Archives par mot-clé : catalogage du son

Structurer les données de la recherche en EAD : l’exemple du traitement de l’ANR Colostrum

Depuis 2013, la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme catalogue ses archives sonores sur Calames et génère des liens streaming qui permettent de les écouter en ligne. C’est dans le cadre du traitement, de la diffusion et de la valorisation des données de la recherche – au cœur du travail de la Phonothèque de la MMSH – que s’inscrit le catalogage en EAD de l’ANR Colostrum. Continuer la lecture de Structurer les données de la recherche en EAD : l’exemple du traitement de l’ANR Colostrum

Jornada académica sobre preservación de colecciones sonoras y audiovisuales de origen digital, 7, 8, 9 septembre 2016

La semaine prochaine la phonothèque de la MMSH présentera deux conférences à Mexico dans le cadre des journées d’études sur la conservation des collections sonores et audiovisuelles nativement numériques : Jornada académica sobre preservación de colecciones sonoras y audiovisuales de origen digital1.

  • La première dans le cadre de la table ronde du 7 septembre  Propuestas y soluciones para la preservación de documentos sonoros y audiovisuales de origen digital, annoncée en langue espagnole sous le titre  « Perfeccionnando el accesso en línea del Patrimonio cultural sonoro. Propuestas de la Fonoteca del Centro national de investigación científica, Francia, Aix-en-Provence ». L’intervention se fera en langue anglaise, sous le titre : « Preserving and disseminating sound cultural heritage: the experience of the MMSH Phonothèque (CNRS) »
  • La seconde, le 8 septembre, se fera dans le cadre d’ateliers pratiques intitulés Clinica para el análisis documental de grabaciones sonores y audiovisuales qui ont pour objectif de suivre toute la chaîne de traitement des documents sonores et audiovisuels. La phonothèque de la MMSH a sélectionné pour cet exercice un enregistrement de terrain du terrain saharien de Marceau Gast. A lire sur https://phonotheque.hypotheses.org/20033

Programme de ces journées :
Sur Europeana Sounds
Sur le blog Papeles de Musica
Sur le blog de l’école SIMMONS – School of Library and Information Science
Sur les Carnets de la phonothèque

Suivre ces journées en direct :
Sur le twitter et FaceBook de l’IIBI UNAM
et sur Twitter, avec le hashtag, certes un peu long :-), #PreservColecc_SonorasAV_UNAM

Lire le storify :

  1. Ces journées sont organisées avec le soutien du programme UNAM-DGAPA-PAPIIT, n° IN402016 et organisées par l’Institut de recherche sur la bibliothéconomie et l’information – IIBIInstituto de investigaciones bibliotecológicas y de la información et le laboratoire national des sources orales – LANMLaboratorio Nacional de Materiales Orales de la UNAM – Université nationale autonome de Mexico = Universidad nacional autónoma de México, l’École Européenne Supérieure de l’image (Poitiers, France), le centre de recherche et de développement de l’Institut national Polytechnique du Mexique – CITEDI-IPN  – Centro de Investigación y Desarrollo de Tecnología Digital del Instituto Politécnico Nacional et l’Alliance française de Mexico []

Nouvelles publications de la phonothèque de la MMSH dans Calames

La phonothèque de la MMSH poursuit la publication d’inventaires dans le catalogue collectif Calames, le catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur et de la recherche. En 2013, le projet avait débuté par la conversion en EAD et la publication sur Calames des fonds Jean-Noël Pelen et Marceau Gast. Pour l’appel à projet 2014, l’ensemble Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône a été retenu par l’ABES, l’agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Les enquêtes du corpus Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône ont été réalisées dans le cadre d’un projet de recherche réalisé en 2006 et 2007 par l’association Paroles Vives et le soutien des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (AD13), en collaboration avec la phonothèque de la MMSH. L’objectif était de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et les modalités de transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 1920. Plus de 160 heures sont ainsi accessibles en ligne, soit un corpus de 106 enquêtes. Ce corpus est également consultable dans les locaux des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et les notices ont été intégrées à leur base de données.

Pendant presque trois mois, l’équipe de la phonothèque a catalogué ce corpus. Une des particularité de ce travail été l’usage ou la création, sur Idref1, de noms de lieux précis (noms de quartiers de Marseille notamment) et de vocabulaire portant sur l’identité et la culture arménienne, comme en témoigne la notice de l’enquête n°2080 et ses descripteurs.

