Archives par mot-clé : conte

Un voyage culturel à Mana et Awala-Yalimapo

Les étudiants de l’Université de Guyane ont eu l’opportunité de se rendre à Mana la fin de semaine du 5 au 6 novembre 2016, dans le cadre du festival international du Conte Paul Henri Gérard.les participants à cette sortie étaient des étudiants chercheurs et professeurs dont l’objectif était de connaître la culture et de se confronter à la réalité du terrain.  Nous profitons de l’atelier sur la collecte de terrain pour en faire un compte-rendu. Continuer la lecture de Un voyage culturel à Mana et Awala-Yalimapo

12 février 2015 : collecter sur le terrain au Yémen, conférence de Fatima Al-Baydani

Le 12 février prochain  nous aurons la chance de découvrir le travail mené depuis plusieurs années par Fatima Al-Baydani, chercheure yéménite invitée par l’IREMAM à la MMSH (salle Paul-Albert Février, 14h30) pour une conférence sous le titre : « 12 ans de terrain pour la collecte de littérature orale populaire à travers le Yémen ». En effet, depuis les années 2000 Fatima Al-Baydani n’a cessé de collecter à travers le Yémen et de former des collecteurs sur le domaine. Ses enregistrements, films et photographies sont archivés au sein de l’association culturelle Aydanout1. Elle est l’auteur de nombreux recueils et anthologies de littérature orale et de poésie.

La conférence sera donnée en arabe avec traduction simultanée.

Le lien vers le site de l’IREMAM, rubrique « L’IREMAM accueille » est momentanément inaccessible. Pour toute information complémentaire vous pouvez contacter Anne Debray-Decory.

A propos de Fatima Al-Baydani
Fatima Al-Baydani, née à al-Bayda au Yémen, a fait ses études secondaires à Aden. Après avoir étudié la médecine à Damas, elle a brièvement enseigné cette discipline à l’Université de Sanaa, avant de se tourner vers sa passion véritable, le patrimoine yéménite. Elle s’est donc lancée dans la collecte de documents sur la littérature orale (poésie, contes, proverbes) à travers toutes les régions du Yémen, travail qu’elle poursuit encore actuellement, non sans avoir formé en même temps de nombreux jeunes aux techniques de la collecte. Ses travaux et études l’ont amené à collaborer avec de multiples institutions culturelles et scientifiques, dont le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa, le FSD (Fonds social de développement au Yémen) et l’Ecole normale supérieure à Paris. En 2006, elle a créé une association culturelle Meel al-Dhahab, renommée depuis Aydanout , c’est-à-dire « reine » en langue arabe sud-arabique ancienne. Ce centre est aujourd’hui dépositaire de milliers de documents collectés à travers tout le Yémen sous forme d’enregistrements, de photos, de vidéos et d’ouvrages. Fatima Al-Baydani a participé à de multiples colloques aussi bien dans le monde arabe, qu’en Europe et en Amérique. De même, elle a publié de nombreux articles et ouvrages (voir ci-dessous un extrait de sa bibliographie). Actuellement, Fatima Al-Baydani  travaille  sur un dictionnaire de termes tirés de la vie quotidienne au Yémen.   Elle collabore également avec des chercheurs de l’IREMAM dans le domaine de la poésie orale populaire au Hadramaout, ainsi que sur des contes relatifs aux hammams de Sanaa.

Bibliographie (extraits) 

– Halâli wa lak (instants d’enchantement), Sanaa, Organisation générale du Livre, 2014 ;

Contes du Yémen : Lit de pierre, lit de verre. Contes collectés par Fatima Al-Baydani et traduits par l’atelier de traduction arabe de l’ENS, Ecole des loisirs, 2008.

– Hikâyât al-hayawân fî-l-adab al-sha’bi (contes d’animaux dans la littérature populaire), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2008 ;

– Diwân mahall zayn (Divan de lieux enchanteurs), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2014 ;

– Haggabi yamma  ‘allaya (chants féminins de mariage), sous presse,  Matbaat al-Nur, Sanaa, 2015.

– al-Dimm wa-l-fa’r (le chat et le rat), Sanaa, FSD, 2009 ;

– Tika Tika (récit adénite), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2011 [avec le soutien de l’Unesco].

