Archives du mot-clé digital humanities

De l'enquête de terrain à l'archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ?

Le TGE Adonis organise en 2011-2012 un séminaire sur "Le document sonore". Dans ce cadre, des chercheurs et des experts, français ou étrangers, d’organismes de recherche, de grands établissements ou équipements, d’universités ou d’entreprises sont invités à présenter leurs travaux. Avec cette série de conférences, l'objectif est de crérer un lieu de réflexion et de confrontation des pratiques et des analyses afin d’établir, en liaison avec les grands programmes internationaux, un espace de questionnement sur les normes et les usages, de la conservation patrimoniale aux outils de traitement automatique. Le séminaire a la volonté d'accompagner la définition des nouveaux enjeux qui se dessinent autour des corpus sonores, de la collecte du matériel à la mise en ligne, de l’outillage aux exploitations. Jeudi 8 mars Véronique Ginouvès a choisi de présenter les travaux de la phonothèque de la MMSH dans un format interactif sous le titre De l'enquête de terrain à l'archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ?

Le numérique et l’internet ont bouleversé en profondeur les questions de l’accès et du traitement des données mais, plus encore, entraînent de nouveaux usages et comportements face à la recherche d’information et à son utilisation. Les chercheurs sont attentifs à la façon dont ils vont pouvoir accéder aux grands réservoirs de données, et à leurs propres recherches, tandis que la demande sociale et culturelle pour y accéder va sans cesse en s’amplifiant. Dès lors, ce type d’archive jusqu’ici resté confidentiel, s’est trouvé projeté sous les feux de la rampe du web de données. Les gestionnaires de fonds d’archives sonores ont dû en conséquence modifier leurs pratiques et développer des méthodologies d’accompagnement de dépôt des enquêtes enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales. Comment, et dans quel contexte, les centres de recherches sont-ils aujourd’hui amenés à donner accès à cette mémoire orale enregistrée ? Quel intérêt ont aujourd’hui les chercheurs en SHS à permettre l’écoute de leurs sources ? Quel encadrement juridique et éthique peut accompagner cette mise à disposition ? L’expérience de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme peut apporter des réponses à ces questions qui ouvrent un débat large et collectif auquel cette intervention voudrait prendre part.

Les conférences :

Jeudi 10 novembre 2011 : Michel Jacobson (Archives de France) - L'archivage de données numériques : Retours d'expérience sur des données orales

Jeudi 8 décembre 2011 : Pascal Cordereix (BNF) - Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ?

Jeudi 12 janvier 2012 : Joséphine Simonnot (CREM) - Présentation de TELEMETA, un outil de traitement des archives sonores de la recherche http://telemeta.org

Jeudi 9 février 2012 : Olivier Baude et Gabriel Bergounioux (Laboratoire Ligérien de Linguistique, Université d'Orléans) - Eslo, instrument de comparaison pour le recueil de données linguistiques

Jeudi 8 mars 2012 : Véronique Ginouvès (Phonothèque de la Maison méditerranéeenne des sciences de l'homme, Aix-en-Provence) - De l'enquête de terrain à l'archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ?

Jeudi 5 avril 2012 : John Coleman (British National Corpus, Oxford University) - Mining a Year of Speech

Jeudi 10 mai 2012 : Lou Burnard (Meet, TGE Adonis) - Encoder l'oral en TEI : démarches, avantages, défis...

 

Lieu : campus universitaire d'Orléans, 14h,  salle 274 de l'UFR Lettres

 

Crédits photographiques : Photograph of Sound Recording Equipment from the Division of Motion Pictures, February 27, 1941, U.S. National Archives’ Local Identifier: 64-NA-271-A. Pas de restrictions de copyright connues. Permalien : arcweb.archives.gov/arc/action/ExternalIdSearch?id=3493236

Appel à la communauté des SHS pour une pratique réflexive des documents numériques

