Archives par mot-clé : digital humanities

Un accès exceptionnel aux archives de l’Ina à la médiathèque de la MMSH

Dans le cadre du Master 1 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques », j’ai eu l’occasion de découvrir et de travailler autour des Postes de Consultation Multimédia de l’Institut national de l’audiovisuel. Depuis janvier 2016, deux PCM sont disponibles à la médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Ils offrent un accès exceptionnel aux archives du patrimoine audiovisuel français. Le 27 juin 2016, la journée de découverte « Visual Studies et Méditerranée »1 a officiellement inauguré ces PCM. Les interventions des chercheurs et des professionnels du monde de l’audiovisuel ainsi que l’atelier pratique ont permis de décliner les usages des PCM. Cette rencontre met en perspective l’exploitation du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en Sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de Un accès exceptionnel aux archives de l’Ina à la médiathèque de la MMSH

  1. Les Visual Studies sont un courant de recherche apparu au début des années1990, qui englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels. Pour en savoir plus : http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-Visual-Studies/definition.htm [] []

Humanités numériques en Tunisie

Dans le cadre du cycle de conférences sur les Digital Humanities en Méditerranée de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme  – MMSH1 le 17 juin 2016 a été consacré à la Tunisie. La matinée organisée en 4 temps a été retransmise en visio conférence avec l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès (Tunisie) : après une brève introduction Nicole El Ajmi-Granet 2 a présenté les deux conférenciers, Hédi Jallab, directeur des archives nationales de Tunisie, et Kmar Bendana, historienne à l’Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine – ISHTC qui sont intervenus puis un débat s’est s’installé avec le public d’Aix-en-Provence et de Gabès.

En introduction, Nicole El Ajmi-Granet  a présenté le service où elle travaille actuellement, qui rassemble des collections de niveau recherche sur l’histoire de la colonisation française et l’histoire de la Méditerranée arabo-musulmane à l’époque ottomane :

Depuis Gabès, Olfa Njima, la directrice de l’Institut Supérieur des Arts et Métiers, a salué l’auditoire, exprimant son intérêt pour cette première visioconférence sur un sujet comme les humanités numériques pour lequel les étudiants tunisiens ont beaucoup d’attentes en terme de formation, espérant que de tels échanges pourront se renouveler :

Hédi Jallab, directeur des Archives nationales de Tunisie (ANT), a présenté son institution et la méthodologie impulsée depuis la révolution tunisienne avec un focus sur le nouveau projet numérique. Un portail permettra bientôt de rechercher en ligne tous les documents numérisés ces dernières années par les ANT :

Kmar Bendana, historienne à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie contemporaine – ISHTC3. Insistant sur l’importance de la place des historiens et des des enseignants dans une société en révolution, elle a présenté son carnet de recherche et le livre qui en est issu  :

Un débat extrêmement riche entre les intervenants, les participants aixois et gabésiens a suivi chacune des conférences, avec la conviction profonde que de tels échanges devaient pouvoir continuer à se faire.

27719550341_fefb590c94_z

Billet rédigé par Enzo di Marzo (Master1, métier des archives des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques) et Elliott Tregan (stage de 2de au lycée Thiers).

Cite this article / Citer ce billet : Enzo di Marzo et Elliott Tregan « Humanités numériques en Tunisie, » in Les carnets de la phonothèque, 19 juillet 2016, https://phonotheque.hypotheses.org/19704.

Crédits photographiques : image à la une prise d’une mosaïque romaine du musée national du Bardo (Tunisie) représentant Virgile – domaine public, photographie de la salle où s’est tenue la conférence avec la retransmission vers Gabès, photographie d’Eliott Tregan, CC-BY.

  1. Ces conférences sont organisées par le LabexMed et le Pôle image/son pratiques du numérique en SHS depuis 2014 dans l’objectif est de mieux connaître l’évolution des usages du numérique dans la recherche sur l’aire méditerranéenne []
  2. Responsable du pôle histoire, des études Moyen Orientales et du Cadist – Centre d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique SCD AMU []
  3. L’ISHTC est affilié à l’université de la Manouba et relève du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, son actuel directeur est Faouzi Mahfoudh, historien, l’institut tunisien cherche à promouvoir l’enseignement et la recherche sur l’histoire du mouvement national Tunisien []

Une matinée sur les humanités numériques en Tunisie le 17 juin 2016 à la MMSH

En collaboration avec le LabexMed et le Pôle image/son pratiques du numérique en SHS, un cycle de conférences sur les Digital Humanities en Méditerranée a été entamé en 2014 avec l’objectif est de mieux connaître l’évolution des usages du numérique dans la recherche sur l’aire méditerranéenne. Après les DH en Espagne puis en Grèce, cette année l’atelier portera sur la Tunisie et se tiendra le 17 juin 2016. Il se déroulera sous forme de discussion entre Hédi Jallab (directeur des archives nationales du Tunisie) et Kmar Bendana, (Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie contemporaine /Université de La Manouba). Les intervenants seront présentés par Nicole El Ajmi-Granet (responsable du Pôle Histoire , des études moyen-orientales et du Cadist – SCD AMU) .