Crédits photographiques : Scene in a marketplace Market, buildings, sheep, people. 1896.  Name of Expedition: Africa Expedition Participants: D.G. Elliot and Carl Akeley Expedition Date: 1896. Location:Asia, Arabia, Yemen, Aden Original material: Hand-colored glass lantern slide Digital Identifier: CSZ5913_LS Learn more about The Field Museum’s Library Photo Archives. No known copyright restrictions.

  1. C’est-à-dire « reine » en langue arabe sud-arabique ancienne. L’association a d’abord été créée en 2006 sous le nom de  Meel al-Dhahab []

VENDREDI – La semaine de l’Open Access Week : Le loup et le renard parrain

Pour indexer la littérature orale les phonothèques utilisent un référentiel essentiel pour retrouver les titres uniformes des contes. Il pourrait se nommer TUC, tout comme il on appelle TUM les titres uniforme musicaux, plus classiquement utilisé dans les discothèques. Il permet de retrouver dans la mouvance de l’oralité plusieurs versions interprétées à partir d’une même histoire. Le référentiel utilisé est la classification Aarne-Thompson qui malheureusement – peut-être par méconnaissance de l’outil ou des sources sonores – n’est pas en ligne sous forme d’outil documentaire directement utilisable1. Pourquoi ne pas imaginer intégrer le référentiel directement dans IdRef ? Certains titres y sont déjà entrés.

Les contes du renard occupent les numéros 1 à 69 dans cette classification Aarne et Thompson et le numéro 15 est l’histoire du renard parrain. The Theft of Butter – Honey – to Playing Godfather se retrouve largement à travers le monde avec d’autres animaux. Dans ce conte, le renard et le loup travaillent (aux champs, en tant que bûcheron…) et le renard prétexte un baptème pour manger le miel (ou le beurre, ou tout ce qui représente la paie promise pour le travail réalisé).

Neuf versions du conte du renard parrain dont la plupart sont cévenoles ont été collectées par différents chercheurs qui ont déposé leurs sources à la phonothèque de la MMSH. Le portail du patrimoine oral en propose 22 versions.

Pour les version déposées à la MMSH, la plus ancienne a été enregistrée par Jean-Noël Pelen en 1974 à Sainte-Cécile-d’Angorges auprès de Gabriel Teisser sous le titre Le loup et le renard bûcheron qui enregistrera une autre version du même conte en 1975 (n°1990). Jean-Noël Pelen collectera ensuite deux versions du renard parrain auprès de Paul Larguier en 1980 (enquête 1962) et 1989 (enquête 2060, celle-là même mise en écoute pour le vendredi de l’Open access week) à Saint-Andéol-de-Clerguemort.

Toujours en Cévennes, en 1979 et 1986 plusieurs enregistrements ont été réalisés auprès de Marcel Volpilière – enquêtes 661 et 429 (en ligne) – qui donnent à entendre un récit qui sera publié dans l’ouvrage La barque qui allait sur l’eau et sur la terre2. Enfin, les enquêtes 734 et 871 ont été enregistrée au Pompidou en 1997 et à Saint-André-de-Valborgne en 1998 par Pierre Laurence.

Parmi les collections sonores de la phonothèque, une seule version provient du Vaucluse, enregistrée en 1974 à Puyméras par Jean-Louis Ramel, elle a pour titre Lou reinart et lou loup.

Nous vous proposons d’écouter en ligne,  sur la nouvelle base de données de la phonothèque, la version enregistrée par Jean-Noël Pelen, en avril 1989 auprès de Paul Larguier à Paul Saint-Andéol-de-Clerguemort au coeur des Cévennes (n°2060).

Pour rappel un billet avait déjà été publié sur le Renard Parrain sur Les Carnets de la phonothèque et le carnet Biblioweb a consacré un billet à la classification Aarne et Thompson en 2011. Enfin un article très complet de Josiane Bru sur le Bulletin de l’AFAS (1999) précise l’intérêt de ce référentiel dans les SHS et pour le traitement des archives.

Crédits photographiques : A Young Female Fox near Galbraith Lake Camp (Alaska), 08/1973, National Archives’ Local Identifier: 412-DA-7945. Pas de restrictions de droits connues.