En 2009, dans la revue MethiS, Björn-Olav Dozo, de l'Université de Liège, lançait un appel à la communauté des SHS pour une pratiques réflexive des documents numériques dans le monde de la recherche et de l'enseignement supérieur. Je le découvre seulement maintenant, mais son actualité me pousse à le partager pour amplifier son appel. L'auteur part d'un constat très simple : les réflexes savants de la recherche effectuée à partir de documents papier disparaissent avec l'écran sans que rien ne permette de savoir par quoi ils sont remplacés, ni quelles en sont les conséquences sur les pratiques de recherche. Plus généralement, l'internaute qui aborde un sujet inconnu ne va plus vers des ouvrages de référence, des bibliographies disciplinaires qu'il pourrait dépouiller systématiquement, des index de notions ou de noms propres... Non, désormais il débute sa recherche par une case blanche où un curseur clignote. Il y inscrit quelques mots pour afficher une liste de résultats. Un coup d'oeil rapide sur la page lui permet de juger de leur pertinence et il accède à un site le plus souvent totalement ignoré jusque-là.... Le temps est venu pour les chercheurs en sciences humaines et sociales de s’interroger sur leurs pratiques des documents numériques et d’en mesurer les implications épistémologiques, lance  Björn-Olav Dozo.

En effet, si son article propose un début de réponse à ces questions, l'auteur s'adresse aussi directement à la communauté des SHS pour proposer de participer à une vaste réflexion collective, où chacun pourrait comparer ses pratiques et proposer des orientations méthodologiques. Björn-Olav Dozo a choisi quatre axes pour évoquer les différents enjeux  de ce passage au numérique dans les SHS : la conservation, la diffusion, les usages et la transmission. Dans le champ de l'enseignement on imagine que ce projet pourrait aboutir à un ouvrage de synthèse qui manque cruellement aujourd'hui, malgré l'intérêt sans cesse croissant porté aux Digital Humanities, et éviter peut-être certains mauvais usages des documents numériques que l'on voit se développer.

Car le mythe des « digital natives » qui auraient, de manière innée, un savoir ou un savoir-faire concernant les ordinateurs a la peau dure... Pourtant depuis P. Bourdieu et J.-C. Passeron (1964 & 1970) nous savons qu'il n'existe pas de véritable « égalité des chances » face à l’apprentissage. C'est pour cela que la formation aux bonnes pratiques du document numérique ne peut pas demeurer en dehors de l’université. C’est à celle-ci de prendre conscience des enjeux considérables en la matière et de se doter de moyens de transmission efficaces et réfléchis des pratiques approfondies de ces documents. Il existe, par exemple déjà, un lexique partagé qui s’est progressivement imposé, utilisé par les chercheurs qui s’intéressent au domaine ; archives ouvertes, voie verte (green) et voie or (gold), collecte des méta-données, embeding, pre-print, post-print, portail de revues, rétro-archivage, barrière mobile,.... Il peut aider à la constitution d'outils qui permettraient de mieux appréhender les nouveaux rapports qu'entretient le chercheur avec ses sources devenues numériques. Des initiatives comme l'université d'été de l'édition électronique ouverte ou le manifeste des Digital Humanities font partie de ce qui construit cette communauté et à cette réflexion collective qu'appelle Björn-Olav Dozo de ses vœux. Sans nul doute, le texte du Manifeste comme les programmes, les contenus des conférences et des ateliers de cette deuxième université d'été, participeront, plus tard, à l'écriture d'une histoire de ce domaine en perpétuelle évolution, où les nouveautés ne cessent de remplacer l'existant.

A lire : Dozo, Björn-Olav. «Pour une pratique réflexive des documents numériques». Méthodes et Interdisciplinarité en Sciences humaines, Volume 2 - 2009 : Pratiques du document [En ligne]

http://popups.ulg.ac.be/MethIS/document.php?id=262

Crédits photographiques : "Getting em up" at U.S.Naval Training Camp, Seattle, Washington. Webster & Stevens., ca. 1917 - ca. 1918. Archives nationales des Etats-Unis d'Amérique. Permalien : arcweb.archives.gov/arc/action/ExternalIdSearch?id=533698 Pas de restrictions de droit connues.

Appel du Manifeste des Digital Humanities

Les 18 et 19 mai 2010, un Thatcamp (The Humanities and Technology Camp) a réuni 80 acteurs ou observateurs des digital humanities.  Le modèle Thatcamp, mettant en oeuvre des  "non-conférences", a permis des échanges riches et constructifs. 14 ateliers se sont ainsi tenus sur le même mode : une introduction au domaine par une personne  ou un groupe disposés à transmettre ses connaissances ou son savoir-faire, suivie de discussions, de retours d'expériences et de propositions de la part des participants.  L'objectif de ces ateliers était aussi de confirmer et d'affirmer la volonté de la communauté à travailler ensemble et d'exprimer les grandes lignes du Manifeste, rédigé collectivement lors de la réunion de clôture.

