Archives par mot-clé : canif

La liberté en créant : parcours d’un archetier épris de son métier

Portrait de l'archetier Jean-Pascal Nehr, par Patrice Terraz (2010, Marseille)
Portrait de l’archetier Jean-Pascal Nehr, par Patrice Terraz (2010, Marseille)

Jean-Pascal Nehr débute sa formation d’archetier en 1974 à 16 ans. Il fait partie des « nouveaux » luthiers et archetiers, venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes, mais par goût pour les activités d’art et d’artisanat. Très tôt, il participe aux divers ateliers créatifs organisés dans la Maison des Jeunes et de la Culture dont son père est directeur. Dès le début de son année scolaire de 2e, il envoie son dossier à l’école Boulle d’Arts appliqués à Paris et à l’Ecole nationale de lutherie et d’archèterie de Mirecourt où il est retenu pour passer les tests d’admission.

Les tests d’admission à Mirecourt (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Dans la ville où il habite, à Aix-en-Provence, il rend visite à un luthier qui lui déconseille d’aller se former à Mirecourt.

Un avis négatif sur Mirecourt (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Sélectionné en archèterie, il fait son apprentissage avec Bernard Ouchard et évoque les étapes de la formation.

La formation (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

L’emprise du maître est forte. Jean-Pascal Nehr raconte l’exigence de son enseignement et une certaine forme d’intolérance à l’égard de tout ce qui lui paraît original.

Le maître (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Atelier de l’archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)

Le poids et la longueur règlementaires de l’archet n’empêchent pas une marge d’invention qui, bien qu’étroite, fait tout l’intérêt du métier et permet d’identifier le style et l’auteur d’un archet.

Le style (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

L’outillage des archetiers n’a pas changé, mais certains archetiers utilisent aujourd’hui des machines pour effectuer une partie de la fabrication.

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Crin pour les mèches d’archets. Atelier de Jean-Pascal Nehr à Marseille

Après son diplôme, Jean-Pascal Nehr fait ses débuts professionnels  en fabriquant des archets qu’il vend aux luthiers parisiens de la Rue de Rome. De1980 à 84, il s’installe dans le 18e arrondissement de Paris avec un luthier et fait de la restauration et de la réparation d’archets.

Fabrication et restauration (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il part ensuite à Marseille et travaille dans l’atelier du luthier Charles-Luc Hommel. Il restaure et fabrique des archets et a l’opportunité d’exposer dans des salons professionnels internationaux.

Salons suivis de commandes (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Baguettes pour archets
Baguettes pour archets

En 1990, il s’établit à son compte à Marseille et, de plus à plus, souhaite ne faire que du neuf.

Seulement du neuf (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Ce qui l’intéresse dans les salons, c’est le rapport avec les musiciens et avec les collègues.

Le rapport avec le musicien (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il regrette la fermeture de la section d’archèterie jamais rouverte à cause de la peur de la concurrence éprouvée par la corporation.

La fermeture de l’école d’archèterie (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il forme à l’archèterie son cousin puis son frère, reconstituant ainsi une dynastie de nouveaux archetiers.

Une nouvelle famille d’archetiers (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Atelier de l’archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)

Il explique l’importance de fréquenter divers ateliers. Voir beaucoup de beaux archets anciens est pour lui une source d’inspiration. Il a plusieurs fois changé de styles.

Voir de belles pièces (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il définit sa recherche actuelle dans la fabrication de ses archets : il faut parvenir à faire sentir le geste.

Faire sentir le geste (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Pendant 10 ans, il part régulièrement travailler à Barcelone où il n’y avait pas d’archetier.

Barcelone (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Il évoque également son expérience de trois mois à Cuba avec l’association « Luthiers sans frontière ». Se concentrer sur son travail et pouvoir le réaliser sans avoir besoin de son cadre habituel lui procurent un sentiment de grande liberté.

Concentration et liberté (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Atelier de l'archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille (03/02/2016, cliché HCH)
Ebène, corne, ivoire, copeaux de pernambouc et autres matériaux (atelier de l’archetier Jean-Pascal Nehr à Marseille), fév. 2016

Le problème des matières brutes que travaille l’archetier se pose car aujourd’hui la majorité d’entre elles est interdite (comme le bois de pernambouc, l’ivoire, la tortue, l’ébène, etc). La qualité actuelle des bois d’archèterie est supérieure à celle utilisée autrefois. Les archets contemporains peuvent rivaliser avec les grands archets anciens.

Qualité des archets contemporains (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Comment savoir ce que va donner un archet ? Jean-Pascal Nehr l’évalue par rapport aux réactions et vibrations de la matière.

Vibrations de la matière (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

Jean-Pascal Nehr est épris de son métier et, après 40 ans de pratique, ne peut envisager de s’arrêter. Il ne l’a pas fait, même après un grave accident de scooter. Il poursuit la voie qui l’intéresse : créer de nouveaux archets.

Continuer à créer (Jean-Pascal Nehr, extrait d’enquête n°4970)

L'archetier Jean-Pascal Nehr, 2010 (photo Patrice Terraz)
Portrait de l’archetier Jean-Pascal Nehr, par le photographe Patrice Terraz (2010, Marseille)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers et archetiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Nehr, Jean-Pascal (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). La liberté en créant : parcours d’un archetier épris de son métier, Marseille, 3 février 2016. Enregistrement numérique :  43 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4970.