Les Archives nationales de Tunisie : des traditions solides, des ambitions légitimes. Par M. Hédi Jallab (directeur des archives nationales du Tunisie)

Crées en 1874, avant l’établissement du protectorat Français, les Archives Nationales de Tunisie ont une longue histoire et de solides traditions dans la gestion des papiers de l’Etat. Depuis le 02 aout 1988 les Archives nationales ont pour mission de veiller sur la bonne application du système national de gestion des documents et d’archives. Placée sous la tutelle du Présidence du Gouvernement, cette institution œuvre avec les services de gestion de documents et d’archives aux différents ministères et administrations publiques pour la bonne gestion des documents à travers les étapes de leur cycle de vie : dés leur création jusqu’à l’élimination ou la conservation définitive. Elle conserve les documents à valeur historique ou scientifique, organise leur communication au public en tant que source de recherche et une partie intégrante du patrimoine national. Les Archives Nationales se mettent au diapason des nouvelles technologies de l’information et de la communication par la mise en ligne d’un site web dynamique présentant l’activité de l’institution, ses missions et attributions, les textes juridiques qui organisent le domaine ainsi que les différents fonds qui y sont conservés. Les références relatives à ces fonds sont enregistrées dans deux bases de données bilingues consultables en ligne. Un effort de micro filmage et de numérisation est assuré depuis quelques années. Les Archives Nationales assurent également la présidence du comité national pour les documents électroniques institué par arrêté du 1er ministre en date du 14 janvier 2004. Ce comité a pour mission de mettre en place une stratégie nationale de gestion et d’archivage de ces documents selon les normes internationales de création, d’identification, d’utilisation et de leur conservation à long terme.

Kmar Bendana (Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine, université de la Manouba) :  Autour de l’usage du blogging scientifique d’une historienne tunisienne, dans le contexte post-2011. Comment les Digital Humanities entrent-elles en résonance avec les besoins des chercheurs dans un environnement politique qui bouscule les formes et supports du questionnement scientifique ? La « découverte » de ce mode de communication s’avère en phase avec les possibilités et les besoins d’échange qui s’ouvrent après 2011. La rigidité des formes de communication et le manque d’espaces de débat confèrent à l’outil une utilité immédiate qui permet à son utilisatrice d’expérimenter un ton nouveau, de toucher un lectorat plus large et de questionner sa discipline, l’histoire, en relation avec le présent observé.

Quelques références pour préparer la séance :

– HCTC, Histoire culturelle de la Tunisie contemporaine (carnet de recherche) : http://hctc.hypotheses.org/

– Kmar Bendana à La Fabrique de l’histoire, émission « L’histoire à l’ère du numérique » : http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire/l-histoire-l-ere-du-numerique

– « Libre accès et communication scientifique directe : retours croisés sur une expérience de blog en contexte tunisien », Kmar Bendana et Delphine Cavallo, in Libre accès et recherche scientifique : vers de nouvelles valeurs, actes de la Conférence internationale sur le libre accès (Tunis, 2014), pp. 188-203 : http://icoa2014.sciencesconf.org/37942/document

L’atelier est gratuit et ouvert à tou-te-s merci de remplir le formulaire en ligne pour vous inscrire.

Cet atelier sera retransmis par visioconférence en Tunisie, à l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès : http://www.isamgb.rnu.tn

 

Crédits photographiques : image extraite d’un ouvrage de la  British Library : Tunis. Land und Leute geschildert… comportant  40 Illustrations. La photographie « à la une  » est prise page 8 et date de 1882 (domaine public).

La phonothèque de la MMSH au Forum Méditerranée le 18 mars 2016

Le 18 mars 2016 à 14h, l’équipe de la phonothèque sera présente au Forum de la Méditerranée, qui se tiendra à Marseille du 17 au 19 mars à la Villa Méditerranée et au MuCEM.
Ce forum des études méditerranéenne est piloté par le LabexMed, en collaboration avec les labex ArcHiMedE, OT-Med et Resmed, et en partenariat avec le MuCEM. Il a pour but de présenter les projets développés par les laboratoires d’excellence dans le champ des sciences humaines et sociales avec un focus sur la Méditerranée.

Le forum s’organise en 8 sessions thématiques déclinées ainsi :
Session 1 – Systèmes productifs, circulations,interdépendances, évolutions
Session 2 – États, droits, appartenances
Session 3-1 – Humanités numériques et Méditerranée – Espace
Session 3-2 – Humanités numériques et Méditerranée – textes et archives
Session 4 – Patrimoines : enjeux, pratiques,représentations
Session 5-1 – Religions et pratiques sociales –Espaces sacrés et rites : archéologie,production et transmission
Session 5-2 – Religions et pratiques sociales –sources écrites : interprétations et controverses
Session 6 – Savoirs et langages
Session 7-1 – Environnement, sociétés,territoires – Vulnérabilité et transformations environnementales
Session 7-2 – Environnement, sociétés,territoires – Étude des écosystèmes
Session 8 – Exposer la Méditerranée :recherches et musée

La communication de la phonothèque s’inscrira dans le cadre de la session 3-2 : « Humanités numériques et Méditerranée – Textes et archives » qui se tiendra le Vendredi 18 mars 2016, 14h00-17h00 (Villa Méditerranée, salle 1). Elle représentera le LabexMed en mettant à l’honneur le corpus sonore des “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922” à travers une communication intitulée “La catastrophe d’Asie-Mineure : usages scientifiques et mémoriels d’un corpus d’archives sonores” et présentée par Véronique Ginouvès, Ariane Néroulidis et Hélène Loukou.

Milad Doueihi (Université    Paris    Sorbonne – Université    de    Laval) sera le modérateur de cette séquence de l’après-midi, riche en présentation de projets numériques :

  • Robert Alessi (Orient    &    Méditerranée / Resmed) Réalisation    en xml d’un lexique grec-arabe-grec ;
  • Didier Alexandre (Université     Paris-Sorbonne / Obvil) : Mesures  de  la Méditerranée dans les corpus littéraires français (1750-1950) ;
  • Sébastien Biston-Moulin (CFEETK / ArcHiMedE) : Le     projet     Karnak : Système d’Indexation des  textes hiéroglyphiques ;
  • Muriel Debié (IRHT / Resmed)) : Voyager dans les manuscrits    syriaques  de  la Méditerranée orientale hier et aujourd’hui :    disciplines de l’érudition et humanités numériques.
  • Véronique Ginouvès, ArianeNéroulidis, Hélène-Giorgiana Loukou (USR 3125 / LabexMed) : La catastrophe de  Smyrne : usages    scientifiques et  mémoriels d’un corpus d’archives    sonores ;
  • Isabelle Régen (ASM / ArcHiMedE), OlivierOnézime et Gaël Pollin (IFAO / ArcHiMedE) : Apports de la photogrammétrie à la documentation des monuments pharaoniques : le cas de la tombe-bibliothèque du prêtre Padiaménopé (Thèbes, 7es. av. J-Chr.) ;
  • Frédéric Servajean (ASM / ArcHiMedE) : VÉgA : vers une pratique    collaborative    de    la    lexicographie à l’ère du numérique ;
  • Daniel Stoekl Ben Ezra (Orient & Méditerranée / Resmed) : CT-Mishna : un    projet    d’édition    numérique    d’un texte    juridique de l’Empire romain.

