Archives par mot-clé : classification

VENDREDI – La semaine de l’Open Access Week : Le loup et le renard parrain

Pour indexer la littérature orale les phonothèques utilisent un référentiel essentiel pour retrouver les titres uniformes des contes. Il pourrait se nommer TUC, tout comme il on appelle TUM les titres uniforme musicaux, plus classiquement utilisé dans les discothèques. Il permet de retrouver dans la mouvance de l’oralité plusieurs versions interprétées à partir d’une même histoire. Le référentiel utilisé est la classification Aarne-Thompson qui malheureusement – peut-être par méconnaissance de l’outil ou des sources sonores – n’est pas en ligne sous forme d’outil documentaire directement utilisable1. Pourquoi ne pas imaginer intégrer le référentiel directement dans IdRef ? Certains titres y sont déjà entrés.

Les contes du renard occupent les numéros 1 à 69 dans cette classification Aarne et Thompson et le numéro 15 est l’histoire du renard parrain. The Theft of Butter – Honey – to Playing Godfather se retrouve largement à travers le monde avec d’autres animaux. Dans ce conte, le renard et le loup travaillent (aux champs, en tant que bûcheron…) et le renard prétexte un baptème pour manger le miel (ou le beurre, ou tout ce qui représente la paie promise pour le travail réalisé).

Neuf versions du conte du renard parrain dont la plupart sont cévenoles ont été collectées par différents chercheurs qui ont déposé leurs sources à la phonothèque de la MMSH. Le portail du patrimoine oral en propose 22 versions.

Pour les version déposées à la MMSH, la plus ancienne a été enregistrée par Jean-Noël Pelen en 1974 à Sainte-Cécile-d’Angorges auprès de Gabriel Teisser sous le titre Le loup et le renard bûcheron qui enregistrera une autre version du même conte en 1975 (n°1990). Jean-Noël Pelen collectera ensuite deux versions du renard parrain auprès de Paul Larguier en 1980 (enquête 1962) et 1989 (enquête 2060, celle-là même mise en écoute pour le vendredi de l’Open access week) à Saint-Andéol-de-Clerguemort.

Toujours en Cévennes, en 1979 et 1986 plusieurs enregistrements ont été réalisés auprès de Marcel Volpilière – enquêtes 661 et 429 (en ligne) – qui donnent à entendre un récit qui sera publié dans l’ouvrage La barque qui allait sur l’eau et sur la terre2. Enfin, les enquêtes 734 et 871 ont été enregistrée au Pompidou en 1997 et à Saint-André-de-Valborgne en 1998 par Pierre Laurence.

Parmi les collections sonores de la phonothèque, une seule version provient du Vaucluse, enregistrée en 1974 à Puyméras par Jean-Louis Ramel, elle a pour titre Lou reinart et lou loup.

Nous vous proposons d’écouter en ligne,  sur la nouvelle base de données de la phonothèque, la version enregistrée par Jean-Noël Pelen, en avril 1989 auprès de Paul Larguier à Paul Saint-Andéol-de-Clerguemort au coeur des Cévennes (n°2060).

Pour rappel un billet avait déjà été publié sur le Renard Parrain sur Les Carnets de la phonothèque et le carnet Biblioweb a consacré un billet à la classification Aarne et Thompson en 2011. Enfin un article très complet de Josiane Bru sur le Bulletin de l’AFAS (1999) précise l’intérêt de ce référentiel dans les SHS et pour le traitement des archives.

Crédits photographiques : A Young Female Fox near Galbraith Lake Camp (Alaska), 08/1973, National Archives’ Local Identifier: 412-DA-7945. Pas de restrictions de droits connues.

  1. Une bibliographie de cette classification est accessible en ligne ici : https://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI []
  2. Claudette Castell et Nicole Coulomb, GARAE, 1986 []

Le catalogue Laforte, un outil au service des phonothèques de l’oral

Conrad Laforte et Patrice Coirault sont les compagnons de route de ceux qui gèrent des fonds d’archives sonores dont les collections portent sur le domaine de la littérature orale. En effet, tout comme le conte1, la chanson de tradition orale court le monde avec ses versions qui changent d’un village, d’une région, d’un continent à l’autre. Conrad Laforte (1921-2008), ethnologue, bibliothécaire archiviste, professeur à l’université de Laval, a créé le premier catalogue international de la chanson folklorique française en six volumes (1977-1987). Ainsi, au moment de l’indexation d’une chanson, ce catalogue permet de relier une version chantée à un titre uniforme.