  1. Une bibliographie de cette classification est accessible en ligne ici : https://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI []
  2. Claudette Castell et Nicole Coulomb, GARAE, 1986 []

Regards d’apprentis sur la collecte d’archives orales en Guyane

Mauricienne Fortino, conteuse palikur

Nous sommes un groupe d’étudiants en Master 2  Sociétés et interculturalités (filière Arts, Lettres et Civilisations) à l’Université des Antilles-Guyane qui avons suivi pendant une semaine un cours portant sur le traitement des données numérisées en sciences humaines et plus particulièrement sur les archives sonores. La matière de ce cours nous incite aujourd’hui à vouloir approfondir notre connaissance sur nos cultures dominées par l’oralité. Il nous fait prendre conscience de l’ampleur du patrimoine local matériel et immatériel. Les enseignements et la méthodologie acquis durant cette formation nous  ouvrent un champ de recherches encore faiblement exploré1. Dans ce cadre, nous avons appris à réaliser un entretien, avec un enregistreur numérique, à partir d’une grille d’entretien en étant vigilant sur le format d’enregistrement (wave) et  les questions juridiques et éthiques pour l’utilisation de l’enregistrement. C’est avec ce matériel, très perfectionné en matière de restitution de la qualité sonore (la voix du témoin nous a paru particulièrement claire), que nous avons posé nos questions à une étudiante sur ses premiers pas au campus universitaire. 

Ce travail de terrain nous a amenés à  comprendre les difficultés liées à la collecte des sources orales. Les réticences que peuvent légitimement éprouver les témoins , la nécessité pour l’enquêteur de se mettre en retrait afin de laisser le témoin déployer sa parole. Nous avons également découvert les outils et méthodes de recherche dans le domaine des archives sonores. Sur le site du CREM (Centre de recherche en ethnomusicologie) nous avons l’heureuse surprise de découvrir 26 archives sonores concernant la Guyane française. Les premiers enregistrements datant du début des années 50.  Par contre, nous avons eu beaucoup de difficultés pour trouver des images libres de droit sur la Guyane. Pour enrichir notre étude nous pouvons constituer un fonds documentaire à partir d’un corpus thématique et établir des bibliographies sur différentes bases de données, en particulier sur le moteur Isidore.

Il est important que ces archives orales soient restituées en Guyane et que l’on puisse faire écouter ces enregistrements aux populations qui ont été enquêtées.

Auteurs : Antonella Atidong, Mireille Badamie, Adrien Guilleau, Quentin Le Bert, Tchisséka Lobelt, Yasmina Patient, Yohann Pierre, Stephanie Waya

Crédits photographiques : Mauricienne Fortino, conteuse Palikur, photographie de Julien Salaud, droits réservés.

Le programme de la formation : http://phonotheque.hypotheses.org/8867

  1. Selon nous il y a trop peu de manifestations consacrées à la littérature orale en Guyane, excepté quelques festivals comme le Mémorial du conte Paul-Henri Gérard à Mana []

 »La mer c’est une chose, le bateau c’en est une autre »

« La mer c’est une chose, le bateau c’en est une autre », c’est ainsi qu’un des informateurs d’Henri-Paul Bremondy clot son entretien en 1977. Pêcheur depuis la première guerre mondiale, il témoigne de toute une vie liée à ce territoire si complexe, entre garrigues et criques, faite de petits métiers de la pêche mais aussi de l’agriculture, lorsque la mer était mauvaise. Ces enquêtes foisonnent de détails sur ce qui fait rire ces hommes attachés à la mer, sur leurs savoirs faire, leur quotidien, les deux guerres qu’ils ont traversées, sur la pratique de la langue provençale « d’ici » avec ses versions propres à un village, sur ce qui fait la carrière d’un patron-pêcheur, des taches du mousse aux responsabilités du patron. Ce corpus sur la pêche à Six-Fours, riche d’entretiens exclusivement en provençal, vient rejoindre trois autres corpus sur le métier et la représentation des espaces maritimes dans le Var mais aussi en Camargue et sur l’Étang de Berre.
L’un des témoins de H.-P. Bremondy raconte une histoire connue, une histoire d’idiot croyant que son âne a bu la lune. Celle-ci est référencée dans la classification Aarne-Thompson comme un conte facétieux.1.