Retrouvez le programme intégral (en PDF) et le résumé des communications (également en PDF) sur le site officiel de l’événement.

Crédits photographiques : Vue en reflet du MuCEM, Ariane Néroulidis, janvier 2016, CC BY NC

Autour des humanités numériques à Aix-Marseille Université

Où en est-on à l’AMU en matière d’humanités numériques?

Le 26 novembre 2015, une matinée a été organisée, dans la continuité d’un atelier qui avait eu lieu le 12 décembre 2014 sur les questions des “Données en SHS : production, entrepôt, diffusion”.

L’objectif de cette seconde journée était double : permettre aux acteurs des  humanités numériques à AMU de se rencontrer et de se connaître, mais aussi  présenter les activités de l’université de Pise (Italie) où a été créé un Master orienté vers les digital humanities.  En effet, un des projets de l’organisateur de ces rencontres, le PR2I1 Humanités d’AMU,  est de mettre en place un enseignement spécialisé dans ce domaine au sein d’AMU.   Autour de ces questions, la matinée – en présence de Sophie Bouffier, directrice de la MMSH – était animée  par Philippe Blache, directeur du laboratoire Parole et langage (LPL) et Patrice Bellot (Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes – LSIS) / OpenEdition). Alessandro Lenci2 invité par le PR2I pour représenter l’Université de Pise . Trois grands axes ont structuré les présentations :
1/ Les différentes initiatives existantes dans le domaine des Humanités numériques par différents acteurs au sein d’AMU ;
2/ La présentation du cursus Humanités numériques à l’Université de Pise par le professeur Alessandro Lenci ;
3/ Les perspectives à AMU en termes de recherche et de formation dans le domaine des Humanités numériques.

Après une brève introduction de Philippe Blache sur la nécessité de développer les Humanités numériques au sein de l’université, Patrice Bellot  a fait une rapide présentation d’un l’acteur central dans le domaine au CNRS, la TGIR Huma-Num, et de ses services.  Puis ont été présentés les  projets émanant de différentes structures et laboratoires de recherche de l’AMU :

*le LEST (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail)
a présenté deux associations : l’AIM (Association Information et Management) et l’AGeCSO (Association pour la Gestion des Connaissances dans la Société et les Organisations)

* le LID2MS (Laboratoires interdisciplinaires de droit, des médias et des mutations sociales) a mis en avant ses deux missions : réfléchir aux conséquences du développement du numérique sur les savoirs juridiques et accompagner la création et la connaissance des normes juridiques susceptibles d’encadrer les Humanités numériques

* TELEMME (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée) a présenté la base de données d’Ex-Voto provençaux réalisée par Eric Carroll à partir du fonds iconographique issue de la recherche de Bernard Cousin.

* ArkeoGis  Système d’Information Géographique (SIG) pour mutualiser les données géolocalisées de l’archéologie et de la géographie a été présenté par Loup Bernard (MSHA).

* Abdelmajid Arrif (USR 3125) a présenté le projet en cours de réalisation CINUMED (Cité Numérique de la Méditerranée), un  portail de ressources numériques fédérées en SHS sur la Méditerranée

* Bernard Bel a présenté SLDR (Speech and Language Data Repository), développé dans le cadre d’ORTOLANG (Outils et Ressources pour un Traitement Optimisé de la LANGue), exemple de mutualisation et archivage des données de la recherche

* Judith Hannoun (Maison Asie Pacifique) a présenté ODSAS (Online Digital Sources and Annotation System), une plateforme d’archivage et d’annotation utilisée par le CREDO, Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie

* La Sonothèque « Sons du Sud » est développé au sein du département SATIS (formations aux métiers de l’image et du son). Elle propose une base de données à destination des professionnels du secteur de l’audiovisuel, constituée d’ambiances sonores du bassin méditerranéen

* Au sein de PsyCLE (Centre de Recherche en Psychologie de la Connaissance, du Langage et de l’Émotion), UserLab : laboratoire d’analyse de l’utilisabilité et des usages des nouvelles technologies, étude instrumentée des activités collectives

* L’équipe de la phonothèque de la MMSH (représentée par Ariane Néroulidis et Marine Soubrié) a présenté la valorisation de ses archives sonores de la recherche à travers différentes plateformes : Isidore, Calames et Europeana sounds, rendue possible grâce à l’interopérabilité de sa base de données Ganoub. En terminant sur la question de l’archivage sur le long terme des données de la recherche par le CINES.

* Enfin l’archivage du web a été abordé à travers un sujet de thèse (soutenue le 12 décembre 2015), présentée en moins de 180 secondes ! – par Sophie Gebeil du laboratoire TELEMME sur « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web ».

Le diaporama de la présentation de la phonothèque est disponible ci-dessous :

Dans un second temps a été abordé le sujet de la formation dans le domaine des humanités Numériques à travers l’exemple de l’Université de Pise, représentée par Alessandro Lenci . Depuis 2002, le département de Philologie, littérature et linguistique, en collaboration avec le département d’informatique, propose un cursus axé sur les Digital Humanities : Informatica Umanistica.

