Archives par mot-clé : disparition

Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR

Les projets numériques se multiplient mais comment  savoir s’il sera toujours possible d’y accéder sur le long terme ? En 2015 nous nous en inquiétions déjà avec l’arrêt brutal de Crevilles et depuis cet été c’est la plateforme MedMem, pourtant soutenue par une institution solide comme l’Ina,  qui ne répond plus :

Et si nous profitions de la nouvelle année pour tirer la leçon de cette inquiétante situation1 ? Continuer la lecture de Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR

  1. Il faudrait tenir le compte des disparitions des bases de données et autres projets en ligne, et vérifier où (et si) les données ont été récupérées sur un autre système. Ainsi depuis plusieurs mois maintenant – peut-être même depuis plus d’une année – le site e-corpus [http://www.e-corpus.org] où plusieurs centres de ressources académiques avaient placé leur données n’est plus accessible. Les liens renvoient la plupart du temps à des pages blanches… 10 références sont encore affichées à travers Isidore. []

#Freebasselday, 5ème anniversaire

Aujourd’hui cela fera 5 ans que Bassel Khartabil est en détention en Syrie. Ingénieur, défenseur du logiciel libre et contributeur au projet des Creatives Commons, Bassel a été enlevé sans raison particulière le 15 mars 2012. Il a été emprisonné, sans doute dans plusieurs établissements, et avec lui ont disparu quelques 65 000 syriens dans les geôles du régime qui a recours depuis 5 ans aux disparitions forcées1 . De Bassel, plus personne n’a entendu parler depuis plus d’un an.  L’habitude devient angoissante, désormais quatre billets dans ce carnet  s’insurgent contre cette détention, en 2013, 2014, 2015, 2016. Peu importe, le collectif de soutien de Bassel Khartabil est international et tenace. Cette année encore, prenez le temps de penser à lui, comme à l’un de vos proches, comme à une personne à laquelle vous tenez et qu’avec force vous souhaitez retrouver : Continuer la lecture de #Freebasselday, 5ème anniversaire

  1. Voir le documentaire « Disparus, la guerre invisible de Syrie », d’Etienne Huver et Sophie Nivelle-Cardinale, qui a reçu le 27 mai 2016 le prix Albert Londres dans la catégorie Audiovisuel []

Voyager sur les ailes d’une enquête

Finiels-Img1Lorsque j’étais enfant je regardais passer les avions. J’étais captivée par le fait que, là, derrière ce hublot si minuscule si loin de moi il y avait une autre personne bien réelle. Peut-être une petite fille comme moi, accompagnée d’une autre maman. Je me demandais si elle me verrait, ce qu’elle tenait à la main, quel était son jouet, la langue qu’elle parlait. Elle était là, sous mes yeux pendant quelques secondes. Au milieu de ces autres gens qui voyageaient avec elle, avec leur univers, leur vie, leur destin et leurs projets, leur passé. Tout cela me plongeait dans un rêve d’inconnu. Cet autre si proche de moi qui s’éloignait si vite me fascinait. Cette curiosité m’est restée, comme de connaître l’intime, le dévoiler pour le comprendre.

Fraissinet-de-Lozère_01La définition du voyeur dans le Littré ou le Larousse concerne un individu qui regarde, voit, assiste curieux mais sans participer. La démarche ethnographique s’en écarte du simple fait de l’échange qui se noue entre l’enquêteur et l’enquêté. Échange de confidences, de rires, d’humanité, de plaisirs, d’empathie comme en témoignent les enquêtes de Claudette Castell et Nicole Coulomb. Pendant leurs enquêtes, si elles se tiennent en retrait par souci de placer l’enquêté en posture principale, elles ne sont pas moins présentes, de toute leur humanité et de leur savoir être respectueux, curieux et attentif. Elles respectent leurs interlocuteurs jusque dans leurs restitutions fidèles et si vivantes. Ce que laissent ces enquêtes ? Au delà des connaissances culturelles sur un contexte, elles transmettent un formidable sentiment d’humanité commune. L’interviewé derrière la fenêtre n’est jamais le « sauvage » observé mais bien le « même », l’autre différent mais si proche, comme deux frères qui n’ont pas les mêmes yeux.