Les sources orales numériques font partie intégrante des Digital humanities et un atelier leur a été consacré en fin de journée le 18 mai (Pont supérieur, 17h) en écho à celui qui s'était tenu le matin sur les archives de chercheur (Pont supérieur, mené par Marin Dacos, 10h).  Vous trouverez le compte-rendu de l'ensemble des non-conférences sur le blog du Thatcamp. Celle sur la source orale a été fructueuse, même si peu d'expériences dans le domaine ont été confrontées, un véritable  intérêt a été manifesté par les chercheurs en SHS sur les sources audiovisuelles. Les questions ont porté principalement sur des innovations dans le domaine en termes d'exploitation et de réseaux sociaux mais aussi sur des questions de méthodologie. L'ouverture de ce type de source au grand public est une discussion qui doit encore être développée car la demande est forte du côté de la société civile. Au moment où les ethnologues s'interrogent sur le retour des archives de terrain dans les pays lointains, il semble légitime que les entretiens réalisés auprès des anonymes par les chercheurs sur le territoire  français puissent également être mis à disposition. Le compte-rendu in progress de l'atelier et les jalons qui étaient proposés en introduction sont accessibles sur le wiki du Thatcamp.  Une fois validés par les différents participants, les différents compte-rendus sont accessibles sur le blog TCP.

Ainsi, n'hésitez pas

- à signer le Manifeste des Digital Humanities (tout le monde peut le signer, il suffit de se préoccuper de la diffusion des savoirs sous forme numérique et de vouloir travailler en collectif) ;

- à soutenir le Manifeste en diffusant son texte ou en aidant financièrement le projet.

Crédits photographiques : une pause sur le pont inférieur, sur la baleine blanche, THAT Camp Paris 2010, Véronique Ginouvès, mai 2010.

FORMATION : Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales

A l'heure où se multiplient les projets d'édition électronique des sources de la recherche, où de plus en plus de chercheurs voudraient diffuser les matériaux de leurs recherches, et où des bibliothèques et centres de documentation souhaitent valoriser leur patrimoine scientifique, l'ampleur de l'entreprise peut désemparer : comment se lancer dans un tel projet, à qui s'adresser, quelles compétences rassembler, quels financements trouver, comment assurer le succès de ce projet, comment garantir la pérennité d'une diffusion en ligne, etc.

C'est pour donner aux personnes impliquées dans un tel projet des éléments de réponse à toutes ces questions que le Service éditorial et publication électronique de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (SEPE, IRHT-CNRS), rejoint par des acteurs du domaine des humanités numériques, propose une action nationale à gestion déconcentrée (ANGD) soutenue par la formation permanente du CNRS et le TGE Adonis, sur la production, l’édition, la gestion et la diffusion des sources numériques de la recherche en sciences humaines et sociales.

L'objectif de cette formation, d'une durée d'une semaine, est ambitieux mais précis. A travers un cas d'école permettant la mise en situation des stagiaires, par des exercices pratiques et de nombreuses prises de parole, des ateliers aborderont successivement les différentes étapes du processus. L'identification des acteurs, la répartition des tâches, la définition d'un calendrier rigoureux, la coordination de la communication tant au sein de l'équipe qu'en direction des tiers (financeurs, public), l'anticipation des problèmes qui peuvent survenir, l'articulation entre la structuration des données et l'usage qui en sera fait, apparaîtront comme les clés de la réussite d'un tel projet.

La formation ne donnera pas une marche à suivre impérative, mais cherchera à exposer les manières de procéder, leurs enjeux et leurs limites, pour élaborer une méthode souple qui allie bonnes pratiques et créativité, afin que les stagiaires ajustent avec pertinence leurs acquis aux objectifs scientifiques, éditoriaux et patrimoniaux des projets qu'ils conduiront. Seront abordées des thématiques comme l'établissement du cahier des charges, la définition et la production de métadonnées normalisées, le choix des méthodologies ou des outils de construction, les procédures de travail et leur documentation, les outils collaboratifs (wiki, blogs), l’indexation, l’interopérabilité des données, etc. L'intervention de spécialistes de supports différents (texte, image et son) permettra aux participants de se familiariser avec les notions techniques qui leur seront nécessaires pour opérer ensuite des choix éclairés. En particulier, tout au long de la formation, l’accent sera mis sur les conditions et techniques de pérennisation des données numériques et leurs enjeux méthodologiques.