Plusieurs versions de ce conte sont d’ailleurs disponibles à la phonothèque. La suivante est cévenole :

* * * * * * * * *

Attachés à la mer pour vivre, plus que par goût, les pêcheurs partagent le solde de la pêche en comptant comme ils peuvent, parfois sou à sou lorsque les règles d’arithmétique manquent (un pour toi, un pour moi, un pour le bateau). Avant la seconde guerre mondiale, on ne va pas au café lorsqu’on est pêcheur , on ne joue pas aux cartes. Quand la pêche est finie ou que la mer vous empêche de sortir, il faut entretenir les filets, le bateau, aller faire du bois de chauffage, planter son champ ou celui d’un autre, réparer, ranger… La vie des hommes échappe au rythme des contraintes et respire « au cabanon » autour de l’aïoli, du repas cuisiné dans la petite cheminée, dans les « coups de gueule » (agrémenté parfois de coups de poings pour faire bonne mesure), dans les parties de boules. La distraction des femmes, ils ne savent quoi en dire : elles n’étaient pas avec eux au cabanon. Finalement, « à part l’église », ils n’identifient pas leurs lieux de distraction, ni les distractions d’ailleurs qu’elles pouvaient avoir. Elles, femmes et filles de pêcheurs, attendent le retour des hommes, font quelques sous avec de petits métiers, s’occupent des enfants.

Ces pêcheurs nous apprennent au fil des souvenirs, la structuration d’une profession, pour se défendre, pour partager la mer, pour réglementer l’usage des outils et le lent et inéluctable changement du paysage avalé par le tourisme. Aller à la plage pour pic-niquer ? Une idée bien incongrue pour un homme qui ne sait pas nager. L’eau est bien, en dessous du bateau, c’est là qu’est le poisson, le petit et le gros, celui qui mord. La mer c’est celle qu’on entend frapper le long de la coque, qui vous fait tituber dans la nuit pour descendre du hamac où l’on dort coûte que coûte, enroulés dans les précieuses couvertures jusqu’à ce que les plus vieux vous réveillent en frappant la coque de leurs rames. Eux savent que c’est l’heure d’y aller, parce que le nez dans les étoiles, qu’on appelle les pougnères, ils ont vu qu’il était l’heure. L’heure d’y retourner.

Dans son mémoire de DEA2 , soutenu à l’université de Provence en 1978, Henri-Paul Bremondy, auteur de ces enquêtes, décrit finement les savoirs-faire des pêcheurs :

« Quand on pense que huit pêcheurs sur dix nés en 1900 ne savaient pas nager, que la plupart des patrons aujourd’hui encore, prennent un bain de mer quand, par accident, ils tombent à l’eau, on ne peut que s’étonner de la connaissance précise qu’ils ont du fond. Le fond de la mer, ils l’ont dans la tête. Ils ne se le représentent peut-être pas exactement avec les couleurs et les formes que nous lui connaissons, mais sur leur carte mentale sont relevés les détails indispensables à leur métier : telle roche, tel bordant, telle clairière, tel bosquet ou tel talus. » En effet, pas moins de sept termes en provençal local sont utilisés par les pêcheurs pour décrire les différents fonds.

Henri-Paul Bremondy, a continué son travail de collectage après ses études, de façon indépendante afin de collecter la mémoire de sa famille. Il s’est particulièrement intéressé aux différentes formes de pêche en méditerranée et à l’usage de la langue provençale. Il est décédé brutalement en 2004 sans avoir pu organiser ses archives. En 2010 son épouse et ses enfants décident de déposer ses pièces d’archives à la phonothèque de la MMSH  (entretiens enregistrés, croquis, retranscriptions, photographies, notes) sur la pêche dans le Var mais aussi sur la fête des Tripettes de Barjols à l’occasion de laquelle H.-P. Bremondy avait interviewé quelques personnages clefs de la fête. Son épouse se charge aujourd’hui de rechercher les autorisations de diffusion pour permettre l’écoute de ces enquêtes au plus grand nombre et nous l’en remercions.

 

Crédits photographiques : Hommes dans une barque, port de Marseille, avril 1899. Fonds Eugène Trutat – Bibliothèque numérique de Toulouse. Photographie ancienne. Négatif sur plaque de verre. Fond domaine public.
Pêcheurs sur échasses près de Unawatuna, Sri Lanka, Bernard Gagnon, 2006.http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Stilts_fishermen_Sri_Lanka_02.jpg. Licence Creative Commons.

  1. La version de ce conte est décrite dans la classification Aarne et Thompson sous la référence 1335, The Eaten Moon, dans la catégorie Anecdotes and Jokes []
  2. La pêche sur le littoral varois, DEA d’ethnologie, 1978, page 14. Cote médiathèque MMSH GL-20372 []

Les voix des Cévennes

Deux nouveaux corpus d’enquêtes orales sur le territoire cévenol viennent enrichir les collections déjà présentes à la phonothèque de la MMSH : celles réalisées entre 1978 et 1986 par Nicole Coulomb et Claudette Castell sur la « Mémoire orale du Mont Lozère » et celles réalisées par les agents du Parc National des Cévennes, encadrés par la même Nicole Coulomb, en 1985 et 1986, Conscience identitaire cévenole.