Il propose une Licence en tronc commun et un Master donnant le choix parmi 4 parcours :
Edition électronique
Graphisme, interactivité, environnements virtuels
Knowledge management
Technologie du langage

La présentation d’Alessendro Lenci est acessible en ligne.

Ce billet est l’occasion de présenter également un nouveau master de l’Université d’Aix-Marseille tourné vers les Humanités avec une orientation différente par rapport au cursus proposé par l’université de Pise puisqu’il est tourné vers les métiers de l’information. En effet,  le master métiers des archives et des bibliothèques et médiation de l’histoire et humanités numériques propose une formation à la gestion des outils documentaires, des matériaux historiques et des sources utiles à l’historien. Ce master fait le pari de la convergence des métiers de l’information et de leur orientation vers les humanités numériques et et la médiation. La formation est conçue en partenariat étroit avec des professionnels des collectivités locales impliqués dans des missions culturelles (musées, bibliothèques, centres d’archives, acteurs des médias, etc.) permettant l’acquisition des savoirs par des cours théoriques mais aussi une professionnalisation grâce à des stages en situation et des apprentissages techniques.

D’autres formations diplômantes orientées vers les Digital Humanities pourraient être bientôt créées au sein d’Aix-Marseille Université. D’autres réunions seront organisées pour réfléchir à ces futurs enseignements et les organiser.

Crédits photographiques : 
Tyne & Wear Archives & Museums, Office workers in the 1970’s. https://www.flickr.com/photos/twm_news/9717154582/. Pas de restrictions de droits. 

  1. Les Pôles de Recherche Interdisciplinaire et intersectoriels PR2I ont été mis en place à AMU pour promouvoir la transdisciplinarité au sein de l’université []
  2. Alessendro Lenci est  professeur agrégé au département de philologie, littérature et linguistique de l’Université de Pise et directeur du  Laboratoire :  linguistique et informatique (CoLing Lab). Il est également chercheur associé de l’Istituto di Linguistica Computationale du CNR (ILC- CNR) à Pise et un membre de l’ILC au Dylan Lab-CNR. []

Compte-rendu de la formation ANF Huma-Num 2015

La TGIR Huma-Num organise et soutient différentes actions de formation autour des Digital Humanities dont des Actions de Formation Nationale (ANF). En 2014, une ANF avait été organisée par Huma-Num autour du thème du Web sémantique (voir le programme). Cette année c’est l’interopérabilité qui a été au cœur des discussions à travers la problématique suivante : “Gérer les données de la recherche : de la création à l’interopérabilité”.

Cette formation a eu lieu à Fréjus du 21 au 25 septembre 2015. Voir le programme détaillé.

Qu’est-ce que la TGIR Huma Num ? Cette très grande infrastructure de recherche est avant tout un ensemble de services destinés à mieux gérer les données de la recherche : afin de stocker, traiter, diffuser, archiver, signaler et exposer ces données.

Alors que la plateforme d’accès Isidore offre un signalement des documents et données numériques en SHS via le processus de moissonnage, l’outil de Nakala permet une exposition des données par les producteurs de données. L’occasion pour Huma-Num de présenter son nouveau service destiné à éditorialiser ces données sous forme d’un “pack bibliothèque numérique” intégrant le logiciel de gestion OMEKA1 à Nakala.

Cette session 2015 a permis la présentation du nouveau directeur d’Huma-Num, Olivier Baude, qui depuis le 1e septembre remplace Marc Renneville.

La conférence inaugurale a été portée par Valérie Tesnière, directrice de la BDIC2, qui a proposé une mise en perspective des professionnels de l’IST impliqués dans l’interopérabilité et pris dans un véritable tournant numérique.

Durant cette formation aux aspects techniques, il a été question de standards (DC, EAD, IPTC…) et de syntaxe d’écriture (XML, RDF, JSON), de  protocole OAI-PMH, de formats de fichier pérennes3 et d’outils permettant de les identifier (DROID, JHOVE, Facile…), de référentiels (IdRef, VIAF, ISNI…) d’identifiants uniques (Purl, Handle, DOI, ARK) et de Web des données : des triplets RDF à l’interrogation SPARQL, en passant par le modèle de données SKOS4

Des retours d’expériences variés ont été partagées : développement de l’application mobile Isidore par Adrien Desseigne, élaboration de bonnes pratiques pour l’encodage des textes en TEI par Vincent Jolivet dans le cadre du consortium CAHIER5, exploitation des données de data.bnf par Philippe Glorieux, membre du Labex OBVIL6. Véronique Ginouvès a présenté des exemples de pratiques d‘interopérabilité au sein d’une phonothèque de recherche.

 

La conclusion de cette semaine  a été menée par Nicolas Larousse et Stéphane Pouyllau sur l’évolution des données et des métadonnées dans la sauvegarde, en soulignant le besoin de documenter le plus possible la donnée. Les services proposés par Huma-Num doivent permettre de répondre à ces impératifs, tout en anticipant  “les ruptures de charge” pour éviter les risques de perte de données et d’incompatibilité des formats dans le processus de transfert des données, du stockage vers l’archivage sur le long terme.

À la fin de ces quelques jours de formation, les stagiaires étaient sensibilisés aux différents aspects de l’interopérabilité grâce à quelques règles à suivre dans le cadre d’un programme de recherche, à savoir :  décrire les métadonnées et savoir anticiper sur sa localisation et son stockage,  choisir les bons formats et  standards à suivre pour préparer le dépôt des données dans les structures adaptées comme le CINES7 et enfin définir et comprendre la complexité des métadonnées qui peuvent être indexées par couches sémantiques.