Par ailleurs, cette semaine favorisera la rencontre avec des membres de la communauté des humanités numériques. Les stagiaires tireront de nombreux bénéfices de ces échanges et de l'expérience des projets passés. Les formateurs auront à cœur de leur montrer que la réussite d'un projet de numérisation est un travail d'équipe et repose à la fois sur le dialogue entre les partenaires impliqués (chercheurs, ingénieurs, gestionnaires, experts, financeurs), et sur la collaboration avec des réseaux plus larges (régionaux, nationaux, voire internationaux).

Formation du 11 au 15 octobre 2010
Centre Paul Langevin du CAES-CNRS, Aussois (Alpes).

Renseignements et inscriptions : irht.sepe@cnrs-orleans.fr
Pour en savoir plus : http://www.digitalhumanities.cnrs.fr/wikis/sourcesnumeriques2010

Crédits photographiques : Vue depuis le centre Paul Langevin (Aussois), hiver 2010, Véronique Ginouvès.

THATCamp Paris 18 et 19 mai 2010. Non-conférence sur les Digital humanities = THATCamp Paris 2010. User-generated "unconference" on Digital humanities

THAtCamp Paris est une non-conférence sur les Digital humanities. La première en France. Elle se tiendra à Paris les 18 et 19 mai 2010.

La communauté des Digital humanities émerge de plus en plus nettement, en particulier en Angleterre et aux USA. Nous, français et européens du continent, sommes invités par les américains à nous positionner, à participer au développement de la discipline. Comment y contribuer ? Le Cléo propose donc plutôt une non-conférence. Une non-conférence « générée par l’utilisateur ». Nous souhaitons développer un THATCamp. The Humanities and Technology Camp a été inventé pour porter le modèle du Camp, de la non-conférence, dans le domaine des Digital humanities. Il aura lieu le 18 et 19 mai à Paris. L’événement doit être ouvert, très ouvert, communautaire. La modalité d’inscription et de création des ateliers est le wiki.  A noter parmi les ateliers proposés, celui sur Les archives orales et le Web.

Le lieu où se tiendra le Thatcamp est la péniche de la Balein blanche, dans le 13ème arrondissement de Paris. Pour s'y rendre : métro Quai de la gare (Ligne 6) ou Bibliothèque François Mitterrand (Ligne 14) . RER C ou D ; Bus 62, 64 et 89 mais aussi 83 (un peu plus loin).

Le wiki du Thatcamp pour s'inscrire : http://www.digitalhumanities.fr/wikis/tcp/index.php?title=Accueil

Le blog du Thatcamp pour se tenir au courant des évolutions de l'évènement : http://tcp.hypotheses.org/

L'affiche du Thatcamp à imprimer et diffuser : http://tcp.hypotheses.org/files/2010/04/THATCamp_A3DEF3op500t.jpg

Le programme : http://tcp.hypotheses.org/311

Les 14 ateliers prévus au cours de ces deux journées :

  • Les outils collaboratifs / Collaboration tools (Muriel Foulonneau, Frédéric Clavert)
  • Les archives de chercheurs : classification, archivage et dissémination… quelles méthodes pour promouvoir les formats ouverts et libres? / Researchers’ archives: classification, archiving and dissemination… how to promote free and open formats? (Richard Walter)
  • Le chercheur et la diffusion de ses sources : nécessités, risques, contraintes, reconnaissances? / The researcher and the distribution of his or her sources: necessities, risks, pressures, and acknowledgements (Marin Dacos)
  • Enseignement supérieur et Digital Humanities : questions de formation, définitions d’un socle commun transdisciplinaire et des applications propres aux disciplines / Higher education and Digital humanities: training issues, defining a transdiciplinary foundation, and applications proper to specific disciplines (Corinne Welger-Barboza).
  • Fouille de données et Sciences Humaines ou Fouille de données en Sciences Humaines / Data Mining and Human Sciences or Data Mining for Human Sciences? (Julien Velcin)
  • Les fonds iconographiques numériques / Digital image archives (Stéphane Pouyllau)
  • Les SIG géo-historiques / Historical GIS (Jean-Luc Pinol et Claire-Charlotte Butez)
  • Les archives orales et le web / Oral testimonies and the web (Frédéric Clavert)
  • Qualité de l’information, maintien collaboratif des ontologies, infrastructure mutualisée : quel socle technologique pour les digital humanities ? / Information quality [assurance], collaborative maintenance of ontologies, and shared infrastructure: technological foundations for work in digital humanities (Damien Roussat)
  • Le défi du stockage collaboratif et cumulatif de l’information historique. Quelle modélisation pour l’information historique ? / The challenge of collaboratively modeling and storing historical information. Réflexions et discussion à partir de l’expérience du projet SyMoGIH (Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) (Francesco Beretta et Pierre Vernus)
  • L’archivage numérique à long terme, défis et solutions / Digital archival challenges and solutions (Sarah Faraud et Gautier Poupeau)
  • L’encodage TEI peut-il être délégué à des ingénieurs ou techniciens ? / TEI encoding (Emmanuelle Morlock-Gerstenkorn)
  • Analyse de données en ligne : quels intérêts et avenir pour les SHS ? / Analysis of online data: the benefits and future for human and social sciences (Stéphane Lamassé, Philippe Rygiel)
  • Les enjeux du numérique pour les jeunes chercheurs en SHS: visibilité, citabilité, pérennité… (Karim Hammou, Émilie Bremond)

