Archives par mot-clé : crise de la lutherie

Grandeur et déclin d’une fabrique de lutherie : le récit d’une descendante

Grand hall de la Maison Laberte-Humbert Frères (carte postale, extrait)
Grand hall de la Maison Laberte-Humbert Frères (carte postale, extrait)

Nicole LABERTE (soeur de Cécile Laberte avec laquelle un entretien avait été mené en 1982 ) est une descendante de la famille Laberte qui fut à la tête d’une grande manufacture d’instruments de musique à Mirecourt, pendant plusieurs générations. Son père Marc Laberte (1880-1963) fut lui-même directeur de l’entreprise. L’entretien débute par une discussion sur l’origine de la maison Laberte (les dates de fondation de la maison remontant au XVIIIe siècle correspondent en fait au rachat de marques d’ateliers anciens, comme l’a montré Roland Terrier).

Papier à entête Laberte et Magnié (archives N. Laberte)
Papier à entête Laberte et Magnié (archives N. Laberte)

Nicole Laberte évoque le premier Laberte qui était marchand de violons. Dans ses archives familiales, un acte daté du 27 septembre 1846 mentionne « Augustin François Laberthe, marchand d’instruments de musique, à Mirecourt », comme acquéreur d’une vigne située sur le territoire de Mirecourt, au canton du Neuf Moulin.

Acte daté de 1846 (Archives N. Laberte)
Acte daté de 1846 (Archives N. Laberte)

Parmi les trois fabriques d’instruments de Mirecourt, l’entreprise Laberte fut-elle la seule à ne faire que de la lutherie, comme le dit Nicole Laberte ? C’est certainement le cas pour la période la plus récente.

Seulement de la lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Mais des recherches montrent qu’en 1873, « à la suite de la faillite de la société REMY-GENIN, c’est la Maison LABERTE-HUMBERT qui reprend le stock et continue quelques temps la fabrication d’instruments de musique à vent » (Pierre René, « LABERTE, les derniers fabricants d’instruments de musique à vent de Mirecourt (1779-1972). Dans les collections du Musée de la lutherie de Mirecourt figurent par ailleurs une clarinette marquée au fer LABERTE-HUMBERT/ PARIS (vers 1900) et un Piano droit de la marque Laberte-Humbert Frères, Mirecourt/N° 12559 (vers 1910).

La société en nom collectif Laberte-Humbert Frères est créée en 1876 par les frères Laberte  (Auguste et Maurice Emile), fils d’Augustin François Laberthe et de son épouse Rose née Humbert .

Acte Société Laberte, 1876, Mirecourt
Acte Société Laberte-Humbert Frères, 1876, Mirecourt

Pour Nicole Laberte, le grand homme de la famille est son père, Marc Laberte (fils d’Auguste). Celui-ci a une double formation : l’école de commerce à Nancy et l’apprentissage de la lutherie avec Camille Poirson. Les violons le passionnent.

Passionné par la lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Il connaît bien le bois et part le choisir lui-même en Bosnie-Herzégovine :

Choix du bois de lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Marc Laberte gère la fabrique sur un autre mode que son père, en utilisant tous les moyens de communication modernes. Il constitue par ailleurs une collection de très beaux violons anciens, dont il fait ensuite fabriquer des copies d’excellente qualité.

La collection d’instruments anciens (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Son associé, Fourier Magnié, a beaucoup de compétences techniques et conçoit des machines pour la fabrication des instruments ordinaires qui font tourner l’usine. Marc Laberte de son côté suit de très près les opérations de l’atelier de lutherie d’art.

L’atelier des seigneurs (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Atelier de vernissage, maison Laberte-Humbert Frères (carte postale)
Atelier de vernissage, maison Laberte-Humbert Frères (carte postale)

Il s’intéresse beaucoup à l’opération de vernissage.

Le vernissage (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Lui et le vernisseur sont les premiers à tester la sonorité des meilleurs violons fabriqués dans l’atelier d’art. Or, ils sont tous les deux sourds. Pourtant, leurs appréciations ont toujours coïncidé avec celles des plus grands violonistes invités ensuite à essayer les instruments.

Tester la sonorité des violons (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Marc Laberte avait du mal à se détacher des instruments fabriqués sous sa direction et ne les vendait qu’à contrecoeur.

Triste de vendre ses violons (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Il a donné de l’ampleur à l’usine de lutherie. Polyglotte, il était en contact direct avec la clientèle internationale. Son fils Philippe a eu également une formation internationale.

