Archives du mot-clé ethnologie

4405614807

Les archives des ethnologues : pour quoi faire ?

Frédéric Dubois, Éric Jolly et Sophie Blanchy organisent le 3 octobre 2014 une journée d'étude à la Maison d'archéologie & d'ethnologie (MAE), Salle 308 F, 9h30-17h) sur le thème  "Les archives des ethnologues : pour quoi faire ?". L’ambition de cette journée est double: d’une part, faire le point sur l’intérêt des archives des ethnologues et sur l’utilisation toujours croissante qui en est faite dans des domaines variés (histoire des sciences, partages de données, revisite de terrain…), et, d’autre part, réfléchir à l’évolution numérique des archives avec les divers acteurs concernés, de celui qui dépose ses documents à celui qui les traite ou les consulte. C’est aussi l’occasion de faire un bilan prospectif, avec et autour de Marie-Dominique Mouton, en lui demandant de retracer l’histoire des archives ethnographiques au LESC, qui ont commencé dans les années 1990 et qui ont été à l’origine d’un projet en cours Naissance de l’ethnologie française. Les premières missions ethnographiques en Afrique, dans le cadre du Labex Les passés dans le présent.

Programme

matinée
9h30

1. histoire des archives ethnographiques : pratiques et réflexion 

Modérateur : Gilles Tarabout (LESC) 

Sophie Blanchy (LESC) : Brève introduction
Marie-Dominique Mouton (LESC) : En guise de bilan : des archives d’ethnologues aux données des anthropologues, un tournant décisif
Marion Abélès (LAS) : Histoire des archives ethnographiques au LAS

2. revisite, restitution et réflexivité 

Modératrice : Maria Couroucli (EFA, LESC) 

Antoinette Molinié (LESC) : Les archives de l’ethnologue comme terrain de recherche
Marie Gautheron (ENS Lyon) Vivants objets : un exemple de remise en circulation des archives
Françoise Zonabend (LAS) : D’une archive à l’autre : compléments d’enquête

après-midi
13h45 

3. les chercheurs dans les archives 

Modératrice : Françoise Zonabend (LAS) 

Cécile Van Den Avenne (ENS Lyon) : De la description linguistique à l’enquête orale. Lire les archives pour comprendre la linguistique de terrain
Brice Gérard (Labex Hastec) : Historiciser l’épistémologie. Le statut des notes de terrain dans l’histoire de l’ethnomusicologie
Éric Jolly et Marianne Lemaire (IMAF) : Archives, histoire de l’ethnologie et écriture ethnographique

4. archiver la recherche 

Modératrice : Véronique Ginouvès (MMSH, Phonothèque) 

Frédéric Dubois et Olivier Herrenschmidt (LESC) : Déposer ses archives, archiver la recherche
Nicolas Prévôt (LESC-CREM) : Archiver et partager les données en ethnomusicologie : le patrimoine musical des Nanterriens sur la plateforme en ligne Telemeta

Conclusion 

Yann Potin (Archives nationales) : Des archives à double-fonds ? Transmission et conservation des documents produits et collectés par la recherche ethnologique : une perspective archivistique

La journée se terminera par un pot en l'honneur de Marie-Dominique Mouton, un hommage joyeux à sa curiosité scientifique et archivistique qui réussi à faire en sorte que chercheurs et ingénieurs en France et au niveau international, échangent et réalisent des projets autour des archives scientifiques.

Lieu et horaires : MAE, Salle 308 F, 9h30-17h

Pour des raisons logistiques, merci de signaler votre présence à catherine.beaumont<at>mae.u-paris10.fr

 

Crédits photographiques : Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, by Smithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, bySmithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, RU 371 – Smithsonian Institution, Office of Public Affairs, The Torch, 1955-1960, 1965-1988, Local number: SIA RU000371.(SIA2009-2059). Pas de restrictions de droit connues. L'image a déjà été utilisée sur le carnet pour présenter la journée d'étude sur les matériaux de terrain des ethnologues organisée par Marie-Dominique Mouton les 24 et 25 janvier 2013 : http://phonotheque.hypotheses.org/10200 

Billet illustration Catatalogue de Bromberger

Voyage dans des terrains ethnographiques : catalogue des sources orales du terrain de Christian Bromberger

En 1997, Christian Bromberger a été l’un des premiers anthropologues à déposer les archives sonores issues de son terrain dans une phonothèque de recherche, celle de l'UMR TELEMME qui allait ensuite intégrer la Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme1. Aujourd’hui, la phonothèque met à disposition plus de 100 heures d’enquêtes orales  issues  des différents dépôts réalisés par Christian Bromberger entre 1997 à 2008. Un catalogue documentaire vient d'être réalisé qui vous propose de découvrir ces corpus auxquels ont été ajouté les conférences déposées à phonothèque dans lesquelles Christian Bromberger est intervenu ainsi qu'un entretien réalisé par Cyril Isnart en 2006 sur le dépôt de ses archives. L'ensemble peut être interroger sur la base Ganoub de la phonothèque.

 

Crédits photographiques : l'illustration du billet est composée des couvertures des livres suivants : Bromberger, Christian, Trichologiques: une anthropologie des cheveux et des poils, 1 vol., Montrouge, France, Bayard, 2010; Bromberger, Christian, Alain Hayot, Jean-Marc Mariottini, Le match de football: ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, 1 vol., Paris, France, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1995; Bromberger, Christian, Un autre Iran: un ethnologue au Gilân, 1 vol., Paris, France, A. Colin, DL 2013, 2013 ; Bromberger, Christian, «Les chansons ”populaires” : hétérogénéité et ambiguïtés d’un patrimoine», Gens du val Germanasca contribution a l’ethnologie d’une vallée vaudoise, vol. xiii, 1994. Photo Tussan, 1982, M-H Sibille.