La première collection visite les répertoires de chants, de contes, d’airs à danser des habitants de la face nord du Mont Lozère. Un recueil de ces contes, extraits du répertoire d’un couple attachant de conteurs et chanteurs, a été édité en 19861. La plupart de ces enquêtes rendent compte de la lente relation de confiance qui s’est établie au fil des années entre les enquêtrices et leurs informateurs. Les sons de l’horloge du salon, du ronronnement de feu de cheminée des enquêtes de novembre, de la cuillère tournant la tisane, accompagnent les contes drôles, les histoires de peurs, les chansons plaisantes. Certaines enregistrements se sont faits pendant des veillées regroupant jeunes et vieux, ou pendant des retrouvailles d’amis, de proches, de voisins, qui rient de retrouver les « bêtises » de jeunesse, les paroles occitanes d’un air de polka ou de bourrée.

L’ai vist passar lo papet davant la pòrta / Je l’ai vu passer le papet devant la porte

L’ai vist passar que pensav’ anar gostar / Je l’ai vu passer qu’il pensait aller goûter

Portav’ un piòch, una pala sus l’espatla / Il portait une pioche, une pelle à l’épaule

Portav’ un piòch e anava beure un còt. / Il portait une pioche et il allait boire un coup.2

A l’époque où ces enquêtes ont été faites, la mémoire des bals à la voix et des activités « avant la télévision » était encore vivace, les accents cévenols bien trempés. L’ensemble du corpus témoigne également de la constitution du savoir des enquêtrices qui, de moins en moins novices, rentrent dans les détails des répertoires, avancent à pas lent en demandant de nouvelles versions, des précisions sur l’orthographe. Auteurs d’une thèse de troisième cycle d’études occitanes sur les « Chansons et danses populaires du Mont Lozère »3;La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). Cote Médiathèque MMSH : F.ME 398COU)), Nicole Coulomb et Claudette Castell, ensemble ou séparément, ont depuis multiplié les enregistrements en territoire cévenol : Mémoire de la vie quotidienne autour du châtaignier, Mémoire des jeux et jouets de l’enfance en Cévennes rurales traditionnelles. Autant de pièces qui complémentent le portrait d’une culture cévenole, comme de savoureuses histoires de bergers, présentes aussi dans des répertoires de contes internationaux.

Le Fossat lié par l’herbe (extrait)

Une autre fois, il était monté là-haut sur le mont Lozère pour garder ses moutons, là dans le mois de juin. Il faisait beau, il avait pris sa biasse et il s’était couché là-haut dans l’herbe. Et quand il s’est réveillé, l’herbe avait tellement poussé qu’elle l’avait attaché par terre. Elle en avait fait le tour et elle s’était nouée au-dessus de lui brindille par brindille, il ne pouvait plus remuer. Alors il s’est dit :

– Aqueste còp, siòi fotut, siòi fotut. Pòde pas bolegar. Mès es pas possible, de qu’es aquò que ti ten ?4

Et il ne voyait presque pas, puis avec sa bouche il s’est mis à manger l’herbe :

– Es pas possible quant erba qu’ai bofat !5

Comme il avait les bras allongés le long du corps, il a pu aller à sa poche et tout doucement, il a sorti son couteau et il s’est mis à couper l’herbe autrement il y restait.6

Lo pastre qu’èra pas d’acòrdi amb lo patron  7

Le berger prenait sa biasse, son manger pour tout le jour. Alors sur la table, le patron lui as mis un os où il y avait un peu de viande et le berger trouvait que pour tout le jour ça ne faisait pas trop. Il  a dit au patron :

– Mais vous croyez que mon brave monsieur, que c’est suffisant pour tout le jour ?

– Oh si, la viande des os c’est la meilleure.

Bon. Le berger prend ça puis il va faire sortir les moutons, il les mène là-bas face à la maison à un endroit où il n’y avait que des pierres, des rochers, pas beaucoup d’herbe. Alors le patron y est allé. Pendant un moment, il lui avait crié de changer d’endroit mais le berger, avec son chien, tenait toujours les moutons dans ces rochers. Le patron lui a dit :

– Mais tu es fou, tu ne vois pas que les moutons crèveront de faim là !