La dimension internationale  (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Stradivox mentionné sur le papier à entête de la maison Laberte et Magnié
Stradivox mentionné sur le papier à entête de la maison Laberte et Magnié

L’entreprise se diversifie dans les années 1930 en fabriquant des gramophones et des radios en bois de résonance. N. Laberte évoque notamment la correspondance entre son père et Louis Lumière au sujet du Stradivox et la visite de ce dernier dans les ateliers.

Le son du Stradivox (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Courrier de Louis Lumière à Marc Laberte
Courrier de Louis Lumière à Marc Laberte

Mais pendant la guerre de 40, les machines très onéreuses de l’usine (servant à la fabrication des radios) sont déménagées par les autorités allemandes. Marc Laberte de retour à Mirecourt tentera  de reprendre certaines activités de l’usine (la fabrication des violons) et devra pour cela vendre tous les beaux instruments de sa collection.

La guerre de 40 (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

L’époque est très difficile et les affaires périclitent. Marc Laberte décède en 1963. Son fils lui succède mais n’a pas la même passion pour le violon et pour le bois. Une passion que N. Laberte illustre par plusieurs anecdotes.
Le ton du vernis (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Le vernis blond est une caractéristique des violons Laberte.

Nicole Laberte évoque les rapports de son père avec les clients internationaux et les  grands musiciens.

Après la deuxième guerre mondiale, la grande crise liée à la mécanisation de la musique affecte très durement tous les fabricants d’instruments.

La grande crise (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)


La reprise s’est faite plus tard en commençant par une demande concernant les guitares.
La reprise (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Nicole Laberte dit sa surprise lorsqu’invitée au repas des luthiers à la Sainte-Cécile à Mirecourt dans les années 1990, elle rencontre des jeunes gens qui gagnent leur vie dans la lutherie.
Les nouveaux luthiers (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Elle revient sur la Ste Cécile, le grand jour de l’année à Mirecourt, et sur son organisation.

La Sainte-Cécile (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Elle souligne la différence qui existaient entre les luthiers de Mirecourt centrés sur la fabrication des instruments neufs et les luthiers installés dans les grandes villes qui avaient presque des activités d’antiquaires et restauraient les instruments anciens.

Bas de page du papier à entête Laberte et Magnié
Bas de page du papier à entête Laberte et Magnié

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt. Le corpus constitué de 1982 à 1990 puis complété par de nouveaux entretiens depuis 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : L’enquête a concerné les parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt jusqu’aux nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Laberte, Nicole  (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Grandeur et déclin d’une fabrique de lutherie : le récit d’une descendante . 18 mars 2014, Paris. Enregistrement numérique :  66 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4905.

Crédits photographiques : Cartes postales (début du XXe siècle) et H. Claudot-Hawad.

 

Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie

Yves Morizot chez lui à l’établi (collection famille Morizot)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue en 1982 dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier. Le témoin de cette enquête, Yves Morizot, appartient à une autre génération d’apprentis luthiers: celle des années 1950, période qui correspond à une nouvelle crise dans le métier (cela durera une vingtaine d’années). Il interrompt son apprentissage débuté chez son oncle, le luthier René Morizot, pour s’orienter vers d’autres débouchés, en rapport cependant avec la lutherie (il sera employé à la Sofraluth, Société Française de Lutherie).

Abandon de la lutherie (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Yves Morizot décrit les coutumes de la corporation des luthiers et les occupations du dimanche ainsi que du lundi, jour ferié des luthiers.

Le jardin et la vigne (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il rapporte différentes anecdotes liées au métier et parle des farces que les luthiers avaient l’habitude de faire.

Les farces (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il décrit l’organisation « à la division » pour fabriquer les instruments, avec les ouvriers regroupés en « chantiers » selon les pièces à produire. Pour les ateliers artisanaux, il y avait aussi différentes spécialités : luthier, archetier, fabricant de têtes, vernisseur.

Le vernisseur (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

L’atelier de vernissage. Maison Laberte-Humbert (carte postale, début XXe siècle, extrait)

Les instruments, souvent transportés à bicyclette, circulaient ainsi entre les ateliers de lutherie, de sculpture de têtes, de polissage, de vernissage et aussi le domicile des artisans. Dans le travail manufacturé, les femmes faisaient le filetage, le moule, le polissage, le ratissage. Les grandes maisons comptaient autant de femmes que d’hommes chez les ouvriers.

Mirecourt, ville de luthiers (carte postale, début XXe siècle)

Yves Morizot évoque le rythme de travail intense de ces artisans : 10 h par jour à quoi s’ajoutaient les “temps perdus”, c’est-à-dire le travail à domicile après l’atelier ou la fabrique, pendant le temps de repos ou les congés. La rapidité de fabrication était indispensable pour obtenir le rendement exigé. Il mentionne la qualité diverse des instruments en fonction de chaque artisan.