Marseille_Accoules

Ces deux dames ont connu, après leurs enquêtes ethnographiques, une carrière de documentaliste. Comme moi. Par souci de transmettre, de faire glisser le savoir d’une étagère à une oreille , disponible, au moment opportun.

Le_Pont-de-Montvert_02

Je ne sais toujours pas ce qui se cache derrière les fenêtres. Sauf certaines du quartier du Panier à Marseille ou des villages du Mont Lozère, grâce à mesdames Castell et Coulomb. Regardez ces images et laissez vous glisser vers cet univers, ce feu qui crépite ou ce grillon qui chante, tendez l’oreille vers ces voix parfois claires et bondissantes, parfois rugueuses, comme soufflées. Écoutez et rêvez. Merci mesdames pour cet infini voyage.

Marseille_Panier

Mes préférées :

La vie du quartier St Jean avant la guerre de 1939-1945

La vie du quartier du Panier par une femme d’origine italienne née à Marseille dans les années 1930

Chansons de l’enfance

Conversation autour des veillées et des chansons : La fille d’une riche

Souvenirs de la vie autrefois, la sociabilité et l’origine de certains contes par une ancienne agricultrice des Cévennes

Crédits photographiques : Entering Finiels, Photographer unknown Issues de Wikimedia, licence CC-BY-SA : Rue de Fraissinet-de-Lozère, Ancalagon, octobre 2008 ; Le Panier, à Marseille, Michiel1972, octobre 2009 ; Le Pont de Montvert, GIRAUD Patrick Août 2005 CC BY-SA ; Le Bazar du Panier, Georges Seguin, octobre 2013 CC BY-SA.

 

Hommage à Claudette Castell

Au début des années 1980 deux jeunes femmes arpentent les Cévennes pour collecter des musiques et des chansons de tradition orale – dans le sillage de Jean-Noël Pelen qui dix ans auparavant y avait collecté des contes. Elles soutiennent en 1983 une thèse de doctorat sur les Chansons et danses populaires du Mont Lozère1 au sein du département des « Langues et cultures régionales » où, à ce moment là, Jean-Claude Bouvier, Philippe Joutard et Jean-Noël Pelen proposent une réflexion méthodologique autour des ethnotextes. Toutes les deux participent à leurs travaux avec enthousiasme et une grande rigueur méthodologique.

Sur le mont Lozère, elles découvrent un monde humanisé, où la transmission orale demeure, où le chant traditionnel, le légendaire historique et le conte sont encore bien vivants. Les témoins leur transmettent facilement les récits de la vie quotidienne et ceux, plus folklorisés, de la littérature orale. Leur capacité d’écoute et l’empathie qu’elles développent avec eux leur font faire des découvertes inédites. Elles se lient d’amitié avec des chanteurs et des conteurs exceptionnels, en particulier Marcel et Marinette Volpilière, qu’elles vont publier. Soucieuses que la parole des cévenols soit conservée, elles déposent tous les enregistrements qu’elles ont réalisés dans la phonothèque originale créée au sein du CREHOP, le Centre de recherches sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux. Elles deviennent ensuite professeures documentalistes au sein de divers établissement d’enseignement, sans jamais perdre ni leur lien avec les Cévennes et le mont-Lozère où elles retournent régulièrement, ni avec la recherche par leur participation avec l’association Clair de Terre2.

Au fil du temps, leurs collectages sont toujours écoutés et repris par certains chanteurs traditionnels comme en juin dernier, lors des 8èmes rencontres chantées du Galeison3. En 2015, jeunes retraitées, indéfectiblement liées, elles décident de réaliser à deux une édition publiable de leur thèse. Elles retournent à la phonothèque où elles avaient déposé leurs archives sonores – devenue celle de la MMSH – récupérer une copie numérisée de leurs collectes et se mettent au travail : écouter à nouveau ces paroles et ces chants autour du mont Lozère, réécrire leur texte pour proposer une nouvelle édition dont l’association La Talvera sera l’éditeur.

