Archives par mot-clé : conservation

APPEL A CONTRIBUTION : 2ème congrès international d’archives numériques (Morelia, Mexique)

L’Institut de Recherche de Bibliothéconomie et de l’Information (IIBI) et l’Ecole Nationale d’Études Supérieures Unidad Morelia (ENES Morelia) de lUniversité Autonome de Mexique ( UNAM) en collaboration avec le Laboratoire national de matériaux oraux (LANMO), le programme de masters de bibliothéconomie et d’études d’information de l’UNAM, l’Université Computense de Madrid (UCM) et lÉcole des Hautes Études de Communication Éducatives (ESAE) de l’Institut latino-américain de communication éducative (ILCE), lancent un appel à contribution pour présentation de travaux lors du :

II ème  Congrès International d’Archives Numériques
Continuer la lecture de APPEL A CONTRIBUTION : 2ème congrès international d’archives numériques (Morelia, Mexique)

Sauvegarder les données sonores de la phonothèque de la MMSH sur la longue durée : c’est parti !

Avec le soutien de la TGIR Huma-Num, la phonothèque de la MMSH s’engage, à partir du mois d’avril 2014, dans un plan de sauvegarde de ses fichiers son sur la longue durée. La route est encore longue, nous en sommes au tout début, à la « phase préparatoire » : analyse des métadonnées, des fichiers son, de leur qualité, évaluation de leur volumétrie…  Tout est encore à faire mais nos fichiers au format Wave sont bien validés sur le site du CInes, FACILE (validation du Format d’Archivage du CInes par anaLyse et Expertise). Une fois identifiés les objets à archiver et le format d’archivage, Continuer la lecture de Sauvegarder les données sonores de la phonothèque de la MMSH sur la longue durée : c’est parti !

En ligne : Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel

Le Museum Association of Newfoundland and Labrador pour le Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP) viennent de publier en ligne1 un Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel.

Ce document fait un point sur tous les outils et les méthodes à notre disposition pour prendre en compte le patrimoine culturel immatériel (PCI) dans les projets de numérisation. Pour expliquer leur démarche, les auteurs partent de l’exemple du « caveau à légumes » (cf. photographie ci-dessus) pour nous faire comprendre l’intérêt de l’archivage numérique du PCI :

Qu’est-ce qu’une entrevue enregistrée au sujet d’un caveau à légumes peut nous apprendre sur le mode de vie des gens de l’époque? À qui cette information pourrait-elle être utile et comment pourrait-elle avoir un effet positif sur une communauté? Le fait de documenter les pratiques traditionnelles, comme la façon de bâtir un caveau à légumes et d’y entreposer des aliments, est important parce que si nous ne prenons pas le temps d’apprendre le savoir-faire du passé, certaines formes de connaissances traditionnelles pourraient devenir inaccessibles aux générations présentes et futures. La documentation est essentielle à la sauvegarde de notre patrimoine culturel immatériel. Cette pratique est importante pour le développement des communautés, puisqu’en contribuant à perpétuer des coutumes et des pratiques d’une valeur inestimable, elle atteste des expériences de vie des membres plus âgés d’une collectivité. Par ailleurs, en partageant du patrimoine culturel immatériel, on incite les jeunes générations à réfléchir à la façon dont certains aspects de leur communauté ont changé, et pourquoi. Alors que de plus en plus de caveaux à légumes donnent des signes de délabrement, les photographies et les histoires ont le pouvoir de nous rappeler que certaines traditions qui se perdent pourraient éventuellement redevenir utiles ou populaires dans l’avenir.