 

  1. Pour suivre l'histoire des différents rattachements institutionnels de cette phonothèque créée en 1979 au sein du CREHOP - Centre de recherche sur les ethnotextes, l'histoire orale et les parlers régionaux -, consultez le numéro spécial de Rives sur "Les 20 ans de l'UMR TELEMME" []
4405614807

Les matériaux de terrain des ethnologues en Europe = Ethnographic archives workshop, Nanterre, MAE 24 & 25 janvier 2013

Quelles sont aujourd’hui les réalisations et réflexions menées dans les différents pays européens autour des matériaux de terrain d’ethnologue ? Les deux journées du 24 et 25 janvier voudraient tenter un état des lieux sur les thématiques suivantes : la politique de collecte ; les projets de numérisation, les réalisations en matière de structuration et documentation des données (métadonnées, normes et standards, archivage à long terme) ; la diffusion et la valorisation ; les usages scientifiques ou non scientifiques des archives (histoire de l’anthropologie, ré-analyse des données, revisite de terrain, artiste en résidence) ; les questions éthiques associées à ces différentes thématiques. Plus qu’un recensement de réalisations et projets divers ces journées voudraient être l’occasion de construire, à l’échelle du continent européen, un groupe de travail autour des questions d’archivage et de valorisation des matériaux de terrain des ethnologues.

Entrée libre sur inscription, contact : marie-dominique.mouton@mae.u-paris10.fr
Lieu : Maison René Ginouvès : http://www.mae.u-paris10.fr 

 

Les matériaux de terrain des ethnologues en Europe = Ethnographic archives workshop - Journées organisées par le Consortium Archives des ethnologues (TGIR Corpus),

 Jeudi 24 janvier : Salle du Conseil 4ème étage

10h-10h15

Présentation de la journée, par Gilles Tarabout et Marie-Dominique Mouton (LESC)

10h15-11h

Des archives aux données de la recherche : projets internationaux, par Francis André (DIST, CNRS)

11-11h45

Getting off the verandah: managing the archives of anthropologists and anthropology at LSE, par Sue Donnelly (London School of Economics and Political Science, Great Britain)

11h45-12h - Pause

12h-12h45

Les archives ethnologiques de Leo Frobenius : à la recherche de nouveaux usages, par Richard Kuba (Institut Frobenius, Frankfurt, Germany)

12h45-14h - Déjeuner

Salle 308 – 3ème étage

14h-14h45

Cartographier les archives de la recherche : les enjeux du catalogage pour le partage et la valorisation, par Véronique Ginouvès (Phonothèque de la MMSH), Marie-Dominique Mouton (Bibliothèque Eric-de-Dampierre, MAE, Nanterre)

14h45-15h30

KITLV Leiden = where the twain meet. Research and collections between east and west, par Reinder Storm (Royal Netherlands Institute of Southeast Asian and Caribbean Studies, Netherland)

15h30-15h45- Pause

15h45-16h3o

Le tournant immatériel du patrimoine : nature des données et expériences en Espagne et en Galice, par Anxo Fernández Ocampo (Université de Vigo, Spain)

16h30-17h15

"Consortium géographie : Images des géographes" : archiver des données cartographiques et photographiques, par Caroline Abela (Centre de documentation Regards, Bordeaux)

17h30 - Cocktail

 

Vendredi 25 janvier

Salle du conseil 4ème étage

9h30-10h Accueil – Café

10h-10h45

Archives ethnologiques et minorités nationales: quelques jalons, par Maria Couroucli (IFA, Greece)

10h45-11h30

Le pouvoir des archives : les ontologies numériques sont-elles un danger pour la recherche ? L'exemple d'ODSAS, par Laurent Dousset (CREDO, Marseille, France)

11h30-11h45 - Pause

11h45-12h30

Reflections on ethnographic archiving from UK, par David Zeitlyn (Département d'anthropologie, Université d'Oxford, Great Britain)

12h30-14h - Déjeuner

14h-16h

Round Table: About an European cooperation around anthropological records, animé par Stéphane Pouyllau (Directeur de Corpus IR) avec tous les intervenants.

 

Crédits photographiques : Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, by Smithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, bySmithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, RU 371 - Smithsonian Institution, Office of Public Affairs, The Torch, 1955-1960, 1965-1988, Local number: SIA RU000371.(SIA2009-2059). Pas de restrictions de droit connues.

L'homme des bois et du charbon

Construction de la cheminée centrale

Voilà qu'à nouveau des entretiens se croisent, effectués à différentes époques et pour différents objectifs de recherche. A quelques 30 ans d'écart, entre 1978 et 2007, dans le Var, les Bouches du Rhône et en Lozère l'histoire de l'exploitation de la forêt se décline, principalement autour de la fabrication du charbon de bois. Ou plutôt l'histoire des charbonniers, de leur famille, de la société et de l'époque dans lesquelles ils vivent. Car en filigrane des descriptions précises des bois utilisés, des techniques de montage d'une charbonnière et de la gestion de l'air pendant la combustion, nous entendons d'autres informations. Sur les savoirs-faire, sur leur transmission d'un homme à un autre, d'un groupe d'hommes à un nouveau venu, qui, patient, écoute, regarde, essaye, et recommence les mêmes gestes jusqu'à les maîtriser et les transmettre à son tour, jusqu'à ce que le groupe décide de l'intégrer tout à fait. La technique est ancienne, elle s'adapte aux terrains, aux bois, aux vents et aux hommes qui la font vivre.

Empilage des morceaux de bois

 

La meule de bois avant qu'elle ne soit recouverte de terre

Les auteurs de ces enquêtes sont ethnologues, Annie-Hélène Dufour, 1978, Claudette Castell et Nicole Coulomb, 1980, Jean-Noël Pelen, 1993, Laetitia Nicolas, 2007 et dialectologue avec Pierre-Jean Chabert en 1981. Chacun y aborde à sa façon, des questions de sciences sociales, et obtiennent des pièces d'un portrait de professionnel ancré dans l'espace sauvage de la forêt. Si les pêcheurs et les chasseurs reviennent dormir au logis, il en va autrement des charbonniers dont les femmes ou les enfants apportent parfois le repas au cœur des clairières.

