Archives par mot-clé : bois

Un luthier explique comment est choisi le bois pour la fabrication du violon

Le luthier Pierre Claudot vers 1985 (cliché H. Claudot-Hawad)

Cet entretien fait partie d’une série réalisée par Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, auprès de son père Pierre Claudot, luthier de profession. L’enquêtrice l’interroge ici sur le choix des bois pour la fabrication du violon : épicea (pour la table) et érable (pour le reste du corps de l’instrument), ébène pour la touche…

Les fournitures : table, fond et éclisses
Ebène et gabarits

 

 

 

 

 

 

Le luthier explique qu’il faisait appel à des débiteurs de bois spécialisés qui connaissaient bien le métier et recherchaient les bois en fonction des besoins de la fabrication.

 Marchands et bûcherons de bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Les meilleurs bois d’érable pour la lutherie venaient des forêts denses des Alpes moyennes. En effet, pour être de bonne qualité, le bois doit se développer lentement, ce qui le rend dur et dense.

 Le beau bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Certaines écoles françaises de luthiers du 19e siècle ont fait venir du Canada ou d’Amérique du Nord des érables à sucre qui sont également très beaux. Pour les épiceas, les meilleurs venaient de Suisse. Le luthier reconnait le bois de premier choix à l’œil autant qu’à l’oreille.

Le luthier P. Claudot teste la sonorité du bois (cliché H. Claudot-Hawad)

La sonorité du bois (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Le bois de lutherie est débité dans le sens de la longueur et coupé dans le fil.

Le débitage du bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

C’est le bûcheron qui sait à quel moment le bois doit être coupé, en fonction de la lune. Le bois plus ancien est plus cher tout simplement parce qu’il est certain qu’il ne bougera pas. Aujourd’hui le bois est séché dans des étuves mais en tant que luthier, l’informateur n’a jamais expérimenté cette méthode.

Le séchage du bois (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

En effet, il conservait toujours du bois en avance qu’il surveillait par rapport à l’hygrométrie, au froid et aux insectes.

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un luthier explique comment est choisi le bois pour la fabrication du violon. Courchevel, 18 juillet 1981. 1 cass. :  21 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3988.

Crédits photographiques : Clichés H. Claudot-Hawad. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

L’homme des bois et du charbon

Construction de la cheminée centrale

Voilà qu’à nouveau des entretiens se croisent, effectués à différentes époques et pour différents objectifs de recherche. A quelques 30 ans d’écart, entre 1978 et 2007, dans le Var, les Bouches du Rhône et en Lozère l’histoire de l’exploitation de la forêt se décline, principalement autour de la fabrication du charbon de bois. Ou plutôt l’histoire des charbonniers, de leur famille, de la société et de l’époque dans lesquelles ils vivent. Car en filigrane des descriptions précises des bois utilisés, des techniques de montage d’une charbonnière et de la gestion de l’air pendant la combustion, nous entendons d’autres informations. Sur les savoirs-faire, sur leur transmission d’un homme à un autre, d’un groupe d’hommes à un nouveau venu, qui, patient, écoute, regarde, essaye, et recommence les mêmes gestes jusqu’à les maîtriser et les transmettre à son tour, jusqu’à ce que le groupe décide de l’intégrer tout à fait. La technique est ancienne, elle s’adapte aux terrains, aux bois, aux vents et aux hommes qui la font vivre.

Empilage des morceaux de bois

 

La meule de bois avant qu'elle ne soit recouverte de terre

Les auteurs de ces enquêtes sont ethnologues, Annie-Hélène Dufour, 1978, Claudette Castell et Nicole Coulomb, 1980, Jean-Noël Pelen, 1993, Laetitia Nicolas, 2007 et dialectologue avec Pierre-Jean Chabert en 1981. Chacun y aborde à sa façon, des questions de sciences sociales, et obtiennent des pièces d’un portrait de professionnel ancré dans l’espace sauvage de la forêt. Si les pêcheurs et les chasseurs reviennent dormir au logis, il en va autrement des charbonniers dont les femmes ou les enfants apportent parfois le repas au cœur des clairières.

Extrait de l’enquête 275 à Vauvenargues en 1981 1

Combustion

En effet, au cours de ces enquêtes il est aussi question de choses plus pragmatiques : manger, dormir, se laver, sans quitter la forêt, ni le travail du charbon qui demande une telle surveillance de chaque instant « pour éviter que le feu brûle tout ».

Alors on vit là, on sent la feuille de chêne, la fumée, on se colore petit à petit à la couleur du charbon. Le travail est celui des pauvres, des immigrés italiens, des réfractaires au STO, des maquisards fuyant le fascisme.

Extrait de l’enquête 2426 à Collobrières en 19782

Démontage de la meule

Ces détails ordinaires et cette autonomie sont abordés avec légèreté, sans ostentation ni misérabilisme. A l’imagination de l’auditeur de ces enquêtes de faire le reste. Il suffit d’avoir déjà marché dans un sous-bois, d’avoir entendu ce silence si particulier, empli d’une infinité de bruissements divers et de craquements, d’avoir senti l’odeur prégnante du vert des arbres et de l’humus pour voir ces gens, hommes adultes, adolescents et même enfants, vivre là, au milieu des arbres, dans des cabanes de fortune, loin des villages, loin de la cité.

Extrait de l’enquête 525 à Aureille en 19933

Chargement du charbon de bois

Pas toujours isolés puisque certaines époques relatées ont connu les pacages des troupeaux sous les arbres pour le débroussaillage, la coupe régulière des bûcherons et l’exploitation du rusque (le chêne liège).

Extraits de l’enquête 2607 à Bargème en 20074

La chronologie de ces récits apporte des informations sur les différentes époques de la fabrication du charbon de bois et des savoirs sur la forêt hérités et transmis. Ces savoirs prennent une place toute particulière dans nos sociétés modernes ou les questions des incendies et de la place des forêts interviennent dans le débat citoyen.

 

Crédits photographiques : Fabrication de charbon de bois en Forêt-Noire en Allemagne vers 1900, Ces images sont dans le domaine public car leur copyright a expiré. http://fr.wikipedia.org/wiki/Charbon_de_bois

  1. Le cercle de Vauvenargues, enquête de Pierre-Jean Chabert []
  2. Souvenirs des travailleurs italiens, enquête d’Annie-Hélène Dufour []
  3. Les charbonnières de la colline, enquête de Jean-Noël Pelen []
  4. L’évolution du rapport aux bois par un habitant de Bargème, enquête de Laetitia Nicolas []