Au cours de l’année 2014, l’équipe de la phonothèque a également catalogué le corpus d’enquêtes ethnologiques sur le métier de luthier à Mirecourt, réalisé par Hélène Claudot-Hawad ethnologue, directrice de recherche au CNRS. En 2011, celle-ci avait déposé à la phonothèque de la MMSH une série d’enregistrements sonores (13 heures d’enquêtes) accompagné de diapositives2 sur les luthiers de Mirecourt. Ces archives documentent un terrain ethnologique qu’elle a mené à Mirecourt dans les années 1980, quand le terrain saharien sur lequel elle travaillait jusqu’alors lui était interdit d’accès3. Les entretiens peuvent être écoutés en ligne  en consultant le corpus sur Calames. Pour des raisons éthiques, certains passages ont été supprimés pour la consultation en ligne. L’archive dans son intégralité et son intégrité peut être écoutée, sur demande motivée, à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence.

Consulter le corpus Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône sur Calames.

Consulter le corpus Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine) sur Calames

Crédits photographiques : L’église arménienne Saints Tatéos et Parthomios, ou église de Saint-Antoine, dans le quartier des Borels, Saint-Antoine, Marseille, 15e arrondissement, François Latreille, prise de vue novembre 2013, sous licence CC 3.0.

  1. Référentiel dont l’acronyme signifie « Identifiants et référentiels pour l’enseignement supérieur et la recherche » utilisé dans les outils Sudoc et Calames. []
  2. 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail dont une partie a été déposée sur Medihal []
  3. L’ensemble de la collection a été numérisé et analysé par Marie Lelardoux, Hélène Claudot-Hawad a repris les notices documentaires et les a éditorialisées sur Les carnets de la phonothèque, Marine Soubrié a catalogué les entretiens au format EAD avec le soutien de Matthieu Andreani. Sabine Partouche a mis en page le catalogue papier de ces archives publié en décembre 2013 par les Presses Universitaires de Provence. []

Mise à jour du guide d’analyse documentaire du son inédit

14567172481_61457c1a23_o

La commission documentation de la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT) vient de mettre à jour le guide d’analyse documentaire du son inédit, coordonnée par Claire Marcadé. Il est désormais accessible en ligne sous le titre Patrimoine culturel immatériel. Traitement documentaire des archives sonores inédites. Guide de bonnes pratiques.

Le catalogage les enquêtes enregistrées sur le terrain avait fait l’objet dès 1997 d’un guide d’analyse documentaire publié par la commission documentation de la FAMDT. Cette commission regroupe des centres de ressources documentaires à travers la France qui sont depuis 1999 pôle associé à la BnF dans le domaine de l’oralité. En 2001 le guide a été mis à jour et publié par l’AFAS et la FAMDT puis en 2007, traduit en langue espagnole avec le soutien de l’IFEA et publié par les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de Colombie.

Crédits photographiques : The U.S. National Archives Follow Accordionist in a Polka Band at the Gibbon Ballroom at Gibbon, Minnesota, 20 Miles North of New Ulm, vers 1975. Photographie d Schulke, Flip, 1930-2008. Pas de restrictions de droit connues.

Réunion de travail de la commission documentation de la FAMDT en juillet 2014 à Nantes menée par Claire Marcardé (premier plan) pour la mise à jour du guide documentaire du son inédit. Photographie de Véronique Ginouvès, juillet 2014.

La phonothèque de la MMSH intègre le réseau Calames

183068542_29bef78b0c_oEn 2013, la phonothèque de la MMSH a débuté la publication de ses inventaires sur le catalogue collectif CALAMES (Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur). Mis en ligne en 2007, le catalogue CALAMES, développé et mis en oeuvre par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), donne aujourd’hui accès à la description des collections de 42 établissements : bibliothèques universitaires, bibliothèques de recherche, mais aussi de grands établissements nationaux (Institut de France, Muséum d’histoire naturelle).

Présentation du projet

Pour cette première campagne de catalogage, le fonds Jean-Noël Pelen et le fonds Marceau Gast ont été sélectionnés parmi les collections de la phonothèque. Les trois principaux critères de sélection était la valeur scientifique, l’importance matérielle et l’avancement du traitement documentaire. Voici une présentation rapide de ces deux fonds.

