Archives par mot-clé : enseignement

Billets d’étudiants du parcours médiation de l’histoire & humanités numériques (Master professionnel AMU)

Les étudiants de la promotion 2016-2017 du Master 2 professionnel « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques » d’Aix-Marseille Université viennent de publier une série billets sur le carnet de leur Master. Ils reprennent différentes thématiques des enseignements qui leur ont été dispensés au cours du premier semestre. Une belle occasion de découvrir les contenus des cours mais aussi de mieux faire connaître ce diplôme. À un moment où les professions d’archivistes et de bibliothécaires convergent,  au coeur des mutations imposée par le numérique,  la spécificité de ce Master est essentielle pour comprendre les nouveaux métiers qui s’offrent aux étudiants qui seront sur le marché du travail à la rentrée prochaine. Continuer la lecture de Billets d’étudiants du parcours médiation de l’histoire & humanités numériques (Master professionnel AMU)

Adieu Ustadh Souheil

Il y a un an, le 11 septembre 2015, Souheil Chebat, professeur de langue arabe à l’Institut Français du Proche-Orient, nous quittait. En mai 2010, il avait accepté d’enregistrer un entretien1, sur son expérience au sein de l’Institut dans le cadre d’un projet de recherche sur les archives de l’Institut. Ce billet est l’occasion de l’écouter encore une fois, et de lui rendre hommage.

Continuer la lecture de Adieu Ustadh Souheil

  1. L’entretien mené par Véronique Ginouvès et François Siino est conservé à la phonothèque et diffusé, avec l’accord de Souheil Chebat en ligne sur la base de la phonothèque sous le numéro d’enquête n°4042 []

« In Tayent, l’ami du bout du monde » : Marceau Gast, Pierre Guérin et les documents sonores pédagogiques

BT sonore "Au hoggar"Couverture du BT sonore n°803, « Au Hoggar » (1961).

Les méthodes d’apprentissage sur support sonore sont aujourd’hui familières et d’un usage répandu. A l’heure où se démocratisait les appareils de lecture de disques 78 tours1, la célèbre maison d’édition française d’enseignement des langues Assimil, accompagnait déjà ses publications d’enregistrements sonores. Dans la majorité des manuels scolaires de langue vivante, un support sonore accompagne le texte écrit. Ainsi, pour le grand public, ce type de documents couvre presque exclusivement l’apprentissage des langues vivantes. En comparaison, les documents sonores pédagogiques œuvrant pour la compréhension d’une culture ou la découverte d’un métier sont discrets, sinon rares. En France, le mouvement pédagogique initié par Célestin Freinet fait figure de « pionnier » dans l’édition de documents sonores pédagogiques.

Le mouvement Freinet pionnier de l’audiovisuel éducatif

La pédagogie Freinet recouvre un ensemble de principes et techniques de pédagogie « alternatifs » fondés sur l’expression libre des enfants via la réalisation de projets (texte, dessin, imprimerie, journal). L’audiovisuel en tant qu’outil pédagogique est considéré très tôt par l’initiateur du mouvement, Célestin Freinet. Selon certains, le mouvement Freinet est même « né avec le cinéma »2. En 1927, sous l’impulsion d’un groupe d’instituteurs girondins mené par Rémy Boyau est fondée la Cinémathèque coopérative de l’Enseignement Laïc ayant pour objet l’acquisition, la fabrication et la mise en circulation parmi le personnel enseignant de films cinématographiques présentant « le maximum de valeur pédagogique »3.

Dans ce petit film de 1927 tourné en 9,5 mm à l’aide d’une caméra Pathé Baby, René Daniel4, instituteur et ami de Freinet, met en scène ses jeunes élèves et les enseignants de l’école de Saint-Philibert-en-Trégunc (Finistère) dans les rues dynamisées par les charrettes ou sur le bord de mer animé par la pêche5.


Cinémathèque coopérative de l’enseignement laïc diffusé par les Archives départementales du CG 06

La radiodiffusion, le phonographe puis le magnétophone comptent également parmi les techniques expérimentées. Mais l’histoire de l’apparition de ces supports dans les écoles mettant en œuvre la pédagogie Freinet est plus difficile à tracer, en particulier à partir de la fin des années 1930.  Après la guerre, un homme en particulier va offrir à l’enregistrement sonore une place de choix dans l’attirail pédagogique de l’instituteur freinetien.