Pour suivre le fil Twitter #interop2015

Vous pouvez lire  d’autres comptes-rendus sur les Carnets d’Hypothèse :

Alambic numérique – Le blog de la bibliothèque numérique de Clermont-Ferrand

Consortium Archives des Mondes Contemporains – Inventaires et documents numériques

 Crédits photographiques : Ouverture de la semaine de formation ANF-Huma-Num, le 21 spetembre 2015, Fréjus. Photographie de Marine Soubrié. Pas de restrictions de droits.

 

 

 

  1. Omeka est un logiciel Open Source qui se situe à l’intersection entre des systèmes de gestion de contenu web (CMS) comme Drupal ou WordPress, des systèmes de gestion d’archives comme Fedora ou Dspace et des systèmes de gestion de musées tels que TME ou KE Emu. []
  2. Un atelier sur les outils numériques de la BDIC sera proposé le 16 novembre 2015 par le Labexmed []
  3. Voir le Référentiel Général d’Intéropérabilité (RGI) produit par le Système d’Information de l’Etat []
  4. Simple Knowledge Organisation System []
  5. Corpus d’auteurs pour les humanités : informatisation, édition, recherche []
  6. Lien vers son Carnet de recherche []
  7. Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur []

Données de la recherche : de la création à l’interopérabilité (Fréjus, septembre 2015)

Pour les 25 ans du Web, la TGIR Huma-Num se propose de faire le point sur les questions de l’interopérabilité sur l’angle du Web sémantique pour la recherche en SHS. Au cours d’une semaine où plusieurs communautés de SHS seront présentes, il s’agira d’éclairer les enjeux de ce mouvement collaboratif dans sa dimension d’innovation et dans les interactions qu’il crée entre chercheurs, documentalistes, informaticiens, archivistes, bibliothécaires qui sont au cœur du mouvement des humanités numériques. Du 21 au 25 septembre à Fréjus (villa Clythia), l’équipe pédagogique d’Huma-Num a la volonté d’amener les stagiaires à appréhender ces technologies en présentant différentes réalisations, des ateliers et de présentations plénières sous le titre « Gérer les données de la recherche : de la création à l’interopérabilité « .

Programme

Lundi 21 septembre 2015 à partir de 12 heures : accueil des participants

Après-midi
Présentation de la TGIR Huma-Num et mise en perspective de la formation par Olivier Baude, Directeur de la TGIR.
Conférence inaugurale : Interopérabilité numérique en action : retours d’expériences et questions de méthode Intervenante : Valérie Tesnière (Directrice de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine)

Mardi 22 septembre 2015

Matin
Documenter les données : pourquoi, comment, et retours d’expériences Exposé suivi d’un atelier pratique Intervenante : Catherine Morel-Pair (Inist-CNRS)

Après-midi
Exploiter l’interopérabilité des données en SHS : retour d’expérience sur le développement de la version mobile d’Isidore Intervenant : Adrien Desseigne (Huma-Num)
Retour expériences sur la normalisation des données, qualité, bonnes pratiques Intervenants :
– Frédéric Glorieux et Vincent Jolivet (Labex OBNIL – Paris-Sorbonne/UPMC), Projet Web OAI
– Véronique Ginouvès (MMSH), Diffuser et valoriser les données de la recherche avec Calames, Europeana, Isidore et le Portail du patrimoine oral : l’exemple de la phonothèque de la MMSH.
Mercredi 23 septembre 2015
Matin
Quels formats de fichiers pour l’interopérabilité ? Intervenant: Alexandre Granier (CINES)
Atelier 1: remise en perspective avec les outils d’Huma-Num (Isidore et NAKALA).
Atelier 2 : vérifier un format ? Exemple avec l’outil FACILE Intervenants : Alexandre Granier (CINES) et Nicolas Larrousse (Huma-Num)

Après-midi libre pour les participants
17h30 : projection du film « L’usine en perspective » – Reconstitution virtuelle de patrimoines industriels, suivie d’un débat : l’interopérabilité : une démarche nécessaire pour faciliter l’échange autour d’un projet scientifique ?

Jeudi 24 septembre 2015

Matin
Les technologies de l’interopérabilité pour le partage et l’échange de données Intervenant : Thomas Francart (Société SPARNA – sparna.fr)

Après-midi Ateliers :
– Déposer des données dans NAKALA/ Métadonnées (OAI/RDFa/Microdata)
– Moissonnage avec OMEKA, PKP ou Isidore Intervenants : Adrien Desseigne, Nicolas Larrousse et Stéphane Pouyllau (Huma-Num)

Vendredi 25 septembre 2015

Matin
Conférence de clôture sur la place des vocabulaires et des référentiels pour l’ouverture des données. Intervenant : Jean Delahousse (Consultant – site web).

 

Crédits photographiques : SDASM Archives Follow Computer Catalog, vers 1950, San Diego Air and Space Museum Archive, pas de restrictions de droit connues.

Appel à communications : médiation des mémoires en ligne

Médiation des mémoires en ligne
Appel à communications sous la direction de Claire Scopsi et Rémy Besson
Intention de soumission : 30 septembre 2015

Depuis dix ans, l’ouverture de sites d’hébergement vidéo, tels que Youtube ou Dailymotion, donne une visibilité nouvelle aux entretiens filmés avec des acteurs et des témoins de l’histoire. De plus, d’autres formats audio-visuels : journaux intimes, parcours sonores, lettres filmées, expositions virtuelles d’objets ou de documents numérisés, ont émergé. Leur production est, en partie, rendue possible par la progressive démocratisation des outils de captation vidéo (caméras numériques, téléphones portables, tablettes, etc.) et des logiciels de montage (parfois fournis lors de l’achat du matériel). Ces technologies rendent, en effet, accessibles au plus grand nombre, dans un quasi continuum, l’opération de collecte d’images animées et de son, ainsi que leur valorisation en ligne. Traditionnellement produites par des institutions liées au patrimoine elles émanent aussi de plus en plus souvent de particuliers, d’associations d’amateurs ou de communautés (Boyd et Larson, 2014).