Trouver une bibliothèque qui propose un exemplaire papier de la totalité des volumes n’est pas des plus facile2 . Plusieurs volumes du catalogue ont été numérisés dans le cadre du projet Google books mais aucun n’est entièrement en libre accès. La classification dans son ensemble peut toutefois être parcourue à travers la base de données de Dastum3 qui a utilisé le catalogue Conrad Laforte pour l’indexation de la littérature orale de ses collections sonores.

Prenons par exemple la chanson « Rossignolet du bois », vous en trouvez deux versions dans les notices de la base de Dastum, quatre dans celle de la phonothèque de la MMSH, six sur celle du centre occitan des musiques et danses traditionnelles. Toutes ces versions sont regroupées sous le même code, ici  [LAF] II, F-09  c’est à dire que dans le deuxième tome du catalogue Laforte,  dans la partie des chansons strophiques

A. Chansons à caractère épique (ou tragique)

B. Sujets religieux

C. Chansons romanesques

D. Chansons comiques

E. Chansons idylliques

F. Chansons bucoliques

G. Chansons saisonnières

H. Cycle de voyage : les départs

I. Cycle de voyage : les retours

J. Cycle de voyage : le déserteur

K. Cycle de voyage : la navigation

L. Cycle de voyage : les coureurs de bois, les chantiers forestiers, la drave, etc…

M. Cycle de voyage : les militaires

N. Cycle de voyage : l’ennui et les messages

O. Chansons sur l’état civil et les conditions sociales

P. Chansons de circonstance

Q. Chansons d’ivrogne

R. Chansons à boire

Ainsi « Le rossignolet sauvage » est la neuvième chanson présentée dans la section « F » des chansons bucoliques.  Conrad Laforte en propose des versions sur plus de quatre pages de bibliographie.

J’avais déjà remarqué que trouver des versions électroniques en libre accès de ce type de monographies peut devenir très compliqué. D’après mes recherches, seuls trois volumes de la classification de Conrad Laforte sont accessibles en ligne sur Google Books en aperçu : le volume deux sur Les chansons strophiques, le volume quatre sur Les chansons énumératives et le volume cinq sur Les chansons brèves (les enfantines). Certes, en aperçu certaines pages ne sont pas accessibles  mais il est possible de faire des recherches sur les mots du titre des chansons et les numéros des catalogues, lorsqu’on connait la difficulté de manipuler le catalogue papier, c’est tout de même un avantage. Il faut également noter que l’ouvrage écrit avec Carmen Roberge  sur Les chansons à caractère religieux (1988) n’est, lui aussi, qu’accessible en aperçu mais sa consultation est très pratique car la table des matières est bien faite et affiche les titres des chansons cliquables. Ce n’est pas rien au vu de l’interface pas toujours facile à utiliser de Google Books. Intérêt supplémentaire de cet ouvrage, toutes les chansons sont accompagnées de leurs partitions musicales  (mais ciblez votre recherche, vous ne pouvez visualiser qu’un nombre de page limité).  Si vous connaissez ou trouvez d’autres ouvrages de Conrad Laforte en texte intégral, merci de les signaler dans les commentaires !

L’occasion vous est offerte aujourd’hui de mieux comprendre la force et la richesse de ce catalogue à travers des mélanges posthumes qui viennent d’être publiés autour de l’oeuvre de Conrad Laforte sous le titre « M’amie, faites moi un bouquet… »4. Jean-Nicolas De Surmont a dirigé ce travail collectif, publié avec la collaboration de Serge Gauthier, qui réunit 17 articles de 19 auteurs. L’appel à contribution avait été lancé dès 2006 et ce sont les Presses de l’université de Laval qui ont publié cet ensemble qui porte à la fois sur et autour de l’œuvre de Conrad Laforte. Belle occasion, c’est justement en 2011 que les PUL ont relancé la collection Les archives de folklore fondée en 1946 par Luc Lacourcière et aujourd’hui dirigée par Jean-Pierre Pichette5. Ce dernier publie d’ailleurs un entretien avec Conrad Laforte au début de l’ouvrage. Formons le souhait que d’autres titres suivent sur ce domaine car les archivistes de la tradition orale ont toujours besoin d’outils or, les publications sur cette thématique de recherche tendent à se raréfier ces dernières années.

