Archives par mot-clé : DC

Formation Ina Expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages » – décembre 2016

Les 5 et 6 décembre 2016 sur le site de l’INA de Bry-sur-Marne a eu lieu un nouveau stage de trois jours sur le collectage et l’enregistrement de témoignages. Comme au cours des autres cessions organisées par l’Ina, les stagiaires découvraient la préparation d’une enquête de terrain et d’une grille d’enquête, les modalités d’un entretien qualitatif, son cadre juridique et son traitement documentaire pendant une journée et demi. Puis ils approfondissaient leurs connaissances d’un enregistrement numérique sonore accompagné d’un ingénieur du son pendant une après-midi. Le troisième jour était consacré à la réalisation d’un entretien de même type enregistré cette fois en vidéo. Là aussi un professionnel apportait ses compétences et sa méthodologie pour la captation vidéo d’un témoignage. Continuer la lecture de Formation Ina Expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages » – décembre 2016

Lancement de la version bêta du Portail du patrimoine oral

Le 12 décembre 2008, lors des Rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne, une version bêta du Portail du patrimoine oral a été présentée au public. Ce portail est issu d’un travail collectif impulsé par le pôle associé BnF/FAMDT, qui a bientôt 10 ans désormais. Il rassemble cinq centres d’archives sonores à travers la France :

– Le CERDO – centre d‘études, de recherche et de documentation sur l‘oralité (UPCP – Métive) à Parthenay ;
– Le conservatoire occitan, centre de musiques et danses traditionnelles Toulouse/Midi-Pyrénées ;
Dastum en Bretagne ;
– La maison du patrimoine oral à Anost, dans le Morvan ;
– La phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence.

Ce portail s’appuie sur le protocle OAI-PMH.  Au-delà des questions techniques, l’objectif est d’offrir une interrogation commune des corpus sonores, des recherches sur différents critères (dont les titres uniformes essentiels dans l’oralité) et surtout d’écouter ces enregistrements, trop longtemps méconnus. Le principe est d’alimenter un dépôt avec les notices de chaque base de données sonores et audiovisuelles des cinq centres. Ce dépôt est créé à partir d’un réservoir alimenté régulièrement par les centres qui effectuent un tri sur les notices déversées, y intégrant uniquement les notices des enregistrements sonores et audiovisuels inédits. A terme, 70 000 notices pourront être interrogées ! Le format adopté est celui des 15 éléments du Dublin Core. Le résultat des requêtes posées au catalogue collectif sur le méta portail renvoie vers le catalogue d’origine, permettant la lecture de la notice complète et des son contexte ainsi que l’écoute du fichier son mis en ligne sur les bases locales.

Les archives sonores, elles aussi, doivent enter dans le « bien commun » des ressources proposées sur l’Internet. Non seulement cela est légitime pour tous ceux qui ont choisi de transmettre oralement leur culture, leur savoir-faire, leur répertoire… mais aussi cela est nécessaire si l’on veut pouvoir poser la question de l’évaluation de la pertinence globale des ensembles constitués et accessibles. L’accélération des dépôts et l’expansion formidable de l’utilisation des témoignages oraux doivent aussi être liées à une cartographie documentaire satisfaisante des archives sonores inédite afin de proposer de véritables instruments de repérage, de classement et d’identification de ces documents.

Ce portail est encore à l’état de test, n’hésitez pas à nous signaler tout ce qui vous semblera intéressant pour l’améliorer et le rendre plus efficace à la recherche. Merci de votre participation.

Vous pouvez consulter en ligne le diaporama de l’intervention de Véronique Ginouvès (MMSH), Pierre-Olivier Laulannée (FAMDT), Mickaël O’Sullivan (Maison du patrimoine oral).

Crédits photographiques : Maison du patrimoine oral (Anost) – Orchestre Louis Jouarie, à Arleuf (58).

Diaporama sur le portail du patrimoine oral diffusé lors des journées sur le patrimoine immatériel à Rennes, le 12 décembre 2008.

Nouvelles archives sonores de Corse

Le village de Pigna, en Balagne, n’a ni boulanger ni charcutier mais grouille d’activités culturelles. Vous y trouvez ainsi un luthier, une maison d’accueil pour les musiciens, un magasin de disque, une école de musique, une maison d’édition, un festival, des artisans, un auditorium, des associations, des groupes de musique… C’est la fédération E voce di u comune, créée en 1978,  qui fédère toutes ces activités. Ses fondateurs ont collecté, au fil du temps, des chants profanes et sacrés en Corse mais aussi des concerts, des chjama è rispondi (joute poétique orale improvisée), des récits de vie… Les jours prochains une nouvelle structure va s’ouvrir au village : une phonothèque de l’oral. Ce centre d’archives sonores est l’aboutissement de longues années de recherche, de collectage, d’analyse et de publication menés sur la musique traditionnelle corse depuis la fin des années 1960. Les fonds sonores ont déjà été numérisés et seront prochainement mis en ligne avec le soutien du Ministère de la culture qui a financé une partie du projet dans le cadre du plan national de numérisation 2008.