Le web permet ainsi de repérer des formats et des usages amateurs du souvenir individuel et de la mémoire sociale (Roussiau, 2002) qui restaient auparavant difficiles à identifier. Les films de famille et les vidéos privées circulaient, en effet, dans des cercles restreints. Mais, l’avènement de l’époque du numérique, a également eu un effet sur d’autres acteurs du champ mémoriel. Ainsi, les groupes de mémoires se sont approprié le web pour diffuser des capsules audiovisuelles afin de valoriser leurs points de vue. Jean-Barthélémi Debost a, par exemple, recensé près de deux cents actions de terrain se référant à la mémoire du quartier, de la ville, à l’identité collective, aux racines et à l’intégration. Les institutions (archives, musées, bibliothèques ou centres de ressources de collectivités locales) lancent, elles, des collectes de documents privés qu’elles numérisent1, en faisant parfois appel, pour cela, à la mémoire des collectionneurs et des internautes (Gellereau 2012, Casemajor-Loustau, 2011).

Des interfaces web, conçues par des professionnels ou des amateurs, ont vu le jour pour valoriser ces productions. Il s’agit parfois d’une simple diffusion sur un site d’hébergement, de blogs, de wikis, ou de conceptions spécifiques : des entrepôts d’archives ouvertes, des expositions virtuelles, des cartographies temporelles, des frises chronologiques ou encore des documentaires interactifs ou des œuvres numériques. Nous proposons de nommer ces formats émergents et hétérogènes des modes de médiation des mémoires en ligne. Dans le cadre de ce numéro, nous nous intéresserons particulièrement à ceux qui placent des images animées ou des sons en leur centre. Cependant, c’est bien l’articulation entre images animées et d’autres types de contenus (métadonnées écrites, annotations, enregistrements sonores, images fixes, animations, textes, etc.) qui sera questionné. En effet, sur le web les captations audiovisuelles de la mémoire ne sont plus considérées de manière isolées (comme lors de leur diffusion en salle ou à la télévision), mais dans un environnement médiatique pluriel ménageant des approches contributives ou interactives. A ce titre, les types d’articulation entre images animées et fichiers sonores sont particulièrement intéressants à scruter.

Les problématiques en jeu sont anciennes. Elles ont à voir avec la médiation de la parole et remontent ainsi, au moins, aux premières tentatives d’enregistrement de la voix sur un support médiatique par des chercheurs en sciences humaines durant le second dix-neuvième siècle. Elles sont ainsi liées à l’émergence de l’histoire orale (Descamps, 2005) et à l’histoire de l’oralité (Zumthor, 2008), voire de l’auralité. Ces problématiques renvoient aussi à la captation du mouvement. Elles sont en cela contemporaines des débuts du cinéma, puis, plus tard, du développement de l’anthropologie et de la sociologie visuelle (Maresca et Meyer, 2013 ou Chauvin et Reix, 2015). Elles ont également à voir avec les usages artistiques des ces captations filmées (intégration de celles-ci au théâtre et à l’art contemporaine, notamment, Jean Hurtsel et Armand Gatti) et à la figure de l’amateur (Odin, 1999). Enfin de tels objets interrogent la culture visuelle (Gunthert, 2014), la socio-sémiologie (Treleani, 2014), et plus largement les humanités numériques (Le Deuff, 2014).

Ce numéro des Cahiers du Numérique propose de questionner, à l’heure du numérique, l’évolution des pratiques professionnelles et amateur de collecte et de valorisation des mémoires filmées qu’elles concernent l’histoire contemporaine, la sociologie, l’anthropologie, l’ethnomusicologie ou encore l’action culturelle et l’intermédialité (liste non exhaustive). Les contributions, transdisciplinaires, éclaireront la manière dont le numérique conduit à reconsidérer les différentes étapes de cette mise en mémoire. Qu’est-ce qui change quant la valorisation des entretiens est à la portée du plus grand nombre ? Qu’est-ce qui évolue quand les récits mémoriels filmés sont intégrés à des plateformes plurimédia ? Quels usages sont fait de ces images par les individus, par les groupes de mémoires et par les institutions ? Est-ce que cela transforme la façon dont les communautés mobilisent le support mémoriel qu’est l’acteur de l’histoire filmé ? Quels matériaux pour l’histoire ou la sociologie peuvent être ainsi produits ? Cela n’est pas uniquement à interroger d’un point de vue technologique, mais aussi en termes de pratiques et d’usages artistiques, culturels et sociaux desdites technologies. Il s’agira ainsi, de se demander ce qui fait rupture au tournant du XXIème siècle, ainsi que ce qui relève de l’ordre de la continuité.

Axes de propositions possibles (liste non exhaustive)

Pour exemple, les contributions proposées pourront porter sur :

  • Des dispositifs socio-techniques de collecte ou de valorisation (archives ouvertes, scénographies muséales, pratiques d’amateurs).
  • Des interprétations sémiopragmatiques et/ou génétiques de corpus d’entretiens filmés créés au format numérique ou numérisés.
  • Des enjeux mémoriels qui se sont cristallisés autours d’usages artistiques, culturels ou sociaux des images animées partagées sur le web.
  • Des pratiques et usages amateurs de ces images animées portant sur la mémoire.
  • Des réflexions méthodologiques, épistémologiques ou historiographiques impliquant une prise en compte des effets de rupture et continuité impliquées par l’émergence de l’époque du numérique dans le domaine de la captation d’entretiens filmés avec des acteurs de l’histoire.