– Si sabiòtz coma l’erba del rònc es bòna, es la melhora. 8

Et le patron a compris. Et le lendemain, il lui a donné une meilleure biasse.

 

Le second corpus traite lui des représentations, opinions et témoignages des habitants du Causse Méjean, attachés à cette terre sauvage, à ce climat rude. Les enquêtes ont été réalisées dans une période charnière pour le pays qui connaît alors une accélération de la modernisation de l’agriculture et l’exode des jeunes générations. Plusieurs classes d’âge ont été interviewées. Les enquêteurs novices ont utilisé systématiquement une grille d’enquête leur permettant de naviguer simplement dans la mémoire des témoins. De ce fait, cette collection a deux intérêts principaux. Tout d’abord elle aborde des questions intemporelles sur l’identité d’un groupe : qui sommes nous, comment nous représentons nous les nôtres, les autres, comment est fixé le périmètre d’un territoire qui nous ressemble, auquel nous nous efforçons de ressembler ? Elle représente aussi une source très riche en terme d’illustrations pédagogiques en méthode de collectage.

 

Pour des raisons historiques et circonstancielles la phonothèque possède un fonds très important sur les Cévennes, soit plus de 28% des notices, issues de recherches d’enquêteurs très différents et couvrant plusieurs territoires des Cévennes : Mont Aigoual, Mont Lozère, Vallée-Longue, Vallée-Borgne, Causse Méjean. Ces collections représentent par leur diversité une ressource unique et autant d’occasions de nouveaux travaux ou projets de valorisation, quelque soit la discipline.

 

Crédits photographiques : Scene at square dance in rural home in McIntosh County, Oklahoma (LOC). Lee, Russell,, 1903-1986,, photographer. http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2178339419 Pas de restrictions de copyright connues

Chevaux de Przewalski sur le Causse Méjean.  Auteur Ancalagon. Creative commons.

 

 

  1.  La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). []
  2. L’ai vist passar. Air à danser de bourrée chanté dans la période de l’entre-deux-guerres sur le mont Lozère. Les différentes versions de cet air abondent et une partie se retrouve dans une bourrée limousine. []
  3. Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. (Cotes Médiathèque : MT-21856(1) ; MT-21856(2 []
  4. Cette fois-ci, jesuis foutu, je suis foutu. Je ne peux plus bouger. Mais ce n’est pas possible, qu’est-ce qui me tient comme ça ? []
  5. Ce n’est pas croyable toute l’herbe que j’ai mangée ! []
  6. Ce conte est répertorié dans la classification des contes d’Aarne et Thompson sous le titre The great vegetable ou AT 1960D []
  7. Le berger qui n’était pas d’accord avec son patron []
  8. Si vous saviez comme l’herbe du rocher est bonne, c’est la meilleure. []