Les premières expériences de Pierre Guérin, instituteur freinetien

A la fin des années 1940, Pierre Guérin exerce son métier d’instituteur à l’école en plein air de Sainte-Savine (Aube). Poussé par un vif intérêt pour les méthodes de pédagogies « modernes », il s’inspire des préceptes de Freinet via les méthodes de la CEL. Au contact du mouvement, il découvre successivement l’enregistrement sur disque de cire et le magnétophone à fil. L’enseignant perçoit alors dans le magnétophone un nouveau moyen de correspondance interscolaire avant de donner à ses élèves l’occasion de réaliser des reportages sonores, récoltant tour à tour les « paroles sur le vif d’un rémouleur et d’un matelassier, artisans ambulants », « interrogeant leurs parents, leur grand-mère, le rétameur ambulant arrivé dans le village…»6. A cette occasion, les anciens font le récit de leur vie quotidienne d’autrefois : « comment on faisait la lessive, comment on s’habillait, comment on se chauffait, comment on s’éclairait »7.

freinetPhotographies extraites d’un dossier de l’ICEM portant sur les activités audiovisuelles (1984).

Soucieux d’accompagner cette production jusqu’à sa diffusion, Pierre Guérin soumet le travail de ses écoliers à l’appréciation de Jean Thévenot, producteur d’émissions radiophoniques à l’ORTF, qui diffuse régulièrement des reportages sonores amateurs. Ainsi, les petits reportages sont diffusés au cours des émissions « Aux quatre vents » puis « Chasseurs de son », sur France culture8.

Marceau Gast et Pierre Guérin : les prémisses d’une collaboration

Parallèlement à ces réalisations, Pierre Guérin envisage de faire appel à des savants, pour le tournage d’enregistrements pédagogiques. Il sympathise avec Marceau Gast au début des années 1950, à l’occasion d’un congrès annuel organisé par Célestin Freinet. A cette époque, Marceau Gast est instituteur chez les Touaregs du Hoggar, puis à l’école de Tamanrasset9. C’est donc naturellement les conditions de vie dans le désert qu’il choisit de porter à la connaissance des jeunes élèves. L’enregistrement consiste en une série de questions posées à Marceau Gast par les élèves de l’Ecole en Plein-Air de Chanteloup à Sainte-Savine (Aube) ou par Pierre Guérin lui-même. Les thèmes successivement abordés sont : la circulation au Sahara, le chameau, l’oued, la gazelle, l’orientation dans le désert.

Le montage présenté ici, réalisé par François Borel à partir des épreuves de tournages, fait de plus entendre un chant soliste interprété par un enfant du Hoggar, et se conclu par des chants d’enfants enregistrés par Marceau Gast auprès des élèves de sa propre classe à Tamanrasset. Selon François Borel10, ce document jusqu’ici inédit préfigure la collaboration des deux hommes pour le n°803 des BT sonores de l’ICEM11 :

Voir la notice en ligne sur la base de données, n° d’inventaire : 4197

Création de la collection Bibliothèque de Travail Sonore

couvarctiqueMais l’édition de ces reportages sur bande magnétique pose des problèmes de diffusion : dépourvus de magnétophones, certains maîtres ne peuvent les faire écouter à leurs propres élèves, et réclament de ce fait leur gravure sur disque. La demande est entendue par Pierre Guérin, qui entreprend un projet d’édition dépassant largement le simple changement de support. Il prends pour modèle la collection documentaire « Bibliothèque de Travail » déjà éditée par l’ICEM afin de réaliser un ensemble documentaire complet centré autour de l’enregistrement sonore.

Edités pour la premiere fois en 1960 et récompensés par l’Académie Charles Cros en 1962, les BT sonores sont constitués d’un disque 45t, de 12 diapositives en couleur et d’un livret de travail. Dans un article de 1966, Pierre Guérin distingue cinq sous- collections12 :

– les « documentaires sur une activité humaine » ;
– les « grands reportages » ;
– les « histoires par récits illustrés de clichés d’époque » ;
– la série « littérature : une œuvre et son paysage » ;
– et une série « Amis du bout du monde », « plus particulièrement destinée, explique Pierre Guérin, aux petites classes : création d’une ambiance, prise de contact avec le milieu quotidien d’un enfant étranger ou d’une province de France ».

Couvertures BT sonore

Pierre Guérin invitera notamment Paul-Emile Victor pour présenter l’Arctique (voir plus haut la couverture de ce numéro), Yves Coppens sur le thème de la vie préhistorique, ou encore Henri Laborit pour un entretien sur le système nerveux.