Extrait de l'enquête 275 à Vauvenargues en 1981 1

Combustion

En effet, au cours de ces enquêtes il est aussi question de choses plus pragmatiques : manger, dormir, se laver, sans quitter la forêt, ni le travail du charbon qui demande une telle surveillance de chaque instant "pour éviter que le feu brûle tout".

Alors on vit là, on sent la feuille de chêne, la fumée, on se colore petit à petit à la couleur du charbon. Le travail est celui des pauvres, des immigrés italiens, des réfractaires au STO, des maquisards fuyant le fascisme.

Extrait de l'enquête 2426 à Collobrières en 19782

Démontage de la meule

Ces détails ordinaires et cette autonomie sont abordés avec légèreté, sans ostentation ni misérabilisme. A l'imagination de l'auditeur de ces enquêtes de faire le reste. Il suffit d'avoir déjà marché dans un sous-bois, d'avoir entendu ce silence si particulier, empli d'une infinité de bruissements divers et de craquements, d'avoir senti l'odeur prégnante du vert des arbres et de l'humus pour voir ces gens, hommes adultes, adolescents et même enfants, vivre là, au milieu des arbres, dans des cabanes de fortune, loin des villages, loin de la cité.

Extrait de l'enquête 525 à Aureille en 19933

Chargement du charbon de bois

Pas toujours isolés puisque certaines époques relatées ont connu les pacages des troupeaux sous les arbres pour le débroussaillage, la coupe régulière des bûcherons et l'exploitation du rusque (le chêne liège).

Extraits de l'enquête 2607 à Bargème en 20074

La chronologie de ces récits apporte des informations sur les différentes époques de la fabrication du charbon de bois et des savoirs sur la forêt hérités et transmis. Ces savoirs prennent une place toute particulière dans nos sociétés modernes ou les questions des incendies et de la place des forêts interviennent dans le débat citoyen.

 

Crédits photographiques : Fabrication de charbon de bois en Forêt-Noire en Allemagne vers 1900, Ces images sont dans le domaine public car leur copyright a expiré. http://fr.wikipedia.org/wiki/Charbon_de_bois

  1. Le cercle de Vauvenargues, enquête de Pierre-Jean Chabert []
  2. Souvenirs des travailleurs italiens, enquête d'Annie-Hélène Dufour []
  3. Les charbonnières de la colline, enquête de Jean-Noël Pelen []
  4. L'évolution du rapport aux bois par un habitant de Bargème, enquête de Laetitia Nicolas []

« Qui a dit que les stages en entreprise ne déclenchaient pas de vocations ? »

Printemps 2001. Du haut de mes quatorze ans, mes tresses africaines sur la tête et mon « eastpack » sur le dos, je débarque à la phonothèque de la MMSH pour y effectuer mon stage en entreprise de 3ème. Ayant découvert l’existence de l’ethnologie dans la rubrique « lettre E » des métiers listés au CDI du collège, je n’avais pas idée de ce qui m’attendait…

A peine arrivée et en dépit de mon jeune âge, je suis accueillie avec la plus grande déférence et convivialité par Véronique Ginouvès, documentaliste, et Corinne Cassé, anthropologue, assistante à la phonothèque. Si la semaine de stage se déroule dans une bonne humeur joviale, elles ne prennent pas leur rôle à la légère. Au cours de la semaine, présentation de leurs professions, traitement de documents sonores et rencontre avec divers chercheurs sont au programme.

Je suis prise sous leurs ailes : en dehors des heures de travail, elles m’embarquent à la cafétéria, dans une fête du personnel, mais surtout elles me font partager leurs expériences professionnelles et personnelles. Avec Corinne, nous échangeons de longues conversations sur le rôle de l’ethnologue, les difficultés pratiques liées au métier, la méthodologie et l’éthique du chercheur. Elle illustre ses propos d’exemples, et me propose même de l’accompagner sur son prochain terrain. Je jubile !

Les différentes rencontres effectuées à la MMSH vont dans le sens de l’enthousiasme bienveillant de Corinne et Véronique ; tous contribuent à me rendre le métier compréhensible et accessible.

Ainsi, Evelyne Disdier, à la médiathèque, me fait découvrir une carte du monde datant de Louis XV ainsi qu’un album de photos prises en Tunisie dans les années 1950 qui appartiennent aux collections de la MMSH. Mais cela ne s’arrête pas là : nous discutons de l’actualité brûlante de l’époque et du rôle politique des médias, ce qui ouvre sur une discussion profonde sur la dimension subjective des images !

Jean-Noel Pelen, chercheur au CNRS, m’offre aussi de son temps et discute avec moi de sujets très sérieux lié à ses dernières recherches : qui peut-on qualifier d’« exclu » ? Peut-il s’agir d’une catégorie analytique ? La découverte de l’approche inductive me contrarie quelque peu car je ne comprends pas encore que l’on puisse travailler sur un sujet non défini au préalable. Nous parlons aussi de l’étrangeté, de l’aspiration à changer de point de vue, du rêve, de son impact sur le réel, de questions existentielles, du désir de voler…

Aux vues de mes tresses, Marilyne Crivello, professeur d'histoire, me conseille de consulter un mémoire de maîtrise sur de jeunes marseillaises d’origine comoréenne qui doivent effectuer le « Grand Mariage »1. Elle contribue même à me rendre cette recherche palpable en me prêtant la vidéo de l’entretien qui y est associée.

Ma plongée dans la salle des mémoires est initiée, je m’y engouffre littéralement, fascinée par l’originalité des thèmes qui y sont traités. Je me laisse même surprendre à ne plus voir le temps passer. La jeune fille que je suis se tourne vers les titres qui attirent spontanément son attention. Je me souviens être restée longtemps marquée par l’étonnement qui m’a saisie lorsque, à la lecture d’un mémoire sur la perception de la beauté aux Antilles, je réalisais que c’était systématiquement la fille que je trouvais la moins belle sur les photos qui était élue Miss. Comment se pouvait-il que des personnes aient des perceptions si différentes des miennes ?

