Archives par mot-clé : Congo

Le CNRS fait entendre la musique du monde !

Au cours du mois de décembre , quatre laboratoires du CNRS1 donnent à entendre leurs archives sonores à travers l’Europe sur Europeana Music grâce au projet Europeana Sounds : http://www.europeana.eu/portal/fr/collections/music

Vous pouvez écoutez ainsi, suivant vos choix du moment, Continuer la lecture de Le CNRS fait entendre la musique du monde !

  1. L’équipe du CREM – Centre de recherche en ethnomusiocologie de Nanterre (LESCMAE), le CRESSON –  le Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain, équipe grenobloise du laboratoire AAU, le LAHRA – Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes et la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) USR2128. []

Histoire orale du lycée Charlemagne, 40 ans d’enseignement

Dans le cadre du 40e anniversaire du lycée Français Charlemagne de Pointe Noire, sept élèves de 3e et 2nde ont mené une enquête orale pour mieux connaître l’histoire de l’établissement. Neuf témoins ont été enregistrés qui ont soit travaillé, soit étudié dans le lycée ou y sont encore. C’est Maguelonne Batt, une professeure d’histoire du lycée Charlemagne, qui a eu l’idée de monter ce projet et c’est avec l’aide d’une ingénieure de recherche du CNRS venue de France, Véronique Ginouvès, que nous l’avons mis en œuvre. Il nous a permis de découvrir le métier d’anthropologue et d’historien de l’oral.

Le premier jour, nous nous sommes posé la question : à quoi cela peut servir d’enregistrer des témoins ?
Voilà quelques réponses, n’hésitez à ajouter les vôtres dans le commentaire du blog. D’après nous, enregistrer des témoins a permis :
– d’avoir plusieurs points de vue (les souvenirs sont différents en fonction de la vision de chacun) ;
– de compléter les archives papier du lycée ;
– de donner de la vie à l’histoire de l’établissement, comprendre les changements ;
– de permettre à ceux qui ne peuvent pas transmettre leur savoir par l’écrit de participer à la connaissance.

Méthologie :
– Pour réaliser notre grille d’entretien, nous avons dessiné une carte mentale ou carte heuristique.
– Pour informer chacun des témoins de ce qui allait être fait de leur parole enregistrée, nous avons fait signer à chacun d’entre eux un contrat. Tous les témoins ont accepté que leurs enregistrements soient conservés et diffusés . Nous avons décidé de les déposer ensuite au CDI du lycée où ils pourront être écoutés par tous.

carte-mentale

Pour ceux qui ne pourront pas venir à Pointe-Noire, voilà quelques thèmes qui ont été abordés…

Le paysage 
Nous avons découvert qu’autrefois le lycée Charlemagne était au cœur de la nature. Le long de la côte sauvage, de l’ancien village des artisans, il y avait de magnifiques flamboyants. Certes le paysage a été quelque peu modifié aux alentours de l’école depuis les années 70. A cette époque, la Citronnelle s’appelait La Rotonde. C’était alors un bar qui appartenait au grand-père d’une de nos témoins, celui-là même qui avait cédé le terrain pour construire le lycée.

Les bâtiments
Tous les témoins enregistrés s’accordent à dire que l’établissement est resté le même à travers les années même si, bien sûr, les bâtiments ont pu connaître des fonctions différentes au fil des 40 ans et que des aménagements ont permis d’accueillir de plus en plus d’élèves. Le lycée a subi également de nombreuses modifications concernant l’organisation administrative.
Mme De Jésus, ancienne élève devenue assistante de direction au lycée :
Nous : Avez-vous remarqué des changements dans le lycée depuis le temps où vous étiez élève ?
Mme De Jésus : Des changements sur la structure du lycée ? oui énormément. On n’avait pas les classes climatisées, on avait des nacos1, des ventilateurs au plafond. Il n’y avait pas de postes informatiques, les classes de sciences étaient moins modernes que maintenant, tout ça a beaucoup évolué.

M. Manicas, ancien élève actuellement dans la restauration :
Nous : Est-ce que les classes étaient déjà climatisées quand vous alliez au lycée ?
M. Manicas : Non, il y avait pas de climatisation, il n’y avait même pas de mur d’enceinte, c’est-à-dire que le lycée était délimité par des petits murets des poteaux et des poutres en béton. Pas de mur de clôture. Il y avait une maman qui vendait des arachides le long du mur et aux intercours on allait chercher nos arachides.