Marceau Gast et Pierre Guérin : la collaboration pour les BTsonores

La série « Amis du bout du monde » débute officiellement avec le n°804 où l’ami en question habite l’île de la Réunion. Il est suivi d’autres lointains amis originaires du Dahomey13 (n°820) ou encore vivant au Cambodge (824). Mais cette série a véritablement été inaugurée en 1961 par la face I du n°803 intitulé « Au Hoggar »14.

Sur la face 1 de ce disque, édité en 196115, Marceau Gast décrit avec soin le quotidien d’In Tayent, enfant nomade du Hoggar. Sur la face 2, qui débute à 5’15 », il décrit un jour de fête à Tamanrasset à l’aide d’ambiances sonores :

Marceau Gast et Pierre Guérin poursuivent leur collaboration à l’occasion de deux autres BT sonores publiés successivement. Tout d’abord, Marceau Gast intervient16 sur le thème de la faim dans le monde pour le BT sonore n°882 (écouter directement l’intervention de Marceau Gast) :

Puis, il est présent sur l’enregistrement portant sur le sous-développement et l’économie mondiale17, où il est notamment interrogé sur l’importance économique du pétrole et l’interdépendance des pays (écouter directement l’intervention de Marceau Gast)  :

Le fonds Marceau Gast conservé à la phonothèque contient une archive qui présente les mêmes caractéristiques que les BT sonores, et qui semble être issue du n°814 publié en 1964. Sur un ton similaire à celui qu’il a choisi pour le n°803, Marceau Gast présente brièvement sa classe nomade de Tamanrasset, et l’enfant Tebbi du Tamesna :

Enregistrements sonores et pédagogie à la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH conserve d’autres enregistrements sonores produits dans un cadre pédagogique. Le fonds Anne Roche et Marie-Claude Taranger renferme des enquêtes orales réalisées par des étudiants auprès d’informateurs de leur choix. Ces documents ont ensuite été exploités dans l’ouvrage Celles qui n’ont pas écrit (voir l’article de présentation du corpus et écouter des extraits thématiques).

Suivant un modèle proche, les étudiants du Master du Master Sciences Arts et Techniques de l’Image et du Son (SATIS-Université d’Aix-Marseille à Aubagne) ont constitué, sur une idée originale de Maryline Crivello (UMR Telemme) et dans le cadre de l’ANR IMASUD, le corpus Je me souviens… de la Méditerranée, ensemble d’entretiens vidéos que l’on peut visionner sur le site de Medmem. Les entretiens sonores préparatoires sont quant à eux conservés à la phonothèque et décrit dans la base de données en ligne.

Dans le cadre d’une Maîtrise d’histoire dirigée par Jean-Marie Guillon, Julien Teisseire a enregistré un témoignage d’un instituteur varois ayant appliqué les méthodes de la pédagogie Freinet au cours de sa carrière.