La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l’oral

La tradition orale est mouvante, et les contes se retrouvent sous des versions multiples à travers le temps et l’espace. Contes d’animaux, contes de l’ogre dupé, contes sur les trompeurs ou les naïfs, les hommes et les femmes, les maîtres et les serviteurs, quête initiatique des contes merveilleux, contes licencieux, contes à thème religieux ou récits de peurs… Enregistrés sur le terrain, les témoins qui ont fait part de leur répertoire conté et dont la parole est conservée dans les phonothèques, restituent ces histoires avec cette façon de dire qui tisse le réel dans le détour de l’imaginaire1. Pour indexer ces répertoires de contes traditionnels et s’y retrouver à travers toutes les versions transmise oralement, l’outil qui sert de référence internationale est la classification AT (ou AaTh, pour Aarne et Thompson) qui propose pour chaque conte une version type et donne le schéma détaillé des éléments que l’on y retrouve.
Toutefois, cet ouvrage n’est pas facile à acquérir ou même à consulter : la dernière version éditée, publiée en 2004, est désespérement « Currently unavailable » sur Amazon, les précédentes ne sont plus diffusées et une rapide recherche sur le Sudoc montre que très peu de bibliothèques en possèdent des exemplaires2. Biblioweb qui présente sur son carnets des ressources en ligne numérisées, s’intéresse régulièrement aux contes. Vous trouverez sur ce site un point sur différents documents en ligne qui peuvent vous aider à mieux comprendre et utiliser cette classification. En ligne, excepté les listes des titres et numéros de contes, en français ou en anglais, parfois commentées, il n’y a pas vraiment de ressources qui offre une utilisation complète de cet outil avec tous ses index et sa bibliographie3.
Googlebooks permet depuis peu d’effectuer de premières recherches dans les éditions de 1928, 1961 et 19874. La classification ne peut pas être parcourue en texte intégral mais le texte est accessible en extraits (même pour l’édition de 1928 qui devrait pourtant être tombée dans le domaine public). Si vous recherchez « Tom Thumb », vous trouvez tout de suite le numéro que lui ont donné Antti Aarne et Stith Thompson : le Petit Poucet est rangé au numéro 700 des contes merveilleux, dans les « Autres contes surnaturels » ; si vous tapez le chiffre 15, vous retrouvez le conte du renard parrain, n° 15 dans les contes d’animaux sous le titre : the Theft of Butter (Honey) by Playing Godfather qui peut être raconté de multiples façons. Par contre, si vous recherchez « Fox » vous n’affichez que quelques uns des extraits de contes où le renard apparaît.
La classification Aarne et Thompson fait partie des outils qui devraient pouvoir être accessibles à tous et il est vraiment dommage de ne pas y avoir accès plus facilement. Dans leur ouvrage sur les légendes urbaines5 Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renarda s’y réfèrent pour regrouper des versions  de récits et je suis certaine que nombre de récits racontés aujourd’hui se retrouveraient dans ce grand entrepôt d’histoires. Peut-être que la version française du catalogue sur laquelle travaille actuellement Josiane Bru, au centre d’anthropologie sociale à Toulouse, offrira un de ces jours une version électronique… à suivre.
A compléter si vous le souhaitez, une bibliographie sur les outils de classification du conte de tradition orale réalisée avec Zotero en lien avec ce billet : http://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI
Crédits photographiques :
Perrault, Charles (1628-1703). Le petit Poucet, estampe issue d’une gravure sur bois en couleur dans un recueil d’images d’Epinal de la Maison Pellerin. Tome 8, 1866, 39 x 30 cm, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FOL-LI-59 (8). Image du domaine public. http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&q=le+petit+poucet+405
Des enfants dans un camp de migrants en Orégon (Amérique du Nord) écoutent Mary Brown qui leur lit des histoires. Photographer/Studio: O.S.C. Extension ServiceDate: 1945. Notes: Miss Mary Brown, state supervisor for camp work with Home Missions Council of North America, reads to children at migrant camp. Original Format: Gelatin silver prints. Oregon State University Archives. Pas de restrictions de droit connues. http://archives.library.oregonstate.edu/omeka/items/show/486
  1. Jean-Noël Pelen, Le conte populaire en Cévennes, Payot, 1983 []
  2. La bibliothèque de la MMSH possède des exemplaires de plusieurs éditions. En effet, elle a bénéficié dans ses acquisitions de l’influence de plusieurs chercheurs dans le domaine de la littérature orale, en particulier de celle de Jean-Noël Pelen qui a débuté sa carrière de chercheur en collectant des contes traditionnel en Cévennes []
  3. L‘article de Wkipedia sur la classification Aarne-Thomson est sans doute le plus complet en ligne, en français et en anglais []
  4. L’édition de 1928,  prise dans les collections de l’université de l’Indiana, a été numérisée en 2009 comme celle de 1987 qui vient de l’Université de l’Etat de Pennsylvanie. L’édition de 1961 a été numérisée en janvier 2010 à partir d’un exemplaire de l’Université de Michigan []
  5. Légendes urbaines : Rumeurs d’aujourd’hui de Véronique Campion-Vincent Jean-Bruno Renard, Petite bibliothèque Payot, 2002 []

Des archives à la scène : la mémoire orale à l’ère du numérique

http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=615&s=17&v=9&c=4461&id=235535

L’association Archivi del Sud ne se contente pas de collecter, numériser, structurer et mettre à disposition des documents sonores enregistrés sur le terrain. Depuis sa création elle se préoccupe aussi de valoriser et diffuser ces enregistrements. En effet, à quoi peut bien servir l’investissement gigantesque dans la sauvegarde et le catalogage des documents sonores si les enregistrements de terrain demeurent cachés au plus grand nombre ou ne sont accessibles qu’à ceux qui possèdent les clés du savoir ? Le projet « De l’archive à la scène » appartient à cette dynamique : faire sortir de la boîte à archive le patrimoine culturel pour qu’il puisse nourrir le plus grand nombre.