Clo, La Targa, 1986_NEW

 

Mais la vie en a décidé autrement. Claudette Castell, qui avait une maison à Vialas où elle connaissait bien les lieux escarpés et dangereux de la montagne,  a oublié, juste un instant, la férocité de cette terre qu’elle aimait. Elle a fait une chute mortelle  dans le torrent de la Gourdouze qui coule à côté de sa maison le 27 août 2015.

La thèse écrite et retravaillée à quatre mains sera cependant publiée bientôt, et donnera l’occasion, à tous ceux qui l’aimaient, de retrouver Claudette.

Crédits photographiques : photographies de Claudette Castell prêtées par Nicole Coulomb, tous droits réservés.

  1. Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de Jean-Claude Bouvier) à l’université de Provence ((Devenue Aix-Marseille Université []
  2. L’association Clair de Terre a été créée en 1986. Son sous-titre définit bien son objet : Recherche et mise en valeur du patrimoine naturel et culture de la Provence et du Languedoc. Son but est de réunir des acteurs (des personnes agissantes) de la recherche, de la culture, de l’art, autour de la question du patrimoine, considéré non comme un entre-soi figé mais comme « des racines ouvertes sur un devenir ». L’association, inscrite par ses membres dans un territoire, n’a jamais porté aucun drapeau. Elle n’est pas non plus une association de recherche à proprement parler, puisqu’il s’agit d’ouvrir la recherche, de la sortir de l’enfermement institutionnel. Clair de Terre est avant tout un carrefour, un lieu de rencontre et d’échange dans la liberté de parole et dans l’expression d’une certaine sensibilité. Les membres actifs sont Jean-Noël Pelen, Nicole Coulomb, Julie Azoulay, Caroline Darroux, Florie Martel, Pierre Laurence, Anaïs Vaillant et Katia Fersing, la présidente actuelle []
  3. Plusieurs chanteurs issus de la musique traditionnelle ou acteurs d’associations sont venus consulter les archives de Nicole Coulomb et Claudette Castell à la phonothèque de la MMSH ou ont écouté les enregistrements liés à leurs publications pour les ré interpréter ensuite dans les bals ou leurs créations musicales. On peut citer ainsi Clément Gauthier et le groupe Tornamai, le duo Aïga Linda, la compagnie Beline… Si vous connaissez d’autres groupes, musiciens ou conteurs qui se réfèrent aux collectes de Nicole Coulomb et Claudette Castell, ce serait très précieux si vous pouviez en témoigner. []

Témoignages sur la minoterie de la Mure-Argens (04) et sur les différentes farines

Dans les témoignages recueillis en 2012 sur l’histoire de la minoterie de la Mure-Argens la rivière de l’Issole et les usages de la farine prennent une place centrale. L’accès aux cours d’eau, source de vie, pour les hommes, les plantes et les bêtes, intimement dépendants les uns des autres, devient un enjeu. Indispensables aux activités des moulins, des scieries, des draperies et des distilleries, l’accès à l’eau et son usage sont réglementés, objets de querelles, de conflits, de procès, de décisions administratives. Le projet « Secrets de fabriques » dans le cadre duquel ont été recueillis ces témoignages, s’alimente de deux autres ensemble de travaux de recherche : une prospection archivistique réalisée par un cabinet de spécialistes et les recherches historiques spécifiques au monde de la draperie. Les multiples archives glanées par le cabinet d’archivistes attestent de la quantité d’actes notariés et de démarches administratives et juridiques des propriétaires de la minoterie pour utiliser l’eau de la rivière.

Toute l’histoire de l’accès aux cours d’eau est décrite dans les archives des entreprises, dans les archives communales et notariales. La puissance de l’eau et son énergie sont un bien précieux, jalousement gardé, étroitement surveillé et ses canaux entretenus saison après saison. L’eau est un acteur omniprésent de cette aventure industrielle.