En fin de semaine, je passais au stade supérieur et me lançais dans la passionnante lecture de Mœurs et Sexualité en Océanie de Margaret Mead, me délectant de à l’inversement des schémas et de l’exotisme des sociétés décrites…Si loin du désenchantement ! Je me souviens que le jour de mon départ, avant de passer la porte, Corinne m’avait lancé: « Je suis sûre que tu vas beaucoup apporter à l’anthropologie ! ». Ma mère m’avait dit qu’elle était gentille. Moi, j’envisageais d’en devenir capable…

A la fin du rapport de stage, il nous était demandé de faire le lien entre nos études et l’avenir. A sa relecture, onze ans plus tard, je me rends compte que j’ai fait exactement ce que j’avais écrit : après un bac général, je suis partie une année à l’étranger afin d’élargir mes horizons et me confronter à l’altérité, après quoi j’ai entrepris des études d’anthropologie. Ce que je n’avais pas prévu, c’est qu’ayant découvert l’Amérique centrale, je les réaliserais à la fac de Nanterre, afin de partir un an en échange au Mexique, puis que j’entrerais à l’EHESS de Paris pour le Master.

C’est lors de la rédaction de mon mémoire, intitulé Des expériences intimes de la translocalité. Usages du « lieu », usages de l’Autre et élaborations identitaires en situation touristique (Tulum, Quintana Roo, Mexique), que j’ai été amenée à me remémorer mes quatorze ans. Tenue d’expliquer le choix de mon objet d’étude, je l’introduisais par le constat suivant :

"Ce mémoire est parti de l’interrogation éminemment générale, commune et sujette à controverse : Qu’en est-il des « identités » dans la « globalisation » ? De fait, il s’agissait de la question à la mode au début des années 2000, quand mon intérêt pour l’anthropologie s’est éveillé. Si son omniprésence dans les médias la rendait intrigante aux yeux de l’adolescente que j’étais, elle s’accompagna du souhait de la disséquer pour mieux la comprendre, bref de la déconstruire. Les années qui suivirent me fournirent le matériel conceptuel et empirique nécessaire à l’entreprise de ce projet."

La prochaine étape est lancée : me voilà doctorante, de retour dans le sud, où je compose ma thèse dans les locaux familiers de la MMSH

Le plus fou dans tout ça, c’est que je l’avais prévu !

Mélissa Elbez - Contact : Melissa.elbez[@]ehess.fr

Crédits photographiques : Corinne, Mélissa et Véronique photographiées par Benjamin Vettori à la MMSH, 24 janvier 2012.


  1. Elaboration de sources filmiques en histoire : la représentation du grand Mariage pour les jeunes Comoriens à Marseille par Franck Salingardes, maîtrise d'histoire sous la dir. de Maryline Crivello, Université de Provence, 2000, 130 p. []

Ceremonia de căsătorie în Ţara Oasului : nou corpus disponibil la Fonoteca (MMSH, Aix-en-Provence)

În februarie 2011, etnologul Danielle Musset,1 a depus la Fonoteca de la MMSH anchetele de teren realizate pentru teza sa de de doctorat având ca subiect Ceremonia de căsătorie în Moişeni, România 2. Corpusul anchetelor, cu o durată totală de cinci ore, conţine două interviuri cu locuitori din Moişeni,  cântece, dansuri tradiţionale, ritualuri şi peisaje sonore din timpul nunţii. În cadrul practicii obligatorii pentru validarea anului 2 de master numit Monde du livre, am avut ocazia de a documenta cele 41 anchete de teren înregistrate între anii 1974-1977. Corpusul constituit este consultabil în baza de date Ganoub a Fonotecii.

Aceste anchete au fost înregistrate în Țara Oaşului (nord-vestul României),  în Moişeni, Huţa şi Bixad, sate din judeţul Satu Mare, într-o zonă încă puţin studiată în anii 70. În timpul unui voiaj, această zonă a atras curiozitatea etnologului Danielle Musset care s-a hotărât să studieze această piesă fundamentală a vieţii rurale, imediat influenţată atât de evoluţia mentalităţilor cât şi de orice altă schimbare a societăţii ((Danielle Musset, Le mariage à Moişeni, Roumanie, coll. Etudes et documents balkaniques, vol.3, Laboratoire d’Anthropologie sociale, Paris, 1981, p. 1)) care este nunta. Lucrarea a avut ca obiectiv studiul riturilor şi tradiţiilor nupţiale , dar şi acela de a cerceta manifestarea raporturile dintre sexe3.

Doi bărbaţi ne împărtăşesc  momentul propriei nunţi,  povestind cum se desfăşoară şi explicând unele tradiţii. Informatorii detaliază funcţiile  şi intervenţiile diferitelor personaje ale ceremoniei: starostele4, stegarul5, socăciţa6, mirii, naşii. Înregistrările cântecelor, dansurilor, ritualurilor şi a ambianţei din timpul nunţii devin ecoul celor două interviuri, completându-le în acelaşi timp. Casetofonul a surprins atmosfera petrecerii,  pus în funcţiune în numeroase reprize,  chiar şi în timpul deplasării cortegiului spre biserică. Putem asculta chiuituri ale feciorilor şi fetelor din timpul dansurilor, replici ale actorilor nunţii, dialoguri între nuntași, strigatul darului... Cercetătorul a studiat  și activitățile sociale: ca șezătorile sau primirea feciorilor în zi de sărbătoare la Moișeni. Putem asculta cântece interpretate numai de voci feminine, cântece pline de tristețea miresei ce va părăsi casa părintească, despre căsătoria din dragoste sauabordând statutul femeii căsătorite, etc. Pentru o mai bună întelegere a elementelor de literatură orală, comentariile înregistrărilor conțin unele versuri transcrise în română și traduse în franceză. În timpul acelorași șezători, puteți de asemenea asculta melodiile ondulatorii ale fluierelor populare..