http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&s=17&v=9&c=4461&id=240947

Pour cela l’association a inventé un nouveau moment de convivialité, à l’image des veillées où se transmettaient les histoires après les rudes journées de travail agricoles : Le fiabe a merenda. Les fables ne se racontaient pas au goûter mais peu importe, c’est une façon d’écouter et de grignoter comme à la veillée, car la cuisine appartient, elle aussi à la joie du partage et aux souvenirs. Voilà comment depuis, Archivi del Sud parcours le monde en racontant les archives qu’elle engrange depuis des années, au moment du goûter. Pourtant le mot même de « goûter » n’existe pas en sarde : en Sardaigne on peut prendre le petit-déjeuner (immulzare), le repas de midi (bustare) et celui du soir (chenare) mais le goûter est une invention moderne qui a échappé à la langue sarde. Alors comme pour nous dire que les traditions sont là pour être bouleversées, dans les Fiabe a merende, entre chaque récit, le conteur offre un goûter à ceux qui l’écoutent. Après l’histoire de Pauleddu, le petit berger qui déclenche une tempête pour avoir recherché l’origine d’un chant merveilleux qu’il entend la nuit et qui émane d’une fée, le premier goûter est constitué de « Crêpes di pane carasau con formaggio peccorino grattugiato ». Le pain carasau, en Sardaigne est le pain que les touristes appellent « carta da musica », un pain très fin cuit deux fois, qui se conserve longtemps dans les biasses de cuir de bergers. Il a pris le nom de carta da musica car il est si dur et si fin qu’il est possible de le faire sonner comme un tambourin. Il semble qu’en parlant de pain on s’éloigne des archives sonores mais pas du tout, le pain a une place importante dans la société rurale sarde et souvent dans les histoires il est question d’enfants qui ont faim, leur curiosité et leur astuce les poussent à rechercher le moindre quignon. D’ailleurs, outre la carta da musica, il y a toute une diversité de pains en Sardaigne et le meilleur est toujours celui qui a un levain naturel. L’occasion d’écouter le deuxième conte, récit de la légende du levain découvert par la fille de Sainte Anne, la petite Mariedda qui l’a vole à la vieille  sa sabia Sibilla. Le second goûter qui suit son histoire est celui des paysans, à base de tranches de pain accompagnées d’huile d’olive, de tomate et de sel. Les oreilles et les estomacs sont donc déjà bien garnis lorsque débute le récit de Saint Antoine et de sa ruse pour récupérer du feu en Enfer. Il faut bien que les hommes puissent se réchauffer, cuire leur nourriture et le pain bien entendu. Car voilà déjà la Terza merenda, le délice de Ricotta e miele. La Ricotta des bergers, douce et blanche comme la neige, posée sur un morceau de pain carasau et sur laquelle le miel est délicatement déposé, formant une dentelle sucrée…

Ce délicieux spectacle produit par l’association Archivi del Sud a traversé la Sardaigne depuis 2006, à travers de nombreuses villes et village mais aussi des festivals, dont le magique Festival del racconto Mille e un Nurraghe.  Il est une façon magnifique de faire vivre les contes en les rattachant à la vie quotidienne, aux joies et aux échanges qu’ils peuvent générer. Pour ne pas se priver de continuer à écouter, la revue de l’association, Contos, raconte cette aventure et propose une carte postale sonore, créée par Enzo Favata musicien sarde où l’on peut saisir un instantané de l’île, des bruits du travail agricole aux ambiances de fête (où l’on entend – encore ! – les Mamuthones) en passant par la voix des conteurs. A chaque spectacle, les contes changent, les goûters demeurent ! Enedina Sanna est celle qui transmet inlassablement depuis la création de cette association, qui a toujours oeuvré pour que le patrimoine immatériel ne soit pas enfoui dans des boîtes d’archives, qu’il se promène, qu’il chante, qu’il danse, qu’il mange et nous repaisse… Enedina Sanna viendra nourrir vos oreilles des contes sardes en langue française au Festival des conteurs de Francette Orsoni, le 26 et 29 novembre 2010 : n’hésitez plus à faire un goûter !

Crédits photographiques : Orgosolo, murales  2007/02/06, http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=235535 et Pane carasau par Maisto Alberto, 2007/10/17, http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=240947Images sous Creative Commons