fragiliseront puis démantèleront sans coup férir. Le livre électronique, que les industriels tentent de nous imposer depuis plusieurs années (pour l’instant sans réel succès), vise à transformer le monde de l’écrit en société du zapping numérique généralisé. Il suffit de se rendre au salon du livre pour y voir ces commerciaux en costard vendre leurs e-book comme s’ils étaient au salon de l’auto, tout en faisant croire que les profiteurs sont les éditeurs. Pourtant, une partie de ces derniers reste encore vaille que vaille passionnée, attachée à l’objet livre en tant qu’il est créateur de lieux d’échanges et d’espaces collectifs, au premier rang desquels figurent les librairies et les bibliothèques – ces dernières étant fréquentées par une personne sur deux en France en 2006. Ainsi, à l’inverse de la démagogie populiste faisant d’Internet le contrepoint populaire des librairies et bibliothèques élitistes, nous pensons que le livre est au cœur des possibilités d’émancipation collective et d’élévation culturelle : les bibliothèques, véritables lieux de mixité où se croisent des hommes et des femmes de tous âges, de toutes classes et de tous horizons, sont un des derniers outils de diffusion et de réappropriation collective des savoirs, là ou le numérique ne fournit que des contenus vidés de leur sens à des individus isolés devant leurs écrans. « Élitaire pour toutes et tous » pourrait être notre mot d’ordre, puisque nous persistons à préférer les savoirs, potentiellement émancipateurs, aux contenus, bien souvent interchangeables voire abêtissants.

Le mythe libéral de l’accès au savoir égal pour toutes et tous, sur lequel surfe la déferlante numérique, oblitère le fait que nul-le ne peut prétendre n’avoir pas accès à suffisamment de livres (il suffit de se rendre dans la moindre bibliothèque pour se convaincre qu’on n’aura jamais le temps d’en lire assez), alors que la question de la connaissance pose en réalité celle de la transmission, c’est-à-dire de l’éducation à l’écrit, revendiquée par tous les mouvements d’émancipation antérieurs à Internet : le réseau nous apprend en fin de compte davantage à glisser à la surface des idées qu’à les comprendre et à savoir s’en imprégner pour penser par soi-même. Le Web et le futur livre numérique permettraient d’accéder à tout !? Mais que lira-t-on alors ? Rien, ou plus probablement rien de ce qui s’apparente aujourd’hui au livre, dans lequel on s’immerge longuement, patiemment et tranquillement, en dehors de la société des flux incessants et tourbillonnants d’e-mail, messages msn et autres textos qui nous happent à chaque instant dans leur propre temporalité.

La télévision a contribué à détruire le lien social, et on nous fait croire que l’informatique, en nous simplifiant la vie, va le recréer ? Quand on s’apercevra que le numérique a encore appauvri les relations et échanges collectifs, qu’inventera-t-on pour « recréer » à nouveau du lien social et poursuivre toujours plus loin la spirale d’un monde en perpétuelle déshumanisation ?

Des lecteurs et lectrices, bibliothécaires, libraires, traducteurs et éditeurs.

Livres de papier

c/o Offensive,

21ter rue Voltaire 75011 Paris

livresdepapier@gmx.fr

Lu ici :

http://wwwlamare.blogspot.com/2009/04/hns-info-bornes-automatiques-puces-rfid.html

et là :

http://hns-info.net/spip.php?article18022

et aussi là, avec une annonce de réunion publique :

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article83292

Crédits photographiques : Farrington Automatic Address Reading Machine, A postal employee shows off the Department’s new automatic address reading machine. The « Farrington Automatic » machine was developed by Intelligent Machines Research Corporation. Postmaster General Arthur Summerfield tested and purchased a variety of machines to help speed up mail processing in large city post offices in the early 1950s. Photographe non identifié. Smthionian Museum. Pas de restriction de droit d’utilisation connue.  Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3400&q=A.2008-36

Vamos a hacer memoria : la bibliothèque nationale du Chili

violeta-paraNo seas como el árbol primifloro que después de dar hojas i morirse comienza a florecer… Sur le site de la bibliothèque nationale du Chili j’ai lu le manuscrit du premier poème signé sous le pseudonyme de Pablo Neruda, Hombre. Le feuillet est froissé, la pliure en son centre laisse imaginer qu’il est longtemps resté rangé dans une boite. En haut, à gauche, l’en-tête du journal  où il publiait souvent, La Mañana de Temuco ; une date, 1920. Même en connaissant le poème, je n’ai pas retrouvé ce document magique à travers mon moteur généraliste habituel. Non, il ne retrouve rien de toutes ces richesses. Allez savoir pourquoi (mais peut-être l’imaginez-vous ?).

Il faut donc se glisser dans les rayonnages de la bibliothèque virtuelle du Chili pour y repérer ses merveilles. Vous pouvez hésiter entre  la lecture des poèmes de Gabriela Mistral (qui admirait Frédéric et D’Annnunzio), visualiser des images de la vie quotidenne chilienne ou des portraits des personnages qui ont marqué le Chili entre 1925 et 1985. Pour ma part, je me suis dirigée sans hésitation vers les manuscrits des auteurs chiliens, et  je n’ai pas été déçue. Pablo Neruda s’est imposé.

Allende con un niño, Campaña Presidencial 1970

La bibliothèque recèle de nombreux sites multimédias à découvrir. Un des plus importants porte sur la mémoire chilienne, autour de cinq axes : histoire, littérature, arts visuels, musique et sciences sociales. A travers le catalogo vous pouvez faire des recherches par auteur, titre ou sujet dans tout le site ou pour une période en particulier. Si c’est la presse chilienne qui vous intéresse, vous pouvez utiliser un autre moteur ou pour une recherche chronologique, un autre encore.

Lors du symposium Vamos a hacer mémoria, Ana Tironi, directrice de la bibliothèque nationale du Chili a présenté tous les projets de collections numériques qui ont été lancés depuis quelques années… ils méritent d’être visités. Promenez vous aussi du côté des enfants sur le site du Chile para niños, Ana Pironi est fière de ce projet et c’est clairement une réussite. Il manque sans doute un moteur de recherche unique et performant, on se perd parfois entre toutes les ressources et les questions de citabilité ne sont pas toujours résolues mais tout cela est mouvement, et cette bibliothèque propose certainement un des plus beaux catalogues de l’Amérique Latine. En 2010 la bibliothèque du Chili aura 200 ans, elle vous propose de participer à ses futures aventures en remplissant un questionnaire en ligne.


Crédits photographiques : bibliothèque nationale du Chili. Violeta Para puis Salvador Allende.