Une critique de l’ouvrage est paru dans les Cahiers d’ethnomusicologie (2014)  : Sylvie Genest, « Jean-Nicolas DE SURMONT, dir. : « M’amie, faites-moi un bouquet… » Mélanges posthumes autour de l’œuvre de Conrad Laforte », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 31 décembre 2015. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2096

(Mise à jour du billet le 31 décembre 2015)

  1. Sur le conte, je vous renvoie également vers le billet sur La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l’oral, du 26 avril 2011 []
  2. Une rapide interrogation du SUDOC montre que le nombre de bibliothèques qui le détiennent sont peu nombreuses et que souvent, certains volumes sont manquants. Comme les notices de localisation du SUDOC ne sont pas citables, je vous laisse faire la recherche… []
  3. Dastum, qui signifit « recueillir » en langue bretonne, est une association qui depuis les années 1970 collecte la littérature orale en Bretagne. Plus de 8000 heures, numérisées et indexées, sont accessibles au public sur place et une grande partie est en ligne. []
  4. La phonothèque de la MMSH y publie un article, sous le titre Les phonothèques de l’oral en France, catalyseurs de nouveaux corpus interdisciplinaires sur l’oralité. L’article est déposé sur HAL-SHS sous deux versions la première date de 2008, elle a été mise à jour en 2011  []
  5. A propos de cette collection, vous pouvez lire l’article de L’encyclopédie canadienne. Encyclopédie de la musique au Canada [Consulté le 19 novembre 2011] []

La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l’oral

La tradition orale est mouvante, et les contes se retrouvent sous des versions multiples à travers le temps et l’espace. Contes d’animaux, contes de l’ogre dupé, contes sur les trompeurs ou les naïfs, les hommes et les femmes, les maîtres et les serviteurs, quête initiatique des contes merveilleux, contes licencieux, contes à thème religieux ou récits de peurs… Enregistrés sur le terrain, les témoins qui ont fait part de leur répertoire conté et dont la parole est conservée dans les phonothèques, restituent ces histoires avec cette façon de dire qui tisse le réel dans le détour de l’imaginaire1. Pour indexer ces répertoires de contes traditionnels et s’y retrouver à travers toutes les versions transmise oralement, l’outil qui sert de référence internationale est la classification AT (ou AaTh, pour Aarne et Thompson) qui propose pour chaque conte une version type et donne le schéma détaillé des éléments que l’on y retrouve.
Toutefois, cet ouvrage n’est pas facile à acquérir ou même à consulter : la dernière version éditée, publiée en 2004, est désespérement « Currently unavailable » sur Amazon, les précédentes ne sont plus diffusées et une rapide recherche sur le Sudoc montre que très peu de bibliothèques en possèdent des exemplaires2. Biblioweb qui présente sur son carnets des ressources en ligne numérisées, s’intéresse régulièrement aux contes. Vous trouverez sur ce site un point sur différents documents en ligne qui peuvent vous aider à mieux comprendre et utiliser cette classification. En ligne, excepté les listes des titres et numéros de contes, en français ou en anglais, parfois commentées, il n’y a pas vraiment de ressources qui offre une utilisation complète de cet outil avec tous ses index et sa bibliographie3.
Googlebooks permet depuis peu d’effectuer de premières recherches dans les éditions de 1928, 1961 et 19874. La classification ne peut pas être parcourue en texte intégral mais le texte est accessible en extraits (même pour l’édition de 1928 qui devrait pourtant être tombée dans le domaine public). Si vous recherchez « Tom Thumb », vous trouvez tout de suite le numéro que lui ont donné Antti Aarne et Stith Thompson : le Petit Poucet est rangé au numéro 700 des contes merveilleux, dans les « Autres contes surnaturels » ; si vous tapez le chiffre 15, vous retrouvez le conte du renard parrain, n° 15 dans les contes d’animaux sous le titre : the Theft of Butter (Honey) by Playing Godfather qui peut être raconté de multiples façons. Par contre, si vous recherchez « Fox » vous n’affichez que quelques uns des extraits de contes où le renard apparaît.
La classification Aarne et Thompson fait partie des outils qui devraient pouvoir être accessibles à tous et il est vraiment dommage de ne pas y avoir accès plus facilement. Dans leur ouvrage sur les légendes urbaines5 Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renarda s’y réfèrent pour regrouper des versions  de récits et je suis certaine que nombre de récits racontés aujourd’hui se retrouveraient dans ce grand entrepôt d’histoires. Peut-être que la version française du catalogue sur laquelle travaille actuellement Josiane Bru, au centre d’anthropologie sociale à Toulouse, offrira un de ces jours une version électronique… à suivre.
A compléter si vous le souhaitez, une bibliographie sur les outils de classification du conte de tradition orale réalisée avec Zotero en lien avec ce billet : http://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI
Crédits photographiques :
Perrault, Charles (1628-1703). Le petit Poucet, estampe issue d’une gravure sur bois en couleur dans un recueil d’images d’Epinal de la Maison Pellerin. Tome 8, 1866, 39 x 30 cm, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FOL-LI-59 (8). Image du domaine public. http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&q=le+petit+poucet+405
Des enfants dans un camp de migrants en Orégon (Amérique du Nord) écoutent Mary Brown qui leur lit des histoires. Photographer/Studio: O.S.C. Extension ServiceDate: 1945. Notes: Miss Mary Brown, state supervisor for camp work with Home Missions Council of North America, reads to children at migrant camp. Original Format: Gelatin silver prints. Oregon State University Archives. Pas de restrictions de droit connues. http://archives.library.oregonstate.edu/omeka/items/show/486
  1. Jean-Noël Pelen, Le conte populaire en Cévennes, Payot, 1983 []
  2. La bibliothèque de la MMSH possède des exemplaires de plusieurs éditions. En effet, elle a bénéficié dans ses acquisitions de l’influence de plusieurs chercheurs dans le domaine de la littérature orale, en particulier de celle de Jean-Noël Pelen qui a débuté sa carrière de chercheur en collectant des contes traditionnel en Cévennes []
  3. L‘article de Wkipedia sur la classification Aarne-Thomson est sans doute le plus complet en ligne, en français et en anglais []
  4. L’édition de 1928,  prise dans les collections de l’université de l’Indiana, a été numérisée en 2009 comme celle de 1987 qui vient de l’Université de l’Etat de Pennsylvanie. L’édition de 1961 a été numérisée en janvier 2010 à partir d’un exemplaire de l’Université de Michigan []
  5. Légendes urbaines : Rumeurs d’aujourd’hui de Véronique Campion-Vincent Jean-Bruno Renard, Petite bibliothèque Payot, 2002 []