L’interrogation de la base de la phonothèque avec les thèmes du cours d’eau, de l’adduction de l’eau ou encore de l’usage et propriété de l’eau ne propose pas moins de quelques 90 références d’enquêtes en Provence, dans les Alpes, en Italie, dans la vallée de la Roya et jusqu’au Yemen. Le thème de l’eau est universel et international comme celui du pain et de la fabrication de la farine et du rôle du meunier, largement enquêté par Christian BrombergerPierre CosteJean-Noël Pelen, Danielle Musset et Claudette Castell et Nicole Coulomb dans différentes régions de France et d’Italie. Danielle Musset, aujourd’hui conservatrice du musée ethnologique de Salagon, et membre du comité scientifique encadrant le collectage des mémoires de l’industrie en pays A3V, a enquêté dans les années 90, Ernest Dol, minotier de la Mure-Argens. En 2012, dans le cadre du projet du pays A3V, sa fille dépose également ses souvenirs.

Explications sur les liens étroits entre l’activité de meunier et l’usage des cours d’eau (extrait de l’enquête 4167)

Au bord de l’eau vit la minoterie. En son sein tournent les machines et leurs pièces de bois, de cuir, de métal. Elle prend une apparence presque humaine, fait vibrer l’ensemble du bâtiment et la famille du meunier qui vit à son rythme. Les témoins se souviennent d’odeurs, d’un bruit sourd permanent auquel le meunier s’est habitué mais qui surprend les visiteurs. Chaque son révèle une action, une circulation du grain. Chacun est connu et reconnu par le meunier qui peut ainsi déceler, avec l’aide de la masselotte et du tintement de sa cloche, une baisse de régime, un problème sur le circuit de production. L’intervention est immédiate et précise. On ne peut quitter ce ventre qui vibre, qui ne peut s’arrêter. « Remettre un moulin en route c’est toute une histoire ». Si le propriétaire s’évade quelques heures pour livrer de la farine, il laisse l’ensemble sous la surveillance de ses meuniers en qui il met toute sa confiance. L’attachement au bâtiment et au métier semble puissants dans les souvenirs : physique, viscéral.

Évocation du son de la machinerie de la minoterie (extrait de l’enquête 4167)

Explications sur les risques d’engorgements dans la machinerie et les interventions du minotier (extrait de l’enquête 4167)

Il n’y a pas de saison de fermeture pour la minoterie. Les souvenirs d’enfance et de vacances se déroulent dans le bâtiment ou sur les berges de l’Issole. Ils témoignent d’une existence intimement liée au moulin et à son fonctionnement toute l’année, quel que soit le débit de l’eau, quelles que soient les quantités de farine et la qualité de ses blés.

Souvenirs de la vie dans la minoterie (extrait de l’enquête 4161)

Mis à part quelques rares achats à l’extérieur, l’espace sauvage environnant le moulin et les terres cultivées, propriétés de la famille du meunier, suffisent à la vie en autarcie.

(Extrait de l’enquête 4167)

Tous les témoins interrogés situent un tournant crucial avec l’arrivée des grands moulins (Storione, Moulins de Paris) dans les rapports entre meuniers et boulangers. Changements dans les rapports humains et dans le contrat moral qui semblait lier les deux : d’un commerce de proximité et d’une sorte de fidélité au fournisseur à un rapport commercial plus distancié, plus systématique avec des représentants concurrents. Autrefois, le boulanger pouvait aller chercher à pied une petite quantité de farine, traverser le village avec son charreton à bras jusqu’au moulin où le temps se suspendait l’espace de la visite et de l’achat.

Souvenirs d’une femme de boulanger de l’achat de farine directement à la minoterie (extrait de l’enquête 4164)

Dans l’univers de la farine, comme dans toute branche professionnelle, la recherche des compétences fines existe à tous les niveaux. De même un bon professionnel capable de faire tourner une turbine hydroélectrique sera recherché à travers toute la vallée (ce fut le cas pour la turbine de Colmars), un bon boulanger, sachant « travailler » la farine, quelle que soit sa qualité et sa « force », sera identifié comme un expert. Ce qui semblerait être dû au talent et au hasard est en fait le produit d’une longue suite d’expérimentations, d’observations, d’éliminations et d’essais renouvelés. Tel boulanger est réputé plus « dégourdit » que les autres, il fait du « bon pain avec tout », il sent sa farine, en mesure la température, suit sa fermentation avec attention et curiosité. Son savoir s’avère être issu d’un processus rôdé, organisé et qui fait ses preuves. Son travail et ses connaissances seront utilisés au même titre que l’expertise d’un laboratoire par la filière commercialisant la farine.