Comité de lecture du numéro

Calendrier

Intention de soumission :                                                       25/09/2015
Notification aux auteurs :                                                      10/10/2015
Date limite de soumission :                                                   20/12/2015
Date de notification d’acceptation aux auteurs :      1/02/2015
Date de la version finale :                                                       15/03/2016
Remise éditeur :                                                                            avril 2016
Parution du numéro spécial :                                                juin 2016

Recommandations aux auteurs

  • Les intentions de soumission (6000 caractères, espaces compris, plan et références bibliographiques non compris) sont à envoyer à Claire Scopsi : scopsi@cnam.fr avant le 25/09/2015. Elles doivent comporter prénom et nom, institution d’attache, adresse électronique, titre de l’article, 3 à 5 mots clefs. Elles seront envoyées en deux versions : 1 version PDF de référence et 1 version word ou odt modifiables pour permettre l’anonymisation. Les deux versions doivent être identiques.

Les articles font entre 20 à 25 pages (50 000 signes environ, espaces, notes de bas de page et bibliographie compris). Ils sont acceptés en français . Les soumissions seront envoyées en deux versions : 1 version PDF de référence et 1 version word ou odt modifiables pour permettre l’anonymisation. Les deux versions doivent être identiques.

  • les versions finales seront acceptées au format word.

Les soumissions seront évaluées en double aveugle.

Contact
Claire Scopsi (Maitre de Conférences, Dicen-Idf CNAM Paris) :claire.scopsi@cnam.fr
Rémy Besson (Postdoctorant à l’Université de Montréal):remybesson@gmail.com

Bibliographie indicative

Boyd, Douglas A. et Mary Larson (éd.), Oral history and digital humanities, New York, Palgrave Macmillan, 2014.

Casemajor Loustau, Nathalie, « La contribution triviale des amateurs sur le Web : quelle efficacité documentaire ? », Études de communication. Langages, information, médiations, 36, 2011, pp. 39–52.

Chauvin, Pierre-Marie, and Fabien Reix (dir.), « Sociologies visuelles. Histoire et pistes de recherche », L’Année sociologique, 65 (1), 2015, pp. 15–41.

Debost, Jean Barthélemi, Répertoire Analytique Des Actions de Terrain Travaillant L’histoire et/ou La Mémoire de Populations et/ou de Territoires, Association l’Entre Deux, 2003.

Descamps, Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone : De la constitution de la source orale à son exploitation, Vincennes: Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005, URL : https://books.openedition.org/igpde/104

Gellereau, Michèle, « Comprendre, interpréter et valoriser la mémoire des témoins et des collectionneurs d’objets des deux Guerres mondiales : synthèse des principaux résultats de l’étude TEMUSE 14-45 », TEMUSE 14-45. Valoriser la mémoire des témoins et des collectionneurs d’objets des deux Guerres mondiales, Médiation, communication et interprétation muséales en Nord-Pas de Calais et Flandre occidentale, septembre 2012, France, pp. 16-31, URL : http://hal.univ-lille3.fr/hal-00836401/document

Gunthert, André, « L’image conversationnelle », Etudes photographiques, 31, 2014, URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3387

Laurens, Stéphane et Roussiau, Nicolas, La mémoire sociale : identités et représentations sociales, Presses universitaires de Rennes, 2002.

Le Deuff, Olivier (dir.), Le Temps des humanités digitales, Editions FYP, 2014.

Maresca, Sylvain et Meyer, Michaël, Précis de photographie à l’usage des sociologues, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Odin, Roger, « La Question de L’amateur », Communications, 68 (1), 1999, pp. 47–89.

Treleani, Matteo, Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens ?, Presses de l’Université de Montréal, 2014, URL : http://orbilu.uni.lu/handle/10993/20006

 

Crédits photographiques de l’image à la une : Ray Vaughan filming at a Movietone event in Circular Quay, Sydney This photograph depicts a group of men and a film crew on board SS SIERRA. The photograph was taken in August 1929 at Circular Quay during the welcoming and celebrations of the arrival of Australia’s first Movietone News truck. The man standing behind the camera is a Sydney cameraman, Ray Vaughan, who had just spent time at Fox Studios in the US. The man standing second from the right is William Szarka of Stanmore, who was the Director of Hoyts Theatre in about 1932.Photographer: Samuel J. Hood Studio Collection. Australian National Maritime Museum. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Voir par exemple l’opération « La Grande Collecte » menée par la mission du Centenaire, la Bibliothèque nationale de France et le réseau des Archives de France en 2013 et 2014, URL : http://www.lagrandecollecte.fr []

Inquiétude sur le devenir des plateformes numériques : adieu à Crevilles.org

Cette année aurait pu être celle des 10 ans de Crevilles.org. Mais elle sera celle de sa fermeture, sans que l’on puisse trouver d’information  sur la ou les raisons de cet arrêt. Une recherche attentive montre simplement qu’Archives.org a cessé de la repérer sur sa Wayback machine en mars 2015.

Si vous avez travaillé à un moment donné sur les études urbaines, vous avez peut-être bénéficié des ressources mises en avant sur ce portail qui rassemblait tous types d’informations disponibles en ligne sur le domaine : textes, images, sons, vidéos. Partagé entre actualités et ressources, le site moissonnait également les publications récentes comme les textes classiques publiés dans ce champ de recherche et disponibles en texte intégral. Les documentalistes qui alimentaient le site, repéraient et sollicitaient les chercheurs dont les thèses sur le sujet était inaccessibles pour les numériser et les mettre en ligne1. Heureusement les inventeurs de Crevilles.org, sensibles à la question du libre accès, plaçaient toutes les numérisation sur HAL. Ainsi, les documents sont toujours accessibles sur la plateforme d’archives ouverte tandis que désormais, sur le site de Crevilles.org s’affiche ce message « Nous informons nos chers utilisateurs que la plate-forme continue à offrir des ressources, mais sans la partie actualité. ».