  1. Voir à ce sujet l’article de Véronique Ginouvès sur l’évolution des supports. []
  2. Henri Portier, « De l’utilisation du film comme outil pédagogique à l’appropriation du cinéma par les élèves comme outil de création », Cinéma-école, aller-retour : actes du colloque de Saint-Etienne, novembre 2000. []
  3. Dépôt à la préfecture de Bordeaux le 27 octobre 1927 http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/24963. []
  4. Voir « René Daniel, premier correspondant de Freinet », Le nouvel Éducateur, n°56, février 1994. []
  5. En novembre 2008 sont déposés aux archives départementales des Alpes-Maritimes quelques uns de ces premiers films, voir http://www.basesdocumentaires-cg06.fr/os-html/film/home.html. []
  6. Gilbert Paris, « Compagnon de route de Pierre Guérin », dans Sur les pas de Freinet, Pierre Guérin, Marceau Gast, Madeleine Guérin, Claudie Guérin (dir.), Paris, Ibis Press, 2008, p. 43. []
  7. Pierre Guérin, « A Chanteloup », dans Sur les pas de Freinet, Pierre Guérin, Marceau Gast, Madeleine Guérin, Claudie Guérin (dir.), Paris, Ibis Press, 2008, p. 25. []
  8. Plus de 650 enregistrements sont envoyés pour des émissions de radio. []
  9. cf. Tikatoutin. []
  10. François Borel, « La voix de Marceau », dans Un ethnologue entre Sahara, Kabylie, Yémen et Queyras. Hommage à Marceau Gast, S. Chaker, H. Claudot-Hawad (dir.), Peeters, 2014, p. 229. []
  11. Ce document a été déposé à la phonothèque de la MMSH en août 2011 par François Borel. Il s’agit de la copie numérique d’une bande magnétique déposée au Musée d’ethnographie de Neuchâtel. Ce document a été présenté publiquement pour la première fois lors de la rencontre hommage à Marceau Gast organisée par Salem Chaker et Hélène Claudot-Hawad les 14 et 15 mars 2011. []
  12. Pierre Guérin, « Que sont les BT Sonores ? », Dossier pédagogique de l’Ecole Moderne, n°21, 15 novembre 1966. Accessible en ligne via  http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/15801, consulté en mars 2014. []
  13. actuel Bénin []
  14. Si l’on excepte la face B du numéro prototype des BT son, où Marceau Gast présente déjà In Tayent. La face A étant occupée par le récit d’un facteur savoyard. []
  15. les prises de sons sont réalisés par Marceau Gast, Marc Richaud et Louis Pilate, la réalisation est de Marceau Gast. Pierre Guérin s’est chargé, avec Marcel Daoust, de l’adaptation pédagogique. []
  16. avec Suzy Bernus, ethnologue, Edmond Bernus, géographe et Michel Chatelus, ethnologue. []
  17. avec  l’ethnologue Michel Chatelus. []

Atelier sur les sources orales à l’université Antilles-Guyane, 10-14 décembre 2012

Pendant une semaine au Pôle universitaire de Cayenne, il sera question de projets culturels s’appuyant sur des archives sonores et audiovisuelles numérisées1. La formation a pour objectif de comprendre comment travailler sur ce type de documents de leur collecte à leur valorisation. Pour que la formation soit la plus concrète possible, il sera demandé aux étudiants de réaliser en début de semaine une brève enquête de terrain enregistrée, suivant certaines règles établies collectivement. L’enseignement s’appuiera ensuite sur cet enregistrement pour développer les différents éléments de la chaîne documentaire : organisation du fichier numérique en vue de sa conservation, de sa consultation et de sa diffusion ; traitement et analyse documentaire ; résolution des questions juridiques et éthiques pour sa diffusion en ligne ; mise en ligne et valorisation.

Voilà rapidement les grands thèmes qui seront abordés au cours de la semaine autour des archives sonores et audiovisuelles :

–       Histoire et utilisation de la source orale en sciences humaines et sociales

–       Méthodes d’enquête en sciences humaines et sociales ;

–       Prise de son sur le terrain ;

–       Formats du son numérique ;

–       Logiciels de numérisation ;

–       Missions d’un centre d’archives sonores et audiovisuelles ;

–       Questions juridiques et éthiques ;

–       Traitement documentaire et indexation ;

–       Mise en ligne, bases de données et portails ;

–       Conservation des données numériques sur le long terme ;

–       Collaborations et réseaux ;

–       Valorisation des archives scientifiques ;

–       Rédaction collective d’une charte de qualité d’une collection sonore et audiovisuelle.

 

Crédits photographiques : Rural school girl, San Augustine County, Texas, photographie de John Vachon (1914-1975), avril 1943. Collections de la bibliothèque du Congrès (LOC). Pas de restrictions de droits connues. 

  1. Au sein du pôle universitaire de Cayenne, les étudiants en Master2 de la spécialité « Sociétés et intercuturalités « Domaine Arts, lettres et langues – Mention Arts, lettres et civilisation, ont suivi en première année de Master un TD sur « La collecte de données et numérisation » qui se prolonge cette année d’un autre TD sur « Le traitement des données numérisées en lettres et sciences humaines : les sources audiovisuelles ». Marianne Palisse, anthropologue, maître de conférence à l’université de Cayenne, m’a sollicitée pour cet enseignement. []

Les archives audiovisuelles – nouveaux usages, nouveaux enjeux pour la recherche et l’éducation

Les 05 et 06 décembre à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, avenue de France à Paris, se tenait le colloque de l’Atelier de Sémiotique Audiovisuel-SHS (ANR-08-BLAN-0102-01) : Les archives audiovisuelles – nouveaux usages, nouveaux enjeux pour la recherche et l’éducation. Celui-ci voulait répondre à la question suivante : comment constituer, utiliser, adapter, valoriser, diffuser des archives audiovisuelles ?