Explications sur les savoir-faire du boulanger (extrait de l’enquête 4182)

Ces enquêtes autour de la culture du blé dans les environs de Saint-André-les-Alpes, la fabrication de la farine et du pain nous apportent des informations sur les évolutions des professions à travers les époques et à chaque génération…

Explications sur les apports de modernité dans la boulangerie familiale (extrait de l’enquête 4186)

…la vie quotidienne des enfants du meunier

(extrait de l’enquête 4161)

… et les différents usages de la farine

et de ce que l’on appelle les « issues »

Crédits photographiques

Elie et la veuve de Serepta, Bernardo Strozzi, huile sur toile, 1644-Kunsthistorisches Museum, Creative Commons Attribution-Share Alike. La veuve s’apprête a utiliser sa dernière huile et sa dernière farine pour nourrir le prophète Elie. Wikimedia Commons.

L’homme des bois et du charbon

Construction de la cheminée centrale

Voilà qu’à nouveau des entretiens se croisent, effectués à différentes époques et pour différents objectifs de recherche. A quelques 30 ans d’écart, entre 1978 et 2007, dans le Var, les Bouches du Rhône et en Lozère l’histoire de l’exploitation de la forêt se décline, principalement autour de la fabrication du charbon de bois. Ou plutôt l’histoire des charbonniers, de leur famille, de la société et de l’époque dans lesquelles ils vivent. Car en filigrane des descriptions précises des bois utilisés, des techniques de montage d’une charbonnière et de la gestion de l’air pendant la combustion, nous entendons d’autres informations. Sur les savoirs-faire, sur leur transmission d’un homme à un autre, d’un groupe d’hommes à un nouveau venu, qui, patient, écoute, regarde, essaye, et recommence les mêmes gestes jusqu’à les maîtriser et les transmettre à son tour, jusqu’à ce que le groupe décide de l’intégrer tout à fait. La technique est ancienne, elle s’adapte aux terrains, aux bois, aux vents et aux hommes qui la font vivre.

Empilage des morceaux de bois

 

La meule de bois avant qu'elle ne soit recouverte de terre

Les auteurs de ces enquêtes sont ethnologues, Annie-Hélène Dufour, 1978, Claudette Castell et Nicole Coulomb, 1980, Jean-Noël Pelen, 1993, Laetitia Nicolas, 2007 et dialectologue avec Pierre-Jean Chabert en 1981. Chacun y aborde à sa façon, des questions de sciences sociales, et obtiennent des pièces d’un portrait de professionnel ancré dans l’espace sauvage de la forêt. Si les pêcheurs et les chasseurs reviennent dormir au logis, il en va autrement des charbonniers dont les femmes ou les enfants apportent parfois le repas au cœur des clairières.

Extrait de l’enquête 275 à Vauvenargues en 1981 1

Combustion

En effet, au cours de ces enquêtes il est aussi question de choses plus pragmatiques : manger, dormir, se laver, sans quitter la forêt, ni le travail du charbon qui demande une telle surveillance de chaque instant « pour éviter que le feu brûle tout ».

Alors on vit là, on sent la feuille de chêne, la fumée, on se colore petit à petit à la couleur du charbon. Le travail est celui des pauvres, des immigrés italiens, des réfractaires au STO, des maquisards fuyant le fascisme.

Extrait de l’enquête 2426 à Collobrières en 19782

Démontage de la meule

Ces détails ordinaires et cette autonomie sont abordés avec légèreté, sans ostentation ni misérabilisme. A l’imagination de l’auditeur de ces enquêtes de faire le reste. Il suffit d’avoir déjà marché dans un sous-bois, d’avoir entendu ce silence si particulier, empli d’une infinité de bruissements divers et de craquements, d’avoir senti l’odeur prégnante du vert des arbres et de l’humus pour voir ces gens, hommes adultes, adolescents et même enfants, vivre là, au milieu des arbres, dans des cabanes de fortune, loin des villages, loin de la cité.

Extrait de l’enquête 525 à Aureille en 19933

Chargement du charbon de bois

Pas toujours isolés puisque certaines époques relatées ont connu les pacages des troupeaux sous les arbres pour le débroussaillage, la coupe régulière des bûcherons et l’exploitation du rusque (le chêne liège).