2011 : Quand le renard entre dans les bases de données pour raconter des histoires au monde…

L’année 2011 va débuter avec la mise en production du portail du patrimoine oral : plus de 81 000 notices documentaires issues de quatre centres d’archives sonores et audiovisuelles sont moissonnées et présentées dans ce catalogue collectif. Elles racontent les histoires des habitants de Bretagne, du Sud-Ouest de la France, de Bourgogne, de la Provence et au-delà vers la Méditerranée. L’occasion enfin de dresser une première cartographie des entretiens de terrain réalisés en France de la fin des années 1950 à nos jours, de pouvoir réaliser des interrogations sur des masses critiques importantes d’archives sonores et de permettre des comparaisons entre les différents corpus, les façons de faire et de dire.

Des récits, d’hommes et de femmes, qui – dans des langues où le français est loin d’être dominant – nous font partager leur mémoire, décrivent leurs savoir-faire, évoquent leur vie quotidienne au village, retracent leur migration, nous racontent des histoires,  chantent ou  jouent pour faire danser,…  Interroger le portail rend compte de documents qui traversent les traditions orales de la France.  Tentons une requête sur le mot « renard »,  un animal oublié dans les villes qui, sur le portail, renvoie vers plus d’une centaine de réponses. Notre renard apparaît damb sa coetta dans des chants à danser de la région de Damazan1 ou avec le loup et la belette dans ceux du pays d’A-Bas2, dans des récits de rituels de protection des poulaillers en Cévennes, des évocations de la sauvagine ou des anecdotes de la vie quotidienne. A force de vivre près de lui, certains agriculteurs savaient même imiter son cri à la perfection.