Documentarea acestor arhive s-a realizat în colaborare cu doamna Danielle Musset care a avut bunăvoința de a reveni asupra propriilor notițe de cercetare. Fiecare descriere a înregistrărilor ce redau tradiții conține trimiteri la volumul 3 al revistei de Studii şi documente balcanice, lucrare7 pe care autoarea a depus-o odată cu înregistrările. Volumul conține transcrieri și traduceri ale discursurilor de rămas bun (Bulciugul miresei ; Bulciugul mirelui).

Așadar de ce încearcă socăcițele sa vândă nașului găina îndelung pregatită ? Cum se face negocierea ? Sau mai important: înainte sau după Jocul colacilor ?8. Lucrarea lui Danielle Musset și ascultarea înregistrărilor sunt elemente interesante pentru reconstituirea unei realităţi est-europene, o lume probabil demult dispărută - dacă ne gândim la efectele globalizării.

Fotografiile din articol aparțin cercetătorului Danielle Musset, autor al tezei Le mariage en Pays d'Oaș (nord-ouest de la Roumanie) au début des années 1970.

Varianta articolului în franceză: http://phonotheque.hypotheses.org/4761

  1. Danielle Musset este în prezent directoareaMuzeului Salagon []
  2. Această teză a fost scrisă sub îndrumarea lui Paul Henri Stahl şi susţinută în iunie 1978, la Şcoala de  Inalte Studii Sociale (EHESS) din Paris []
  3. Ibidem []
  4. Starostele, cuvânt învechit şi regionalism tradus în franceză prin meneur de jeu (conducătorul ceremoniei), care în contextul nunţii desemna persoana trimisă la părinții unei fete spre a o cere în căsătorie pentru altcineva, adică pețitorul. []
  5. Stegarul este tradus din româna ca porte-drapeau. Aici este vorba de steagul la nuntă, un drapel cu clopoţei. []
  6. Socăciță este cuvânt învechit  şi regionalism pentru bucătărese. În cadrul nunţii erau cele care se ocupau de pregătirea felurilor de mâncare şi a unei găini special preparate pentru a fi negociată cu naşul. []
  7. Această lucrare se va regăsi în catalogul Bibliotecii MMSH []
  8. [explicația în limba franceză a cuvântului "colaci"] []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

Enquêtes orales sur le mariage dans la région d’Oas (Roumanie) : un nouveau corpus sonore disponible sur la base de la Phonothèque (MMSH)

En février 2011, l’ethnologue Danielle Musset,1 a déposé  à la Phonothèque de la MMSH ses enquêtes de terrain enregistrées dans le cadre de sa thèse de doctorat portant sur Le mariage à Moişeni, Roumanie2. Le corpus - d’une durée de cinq heures - contient deux entretiens avec des habitants de Moişeni,  des chants au cours de deux veillées, des chansons et des danses exécutées tout au long de la cérémonie du mariage, ainsi que des paysages sonores pendant les rituels et le bal de noce. Dans le cadre de mon stage pour le Master 2, Monde du livre, j’ai documenté les 41 enquêtes qui constituaient ce corpus enregistré entre 1974-1977. Elles sont désormais accessibles sur la base Ganoub de la Phonothèque.

Ces enquêtes ont été enregistrées dans le nord-ouest de la Roumanie,  à Moiseni, Huta et Bixad, trois villages du Pays d’Oas, dans le département Satu Mare, une zone encore peu étudiée dans les années 1970. Aiguillonnée par sa curiosité d’ethnologue, Danielle Musset au cours d’un de ses voyages dans cette région a décidé d’étudier l’un des rouages fondamentaux de la société paysanne, sensible à l’évolution des mentalités et aux changements sociaux3, le mariage. Au-delà de l’étude de ce rite, l’ethnologue a voulu aussi voir dans quelle mesure le mariage peut être révélateur des rapports qui existent entre les sexes4.

Ainsi, deux hommes nous font partager leurs noces en nous décrivant le déroulement avec de nombreuses explications. Ils détaillent les fonctions et les interventions de tous les acteurs de la cérémonie : le staroste5, le stegar6, la socacita7, les mariés, les parrains. Des enregistrements de chansons, danses, rituels et ambiances sonores lors de trois mariages se font l’écho de ces deux récits et les complètent. Le magnétophone a été mis en marche pour capturer l’atmosphère de la fête lors du déplacement du cortège nuptial vers l’église. On y entend des cris pendant les danses de jeunes garçons ou de jeunes filles, des séries de dialogues entre les différents acteurs du mariage, des dialogues pendant le bal de noces, l’annonce des cadeaux pour les marié s...  L’enquêteur ne s’est pas concentré seulement sur le mariage, mais aussi sur des activités sociales : des veillées et la réception des filleuls lors d’une fête à Moişeni.  Lors d’une des veillées, on peut entendre des chants interprétés uniquement par des femmes, reprenant la tristesse de la mariée qui devra quitter la maison parentale, le mariage d’amour, le statut de la femme mariée, etc. Pour donner des éléments de compréhension de cette littérature orale j’ai inséré certains vers en langue roumaine de ces chansons, accompagnés d’une traduction dans les résumés. Toujours enregistrées dans le cadre de veillées, vous pourrez entendre également des mélodies ondulatoires émises par des délicates flûtes paysannes.

L’analyse documentaire de ces archives s’est effectuée en collaboration avec Danielle Musset qui a bien voulu se replonger dans ses recherches antérieures. J’ai signalé pour chaque œuvre ou chaque élément du rite, les transcriptions qui se retrouvaient dans sa thèse publiée dans le volume 3 de la revue Études et documents balkaniques qu’elle a bien voulu déposer8 avec le corpus des enquêtes. Le même volume contient aussi des transcriptions et des traductions des oraisons enregistrées (Bulciugul miresei ; Bulciugul mirelui).