Anticiper la gestion des sources orales de sa recherche : les enseignements du traitement du fonds Marceau Gast à la phonothèque de la MMSH

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO*, membre actif de l’IREMAM**, aujourd’hui retraité, Marceau Gast a laissé à la phonothèque des cartons de bandes et de cassettes : les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

La phonothèque, dans le traitement de ce fonds, se heurte à plusieurs difficultés. Tout d’abord, la qualité des supports conservés est très inégale : bandes et cassettes sont des supports anciens, parfois endommagés ou de mauvaise qualité, le tout restant cependant globalement audible. D’autre part (et surtout), la documentation transmise à la phonothèque par le chercheur est éparse, fragmentée, lacunaire. La contextualisation de chaque enregistrement s’avère être particulièrement difficile, d’autant plus que, dernière difficulté, les langues parlées, la tamahaq (touareg), l’arabe algérien et l’arabe yéménite, exigent que la phonothèque trouve des locuteurs pour comprendre le contenu des enquêtes.

Ce fonds est par conséquent un peu casse-tête mais c’est justement la raison qui en fait un bon support pour mesurer les enjeux et questions que peut soulever le traitement des sources orales de la recherche : pourquoi et comment la phonothèque appréhende-t-elle le traitement et la valorisation d’un fonds « hérité » comme l’est le fonds Marceau Gast ? Et quels enseignements en tirer quant à la manière dont un chercheur peut penser et anticiper l’usage d’une phonothèque dans la démarche de sa recherche en sciences humaines et sociales ?

Pourquoi traiter et valoriser le fonds Marceau Gast ?

Fonds Gast

Le fonds Gast : des supports hétéroclites

Marceau Gast a déposé entre 2004 et 2007 des cartons de bandes et de cassettes à la phonothèque. Ses attentes quant au traitement de son fonds de sources orales nous ont été plus ou moins clairement formulées. Marceau Gast a déposé afin tout d’abord d’assurer la pérennité de ces supports anciens et fragiles par une conservation dans un lieu adapté et proposant la sauvegarde numérique de ces sources. Au-delà de cet aspect matériel, il s’agit pour le chercheur de garder une trace visible de sa recherche voire de patrimonialiser ses sources à l’instar d’autres ethnologues comme Christian Bromberger qui a déposé son fonds sonore à la phonothèque. De manière plus ou moins consciente ou formulée, le chercheur dépose en effet des sources qui avaient jusque là le statut d’éléments informatifs dans le cadre de sa recherche afin qu’elles acquièrent presque la valeur de « documents-témoins » d’un patrimoine, avec le risque bien présent ici de décontextualiser ces archives et de perdre de vue le caractère construit de ces sources. Ainsi, au-delà de cette simple volonté de « garder une trace » ou de « faire trace », on peut se demander si Marceau Gast, en déposant ses sources, a envisagé de les voir écoutées, réétudiées, revisitées (donc son travail soumis à la critique) par d’autres chercheurs. L’ambivalence est bien présente pour ce fonds, comme pour d’autres issus de la recherche en sciences humaines et sociales.