Après avoir décrit les processus de numérisation étape par étape pour les fichiers audio et vidéo et les documents photographiques, le guide présente une étude de cas sur un projet d’archives de l’Université Memorial de Terre-Neuve. Un chapitre sur le stockage et la gestion des données, un glossaire et des liens vers divers outils (comme le wiki d’Audacity) complètent ce document fort utile à tous ceux qui s’intéressent à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le guide donne malheureusement trop peu d’informations sur les métadonnées et l’indexation au fil de la numérisation pour être complet. Il vous faut donc, l’associer aux guides de bonnes pratiques qui existent déjà dans le domaine de l’audiovisuel :

– Les guides publiés par la TGIR HumaNum  comme les Guide des bonnes pratiques numériques (2011) et le Guide méthodologique pour le choix de formats numériques pérennes dans un contexte de données orales et visuelles (2011) ;

– La BnF a publié en 2009 un document sous le titre Écrire un cahier des charges de numérisation de collections sonores, audiovisuelles et filmiques et met régulièrement à jour les pages professionnelles sur la numérisation.

– Le Ministère de la culture met en ligne sur une page des ressources sur la numérisation, le catalogage, l’indexation et le catalogage des documents numérisés en direction des professionnels dont malheureusement les liens ne sont pas toujours mis à jour.

Bon travail à tou-te-s ! Merci à nos collègues canadiens de partager leur méthode.

 

Merci à Aude Da Cruz-Lima (Centre de Recherche en Ethnomusicologie LESC UMR 7186 CNRS) pour sa relecture.

Crédits photographiques : Le caveau à légumes de la ferme Robichaud, au Village historique acadien, photographie de Dr Wilson, août 2008, licence CC BY-SA 3.0.

  1. La mise en ligne date du 30 septembre 2013. []

Où est donc passée l’Afrique ?

2548066769_2abae15538Le journaliste Chérif Faye a publié récemment sur le  Sud Quotidien (le 23 septembre 2009) un entretien avec Adama Aly Pam, président de l’Association des Bibliothécaires archivistes documentalistes du Sénégal.

Adama Aly Pam est paléographe de formation. Il interpelle dans cet article les pouvoirs publics sénégalais pour qu’ils arrêtent de penser « que l’accès à la culture est moins important que la construction de routes ». Il est désormais nécessaire de fournir les moyens aux centres d’archives et aux bibliothèques du Sénégal pour qu’ils puissent conserver le patrimoine culturel national.

Plusieurs questions sont abordées mais il est intéressant de noter que la toute première porte sur les archives sonores et sur ce qu’il est possible de faire pour les préserver. Selon Adama Aly Pam, les archives radiophoniques et télévisuelles du Sénégal pourraient valoriser des enregistrements historiques comme les discours de Lamine Guèye ou la musique traditionnelle de Samba Diabaré Samb, mais il n’en est rien. Les Africains ne peuvent accéder à leur culture patrimoniale orale. Pour écouter les discours de Senghor ou ses poèmes récités par lui-même, il faut que les Sénégalais se rendent à Paris, à la Bibliothèque nationale de France ou dans les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel. Le danger en Afrique est que non seulement les documents se trouvent dans des conditions de conservation déplorables mais en plus, ils appartiennent souvent à des institutions privées ou des personnes qui ne se préoccupent guère du patrimoine collectif.

Amada Ali Pam est bien conscient que l’Afrique est la grande absente du Web aujourd’hui , et qu’il faut que cela change : « La bataille aujourd’hui, ce n’est pas de faire des recherches sur Google et obtenir des informations requises, mais la bataille pour nous, c’est la présence de l’Afrique sur les réseaux. » A nous aussi d’aider l’Afrique à accéder aux ressources électroniques que nous produisons en évitant les sites en flash ou les PDF trop lourds que les bas débits ne peuvent ouvrir.

Cela m’a rappellé une réflexion faite dans une conférence par Douglas Merill ancien CIO chez Google (chief information officer) alors qu’il venait présenter Les secrets de la recherche de Google à la Faculty of electrical ingineering au sein de l’Université technique de Prague. Il démontrait à l’assemblée que l’Afrique n’existait pas : certes, il avait survolé en venant jusque là un continent nommé Afrique mais il suffisait de regarder les lumières des réseaux pour voir d’un seul coup d’oeil que l’espace qu’il aurait dû occuper était vide.