Alors pourquoi les socăcițe essaient de vendre au parrain des mariés une poule mitonnée ? Comment la négociation a-t-elle lieu ? Quand donc les invités vont-ils commencer à danser Jocul colacilor [la danse des gimblettes]9. La lecture de la thèse de Danielle Musset et l’écoute de ces enregistrements vous donne de nombreux éléments pour reconstituer ce monde est-européen, probablement révolu avec la mondialisation.

Crédits photographiques: Danielle Musset, Le mariage en Pays d'Oas (nord-ouest de la Roumanie) au début des années 1970

  1. Danielle Musset est actuellement directrice du Musée de Salagon []
  2. Cette thèse a été  soutenue sous la direction de Paul Henri Stahl, en juin 1978 à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris []
  3. Danielle Musset, Le mariage à Moişeni, Roumanie, coll. Etudes et documents balkaniques, vol.3, Laboratoire d’Anthropologie sociale, Paris, 1981, p. 1 []
  4. Ibidem []
  5. Le staroste, qui dans le contexte du mariage est traduit comme meneur du jeu ou de la cérémonie, est un mot ancien et un régionalisme désignant la personne qui faisait l'intermédiaire, entre les deux familles des futurs mariés, pour la demande en mariage. Elle était chargée d'aller faire la demande en mariage dans la famille de la jeune-fille de la part du garçon. []
  6. Le stegar est traduit du roumain par porte-drapeau. Ici il s'agit du drapeau de mariage, une bannière avec des grelots. []
  7. Socăciță est un mot ancien du roumain et un régionalisme pour désigner les cuisinières. Dans le cas du mariage, elles avaient la responsabilité de préparer le repas de noce et la poule pour laquelle s'engageait toute une négociation avec le parrain. []
  8. L'ouvrage va être catalogué et sera consultable à la Bibliothèque de la MMSH []
  9. Le mot colaci a été traduit du roumain par les gimblettes, pâtisserie en forme d'anneau. Le colac roumain préparé pour les fêtes est une sorte de pain rond torsadé. []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

Quand l'ethnologue crée une source pour la mettre à disposition du public dans une phonothèque de recherche

Sevan Highway sign in Armenia par Thomas Frederick Martinez (CC 2.0)Du 24 au 26 septembre 2008, se tiendra à Montpellier le huitième congrès de l'association des archivistes français. C'est la section "archives communales et intercommunales" qui a été chargée de l'organisation et a choisi d'aborder la question des archives sonores. A cette occasion sera présenté un projet sur la mémoire orale des Arméniens des Bouches-du-Rhône mené en collaboration avec l'association Paroles Vives, les archives départementales des Bouches-du-Rhône et la phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l'homme (MMSH) . Vous trouverez ci-dessous le texte de l'intervention conjointe de Corinne Cassé (responsable de l'association Paroles Vives) et de Véronique Ginouvès (MMSH).

Le projet Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône initié en avril 2005 avait comme objectif de départ la création d'un outil pédagogique sur l'histoire de la diaspora arménienne à destination des collégiens et lycéens, basé sur une méthodologie ethno historique. L'évolution de nos partenariats institutionnels a abouti à la production d'un corpus d'entretiens ethnographiques. En avril 2008, l'association Paroles Vives a déposé auprès des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, une collection numérique d’archives sonores inédites comprenant des entretiens avec les familles de descendants d’Arméniens résidant dans 18 communes des Bouches-du-Rhône depuis les années 1920. Le projet a obtenu le label Arménie mon amie des commissariats français et arménien pour l’année de l’Arménie. Il a été réalisé grâce au financement du conseil général des Bouches-du-Rhône, de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances et de la Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture dans le cadre du plan national de numérisation. Une convention tripartite engageant les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, la MMSH et l’association Paroles Vives a été signée dès le début du projet pour attribuer les fonctions de chacun des partenaires.

La collection numérique a été collectée et traitée sur une période totale de huit mois en deux phases : fin 2006 et fin 2007. Le corpus se compose de 106 enquêtes soit 162 heures d'entretiens recueillis auprès de 126 personnes. Un comité de pilotage a encadré ce collectage. Il était composé d'anthropologues et historiens spécialistes de Marseille et de la diaspora arménienne, de François Gasnault, directeur des archives départementales des Bouches-du-Rhône et de Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH. Pour l'équipe des sept ethnologues chargées du collectage, cette expérience fut la première du genre et fut souvent en contradiction avec leurs méthodes habituelles sur des points précis que je vais exposer ici. C'est pourquoi, par commodité, lorsque j’emploierai le pronom « nous » ce sera au groupe d’ethnologues que nous avons constitué durant le projet auquel je ferai allusion. Ainsi, nous avons considéré que l'intérêt d'une telle collection, notamment au sein d'une bibliothèque scientifique, peut dépasser la parole recueillie de nos informateurs, dans la mesure où nous avons désiré communiquer sur nos difficultés épistémologiques, les solutions choisies et les conditions de production scientifique de nos données.

Une démarche inédite pour des ethnologues

Quel est l'objet "parole" ? La parole demandée, provoquée ou simplement entendue, captée de façon informelle est un objet, un centre d'intérêt classique en ethnologie parmi d'autres. Nous avons appris à valoriser le discours de l'informateur comme une des sources principales d'informations. Souvent les personnes interviewées sont surprises de l'intérêt que l'on porte à leurs propos sur certaines thématiques (ce qui peut être différent pour le collectage de littérature orale où la dimension nostalgique est forte). Mais la parole n'a pas vraiment de valeur en soi hors du contexte qui l'a produite. Je veux dire qu'il est rare que notre analyse ethnologique se base exclusivement sur des discours. L'analyse ethnologique est le produit de tous nos objets recueillis sur le terrain :

  • recherche bibliographique thématique ;
  • observations de pratiques et comportements, observation participante ou non ;
  • collecte d'objets divers (vêtements, ustensiles) ;
  • observation de l'organisation des espaces ;
  • interrogation de notre propre rapport au terrain et de notre démarche de construction de l'altérité. Ces différents objets se croisent et s'interrogent sans cesse tout le long du terrain.