Extraits de l’enquête 2607 à Bargème en 20074

La chronologie de ces récits apporte des informations sur les différentes époques de la fabrication du charbon de bois et des savoirs sur la forêt hérités et transmis. Ces savoirs prennent une place toute particulière dans nos sociétés modernes ou les questions des incendies et de la place des forêts interviennent dans le débat citoyen.

 

Crédits photographiques : Fabrication de charbon de bois en Forêt-Noire en Allemagne vers 1900, Ces images sont dans le domaine public car leur copyright a expiré. http://fr.wikipedia.org/wiki/Charbon_de_bois

  1. Le cercle de Vauvenargues, enquête de Pierre-Jean Chabert []
  2. Souvenirs des travailleurs italiens, enquête d’Annie-Hélène Dufour []
  3. Les charbonnières de la colline, enquête de Jean-Noël Pelen []
  4. L’évolution du rapport aux bois par un habitant de Bargème, enquête de Laetitia Nicolas []

Disparition de Marceau Gast, ethnologue nomade

Depuis plusieurs années Marceau Gast se battait contre la maladie, elle a fini par l’emporter dimanche 26 juillet 2010. Depuis quelques mois, à la phonothèque de la MMSH, nous travaillions sur des archives sonores qu’il y avait déposées et – pour pouvoir traiter ses enregistrements – nous écoutions et ré-écoutions sa voix, avec celles des témoins qu’il avait interrogés dans les campagnes yéménites, ou celles de ses collègues lors de conférences auxquelles il avait participé et dont il souhaitait garder trace.

Lorsque Marceau Gast a découvert la phonothèque à la MMSH, il a tout de suite adhéré au projet de mise à disposition des archives de la recherche. Dans un premier temps, il a voulu avoir des copies numériques d’entretiens anciens pour les transmettre à des amis algériens. Puis, en 2006, il a déposé la totalité de ses enregistrements. Malgré notre tristesse, nous sommes heureux* d’avoir engagé le traitement de ses archives et de permettre leur accès, dans la mesure des droits qui nous ont été accordés. Il s’agit d’un travail de longue haleine, coûteux en temps de travail et la totalité du dépôt n’a pu encore être traitée. Ces enregistrements ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras et dans les Alpes de Haute-Provence. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Les premiers enregistrements traités par la phonothèque sont ceux qui portaient sur les Hautes-Alpes, le Queyras plus précisément où Marceau Gast a travaillé sur l’artisanat du bois, sur les coffres en particulier, en envisageant des comparaisons avec les coffres kabyles. Toujours à l’écoute de ce qui peut embellir la vie, ses enquêtes font également entendre des chants du Queyras, car comme au Yémen ou au Sahara, il a été sensible à la musique et à la poésie que l’on retrouve ainsi tout au long de ses enregistrements de terrain. Curieux de la vie culturelle et de ceux qui agissaient pour l’éducation populaire, il a réalisé en 1992 en Haute Provence où il venait résider en vacances, un entretien avec Pierre Martel, alors directeur de l’association Alpes de Lumière. Il n’a rien publié à partir de cet enregistrement mais il s’avère que cet échange vient compléter deux fonds très riches qui ont été déposés à la phonothèque, ceux de l’association elle-même et du musée de Salagon que Pierre Martel avait contribué à créer. Ainsi les collections sonores se complètent et se parlent.

Dans les années 1970, des problèmes politiques interdisent le terrain du Sud Sahara aux ethnologues qui doivent se tourner vers d’autres aires culturelles. Marceau Gast part pour le Yémen du Nord pendant dix années consécutives (1974-1984).  Il nous a laissé une collection homogène (92 enquêtes – environ 36 heures), sur les pratiques agricoles et plus largement sur la vie quotidienne des campagnes yéménites. Ces enquêtes l’ont mené également à s’intéresser à des questions plus larges d’organisation sociale ou d’évolution politique et à leurs impacts sur la vie de ces campagnes. Comme toujours, la musique et la poésie ne sont pas absentes de ses enregistrements. Ces enregistrements sont inestimables car ils offrent un matériau encore à exploiter sur une société en pleine mutation, un peu plus de dix ans après la révolution de 1962.  Lui-même aura d’ailleurs finalement peu publié à partir de ces entretiens. Pour des questions de recherche de droits, ces entretiens seront mis en ligne prochainement sur la base de données de la phonothèque.