Adama Aly Pam fait confiance aux bibliothécaires : « C’est la présence de toutes nos ressources informationnelles, de toutes nos ressources culturelles que nous détenons dans nos musées, dans nos centres d’archives, dans nos bibliothèques, pour qu’on puisse faire de sorte que quelque Africain qu’il soit, quelque Sénégalais qu’il soit, là où il se trouve, qu’il puisse accéder à la documentation scientifique et technique, à l’histoire du Sénégal, à l’information. Car l’accès à l’information est un droit qui est consacré par les conventions internationales, et par nos constitutions. Par conséquent, les métiers de bibliothécaire, d’archiviste ou de documentaliste participent d’une manière ou d’une autre au renforcement de nos sociétés démocratiques. » A eux aussi, en Europe, de ne pas oublier l’Afrique sur le réseau. Tous ces sujets ont certainement été abordés lors de la semaine internationale des archives à Dakar qui a eu lieu du 19 au 23 octobre.  Si un archiviste peut nous signaler un compte-rendu, ce sera bienvenu !

A lire : Préservation du patrimoine culturel : Adama Aly Pam interpelle les pouvoirs publics.  Publié par Chérif Faye le 23 septembre 2009,  rubrique  Culture,  Sud Online [En ligne ] http://www.sudonline.sn/spip.php?article20470


Crédits photographiques : A woman potter from Senegal hand shapes a pot in the Roots of Virginia Culture program at the 2007 Smithsonian Folklife Festival on the National Mall, Washington, D.C. par Ken Rahaim. Aucune restriction de copyright connue. Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3419&q=SFF2007_Rahaim_6-27_0143

Vamos a hacer memoria : Archivo General de la Nación (Colombia)

Dans le cadre du symposium Vamos a hacer memoria, j’ai eu la chance de visiter les archives nationales de Colombie (Archivo General de la Nación) situées en plein centre de la ville de Bogotá. Rogelio Salmona, architecte franco-colombien (1929-2007), a imaginé un bâtiment intelligent afin que les archivistes conservent leurs documents sans avoir à surveiller sans cesse les tableaux d’hygrométrie ou de température des salles !

Bogotá se situe à 2640 mètres au dessus du niveau de la mer avec un climat  tempéré et des précipitations importantes (environ 960 mm par an). L’architecte a réussi le tour de force de faire varier les températures à l’intérieur des salles de dépôt de moins de  0,5°C par jour, l’humidité peut, elle, varier au maximum de 2,5%. Ainsi, le système de climatisation naturelle permet d’obtenir une température constante de 17°C  et une humidité relative de  60%. Cela est permis par un système ingénieux de circulation de l’air imaginé par Rogelio Salmona. Ingénieux mais aussi esthétique. La brique rouge ne cesse de courir en courbes, volutes et figures géométriques radiales.

img_0769

briques

Après quelques années de pratique, les archivistes de l’Archivo General de la Nación sont ravis de leurs 2 600m²,… ce n’est pas si courant que les utilisateurs plébiscitent l’architecte qui a construit le lieu de leur vie professionnelle. Il faut dire que Rogelio Salmona a su construire des hâvres de paix, au milieu d’une ville en bataille.

Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)
Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)
Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)
Bibliothèque Virgilio Barco (Bogotá)
Bibliothèque Valerio Barco (Bogotá)
Bibliothèque Valerio Barco (Bogotá)

Visitez ses bâtiments et prenez le temps de recherche ses « résonateurs » : pour chacun d’eux Rogelio Salmona a créé un espace où soudain la voix s’envole dans des spirales sonores.

