Archives par mot-clé : CREHOP

La recette du mois : les beignets dits « cougassons » ou « pets de nonne ».

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois de février s’est porté sur la réalisation de beignets à base de pâte à choux.

Jean-Claude Bouvier est professeur émérite d’ Aix-Marseille Université, spécialiste de dialectologie, du domaine linguistique provençal et d’ onomastique. Continuer la lecture de La recette du mois : les beignets dits « cougassons » ou « pets de nonne ».

Méthodologie de l’histoire orale à Aix-en-Provence : une conférence sur les « ethnotextes » de Jean-Claude Bouvier en 1981

 Jean-Claude Bouvier a été professeur de dialectologie et de langue occitane à l’Université d’Aix-en-Provence où il a fondé et dirigé le CREHOP1. Spécialiste de dialectologie, d’ethnolinguistique et d’onomastique, il est aussi le co-fondateur, avec Philippe Joutard (historien moderniste), de la Phonothèque d’Aix-en-Provence, actuellement implantée à la MMSH. Enfin, il est l’un des fondateurs de l’Association Française d’Archives Sonores (AFAS),  en 1979, qui a pour objectif de « réunir institutions et personnes qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités ».

Lors de la numérisation de bandes magnétiques déposées par le Musée ethnologique de Salagon, j’ai écouté un enregistrement que l’on peut désormais qualifier d' »historique » : Jean-Claude Bouvier, lors d’un stage d’ethnologie à Saint-Michel-l’Observatoire en 1981, présente ce qu’il appelle les « ethnotextes », ou « textes oraux ». Nous sommes alors dans une période de fort intérêt chez les chercheurs de sciences humaines et sociales de l’université d’Aix-en-Provence pour les archives orales et l’histoire orale, longtemps ignorées dans le monde de la recherche française. Il présente devant l’auditoire une méthodologie d’enquête orale puis développe quelques exemples avant de terminer sur la préservation des supports physiques.

Dans une première partie, Jean-Claude Bouvier définit le concept d’ethnotextes2 et présente une méthodologie qui passe par un plan d’enquête, donc d’une bonne connaissance du sujet. Toutefois, ce plan doit être flexible, en évolution permanente. Il conseille de limiter les interventions de l’enquêteur lors de l’entretien, de laisser parler librement l’informateur, et de revenir ensuite sur certains points qui mériteraient d’être éclairer:

 

Pour Jean-Claude Bouvier, le texte oral qui découle de l’entretien doit être étudié au même titre que n’importe quel autre texte écrit :

 

Ce texte oral contient la représentation que se font les informateurs de leur propre culture :

 

Il donne alors l’exemple d’enquêtes réalisées sur le thème du baptême :

 

Puis il insiste sur l’importance lors de l’entretien des non-dits :

 

Jean-Claude Bouvier insiste sur l’importance de passer par des intermédiaires afin de trouver des informateurs pouvant renseigner sur le sujet étudié, mais il ne faut pas rester prisonnier de leur « réseau ». Il est aussi important de travailler avec différents types d’informateurs, aux âges, sexes et lieux d’habitation différents à l’intérieur d’une zone définit :

 

Les enquêtes doivent être renseignées par le biais d’une fiche de renseignement, nécessaire dans le travail de recherche de l’enquêteur :

 

Il enjoint ensuite à croiser source orale et source écrite :

 

Car l’enquête orale ne se suffit pas en elle-même, elle doit être croisée avec d’autres formes de sources car elle n’est qu’une représentation de la culture :

 

Pour conclure sur l’apport de l’ethnotexte dans la recherche, je vous renvoie vers plusieurs articles publiés jusqu’au début des années 1990 par les chercheurs du CREHOP. Jean-Noël Pelen en a rédigés plusieurs portant sur la naissance et l’utilisation de l’ethnotexte en 1992, La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement,3 ou plus largement sur le dépôt des sources orales et les phonothèques de recherche. Clairvoyant sur l’avenir de la méthode en science humaine et sociale, il insiste sur l’intérêt du travail pluridisciplinaire dans le domaine de la source orale. Philippe Joutard, toujours inspiré par l’oralité, vient de publier un nouvel ouvrage sur le thème  Histoire et mémoires, conflits et alliance paru en 20134 que je vous invite à découvrir, comme en symétrie à cette conférence, plus de trente ans plus tard. 