Quelles sont les conditions de production de l'objet "parole" ?

Le premier outil d'un terrain ethnographique est la présence prolongée sur le terrain qui permet une certaine relation entre l'enquêteur et ses informateurs, basée sur la confiance et l'échange mutuel. L'ethnologue aborde et utilise différemment l'objet parole au cours de son travail. Il peut s'agir :

  • d'une parole captée de manière informelle qui donne lieu à des prises de notes ;
  • d'une parole provoquée par l'engagement d'une discussion informelle ;
  • d'une parole provoquée et archivée par un entretien formel enregistré.

La parole, dans quasiment chacun de ces cas, est destinée au seul chercheur au cours d'une relation interpersonnelle de confiance. Ceci est d'autant plus vrai lorsque l'entretien est enregistré par le chercheur. Il n'y a alors qu'un contrat moral. D'autre part l'informateur attend que le chercheur ait certaines connaissances du sujet et se basera sur ces connaissances pour se faire comprendre. Le chercheur, en tant qu'initié, placera cette parole dans un ensemble sémantique complexe. En tant que chercheur nous nous accommodons des conditions de production de cette parole : ces conditions dépendent de nos besoins d'informations et du seuil de précision attendu, de notre capacité relationnelle et de celle de nos informateurs. Notre intégration au terrain et la durée de notre présence nous permettent de renouveler la prospection et de palier d'éventuelles lacunes.

La parole nous est destinée, elle reste notre propriété, nous sommes maîtres des conditions de production et de son avenir. Elle n'est pas conservée telle quelle et n'est pas considérée comme une archive. D'ailleurs la plupart des entretiens enregistrés au cours de notre carrière et de notre cursus ont été détruits ou perdus. La parole peut être retranscrite (avec tous les filtres que cela induit) mais rares sont les rapports d'analyses ethnologiques communiquant en annexe l'intégralité de la parole recueillie. Seuls certains passages sélectionnés sont disponibles au public, sortis de leur contexte d'énonciation et insérés dans le développement de la pensée du chercheur, en quelque sorte manipulés. Il n'est pas question pour nous ici de faire le procès de cette pratique. Nous sommes convaincues de la richesse que représente l'analyse d'un chercheur investit longtemps sur le terrain. Nous sommes d'autant plus convaincues de la richesse que représentent les variations d'analyses de chercheurs différents à des époques différentes sur un même contexte. D'où l'intérêt évident de soumettre tout ou partie des objets qui ont servi notre propre analyse au regard, à la critique et à l'analyse de nos pairs, des disciplines voisines et du grand public.

La mise à disposition du corpus

Cette collection est désormais accessible à tous les publics depuis la base de données de la phonothèque de la MMSH qui a pris pour nom Ganoub (le Sud en arabe). Cela n’a été possible que parce que les questions de droit ont été réglées par l’association Paroles Vives au fil des enquêtes. La commande impliquait d’agir dans un cadre précis de réalisation en terme de budget, de temps et de restitution. L’objet produit devait être de la parole enregistrée.

Chaque entretien était unique car il n’était pas possible de retourner voir les informateurs. La durée prévue allait de une à trois heures, le cours de la discussion devait être aussi complet et cohérent que possible. Cette étape a obligé les ethnologues enquêteurs à les focaliser sur la production de cet objet unique, la parole enregistrée, et donc d'opérer un déplacement, une concentration d'attention sur la parole et sur sa source : l'informateur. L’informateur devenait producteur principal du sens, source principale d'informations même si la relation avec l'enquêteur et les interventions de celui-ci avaient leur importance.

La relation étant clairement basée sur la démarche volontaire de dépôt aux archives départementales des Bouches-du-Rhône. La production d'informations a été sollicitée volontairement dans une visée de conservation et de communication au public. Les personnes savaient que le public pourrait faire une copie de ce qu'elles allaient dire. Dans le suivi et l'encadrement du chantier il était souvent rappelé aux enquêteurs : "Soyez attentifs à ce que les personnes n'oublient pas le micro". Une autre divergence par rapport aux terrains ordinaires où il est préférable que la personne fasse abstraction du micro.

La grille d’enquête a été aussi un élément structurant de l’ensemble de la collection qui pose des questions essentielles pour un fonds destiné au dépôt : l'entretien formel était-il une injonction de parole, une archive provoquée ? La grille d'enquête permettait de répondre à plusieurs objectifs :

  • assurer la cohésion d'ensemble du corpus, réalisé par 7 enquêtrices ;
  • assurer la couverture durant l'entretien d'un certain nombre de thématiques ;
  • proposer un support de discussion dans la relation établie entre l'enquêteur et l'informateur ;
  • permettre aux auditeurs de comprendre notre méthode d'investigation ;
  • permettre une éventuelle mise en parallèle de plusieurs entretiens.

De part cette position centrale de l'informateur et de sa parole, un contrat de cession de droits pour la conservation et l'utilisation des enregistrements était indispensable. Ils ont été obtenus pour tous les enregistrements. Ces signatures ont permis à la phonothèque de la MMSH de mettre en ligne l'ensemble des entretiens puisque la totalité des informateurs avaient signé un contrat d'utilisation et de diffusion mais aussi de contextualiser les différents entretiens avec précision avec le lien constant avec la méthodologie de l'enquête. La collection, une fois analysée et saisie dans la base de données de la MMSH, a été également décrite dans plusieurs catalogues :

  • Une copie de la totalité du traitement documentaire a été exporté en format texte et intégré à la base de données Clara-Loris des archives départementales des Bouches-du-Rhône.
  • Une notice descriptive de la collection a été rédigée sur la base Patrimoine numérique du Ministère de la Culture.
  • Cette base est interopérable avec le moteur MICHAEL qui explore les collections numériques des musées, services d'archives, bibliothèques et de nombreuses institutions culturelles européennes ; par conséquent, la notice de la collection y est accessible ;
  • Une notice descriptive de la collection est également accessible sur le catalogue collectif de France de la bibliothèque nationale de France.
  • A la fin de l'année 2008 les références de ces notices et leurs fichiers numériques seront également mises en ligne sur un catalogue collectif d'archives sonores réalisé dans le cadre du pôle associé de la BnF de la fédération des associations de musiques et danses traditionnelles.