Or, le traitement de ce fonds inédit pourrait présenter un réel intérêt scientifique. Dans la mesure tout d’abord où le terrain de Marceau Gast peut être revisité par d’autres chercheurs. Par ses thématiques, ce fonds peut intéresser en effet plusieurs disciplines. Dans une démarche comparatiste (diachronique), il peut intéresser l’ethnologue qui étudie aujourd’hui les sociétés berbère ou yéménite ; de même le géographe qui étudie systèmes agricoles et économies rurales ou qui travaille la question des calendriers agraires ou de l’alimentation dans la perspective de la géographie culturelle. Il peut interpeller l’historien qui travaille sur les techniques et savoir-faire agricoles ou encore sur l’histoire de la discipline ethnographique elle-même (l’évolution de ses pratiques, des manières de construire son terrain et ses sources..). Enfin la langue, les chants et traditions orales peuvent être une mine pour le linguiste, l’ethnomusicologue etc… Les possibilités de revisites sont donc nombreuses, dans la mesure notamment où ce fonds est assez riche (environ 150 heures en tout), cohérent dans ses thématiques et étalé dans le temps (enregistrements des années 1960 à 1980).

Le traitement numérique et la documentation de ce fonds présentent l’intérêt également de donner la possibilité à la communauté scientifique de retourner à la source des argumentations de Marceau Gast dans une démarche de vérification et de validation critique (comme il est courant de le faire pour des sources textuelles par exemple).

Dans un autre ordre d’idée, la praticabilité des outils numériques rend aujourd’hui l’usage et la découverte de ces sources orales beaucoup plus accessibles au grand public. La communauté scientifique en sciences humaines et sociales a donc intérêt à utiliser ces nouveaux outils, d’autant plus que la valorisation du « patrimoine culturel immatériel » (qui englobe les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » ou encore les « savoirs-faire liés à l’artisanat traditionnel ») est encouragée par l’UNESCO (dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003).

Les intérêts et objectifs du traitement du fonds sont de plusieurs ordres et doivent être définis. La procédure technique n’est alors pas compliquée à mettre en œuvre.

La procédure établie par la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH a mis en place une procédure maintenant bien rodée pour traiter un fonds d’archives sonores. Toutes les étapes sont reprises dans un ouvrage, le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (par Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou, en co-édition avec Modal. 2001) qui constitue aujourd’hui un document de référence. Le novice n’a donc pas à se poser de questions sur la procédure technique. Elle est établie et comporte plusieurs grandes étapes :

  • Réception et stockage du fonds : évaluation de l’état des enregistrements, signature des contrats avec le déposant,
  • Classement, numérisation (si besoin) à partir des supports originaux ; éventuellement traitement du son,
  • Documentation des enregistrements : une écoute précise doit permettre de dégager le sens principal, de repérer un certain nombre d’éléments thématiques et de dégager différents « temps » dans l’enquête (création de plages permettant de « feuilleter » le son). Des notices sont alors créées dans une base de données prenant en compte les standards internationaux d’indexation. Il est important à cette étape de trouver des locuteurs afin de renseigner les enregistrements en arabe et en tamahaq,
  • Gravure des cédés (d’archivage et de consultation),
  • Recherche des éléments de mise en contexte des enregistrements et de tout document pouvant « aider » la compréhension et la revisite de ce fonds. La difficulté documentaire est sans doute le principal « écueil » du fonds Gast.
  • Valorisation : édition d’un catalogue et mise en ligne des notices (accessibilité), travail avec les outils Web.
villages du djebel Harraz, Yémen

Villages du djebel Harraz, Yémen

La potentielle inquiétude des chercheurs vis-à-vis de ces données techniques et juridiques n’est donc pas fondée. La procédure est bien établie et le rôle de la phonothèque est justement de proposer des outils et un accompagnement technique au chercheur à toutes les étapes : depuis des conseils pour optimiser l’enregistrement des enquêtes et entretiens jusqu’à la valorisation ultérieure de ses sources. Par contre, comme le montrent les difficultés posées par certains fonds anciens comme le fonds Gast, il est bon que le chercheur pratiquant la source orale anticipe les questions de conservation et de valorisation futures. La procédure sera en effet plus simple, rapide et scientifiquement valable si le chercheur a pris soin de :

  • faire des enregistrements de bonne qualité (technique/méthodologique)
  • bien référencer, identifier au fur-et-à-mesure chaque enregistrement
  • garder tous les éléments qui ont permis de construire son terrain et ses sources (méthodes, problématique, contacts, notes de terrain…)

Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de sa propre recherche, d’oser le regard critique de la communauté scientifique. Il s’agit d’envisager l’intérêt que peuvent présenter ses enregistrements pour d’autres et d’appréhender l’enrichissement que supposent la revisite de son terrain, le dialogue, l’intertextualité. La technique n’est donc pas ici la difficulté. Celle-ci réside avant tout dans les choix scientifiques du chercheur et le travail éditorial de la phonothèque tout au long de la démarche de traitement et de valorisation.