Le fonds Jean-Noël Pelen

Jean-Noël Pelen (né en 1949), à été chercheur au CNRS jusqu’en 2011. Il a dirigé le CREHOP – Centre de recherches sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux (Université de Provence – CNRS) entre 1987 et 1993 puis a été chercheur au sein du laboratoire TELEMME – Temps, espace langage Europe méridionale, Méditerranée (AMU – CNRS). Le fonds Pelen est composé de neuf corpus d’enquêtes orales menées par, sous la direction, ou sous l’impulsion de Jean-Noël Pelen et de l’enregistrement d’une série de séminaire ayant pour thème la production du récit collectif. Les enquêtes de terrain combinent des enregistrements de contes, de chansons populaires et de récits de vies en Provence (Cévennes, Pays d’Arles, Bouches-du-Rhône).

Consulter le fonds Pelen sur Calames : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-1371

Le fonds Marceau Gast

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO et membre de l’IREMAM, Marceau Gast (1927-2010) a déposé à la phonothèque de la MMSH, de son vivant, les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien, au Yémen et pour la France, dans le Queyras. Quatre grands thèmes parcourent ce fonds : l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales. A cela s’ajoute des colloques enregistrés et une série de neuf entretiens biographiques préparatoires menés en 1997 et 1998 par Hélène Claudot-Hawad.

Consulter le fonds Gast sur Calames : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-1566

Présentation de l’outil Calames

Le format de description EAD

L’Encoded Archival Description est un format de description archivistique créé à la fin des années 1990 et maintenu conjointement par la Bibliothèque du Congrès et la SAA (Society of American Archivists). Il respecte les principes définis par la norme internationale ISAD (G). Dans les années 2000, son utilisation pour la mise en ligne des instruments de recherche se généralise en France : il est notamment adopté par la BnF, les archives nationales et départementales, quelques bibliothèques municipales (Lille, Lyon) et l’ABES pour sa plateforme Calames. Le langage XML sur lequel il se base permet de construire une description hiérarchisée rendant compte avec précision de l’imbrication des composants et sous-composants. A ce jour, les éléments et attributs XML utilisés pour le catalogage dans Calames sont définis par la DTD EAD 2002, avec des limites propres aux bonnes pratiques françaises et au réseau Calames.

L’outil de catalogage Calames

La production et la publication des inventaires s’effectuent par les établissements du réseau Calames dans une interface commune accessible en ligne via un navigateur. L’outil de catalogage Calames repose sur l’éditeur XML XMETAL1 adapté par  l’ABES afin d’assurer la cohérence du catalogage (ajout de listes fermées de valeurs d’attributs) ou de normaliser l’indexation (interaction de l’éditeur avec le référentiel IdRef – Identifiants et référentiels SUDOC pour l’enseignement supérieur et la recherche). L’éditeur présente une interface graphique facilitant l’encodage XML. L’abonnement annuel à Calames intègre le coût de la licence XMETAL (indépendante du poste de travail).

Accompagnement par l’ABES

L’établissement qui souhaite publier ses collections sur Calames doit faire face à de nouveaux enjeux techniques et financiers mais il peut compter sur un soutien de l’ABES a plusieurs niveaux. Chaque année depuis 2010, l’ABES lance un appel à projet dont le but est de favoriser la publication des inventaires des établissements du réseau Calames2. En répondant à l’appel à projet 2013, la phonothèque a ainsi bénéficié d’un co-financement de l’ABES lui permettant d’engager un travail de catalogage durant 5 mois à compter du mois d’août 2013. D’autre part, l’ABES  organise des formations à l’outil de catalogage3, propose une assistance et des cours en ligne (les « J.e-cours ») et met à disposition un manuel de catalogage régulièrement mis à jour.

Outre le financement de l’ABES, ce projet n’aurait pu voir le jour sans le financement de la TGIR Huma-Num « Consortium des ethnologues » qui a permis de numériser, cataloguer et mettre en ligne les archives du Sahara de Marceau Gast en 2012 et 2013.

 Crédits photographiques : « Handshake », San Francisco (Californie, Etats-Unis), 4 juillet 2006, sous licence CC BY 2.0. URL : http://www.flickr.com/photos/xctmx/183068542/. Le choix de cette illustration a été inspiré par celui de France Chabod dans son article sur le blog du SCD d’Angers.