La phonothèque de la MMSH y était invitée, lors de la deuxième journée, pour présenter le travail de conservation, d’indexation et de mise à disposition des collections sonores déposées.

Les différentes interventions du colloque ont été filmées et sont accessibles en ligne sur le carnet de recherche de l’Atelier de Sémiotique Audiovisuelle.

Nous aimerions signaler notamment les très belles interventions de Valérie Legrand-Galarza, (INaLCO-CERLOM, FMSH-ESCoM) et la présentation de son travail sur le « Portail PCIA – Patrimoine Culturel Immatériel Andin« , et l’exemple présenté par Aygün Eyyubova (FMSH-ESCoM) : « Portail audiovisuel pour l’enseignement et la recherche : l’exemple du Portail Audiovisuel de la Culture Azerbaïdjanaise « . Les deux jeunes femmes ont présenté par ce biais les résultats et l’état de leurs recherches en mettant à disposition des videos, de la musique, des entretiens de terrain, des photographies… Ces mises en ligne permettent, entre autres, la communication avec les témoins de ces enquêtes sur la documentation des matériaux quasiment en temps réel. Il faut saluer la volonté de ces chercheurs et des témoins qui désirent rendre accessible à tous leur matériaux de terrain, y compris par leur traduction en plusieurs langues (français, russe, italien, espagnol, quechua, turque).

Ce travail colossal se développe dans le milieu des jeunes chercheurs et entraîne une évolution certaine des concepts des matériaux de terrain et de leurs usages, mais aussi du statut d’auteur de ces mêmes matériaux et l’usage systématique de  contrat de cession de droits. Le témoin est ici partie prenante de la création d’une archive audiovisuelle, des modalités de sa mise à disposition et de la réflexion sur le sens qu’on peut lui donner.

Dans un autre registre, Elisabeth de Pablo (FMSH-ESCoM), a présenté de manière dynamique et passionnante le contenu de son cours « Les archives audiovisuelles dans l’enseignement : le cas de l’usage de vidéos dans l’enseignement en communication interculturelle à l’INaLCO » et détaillé le travail réalisé par les étudiants grâce aux recherches et réutilisations de videos glanées sur le Web. Ces nouveaux outils de communication sont revisités dans une perspective de professionnalisation de la recherche dans le respect des droits internationaux. Les différents niveaux de communications (blog, site, réseaux sociaux), leurs contraintes et leurs atouts sont étudiés, croisés, comparés. Il est à souhaiter que de tels enseignements se multiplient au sein des filières de formation.

Florence Descamps présentait les interventions de l’après-midi du 06 décembre et précisait que les réflexions sur la mise à disposition des documents multimédias dans le domaine de la recherche et auprès du grand public se multiplient mais que les exemples de leur usage d’un point de vue pédagogique sont particulièrement attendus. Nous rejoignons ce constat, persuadés que de tels enseignements ouvriraient sans nul doute de nouvelles perspectives.

Crédits photographiques :
Diablada, danse andine – Fête de la Vierge d’Urcupiña, Quillacollo, Bolivie. http://asashs.hypotheses.org/998 Photographie de Valérie Legrand-Galarza sous la licence Creative Commons (sans utilisation commerciale et sans modification).

Rêvons l’université

A un moment où les réformes du gouvernement proposent une vision utilitariste et réductrice du rôle de l’université et de la recherche dans la société, où le CNRS est en train d’être démantelé, le mouvement Rêvons l’Université propose un marathon des savoirs sur le site Saint-Charles de l’Université de Provence à Marseille. Pendant 48 heures, des séries de conférences, de films et de débats ouverts à tous seront proposés toutes les heures de 8h à 22h. Chercheurs, enseignants-chercheurs ou ingénieurs de la recherche viendront vous parle de thèmes allant de zététique, aux émotions au Moyen-Age en passant par les neurosciences ou l’histoire de l’Afrique. Pendant 48 heures, laissez vous porter par la curiosité, le désir d’apprendre et de transmettre, sans contraintes. Bienvenue à l’utopie pendant trois jours, n’hésitez pas reproduire l’expérience sur vos campus ou dans la ville…

Le programme : http://revons-luniversite.net/programme_preliminaire.pdf

Diaporama « Source orale »

Crédit photographique : marches célestes à Petra, V. Ginouvès, 2008.