Le renard est depuis longtemps un personnage important des contes traditionnels, c’est lui qui dupe toujours le loup par sa ruse. L’interrogation du portail du patrimoine oral offre l’occasion de retrouver et comparer des versions multiples de ces récit, celles du « Renard parrain » par exemple3. L’histoire est celle d’une dure journée de travail du loup et du renard qui doit être payée, suivant les versions, par un pot de miel, des salaisons ou du beurre destiné à être mangé en commun. En plein effort, le renard feint d’être appelé pour un baptême lorsque sonnent les cloches de l’église… et cela plusieurs fois au cours de la journée (le plus souvent à trois reprises). Évidemment le renard profite de la pause pour manger en cachette le repas promis au fur et à mesure, évitant ainsi de travailler. A la fin de la journée, grand seigneur, il laisse  au loup la totalité du  salaire et s’enfuit en courant avant que  le loup harassé de sa journée ne découvre le pot de miel ou la motte de beurre dévorée… L’interrogation du portail nous offre une trentaine de versions de ce seul conte  en langue française et occitane. Chacune de ces versions raconte la même histoire, chaque fois avec une langue ou une façon de dire qui lui est propre.

Cette simple interrogation illustre la multitude de facettes que peut prendre l’oralité, et laisse percevoir tout l’intérêt d’interroger des métadonnées homogènes pour des documents du patrimoine oral. L’oralité n’est pas figée, elle est vivante ! Les outils documentaires mis en place permettent d’obtenir, pour chaque oeuvre orale, différentes versions enregistrées issues de témoins dispersés à travers la France. C’est pourquoi la question du titre uniforme des œuvres orales est centrale. Les catalogues internationaux comme ceux de Aarne et Thompson pour le conte et de Conrad Laforte ou de Patrice Coirault pour la chanson francophone sont les outils indispensables qui permettent à tous ces centres documentaire sur l’oralité de parler le même langage. C’est de cette façon que les contes du renard peuvent être retrouvés à partir des titres donnés par les témoins tels qu’ils les racontaient, par ceux que les collecteurs ont indiqué dans leurs publications ou encore par les titres uniformes dans les catalogues, en l’occurence notre « Renard parrain » se retrouvera dans la rubrique « Contes d’animaux sauvages / Animal tales — Wild animals » sous le numéro T15. Mieux encore, chaque oeuvre est décrite et rapprochée de l’enquête de terrain et elle peut être écoutée en prenant en compte le contexte de production et de transmission du témoignage. Enfin, le résultat des requêtes posées au catalogue collectif renvoie systématiquement vers le catalogue originel puisque le portail n’entrepose que des notices en Dublin Core. Il est alors possible, localement, de consulter la notice complète et d’écouter l’enregistrement s’il a été mis en ligne. C’est d’ailleurs, techniquement, un des intérêts majeurs du protocole OAI-PMH que d’offrir cette centralisation des informations et un accès unique pour les recherches tout en conservant l’identité de chaque catalogue. Voilà de nouvelles aventures en perspectives pour Renard qui entre dans la le village global pour avoir dupé le loup…

Le portail du patrimoine oral a été créé par la fédération des associations de musiques et danses traditionnelles dans le cadre du pôle associé avec la Bibliothèque nationale de France. Il est hébergé sur les serveurs d’IN2P3 avec le soutien du TGE Adonis. C’est la société GB Concept qui l’a mis en oeuvre en s’appuyant sur la plateforme PKP. Les notices sont fournies au format Dublin Core simple.

Crédits photographiques : Un petit renard apprivoisé chez M. et Mme Gordon Jones à Talysarn / Titre de la photographie en gallois : Cadnawes ddof yng nghartre Mr a Mrs Gordon Jones, Talysarn. Ffotograffydd/Photographe : Geoff Charles (1909-2002) Nodyn. Dyddiad/Date: 16 juillet 1959.  Geoff Charles Collection, bibliothèque nationale du Pays de Galles. Pas de restrictions de droits connus.

Ce billet est en parti repris d’un article à paraître dans un prochain numéro de la revue L’internationale de l’imaginaire, revue de la maison des cultures du monde, sur le patrimoine culturel immatériel en France, chez Actes Sud/Babel en janvier 2011.