Le travail de fond sur l’actualité, le regroupement de données sur la thématique, la possibilité d’interroger de façon fine et avec des référentiels adéquats un sujet,  l’aboutissement des collaborations engagées… rien de tout cela ne subsiste. L’innovation technologique de Crevilles.org manquera également à la communauté scientifique : ce site est un des premiers portails thématiques a avoir connu cette ampleur. Conçu d’abord sur Joomla il a ensuite été transféré sur Omeka, un logiciel sur lequel nombre de projets sont développés aujourd’hui.

Pour les professionnels de l’information, il est surtout très inquiétant qu’un projet de cette envergure, qui recevait chaque mois quelques  8000 visiteurs , créé et financé par la recherche, l’université et soutenu par l’Europe et les collectivités locales2, puisse disparaître dans un si fracassant silence. Que cet outil, utile et utilisé, qui fournissait quelques 12 500 notices « Actualités » et 12 000 « Ressources »3 puisse disparaître du jour au lendemain n’augure rien de très bon pour la pérennité de nos projets numériques et nous donne une leçon sur la façon dont nous devons penser la longue durée. Aujourd’hui, ce billet veut garder une trace de ce projet et remercier  ceux qui l’ont créé. En ce début de 21ème siècle,  il a certainement inspiré plus d’un-e-s d’entre nous dans le monde de l’information.

La notice « Crevilles.org » sur la revue Aldébaran :  http://aldebaran.revues.org/6331

Ils utilisaient Crevilles.org (revue de presse très rapide, n’hésitez pas à me signaler d’autres billets à ajouter) :
Espace Temps
Ressources urbaines : un film réalisé par Crévilles.org (31 juillet 2008)
Le blog de la ville
Crévilles.org (20 mars 2008)
Le Cresson veille :
Photographies de villes en ligne (20 juillet 2009)
Les Carnets de la phonothèque :
Diffuser les données de la recherche en SHS : questions de droit et d’éthique (29 juin 2011)
Disseminating research resources and publications in the humanities and social sciences. Questions of rights and ethics (3 juillet 2011)
La Maison des sciences de l’homme de Tours observe la ville pour nous (19 mars 2009)
Rumor :
Les développements de Crévilles (8 janvier 2010)
Océrisation de thèses en études urbaines (8 janvier 2010)

Crédits photographiques : Downtown Core Area of Portland, after 7 P.M. on November 2 1973, During the State’s Energy Crisis with Few Commercial and Neon Lighting Displays. This Photo Looks Toward the West with the Willamette River in the Foreground 11/1973. The U.S. National Archives. No known copyright restrictions.

  1. Plus de 1000 thèses avaient été repérées et mises en ligne en libre accès et en texte intégral depuis la création du projet []
  2. Le CNRS, l’université François Rabelais, la MSH Val de Loire, la région Centre et le programme FEDER étaient les principaux financeurs du site []
  3. Ces informations statistiques nous ont été fournies par courriel par Pascal Garret, créateur et gestionnaire du site, en juin 2015. []

Humanités numériques en Méditerranée : la Grèce

Afin de poursuivre son tour des Digital Humanities en Méditerranée le LabexMed organise cette année un atelier le 10 juin 2015 portant sur les Digital Humanities en Méditerranée : la Grèce. Nous accueillerons Amaryllis Raouzaiou, chercheure au laboratoire « Image, Video and Multimedia Systems » de l’ICCS-NTUA (Institute of Communication and Computer Systems – National Technical University of Athens) à la MMSH (Aix en Provence) de 14h à 17h. Ses recherches portent sur le domaine des interactions homme-machine à la synthèse de la reconnaissance des expressions et de la communication non verbale. Elle est reviewer dans des revues internationales et membre de la Technical Chamber of Greece. Depuis 2000 elle a participé à plusieurs projets nationaux et internationaux, notamment du réseau d’excellence Human-Machine Interaction Network on Emotion. Elle est également membre de l’AAAC – The Association for the Advancement of Affective Computing.

Son exposé portera principalement sur :

– La situation de la numérisation des archives de la Grèce dans les domaines scientifiques et culturels: musées, sites archéologiques, institutions culturelles, cinéma, bibliothèques, télévision, tourisme ;
– La participation de la Grèce au sein du portail culturel Europeana ;
– Les initiatives numériques en Grèce et en particulier l’intérêt croissant du grand public sur des projets commeMemoro, les groupes pour l’histoire des quartiers, le blogging ou encore les groupes facebook ;
– La formation au sein des universités et desinstituts de recherche grecs ;
– Les axes de recherche du laboratoire Image, Video and Intelligent Multimedia Systemsde ICCS-NTUA.

Cette intervention sera également l’occasion de présenter différentes initiatives développées en Grèce sur le web.

L’atelier est libre et ouvert à tou-te-s merci de remplir le formulaire en ligne pour vous inscrire.

Cadre de la formation :

Les Humanités Numériques –Digital Humanities – se sont structurées avec l’intensification des usages des technologies numériques à tous les niveaux de la recherche en sciences humaines et sociales. LabexMed a pour objectif de promouvoir les Digital Humanities et la diffusion de nouvelles pratiques collaboratives dans le domaine des SHS dans les pays de l’Europe et de la Méditerranée en favorisant une large appropriation des outils et des standards du numérique ;  de partager, de mettre en réseau et de rendre accessibles les ressources documentaires des laboratoires partenaires. Dans le cadre du pôle “Humanités numériques” de LabexMed et du pôle ”Image, son et pratiques numériques en sciences humaines et sociales” de la MMSH. Le programme des Ateliers du Numérique pour l’automne 2015 sera prochainement disponible sur le carnet de LabexMed.

Crédit photographiques : Parthenon from Southeast Collection, A. D. White Architectural Photographs, Cornell University Library Accession Number: 15/5/3090.00611, Photograph date: ca. 1865-ca. 1889, Materials: albumen print Image: 6.7323 x 8.8976 in.; 17.1 x 22.6 cm. No known copyright restrictions.