Torres del Parque; à côté des arènes de Santa María
Torres del Parque; à côté des arènes de Santa María

Quelques images de la visite de l’Archivo General de la Nación :

img_0830
Archivistes de l’Archivo General de la Nación (à droite, Clara Casilimas, chargée des archives sonores aux archives nationales de Colombie)
Sara González, directrice des archives nationales de Colombie
Sara González, directrice des archives nationales de Colombie
Sur la terrasse des archives nationales de Colombie
Sur la terrasse des archives nationales de Colombie
Dans les salles de dépôt de l'Archivo General de la Nación
Dans les salles de dépôt de l’Archivo General de la Nación

A lire sur le bâtiment de Rogelio Salmona : El Archivo General de la Nación de Colombia : diseño y funcionalidad. Archivo General de la Nación (Colombia), 2001. 20p.

A noter :  ce sont les archives nationales de Colombie qui ont imprimé le guide d’analyse documentaire du son inédit traduit en langue espagnole (Guía de análisis documental del sonido inédito, 2007). Ce guide est accessible librement sur Internet mais vous pouvez aussi en recevoir un exemplaire (gratuitement) en écrivant à Clara Inés Casilimas (clarainescasilimas<at>yahoo.es) responsable des archives sonores aux archives nationales de Colombie.

Le site de l’Archivo General de la Nación : http://www.archivogeneral.gov.co

Dossier numérique : Noirs et esclaves http://negrosyesclavos.archivogeneral.gov.co/portal/apps/php/indexes.kwe

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, septembre 2009.


Vamos a hacer memoria : pourquoi et comment conserver les documents analogiques dans un monde numérique ?

3978045587_474076eafd_b

Lors du symposium Vamos a hacer memoria, l’intervention d’Arsenio Sanchez a posé des questions bien intéressantes à un moment où les bibliothèques deviennent virtuelles. Arsenio Sanchez est restaurateur d’ouvrages anciens à la bibliothèque nationale d’Espagne ;  il a d’abord présenté son métier, avec humour et précision, puis les missions et les objectifs des professionnels de la restauration au sein des bibliothèques nationales.

Un historique rapide des évènements essentiels du 20e siècle dans le domaine a plongé d’emblée le public dans les questionnements que posent la restauration des ouvrages. Ces questions sont toutes récentes, puisqu’elles ne se sont posées à partir de 1966, après l’inondation de Florence. Ce dramatique événement, considéré comme « la plus grande catastrophe culturelle en temps de paix », a sonné une alarme internationale. Les institutions culturelles ont tout à coup pris conscience de la nécessité de mettre en place des procédures pour conserver des documents qui semblaient jusqu’ici immortels. Le métier de restaurateur était alors occulte…  Les responsables de collections étaient plustôt paniqués par la conservation des documents plus récents, dits en « papier acide ». C’est Willian Barrow qui avait, par ses publications dès 1933, lancé cette terreur de la conservation des ouvrages publiés à partir de 1890 dont les pages avaient été blanchies à l’acide sulfurique. En somme, ouvrage anciens ou récents, tous menaçaient de disparaître rapidement. Un peu comme l’image des peintures romaines qui s’effacent dans Fellini Roma, lorsque les travaux du métro font entrer de l’air dans ces espaces jusqu’ici préservés. Mais le 20e siècle étant celui des solutions et des panacées, en 1980 l’apparition du microfilm et la systématisation du microfilmage semblait pouvoir sauver tous ces ouvrages en péril.

L’alarme de Florence a porté ses fruits. Dès 1986, l’IFLA lance le PAC (Preservation And Conservation) et place les projecteurs sur le métier de restaurateur. Leur âge d’or peut commencer. Les laboratoires se créent, les techniques – jusqu’ici orales – sont couchées par écrit, le lexique commence à s’établir. Il est question de « conservation préventive », « conservation passive », « gestion de fonds », « industrialisation de la conservation », « changement de format »… Mais il fallait compter avec le bibliothécaire homo catalogus, à qui les fonctions de restauration ou de  conservation  paraissent bien moins intéressantes que la déclamation du format MARC,  savoir indiquer un titre parallèle ou un nom de collectivité. Aussi, malgré les grands plans stratégiques de planification, la restauration des  ouvrages n’est pas en expansion  à l’aube du 21e siècle et ce ne sont pas les panacées des années 1980 qui ont permis de trouver des solutions.