  1. En région Aquitaine, commune située dans le département de Lot-et-Garonne []
  2. Le pays d’A-Bas ou encore pays d’En-Bas se trouve dans la région de Questembert-Muzillac en Bretagne []
  3. Le titre équivalent de ce conte dans la classification Aarne et Thompson est, en langue anglaise, The Theft of Butter to Playing Godfather, sous le numéro T15 . C’est ce qu’on appelle un « titre uniforme ». Il  permet de retrouver toutes les versions de ce conte que l’on retrouve un peu partout de par le monde. []

Chants populaires de la Basse-Bretagne : mise en ligne des ouvrages de François-Marie Luzel (1874 et 1868)

Standing stones at Kermario, Carnac, Britanny, France
Les catalogues de chansons traditionnelles sont essentiels aux phonothécaires qui les utilisent pour l’analyse et l’indexation de la littérature orale enregistrée sur le terrain.  Pour le conte, la classification internationale Aarne et Thompson, permet d’organiser les différentes versions autour de titres uniformes. Pour la chanson, il n’existe pas d’outil à vocation universelle. Les principaux catalogues sur le domaine français sont nationaux ou francophones, mais la plupart du temps les archivistes du son utilisent des ouvrages, de type anthologie, qui couvrent des zones culturelles. Certains sont encore publiés aujourd’hui, la plupart datent du 19e siècle et du début du 20e siècle, quand les folkloristes se sont attachés à la chanson populaire.

Ces jours ci, la bibliothèque universitaire de Rennes a mis en ligne les deux volumes d’un ouvrage important pour la chanson traditionnelle :  les « Chants populaires de la Basse-Bretagne – Gwerziou Breiz-Izel » (1874 puis 1868), recueillis par  François-Marie Luzel (1821-1895). Une aubaine pour les archivistes de l’oral ! Cet enseignant, également archiviste, juge et journaliste à ses heures, s’était lancé dès 1864 dans la collecte du patrimoine populaire en Bretagne, aussi bien dans le domaine du conte que du théâtre ou de la chanson. Ses archives sont rassemblées, dans leur grand majorité, à la Bibliothèque municipale de Rennes. Pour les bretons mais aussi pour ceux qui, plus largement, s’intéressent à la chanson traditionnelle, l’accès simplifié à ce recueil est capital.

Ravie de ma trouvaille et de ma rencontre avec François-Marie Luzel, j’ai recherché ses deux autres volumes sur la chanson. L’édition des Soniou Breiz-Izel de 1890 est disponible en libre accès sur Gallica et le tome 1 de la réédition de Donatien Laurent chez Maisonneuve et Larose en 1971 est en « en accès limité » sur Googlebooks. Les quatre volumes sont également en cours de traitement chez Wikisource, et les éditions de Luzel sur la chanson font peut-être partie de la collaboration BnF/Wikisource et nous aurons bientôt le résultat de ce travail.

Entre ces quatre  éditions électroniques des catalogues de Luzel, sans aucun doute le site le plus ergonomique pour les consulter  est celui publié par la BU de Rennes à l’aide d’Omeka, du Center for History and New Media (oui le même laboratoire qui développe Zotero). Pour l’utilisateur, le menu en haut de la page est vraiment pratique. Il propose en seul coup d’oeil de consulter l’ouvrage numérisé, voir sa notice, en lire une présentation, consulter sa table des matières ou rechercher par mots. Dans la recherche, le mot apparaît sur la droite, les différentes informations nécessaires à la catégorisation et une citation rapide de l’ouvrage sont là avec un petit plus, l’affichage de la géolocalisation de l’édition. François-Marie Luzel, qui a aussi été archiviste, aurait apprécié…  Les responsables du projet à la BU de Rennes, Laurence Leroux et Julien Sicot, font part de leur expérience dans un diaporama qui donne envie de se lancer dans une expérience similaire. N’hésitez donc pas à visionner Omeka ou comment réaliser une bibliothèque numérique à l’échelle d’un SCD (mai 2010).

Références citées :

Luzel, François-Marie (1821-1895), « Chants populaires de la Basse-Bretagne : premier volume / recueillis et traduits par F.M. Luzel , » in Bibliothèque numérique – Université de Rennes 2, Item #321, http://bibnum.univ-rennes2.fr/items/show/321 (accessed August 27, 2010).

Luzel, François-Marie (1821-1895), « Chants populaires de la Basse-Bretagne : second volume / recueillis et traduits par F.M. Luzel , » in Bibliothèque numérique – Université de Rennes 2, Item #322, http://bibnum.univ-rennes2.fr/items/show/322 (accessed August 27, 2010).

Crédits photographiques :  Woman at standing stones / Menhirs at Kermario alignments in Carnac, Britanny. Photographe inconnu.  Permalien :  http://www.kms.raa.se/cocoon/bild/show-image.html?id=16001000218244 [Kulturmiljöbild – The Swedish National Heritage Board’s photographic database]. Pas de restriction de droit connu.