  1. Dans sa version plugin nommée XMAX. []
  2. La phonothèque de la MMSH est membre du réseau Calames depuis 2011. []
  3. La formation que j’ai suivi a eu lieu du 8 au 10 avril 2013 dans les locaux de l’ABES à Montpellier. []

Du bon usage des outils de collecte, d’enregistrement et de restitution d’archives sonores. Formation INA-Expert 2012

Les 19 et 20 novembre 2012, le pôle Enseignement-Formation-Recherche de l’INA, organisait sur son site de Bry-sur-Marne une formation sur le collectage, la production et l’enregistrement de témoignages. Les stagiaires de ces deux journées appartenaient au monde associatif, à celui des entreprises privées, des professionnels de l’image fixe et animée, des archives publiques.

La commande adressée à la phonothèque de la MMSH concernait une approche globale du processus de création et de mise à disposition d’archives sonores, depuis l’écriture d’une problématique d’enquête jusqu’aux préparatifs de restitution vers le grand public. L’amplitude de cette chaîne opératoire devait traiter des questions de méthode de prospection (que cherche t-on, à partir de quelles connaissances, avec quelle grille d’enquête et quelles techniques d’entretien), d’utilisation de technologies adaptées (enregistreur numérique de son et d’image, logiciels de traitement, de documentation et de diffusion sur le web des documents audiovisuels), de droits patrimoniaux, d’indexation et d’identification des ressources au sein de grands ensembles d’archives patrimoniales.

Ethnologue, assistante documentaliste de la phonothèque de la MMSH et enquêtrice pour l’association Paroles Vives j’ai eu le plaisir de donner cette formation, accompagnée des expériences partagées avec Véronique Ginouvès et Florence Descamps pour la partie historique, les questions juridiques et éthiques et le traitement documentaire.

Après un aperçu de l’histoire des techniques d’enregistrement et des méthodes de recueil de données en sciences sociales, la dizaine de stagiaires a pu aborder les questions pratiques de la définition d’une problématique, de la construction d’une grille d’enquête, de la passation d’un contrat de droits patrimoniaux avant de partir en exercice pratique, enregistreur à la main, à la rencontre de témoins volontaires. Deux entretiens ont été réalisés sur une problématique commune, choisie par les stagiaires : « Militantisme – Place du témoin (acteur ou spectateur) du mouvement syndical, politique, associatif. ». Ce sujet fut exploré à l’aide d’une carte heuristique sous FreeMind dont voici la première version.

Une telle carte est utile pour l’établissement d’un cahier des charges comme pour celui d’un calendrier d’étapes de réalisation. Celle-ci a permis de poser toutes les notions émergentes pour chaque stagiaire, d’identifier les sources de ces notions (représentations personnelle et collective, connaissances livresque etc.) et de faire la part des choses entre l’univers personnel des représentations de l’enquêteur, ce qu’il croit savoir sur le sujet et ce qu’il lui reste à trouver sur le terrain auprès des témoins. Les stagiaires ont sélectionné trois critères pour trouver leur témoin : 1/ militantisme syndical, politique, associatif – 2/ statut de participant actif de la personne à un évènement précis – 3/ statut de témoin spectateur d’un évènement précis. Puis, ils ont construit une grille d’enquête simple afin de mener, en fonction de la personne rencontrée, un entretien de cinq minutes.

Voici la carte présentant les questions envisagées.


L’ensemble des stagiaires se répartissait en deux groupes. Le stagiaire le plus novice du groupe étant chargé de mener l’entretien, un second de gérer l’enregistreur, surveiller son bon fonctionnement (pas de saturation, ni de parasitage sonore extérieur), les autres, tenant leur carnet de notes devaient jouer le rôle d’oreilles actives en apportant des questions complémentaires en fin d’entretien ou en apportant une critique constructive de la méthode de leur collègue. L’enquêteur était également celui qui expliquait au témoin les conditions d’enregistrements, ses objectifs et lui faisait signer le contrat d’autorisation et de diffusion rédigé pour l’occasion1.

Enquête 1 : « Témoignage d’un homme sur son action au sein d’une association d’aide aux plus défavorisés » suivie de son résumé rédigé par les stagiaires.