Crédits photographiques : Portraits de l »archetier Jean-Pascal Nehr  (2010, Marseille)  : avec l’aimable autorisation du photographe Patrice Terraz  ; autres : H. Claudot-Hawad.

Un fabricant de chevalets retrace la vie des ateliers de Mirecourt du début du 20e siècle aux années 1980

Louis Jeandel, fabricant de chevalets, Ambacourt, 1982 (cliché B. Lesaing) (cliché

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue en 1982 dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier. Le témoin, Louis Jeandel, descend d’une famille de luthiers fabricants de chevalets depuis 120 ans ; son grand-père a créé la célèbre marque familiale Aubert (de son propre nom). Suite aux décès de ses deux maris successifs, sa grand-mère dirige l’affaire, puis elle se fait remplacer par sa fille jusqu’à la seconde guerre mondiale. Louis Jeandel suit son apprentissage dans la maison fondée par son père en 1895 (année de sa naissance), première fabrique spécialisée dans les chevalets à Mirecourt. Il a également une formation de mécanicien spécialiste en fabrication d’outillage spécifique.

L’apprentissage (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Tableau des chevalets Jeandel-Aubert (cliché B. Lesaing)

Après la deuxième guerre mondiale, il réunira les deux ateliers (le premier fondé par son grand-père maternel Aubert et l’autre par son père) et deviendra le seul fabricant de chevalets. Sa production en 1926 atteint 300 000 chevalets par an avec une dizaine d’ouvriers payés à l’heure.

Sur un instrument de musique à cordes, le chevalet est une pièce placée entre les cordes et la table d’harmonie de l’instrument : son rôle est de transmettre les vibrations des cordes à la table qui va amplifier le son produit. Le chevalet sert aussi à maintenir l’espacement entre les cordes et, pour les instruments à manche, à les maintenir à la bonne hauteur par rapport à celui-ci. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement qu’un seul modèle de chevalets en usage, mais ce modèle a évolué au fil du temps.

L’évolution de la forme du chevalet (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Louis Jeandel définit la spécificité de cette pratique artisanale : les outils eux-mêmes sont fabriqués au sein des ateliers, l’essentiel étant autrefois le canif. La fabrication à la main des accessoires comme les chevalets, mais aussi les chevilles, les cordiers, a aujourd’hui partout disparu.

La fabrication artisanale des chevalets (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496


Héritier de l’histoire familiale, il présente à l’enquêtrice un livre de compte datant de son grand père qui témoigne de la production de chevalets dès 1874 et d’activités annexes comme le débit de bois. Il est catégorique, aucun luthier n’a jamais fait jamais de chevalet. Une des raisons est qu’il faudrait trop de bois. Lui-même achète aujourd’hui 25 tonnes de bois par an alors qu’il en utilise seulement 2 tonnes pour ses chevalets, le reste part en chutes, en sciure et copeaux. En effet, le choix du bois du chevalet – qui pèse 3,5 grammes – doit être très strict et exempt de tout noeud. Il expose la nature, la qualité et la quantité de bois d’érable nécessaire à cette fabrication.

Choix du bois pour les chevalets (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Plaquettes de bois pour chevalets, maison Jeandel (cliché B. Lesaing)

Ses clients viennent du monde entier visiter sa fabrique. Il travaille par exemple avec six sociétés au Japon, dont les représentants se sont tous rendus à Mirecourt. Pour palier à la crise de la lutherie, il a gardé ses ouvriers et a fabriqué d’autres objets (meubles de radio, de cuisine…) mais depuis la fin des années 1960 il ne fait plus que des chevalets à nouveau. De la profession des luthiers dans son ensemble, Louis Jeandel distingue ceux d’avant et d’après la guerre de 1914-1918, disant que lui par exemple a eu le temps d’apprendre la musique (le violon) et il jouait dans l‘orchestre à cordes de Mirecourt dirigé par Dieudonné.

Louis Jeandel, fabricant de chevalets, 1982 (cliché B. Lesaing) 

Il répond à l’enquêtrice sur l’état d’esprit frondeur des luthiers (joie de vivre, anticléricalisme, engagement politique, libres penseurs). Bien que soumise à d’importantes heures de travail (à l’atelier et en complément à domicile), toute la profession trouvait des respirations dans ses jours de repos (dimanche et lundi) et des fêtes (la sainte Cécile, patronne des luthiers). Pour illustrer les conditions difficiles de vie dans cette profession, il souligne avoir vu des médecins exercer gratuitement leur métier afin de soigner les ouvriers. Il considère que son métier est luthier, il n’y a pas de terme spécial pour le fabriquant de chevalets. Le récit se prolonge sur la reconstitution et l’énumération des vingt-quatre opérations successives de fabrication d’un chevalet d’autrefois.

24 opérations pour fabriquer un chevalet (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Chaque opération se distingue par l’outil et l’usage spécifique qu’elle nécessite, par exemple : 2 : traçage, 6 : dehors de pieds, 7 : entailles de genoux, 8 : genoux, 12 : échancrage des ouïes avec canif, ouverture des ouïes avec la scie, limite de largeur des pieds, finir le pont avec la fraise.

Outillage pour la fabrication des chevalets (cliché B. Lesaing)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Jeandel, Louis (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un fabricant de chevalets retrace la vie des ateliers de Mirecourt du début du 20e siècle aux années 1980. Mirecourt, 1er juin 1982. 1 cass. : 1h 25min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3496.

Crédits photographiques :  Clichés de B. Lesaing. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.