 

Crédits photographiques : Couverture de l’ouvrage « Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes », BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 

  1. Centre de Recherche et d’Etude sur l’Histoire Orale et les Parlers régionaux []
  2. On trouvera plus d’informations sur le sujet dans le livre collectif Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes, BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 []
  3. « La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement » in Actes du Congrès international de dialectologie, Iker 7, Bilbao, 1992 []
  4. Histoire et mémoire, conflits et alliance, La Découverts, 2013 []

Les phonothèques entre recherche et culture : 20 ans après

En 1992 l’Association des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) publiait en collaboration  avec un laboratoire du CNRS, le Centre de recherche sur l’histoire orale et les parlers régionaux (CREHOP), les actes d’un colloque qui s’était tenu sous le titre Les phonothèques entre recherche et culture. Aujourd’hui, le numéro est republié sur le site de l’association et l’internaute peut découvrir que les problématiques évoquées alors sont toujours d’actualité. L’introduction de Jean-Noël Pelen a d’ailleurs été reprise en hommage dans le dernier Bulletin de l’AFAS qui sera aussi bientôt en ligne sur le site de l’association. Elle reprend l’histoire de ces phonothèques de l’oral qui ont émergé dans les années 1970. Certes, le texte est parfois daté, comme lorsque l’auteur envisage le déclin du terme « patrimoine » (paragraphe 18) mais il reste limpide et pose les questions toujours essentielles, auxquelles les gestionnaires de collections sonores doivent toujours faire face. Son analyse sur les sources de la recherche en SHS et leur conservation par les chercheurs qui la crée est toujours d’actualité, celle sur les tris que doivent opérer les archives et sur leur statut scientifique demeurent encore à discuter (paragraphes 22 et 23) :

On sait qu’aujourd’hui, d’une manière générale, les « sources » ne se publient plus. Tout chercheur donc qui documente sa recherche – et nous intéresse ici celui qui le fait par l’enquête orale enregistrée – doit conserver ses sources comme preuves de la qualité de sa démarche et de sa réflexion : on ne détruit pas une source constituée, fût-elle orale et exploitée. Pourquoi donc une source aussi fragile que les enregistrements oraux ne serait-elle pas alors déposée dans le seul lieu apte à la conserver et la rendre consultable : la phonothèque ? Secondement aucun chercheur n’épuise sa source : pourquoi donc ne pas permettre qu’un jour cette source ne soit relue et surtout réentendue ? Ne serait-ce pas là un des idéaux de la recherche, un idéal quasi déontologique ? En troisième lieu si une documentation personnelle ne constitue pas une source, plusieurs réunies ne le feraient-elles pas, ne serait-ce que relativement à ceux qui l’ont élaborée dans le cadre d’une discipline dont on fera un jour l’histoire ?

