Archives par mot-clé : conférence en ligne

Yémen : rire de la guerre pour ne pas en pleurer…

Le 29 novembre 2017 à la MMSH, Fatima Al-Zawiya (IREMAM – AMU) et Jean Lambert (CREM – Nanterre) ont partagé lors d’une conférence organisée par l’Iremam des histoires drôles et des caricatures politiques du Yémen. Associer le Yémen et le rire semble une gageure… Mais s‘agit-il vraiment d’un oxymore ? C’est la question à laquelle les deux chercheurs, par leur expérience du terrain, ont répondu avec humour. Continuer la lecture de Yémen : rire de la guerre pour ne pas en pleurer…

SAMEDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : La passion pour le football, sens et modalité

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

La passion pour le football : sens et modalité – cote D1223, N°1240, enregistré à Aix-en-Provence le 15 février 1997, 27min.

Ecouter l’enquête en ligne

En 1997, au cours d’un séminaire de l’IDEMEC (Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative) intitulé Passions ordinaires, Christian Bromberger recense quelques éléments constitutifs, selon lui, de la passion pour le football et du « génie du supporterisme« .

Crédits photographiques : 7/28/11, Guadalajara Chivas vs Juventus FC at Carter-Finley Stadium, Raleigh, NC, James Willamor, (CC BY-SA 2.0).

Paroles publiques et Internet : enjeux et modalités de la valorisation d’enregistrements sonores

4092440453_568d2ab927

« Paroles publique et Internet » c’est le titre d’un mémoire qui vient d’être soutenu à l’INTD et qui intéresse de près les phonothèques de l’oral car il fait le point sur les enjeux et les modalités de valorisation des conférences sur l’Internet. Les mémoires sur les enregistrements sonores ne sont pas légions, et celui-ci mérite d’être signalé.

On se souvient de l’impact de text-e, un colloque virtuel interactif que la BPI avait organisé entre le 15 octobre 2001 et la fin mars 2002. Ce premier colloque entièrement virtuel était consacré à l’exploration de l’impact de l’Internet sur la lecture, l’écriture et la diffusion du savoir. Le grand succès qu’il a rencontré a été aussi le début d’une réflexion fructueuse dans le domaine de de l’édition électronique et a participé aux prémices du Web 2.0 ; il a aussi suscité un grand intérêt pour la diffusion des conférences en ligne jusqu’ici peu valorisées.

Partie d’un stage au sein de l’association La joie par les livres, Pauline Longin s’interroge dans son mémoire sur la place de l’oralité dans le monde intellectuel. Question avisée puisque la parole demeure la forme la plus commune d’enseignement dans le monde. A cela s’ajoute aujourd’hui un souci de patrimonalisation, de valorisation de transmission du savoir qui pousse les institutions à mettre en ligne les conférences publiques enregistrées en leur sein. Le mémoire pose la question des publics et du temps d’écoute des conférences sur l’internet, pas vraiment considérable (le temps d’écoute moyen serait de 7 minutes pour 1h30 d’enregistrement). La question de l’attention portée au son sur le web est difficile à circonscrire car il y a peu de littérature spécialisée sur le sujet.

Si on souhaite se lancer dans une mise en ligne exhaustive et systématique de ce type de document, il sera nécessaire d’établir des critères de qualité. Le mémoire propose (p. 75) une grille pour mieux sélectionner les enregistrements à traiter en priorité avec une série de questions basiques qui peut se transformer en une fiche intéressante pour la gestion des collections :

– La prise de son est-elle d’une qualité suffisante ? (absence de bruits parasites, bonne compréhension…) ;

– Le propos est-il facilement séquençable ? (cycle de questions/réponses, plan précis…)

– Le contenu est-il accessible sans l’appui d’un diaporama ?

– Le thème de la conférence est-il un sujet orginal, peu traité ?

– La manifestation va-t-elle faire l’objet d’une publication ? (acte, compte-rendu…).

Des tableaux comparatifs de sites mettant en ligne des conférences, des propositions de contrats d’utilisation, un point complet sur les formats de diffusion des fichiers sonores… plusieurs éléments du mémoire intéressent les gestionnaires des archives sonores qui vont trouver là une synthèse précieuse.

Pour ma part, la question des publics est celle qui me semble la plus décisive pour l’avenir des phonothèques : qui prendra le temps d’écouter ces enregistrements en ligne ? Finalement, les institutions qui se posent la question sont peu nombreuses mais par contre, celles qui mettent en ligne leurs conférences en exposition derrière la grande vitrine d’Internet se multiplient sans cesse.

Le mémoire est accessible en ligne, publié sur Calaméo : Parole publique et Internet : enjeux et modalités de la valorisation d’enregistrements sonores.

Crédit photographique : Internal Audio Visual Aids Conference, 10th May 1970, Library of the London School of Economics and Political Science, permalien

Un petit souvenir, écoutez une conférence anniversaire : le 15 novembre 1965 Walt Disney donnait une conférence de presse sur les projets de sa société en Floride