Trois violons par semaine (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

A Mirecourt, les seuls grands pôles d’activité étaient alors la lutherie ou la dentelle.

La lutherie ou la dentelle (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

Les dentellières de Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Le témoin revient sur les anecdotes que transmettaient les anciens (luthiers, brodeuses) aux plus jeunes le soir au pied des maisons du Faubourg à Mirecourt.

Le « coyroye » (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

, Le Faubourg Saint-Vincent à Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Il mentionne aussi les activités pratiquées par les luthiers et liées aux saisons et à la nature (jardinage, champignons, escargots, pêche…).

Jardin, cueillette et pêche (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon dans les années 1900  (carte postale)
Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon en 2012 (cliché H. Claudot-Hawad)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Morizot, Yves (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie. Mirecourt,  juin 1982. 1 cass. :  30 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3495. 

Crédits photographiques : Monsieur Yves Morizot à l’établi (collection particulière famille Morizot). Cartes postales du début du XXe siècle sur les ateliers de la Maison Laberte-Humbert, Mirecourt-La lutherie et Les dentellières, mises aimablement à disposition par Mme Morizot.   Cartes postales du début du XXe siècle Faubourg St-Vincent et Vieux Pont (archives A. Claudot). Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Un enfant de Mirecourt reprend malgré lui l’archèterie familiale et tente toute sa vie de patron de demeurer un artisan

L’archetier Charles-Alfred Bazin à l’établi, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur le métier de luthier et d’archetier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, et elle y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Charles-Alfred Bazin raconte son parcours d’archetier. Son père, Louis Bazin, le fait travailler dans son atelier durant l’été 1922. Il en est propriétaire et l’atelier connaît alors un plein essor. La rentrée venue, il imposera à son fils d’y rester. Charles-Alfred Bazin était déjà au collège et espérait poursuivre des études, finalement il restera au sein de l’atelier familial et y mènera son apprentissage.

Extrait de l’enquête n°3490,  De l’école à l’apprentissage

La maison Bazin, qui comptait jusqu’à cinquante ouvriers, déployait une fabrication automatisée tout en maintenant, d’autre part, une fabrication artisanale sur laquelle reposait sa renommée.

Extrait de l’enquête n°3490, Les marques

La fabrication “à la division” (chaque élément de l’instrument conçu indépendamment des autres et en série par un ouvrier) est rémunérée à la pièce et pousse les ouvriers à la rentabilité (avec des gestes plus efficaces et rapides). Par contre, la pratique artisanale reste rémunérée à l’heure.

Extrait de l’enquête n°3490, Un bel archet

En 1936, Charles-Alfred Bazin quitte le giron familial, part à Paris exercer un autre métier, mais il est rattrapé par l’obligation de reprendre l’affaire de son père accidenté. Après la guerre, le commerce décline en perdant son client américain. La disparition des orchestres et l’émergence des enregistrements musicaux participent également de la crise. Les jeunes luthiers doivent changer de métier, la ville de Mirecourt les oriente vers les postes, les douanes… Charles-Alfred Bazin pense que l’origine ouvrière des patrons de Mirecourt les a empêchés de valoriser et de commercialiser leur fabrication sur le plan artistique. Il pointe la concurrence déloyale entre Paris et Mirecourt.

Extrait de l’enquête n°3490, A propos de la concurrence entre Paris et Mirecourt

Par une suite d’anecdotes, il dresse le portrait de sa famille d’archetiers et de luthiers, dans le métier depuis la seconde moitié du dix-neuvième siècle et de la profession à l’échelle de Mirecourt. Il présente divers catalogues d’archers (façon, matières, prix), une liste d’appréciations sur le travail artisanal des ouvriers…

 Baguettes d'archets dans l'atelier de Charles Bazin à Mirecourt en 1982 (Cliché B. Lesaing)
Baguettes d’archets entreposées dans l’atelier de Charles Bazin à Mirecourt en 1982 (Cliché B. Lesaing)

 

Il évoque certaines coutumes liés à la profession comme le congé du lundi, pendant lequel les luthiers, propriétaires de lopins de terre depuis la révolution, cultivaient et élevaient, afin également de compléter leurs revenus. Il décrit les rituels de la sainte Cécile, patronne des luthiers, fête revivifiée récemment par les jeunes luthiers.