Mais peut-être, effectivement, tout document ne doit-il pas entrer à la phonothèque. II y a celui qui, par trop privé ou par trop impliquant le témoin, ne peut être consulté en libre accès. C’est un cas simple. Il y a surtout les documents de faible pertinence, et c’est peut-être là, me semble-t-il, que les choses doivent évoluer. Dans l’engouement des années 1970, on considérait comme document à préserver pratiquement tout ce qui était enregistré. Il faut, en réalité, trier. Si l’on convient que les « œuvres » de tradition orale doivent rester – parce que repérables, référenciables, catalogables, érigeables donc en documents, d’un type qui est par ailleurs le plus demandé par les questionneurs des phonothèques –, qu’en est-il des témoignages parlés ? Il y a, parmi eux aussi, des cas simples : le témoin s’est révélé inintéressant ou, au contraire, passionnant. Mais les cas individuels ne peuvent alimenter ni donner sens à eux seuls aux phonothèques de l’oral. Doivent entrer à la phonothèque desensembles conséquents, réellement représentatifs du domaine culturel enquêté, du discours collecté, dans le sens que nous avons donné à ce terme. Cette représentativité est fonction du volume des matériaux enregistrés, de la qualité de l’enquêteur qui a créé le fonds, et notamment de son sens de l’écoute dans l’acception large du terme (l’écoute véritable est un questionnement et vice versa), de la qualité de la parole des enquêtes, laquelle est souvent donnée par la qualité de l’écoute. C’est cette ampleur quantitative et qualitative qui seule crée une véritable source, inépuisée par la recherche qui l’a produite, comme ne l’épuisera pas l’écoute suivante. Seule cette source ample et profonde peut témoigner de richesse ou de patrimoine oral, l’abandon dont nous avons parlé à propos de ces notions n’étant ainsi que provisoire : une documentation basée sur des exigences accrues permet de réasseoir leur véritable légitimité. En dernier lieu, cette source ample, élaborée selon des critères exigeants, justifie en quelque sorte la phonothèque de l’oral, de par son contenu lui-même comme par le fait que celui-ci peut nourrir la recherche et l’action culturelle. Je précise au passage qu’il n’entre pas dans mon idée de donner à l’action culturelle ou à la recherche une place respective en amont ou en aval par rapport à l’élaboration d’un fonds de documentation de l’oral. En aucun cas on ne peut prétendre que le terrain est réservé au chercheur plutôt qu’à l’action culturelle ou inversement. Je constate simplement que, de façon générale, la recherche laisse plus de temps à l’émergence dans l’enquête d’un véritable discours déployé que ne peut le faire l’action ou la valorisation culturelle, ceci pour des raisons intrinsèques à chacune des deux démarches, la première étant que ce déploiement est indispensable à une recherche qui se respecte. Toutefois la recherche se préoccupant peu de valorisation, il est vrai aussi que certaines des plus belles documentations de l’oral ont été faites par des militants culturels, motivés par leur désir de valorisation culturelle. Il y aurait là, me semble-t-il, un véritable espace de débat entre nous. On ne sauve pas une culture en la collectant : on en porte simplement témoignage, en en donnant une représentation. N’est-il pas possible de réfléchir à ce que recherche et action culturelle peuvent chacune pour leur part apporter à la qualité de cette représentation, dans un épaulement réciproque ? Je souligne que cette idée de représentation, c’est-à-dire de source positionnée, doit être constamment présente à l’esprit lorsque l’on parle de collectage puis de phonothèque. C’est en prenant conscience et en assumant cette relativité de représentation culturelle du collectage et de la phonothèque qu’on peut donner à ceux-ci leur statut scientifique et éventuellement, de surcroit, élargir leur représentativité.

Je vous laisse découvrir ce texte dans sa totalité, et les 14 autres, publiés par les acteurs d’alors du monde de archives sonores : Alexis Bétemps, Jean-Claude Bouvier, Marie-France Calas,  Philippe Joutard, Donation Laurent, Claude Martel, … et d’autres encore.  Ils ont pris parfois quelques rides mais ils sont toujours pertinents et nous offre l’occasion de mieux comprendre l’histoire de cette source orale – encore méconnue – et de son utilisation. J’espère que, dans l’avenir, d’autres ouvrages ou numéros spéciaux de Sonorités publiés par l’AFAS pourront être numérisés et publiés. Pour cette publication électronique, elle a été rendue possible par le travail bénévole de Sylvère Aït Amour qui a numérisé le numéro imprimé et Arnaud Chabrol qui en a réalisé l’édition électronique. Merci à eux et bonne lecture !

Crédits photographiques :  [May Newman playing cigar box banjo she made : Palatka, Florida], McDonald, Mary Anne, Collector, 192-, Archives et bibliothèque nationales de l’Etat de Floride. Permalien : www.floridamemory.com/items/show/116014

Nòvas istòrias de las Cevenas – Nouvelles histoires des Cévennes

Gageons que, sans Jean-Noël Pelen, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne (MMSH) n’existerait pas. Lorsque la collection d’archives sonores a été créée en 1979 à l’université d’Aix-en-Provence, il n’y avait quasiment pas de dépôts d’enregistrements. Au sein du CREHOP, le centre de recherches et d’études sur l’histoire orale et les parlers populaires, ce sont les enquêtes de terrain de Jean-Noël Pelen qui ont commencé à nourrir le fonds, avec ceux de ses collègues et ami(e)s qui travaillaient dans son sillage. Tous ces chercheurs étaient soucieux que la parole des anonymes qu’ils enregistraient et sur laquelle il s’appuyaient pour leurs publications, puissent être un jour écoutée. Si un poste d’archiviste du son a été créé en 1997, lorsque la phonothèque a été intégrée à la MMSH, c’est bien parce que Jean-Noël Pelen avait continué à travailler avec cette source qui pourtant n’a pas toujours été très appréciée dans le petit monde des sciences humaines et sociales…