Enregistrement-M.-Simba-pour-webM. Simba, aujourd’hui retraité, ancien bibliothécaire, professeur de mathématiques et qui a occupé plusieurs postes au lycée, nous a expliqué qu’en 1977, les cours A et B correspondaient à la maternelle. La cour D au collège, l’étage du bâtiment D était réservé au primaire et le bas au collège. L’infirmerie, d’abord en salle D11, s’est retrouvée dans la cour C vers 1980. La cour C était réservée au secondaire. Certaines salles n’ont pas changé de place comme celles de gym, de techno et la permanence. L’organisation de l’administration et le CDI ont changé à plusieurs reprises en restant toujours autour de la cour C. Le passage entre la salle de réunion et les salles de physique n’existait pas, il fallait faire le tour, plus haut.

Contexte historique
Avant la construction du lycée Charlemagne, les élèves, congolais ou européens, allaient à l’école Félix Tchicaya. Le programme était celui qui était suivi en France et n’était pas relié au Congo. Entre 1963 et 1968 tout a basculé avec révolution congolaise. Suite à cela, le programme des écoles congolaises portait sur l’histoire du Congo et les Français on décidé de construire un lycée, c’était le lycée Charlemagne. M. Simba nous a expliqué que les parents d’élèves d’enfants français se sont cotisés et M. Joseph René Trouyet, forestier, propriétaire d’un secteur de La Losonge (où était située La Rotonde) a cédé une partie de ses terres pour la construction du bâtiment. De 1974 à 1992, seuls les élèves de nationalité française pouvaient suivre les cours de cette école consulaire (elle dépendait du consulat de France). Après les événements de 1992 à 1998, le statut du lycée a changé et toutes les nationalités ont pu être accueillies.

 

Les loisirs
A la Rotonde (qui deviendra « La Citronelle »), dans l’arrière salle, il y avait des jeux comme des flippers ou un baby-foot, à midi les lycéens venaient y manger leurs sandwiches, c’était un lieu où les élèves aimaient se regrouper. A côté, le Victory Palace existait déjà, tout comme l’Atlantic (on peut voir le sommet de l’immeuble de cet hôtel au fond de la photo de groupe en-tête du billet). D’après Madame Trouyet, en face de l’école (là où se trouve le tribunal aujourd’hui) se trouvait un centre sportif où les élèves prenaient des cours de judo. Plusieurs témoins nous ont aussi raconté, que la nuit, près du lycée, il arrivait que professeurs et élèves européens se retrouvent car il y avait une pizzeria et deux boîtes de nuit dont une s’appelait La Licorne. D’autres lieux de rencontre nous ont été cités. Monsieur Manicas nous en a dressé la liste : l’amicale bouliste qui fonctionnait principalement le soir, le cercle civil spécialisé dans les tennis, le club nautique ou cercle naval, spécialisé dans tout ce qui était activité voile et plage, le club hippique, un club de judo nous a également été signalé. Il y avait aussi un cinéma qui passait les films du moment.

Les évènements de 1997
La vie au lycée pendant 40 ans a été très paisible, l’événement marquant pour nos témoins est la période de 19972. Ils nous ont appris que l’école avait été fermée quelques temps avant d’ouvrir à nouveau. Les avis divergent sur la période de fermeture, entre une semaine et un mois. Cette période de crise n’a pas eu que des inconvénients : aujourd’hui, le lycée Charlemagne est un centre d’examen. En effet, Monsieur Panguini nous a appris que comme les élèves ne pouvaient plus aller à Brazzaville pour passer leurs examens, comme seul ce lycée était ouvert au Congo, les élèves sont venus les passer à Charlemagne.

Monsieur Panguini : En 1997, il y avait des événements à Brazzaville, la rentrée en Octobre, n’a pas eu lieu. Bon, le proviseur ne voulait pas venir. Il y avait un professeur de maths qui avait demandé que le portail soit ouvert (…) c’est la cause [de cela] que Charlemagne est maintenant centre d’examens parce ce que [à cette époque à] Brazzaville, l’école était fermée. A Charlemagne les portes étaient ouvertes pendant les examens voilà. C’est là où le lycée Charlemagne est maintenant centre d’examens. Donc les élèves de Charlemagne au 2e tour [avant] ils passaient ça à Brazzaville alors que maintenant, pour les élèves le 2e tour c’est ici. (…) Le lycée était ouvert parce que M. Mourgantes, un professeur à l’époque (il n’est plus professeur, il est maintenant proviseur) quand le proviseur est venu, ils ont travaillé ensemble et après on l’a affecté ailleurs. Donc il est affecté [comme] proviseur.