[Télécharger l'annexe méthodologique au corpus réalisé par Paroles-Vives, 2007]

Ce catalogue est basé sur le principe du moissonnage des métadonnées (harvesting) d'après les spécifications du protocole OAI PMH (Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting).

Les bases de données sonores des cinq centres de documentation composant, sous l’égide de la FAMDT sont accessibles par une interface unique. Les bases de données en ligne sont toutes structurées de la même façon et utilisent les mêmes métadonnées, facilitant ainsi l'interopérabilité. Les cinq centres pôles associés ont tous des catalogues en ligne qui présentent leurs fonds sonores :

Le principe est d'alimenter un dépôt avec les notices de chaque base de données sonores et audiovisuelles. Ce dépôt sera créé à partir d'un réservoir alimenté régulièrement par les centres qui effectuent un tri sur les notices déversées. Seules les notices des enregistrements sonores et audiovisuels inédits seront exportées, les documents texte, documents sonores édités et les émissions de radio n’y sont pas intégrés. Le format adopté est celui des 15 éléments du Dublin Core (DC). Le résultat des requêtes posées au catalogue collectif sur le méta portail renvoie vers le catalogue d'origine par l'URL, permettant la lecture de la notice complète ainsi que l'écoute du fichier son mis en ligne sur les bases locales. L'interface d’accès au dépôt sera publique proche de la proposition de la Fondation Knowledge Project (PKP).

Pour conclure,

Les archives sonores sont encore trop mal perçues dans les disciplines des sciences humaines et sociales pour de multiples raisons. Ce projet de collection sonore de la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône va à l’encontre des idées reçues :

- les collections sonores sont mal enregistrées car le plus souvent le chercheur s'intéresse plus au contenu qu'à la restitution sonore : les enquêtes auprès des Arméniens des Bouches-du-Rhône ont été réalisées dans d'excellentes conditions. D'abord sur minidisque couplé avec un micro externe, les enregistrements ont ensuite été réalisés directement en format WAVE 44.1khz/16bits en utilisant toujours un micro externe.

- les collections sonores ne sont jamais accessibles parce que les informateurs ne signent pas de contrat d'utilisation. Le collecteur a souvent l’impression que la signature du contrat va limiter la parole de l’informateur et l’inquiéter : la totalité des informateurs enregistrés dans le cadre de ce corpus ont signé des autorisations de diffusion et d'utilisation qui permettent la mise en ligne des entretiens.

- les collections sonores sont mal documentées : les ethnologues enquêteurs ont tenu à jour un carnet de terrain et on rédigé un texte qui décrit avec précision les méthodes d'enquête et donne accès à la grille du questionnaire. Attachée à la notice corpus de la base de données de la phonothèque ce document intègre l'ensemble de nos réflexions et les outils utilisés pour la constitution du réseau d’informateurs, la réalisation des entretiens, les carnets de terrain des enquêtrices et des informations sur la façon dont les documents ont été numérisés et analysés.

- les collections sonores sont mal cataloguées : le catalogage de ces enquêtes suit un système d'analyse qui a été rédigé par un groupe de phonothèques en France et traduit en 2007 en langue espagnole, il est utilisé dans de nombreux centre d'archives sonores. Ce sont des ethnologues documentalistes qui ont saisi les données et se sont attachées à comprendre la méthodologie de l’enquête et à documenter les termes du domaine de l’arménité.

- les collections sonores sont mal indexées : il n’existe pas de thesaurus propre aux archives sonores inédites sur le domaine de l’anthropologie de la France. Le thesaurus de la phonothèque de la MMSH utilisé pour l’indexation de la collection a été réalisé dans le cadre d’un réseau de phonothèque (celui des pôles associés) qui s’appuyait sur d’autres thesaurus comme Ethnophoto publié par une équipe du MNATP/MuCEM. Mais l’association Paroles Vives, qui a réalisé le traitement elle-même, a créé et documenté de nouveaux mots clefs, noms de personnes, de collectivités, de périodes et de lieux cités sur le domaine de l’Arménie et de l’arménité, validés par la Phonothèque de la MMSH.

- les collections sonores ne valorisent pas les informateurs : dans le cas de ce corpus chaque informateur a été tenu au courant de l’évolution du projet. Ceux qui voulaient avoir des copies de leurs enregistrements en ont obtenu. Au moment de la signature du contrat, l'anonymat a été proposé à tous les informateurs. La grande majorité des personnes interviewées ont choisi de communiquer leur identité. Cette particularité peut permettre le prolongement du travail entrepris dans le cadre d'autres études ou restitutions culturelles.

- les collections sonores ne sont pas citables : la mise en ligne des sources offre la possibilité de citer la ressource documentaire au cours de la rédaction d'un texte scientifique, qu'il s'agisse de la notice ou directement du fichier son.

- les collections sonores sont mal cartographiées, inconnues des chercheurs comme du grand public : la collection est repérée sur les grands outils de recherche internationaux et francophones.

Voilà donc un projet pilote qui pourrait faire évoluer les usages et les pratiques que l’on a pu avoir jusqu’ici des collections d’archives sonores. Nous pourrions pour conclure, enrichir l’injonction lancée dans les années 1970 par Philippe Joutard (L'Histoire, n°12, mai 1979, p.106-112) toujours passionné par les enquêtes orales aujourd’hui : « Historiens mais aussi ethnologues, sociologues… à vos micros, archivistes à vos catalogues ! ».

Crédit photographique : Sevan Highway sign in Armenia par Thomas Frederick Martinez (CC 2.0) http://flickr.com/photos/thomasfrederick/206227407/