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est d’abord s’interroger sur que conserver et comment le valoriser ?

Faut-il en effet tout garder et, si non, quels critères appliquer à cette sélection ? Répondre à cette question suppose, au-delà d’une évaluation de l’état matériel du fonds, de s’interroger sur le projet qui sous-tend la numérisation : quels sont ses buts scientifiques et éditoriaux ? Car il existe toujours une tension entre recherche d’exhaustivité (tout conserver) et approche sélective (mais partielle) d’un fonds. L’essentiel est, somme toute, de justifier ses choix. Dans ce but, une fiche d’évaluation a été établie pour le fonds Marceau Gast. Elle reprend dans sa structure les différents points suivants :

  • Supports: type, nombre, qualité, durée
  • Cotes et numéros d’enquête
  • Type de contrat passé avec l’informateur et le déposant
  • Description des enregistrements (localisation, date, thèmes)
  • Observations sur l’intérêt de la diffusion
  • Décision de numérisation et justification
  • Décision d’analyse et justification

"In the Sahara, man and camel" (between 1910 and 1915)

La démarche de la phonothèque consiste en effet à traiter un fonds dans sa globalité en essayant de comprendre sa cohérence. Cela passe par l’écoute attentive des enregistrements, la compréhension des documents, afin de pouvoir dégager des corpus (géographique, thématique), de sélectionner les documents selon leur qualité technique (sont-ils audibles ?), la qualité de leur contenu (s’agit-il d’enquêtes qui vont en profondeur ou d’une simple succession d’assertions ?), la cohérence du corpus etc…Ce travail n’a donc que peu à voir avec l’archivage d’un livre. Il ne se résume pas à la numérisation : du temps est nécessaire pour traiter un fonds. La fiche d’évaluation du fonds Gast est destinée à être lue par toute personne intéressée par ce fonds. Elle consigne et justifie l’ensemble des choix faits lors du traitement et de la valorisation du fonds, choix éditoriaux qui peuvent « forcer la lecture » du fonds et dont il faut garder trace.  Pour chaque fonds les questions vont être différentes et les réponses varier en fonction des caractéristiques scientifiques du fonds, de sa qualité, de sa cohérence, des attentes du déposant etc…

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est également se questionner sur le choix des bons outils. En effet, le paysage de la communication scientifique aujourd’hui s’enrichit de nouveaux espaces numériques. L’enjeu pour le chercheur est la visibilité de sa recherche au sein de réseaux autres que ceux des publications papier traditionnelles. Les outils étant nouveaux, il s’agit d’adopter plus massivement de nouveaux réflexes dans la gestion des sources de sa recherche (formats choisis, modes de conservation et de mise à disposition, citation…). Pour aider la communauté scientifique dans ses choix, s’est développée une nouvelle discipline, les digital humanities (ou « humanités numériques »), bien implantée dans la sphère anglo-saxonne, mais encore trop peu connue dans le milieu français de la recherche. Se situant à l’intersection de l’informatique et des sciences humaines et sociales, cette discipline regroupe informaticiens, éditeurs, documentalistes, webmasters etc… Son objet consiste à mettre en place de nouveaux outils numériques : des plateformes d’échanges, des bases de données ou encore de nouveaux formats d’édition etc.… dans le but d’accompagner la communauté scientifique dans la pratique de ces nouveaux espaces de communication. Le but général est de garantir l’interopérabilité et la pérennité des données numérique (choix des standards et formats). Le chercheur, en inscrivant son projet de recherche dans ces nouvelles pratiques numériques, s’ouvre ainsi à la mutualisation et au dialogue interdisciplinaire, dans le cadre d’un vaste réseau.