Madame Ricci : Déjà c’était très compliqué parce que (…) les élèves étaient en plein examen de bac, on devait arrêter [à cause de la guerre]. Après le second problème, on a arrêté l’école 1 mois, une fois en février. Bien sûr, on avait les vacances, on arrêtait. Il y avait des problèmes de sécurité pour les élèves, par exemple quand il y avait des tirs, on apprenait à les mettre à plat ventre sous les tables. C’était une atmosphère très tendue.

IMG_9995

Les cercles de connaissance
Nous avons été touchées lorsque nous nous sommes rendues compte, lors des entretiens, que les « anciens » gardaient le contact même après le lycée, même après avoir quitté Pointe-Noire, et que même des professeurs gardaient le contact avec des élèves. Ils restaient toujours amis malgré  la distance.

Voici donc un extrait de Monsieur Célestin Simba :
Nous : Est-ce que vous avez un souvenir qui vous a marqué depuis que vous êtes au lycée ?
Célestin Simba : Le bon souvenir que j’ai, c’est par rapport aux élèves. Moi j’étais au CDI et j’ai fait les maths, pendant la guerre j’ai enseigné les maths à l’école, parce qu’il n’y avait pas de professeur de maths. Les élèves étaient autour de moi, au CDI, j’aidais certains pour expliquer certains cours qu’ils ne comprenaient pas. Le grand souvenir c’est que j’avais beaucoup de contact avec les élèves.

Nous : Vous êtes restés en contact avec les gens qui sont aujourd’hui partis ?
Célestin Simba : Avec les élèves. Ils sont presque tous ici dans de grandes sociétés. L’année dernière j’avais le contact, mais maintenant je suis rentré chez moi [M. Simba est retraité], je n’ai pas l’internet.

Et celui de madame X (anonyme) :
Nous : Est-ce que vous avez gardé le contact avec certains professeurs qui sont partis ou des élèves ?
Madame X : Des élèves pas beaucoup. J’ai gardé le contact avec des élèves qui sont ici. Des professeurs, oui, mais après c’est dans la sphère de ma  vie privée. Mais on se parle sur internet, on se donne des nouvelles. Comme moi je n’ai pas oublié, elles n’ont pas oublié le lycée. Donc elles sont toujours aux aguets des améliorations, les changements, l’ambiance, voilà. Le Congo, ça ne s’oublie pas dans une vie.

Ce qui nous a aussi émues c’est qu’en plus d’être amies, certaines ont rencontré leur conjoint pendant leur scolarité à Charlemagne. Voilà un extrait du témoignage de Mme Bouvarel :
Nous : Et vous aviez beaucoup d’amis à l’école ?
Corine Bouvarel : Eh bien oui ! On avait beaucoup d’amis comme vous aujourd’hui, pour moi  ce qui est un petit peu spécial c’est que j’en ai gardé un,  et aujourd’hui c’est mon mari.
Nous -C’est formidable !
Corine Bouvarel : Donc en fait on s’est connu en 6ème, on a fait pratiquement toutes nos classes ensemble parce qu’on était toujours dans les mêmes classes et on a été jusqu’en terminale ici tous les deux. 

Et un autre témoignage de Carine Trouyet, ancienne élève qui a aujourd’hui des enfants au lycée :
Carine Trouyet : Mon mari aussi était un ancien donc voilà.
Nous : Et vous avez connu votre mari dans le lycée ?
Carine Trouyet : Mon mari je l’ai rencontré en maternelle et puis après donc moi je suis partie en France. Je suis revenue passer  mon bac et lui il est parti en France au moment ou j’allais faire mon secondaire. Et puis après on s’est rencontrés longtemps après, on était copains d’enfance et voilà.

En conclusion, cette expérience a été très enrichissante car elle nous a permis d’inverser notre regard sur le monde. La phrase d’Amadou Hampaté Bâ a pris tout son sens : [En Afrique] « Quand un vieil homme meurt, c’est comme une bibliothèque qui brûle ».

Auteures du billet : Danielle, Eva, Fidélia, Julia, Lorena, Mireine, Sarah. La carte mentale a été dessinnée par Fidélia.

Crédits photographiques : les photographies ont été prises par Julia Bitar et Véronique Ginouvès pendant la semaine du lycée.

  1. Volets en verre qui laissent passer l’air []
  2. De 1997 à 1999, une guerre civile a eu lieu au Congo []