Témoignage d’un homme sur son action au sein d’une association d’aide aux plus défavorisés (résumé)

Le témoin est militant au sein de la branche locale d’une association nationale composé de plusieurs milliers de bénévoles. Il intervient sur le terrain, dans une équipe de 15 personnes, un week-end sur deux. Cette association apporte une aide morale et physique aux démunis et aux sans-abris. Cette aide peut aller jusqu’aux premiers secours. Il décrit son engagement comme quotidien, sur le long terme et sa participation depuis 20 ans.

Enquête 2  : « Témoignage d’une bénévole sur les animations de son association en milieu hospitalier » suivie de son résumé rédigé par les stagiaires.

Témoignage d’une bénévole sur les animations de son association en milieu hospitalier (résumé)

Enregistrement sonore réalisé le 19 novembre 2012 par des stagiaires de l’INA auprès de l’assistante sociale du l’entreprise sur le thème du militantisme. Elle fait du bénévolat en milieu hospitalier au sein de l’association des Visiteurs Médicaux Hospitaliers (VMH). Elle décrit ses expériences après formation, d’abord en soins palliatifs à Sainte Camille (Bry-sur-Marne) puis aux urgences de de Lagny en Seine et Marne. Elle explique le fonctionnement du bénévolat au sein de l’association ; elle détaille son action : écouter, accompagner, rassurer les patients et les familles, en particulier les enfants. Elle exprime avec émotion ses sentiments vis à vis de son action et ses motivations.

Une fois de retour dans la salle chaque groupe a écouté et résumé par écrit l’enquête des autres. Les enquêteurs pouvant débattre avec les documentalistes. Cet exercice avait pour objectifs de démontrer une possible subjectivité du traitement documentaire et les besoins des documentalistes du son en matière d’informations complémentaires (qui parle, dans quel contexte, dans quelles finalités) lorsque celles-ci n’apparaissent pas à l’écoute du contenu. L’utilisation des thésaurus thématiques, notamment celui de la phonothèque de la MMSH, pour l’indexation des archives, ainsi que la question de leur diffusion et de leur utilisation au sein de montages, d’exposition etc ont été abordés. Chacun des témoins et chaque stagiaire avaient signé au préalable un contrat autorisant l’INA et la phonothèque à présenter ce travail.

La journée du 20 novembre était consacrée à l’utilisation d’appareils d’enregistrement sonore et filmique avec les ateliers de  Christophe Lizot et Jean-Claude Mocik. Les trois ateliers se sont idéalement croisés, notamment sur les étapes de préparation indispensables au terrain de captation d’informations sonores et/ou filmées, de véritable écriture d’un objectif, de choix de méthodes et outils adaptés. En effet, si la question de l’enquêteur produit une variation de réponse selon la façon et l’instant où elle est posée, le son possède une force évocatrice, comme l’usage d’une image. Les nouvelles technologies ne posent pas seulement des questions de compétences techniques mais aussi, de part leur constante évolution, la question des moyens de conservation, et, partant, des cahiers des charges préalables aux chantiers, prévoyant des partenaires stables sur le long terme.

Il est à souhaiter que de telles formations créatives par la richesse de ces croisements, se multiplient, accompagnant les collecteurs dans une construction cohérente (problématique et droits patrimoniaux) de leurs projets, dans une réalisation technique de qualité, et dans un traitement rapide, homogène de la donnée pour un accès facilité, une vraie visibilité des matériaux par leur accessibilité pour tous.

 Le calendrier des formations 2013 est  en ligne sur le site de INA-expert, dont une formation spécifique en novembre 2013 sur la conduite d’entretiens patrimoniaux

et les choix méthodologiques adaptés, et un deuxième opus de la formation Collecter, produire et enregistrer des témoignages, prévue cette fois-ci sur 3 journées en juin.