Penser l’usage d’une phonothèque dans la démarche de la recherche ce n’est pas s’arrêter à de possibles difficultés techniques ou juridiques : celles-ci sont à fortement relativiser. C’est avant tout faire des choix en fonction de la visibilité que l’on veut donner à sa recherche et de l’accessibilité que l’on veut donner aux sources de sa recherche. Cela pose la question au final de la conception que l’on a de la communauté scientifique et des outils de sa communication.  Dans ce processus scientifique, des structures comme la phonothèque de la MMSH sont là pour proposer avant tout un accompagnement technique et éditorial à toutes les étapes où le chercheur est aux prises avec ses sources orales. Les difficultés que pose la reprise du fonds de Marceau Gast montrent l’importance d’anticiper ces questions de conservation et de valorisation. Celles-ci peuvent paraître accessoires ou secondaires au moment où se fait la recherche mais, de cette anticipation, dépend cependant une part de la validité scientifique ultérieure que devra acquérir cette recherche au moment de sa communication.

* Pour des éléments d'historique du LAPMO (Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), on peut lire la nécrologie de Gabriel Camps rédigée par Marceau Gast: Marceau Gast, « Gabriel Camps », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 12 février 2010. URL : http://pm.revues.org/index288.html

** Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Ce billet est une synthèse de la conférence donnée par Laure Principaud lors de la journée qui a eut lieu à Grenoble le 27 janvier 2010 sous le titre L'histoire orale : regards croisés et décalés – France, Brésil, Europe, programme : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html ; à propos de cette conférence, lire aussi Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010 (billet du 7 janvier 2010) : http://phonotheque.hypotheses.org/2541

Crédits photographiques: cartons du fonds Marceau Gast et vue du djebel Harraz, Yémen (2006): Laure Principaud ; "In the Sahara, man and camel" (between 1910 and 1915), George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restrictions de copyright connues:http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2349964682/

l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Quel est ce bruit au fond de la bibliothèque ?

En ce moment se déroule à Fréjus, une école thématique du CNRS sur le thème de la  préservation et diffusion numériques des sources de la recherche en sciences humaines et sociales. Ce sont les Centres nationaux de ressources numériques du CNRS qui sont à l’origine de cette formation (TELMA, CRDO, CN2SV CRHST) soutenue par le TGE Adonis. Impossible de résumer en quelques lignes ce qui s’y passe, vous trouverez toutes les informations sur le wiki de l’école et sur les signets partagés développés au fil de la semaine. J'aimerais simplement vous faire partager l'intervention riche et originale de Lou Burnard qui a ouvert la réflexion sur les "humanités numériques" avec un très joli titre Getting over the page*.

Quel est ce bruit qu'on entend au fond de la bibliothèque ? s'interroge-t-il...  C'est le chuchotement des livres qui se parlent. Lou Burnard les a entendu dire que la numérisation n'est pas un simple acte technique (tiens, j'ai déjà lu ça quelque part il y a déjà longtemps) et que si elle permet de lire, annoter, faire des liens, elle encourage aussi les livres à se parler entre eux. Ils se parlent d'autant mieux que la numérisation est aujourd'hui irrévocable et que  l'infrastructure de connaissance est désormais largement numérisée. Lou Burnard a parcouru pour nous la brève histoire héroïque des digital humanities commencée à l'aube de ces temps improbables où le courriel n'existait pas et parcourue d'aventures les plus folles, de la carte perforée au XML. Pour nous faire comprendre tous les enjeux du text encoding initiative, il nous a présenté quelques projets dont il a suivi les évolutions, insistant sur le fait que pour encoder un texte il faut savoir, avant, le décoder. Le cas du Lexicon of greek personal names est assez exemplaire. Ce Who's who de la Grèce antique a été créé au début des années 1970 pour tranquillement arriver au 21e siècle sans perte d'information, passant d'une application à une autre, toujours plus performante, intégrant au passage les travaux d'autres communautés comme Pleiades ou Aphrodidias. Sa réflexion sur les textes numériques devenus bien commun comme l'air qu'on respire et son appel à la convergence m'ont rappelé les idées d'Hervé le Crosnier, sans l'évocation inquiétante du contrôle de l’usage par les propriétaires des contenus... Son appel - en conclusion- à la communauté scientifique de participer au web sémantique se voulait encourageant.

* Définition sur le dictionnaire en ligne Worldreference du verbe "to get over" : http://www.wordreference.com/enfr/to+Get+over

  1. traverser (stream, bridge); passer au-dessus de (wall);
  2. se remettre de (illness, shock); I can't ~ over it (amazed) je n'en reviens pas;
  3. surmonter (problem);to ~ sth over with en finir avec qch.
Crédits photographiques :
Collection Adolph B. Rice Studio, février 1956, issu de la . Library of VirginiaNo known restrictions on publication. http://flickr.com/photos/library_of_virginia/2899334394/