Tout a commencé avec le conte en Cévennes en 1973 suivi d’échappées sur des thématiques particulières comme le vieux Donzère (1978) ou la question de la mémoire autour du châtaignier (1987), pour quitter ensuite la terre cévenole et s’ouvrir sur des travaux collectifs comme le Pays d’Arles par ses gens (1983-1987) ou L’homme et le taureau (1987-1990), puis se diriger vers des sujets novateurs et plus urbains avec La Résistance à l’exclusion, dernier grand corpus qu’il a constitué (1994-1998). Jean-Noël Pelen, par sa méthode de travail, a également fait évoluer le monde des archives orales déplaçant l’auteur de l’enregistrement, place que s’est longtemps arrogée le chercheur, vers le témoin. C’est ainsi qu’à la publication de Jours de Provence  (1990-1994), son informateur Laurent Merlo se trouvait à ses côtés sur la couverture de l’ouvrage, en tant qu’auteur. La réflexion qui a accompagné la constitution de corpus enregistrés a toujours été clairement affichée,  sa méthodologie toujours en évolution et mise à l’épreuve de la discussion. C’est ainsi que pendant quatre années (1997-2000) se sont succédées de séminaires pluridisciplinaires sur un thème qui lui tenait à coeur : le récit collectif, posé comme objet de recherche dans toutes ses dimensions.

Les 16 et 17 décembre prochain, la municipalité de Sainte-Cécile-d’Andorge présentera une exposition sonore et visuelle, accompagnée de conférences en hommage à Jean-Noël Pelen qui vient de terminer sont temps de travail au CNRS, sous le titre « Echos des Cévenols d’autrefois – Jean-Noël Pelen en Vallée-Longue (1971-1976) ». Ce chercheur originaire de la Haute-Levade par son grand-père maternel, a enregistré il y a presque quarante ans la mémoire des anciens et voilà que son travail, conservé à travers les années par la phonothèque de la MMSH, vont pouvoir être entendues à nouveaux dans les villages alentours.

L’inauguration de l’évènement aura lieu le vendredi 16 décembre à 18h dans la salle des associations de la Haute-Levade et l’exposition sera visible du samedi 17 au dimanche 18 décembre de 14 h à 17 h. Vous pourrez également écouter des entretiens de terrain enregistrés par Jean-Noël Pelen auprès de Raoul Pic et Gabriel Teissier, qui seront mis à disposition dans la salle paroissiale du village de Sainte-Cécile-d’Andorge. Puis le lendemain, samedi 17 décembre,  sous le chapiteau dressé place de la Haute-Levade à 16 h Jean-Noël Pelen tiendra une conférence sous le titre « L’expérience des Cévennes : un chemin d’ethnographie ». La journée se clôturera à 18h  par une série de concerts, reprenant les cants et danses populaires des Cévennes avec Le collectif Manja Pélos, Tornamai, Marianne Evezard, Pascal Jaussaud, Les violoneux de la Cola’Ophane, Clair de Terre, les chanteurs du Galeison… Le lendemain, dimanche 18 décembre dans la Salle municipale du Collet-de-Dèze à 15 h, vous pourrez écouter d’autres entretiens enregistrés par Jean-Noël Pelen auprès de Zénobie Hours, Gabriel Teissier et Raoul Pic.

Profitez de la visite, venez nombreux et en famille ! Ce jour là se tiendra au village un marché de Noël sur la place avec une dégustation de soupe tout la soirée… Les anciens cévenols doivent être bien joyeux de savoir que leurs histoires font encore rire le monde et que leurs chants font toujours danser la jeunesse.

Programme du 16-17 decembre 2011à télécharger

 

 Crédits photographiques : Arènes, attaque du cheval du picador par le taureau, Toulouse, 14 juillet 1906. Fonds Trutat – Photographie ancienne. Cote : TRU C 1418, Localisation : Fonds ancien (S 30), Lieu de création : Toulouse (Haute-Garonne), Mesures : : 9 x 12 cm, Observations : Note manuscrite de Trutat : Toulouse, course de toros, 14 juillet 1906, Goerz-Anschutz. Négatifs sur plaque de verre. Collection de la Bibliothèque de Toulouse. Domaine public.