Crédits photographiques :

Mehndi (henna skin decoration) on a hand being licked by a camel, by David Dennis,  http://www.flickr.com/photos/davidden/295764484/. Licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic

  1. Ce contrat s’appuie sur les propositions de Ludovic Le Draoullec, augmentées des travaux du collectif constitué pour la rédaction d’un guide de bonnes pratiques pour la diffusion des données électroniques en sciences humaines et sociales – Questions juridiques et éthiques []

L’archive sonore apprivoisée ou l’approche successive du contenu

Le travail documentaire resserré au niveau d’une séquence sonore (ou item) révèle les trésors de l’entretien. Prenons un exemple de traitement réalisé au sein de la phonothèque de la MMSH. Lors d’une enquête dans le Piémont italien en 1984, Christian Bromberger a la chance d’enregistrer le répertoire conséquent d’un chanteur surnommé Robert le Diable. Celui-ci interprète en français une chanson qu’il  nomme Sur le pont d’Avignon. Au cour de l’entretien le chanteur livrera pas moins de trente et une chansons de son répertoire ! Cette chanson-ci parle de l’enlèvement d’une jeune fille par trois cavaliers qui l’emmène pour leur plaisir jusqu’à Paris. Arrivée sur place la jeune fille feint d’être morte pour échapper à son sort. Recherchée par son père elle sera déterrée, toujours vivante et ramenée en lieu sûr.

L’ensemble du travail piémontais est décrit dans la notice du corpus. Cette enquête avec  Robert le Diable est décrite au sein d’une notice générale, comme toutes les chansons interprétées. Chacune a été documentée  dans une notice particulière, générant ainsi trente et une autre notices. Elles décrivent le détail des chansons et toutes les informations livrées par l’entretien : rythme, origine de la chanson, condition d’apprentissage et contexte d’interprétation. Dans le cas qui nous intéresse, la chanson est identifiée, grâce à la classification des chansons françaises réalisée par Patrice Coirault1 comme appartenant à la catégorie des chansons de rapt [COI 13027], plus connue sous le titre « La belle qui fait la morte pour son honneur garder ». On peut ainsi rapprocher notre chanson entendue dans le Piémont d’autres versions existantes dans tout le répertoire des chansons de tradition orale et lui donner un deuxième titre d’œuvre en plus de celui déjà donné par le témoin.

Ce travail étant réalisé pour d’autres enquêtes, une interrogation de la base avec ce titre d’œuvre comme critère nous livre trois autres versions issues d’enquêtes en Cévennes et en Ardèche. Il nous est possible alors d’écouter et de comparer les versions par exemple avec cet exemple cévenol.


Au sein de chacune des notices item un champ prend une importance particulière : celui de « l’incipit littéraire » qui nous permet de noter les premiers mots de l’œuvre, la ou les premières phrases de la chansons. Ici : « Sur le pont d’Avignon, trois belles s’y promènent » et « Rosette se promène, tout le long de son jardin ».

Ce traitement rigoureux permet le recoupement de plusieurs corpus et de la mise en miroir de leurs points communs, au sein de la phonothèque mais aussi entre centres détenteurs d’archives sonores, au niveau national comme international du moment que ces données peuvent être mises en ligne. Il permet de révéler l’amplitude de la valeur informative et de l’identité d’un item sans jamais le découper de sa matrice d’origine, l’entretien qui l’a livré, ni de l’ensemble des autres items qui l’accompagnent.

 

Crédits photographiques : Quentin Metsys, Le prêteur et sa femme, huile sur panneau, 1514, Musée du Louvre, Paris. (détails et vue générale).  L’œuvre d’art représentée dans cette image et sa reproduction sont dans le domaine public mondialement.

 

  1. Patrice Coirault, Répertoire des chansons de tradition orale.  Ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Marlène Belly et Simone Wallon. Trois volumes. Paris, BnF, 2006. []

Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010

Femme a la mandolineA la fin du mois de janvier 2010 auront lieu deux journées d’étude sur les archives sonores. Les premières se tiennent à Grenoble, à la Maison des Sciences de l’Homme Alpes (MSHA) sous le titre Histoire orale : regards croisés et décalés, France-Europe-Brésil. Ces journées, organisées du 27 au 30 janvier, ont la particularité de  réunir les anciens de  « l’école des ethnotextes », qui s’est développée à Aix-en-Provence dans les années 1980. Cela n’était pas arrivé depuis longtemps : Anne-Marie Granet-Albisset a invité Philippe Joutard, Marie-Françoise Attard, Jean-Noël Pelen, Tania Gandon et d’autres encore qui ont participé à la création ou au développement des « ethnotextes ».  L’origine de l’emploi de ce terme, qui rapidement pourrait être défini comme un texte oral, remonte à 1980 avec l’ouvrage collectif Tradition orale et identités culturelles. Problèmes et méthodes dirigé par Jean-Claude Bouvier.  Entre temps, il a été un peu oublié, dissout dans les multiples pratiques des enquêtes de terrain, mais on le retrouve régulièrement ici ou .   Philippe Joutard (historien moderniste) et Jean-Claude Bouvier (ethnodialectologue) sont les fondateurs de la phonothèque de la MMSH : celle-ci sera présente à travers deux présentations. Laure Principaud, actuellement en stage à la phonothèque de la MMSH, présentera le dépôt et le traitement documentaire du fonds sonore inédit de Marceau Gast (Sud Algérie, Yémen, Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence 1960-1990). Thierry Rosso, de la Maison des sciences de l’homme de Nice – laboratoire LASMIC) exposera un projet inter-MSH qui s’est déroulé tout récemment. La MSH de Nice a mis en place entre 2007 et 2008 un programme pluridisciplinaire qui a engagé des centaines d’enquêtes orales sur la Vallée de la Roya et de la Bevera puis s’est tournée vers la MMSH d’Aix-en-Provence pour réaliser le traitement documentaires des fonds et leur mise en ligne. Le colloque est clôturé par un atelier sur le thème de la création d’une phonothèque régionale : une question importante car les dépôts par les chercheurs de leur source sonore ne sont pas aussi systématiques que l’on pourrait l’imaginer.

Les secondes journées ont lieu aux  mêmes dates,  en Italie, plus précisément à Massa-Carrara (Toscane). Les institutions à l’origine de cet évènement ont encore peu d’expériences dans le domaine des archives orales mais elles sont persuadées de la force du patrimoine immatériel auprès du public et ont commencé à lancer de multiples actions. Associations, collectivités locales ou centres de recherches, ces  institutions appartiennent au monde artistique (ethnomusicologie et arts du spectacle). Le projet, soutenu par un programme européen, a pris le nom de  Incontro Transfrontaliero [INTervention CONdivisi Transfrontaliero di Ricerca sul’Oralità] et a vu le jour en mai 2009. L’ objectif est de valoriser le patrimoine immatériel et les échanges culturels entre la Corse, la Sardaigne et la côte de la Toscane en questionnant les frontières de toutes ces aires culturelles. La province de Grosseto coordonne le projet avec le soutien d’un Comité Scientifique.  Les différents partenaires sont : en Toscane la province de Grossetto, Pise, Lucca, Massa-Carrara, en Corse la fédération d’associations du centre culturel Voce de Pigna et en Sardaigne le département des études historiques de l’Université de Cagliari (insegnamento di Etnomusicologia) et l’Istituto Superiore Etnografico della Sardegna. Ils souhaitent ouvrir un dialogue fructueux entre artistes de la musique populaire et chercheurs et s’appuyer sur des évènements musicaux ou théâtraux ainsi que sur le traitement et la valorisation d’archives du patrimoine immatériel dans le domaine (son et audiovisuel) pour créer un portail méditerranéen sur le savoir qui aura été produit.  La phonothèque de la MMSH sera présente là encore pour présenter le travail de mutualisation qui a été réalisé avec le Portail du Patrimoine Oral : Dall’archivio della « Phonothèque » di Aix en Provence al “portail du patrimoine oral » , riflessioni sui metodi di schedatura dei patrimoni immateriali, gli standard internazionali, la messa in rete degli archivi. Immagini dal futuro.

Un beau début d’année pour la phonothèque de la MMSH. J’en profite pour vous souhaiter à tous, celle que vous désirez, et pour adoucir l’enjambée de 2010 partager trois vers d’un ancien collecteur de la mémoire du Lubéron :

Entre saba e perfum la vida esquilha sus leis èrbas.

Aqueu ponch roge, ròda d’azard dau soleu, es una poncha de verin.

Vaquí l’ora dei piadas silenciosas.

Guy Mathieu

[Entre sève et parfum la vie glisse sur les herbes. Ce point écarlate, roue de hasard du soleil, est une pointe de venin. Voici l’heure des enjambées silencieuses]

Crédits photographiques :  Mandolin girl (non daté). Mid-Manhattan Picture Collection / Music. Dépôt de The New York Public Library. Mid-Manhattan Library. Picture Collection. Permalien : digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?832621 ; pas de restrictions de copyright connues.