Parmi les cassettes déposées, une grande partie est constituée de conférences ou de cours enregistrés à l’initiative de Marceau Gast. Nous avons choisi de traiter en priorité le colloque de Sénanque (1981) sur Les chars préhistoriques du Sahara, archéologie et techniques d’attelage, qu’il avait organisé avec son complice du désert Gabriel Camps, disparu lui aussi. D’autres conférences seront bientôt mises en ligne.

Entre 1997 et 1998, Hélène Claudot-Hawad avait réalisé une série d’entretiens avec Marceau Gast pour la publication de sa biographie qui a pris pour titre un mot de la langue tamahaq, Tikatoûtin, « Souvenirs ». Ce livre ne pouvait tout transmettre de cet échange, il est maintenant possible d’écouter la totalité des enregistrements (6h 30) sur la base de données de la phonothèque de la MMSH. Si vous ne connaissiez pas cet homme, attachant et généreux, voilà l’occasion de découvrir sa jeunesse et sa formation en Algérie (années 1930-1940), son expérience d’instituteur auprès des populations touaregs du Hoggar (1951-1955), son activité dans les Centres Sociaux Educatifs d’Algérie (1955-1962) et enfin son entrée dans le monde de la recherche en ethnologie.  Dans ces entretiens Marceau Gast pose un regard précis, curieux, amusé parfois, critique aussi sur son parcours, la société touareg, la société coloniale, l’Algérie durant la guerre d’indépendance ou encore sur le milieu de la recherche.

Il manque à toutes ces archives, celles qu’il a enregistrées dans les campements du désert, dans le sud du Sahara. Il reste encore une petite centaine d’heures sur bandes et sur cassettes à numériser et à analyser. Elles sont en grande partie en langue tamahaq. Pour cela, il nous faudra trouver un locuteur capable de les comprendre pour réaliser le traitement documentaire, il nous faudra aussi obtenir les financements nécessaires pour réaliser ce travail. Nous les trouverons, l’enthousiasme de Marceau Gast est une maladie qui s’attrape !

 

 

Marceau Gast est décédé le lundi 26 juillet 2010 à Aix-en-Provence dans sa 84e année. Il a été mis en terre au cimetière de Salignac dans les Alpes de Haute Provence (04) là où, en 1962, sa famille avait acheté un cabanon qui devait devenir au fil des ans une grande maison de famille et d’amis.


Référence des ouvrages cités :

Gast, Marceau et Hélène Claudot-Hawad , Tikatoûtîn. Un instituteur chez les Touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Paris: La Boussole, 2004. [A lire sur cet ouvrage, la critique de Kamel Chachoua sur la revue des mondes musulmans et de la Méditerranée http://remmm.revues.org/index3901.html]

Sous la direction de Camps, Gabriel et Gast, Marceau, « Les chars préhistoriques du Sahara. Archéologie et techniques d’attelage. Actes du colloque de Sénanque, 21-22 mars 1981 ». Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1982.-200p.

La bibliographie de Marceau Gast liée aux enquêtes orales est sur la bibliothèque Zotero de la phonothèque de la MMSH : http://www.zotero.org/phonotheque/items/collection/2144813

Tous les billets du blog sur le fonds Marceau Gast : http://phonotheque.hypotheses.org/tag/marceau-gast

* Les documentalistes qui ont travaillé sur le fonds de Marceau Gast sont : Marie Doumain, Laurent Llhuilier, Hanan Maloom, Laure Principaud. Laure Principaud a dirigé l’organisation des corpus en langue française et de ceux enregistrés au Yémen. Elle a présenté sa méthodologie lors d’un colloque organisé par la Maison des sciences de l’homme Alpes en janvier sous le titre « L’histoire orale, regards croisés et décalés » : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html.

 

 

Crédit photographique : Marceau Gast en 1973, par Lucy Vallauri.