Extrait de l’enquête n°3490, La fête de sainte Cécile

 

Charles Bazin, quant à lui, avec un groupe d’amis dénommé « Les célibataires endurcis » et  luthiers pour la plupart, proposait d’amuser la ville avec des parades musicales sur le mode comique et d’autres activités comme les concours de pêche.

Extrait de l’enquête n°3490, les luthiers amusent la population de Mirecourt

Concours de pêche des « Célibataires endurcis » à Haroué vers 1926. Charles Bazin est le 2e en bas en partant de la gauche. Parmi les autres luthiers qui participent à cette partie de pêche, on reconnait en haut du groupe en partant de la gauche: Pierre Claudot (1), Camille Tourel (2), Albert Claudot (4). Fonds Archives Pierre Claudot.

C’est suite à sa requête auprès de l’Académie française, comme il le précise, que le mot « archetier » a été introduit dans le dictionnaire de la langue française. Cette distinction était souhaitée par les luthiers fabriquants de violons, altos, violoncelles, contrebasses.

Extrait de l’enquête n°3490, A propos du terme « archetier »

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices documentaires qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Bazin, Charles-Alfred (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Un enfant de Mirecourt reprend malgré lui l’archèterie familiale et tente toute sa vie de patron de demeurer un artisan. Mirecourt, 1982. 1 cass. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3490.

Crédits photographiques : L’archetier Charles-Alfred Bazin à l’établi et Baguettes d’archets dans l’atelier de Charles Bazin, photographies de Bernard Lesaing, Mirecourt 1982 ; Concours de pêche des « Célibataires endurcis » à Haroué vers 1926 (Fonds Pierre Claudot). Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille

Pierre Claudot à Mirecourt en 1923

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, luthier à Marseille et originaire de Mirecourt comme la plupart des luthiers français de sa génération. Il s’agit ici de leur premier entretien. L’informateur descend d’une longue lignée de luthiers, mais n’a connu parmi eux que l’un de ses oncles, François Claudot, luthier à Dijon (auquel succèdera Albert Claudot, frère aîné de Pierre). Son père, Félix Claudot, luthier à Mirecourt, est décédé un mois après sa naissance, aussi la vie des ateliers ne lui était pas familière avant son apprentissage. A 12 ans, après le certificat d’étude, Pierre obtient un emploi de commissionnaire dans une banque. Sa mère, veuve, ne veut pas qu’il soit luthier. Il parvient à la convaincre grâce à l’instauration nouvelle, en 1920, d’un apprentissage rémunéré, destiné à former des luthiers d’art capables de fabriquer un violon complet (par opposition à la lutherie manufacturée où des ouvriers se spécialisent dans la fabrication de certaines pièces).

Extrait de l’enquête n°3483, L’apprentissage payé

Pierre Claudot témoigne d’un apprentissage long et exigeant pour atteindre la maîtrise parfaite de l’outil et de la matière

Après deux ans et demi d’apprentissage chez Thibouville, il reste encore six mois dans cette maison.

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans – face

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17ans – dos

 

Inscription sur le fond d’un violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans

Puis il est sollicité par Amédée Dieudonné, luthier qui revient de Bruxelles et introduit des modèles d’instruments différents de ceux qu’on utilise alors à Mirecourt.

Extrait de l’enquête n°3493, Pierre Claudot chez Amédée Dieudonné

Pierre Claudot détaille les différentes opérations dans la fabrication d’un instrument. La plupart des ateliers confient la fabrication des têtes des instruments à des spécialistes et livrent les instruments en bois blanc à des vernisseurs.

Après avoir travaillé trois ans chez Dieudonné, Pierre Claudot part à Marseille où il est embauché par la maison Granier. L’informateur, à travers sa carrière de luthier, a vécu l’histoire du 20e siècle : de la crise économique mondiale de 1933 qui pousse son employeur à Marseille, le luthier Granier, à abandonner la lutherie et à lui céder son entreprise,


jusqu’à la seconde guerre mondiale qui maintient le commerce dans un fragile équilibre.

Pierre Claudot chez Granier à Marseille en 1928 (ici avec André, dit « Boubous », neveu de Denis Granier)

 

Au lendemain de la guerre, la profession connaît de nouvelles difficultés face au développement des techniques d’enregistrement audio entraînant la disparition de nombreux orchestres. Pierre Claudot situe enfin une renaissance de la profession à partir des années 1960, dûe entre autres à un retour culturel à la musique et à l’apprentissage d’un instrument par les nouvelles générations.

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour « faire la main » d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque  : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille. La Bouilladisse, janvier 1981. 1 cass. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3483.

Crédits photographiques : fonds Pierre Claudot (image 1 et 5) et Hélène Claudot-Hawad.