Pour que Repertorium puisse exister, l’association a recueilli de la part de tous les informateurs et les interprètes les autorisations d’utilisation et de diffusion sur le Web. Mais, sans poste de documentaliste, il lui était difficile de constituer une véritable base de données documentaire. Après réflexion, l’association a décidé de diffuser les fiches descriptives des enquêtes accompagnées des fichiers sonores au format MP3 à partir du CMS Joomla! Ainsi les collecteurs qui ont réalisé ces enregistrements sans toujours les documenter peuvent simplement décrire leur fonds dans l’éditeur de texte auquel s’ajoute une extension de Jomla! qui permet de créer une série de champs. C’est une société d’Ile Rousse qui va réaliser le site. Ce CMS permet des exports en XML et donc en Dublin Core, c’était un critère important car au-delà du choix de l’outil, l’objectif est de travailler à partir des orientations du Guide d’analyse documentaire du son inédit (AFAS, FAMDT, 2001), central pour les phonothèques du pôle associé BnF/FAMDT, et d’intégrer au plus vite le Portail du patrimoine oral.

Voilà le genre de projet qui fait espérer que les archives sonores de la Corse puissent bientôt être documentées et accessibles à tous, en particulier les enquêtes de Félix Quilici (des années 1950 à 1970) qui dorment depuis bien longtemps.


Crédits phonotographiques : Pigna vue depuis ND du Lazio, le 6 décembre 2008, Véronique Ginouvès, CC

Le patrimoine culturel immatériel vu du côté de la Bretagne

La convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO a été adoptée en 2003. C’est un évènement important car pour la première fois, le patrimoine vivant a fait son entrée par la grande porte dans les politiques culturelles. Jusqu’à présent, elle a été ratifiée par une centaine d’Etats (la France l’a fait en juillet 2006). Pour les archivistes du son et de l’audiovisuel, le texte de cette convention est central car il formalise des objets qui n’ont pas toujours été dessinés avec précision. Dans une société de l’écrit, il est essentiel de se poser la question de la conservation d’un patrimoine qui n’est transmis que par l’oralité. Une fois intégrée dans les collections des phonothèques sous hier sur un support aujourd’hui dans un format, cette oralité n’existe plus que sous une forme figée, le fichier numérique. Aux acteurs culturels et scientifiques de réfléchir aux modes d’utilisation de ces corpus que l’on écoute sans l’échange humain qui était à son origine. L’introduction de la convention de l’UNESCO insiste à juste titre sur l’aspect vivant de ce patrimoine, ce que les professionnels des archives oublient trop souvent.

On entend par « patrimoine culturel immatériel » les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.Le « patrimoine culturel immatériel », tel qu’il est défini au paragraphe 1 ci-dessus, se manifeste notamment dans les domaines suivants :

(a) les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ;

(b) les arts du spectacle ;

(c) les pratiques sociales, rituels et événements festifs ;

(d) les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ;

(e) les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

Quant au travail des archiviste, c’est celui de la « sauvegarde » mais ils ne doivent jamais oublier qu’ils travaillent sur du vivant.

On entend par « sauvegarde » les mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel, y compris l’identification, la documentation, la recherche, la préservation, la protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l’éducation formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine.

La Bretagne a décidé de faire le point sur cette question du patrimoine immatériel en organisant une formation les 12 et 13 décembre à Rennes sous le titre Rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne.  C’est l’association Dastum et l’institut régional du patrimoine qui se sont associés pour proposer ces deux journées, riches et denses, sur le sujet. Le programme complet est , la fiche pour les inscriptions ici (attention elle s’arrêtent le 28 novembre).

Si vous voulez préparer vos questions et réviser avant le stage, vous pouvez toujours lire le numéro spécial de Culture et Recherche sur le patrimoine culturel immatériel (printemps-été 2008, n°116-117). L’introduction de Rieks Smeets, secrétaire de la Convention à l’UNESCO, en précise tous les détails de son application en Europe et plus spécifiquement du travail du comité, organe exécutif de la convention.

La phonothèque de la MMSH sera présente pour un évènement qui lui tiend à coeur : l’inauguration du portail collectif du patrimoine oral réalisé dans le cadre du pôle associé de la BnF et de la FAMDT. Ce portail, bâti à partir de la plateforme PKP, utilise le protocole OAI-PMH et le format Dublin Core pour faire parler entre eux les catalogues de cinq centres d’archives sonores et audiovisuelles à travers la France: Dastum, le CREDO, le Centre Occitan des Musiques et Danses Traditionnelles Toulouse Midi-Pyrénées, l’association Mémoires Vives et la phonothèque de la MMSH. Du pain sur la planche d’ici ces premiers jours de décembre !

Crédit photographique : Jupes qui danses dans les rues de La-Paz (Bolivie), Photographie de Véronique Ginouvès, août 2005, CC.

Mise à jour du 13 avril 2009 : Christian Hottin et Sylvie Grenet (Ministère de la Culture) on mis en ligne sur HAL SHS leur intervention lors de ces journées  : http://halshs.archives-ouvertes.fr/index.php?view_this_doc=halshs-00189399&extended_view=1&version=0&halsid=tfmom5r2684a10p037atfffdk0