  • D’abord l’utilisation du microfilm n’a pas été si satisfaisante. Certains documents, microfilmés dans les années 1980, sont aujourd’hui illisibles. Arsenio Sanchez a mené plusieurs expertises dans des pays hispanophones comme dans les Balkans et il s’est souvent trouvé face à ce type de situations. L’Etat soviétique a diffusé par exemple de nombreuses machines à microfilmer à travers les « pays amis ». Aujourd’hui, les documents ne sont lisibles que sur des machines qui ont de plus en plus de mal à fonctionner et que personne ne sait réparer.
  • Il faut l’accepter, la restauration des ouvrages est lente, chère et difficle à programmer sur la durée. Quoi qu’il en soit, il s’agit toujours d’un travail manuel et un restaurateur ne pourra jamais restaurer plus de 300 à 500 livres par an…
  • Car les processus massifs ne peuvent être soutenus. Arsenio Sanchez nous a parlé d’une machine ahurissante qui permettait de plastifier des manuscrits… les démantelant par la même occasion. Clin d’oeil, lorsque nous avons visité l’Archivo General de la Nacion, une de ces machines trônait dans le laboratoire de conservation, offerte par l’Etat Espagnol dans les années 1990. « Elle n’a jamais servi » nous assureront les restauratrices de l’Archive.
  • D’autant que le contrôle de la température et de l’hygrométrie n’est pas une chose si simple… les anecdotes regorgent là encore.
  • Nous avons évoqué la fulgurante angoisse de la fin du 20e siècle : les documents publiés avant 1890 sont tout aussi fragiles que ceux fabriqués en papier acide.
  • Enfin, la numérisation des documents doit aller au-delà du simple acte technique si elle veut pouvoir se présenter comme le sauveur de document originaux qui s’étiolent. La numérisation implique une perte de contact direct avec le créateur du document comme avec sa matière. Le lecteur du livre numérique entre dans un système unique qui le place avant tout comme un consommateur. Et puis surtout, Arsenio Sanchez y est revenu à plusieurs reprises, les technologies sont dangeureuses quand les transferts ne sont pas prévus.

En somme, tant que l’Etat ne prend pas en compte la question de la conservation rien ne peut être entrepris. Il ne faut pas perdre de vue que l’objectif de cette conservation est bien l’accès final à l’information. Aussi un plan de conservation doit pouvoir intégrer plusieurs éléments :

  • Intégrer la conservation dans le contexte de la bibliothèque, en fonction de ses objectifs ;
  • Proposer une formation adaptée au personnel acteur dans la bibliothèque et pas seulement au personnel des hautes sphères qui n’a pas à faire directement avec la manipulation des ouvrages ;
  • Créer un département bien organisé et coordonné avec l’ensemble des services ;
  • Avoir une connaissance exhaustive du fonds de la bibliothèque ;
  • Avoir une connaissance exhaustive du média ;
  • Et surtout, il faut que que le plan proposé puisse être tenu, car on l’oublie trop souvent, il ne sert à rien de se donner des objectifs inatteignables…

Toutes ces questions de conservation et de restauration interrogent l’archiviste du son qui lui aussi se trouve à traiter ses documents de façon lente et complexe, avec des formats multiples. Le phonothécaire occupe lui aussi un métier occulte mais il peut bénéficier de toutes ces expéricences pour permettre à l’archive orale d’être mieux connue et s’ancrer dans les pratiques de recherche des usagers.

Le diaporama de la conférence d’Arsenio Sanchez.

Crédit photographique : Arsenio Sanchez visite l’Archivo General de la Nación de Colombie, à Bogota en septembre 2009, Véronique Ginouvès.